Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Giuseppe Mazzini, Thoughts upon Democracy in Europe (1846-1847) – Un « Manifesto » in inglese

sous la direction de Salvo Mastellone, Centro Editoriale Toscano, 2001, LXXXIV-119 p., 30 000 L / 15,49 euros
Laura Fournier-Finocchiaro
p. 192-194
Bibliographical reference

Giuseppe Mazzini, Thoughts upon Democracy in Europe (1846-1847) – Un « Manifesto » in inglese, sous la direction de Salvo Mastellone, Centro Editoriale Toscano, 2001, LXXXIV-119 p., 30 000 L / 15,49 euros.

Full text

  • 1 G. Mazzini, Pensieri sulla democrazia in Europa, S. Mastellone (éd.), Milano, Feltrinelli, 1997.
  • 2 S. Mastellone, La democrazia etica di Mazzini (1837-1847), Roma, Archivio Guido Izzi, 2000.

1Ce volume, qui a pour centre les « Pensées sur la Démocratie » publiées par Mazzini en langue anglaise sur le People’s Journal, inaugure la nouvelle collection « Les formes de gouvernement » du Centro Editoriale Toscano, qui souhaite remettre en circulation des œuvres de l’histoire de la pensée politique ou de la science politique qui ont donné une contribution significative, directement ou indirectement, à la discussion sur la meilleure forme de gouvernement pour une société. Salvo Mastellone, après le succès de sa traduction en italien, pour l’éditeur Feltrinelli1, de ces huit articles méconnus de Mazzini, publiés entre août 1846 et juin 1847, et la brillante analyse qu’il en a fait dans un récent essai2, a décidé de publier pour la première fois en Italie les textes du célèbre patriote italien dans leur langue d’origine. Les lecteurs auront ainsi le loisir de découvrir la richesse de la pensée du fondateur de la Giovine Italia, qui s’insère dans les débats qui ont cours parmi les exilés à Londres dans les années 1840, ainsi que l’extrême précision de son appareil conceptuel, que l’auteur n’hésite pas à qualifier de « langage socio-politique moderne » (p. LXXVII).

2Une longue introduction précède les articles proprement dits, où l’auteur retrace dans ses moindres détails les circonstances et les termes du débat qui motivent la prise de parole de Mazzini, et où il ébauche une « explication de texte » qui permet de saisir l’essentiel de la conception de la démocratie élaborée par l’exilé italien. Mazzini arrive en Angleterre en 1837, après avoir fondé la Giovine Italia à Marseille en 1831 et la Giovine Europa à Berne en 1834 : ce sont des années où les débats sur la démocratie se font de plus en plus intenses, sous l’impulsion de l’Unionism des travailleurs, à l’origine du mouvement chartiste. Par ses interventions, dont on ne connaissait en Italie que leur ré-élaboration de 1852, Mazzini s’insère avec un rôle de premier plan dans le débat européen sur la démocratie, en se confrontant aux plus grands protagonistes de la culture politique de l’époque (de Tocqueville à Bentham, de Stuart Mill à Carlyle, d’Owen à Fourier…). Contre la politique « libérale » individualiste qui défendait les privilèges, Mazzini dessine une conception de la démocratie qui ne se limite pas à défendre les principes de la représentation politique et du suffrage universel, mais il pointe la nécessité de sa valeur morale, et exige la mise en pratique d’une « foi » commune, capable de réunir tous les individus « comme des frères », dans la construction d’une société plus libre, plus solidaire, où chacun puisse exercer ses droits, mais se sente également responsable vis-à-vis de ses devoirs.

3Mastellone documente d’autre part les vives polémiques qui opposent Mazzini aux représentants du communisme qui, suite aux agitations en Pologne en 1845, publient le Manifeste de Cracovie, élaboré par le gouvernement provisoire polonaisle 22 février 1846, puis diffusé en traduction anglaise par le Northen Star de Londres. Ce manifeste est à l’origine de la division entre les démocrates républicains (désireux de donner vie à une république fondée sur le suffrage universel) et les démocrates communistes (souhaitant l’avènement au pouvoir de la classe ouvrière et en conséquence l’élimination des classes privilégiées). Ces derniers précisent leur pensée par le biais d’une Address, publiée dans un journal chartiste et signée par Marx et Engels. Avec l’appui de Feargus O’ Connor, élu à la grande majorité représentant des Chartistes, ils insistent sur l’idée de lutte des classes et sur les droits du prolétariat, voulant dépasser le républicanisme à la française de Lammenais et de Leroux, mais aussi celui de Cooper et de Mazzini. Une semaine après la publication de l’Address to Feargus O’ Connor, Mazzini demande au directeur du People’s Journal de publier une série d’articles, « Thoughts upon Democracy », dans le but de s’adresser aux lecteurs anglais et aux partisans du mouvement démocratique, pour définir la démocratie. Mazzini nie en effet que la démocratie puisse signifier le remplacement d’une classe sociale par une autre : il s’agit au contraire de soustraire le pouvoir politique à un « cercle de privilégiés » et de confier la gestion du gouvernement « aux meilleurs et aux plus sages », dans le but de réaliser « l’émancipation, l’amélioration et la coopération de tous ». Il montre une extraordinaire intuition vis-à-vis de ce que serait l’expérience de « démocraties populaires », minées par le poids d’une immense bureaucratie chargée de calculer les désirs et les besoins de chacun, et prévoit les risques encourus par ceux qui voudraient se fier à un parti servant de guide qui, une fois au pouvoir, se trouverait à exercer un intolérable « dictatorship ». Pour Mazzini, au contraire, la démocratie a le mérite de dépasser la solitude individuelle en permettant aux hommes de communiquer socialement avec le plus grand nombre de personnes ; il trace l’hypothèse d’une « démocratie à l’éthique altruiste » qui , en éduquant à la vie civile, améliore les conditions non seulement économiques, mais aussi morales et culturelles des personnes.

4Le patriote italien, qui avait présenté à Marseille et en Suisse la république comme la forme de gouvernement la plus apte à perfectionner la civilisation, est amené en Angleterre à repenser sa doctrine à la lumière de ces débats sur la démocratie : le concept fondamental de sa pensée politique est le peuple, qui doit devenir société civile en s’associant. « People » signifie démocratie, mais un peuple ne peut pas imposer sa propre autorité sur les autres peuples ; tout comme la république est une forme démocratique de gouvernement, mais le gouvernement républicain lui-même doit respecter dans l’exercice du pouvoir les principes démocratiques.

5Le retour au texte anglais, replacé dans le contexte précis de son élaboration, permet de dépasser le cadre limité des problèmes qui secouent l’Italie après 1848, et en fonction desquels Mazzini remanie son discours au début des années 1850. Tandis que, dans la première version des Thoughts upon democracy in Europe, l’exilé italien développe un discours de philosophie sociale écrit en anglais pour des lecteurs anglais, dans la version italienne il abandonne les finalités explicatives pour un ton nettement exhortatif. Ceci a peut-être contribué à sous-évaluer les grandes potentialités du discours mazzinien, ainsi que ses nombreuses intuitions qui sont rarement valorisées, comme par exemple la distinction qu’il opère entre la pensée de la démocratie et le concept de liberté, aussi bien des radicaux, des saint-simoniens, des fouriéristes que des communistes. C’est également en Angleterre qu’il théorise le projet politique d’une « démocratie républicaine pour l’Europe des peuples », entendue comme un gouvernement de liberté et de progrès social. Le grand intérêt du travail de Mastellone est enfin d’avoir fait un peu de lumière sur les rapports, jamais étudiés, que Mazzini noue avec les associations politiques des exilés étrangers résidant à Londres entre 1837 et 1847, et notamment sur son interaction avec les communistes.

Top of page

Notes

1 G. Mazzini, Pensieri sulla democrazia in Europa, S. Mastellone (éd.), Milano, Feltrinelli, 1997.

2 S. Mastellone, La democrazia etica di Mazzini (1837-1847), Roma, Archivio Guido Izzi, 2000.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Giuseppe Mazzini, Thoughts upon Democracy in Europe (1846-1847) – Un « Manifesto » in inglese », Laboratoire italien [Online], 3 | 2002, Online since 07 July 2011, connection on 27 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/386

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page