Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le peuple. Formation d'un sujet politique

Giosuè Carducci et le populisme risorgimental

Laura Fournier
p. 65-82

Full text

  • 1 Nous signalons ici l’ouvrage extrêmement intéressant d’A. Banti, La nazione del Risorgimento. Paren (...)
  • 2 A. Asor Rosa, Scrittori e popolo. Il populismo nella letteratura italiana contemporanea, Torino, Ei (...)

1Une des questions principales qui dominent le XIXe siècle, dans l’ensemble des pays européens, est celle de l’éducation nationale du peuple, dans le contexte de la nation building1. En Italie, au moment de la formation de l’État unitaire, il faut encore « faire les Italiens » et rechercher une identité nationale, dans le but d’homogénéiser matériellement et culturellement peuples et territoires de la Péninsule. D’autre part, une réflexion sur le rôle du peuple était devenue indispensable, car dès la première moitié du XIXe siècle, les penseurs les plus éclairés, notamment Vincenzo Gioberti et Giuseppe Mazzini, observent que la consolidation de l’unité politique ne pouvait se faire qu’à travers une réforme radicale des rapports sociaux entre les classes de la société. Alberto Asor Rosa, dans son célèbre essai Scrittori e popolo2, a bien mis en lumière comment derrière les réalisations des écrivains et les décisions des hommes politiques s’exerçait la pression d’une masse sociale subalterne. La bourgeoisie devait ainsi fournir une réponse au problème de la présence historique, ainsi que des fonctions politiques, sociales et culturelles du peuple.

  • 3 Pour une vision complémentaire à la nôtre du parcours du poète, nous renvoyons à l’article N. Jonar (...)

2Le parcours du poète Giosuè Carducci, dont l’œuvre marqua profondément toute une époque, celle de l’Italie libérale, se situe à un carrefour où se croisent les questions de la création d’une mythologie de l’Italie, de la définition du rôle du peuple dans l’histoire de la nation italienne, mais aussi la question de la dérive anti-populaire des intellectuels bourgeois vis-à-vis des plèbes, au moment de la naissance de la société de masse3. Le rôle de Carducci, poète et critique, est central dans l’histoire du XIXe siècle, car par son autorité il a eu le pouvoir d’insérer un véritable corpus de thèmes et motifs populistes dans le panorama de la tradition lyrique et civile italienne. D’autre part, Carducci touche de près les questions politiques qui agitent le XIXe siècle, et ses hésitations sur la place à attribuer au peuple en politique sont emblématiques des intellectuels et hommes politiques issus du Risorgimento, et auront de larges conséquences au XXe siècle.

Carducci et le populisme européen

  • 4 A. Asor Rosa, op. cit., p. 21.
  • 5 G. Carducci, Opere, Edizione Nazionale, Bologna, Zanichelli, 1935-1940, [dorénavant Opere], vol. VI (...)
  • 6 Carducci écrit à propos de Victor Hugo dans sa lettre du 27 avril 1862 à Carlo Gargiolli : « Quel c (...)

3Dès sa jeunesse, Carducci est largement influencé par les courants populistes européens. À l’époque, la grande patrie du populisme était la Russie, et Asor Rosa a contribué à souligner l’importance des théoriciens et agitateurs depuis Herzen jusqu’à Bakounine dans les milieux littéraires de la fin du XIXe siècle4. Toutefois les théories de Carducci sur le peuple et le populisme lui sont inspirées essentiellement par des Français : Claude-Henri de Saint-Simon et son essai Le nouveau Christianisme (1825), Jules Michelet, qui écrit Le peuple en 1846, et Pierre Joseph Proudhon, avec Qu’est-ce que la propriété ? (1840) et La philosophie de la misère (1846). C’est à travers ces auteurs que Carducci voit dans le peuple le moyen de corriger et d’améliorer la société. Il affirme, dans son discours Di alcune condizioni della presente letteratura (1861), que le peuple est la « première force de la révolution5». Carducci est enfin un grand admirateur de Victor Hugo6, qui avec ses Châtiments (1853) impose à toute l’Europe un genre de poésie rhétorique et civile qui se sert de l’appel au peuple comme d’un instrument essentiel à la réalisation d’une révolution démocratique contre la tyrannie.

4L’importance de Carducci tient à son rôle qui va faire de lui le récepteur de toutes ces tendances européennes, qui saura les insérer avec sa force de poeta vate dans la tradition lyrique et civile de la poésie italienne. Carducci a la conviction que le peuple porte en soi des valeurs positives, et qu’il est en quelque sorte un élément privilégié, que l’on peut opposer à la corruption de la société, aux injustices du destin et des hommes, à la violence et à l’inégalité.

  • 7 Cette expression est employée par F. Mattesini, Per una lettura storica di Carducci, Milano, Vita e (...)
  • 8 Carducci, contrairement à Alfieri, ne méprise pas la plèbe des non-possédants par rapport au peuple (...)
  • 9 G. Carducci, Opere, vol. III, p. 21 et p. 22.
  • 10 Id., vol. IV, p. 182 : « Salve, Piemonte ! A te con melodia/ mesta da lungi risonante, come/ gli ep (...)

5Il participe à une véritable « canonisation7» du peuple, souvent confondu avec la plèbe romaine8, et qualifié de « sainte canaille » et de « plèbe martyre9 ». L’évolution des prises de position politiques de Carducci, du camp des républicains à celui des partisans de la monarchie, n’empêchera pas le poète de rechercher jusque dans ses dernières années l’image du peuple idéal, qu’il peindra par exemple dans Piemonte (1890), sous les traits du « peuple brave » piémontais10.

  • 11 Id., vol. II, p. 419.

6Son image du peuple est initialement liée à celle de la révolution : en premier lieu la Révolution française, qu’il analyse dans les sonnets qui composent son poème Ça ira (1883) ; mais également les révolutions slaves : les luttes pour leur indépendance des Serbes, des Grecs et des Polonais que Carducci célèbre déjà vingt ans plus tôt dans son ode Nei primi giorni del 1862 (« tutta una plebe a Dio grida e si duole11 »).

7Dans les vers de Ça ira, il chante la victoire du peuple contre la monarchie absolutiste. Le peuple, identifié avec le peuple en armes, prêt à devenir soldat pour combattre et mourir pour la patrie, représente la force saine de la nation, qui se met au service de l’idéal. On peut lire :

  • 12 Id., vol. III, p. 328.

Gruppo d’antiche statue severo
sotto i nunzi incalzantisi con l’ore
sembra il popolo : in tutti uno il pensiero
Perché viva la patria, oggi si muore12.

8L’image du peuple que l’on rencontre ici est essentiellement abstraite, tout comme dans la représentation des « fils de la terre » qui vont à la conquête des grands principes :

  • 13 Ibid., p. 324.

Son della terra faticosa i figli
Che armati salgon le ideali cime,
Gli azzurri cavalier bianchi e vermigli
Che dal suolo plebeo la Patria esprime13.

9Carducci essaie de retrouver cet idéal abstrait à son époque. Dans sa lettre du 4 février 1862, vraisemblablement inspiré par les révolutions en Pologne, il écrit à Diego Mazzoni :

  • 14 G. CARDUCCI, Lettere, vol. III, p. 27.

La rivoluzione mugge nell’aere, vasta, densa, terribile : scoppierà su tutta l’Europa (...). Questo è certo : studia bene la storia contemporanea, e vedrai che non può avere altro che questo esito, e la rivoluzione sarà nazionale, politica, sociale. Sociale, a dispetto di chi non la vuole14.

10La révolution signifie pour lui une sorte d’éveil des peuples opprimés contre le pouvoir monarchique autoritaire, en même temps qu’un triomphe de la démocratie dans un sens national, suivant les principes de 1789.

La « fabrique » de mythes populistes

  • 15 Voir notamment le récent ouvrage de A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVI (...)

11Ces multiples évocations du peuple nous ramènent en fait à la participation de Carducci au processus, collectif et transnational en acte à cette époque15, de formation identitaire de la nation. Le poète contribua à la détermination du patrimoine de l’Italie, et avant tout à l’identification des aïeux fondateurs. Au travers de ses poésies, il met en place des éléments d’une mythologie pour créer un patrimoine commun et indivisible aux Italiens, qui prépare le culte des ancêtres. Il identifie ainsi le peuple italien tour à tour aux bons paysans, aux Romains et aux guerriers du Moyen Âge.

12Dans les années 1850, le poète développe une image du peuple en accord avec le mythe qu’il forge de l’Italie paysanne et rurale, qui représente pour lui l’âge d’or. Il s’arrête sur des épisodes de la vie rurale et sur des descriptions du peuple des campagnes. Dans sa poésie I Mietitori (1850), il met en place une série de topoi, comme celui du peuple en fête, uni et heureux :

  • 16 G. Carducci, Opere, vol. I, p. 343. On retrouve ces mêmes thèmes dans La Spigolatrice (1851) et dan (...)

A dolce festa assisi
Su’ prosperi covoni
Noi non tiene divisi
Spirto crudel di sangue e di tenzoni :
E tra’ figli d’Adamo
Soli felici a te, Signor, cantiamo16.

  • 17 M. Formica, « Tra semantica e politica : il concetto di popolo nel giacobinismo italiano (1796-1799 (...)

13Cette attitude de Carducci reste dans la droite ligne de l’image du « bonheur sous le chaume » des philosophes des Lumières, ainsi que de l’humanitarisme tourné vers le peuple des jacobins italiens17, et s’accorde avec l’attention portée aux plèbes paysannes dans les théories populistes de Bakounine. Pour son inspiration poétique, Carducci est fortement influencé par Giuseppe Parini, qui a permis aux premières figures populaires d’être accueillies dans la poésie italienne, notamment dans le Matin (1763), où le « buon villano » (le bon paysan) est opposé au riche seigneur. On remarquera chez Carducci la tendance, typique au XIXe siècle, à identifier durablement le bon peuple principalement avec les masses rurales, et, lorsqu’il s’agit d’évoquer le travail, de représenter le travail agricole. On le retrouve encore dans les années 1890, dans Cadore (1892), ainsi que Alla città di Ferrara (1895). On lit dans Cadore :

Di biondi parvoli
fioriscono a te le contrade,
e da le pendenti rupi il fieno

falcian cantando le fiere vergini
attorte in nere bende la fulvida
chioma ; sfavillan di lampi
ceruli rapidi gli occhi : mentre

  • 18 G. Carducci, Opere, vol. IV, p. 212-13.

il carrettiere per le precipiti
vie tre cavalli regge ad un carico
di pino da lungo odorante18 (...)

  • 19 A.-M. Thiesse, op. cit., p. 159.

14À côté de cela, les conditions de vie et de travail des ouvriers, ainsi que des masses urbaines, sont peu connues et peu comprises. Cette attention exclusive portée au peuple italien rural, même si majoritaire, et la méfiance vis-à-vis de la naissance du peuple ouvrier et des premières grandes agglomérations urbaines, marqueront en profondeur tout le XXe siècle. D’autre part, comme l’a bien mis en lumière Anne-Marie Thiesse, les paysans, parce qu’ils sont tout près du sol, sont l’expression la plus authentique du rapport intime entre une nation et une terre, et du long façonnage de l’être national par le climat et le milieu. Le peuple des campagnes devient le symbole de la patrie et un référent éthique19.

15Mais c’est surtout dans l’histoire italienne que Carducci va puiser les éléments d’une mythologie nationale. Dans l’histoire de Rome, il retrouve l’origine ethnique du peuple italien, tandis que les récits des combats des communes médiévales permettent au poète de fournir au peuple une épopée.

  • 20 Pour un aperçu du mythe de Rome au XIXe siècle, voir le chapitre « L’idea di Roma » de F. Chabod, S (...)
  • 21 Au même moment, la France se définit comme fille aînée des Celtes (S. Citron, Le mythe national, Pa (...)

16En premier lieu, Carducci est considéré comme le plus grand interprète des aspirations romaines de la bourgeoisie italienne : il se fait le défenseur, auprès des générations post-risorgimentales, de la romanité de l’Italie20, et contribue à la définition de la péninsule comme fille aînée des Romains21. À partir du recueil Giambi ed epodi, mais surtout dans ses Odi barbare, il donne une image de la ville éternelle qui en fait un symbole du peuple italien. Par exemple, dans Dinanzi alle terme di Caracalla (1877), le peuple romain est peint dans ses fonctions de citoyen (le quirite), et incarne les vertus patriotiques et religieuses :

  • 22 G. Carducci, Opere, vol. IV, p. 19.

Tra ’l Campidoglio
e l’Aventino il reduce quirite
guardava in alto la città quadrata
dal sole arrisa, e mormorava un lento
saturnio carme22.

  • 23 Voir notamment les poésies Agli amici della Valle Tiberina (1867), Per Eduardo Corrazzini (1868), A (...)

17Au travers de ses poésies, il va forger l’image d’un peuple guerrier et courageux, marqué par l’amour de la patrie et de la liberté23. Ce mythe est ensuite employé pour inciter le peuple italien à suivre l’exemple du peuple citoyen de Rome, comme il le montre bien dans l’ode Nell’annuale della fondazione di Roma (1877) :

gli archi che i nuovi trionfi aspettano
non più di regi, non più di cesari,
e non di catene attorcenti
braccia umane su gli eburnei carri ;

  • 24 G. Carducci, Opere, vol. IV, p. 16-17.

ma il tuo trionfo, popol d’Italia,
su l’età nera, su l’età barbara,
su i mostri onde tu con serena
giustizia farai franche le genti24.

18Le peuple italien, mis en parallèle avec le peuple romain, est ainsi appelé à triompher de l’ensemble d’idées, de mythes et de superstitions qui se sont perpétuées depuis le Moyen Âge jusqu’au temps présent. On peut également lire ici une allusion anticléricale, « l’âge noir et barbare » renvoyant à l’obscurantisme clérical.

  • 25 Sur le mythe du Moyen Âge au XIXe siècle, voir I. Porciani, « Il medioevo nella costruzione dell’It (...)

19Il fallait ensuite une épopée à ce peuple, une histoire de la nation comme récit d’un combat continu à travers les siècles pour la liberté, contre l’oppression, vers la souveraineté. Carducci affirme l’ancienneté de la détermination politique du peuple italien dans les poésies qui mettent en scène le mythe communal du Moyen Âge25. Dans Il Parlamento (1876), première partie de sa Canzone di Legnano (1879), il décrit notamment la lutte pour l’indépendance des habitants de la Lombardie organisés en « parlement ». Il inscrit ainsi dans la continuité de son histoire le combat pour la liberté et la démocratie.

20À cette image héroïque du peuple, Carducci va ajouter le mythe d’une société populaire idyllique. Le poète admire la vie simple et forte des communes italiennes : dans Faida di comune (1875), et surtout dans Comune rustico (1885), il représente la commune médiévale comme le symbole et le synode de l’idéal de gouvernement. Le peuple, organisé en « petit sénat », est prêt à mourir pour la défense de la liberté :

  • 26 G. Carducci, Opere, vol. III, p. 303.

E voi, se l’unno e se lo slavo invade,
Eccovi, o figli, l’aste, ecco le spade,
Morrete per la nostra libertà26.

  • 27 B. Anderson, Imagined Communities : Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, revised ed. (...)

21Par tous ces exemples, on remarque que le leitmotiv constant de Carducci est que le peuple italien doit prendre conscience de son origine commune et des vertus éthiques dont il a hérité. Il s’agit bien là d’une construction identitaire forgée à partir de l’imaginaire national, telle qu’elle a récemment été mise en lumière dans les essais de Benedict Anderson, Anne-Marie Thiesse ou Suzanne Citron pour la France, et récemment par Alberto Banti pour l’Italie27. Carducci diffuse une image mythique du peuple italien à partir de l’histoire et de la littérature, et permet de créer des liens d’identité et de cohésion entre les habitants de la péninsule. Il confère une épaisseur historique nationale au peuple italien, qu’il enfle et modèle avec des images collectives. Il met ainsi en avant les faits et épisodes caractéristiques du génie italien, en opérant une résurrection du passé sur le mode de l’héroïsme épique et du récit mythologique.

Le peuple et le Risorgimento

22Les poésies et les écrits de Carducci sur le Risorgimento fournissent un élément supplémentaire à l’opération de mythification du peuple. La première partie de la vie du poète est située en plein Risorgimento, et, même si le poète ne participa pas directement aux événements, ses poèmes composés de 1859 à 1862 accompagnent l’accomplissement de l’Unité italienne.

23Carducci ne se contente pas seulement de rappeler les vertus du peuple lors des batailles et des insurrections, comme par exemple son amour pour la liberté, qu’il chante dans l’ode A Vittorio Emanuele (1859) :

  • 28 G. Carducci, Opere, vol. II, p. 198.

O plebi di Bologna e di Milano,
A cui per libertà morir non duole28 !

  • 29 Id., vol. III, p. 21.

24En 1868, il compose encore Nel vigesimo anniversario dell’8 agosto 1848, où il célèbre le sacrifice de la « plèbe « bolonaise face aux Autrichiens : « la plebe vile/ gridò : Moriamo29. »

25Carducci met l’élément populaire, le popolo, au centre de ses réflexions, et il contribue en particulier à donner un rôle au peuple dans l’histoire de la nation.

  • 30 « [l’]unione tra i borghesi e i patrizi, tra il ceto medio e la plebe, tra i poveri e i ricchi ; e (...)

26En reprenant ce qui l’intéressait des enseignements de Gioberti, qui appelait toutes les classes sociales à l’union nationale30, Carducci participa spirituellement dans sa jeunesse à la réalisation de l’Unité en apportant son soutien à la maison de Savoie, soutien justifié par le lien qui unissait les souverains au peuple. Il explique, dans la préface de son hymne Alla croce di Savoia (1859) :

  • 31 G. Carducci, Opere, vol. V, p. 329.

In questo canto ho voluto versificare la storia di due principii diversi, congiunti ora nel fine di riunire la patria : i due principii, intendo, popolano e monarchico31.

27Carducci soutiendra toute sa vie que c’est l’union de ces deux éléments qui a fait l’Italie, et non seulement la volonté du Roi. Il le répète encore dans sa préface aux Giambi ed epodi (1882) :

  • 32 Id., vol. XXIV, p. 148-9.

Io dunque era dei moltissimi che nel ’59 e nel ’60 accolsero la formola garibaldina Italia e Vittorio Emanuele, senza verun entusiasmo per la parte moderata e i suoi condottieri, ma lealmente ; un po’ per riconoscente affetto al re del Piemonte, [...] un po’ per il concetto che nella fusione dell’elemento signorile co ‘l cittadino, dell’esercito co ‘l popolo, delle memorie monarchiche d’una parte con le democratiche d’altre parti del paese, [...] la storia d’Italia [...] troverebbe alfine [...] il suo esplicamento e complemento necessario, la liberazione, la unione e la grandezza di tutta la patria per virtù e forza della nazione, senza e contro ogni ingerenza straniera32.

28Le peuple est ici considéré comme l’un des deux éléments du binôme peuple-roi, qu’il ne convient pas de négliger.

29Mais Carducci est également marqué par l’idéologie mazzinienne, pour qui le peuple n’est pas seulement un élément du tableau, mais il représente la force essentielle et irremplaçable du développement national. Ce n’est plus des princes, toujours susceptibles de pactiser avec l’ennemi selon leurs intérêts de monarques, qu’il faut attendre le salut et la sauvegarde de la patrie, mais de l’élan sacré de la nation consciente d’elle-même et luttant pour sa survie. Carducci semble hésiter entre ces deux positions. En effet, en novembre 1861, il annonce l’avènement du peuple, puissance nouvelle :

  • 33 Id., vol. XXVI, p. 318.

una potenza nuova, baldanzosa di gioventù e di speranza, signora dell’avvenire, il popolo ; il quale oggi s’è dritto fino alla cintola fuor del sepolcro ove l’avevan ricacciato la chiesa e la diplomazia, domani balzerà padrone sul campo della società e dell’arte33.

30Dans sa lettre déjà citée à Diego Mazzoni, il célèbre encore le rôle joué par la plèbe dans les batailles du Risorgimento :

  • 34 G. Carducci, Lettere, vol. III, p. 26-27.

come disperar della plebe ? della plebe che ha fatto le cinque giornate a Milano, il 12 gennaio a Palermo, l’8 agosto a Bologna, la difesa di marzo a Brescia ? Questa è la plebe, questa è l’età, che ha per suo simbolo Garibaldi34.

  • 35 D. E. Comucci, Tre discorsi, San Sepolcro, Beccamorti, 1861. Cité in G. Carducci, Opere, vol. XXVI, (...)
  • 36 Ibid., p. 145.

31En effet, l’idéal principal qu’incarne le peuple est celui du patriotisme, contre les ennemis de l’unification de la péninsule, mais aussi contre les forces centrifuges qui menacent l’Italie. Pour Carducci, le peuple s’est plus souvent montré patriote que l’aristocratie ou que les élites. Il soutient avec force cette idée dans le compte rendu critique du livre de D. Ernesto Comucci, qu’il écrit pour La Nazione. Comucci déclarait : « Il popolo si compiace anche del dominio del Turco, quando profonda pane e divertimento35». Carducci rétorque que ce sont au contraire les classes privilégiées qui le plus souvent s’inclinent face à la domination étrangère, alors que « il povero popolo rimane in disparte dallo straniero ; e, dove altro non possa, guarda amorosamente le tradizioni del linguaggio e del costume patrio, che gli altri ordini vergognosamente disperdono ». Il ajoute même : « Se di giustizia e rispetto non ci apparisce degno il popolo, facciamogli almeno la grazia di non calunniarlo ; ché egli riempie le file dell’esercito nazionale, egli combatte le battaglie della patria, egli sostenta e adorna gli ozi della borghesia36 ». On peut remarquer tout de même dans ces dernières phrases une certaine tendance à l’attitude paternaliste. Carducci ouvre la voie aux tendances nationalistes qui trouveront leur apogée chez Alfredo Oriani et Giovanni Pascoli, qui développent l’idée du peuple dans la Nation et pour la Nation. Carducci, quant à lui, n’interprète pas le Risorgimento comme une révolution nationale populaire, mais, par l’image du binôme roi-peuple, il insiste sur le rôle du peuple comme d’un instrument au service d’un idéal bien supérieur.

La participation politique du peuple et de la plèbe

32Par rapport à ses prédécesseurs, les réflexions de Carducci doivent faire face aux grandes questions des partis politiques après l’Unité, à propos de la participation du peuple à la vie politique par le vote. Carducci, au début des années 1880, fait partie du vaste mouvement antiparlementaire qui pointe le manque de représentativité des députés, ceux-ci étant élus par un suffrage des plus restreints. Le 22 août 1880, trois mois après les dernières élections politiques au suffrage restreint, avant la réforme électorale de 1882, il prononce à Venise un discours improvisé qu’il intitule Il suffragio universale, où il refuse d’admettre que le Parlement de Montecitorio représente l’Italie. Il explique :

  • 37 G. Carducci, Opere, vol. XXV, p. 22.

Esso rappresenta una minoranza incerta di idee ; una minoranza che non ha vedute, che non ha coraggio ; una minoranza la quale non dà che lo spettacolo di piccole battaglie, di scaramuccie, di movimento di ombre cinesi37.

  • 38 Ibid., p. 20.

33Néanmoins, lorsqu’il emploie le terme « suffrage universel », on ne doit pas comprendre un suffrage véritablement universel qui n’existe pas au XIXe siècle, mais le suffrage élargi qui sera mis en place deux ans plus tard. C’est en effet en prenant l’exemple de la Prusse et de la France, deux nations où il y avait un suffrage plus large, mais non universel, que Carducci propose ce dernier « come instrumento al miglioramento del paese ; come mezzo d’innalzamento della nazione38 ». Il conclut :

  • 39 Ibid., p. 24.

io credo che l’Italia debba quella gioventù sua riattingerla nel grande conservatore della vita, ch’è il popolo. (...) Finora abbiamo avuto l’Italia dei borghesi diversamente distribuiti ; abbiamo avuto l’Italia dei Destri e dei Sinistri. Ora non vogliamo più d’un partito che dell’altro ; noi vogliamo alla fine quella che fu l’aspirazione di tutta la nostra gioventù, per la quale sognammo, per la quale pensammo, per la quale operammo, per la quale combattemmo ; vogliamo l’Italia del popolo italiano39.

34On constate ici que le peuple représente pour le poète un élément qui permet de garder en bon état de conservation les vestiges du passé glorieux mythique des Italiens, mais aussi qu’il est l’instrument idéal du conservatisme politique, Carducci l’imaginant comme le meilleur défenseur de l’ordre social, des idées et des institutions du passé.

35Mais le populisme de Carducci ne doit pas nous faire oublier que la participation de tout le peuple à la direction de la société était loin d’être souhaitée, même par les partisans de la république et lesjacobins dont faisait partie le poète.

  • 40 D’après le titre du livre de M. Bacigalupi, P. Fossati, Da plebe a popolo. L’educazione popolare ne (...)

36Ceci devient encore plus évident lorsque, pour ses besoins rhétoriques, le poète tente de distinguer le peuple de la plèbe. Sous sa plume, la plèbe (ou masses, ou moltitudine) sert alors à désigner une catégorie sociale inférieure, qui doit être surveillée et éduquée pour qu’elle soit utile à la nation. Carducci, en tant que professeur de littérature, a toujours affirmé la nécessité de transformer la plèbe en peuple40, grâce à l’alphabétisation et à l’éducation scolaire, en premier lieu nationale. Vers la fin de sa vie, en tant que sénateur, il résume son souhait :

  • 41 Discours au Sénat du 17 décembre 1892, in G. Carducci, Opere, vol. XXVIII, p. 102.

è verissimo ed è giustissimo che lo Stato abbia da curare la condizione delle così dette masse o plebi, la quale è pur troppo tanto misera e abbietta che bisognerebbe prima pensare ad alimentarle meglio e a trasformarle o formarle in popolo ; se cotesto è vero, e dobbiamo farlo anche per l’utile nostro, perocché ivi covi un pericolo e una minaccia imminente ; è d’altra parte anche debito di uno Stato che si chiama Italia, coltivare e mantenere nella borghesia quell’alta idealità che fece la patria41.

37Pour Carducci, la multitude doit avant tout rentrer dans le cadre institutionnel, et la bourgeoisie de son côté se doit de conserver la direction de la société. La position du poète reste inchangée entre les années 1870 et 1890. En 1873, il affirmait déjà que la plèbe devait avoir la simple fonction d’élément vitalisant :

  • 42 Alla lega per l’istruzione del popolo, G. Carducci, Opere, vol. XXV, p. 49.

L’avvenimento della plebe è una necessità storica : solo che ella non deve, e né pur volendo potrebbe, sovrapporre sé agli altri ordini o soggettarseli, e né meno violentemente distruggerli. Ella, corrente primaverile di vita, infondendosi negli altri elementi sociali li digelerà, e li compenetrerà mescolandosi. Allora lo stato, la religione, la filosofia, l’arte saranno veramente e santamente innovati, allora esisterà finalmente il popolo ; il popolo, uno, eguale, libero42.

38La métaphore du « vent de printemps « nous fait implicitement penser au vitalisme attribué traditionnellement à la jeunesse. Le peuple, partie la plus jeune de la société, ne peut exister que dans le rôle d’élève discipliné des classes « sages » et expérimentées. Luigi Russo n’avait pas hésité à comparer ce discours de Carducci au célèbre apologue de Menenius Agrippa, Les Membres et l’Estomac, qui avait réussi à apaiser la plèbe romaine et à la faire obéir aux consuls. Loin de se ranger dans les rangs du peuple, Carducci se situe parmi les patriciens qui ne peuvent pas se passer des plébéiens.

 « Question sociale » et socialisme

39L’ouverture de Carducci à la question de la représentation populaire reste donc extrêmement limitée. Face aux conditions misérables du peuple qui commence à prendre conscience de sa position et à revendiquer des droits, l’attitude du poète est emblématique de la politique de la Gauche issue du Risorgimento, qui réagit par la peur des masses, compensée par une attitude paternaliste et conservatrice.

  • 43 « Urge dunque il provvedere al miglioramento dei campagnoli, ed uno di essi miglioramenti si è l’is (...)

40Carducci médite à partir de 1861 sur les grandes disparités sociales entre plèbe et bourgeoisie : après avoir décrit les conditions pitoyables des paysans et des journaliers il soutient la nécessité de pourvoir à l’instruction civile et morale de la plèbe43.

  • 44 N. Jonard, op. cit., p. 211-212.

41En outre, en même temps qu’il écrit à Guerrazzi pour l’inciter à célébrer la plèbe dans sa condition héroïque, il s’intéresse au contraste entre les pauvres et les riches, comme dans Per raccolta in morte di bella e ricca signora (1862), où la plèbe est représentée comme misérable et humiliée, victime des injustices. Il évoque même le monde industriel dans l’image de l’enfant-ouvrier retrouvé mort de faim et de fatigue dans les rues de Turin, développée dans sa poésie Carnevale (1863). Norbert Jonard a mis en évidence l’utilisation par Carducci de la figure de l’âne pour symboliser le peuple, esclave du travail44.

  • 45 G. Carducci, Lettere, vol. III, p. 139.
  • 46 Id., vol. V, p. 231.

42Les accusations de Carducci des années 1860 portent sur les classes supérieures, rendues responsables de la misère de la plèbe. Dans sa lettre à Carlo Gargiolli du 27 avril 1862, il parle de l’esclavage de la plèbe voulu par les deux classes, la moyenne et la supérieure. Dans celle du 16 mai 1862 à Chiarini, il critique : « l’egoismo vendereccio e mercatante dell’infame e merdoso ceto medio o borghesia (...) la quale s’impone forzatamente, perché è possidente e banchiera, e usufrutta la libertà per sé sola45» ; et plus tard, dans celle du 3 juillet 1868 à Chiarini, il déclare : « la plebe ha poi la catena e la palla del galeotto al piede, onde non si può muovere : è ancora attaccata alla gleba, com’era essa borghesia al tempo del feudalesimo. La eguaglianza (se volete, concediamolo) sarà sancita : ma ai più mancano i mezzi di essere eguali ai pochi46. » Carducci montre par là d’être parfaitement conscient de l’ampleur de la « question sociale » en Italie, et de la conséquence inévitable que la situation dégénère en conflit.

43Dans un premier temps, il se sent donc solidaire de ces classes défavorisées qu’il défend avec la force de sa poésie. En 1868 notamment, il se place aux côtés du peuple pour s’opposer à l’impôt sur les farines (tassa sul macinato) proposé par Quintino Sella : il prend la défense des ouvriers qui s’étaient révoltés à la fin de l’ode Nel vigesimo anniversario dell’8 agosto 1848, qui fut placardée comme un manifeste dans les rues de Bologne. Son propos dénonce l’illusion du peuple qui meurt pour la bourgeoisie, en croyant mourir pour la patrie :

  • 47 G. Carducci, Opere, vol. III, p. 22.

Il tuo sangue e la patria oggi : a la legge
il sangue e il pan domani. E pur non fai
tu leggi, o plebe, e, diredato gregge,
patria non hai47.

44Le peuple héroïque, qui se sacrifie pour une patrie qui ne lui appartient pas, reste proche d’une abstraction idéologique, il est encore issu d’un mythe littéraire. Et lors des moments de lutte politique et sociale plus engagés, Carducci passe de l’autre côté et se range auprès de la classe dominante contre les plèbes organisées. Il ne réussit pas à interpréter le mouvement économique et l’inquiétude présente en Italie, qui pousse à la création des Faisceaux siciliens et aux émeutes de Milan de 1898.

45Par conséquent, si Carducci semble adhérer aux revendications de l’extrême gauche dans un premier temps, ceci ne sera plus vrai après la naissance du parti socialiste sous sa forme officielle et parlementaire. Carducci ne peut pas concevoir que le peuple s’organise en parti.

46La dernière décennie du XIXe siècle, qui voit la formation du PSI en 1892, accentue en effet le caractère antisocialiste des intellectuels, qui sont souvent des bourgeois de par leur place dans le système économique et financier. Un grand nombre d’entre eux, comme Carducci, se soulève contre les factions au nom de la patrie, de la justice, de la liberté, pour ne pas faire partie des sectes politiques.

47Carducci condamne les mouvements socialistes au moment même où ils commencent à s’organiser. En 1882, un an après la fondation de l’Avanti ! par son ancien élève, Andrea Costa, et au moment même où ce dernier était élu premier député socialiste pour le collège électoral d’Imola, le poète déclare son antisocialisme dans une lettre adressée à la direction du Don Chisciotte :

  • 48 Id., vol. XXV, p. 176.

Le moltitudini hanno il diritto del suffragio universale, possono anche pigliarsi lo spasso di coniare socialisticamente medaglie d’oro, possono anche usurpare la facoltà di impiccare me ed altri. Ma non avranno mai la facoltà di imporre agli uomini veramente liberi la credenza nelle eventuali e tumultuarie loro giudicazioni48.

48On voit dans cet extrait comment Carducci stigmatise les masses (moltitudini) : leur incapacité de juger est à la source du mouvement socialiste.

49D’après lui, le bon peuple est implicitement celui qui aurait choisi d’être représenté par la monarchie. En effet, en 1889, après son élection au Conseil communal de Bologne en tant que candidat monarchiste, il remercie ce bon peuple de lui avoir accordé sa confiance, et n’hésite pas à déclarer :

  • 49 Id., vol. XXVIII, p. 210.

O signori, dal popolo, che al costituirsi dell’unità e allo svolgersi dei liberi ordinamenti, attese e partecipò con tanta devozione di sacrifizi, con tanta misura di ardimenti, non c’è da temere la licenza49.

  • 50 Crispi avait écrit à Giuseppe Tasca-Lanza, en août 1891 : « La plebe deve ricordarsi che tutto quel (...)
  • 51 Carducci écrit à cette occasion à Crispi : « dipendo dal desiderio vostro », Lettere, vol. XVII, p. (...)

50Mais, lors de l’affirmation du parti socialiste, il se rapproche de plus en plus des positions de Crispi, partisan de l’unité nationale sous la direction de la monarchie, qui célébrait la bourgeoisie comme clé de voûte de la concorde nationale50. En 1891, le poète décide même d’être le parrain de l’Unione monarchica51. C’est ainsi que, dans son discours au Sénat du 17 décembre 1892, Carducci ne reconnaît plus aucun mérite au peuple dans la construction de l’Italie. Celui-ci disparaît de son discours, où prime la différence entre noblesse et aristocratie d’un côté, et masses rurales de l’autre :

  • 52 G. Carducci, Opere, vol. XXVIII, p. 103.

Badate, o signori, la rivoluzione e la nazione italiana l’hanno fatta la nobiltà e la borghesia, quella che io direi cittadinanza. Le plebi, intendo specialmente le massi rurali, non ebbero parte nel nobile fatto : non potevano capirlo : parteggiarono più d’una volta coi nostri nemici52.

51Carducci affiche encore son soutien à la politique autoritaire de Crispi, qui n’hésita pas à renforcer l’arsenal répressif du régime contre les anarchistes et les fasci. Le poète déclare souhaiter le maintien d’une position menaçante vis-à-vis des socialistes :

  • 53 Cité par M. Biagini, Giosue Carducci, Biografia critica, Milano, Mursia, 1976, p. 665-666.

Contro i rinnegatori della patria io non ammetto né tregua né accordo di sorte alcuna ; ma quando qualcuno insorga, uscendo dalle vie legali, ritengo lecito e doveroso anche l’impiego della forza, contro ogni altro nemico pubblico, o interno e esterno, della patria53.

52Si Giovanni Pascoli ou Edmondo De Amicis défendirent l’introduction de l’idée de patrie dans la pensée socialiste, Carducci se range lui derrière les positions de Crispi, pour qui le socialisme était une forme de rébellion aux lois et aux institutions de l’État, une négation de la liberté, de la propriété, de la famille, de la patrie. Pour Carducci, le socialisme qui s’était détaché de son origine garibaldienne représentait une subversion des idéaux humains et sociaux qui lui étaient inspirés par sa foi mazzinienne. Le poète ne réussit à concevoir les réformes démocratiques que lorsqu’elles sont conciliables avec la conservation de l’ordre politique et social, et sont en accord avec la tradition italienne. Pour lui donc, l’objectif suprême restait la collaboration entre les classes, l’union du capital et du travail dans un même but de justice, de paix et de bien-être individuel et social.

53Il exprime notamment son indignation lors des émeutes de 1898 à Milan. On lit par exemple, dans sa lettre adressée à Cesira Siciliani, le 10 mai 1898, écrite à Turin :

  • 54 G. Carducci, Lettere, vol. XX, p. 130-1.

Ma che canti ! che feste !
Quando il Re è costretto di commemorare il cinquantesimo anno dell’apertura del Parlamento italiano con lo stato d’assedio in mezza Italia e tra gli echi del cannone per le vie di Milano, non so qual più sia nel mio cuore se l’ira o il disprezzo o la rabbia contro quella codarda manata di gente che sorta dalla sedizione nell’ora della sciagura nazionale impose alla patria l’umiliazione, le chiese il sacrifizio d’ogni dignità promettendole la prosperità e la pace e la ha condotta alla fame e all’anarchia del sangue e del saccheggio54.

54On voit bien les limites de la protestation contre la misère des plèbes de la part des classes plus aisées, qui condamnent la révolution sociale lorsqu’elle se présente. La volonté d’hégémonie libérale vise à maintenir avant toute chose le statu quo, et à ne pas bouleverser l’ordre social. Carducci l’exprime très clairement dans l’essai apologétique Ça ira, écrit pour rassurer ses adversaires, qui avaient vu dans ses sonnets de 1883 une approbation des bouleversements sociaux de septembre 1792. Le programme qu’il défend est au contraire

  • 55 G. Carducci, Opere, vol. XXIV, p. 448.

una graduale trasformazione e ascensione delle classi inferiori verso il meglio ; un ordinato e sano svolgimento delle forze economiche nelle classi mezzane ; un’aristocrazia almeno del pensiero, della scienza, dell’arte, in una coltura superiore di genio altamente nazionale55.

  • 56 Sur le rôle de ces intellectuels, voir U. Carpi, « Egemonia moderata e intellettuali nel Risorgimen (...)

55L’analyse des œuvres et de la pensée de Giosuè Carducci nous a donc démontré à l’évidence le rôle central joué par le poète dans l’élaboration d’une image mythique du peuple. Tout discours sur le peuple exigeait de manière préliminaire la création d’une idéologie populiste : il fallait une image du peuple qui puisse fournir la base aux interventions des éducateurs, et qui puisse être transmise au peuple lui-même. Carducci représente l’exemple le plus influent d’organisateur d’une culture pour le peuple, parmi le groupe des intellectuels qui adhérèrent à la politique libérale des modérés56. Par conséquent, les réflexions de Carducci sur le peuple ouvrent un champ d’études très vaste, dont nous avons abordé quelques aspects intéressants.

56Carducci contribua à modeler une image positive du peuple en ce qui concerne l’histoire nationale italienne, englobant l’histoire des Romains et celle des communes médiévales. Il permit également la formation d’une conscience civile et patriotique, par l’élaboration d’une mémoire collective nationale, qui faisait du peuple un acteur dans la réalisation de l’Unité et lui donnait une mission d’élément régénérateur et revitalisant de la nation dans la nouvelle organisation sociale et politique de la péninsule.

57On peut dire en somme qu’il incarne ce que l’on peut appeler le « populisme risorgimental » : le poète réalise une construction rhétorique du peuple, douée d’une force de suggestion extraordinaire, permettant de convaincre les Italiens de la réalité d’une communauté, la nation italienne, qui dans les faits n’existait pas.

58Mais au travers de l’expérience de Carducci, on peut comprendre comment persistait, à la fin du XIXe siècle, la fracture entre le peuple et les classes dirigeantes, qui révélaient leur attitude paternaliste et conservatrice. Si Carducci a contribué à décrire et montrer dans ses poésies les conditions misérables et l’inégalité qui frappaient les classes populaires, la seule voie laissée ouverte à la mobilité sociale est celle de la réussite individuelle des plus courageux et volontaires. La protestation contre la misère n’implique pas une notion précise de révolution sociale. Au contraire, toute forme d’association populaire, signe de la moderne société de masse, est immédiatement bannie par peur des luttes organisées et du socialisme. Le poète est la parfaite illustration du chemin parcouru par de nombreux ex-garibaldiens et jacobins, qui passent de la condamnation populiste de l’État bourgeois à l’exaltation de l’autorité et de la force exercée contre le peuple au nom des principes patriotiques et de l’unité nationale.

Top of page

Notes

1 Nous signalons ici l’ouvrage extrêmement intéressant d’A. Banti, La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita,Torino, Einaudi, 2000, qui met en lumière la « passion nationale » de la première moitié du XIXe siècle italien, à partir des discours sur la nation qui ont marqué la génération des jeunes qui ont fait le Risorgimento.

2 A. Asor Rosa, Scrittori e popolo. Il populismo nella letteratura italiana contemporanea, Torino, Einaudi, 19882.

3 Pour une vision complémentaire à la nôtre du parcours du poète, nous renvoyons à l’article N. Jonard, « Le populisme de Carducci », Rivista di letterature moderne e comparate, vol. 21, fasc. 3, 1968.

4 A. Asor Rosa, op. cit., p. 21.

5 G. Carducci, Opere, Edizione Nazionale, Bologna, Zanichelli, 1935-1940, [dorénavant Opere], vol. VI, p. 473.

6 Carducci écrit à propos de Victor Hugo dans sa lettre du 27 avril 1862 à Carlo Gargiolli : « Quel che dice di certe condizioni sociali è verità, è giustizia, che prima o poi trionferà [...]. Cristo abolì la schiavitù, dicesi. Menzogna. La schiavitù c’è sempre, schiavitù della miseria, della fame, della corruzione ; voluta dalle due classi ; media e superiore », G. Carducci, Lettere, Edizione Nazionale, Bologna, Zanichelli, 1938-1968 [dorénavant Lettere], vol. III, p. 122.

7 Cette expression est employée par F. Mattesini, Per una lettura storica di Carducci, Milano, Vita e Pensiero, 1975, p. 138.

8 Carducci, contrairement à Alfieri, ne méprise pas la plèbe des non-possédants par rapport au peuple des nantis, car il est convaincu que cette plèbe descend de l’antique peuple romain. Voir dans ce sens N. Jonard, op. cit. Mais nous verrons que suivant le contexte, le mot plèbe servira à Carducci pour désigner également l’image crue d’un peuple grossier et barbare, le peuple désignant la version éduquée et civilisée de la plèbe.

9 G. Carducci, Opere, vol. III, p. 21 et p. 22.

10 Id., vol. IV, p. 182 : « Salve, Piemonte ! A te con melodia/ mesta da lungi risonante, come/ gli epici canti del tuo popol bravo,/ scendono i fiumi. »

11 Id., vol. II, p. 419.

12 Id., vol. III, p. 328.

13 Ibid., p. 324.

14 G. CARDUCCI, Lettere, vol. III, p. 27.

15 Voir notamment le récent ouvrage de A.-M. Thiesse, La création des identités nationales. Europe XVIIIe-XXe s., Paris, Le Seuil, 1999.

16 G. Carducci, Opere, vol. I, p. 343. On retrouve ces mêmes thèmes dans La Spigolatrice (1851) et dans Invito ‘l lavoro (1851) : « Viva il sudore de ‘l campagnolo/ Che fertil bagna lo amico suolo !/ Viva lo aratro che noi guidiamo !/ Evviva i canti che lieti alziamo ». (ibid., p. 408). Dans l’ode Alla beata Diana Giuntini (1857), il évoque particulièrement les mœurs honnêtes du peuple rural : les « pie voglie e be’ costumi onesti ».

17 M. Formica, « Tra semantica e politica : il concetto di popolo nel giacobinismo italiano (1796-1799) », Studi storici, 1987/3.

18 G. Carducci, Opere, vol. IV, p. 212-13.

19 A.-M. Thiesse, op. cit., p. 159.

20 Pour un aperçu du mythe de Rome au XIXe siècle, voir le chapitre « L’idea di Roma » de F. Chabod, Storia della politica estera italiana dal 1870 al 1896, vol. I, Bari, Laterza, 1951 et P. Treves, L’idea di Roma e la cultura italiana nel secolo XIX, Milano-Napoli, 1962 ; plus récemment, A. Caracciolo, « Roma », in I luoghi della memoria, Simboli e miti dell’Italia unita, a cura di M. Isnenghi, Roma-Bari, Laterza, 1996 et A. Giardina et A. Vauchez, Il mito di Roma. Da Carlo Magno a Mussolini, Roma-Bari, Laterza, 2000 ; en ce qui concerne plus particulièrement Carducci, voir I. Toppani, « Carducci e il mito di Roma », Nuova Rivista Storica, 1972 et le chapitre « Il mito di Roma » in G. Spadolini, Fra Carducci e Garibaldi, Firenze, 1981.

21 Au même moment, la France se définit comme fille aînée des Celtes (S. Citron, Le mythe national, Paris, éd. ouvrière, 1991 et A.-M. Thiesse, op. cit., p. 50-59) ; ou encore les Roumains comme fils des Daces (C. Durandin, Histoire des Roumains, Paris, Fayard, 1995 et A.-M. Thiesse, op. cit., p. 95-100).

22 G. Carducci, Opere, vol. IV, p. 19.

23 Voir notamment les poésies Agli amici della Valle Tiberina (1867), Per Eduardo Corrazzini (1868), Alla Vittoria (1877).

24 G. Carducci, Opere, vol. IV, p. 16-17.

25 Sur le mythe du Moyen Âge au XIXe siècle, voir I. Porciani, « Il medioevo nella costruzione dell’Italia unita : la proposta di un mito », in Il medioevo nell’800 in Italia e in Germania, a cura di R. Elze e P. Schiera, Bologna-Berlino, Il Mulino-Duncker & Humbolt, 1988 ; et en ce qui concerne Carducci, M. Ciccuto, « Mito del Medioevo carducciano », in Carducci poeta. Atti del Convegno, Pietrasanta e Pisa, 26-28 settembre 1985, a cura di U. Carpi, Pisa, Giardini, 1987.

26 G. Carducci, Opere, vol. III, p. 303.

27 B. Anderson, Imagined Communities : Reflexions on the Origin and Spread of Nationalism, revised ed., London, 1991 (trad. française d’E. Dauzat, L’imaginaire national, Paris, La Découverte, 1996) ; A.-M. Thiesse, op. cit., et S. Citron, op. cit. ; A. M. Banti, op. cit.

28 G. Carducci, Opere, vol. II, p. 198.

29 Id., vol. III, p. 21.

30 « [l’]unione tra i borghesi e i patrizi, tra il ceto medio e la plebe, tra i poveri e i ricchi ; e siccome non può farsi che i poveri amino i ricchi se questi non sono solleciti del bene di quelli, egli è d’uopo con buone leggi agiare la plebe e ingentilirla col tirocinio, onde il principato, promuovendo e capitanando quella pia opera e collegando insieme tutte le classi dei cittadini, deve rendersi conciliatore e democratico ». V. Gioberti, Del rinnovamento civile d’Italia, III, a cura di F. Niccolini, Bari, 1911, p. 26.

31 G. Carducci, Opere, vol. V, p. 329.

32 Id., vol. XXIV, p. 148-9.

33 Id., vol. XXVI, p. 318.

34 G. Carducci, Lettere, vol. III, p. 26-27.

35 D. E. Comucci, Tre discorsi, San Sepolcro, Beccamorti, 1861. Cité in G. Carducci, Opere, vol. XXVI, p. 144.

36 Ibid., p. 145.

37 G. Carducci, Opere, vol. XXV, p. 22.

38 Ibid., p. 20.

39 Ibid., p. 24.

40 D’après le titre du livre de M. Bacigalupi, P. Fossati, Da plebe a popolo. L’educazione popolare nei libri di scuola dall’Unità alla Repubblica, Firenze, La Nuova Italia, 1986.

41 Discours au Sénat du 17 décembre 1892, in G. Carducci, Opere, vol. XXVIII, p. 102.

42 Alla lega per l’istruzione del popolo, G. Carducci, Opere, vol. XXV, p. 49.

43 « Urge dunque il provvedere al miglioramento dei campagnoli, ed uno di essi miglioramenti si è l’istruzione primaria, battesimo morale che li rigeneri e sollevi a grado e dignità di vero popolo. » [1861], G. Carducci, Opere, vol. XXVI, p. 66.

44 N. Jonard, op. cit., p. 211-212.

45 G. Carducci, Lettere, vol. III, p. 139.

46 Id., vol. V, p. 231.

47 G. Carducci, Opere, vol. III, p. 22.

48 Id., vol. XXV, p. 176.

49 Id., vol. XXVIII, p. 210.

50 Crispi avait écrit à Giuseppe Tasca-Lanza, en août 1891 : « La plebe deve ricordarsi che tutto quello ch’è avvenuto in questo secolo nel nostro paese, fu opera della borghesia : a lei si devono l’unità nazionale, la indipendenza della patria dallo straniero, la libertà dei cittadini. La plebe deve quindi esser riconoscente alla borghesia, e dev’esser contenta che le sia dato un posto nel banchetto della vita. » F. Crispi, Carteggi politici inediti (1860-1900), sous la direction de T. Palamenghi Crispi, Roma, 1912, p. 456-57.

51 Carducci écrit à cette occasion à Crispi : « dipendo dal desiderio vostro », Lettere, vol. XVII, p. 277.

52 G. Carducci, Opere, vol. XXVIII, p. 103.

53 Cité par M. Biagini, Giosue Carducci, Biografia critica, Milano, Mursia, 1976, p. 665-666.

54 G. Carducci, Lettere, vol. XX, p. 130-1.

55 G. Carducci, Opere, vol. XXIV, p. 448.

56 Sur le rôle de ces intellectuels, voir U. Carpi, « Egemonia moderata e intellettuali nel Risorgimento », in Storia d’Italia, Annali 4, Intellettuali e potere, Torino, Einaudi, 1981.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier, « Giosuè Carducci et le populisme risorgimental », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 25 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/396 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.396

Top of page

About the author

Laura Fournier

Laura Fournier est A.M.N. à l’Université de Caen-Basse Normandie, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS Fontenay/St-Cloud. Elle prépare une thèse de doctorat sur « Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne ».

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page