Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le peuple. Formation d'un sujet politique

Peuple et politique dans la pensée de Vincenzo Cuoco

Pierre Girard
p. 53-63

Full text

  • 1 Le Platone in Italia (1804-1806), roman en forme de dialogues, est en réalité une fiction dans laqu (...)
  • 2 Notamment dans le « Redattore Cisalpino » à partir de 1801, dans le « Giornale italiano » à partir (...)
  • 3 Rapporto al Re Gioacchino Murat e progetto di decreto per l’organizzazione della pubblica istruzion (...)
  • 4 Statistica della Repubblica italiana (1802-1803).
  • 5 Notamment le Saggio storico sulla rivoluzione napoletana, deux versions : 1801, 1806.
  • 6 Cuoco préfigure ici les développements postérieurs de Mazzini et plus généralement de la tradition (...)
  • 7 Cette importance du popolo dans la pensée cuochienne a été constamment mise en avant par la littéra (...)

1L’œuvre de Vincenzo Cuoco offre une grande variété de textes, souvent très différents dans leurs formes et leurs objectifs. Le corpus est ainsi composé aussi bien d’un roman1, d’écrits journalistiques abordant les thèmes les plus divers2, de rapports économiques et politiques3, d’études statistiques4, de lettres et enfin d’essais historiques et politiques5. Cette diversité formelle a pour conséquence une multiplication des niveaux rhétoriques dans l’œuvre de Cuoco, ce qui lui donne à la fois sa richesse, mais aussi la difficulté d’en cerner le statut. Une notion semble néanmoins donner à la fois une unité thématique et rhétorique au corpus cuochien, celle de peuple6. Cette notion, centrale dans la pensée de Cuoco7, regroupe en elle toute la richesse de ses écrits et permet dans une certaine mesure d’en penser l’unité, à la fois philosophique et politique.

  • 8 Noté à partir de maintenant Saggio. Pour la première version (1801), nous utilisons la version crit (...)

2En effet, le peuple semble être aussi bien « sujet » « qu’objet » dans la pensée de Cuoco, même si ces déterminations restent encore très vagues. Il est d’abord objet d’étude : le but affirmé est celui de connaître le peuple du royaume de Naples et d’en exhiber au plus près les caractéristiques propres. Seule une étude détaillée, précise, qui évite toute abstraction et toute généralité peut permettre de fonder une action politique efficace. Cette nécessité d’une connaissance précise du peuple, qui évite l’application de théories abstraites et de catégories hétérogènes à la particularité de chaque nation est manifeste dans le Saggio politico sulla Rivoluzione napoletana8. Faute d’avoir su discerner les singularités du peuple napolitain, les Jacobins français et les Républicains napolitains n’ont pas su ancrer la Révolution napolitaine de 1799 dans la réalité concrète du peuple. À l’inverse, la réaction sanfédiste menée par le Cardinal Ruffo a su s’adapter aux caractéristiques du peuple, encore lié aux vieilles structures féodales et à une religion toute-puissante, et mener ainsi une reconquête du Royaume.

3Dans ce mouvement, on voit bien en quoi la connaissance objective d’un peuple, de son passé, de sa mémoire, de ses traditions, de sa langue, en d’autres termes, de son « sens commun » pour reprendre un concept de Vico, a pour objectif de rendre ce peuple « sujet » de l’action politique, de s’en faire un allié et ainsi de garantir la durée et la solidité de cette même action.

  • 9 « La nazione napoletana si potea considerare come divisa in due popoli, diversi per due secoli di t (...)
  • 10 À noter cependant le projet d’Emma Giammattei (université de Potenza) qui prépare un index raisonné (...)
  • 11 Ici Cuoco semble reprendre les analyses de Maistre qui écrit : « La constitution de 1795, tout comm (...)

4Néanmoins cette exigence d’un retour aux « choses » concrètes de la nation semble s’opposer à une instabilité sémantique de la notion de popolo dans la pensée de Vincenzo Cuoco. On l’a vu, son œuvre multiplie les niveaux rhétoriques et l’on trouve aussi bien des études et des analyses des caractères du peuple napolitain destinée à en établir un diagnostic précis, que des textes à visée plus prospective visant à intégrer le peuple dans une action politique future et donc à en assurer le succès. Mais dans aucun des cas, aussi bien — et cela pour résumer — dans la perspective diagnostique que dans la visée politique prospective, Cuoco ne donne une définition précise du peuple. Ainsi, popolo désigne parfois l’ensemble des citoyens et parfois uniquement la partie la plus basse du peuple ou plèbe, et cela en opposition à la classe dirigeante. Ailleurs, Cuoco oppose « deux peuples » dramatiquement séparés9, ce qui a pour conséquence l’échec de la Révolution napolitaine de 1799. Souvent, le popolo est synonyme de nation, et Cuoco semble employer un terme pour l’autre. Naturellement, le but de cette étude n’est pas de chercher à établir une systématicité dans la pensée de Cuoco, qui plus est là où elle n’existe pas10. Cette instabilité n’est selon nous, ni l’indice d’une faiblesse spéculative de la part de Cuoco, ni l’expression d’une contradiction entre d’un côté l’exigence d’une connaissance concrète et précise du peuple et de l’autre l’incapacité à traduire cette exigence, à l’achever sous la forme d’un concept, ou pour le moins d’une simple définition. Pour le dire autrement, il n’y a pas de contradiction entre d’un côté l’ancrage de la notion de « peuple » dans une réalité historique, culturelle et sociale irréductible, ce qui à la limite rend la notion de « peuple » douteuse (mieux vaudrait-il parler de « peuples » au pluriel, voire tout simplement se méfier d’une catégorie qui résume peut-être trop rapidement et de manière simpliste une réalité complexe11 que l’analyse ne peut saisir en une seule fois), et de l’autre l’utilisation du terme « peuple » comme concept moteur, que ce soit dans l’analyse politique (par exemple celle de l’échec des Jacobins dans le Saggio, ou celle du succès de Napoléon, « Uomo grandissimo », dans les écrits journalistiques ou dans la Correspondance) ou dans la construction d’une action politique future (par exemple, le rôle de l’instruction du peuple dans le Giornale italiano ou dans le Rapport à Murat).

5Certes, Cuoco semble d’un côté souligner l’impossibilité de réduire la complexité du peuple à un réseau de concepts et de termes qui, s’ils existent, sont nécessairement abstraits et réducteurs, et de l’autre, utilise de manière paradoxale le concept de peuple comme notion centrale dans sa pensée. Cette contradiction est en réalité apparente et n’est que l’expression de perspectives complémentaires, qui, loin de créer un paradoxe insurmontable, établissent un nouveau rapport entre l’histoire et le politique, ce que nous nous proposons de montrer dans les quelques lignes qui vont suivre.

  • 12 Giambattista Vico, Scienza nuova (1744), §§ 7, 139.
  • 13 Cf. G. Gentile, op. cit., p. 124.
  • 14 Scritti vari, I, p. 343.
  • 15 Sur ce point, voir les analyses d’A. Pennisi, La linguistica dei mercatanti. Filosofia linguistica (...)
  • 16 Scritti vari, II, p. 232.
  • 17 « Conosciamo la casa che abitiamo : ecco il primo precetto », in Scritti vari, II, p. 232.
  • 18 Ce qui a pour conséquence une théorie abstraite du peuple dans le Contrat social. Sur cette opposit (...)

6L’insistance avec laquelle Cuoco prône un retour nécessaire aux réalités concrètes d’un peuple le place dans la lignée des réformistes napolitains du XVIIIe siècle, principalement d’Antonio Genovesi et de Giuseppe Maria Galanti, qui fut le maître de Cuoco, et qui sont les héritiers de la pensée de Vico. La rupture avec la pensée de l’âge classique, et en particulier avec le cartésianisme et sa tradition est radicale. On substitue aux fondement métaphysiques de la pensée des principes anthropologiques, c’est-à-dire les créations du libre-arbitre des hommes, leurs institutions, leurs langues, leurs mœurs, leurs lois, tout ce que Vico regroupe sous le terme de « philologie »12. Désormais, la philosophie ne peut plus s’exercer en s’abstrayant de ce substrat philologique concret, expression du « sens commun » des hommes qu’elle doit réfléchir. Le mouvement réformateur napolitain radicalise ce mouvement et Cuoco ne fait que le continuer, que ce soit en proposant une chaire de « philologie universelle » dans son projet de réforme de l’Université13, ou même en critiquant Vico pour sa « métaphysique excessive » (soverchia metafisica di Vico14) et pour ne pas avoir su — bien qu’il en ait été selon Cuoco le principal instigateur — aller plus avant dans l’étude concrète et détaillée de chaque peuple15. Et Cuoco de s’inscrire dans la lignée d’Antonio Genovesi, inspirateur d’une « filosofia tutta di cose » avec pour but de « ramener la philosophie des abstractions théologico-métaphysico-légales à la maison »16. De là, Cuoco tire ce premier précepte : « connaître la maison dans laquelle nous habitons »17. Il s’agit donc non pas « d’écarter des faits » tel que pouvait le penser Rousseau18, mais au contraire de s’y ramener et d’y établir les conditions concrètes d’une véritable réflexion.

  • 19 Scritti vari, I, p. 275.
  • 20 Sur ce point, voir les analyses développées par F. Tessitore in Da Cuoco a De Sanctis. Studi sulla (...)

7Cette perspective est manifeste chez Cuoco qui multiplie, comme on l’a vu, les études historiques, sociales et économiques sur le royaume de Naples. Il faut cependant remarquer que ce retour aux faits, à l’histoire et à ses particularités, n’est pas pour Cuoco synonyme d’une simple réception passive qui rendrait toute tentative d’organisation et d’ordonnance du savoir impossible. Il y a ainsi au début de la Statistica della Repubblica italiana, une précision intéressante dans laquelle Cuoco qualifie méthodologiquement ce projet de retour aux faits. Il s’agit d’un « arte di osservare »19. Cet aspect, bien mis en valeur dans une étude de Fulvio Tessitore, montre que le retour aux faits n’est en rien l’abandon de la pensée, mais au contraire la détermination du lieu qui rend cette même pensée possible. En d’autres termes, connaître les faits d’un peuple, ce n’est pas simplement se limiter à la constitution passive et sédimentaire d’une érudition, mais au contraire déterminer le sens de l’insertion d’un peuple dans une tradition active qui lui donne son identité20.

8Ce retour aux faits, aux particularités irréductibles de chaque peuple n’en amène pas moins deux observations à la lecture des œuvres de Cuoco, et plus particulièrement du Saggio.

  • 21 Voir le point de vue original d’A. Pennisi qui étudie cette diversité d’un point de vue linguistiqu (...)

9La première idée — et Cuoco y revient très souvent — concerne l’impossibilité de terminer et d’achever l’étude concrète d’un peuple. L’exemple de Naples est ici particulièrement significatif : si l’on se fonde sur les caractéristiques du royaume de Naples, la catégorie de peuple a peu de sens : il n’y a aucune commune mesure entre un paysan calabrais et un lazzarone napolitain. À l’intérieur même de la ville de Naples, les strates sociales sont d’une telle diversité et complexité qu’elles rendent toute tentative d’homogénéisation impossible et abstraite21. On a ainsi le sentiment que l’étude du peuple est infinie, et qu’il est impossible de l’achever et de déterminer quelles sont ses caractéristiques, ou, pour prendre des termes aristotéliciens, quelle est la différence spécifique du peuple de Naples. Une telle perspective ne fait que mettre en avant une complexité sociale qui semble rendre illégitime l’utilisation de la notion de peuple.

  • 22 « Troppo francese e troppo poco napoletano », in Frammenti di Lettere dirette a Vincenzio Russo (Fr (...)
  • 23 « Parliamo della costituzione da darsi agli oziosi lazzaroni di Napoli, ai feroci calabresi, ai leg (...)

10La deuxième remarque concerne précisément la détermination de caractéristiques propres au peuple napolitain. La première chose à noter est que ces caractéristiques sont peu nombreuses et le plus souvent vagues dans le discours même de Cuoco. Certes, les études sur Naples, les voyages, permettent d’approfondir la connaissance du peuple napolitain (et en même temps de montrer la démesure d’un tel projet), mais force est de constater que Cuoco ne tire pas grand chose de cette analyse concrète des cose napolitaines. Cela est manifeste dans la critique qu’il fait de l’illusion de l’abstraction de la Révolution française et la nécessité pour les Jacobins d’ancrer la révolution dans la réalité napolitaine. Par exemple, Cuoco reproche au projet de constitution établi par Mario Pagano d’être « trop français et pas assez napolitain »22. Mais à aucun moment le qualificatif de « napolitain » n’est défini autrement qu’à titre de simple exigence programmatique et politique. De la même façon, Cuoco reproche au projet de Pagano d’être abstrait, fait pour des hommes sages, et de ne pas correspondre aux « féroces calabrais et aux lazzaroni oisifs »23. Il s’agit là finalement de considérations générales et qui ne déterminent en rien les caractères propres à un peuple.

  • 24 Ce point est important dans la mesure ou il existe une lecture nationaliste de Cuoco qui l’intègre (...)

11Il ne faut cependant pas voir là l’échec du projet de Cuoco, mais au contraire, une indication importante du résultat qu’il attend de cette étude empirique et détaillée. En effet, pour Cuoco déterminer les caractéristiques d’un peuple, son caractère, ce n’est en rien découvrir en lui des qualités qui détermineraient son destin et d’une certaine façon le retour d’une forme de millénarisme24. Pour le dire autrement, il n’y a aucune relation mécanique et nécessaire, de cause à effet, entre d’une part l’exigence d’un retour aux cose propres à un peuple, et d’autre part la construction d’une action politique qui reste profondément libre. Certes, l’analyse politique, historique et sociale de la situation napolitaine permet à Cuoco de constater l’existence de deux peuples différents et d’une certaine façon d’indiquer prospectivement qu’une action politique future qui en fait abstraction est nécessairement vouée à l’échec. Mais encore une fois, cette théorie des « deux peuples » est assez banale dans la littérature politique de l’époque, et n’est en rien spécifique au peuple napolitain.

12Arrivés à ce point de notre analyse, un premier point de conclusion pourrait être le suivant : l’exigence d’un retour aux faits, aux particularités d’un peuple, en d’autres termes, la détermination de son sens commun, ne s’accompagne pas de caractéristiques qui permettraient de déterminer a priori les voies de son futur. L’étude statistique est statique et ne crée aucun lien dynamique avec le futur politique d’une nation. Ce futur reste précisément « politique », c’est-à-dire, indéterminé, dans les mains des hommes et de leur liberté. Mais l’étude statistique n’en reste pas moins nécessaire. Seul le lien qui la relie à l’action politique doit être pensé de manière non mécanique, non déterministe pourrait-on dire, mais de manière politique. En d’autres termes, établir le diagnostic d’un peuple, n’est en rien pour Cuoco fixer son « génie » particulier, ni trouver dans son histoire un destin ou une finalité particulière, mais se donner une connaissance statistique, sociale qui permettra de rendre solide une action politique. Cette rupture entre le passé d’un peuple et son futur, qui empêche tout rapport mécanique de l’un à l’autre, mais qui en même temps dessine le cadre d’un espace réel pour une liberté politique et son action, nous voudrions en montrer la signification dans un deuxième moment.

  • 25 On trouve cette expression chez certains commentateurs de Cuoco, par exemple dans l’introduction qu (...)

13Connaître le peuple, ses particularités, connaître la « maison dans laquelle on habite » pour reprendre des termes cuochiens, sert à l’action politique, lui sert de moyen, même si cela ne la détermine pas. Qu’entend-on lorsqu’on affirme que la connaissance du peuple est un moyen pour l’action politique ? Il s’agit ici de préciser la fonction du peuple dans la pensée de Cuoco. L’ensemble des commentateurs de Cuoco s’accordent pour dire que le peuple est une notion centrale dans sa pensée, et que selon lui il serait le « sujet de l’histoire »25. Il n’en reste pas moins que cette prééminence, cette fonction essentielle, cette place de sujet sont particulièrement vagues, voire paradoxales si l’on se fonde sur la conclusion des remarques qui précèdent. Dans quelle mesure le peuple peut-il être « sujet », alors même qu’on semble dans l’impossibilité d’en donner une définition précise ou d’en circonscrire les qualités propres ? Le paradoxe disparaît cependant si on cesse de considérer le peuple comme un tout achevé, homogène dont on hériterait. Pour Cuoco, le peuple n’existe pas en amont, mais doit être construit, organisé en aval pour asseoir et fonder une véritable action politique.

  • 26 Cette action politique qui consiste à vouloir « fraterniser » (fraternizzare) avec le peuple échoue (...)
  • 27 Ce qui d’une certaine façon caricature les Jacobins napolitains et leur image d’extrémistes politiq (...)

14Cette remarque explique en grande partie le sens de l’analyse de l’échec de la Révolution napolitaine de 1799. Certes, l’idée principale est que le popolo est resté extérieur à la révolution jacobine dirigée par une classe limitée d’intellectuels, sans aucune racine, ni aucun relais politique dans un peuple, qui seul aurait pu la soutenir durablement. Mais derrière cette erreur, s’en dessine une autre, et qui d’une certaine façon est la conséquence de la première : l’échec est dû à la croyance en un peuple homogène, prêt à soutenir une révolution en tant que force organique. En ce sens, croire que le peuple napolitain était à même d’entendre les principes abstraits de la Révolution française devient une erreur presque secondaire. D’ailleurs Cuoco montre que cela n’a pas toujours été le cas et que certaines actions ont essayé d’établir des rapprochements avec le peuple, notamment en donnant des postes au lazzaroni26. Mais encore une fois, ces tentatives se soldent par des échecs, car à chaque fois — que ce soit dans la perspective de principes abstraits, ou dans celle d’un peuple peuplé de lazzaroni — elles se fondent sur la fausse croyance en un peuple uni, homogène, qu’il soit celui composé uniquement de jacobins ou celui composé uniquement de lazzaroni. L’erreur consiste non seulement à avoir pris la partie pour le tout, mais aussi à avoir cru que l’addition mécanique des parties suffisait à constituer un tout organique, un peuple homogène. La Révolution napolitaine de 1799 échoue non pas parce qu’on s’est trompé de peuple, c’est-à-dire, à cause d’une erreur accidentelle27, mais plus profondément parce qu’on a cru que ce peuple existait déjà en tant que tel, en tant qu’unité, qu’il soit jacobin ou constitué de lazzaroni. En d’autres termes, la Révolution napolitaine de 1799 échoue non pas parce qu’elle cible mal les caractéristiques d’un peuple, mais fondamentalement parce qu’elle pense se fonder sur une unité qui n’existe pas et qu’il lui faut précisément fonder.

  • 28 Un tel constat du reste n’est pas propre aux théoriciens napolitains, mais est également fait par d (...)
  • 29 « Le rivoluzioni sogliono svelare il gran segreto della forza di quel popolo, che ne’ tempi di tran (...)
  • 30 « Il popolo si credette abbandonato da tutti e fece tutto da sé », in Saggio (1806), XIV, p. 149.
  • 31 Cette idée de plusieurs peuples s’ignorant les uns les autres au sein d’une même cité avait déjà ét (...)

15En refusant de recevoir le peuple comme un tout achevé, mais en le déterminant comme horizon de toute action politique future, Cuoco ne tombe pas pour autant dans cette abstraction qu’il critique, mais se fonde sur l’histoire napolitaine. Cuoco n’a de cesse de rappeler la complexité sociale du royaume de Naples. À aucun moment l’histoire napolitaine n’offre l’exemple d’un peuple uni, organique, d’un sens commun harmonieux. Le peuple apparaît presque toujours négativement, par opposition. Il est cette masse informe, passive, inerte, sans conscience politique28, qui tout à coup peut devenir dangereuse, précisément lors d’insurrections violentes29. La Révolution de Masaniello est encore bien ancrée dans les mémoires napolitaines. Le peuple est une masse sans unité, sans conscience politique, mais qui laissée à elle-même, devient dangereuse et violente30. En supposant une unité qui n’existait pas, parce qu’elle était précisément à créer, les Jacobins ont délaissé ces multiples peuples napolitains, sans unité, dont la juxtaposition ne permet aucune synthèse31 et ainsi ont politiquement échoué. Inversement, le Cardinal Ruffo n’a supposé aucune unité populaire. Son succès est la construction d’une unité progressive qui permet de rendre solide son entreprise de reconquête du Royaume.

  • 32 Scritti vari, I, p. 287.

16Le peuple n’est donc pas en amont, mais en aval de l’action politique. Cette idée est du reste clairement exprimée dans la Statistica della Repubblica italiana, où dans un passage capital concernant la définition du costume pubblico, Cuoco montre qu’une telle définition est impossible si l’on s’attache à une simple étude descriptive. En revanche, si on donne une fin aux hommes, le bonheur public (pubblica felicità), on verra le costume pubblico s’organiser harmonieusement, des rapports se former, et donc la création d’un sens commun32.

  • 33 Saggio (1806), VII, op. cit., p. 93.
  • 34 Sur l’aspect « passif » et « actif » de la révolution, voir l’étude d’Alain Pons : « Révolution act (...)

17Le peuple en tant qu’unité est donc le résultat d’une action politique qui lui donne un sens. C’est en ce sens que l’on peut dans une certaine mesure le qualifier de sujet : non pas simplement par sa place, dont l’importance a maintes fois été soulignée, notamment chez Machiavel, mais parce que le peuple naît d’une prise de conscience d’appartenance à une unité politique, comme résultat d’une action politique libre. Cuoco substitue donc une conception dynamique, constructive du peuple à une conception statique et descriptive. De là la multiplication des termes dynamiques dans le Saggio : il s’agit de muovere il popolo33. Pour reprendre des expressions employées par Cuoco, il n’y a pas d’un côté une « Révolution active » qui caractérise la Révolution française et d’un autre côté une « Révolution passive » qui caractérise celle de Naples34. Cette typologie est faussement statique. Tout l’intérêt et l’enjeu de l’action politique est de transformer ce qui est passif en actif, c’est-à-dire, non pas simplement interpréter passivement les désirs de tel ou tel peuple, mais plus radicalement, de donner une forme à un peuple, c’est-à-dire l’engager dans l’action politique.

  • 35 Saggio (1806), XV, op. cit., p. 152.
  • 36 Cette idée est reprise plus tard par Antonio Gramsci, qui montre précisément que la révolution a éc (...)
  • 37 Cette analyse politique vaut également pour Ferdinand qui, par son immobilisme, n’a pas su donner f (...)

18L’analyse de l’échec de la Révolution de 1799 correspond donc chez Cuoco à ce double niveau rhétorique. L’échec peut sembler dans un premier temps simplement conjoncturel. Le mouvement a échoué, car on ne s’est pas appuyé sur les revendications réelles du peuple napolitain. Et ici Cuoco de condamner cette volonté d’importation d’idées abstraites de la Révolution française35. L’idée est que le peuple napolitain, par son histoire, sa tradition est irréductible à tous les autres peuples, et que dans cette mesure, la seule manière d’ancrer la révolution à Naples était de la fonder sur une connaissance détaillée des revendications de la plèbe et de ses difficultés sociales36. Le second niveau de l’analyse n’est plus simplement conjoncturel, mais structurel. La Révolution a échoué, non pas en raison d’une erreur tactique (à savoir ne pas s’appuyer sur la partie réellement révolutionnaire du peuple, à savoir la plèbe), mais parce que la plèbe n’existait pas en tant que conscience politique active et qu’il fallait la créer, c’est-à-dire lui faire prendre conscience de ses revendications. Bref, et pour relier ces deux faces du discours de Cuoco, l’échec de la révolution de 1799 renvoie à la fois à un manque de discernement quant aux forces réellement révolutionnaires du Royaume de Naples et à un manque d’effectivité politique, c’est-à-dire à l’incapacité des révolutionnaires à donner une forme à une matière plébéienne a priori inerte37. Tout le talent du révolutionnaire, toute son énergie doit précisément consister à rendre actif ce qui peut sembler passif, à donner une forme et mettre en mouvement ce qui est informe et inerte.

  • 38 Sur l’importance de la liberté, voir l’étude de R. Laporta, La libertà nel pensiero di Vincenzo Cuo (...)
  • 39 La nation n’est pas comprise de manière statique mais sur le modèle du vivant et de son développeme (...)
  • 40 Sur ce point voir l’étude de Maurizio Martirano : « Politica e cultura negli scritti giornalistici (...)
  • 41 Saggio (1806), XIX, op. cit., p. 181.
  • 42 Ibid.
  • 43 Id., XV, op. cit., p. 152.

19Cette fonction attribuée à la volonté politique et à la liberté38 rapproche Cuoco de Machiavel. Le peuple est le meilleur agent de la Révolution, non pas parce qu’elle a su se donner un allié de choix, mais parce qu’il est lui-même, dans son unité organique, l’expression d’une Révolution réussie. Il est d’ailleurs intéressant ici de remarquer que la plupart des textes de Cuoco ont cet aspect prospectif et volontariste. Toute son œuvre vise du reste à cette fin : créer le peuple, créer un sens commun, que ce soit à long terme dans le domaine éducatif39 ou à plus court terme dans le domaine journalistique40. L’idée est que le peuple est fanciullo41, c’est-à-dire, précisément plein de possibilités, mais encore en période de latence. Le rôle le plus important est alors pour celui qui sait éduquer ce peuple, l’agente del governo42, celui qui sait créer un intérêt commun, qui rompt l’inertie informe des hommes, celui qui précisément sait faire la synthèse entre des caractéristique propres et une action politique libre43.

20Au terme de cette étude, nous voulons souligner que le paradoxe initialement soulevé n’était qu’apparent. La prééminence du peuple chez Cuoco n’est en rien la soumission de l’action politique à des caractéristiques déterministes, qui feraient des hommes politiques les simples interprètes et scribes passifs des désirs non-dits du peuple. Cuoco ne limite en rien l’action politique et le ton du Saggio, en même temps que la place faite à la liberté, le manifestent parfaitement. L’idée est qu’on « aurait pu faire autrement », cela était politiquement possible. L’erreur n’a pas seulement été de se tromper de peuple, mais peut-être celle plus profonde de croire qu’il était déjà là et qu’on pouvait se passer de sa formation.

Top of page

Notes

1 Le Platone in Italia (1804-1806), roman en forme de dialogues, est en réalité une fiction dans laquelle Cuoco feint d’avoir retrouvé un vieux manuscrit relatant un voyage de Platon dans le Sud de l’Italie. Sur les circonstances de la rédaction de ce texte, voir d’A. De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Bari, Laterza, 1997, p. 78-79.

2 Notamment dans le « Redattore Cisalpino » à partir de 1801, dans le « Giornale italiano » à partir de 1804, et, lors du retour à Naples, dans le « Monitore delle Due Sicilie » et le « Corriere di Napoli ». Ces écrits (1801-1815) viennent d’être réunis par Domenico Conte et Maurizio Martirano : Vincenzo Cuoco, Scritti giornalistici, I. Periodo milanese, Napoli, Fridericiana Editrice Universitaria, 1999.

3 Rapporto al Re Gioacchino Murat e progetto di decreto per l’organizzazione della pubblica istruzione (1809). Dans ce cadre peut aussi rentrer le Viaggio in Molise (1812).

4 Statistica della Repubblica italiana (1802-1803).

5 Notamment le Saggio storico sulla rivoluzione napoletana, deux versions : 1801, 1806.

6 Cuoco préfigure ici les développements postérieurs de Mazzini et plus généralement de la tradition du Risorgimento italien.

7 Cette importance du popolo dans la pensée cuochienne a été constamment mise en avant par la littérature critique. Voir notamment de G. Gentile, Vincenzo Cuoco. Studi e appunti, Venezia, La nuova Italia, 1927, et de R. Laporta, La libertà nel pensiero di Vincenzo Cuoco, Firenze, La Nuova Italia, 1957.

8 Noté à partir de maintenant Saggio. Pour la première version (1801), nous utilisons la version critique établie par A. De Francesco, Manduria-Bari-Roma, Lacaita, 1998. Concernant la version de 1806, nous nous référons à l’édition établie par A. Bravo, Torino, UTET, 1975. La traduction du Saggio en français par B. Barère vient d’être rééditée : Histoire de la Révolution de Naples, Napoli, Vivarium, 2001. Cette édition est accompagnée de deux études, d’A. M. Rao et de M. Bouyssy. Notons enfin la parution prochaine de la traduction par Alain Pons de la première version du Saggio aux Belles Lettres dans une édition bilingue. Pour les autres textes de Cuoco, nous faisons référence aux deux volumes des Scritti vari, établis par F. Nicolini et N. Cortese, Bari, Laterza, 1924.

9 « La nazione napoletana si potea considerare come divisa in due popoli, diversi per due secoli di tempo e per due gradi di clima », in Saggio (1806), XVI, op. cit., p. 162.

10 À noter cependant le projet d’Emma Giammattei (université de Potenza) qui prépare un index raisonné des occurrences du terme popolo dans les différentes versions du Saggio, et cela afin d’en préciser l’emploi dans la pensée de Cuoco.

11 Ici Cuoco semble reprendre les analyses de Maistre qui écrit : « La constitution de 1795, tout comme ses aînées, est faite pour l’homme. Or il n’y a point d’homme dans le monde. J’ai vu, dans ma vie, des Français, des Italiens, des Russes, etc. ; je sais même, grâce à Montesquieu qu’on peut être Persan : mais quant à l’homme, je déclare ne l’avoir rencontré de ma vie », texte cité par B. Binoche, in Critique des droits de l’homme, Paris, PUF, 1989, p. 44.

12 Giambattista Vico, Scienza nuova (1744), §§ 7, 139.

13 Cf. G. Gentile, op. cit., p. 124.

14 Scritti vari, I, p. 343.

15 Sur ce point, voir les analyses d’A. Pennisi, La linguistica dei mercatanti. Filosofia linguistica e filosofia civile da Vico a Cuoco, Napoli, Guida, 1987, p. 240-242.

16 Scritti vari, II, p. 232.

17 « Conosciamo la casa che abitiamo : ecco il primo precetto », in Scritti vari, II, p. 232.

18 Ce qui a pour conséquence une théorie abstraite du peuple dans le Contrat social. Sur cette opposition entre « l’idéalisme » de Rousseau et plus généralement sur l’opposition entre un « esprit français » et un « esprit italien », voir les analyses de P. Hazard, in La Révolution française et les Lettres italiennes (1789-1815), 1910, reprint Genève, 1977, p. 229.

19 Scritti vari, I, p. 275.

20 Sur ce point, voir les analyses développées par F. Tessitore in Da Cuoco a De Sanctis. Studi sulla filosofia napoletana nel primo ottocento, Napoli, Edizioni Scientifiche Italiane, 1988, p. 21-22.

21 Voir le point de vue original d’A. Pennisi qui étudie cette diversité d’un point de vue linguistique, in La linguistica dei mercatanti, op. cit., p. 208.

22 « Troppo francese e troppo poco napoletano », in Frammenti di Lettere dirette a Vincenzio Russo (Frammento primo), in Saggio storico sulla rivoluzione napoletana, édition établie par F. Nicolini, Bari, Laterza, 1929, p. 220.

23 « Parliamo della costituzione da darsi agli oziosi lazzaroni di Napoli, ai feroci calabresi, ai leggieri leccesi, ai spurci sanniti ed a tale altra genia », in Frammenti di Lettere, op. cit., p. 220.

24 Ce point est important dans la mesure ou il existe une lecture nationaliste de Cuoco qui l’intègre dans une lignée Gioberti, Balbo, Mazzini, jusqu’à une utilisation postérieure par le fascisme. Sur ce point, voir les analyses de M. Vaussard, in De Pétrarque à Mussolini. Évolution du sentiment nationaliste italien, Paris, Armand Colin, 1961, p. 29-30. Voir également les analyses plus récentes de G. Pécout, in Naissance de l’Italie contemporaine (1770-1922), Paris, Nathan, 1997, p. 57-58. Remarquons au passage que le Platone in Italia n’a pas pour but exclusif de montrer que le destin particulier de l’Italie remonte bien avant Rome. Comme l’a bien vu G. Gentile, il s’agit avant tout d’une fiction littéraire à visée pédagogique (« libro di pedagogia politica ») destiné à réveiller une conscience nationale et à créer un esprit public, in Vincenzo Cuoco, Studi e appunti, op. cit., p. 49-51, 65-66.

25 On trouve cette expression chez certains commentateurs de Cuoco, par exemple dans l’introduction qu’Anna Bravo donne au Saggio (1806), op. cit., p 35.

26 Cette action politique qui consiste à vouloir « fraterniser » (fraternizzare) avec le peuple échoue car elle repose sur l’illusion d’un peuple organique, ayant une conscience politique unifiée. Cf. Saggio (1806), XL, op. cit., p. 264.

27 Ce qui d’une certaine façon caricature les Jacobins napolitains et leur image d’extrémistes politiques enfermés dans des principes abstraits. Des études montrent par exemple que les projets de Mario Pagano n’étaient pas aussi théoriques et « abstraits » qu’on le croit habituellement, mais manifestaient une bonne connaissance des conditions sociales dans lesquelles se trouvait le peuple napolitain.

28 Un tel constat du reste n’est pas propre aux théoriciens napolitains, mais est également fait par des voyageurs étrangers, comme par exemple Vivant Denon : « la populace napolitaine est bruyante parce qu’elle est nombreuse ; mais légère et indolente par caractère, elle n’est ni vindicative ni susceptible de suivre un long projet de vengeance (...). Plus tranquille et plus doux qu’aucun autre peuple, malgré la réputation que lui ont données les fréquentes révolutions de Naples, il ne se mêle jamais de gouvernement, et ne questionne jamais les ordres qu’on lui donne », in Voyage au Royaume de Naples (1778), Paris, Perrin, 1999, p. 66.

29 « Le rivoluzioni sogliono svelare il gran segreto della forza di quel popolo, che ne’ tempi di tranquillità suol esser la parte passiva di uno Stato. La rivoluzione francese lo ha messo in istato di produrre grandi beni e grandi mali », art. « Educazione popolare » tiré du « Giornale italiano », in Scritti vari, I, p. 96.

30 « Il popolo si credette abbandonato da tutti e fece tutto da sé », in Saggio (1806), XIV, p. 149.

31 Cette idée de plusieurs peuples s’ignorant les uns les autres au sein d’une même cité avait déjà été soulignée par Vico dans l’analyse historique qu’il avait faite de la conjuration du prince de Macchia : « nella città di Napoli poi, la vita sociale era caratterizzata da una bassa plebe senza alcuna coscienza politica, da un ceto medio nemico del disordine e adagiato nell’ozio, da una nobiltà che univa l’arroganza nei confronti della plebe al disprezzo delle attività pubbliche, e agitata al suo interno da malcontenti e ostilità reciproche » (trad. it C. Pandolfi), in La Congiura dei principi napoletani 1701, Napoli, Morano, 1992, p. 196.

32 Scritti vari, I, p. 287.

33 Saggio (1806), VII, op. cit., p. 93.

34 Sur l’aspect « passif » et « actif » de la révolution, voir l’étude d’Alain Pons : « Révolution active » et « révolution passive » d’après L’Essai sur la Révolution napolitaine de 1799 de Vincenzo Cuoco, in La philosophie et la Révolution française, collectif, sous la direction de B. Bourgeois et J. d’Hondt, Paris, Vrin, 1993, p. 229-235.

35 Saggio (1806), XV, op. cit., p. 152.

36 Cette idée est reprise plus tard par Antonio Gramsci, qui montre précisément que la révolution a échoué car elle n’a pas su trouver un réel fondement populaire. Il aurait fallu comprendre quelles étaient réellement les aspirations de la plèbe pour la faire réussir et lui donner une conscience politique effective. Sur ce point, voir notamment les analyses développées dans La questione meridionale.

37 Cette analyse politique vaut également pour Ferdinand qui, par son immobilisme, n’a pas su donner force et mouvement à son peuple, ce qui permet à Cuoco de qualifier la Cour du Royaume de Naples de « Corte delle irresoluzioni », in Saggio (1806), IV, op. cit., p. 72.

38 Sur l’importance de la liberté, voir l’étude de R. Laporta, La libertà nel pensiero di Vincenzo Cuoco, op. cit.

39 La nation n’est pas comprise de manière statique mais sur le modèle du vivant et de son développement. Ainsi elle passe de l’enfance à l’adolescence. Éduquer un peuple, c’est donc faire apparaître en lui des qualités qui resteraient cachées sans cette volonté de développement. Cf. Saggio (1806), VIII, op. cit., p. 99.

40 Sur ce point voir l’étude de Maurizio Martirano : « Politica e cultura negli scritti giornalistici di Vincenzo Cuoco (1801-1806) », in V. Cuoco, Scritti giornalistici (1801-1815), I, Periodo milanese (1801-1806), a cura di M. Martirano, op. cit., p. XXIII-LXVII.

41 Saggio (1806), XIX, op. cit., p. 181.

42 Ibid.

43 Id., XV, op. cit., p. 152.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Girard, « Peuple et politique dans la pensée de Vincenzo Cuoco », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 26 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/395 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.395

Top of page

About the author

Pierre Girard

Pierre Girard est agrégé de philosophie détaché au CNRS (UMR 5037/CERPHI). Il consacre ses recherches à la pensée politique italienne (Vico, illuminisme napolitain, V. Cuoco, M. Pagano, A. Labriola, A. Gramsci), et prépare une thèse de doctorat sur « Communauté et politique dans la pensée de Giambattista Vico ».

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page