Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le peuple. Formation d'un sujet politique

Introduction

Sandro Landi
p. 7-8

Full text

1Laboratoire italien s’ouvre par une réflexion sur le peuple. Les études présentées ici constituent une tentative de trouver un terrain commun d’analyse à des approches multiples (historique, philosophique, littéraire), selon une perspective qui sera poursuivie dans les prochains numéros de la revue. D’autres critères ont guidé la composition de ce dossier : avant tout l’intention de retracer un parcours qui s’étale sur plusieurs siècles et qui évoque, sans les approfondir, les questions liées au présent ; ensuite le choix de focaliser les analyses principalement sur le discours politique. Le peuple dont on parle, pourrait-on dire, existe plutôt comme fait linguistique et comme métaphore politique que comme entité socio-économique. Et cela, non par une sorte de condescendance à l’égard d’une mode intellectuelle qui réduit le monde à sa représentation, mais plutôt par la conviction que, dans la langue et dans les textes, se trouve une voie d’accès possible à l’interprétation d’une réalité complexe et changeante. Le peuple en est une. Le terme « peuple » (popolo) garde toujours en italien la trace d’une ancienne polysémie indiquant encore, dans certaines régions de la Péninsule, la paroisse en tant que circonscription ecclésiastique et même ses habitants. Mais, mis à part cet usage désuet, « popolo », comme par ailleurs « peuple », est synonyme, au sens large, de collectivité et de multitude. La généralisation du sens l’a finalement emporté sur une multiplicité d’acceptions historiquement attestées : reste toutefois à comprendre quand et pourquoi. De ce point de vue, les contributions réunies ici peuvent apporter un début de réponse. D’abord, elles illustrent la polarisation de l’usage politique de « popolo » au Moyen Âge et à l’époque contemporaine (A. Savelli). Mais avec un changement significatif. Dans le lexique des villes-état, ce mot indique en même temps unité et opposition. Le « popolo » se définit toujours contre quelque chose : comme classe sociale, il se conçoit négativement par rapport à la populace (plebe) et à la noblesse (grandi) ; comme faction, il s’oppose aux gibelins. À l’époque contemporaine, en revanche, le terme « popolo » indique toujours une totalité. D’autres contributions (P. Girard, L. Fournier) montrent l’instabilité sémantique de « popolo » dans les écrits des ex-jacobins et dans la rhétorique patriotique du Risorgimento, ainsi que le glissement de « peuple » à « masse », l’émergence d’éléments populistes ralliant étrangement, dans l’entre-deux-guerres, hommes et programmes autrement inconciliables (A. Bechelloni, É. Vial). Cet emploi apolitique de « popolo », forme ultime et nécessaire de légitimation idéologique, suppose en réalité une progressive dissolution du peuple comme sujet politique actif. Ce processus de dépolitisation, qui se produit dans la culture politique italienne au cours des XVIe et XVIIe siècles, est ici analysé à partir du lexique machiavélien (J.-C. Zancarini, S. Landi) et du modèle de conservation dynamique des équilibres politiques propre à la raison d’état (G. Borrelli). C’est en effet à cette époque, qui voit la fin des libertés républicaines, que le peuple s’apprête à devenir sujet politique par la voie de l’assujettissement volontaire. De cette difficulté de dire le peuple, si ce n’est en esquivant sa complexité, est témoin, en dernière analyse, le vide historiographique relatif à l’époque moderne (A. Savelli). En rien exhaustif, ce dossier a sans doute le mérite de montrer un aspect de la richesse du « laboratoire » italien. En ce sens, il est légitime de se poser la question d’un héritage possible à l’échelle du « laboratoire européen ». En ce début de vingt et unième siècle, il faudra peut-être le chercher, en raison de la crise du rapport individu-nation et de la remise en cause de la souveraineté, dans l’ancien savoir gouvernemental synthétisé par la ratio status, et qui garantit avant tout la paix et le bien-être de la société (G. Borrelli) ; ou encore dans les paradoxes d’une modernité italienne (G. M. Barbuto) qui, selon le philosophe Gentile, interprète gênant de Machiavel et de Campanella, reconnaît dans la dimension solidaire du peuple-communauté la condition d’épanouissement de la liberté individuelle.

Top of page

References

Electronic reference

Sandro Landi, « Introduction », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 28 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/391 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.391

Top of page

About the author

Sandro Landi

Sandro Landi est docteur en histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence et maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Il consacre ses recherches à la culture politique dans les anciens États italiens. Il a publié une monographie sur la censure et la formation de l’espace public dans la Toscane moderne (Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscana del Settecento, Bologna, il Mulino, 2000).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page