Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Le peuple. Formation d'un sujet politique

Élites et masses chez les machiavéliens modernes

Antonio Bechelloni
p. 83-97

Full text

1En guise d’introduction, deux mots sur le titre de cet article. J’avais proposé quand il fut question de ce numéro de Laboratoire italien : « Élites, masses et chef dans le discours antifasciste ». Mon intention — ou mon projet velléitaire, mieux vaudrait-il dire, au vu des résultats — était de vérifier le bien fondé de ce qui n’était alors qu’une impression : une sorte d’usage inflationniste, si je puis dire, de la référence à la fois légitimante et valorisante aux masses — parfois sans autre adjectif, parfois suivies d’adjectifs divers, mais tous du même registre, comme populaires, travailleuses, ouvrières, ouvrières et paysannes, etc. — dans le discours politique des années accompagnant et suivant la chute du fascisme. Présent aussi dans d’autres contextes nationaux, cet élément me paraissait particulièrement accentué en Italie. Je voulais en approfondir la généalogie. Était-il dû au rôle que les masses populaires avaient effectivement joué, au moins dans une partie importante du pays, dans la Résistance qui venait de s’achever victorieusement ? Était-il aussi, l’un n’excluant pas l’autre, le reflet de la place prépondérante occupée par les grands partis de masse — sans commune mesure, par exemple, avec la place qu’occupaient à la même époque les partis de masse sur la scène politique française — dans la mobilisation de l’électorat comme il était apparu avec éclat lors des élections à l’Assemblée Constituante de juin 1946 ? N’y avait-il pas aussi là un effet posthume de la mobilisation autoritaire à laquelle, au moins pendant toutes les années trente, le fascisme avait soumis l’ensemble de la population grâce à la panoplie diversifiée de ses différentes formes d’embrigadement à commencer par celle, tristement célèbre, consistant dans l’obligation pour tout un chacun de souscrire à la fameuse « tessera del pane » ? N’avait-on pas là, enfin, l’aboutissement ultime d’une longue volonté de rachat, par le Secondo Risorgimento, d’un Primo Risorgimento dont beaucoup s’accordaient à dire qu’il s’était fait justement sans la participation des masses populaires, voire devant leur indifférence et leur méfiance ?

2Pour commencer à se donner les moyens d’apporter un début de réponse à ces questions, je pensais donc qu’il aurait pu ne pas être inintéressant de cerner la généalogie de cette référence aux masses dans le discours politique antifasciste des années 20 et 30 ; c’est-à-dire à une époque où, contrairement à la période postfasciste, le combat et le discours antifasciste était le fait d’un certain nombre de minorités, aux rangs clairsemés, évoluant dans une clandestinité ponctuée par des séjours plus ou moins fréquents dans les geôles fascistes, ou interrompue par des exils plus ou moins lointains.

3Mais il s’agissait là d’une recherche bien longue puisque, même si je n’avais pas la prétention de procéder à une enquête exhaustive, je voulais tout de même sonder une gamme assez variée de supports discursifs, en essayant d’aller au-delà des textes mûrement pensés et élaborés des leaders et des théoriciens connus, déjà largement explorés, même si dans des optiques différentes de la mienne. Mais j’avais été trop optimiste : le temps à ma disposition s’est réduit comme une peau de chagrin, et il fallait réviser à la baisse mes ambitions. D’où le changement de titre.

4Ce dont je vais essayer de rendre compte, beaucoup plus modestement, ce sera la manière dont fascistes et antifascistes se sont situés, au fil du temps, par rapport à un corpus de catégories analytiques, élaborées entre les dernières décennies du XIXe siècle et la première de celui qu’il faut désormais bien appeler le siècle dernier, par trois auteurs dont deux, Gaetano Mosca et Vilfredo Pareto, sont italiens et le troisième, Roberto Michels, bien qu’allemand de naissance, peut avec fondement être considéré comme un italien d’adoption. Les trois ont pour commun dénominateur la mise en cause de la pertinence du lexique politique libéral-démocratique — de termes comme liberté, souveraineté populaire, suffrage universel, assemblées représentatives, gouvernement de la majorité, autogouvernement, etc. — pour une prise en compte du fonctionnement effectif des systèmes sociaux et politiques de leur temps. Au centre de leur dispositif analytique, les masses sont détrônées de la place qu’elles étaient censées occuper dans le discours démocratique communément reçu, au profit de minorités diversement nommées — classe politique chez Mosca, élite chez Pareto, oligarchie et chef charismatique chez Michels — mais toutes également protagonistes et censées scander le cours de l’histoire par leurs ambitions, leurs affrontements pour la suprématie, les cycles de leurs essors et de leurs décadences.

  • 1 Auxquels J. Burnham associe un autre auteur sulfureux aux multiples accointances italiennes : Georg (...)
  • 2 C’est d’ailleurs ce titre, I difensori della libertà, Milano, Mondadori, délesté de la référence à (...)

51. L’adjectif « machiavélien » — réservé initialement au seul G. Mosca — fut employé pour la première fois en 1939 par Arthur Livingston, le traducteur américain de ce qui allait devenir en anglais The Ruling Class. Quatre ans plus tard, la référence à Machiavel sera reprise et élargie à l’ensemble de trois sociologues italiens1 par James Burnham, l’auteur de The Managerial revolution (en français, L’ère des organisateurs), livre retentissant publié deux ans auparavant, qui voyait apparaître, à la tête des modernes sociétés industrielles, une oligarchie de technocrates, et dont s’inspirera entre autres G. Orwell pour sa représentation cauchemardesque du futur dans le célèbre 1984. Or l’auteur américain, qui écrivait en pleine guerre, donnait pour sous-titre à son ouvrage Defenders of freedom2. Il inscrivait nos auteurs dans une noble lignée de penseurs qui s’ouvrait par le Dante du De Monarchia. En opposition à celui-ci et à sa vision de la politique comme le royaume de l’idéal, Machiavel était crédité d’avoir fondé une science du pouvoir dont les visées réalistes auraient été prolongées par Gaetano Mosca avec sa théorie de la classe politique, Georges Sorel avec ses éclairages sur la fonction des mythes et de la violence, Roberto Michels avec sa révélation de la loi d’airain de l’oligarchie, Vilfredo Pareto, enfin, avec ses enseignements sur la nature de l’action sociale. Autant d’armes mises à la disposition de ceux qui ne veulent pas rester dupes de l’écran de fumée des discours idéologiques — formules, mythes, ou dérivations dans le langage des savants en question — avec lesquels les minorités dominantes essaient de masquer leur domination et de la transformer en domination totalitaire d’une oligarchie unique prétendant s’identifier avec le peuple tout entier. Alors que, pour Burnham, la seule voie de salut possible réside dans la mise en place d’un système pluraliste d’élites concurrentes les unes des autres et où le pouvoir, dont les machiavéliens nous auraient justement montré l’impossibilité qu’il soit exercé par la majorité, ne saurait être contrecarré que par un autre pouvoir.

  • 3 « La querelle du machiavélisme » (1943) in R. Aron, Machiavel et les tyrannies modernes, Paris, Edi (...)

6Il est peut-être intéressant de remarquer que, dans le même contexte de guerre mondiale et de menace totalitaire croissante, le nom de Machiavel, le terme de machiavélisme ainsi que l’association de Vilfredo Pareto à l’écrivain florentin reviennent sous la plume de Raymond Aron, dans une série d’articles écrits entre 1939 et 1946 et dont les plus importants, aux fins de notre propos, n’ont été publiés pour la première fois que dans un recueil récent, paru dix ans après la mort de l’auteur. Parmi ces écrits, il y en a un qui reprend une discussion3 opposant, en 1943, R. Aron et J. Maritain sur le point de savoir dans quelle mesure Machiavel peut être convaincu de responsabilité pour le comportement le plus outrageusement machiavélique des tyrans totalitaires modernes.

7On sait par ailleurs que, dans plusieurs de ses livres consacrés à ce qu’il appelle l’idéologie fasciste, Zeev Sternhell a mis sur le compte des critiques de la démocratie relevant de l’école sociologique italienne, et notamment de V. Pareto, l’apparition de cette constellation de principes, de préjugés et d’analyses dont l’idéologie fasciste se serait nourrie.

8La question, donc, mérite d’être posée : quel usage fascistes et antifascistes, respectivement, ont fait des théories mises au point par Mosca, Pareto et Michels au sujet du fonctionnement des systèmes politiques et de la place respective des luttes pour le pouvoir des différents groupes d’un côté, et des rationalisations destinées à les légitimer, de l’autre ? Mais commençons par le commencement et essayons très rapidement de cerner le contexte dans lequel le corpus analytique en question est né.

  • 4 Cf. N. Bobbio, Saggi sulla scienza politica in Italia, Bari, Laterza, 1996 (1ère éd. 1969), p. 265- (...)

92. Le premier ouvrage de Gaetano Mosca, Teorica dei governi e governo parlamentare, dans lequel se trouve déjà l’essentiel de sa pensée, paraît en 1883. Antonio Gramsci dans ses considérations des Cahiers de prison sur les interprétations du Risorgimento situe ce livre, pour lequel, par ailleurs, il manifeste une antipathie certaine, dans la constellation d’ouvrages publiés au lendemain de la perte du pouvoir par la Destra storica, ouvrages qui vont du Governo e governati de Pasquale Turiello jusqu’au célèbre « Torniamo allo Statuto » de Sidney Sonnino. Il s’agit, dit-il, d’un ensemble de textes se posant en adversaires et critiques de la Sinistra au pouvoir, mettant dans le collimateur d’une analyse sévère les dysfonctionnements du système parlementaire et administratif italien, dans un mélange de lucidité et de ressentiment devant l’évolution lente et contrastée du système politique italien vers des formes parlementaires. Il ne fait pas de doute que le contexte historique et l’environnement socio-intellectuel de Mosca est celui-là. L’auteur, par ailleurs, ne cache pas sa méfiance vis-à-vis du système parlementaire, tout comme son hostilité au suffrage universel, hostilité dont, par ailleurs, il ne se départira jamais. Il n’empêche que ses considérations sur le caractère minoritaire de tout pouvoir politique, et sur les techniques par lesquelles les diverses minorités au pouvoir organisent le consensus des masses qu’elles encadrent, et vis-à-vis desquelles elles cherchent à asseoir leur légitimité, se nourrissent de l’observation, du recensement et du classement de faits réels. La démarche est délibérément descriptive et explicative, non prescriptive, comme il a été dit4. Nulle part, Mosca ne prétend que les minorités des gouvernants sont constituées des meilleurs. C’est, d’ailleurs, la raison qu’il invoque pour le refus du terme d’élite adopté par son collègue et antagoniste V. Pareto, auquel l’opposa, par ailleurs, une interminable querelle sur le droit de primogéniture dans la découverte du phénomène minoritaire dans l’histoire et la société. Les considérations à faire pour ce dernier seraient plus complexes, mais la distinction entre la composante analytique — certainement plus structurée, de plus vaste portée mais aussi beaucoup plus prolixe et alourdie de tout un fatras de digressions plus ou moins pertinentes — et la composante idéologique de son apport s’impose également.

10Bien que de dix ans l’aîné de Mosca, d’ailleurs, les premiers articles proprement sociologiques de Pareto apparaissent plus tard que le premier ouvrage de son devancier, dans un contexte en partie différent. Le mouvement ouvrier, par exemple, est autrement plus développé que dans les dernières décennies du siècle précédent, la lutte entre la composante réformiste et la composante révolutionnaire y fait rage, l’anarcho-syndicalisme fait sentir sa présence, le nationalisme fait son apparition fracassante, etc. Sur le plan des grands courants intellectuels, c’est aussi la période de la diffusion du courant néo-idéaliste, et de la réaction antipositiviste et antiscientiste. Or, de ce point de vue, tant Mosca que Pareto appartiennent encore à plein titre à la génération positiviste, dont ils partagent la confiance dans les progrès conquérants des sciences. Le modèle scientifique qu’ils ont en tête est, par ailleurs, celui des sciences de la nature, dont ils espèrent transporter les méthodes d’analyse, et l’objectivité dans l’étude des faits sociaux et politiques. D’où, entre autres, une tendance, surtout évidente chez Pareto, à concevoir les sociétés en termes naturalistes, comme s’il s’agissait d’organismes vivants soumis depuis toujours aux mêmes lois et aux mêmes principes de fonctionnement.

11Par certains côtés, ce que nous venons de dire semble trouver une confirmation pour le cas de Roberto Michels. Son ouvrage le plus important, plusieurs fois réédité dans plusieurs langues, La sociologia dei partiti politici nella democrazia moderna, paraît dans sa version allemande en 1911 et dans sa version italienne en 1912. L’ouvrage reprend à son compte la plupart des outils conceptuels mis au point par G. Mosca, sur lesquels il greffe la notion de chef charismatique, qu’il puise chez son compatriote M. Weber. Armé de la sorte, il cerne avec succès les mécanismes tendant à reproduire le fonctionnement oligarchique — féru, lui aussi, du lexique scientiste, il met en exergue ce qu’il appelle « la loi d’airain de l’oligarchie » — des partis, y compris et surtout dans les partis de masse, et notamment dans les partis socialistes de l’époque. Or, l’orientation idéologique de départ de Michels, contrairement à ce que l’on peut dire de ses devanciers, est plutôt celle d’un démocrate, même si l’on peut se demander jusqu’à quel point son rapprochement ultérieur au fascisme, au service duquel il finira par mettre sa production scientifique, découle du réflexe du démocrate déçu. Mais à vrai dire, l’itinéraire personnel de chacun des trois auteurs reste en dehors de mon propos. Celui-ci porte sur l’utilisation que les uns et les autres ont fait de leur œuvre, et là les choses sont assez complexes.

12Si on jette, par exemple, un regard sur quelques exemples de réception de l’œuvre dans la période antérieure au fascisme, on est déjà frappé par l’ambivalence des choses.

13Nous avons, en effet, d’un côté le cas de Gaetano Salvemini, le futur maître et inspirateur à la fois de Piero Gobetti et de Carlo Rosselli, et dont la foi démocratique et l’antifascisme intransigeant ne furent jamais pris en défaut, qui, dès 1901, dans une étude consacrée à Bartolo da Sassoferrato et les constitutions politiques, se réfère à Mosca avec lequel, par ailleurs, il entretient une correspondance serrée, suite à un article élogieux que Mosca avait consacré dans le Corriere della Sera à son grand livre sur la révolution française. Dans cette correspondance, Salvemini, entre autres, reconnaissait sa dette à l’égard des catégories analytiques puisées dans l’œuvre de son correspondant quant à la composante explicative de son récit historiographique.

  • 5 « L’aristocrazia dei briganti », Il Regno, 13-12-1903.
  • 6 Extraits des lettres cités in N. Bobbio, Saggi sulla scienza politica in Italia, cit. p. 271-72.
  • 7 V. Pareto, « Perchè », Il Regno, 21-02-1904, cit. in E. Gentile, Il mito dello stato nuovo dall’ant (...)

14Mais nous avons aussi un autre échange de correspondance, se situant à peu près à la même époque, cette fois-ci entre Pareto et les écrivains nationalistes de la revue Il Regno, où on voit à l’œuvre simultanément les malentendus potentiels et les convergences possibles entre une analyse se voulant scientifique et objective, et un projet politique réactionnaire pleinement assumé. Dans un article célèbre5, Prezzolini s’était appuyé sur les doctrines à la fois de Mosca et de Pareto, pour prôner une réaction musclée de la bourgeoisie italienne devant les prétentions jugées exorbitantes du prolétariat, et devant les tendances conciliationnistes des libéraux à la Giolitti d’un côté, et des socialistes réformistes de l’autre. Or il est vrai que Pareto, dans une de ses lettres, feint la stupeur devant cette appropriation inattendue de sa pensée : « Non mi muove né amore né odio per questa o quella parte », en précisant que s’il avait parlé de l’essor et de la décadence des élites, il l’avait fait « in modo puramente oggettivo », de la même manière — ajoutait-t-il significativement — qu’il aurait pu « ricercare quale tra molte specie di formiche è più bellicosa ». Ce à quoi Prezzolini répond : « Per dirla in breve, Ella vede nella teoria delle aristocrazie una teoria scientifica ; io ci vedo invece una giustificazione scientifica d’una mia personale necessità politica »6. Mais il est tout aussi vrai que peu de temps après, Pareto se mit à collaborer à la revue nationaliste en question, en expliquant qu’elle avait « il coraggio di pubblicare cose che altri tacciono »7, et ceci parce que cette idée d’une rescousse de la bourgeosie contre le socialisme humanitaire tant détesté comblait par ailleurs tout-à-fait ses voeux.

153. Que se passe-t-il pendant les années de l’assaut fasciste à l’état libéral et successivement, lors de son installation durable au pouvoir ?

16On assiste alors à un chassé-croisé de positions relativement inattendu, que nous ne pourrons évoquer que très sommairement. Plusieurs paramètres pourraient être invoqués pour l’expliquer : les tensions que nous avons évoquées plus haut entre la portée scientifique des analyses proposées par les théoriciens des élites, et des visées idéologiques plus ou moins clairement explicitées et assumées, le parcours personnel des auteurs en question, l’évolution respective de l’autoreprésentation par laquelle le régime cherche à capter le consensus du plus grand nombre et des servitudes objectives auxquelles est soumise la lutte de ses opposants.

17Toujours est-il que l’impression d’ensemble est que la théorie des élites, dans ses différentes articulations, fonctionne comme un arsenal argumentaire, à la fois pour justifier la dictature et pour dévoiler l’imposture de son discours.

18On pourrait, pour commencer, attirer l’attention sur le caractère ambigu et intriguant des rapports entre le chef du fascisme lui-même et V. Pareto. On sait que Mussolini avait été impressionné par le cours de ce dernier, qu’il avait eu l’occasion de suivre à Lausanne en 1904. On trouve, par ailleurs, dans un texte mussolinien de 1913-14 — le Mussolini, donc, encore chef de l’aile révolutionnaire du parti socialiste — des accents visiblement paretiens ou tout simplement élitistes ou élitaires au sens général du terme :

  • 8 R. De Felice, Mussolini il rivoluzionario, Torino, Einaudi Tascabili, 1995 [Biblioteca di cultura s (...)

si tratta — dit-il — di opporre alla minoranza borghese una minoranza socialista e rivoluzionaria. In fondo noi siamo governati da una minoranza ; quelli che fanno la politica in Italia e in tutte le nazioni civili, quelli che governano sono una minoranza, e c’è un’enorme massa che subisce. Orbene, se questa enorme massa di apatici, d’indifferenti accetta e subisce un regime di iniquità e di ingiustizia perchè non dovrebbe accettare un regime migliore ? Noi dobbiamo creare in seno al proletariato una minoranza abbastanza numerosa, abbastanza cosciente, abbastanza audace che al momento opportuno possa sostituirsi alla minoranza borghese...8

  • 9 « Dite a Mussolini o ora o mai più » aurait-il demandé à Michele Bianchi de dire à M. Cf. R. De Fel (...)

19On sait aussi, par ailleurs, que Pareto accueillit avec sympathie l’essor du mouvement fasciste, incarnation sans doute à ses yeux de cette rescousse bourgeoise énergique ne s’embarrassant pas du recours à la force, qu’il avait déjà invoquée dans le passé. Tant et si bien qu’à la veille de la marche sur Rome, il fait parvenir au futur Duce une lettre dans laquelle il lui conseille de saisir l’occasion pour s’emparer du pouvoir9 sans — précise-t-il — la laisser passer comme avait fait le parti socialiste au lendemain de la guerre. Mais le raisonnement qu’il faisait au sujet du fascisme était-il tellement différent de celui qui lui avait fait écrire, à propos du bolchevisme :

  • 10 Sociologia, par. 2240.
  • 11 Vilfredo Pareto, « Il fenomeno del bolscevismo », Écrits sociologiques mineurs, Genève-Paris, Libra (...)

Se il termine democrazia avesse un significato preciso, il che non è10, si potrebbe dire che il bolscevismo reca all’estremo la democrazia ; ma invece bolscevisti e democratici sono acerrimi nemici, e l’inimicizia manifestano con derivazioni tra le quali è notevole quella colla quale questi deificano la maggioranza, e questi ad essa negano fede e reverenza... Il bolscevismo si avvicina alla realtà quando respinge il mito della maggioranza e quello che vieta l’uso della forza per governare....11 ?

20Mais il faut, enfin, ne pas négliger le fait que Pareto, peu avant de mourir, en août 23, avait envoyé à Mussolini des conseils écrits en matière de réforme constitutionnelle, dont la teneur n’est pas tellement éloignée des critères inspirateurs de la constitution de la V République française version 1959. Ces conseils, par ailleurs, se terminent par un plaidoyer ambivalent en faveur de la modération, que celui qui allait pourtant gratifier à titre posthume Pareto de « plus illustre de ses maîtres » se gardera bien de suivre :

  • 12 Cf. R. De Felice, Mussolini il fascista – La conquista del potere (1921-1925), cit.

Governare col solo consenso della maggioranza, sia pure grandissima, non si può, perchè occorre tenere a segno i dissidenti. Governare, con la sola forza, a lungo, neppure si può. Occorre dunque sapere se c’è il consenso, almeno implicito, dei più. Perciò è utilissima una Camera (utile anche il referendum), indispensabile un’ampia libertà di stampa. Errore grande del Secondo Impero, in Francia, fu di toglierla quasi interamente... Attenti adunque a non cedere alla tentazione di limitarla notevolmente...
Vi sono grandi correnti di sentimenti che mai scompaiono, sebbene possano apparire più o meno alla superficie… Sotto l’ideologia democratica scorreva la corrente del fascismo, che dilagò poi alla superficie. Ora sotto di essa rimane la corrente avversa. Attenti a che, a sua volta, non dilaghi ! Attenti a non darle forza con il volerla fermare del tutto !... I peggiori nemici di un ordinamento sono coloro che vogliono spingerlo agli estremi...12

  • 13 Cit. in N. Bobbio, Saggi sulla scienza politica in Italia,cit., p. 272.
  • 14 Avec Gobetti (mais aussi avec Rosselli) il entretenait des rapports d’amitié et de collaboration. T (...)

21Quoi qu’il en soit, l’arsenal argumentaire élitiste, dans cette première moitié des années vingt, ne séduit pas que les leaders et les sympathisants du fascisme montant. Piero Gobetti, par exemple, avait suivi les cours de Gaetano Mosca à l’université de Turin. Il en avait été séduit : « La teoria di Mosca della classe dirigente — écrivait-il — è veramente una di quelle idee che aprono distese infinite alla ricerca degli uomini... »13. Certes, on pourrait invoquer ici la médiation de Salvemini dont nous avons déjà vu l’estime qu’il affichait pour le théoricien de la « classe politique » tout comme le fait que Mosca, contrairement à Pareto, n’éprouvait aucune sympathie pour le fascisme naissant14. Mais il y a sans doute plus puisque la composante élitiste est un élément majeur de toute la conception politique du théoricien de la « révolution libérale » y compris là où elle l’amène à suivre avec empathie le mouvement turinois des conseils d’usine dans lequel il veut voir surtout le creuset d’où surgiront de nouvelles aristocraties ouvrières susceptibles de prendre la relève des élites bourgeoises non plus à la hauteur des tâches que la grande industrie impose. Il est vrai que cette insistance sur les nouvelles élites en formation s’accompagne d’une conception valorisant l’apport de toutes les classes de la société et insistant justement sur les procédures démocratiques de recrutement des élites dans le cadre d’un libéralisme convaincu de la fonction éminemment positive des conflits et notamment de la lutte de classes. N’empêche que fait surface dans certains de ses écrits une méfiance à l’égard des masses à laquelle probablement la fréquentation de la littérature élitiste n’était pas étrangère :

  • 15 Cf. F. Sbarberi, L’utopia della libertà eguale, Il liberalismo sociale da Rosselli a Bobbio, Torino (...)

Le masse — précise-il dans une lettre du 9 settembre 1921 — sono capaci di operare solo attraverso brevi entusiasmi e non secondo una direttiva costante. Agire con esse razionalmente e trattarle con responsabilità è il nostro dovere — senza nulla aspettarci. Oggi ti ammirano e ti amano : domani ti vorrebbero uccidere perchè tu gli ricordi la loro inferiorità...15

  • 16 Roberto Michels, « Les partis politiques et la contrainte sociale », Mercure de France, mai 1928, p (...)

22Si maintenant, pour rester dans le Turin antifasciste de Gobetti, on prend en considération le cas d’Antonio Gramsci, la question devient plus complexe. Nous avons vu plus haut que Gramsci n’aime pas Mosca. Il n’aime pas l’homme dont il fustige la vanité littéraire qui l’a poussé à publier en 1923 un livre écrit initialement 40 ans plus tôt sans procéder aux mises à jour indispensables. Il affiche aussi de ne pas aimer les concepts qui sont censés charpenter ses textes. N’empêche qu’il y revient sans cesse et que dans ses analyses sur l’évolution politique de l’Italie libérale il fait recours souvent aux catégories que l’on retrouve chez Mosca. Ceci dit, plus que les analyses de celui-ci, ce sont celles de Roberto Michels sur le parti politique qui retiennent son attention. Il avait le livre de 1911 dans sa bibliothèque romaine. Dans sa correspondance de prisonnier il le réclame sans cesse mais apparemment sans succès. C’est pourquoi ses longs développements sur l’allemand italianisé portent essentiellement sur une traduction française d’un article sur les partis politiques modernes que Michels avait donné au Mercure de France en 192816. Or, cette rencontre entre Gramsci et un Michels tardif, déjà pleinement acquis au fascisme, est intéressante pour deux raisons. La première concerne Gramsci et la fonction qu’il assigne au parti du prolétariat à construire, la seconde porte sur l’entrée en fascisme, si je puis dire, d’un des machiavéliens italiens et l’usage que le fascisme avait fait à son tour de ses théories. Gramsci, qui pourtant affiche pour Michels un mépris et une antipathie encore plus fortes que celles qu’il affichait pour Mosca, semble néanmoins reprendre à son compte le discours de Michels lorsque celui-ci évoque la flagrante contradiction existant dans les partis socialistes entre les déclarations et les intentions démocratiques et la tendance à l’oligarchie, mais pour ajouter aussitôt :

  • 17 A. Gramsci, « Roberto Michels e i partiti politici », in Quaderni del carcere, éd. Gerratana, Torin (...)

le quistioni di democrazia e di oligarchia hanno un significato preciso che è loro dato dalla differenza di classe tra capi e gregari : la quistione diventa politica, acquista un valore reale cioè e non più solo di schematismo sociologico, quando nell’organizzazione c’è scissione di classe : ciò è avvenuto nei sindacati e nei partiti socialdemocratici : se non c’è differenza di classe la quistione diventa puramente tecnica — l’orchestra non crede che il direttore sia un padrone oligarchico — di divisione del lavoro e di educazione, cioè l’accentramento deve tener conto che nei partiti popolari l’educazione e l’ « apprendissaggio » politico si verifica in grandissima parte attraverso la partecipazione attiva dei gregari alla vita intellettuale — discussioni — e organizzativa dei partiti. La soluzione del problema, che si complica appunto per il fatto che nei partiti avanzati hanno una grande funzione gli intellettuali, può trovarsi nella formazione tra i capi e le masse di uno strato medio quanto più numeroso è possibile che serva di equilibrio per impedire ai capi di deviare nei momenti di crisi radicale e per elevare sempre più la massa17.

  • 18 Cf. notamment, « Introduzione alla filosofia. Riduzione della filosofia della praxis a una sociolog (...)

23En d’autres termes, Gramsci ne conteste pas la fameuse « loi d’airain de l’oligarchie » que Michels se targuait d’avoir découvert ; seulement il pense qu’elle ne rend compte que du fonctionnement des partis sociaux-démocrates traditionnels et qu’elle peut être contournée, voire rendue inopérante, par le modèle bolchevique, léniniste du parti. Dans d’autres passages des Cahiers18, Gramsci exprime des thèses analogues, toujours en discutant Michels, au sujet des chefs charismatiques et de leurs rapports avec les masses. Là aussi, la base homogène de classe du parti est censée neutraliser le court-circuitage de type émotif entre un chef autoproclamé et des masses passives.

24Roberto Michels, quant à lui, a tiré entre-temps d’autres conclusions de l’existence de cette « loi d’airain de l’oligarchie » dont, dans le passé, il avait constaté avec un regret apparent le fonctionnement incontournable, puisqu’elle est maintenant devenue sous sa plume :

  • 19 R. Michels, « Les partis politiques et la contrainte sociale », cit. p. 525.

... une loi salutaire qui veut que dans toute entreprise qui exige l’action collective des hommes, ceux-ci acceptent de régler leurs mouvements particuliers sur la volonté unique d’un chef, et qu’à l’égard de ce chef, auquel les démocraties elles-mêmes ne peuvent éviter de recourir, entre les deux attitudes possibles, le loyalisme et la méfiance, la première soit la seule constructive et généreuse...19

25Comment s’étonner dès lors qu’un peu moins de dix ans après, au lendemain de sa mort, dans un ouvrage collectif publié en sa mémoire par l’Université de Pérouse où il avait enseigné, Carlo Curcio, expert ès doctrine du fascisme dont il était à la fois un des thuriféraires et un des historiens complaisants, puisse — dans un texte truffé de références doctes à Mosca, Pareto, Sorel — créditer Michels d’avoir mis au point une véritable « teoria sociologica del Duce ». Parmi les postulats de celle-ci il y en a des très brutaux et qui semblent venir de la nuit de temps obscurs :

  • 20 C. Curcio, « L’ opera politica di Roberto Michels », in Studi in memoria di Roberto Michels, Padova (...)

... esiste un destino per tutte le classi : quelle povere ad esser comandate e quelle aristocratiche a comandare ; le prime a soggiacere, comunque s’illudano, e le seconde a tenere il timone del mondo sociale e politico. Ed è qui che la sociologia diventa politica ; e che le conclusioni michelsiane sono più che mai interessanti20.

26Et Curcio d’enchaîner en citant cette fois-ci le dernier ouvrage paru de Michels, son Corso di sociologia politica, où il énonce la théorie de la :

  • 21 Ibid.

legittimità basata sulla sottomissione spontanea e volontaria delle masse al governo di persone dotate di qualità congenite straordinarie, ritenute talora addirittura soprannaturali...21

27pour conclure en reprenant lui-même la parole :

  • 22 Ibid.

Il Duce, così, appare come una figurazione sintetica della teoria delle élites ; élite tra le élites, profeta, Dio della politica...22

28Nous sommes parvenus ainsi, dans les années trente, en plein milieu de la période où le régime déploie les grands moyens pour obtenir — avec la plus grande visibilité extérieure des rites de toute sorte — ce que Curcio appelle la « sottomissione spontanea e volontaria delle masse ». Avec apparemment un succès tel que les forces de l’antifascisme, à commencer par le chef du parti communiste, Togliatti, qui accuse le coup dans ses Lezioni sul fascismo, s’en inquiètent. Cette évolution semble induire dans le discours antifasciste des infléchissements contradictoires quant à la manière de traiter le couple élites-masses.

29Au sein du mouvement Giustizia e Libertà, par exemple, on peut lire, en août 1933, un texte qui s’appuie sur le constat de l’évolution démagogique du régime pour réaffirmer le rôle plus que jamais incontournable des minorités :

  • 23 Sincero (sans doute un pseudonyme, mais nous n’avons pas pu le décrypter), « Per un movimento inter (...)

La rivoluzione italiana — affirme l’auteur de l’article en question — come quella tedesca, come la liberazione russa, saranno il fatto di élites o non saranno. Alle masse questa gente ci pensa abbastanza con le parate... I fascismi sono regimi di massa plebiscitaria, cioè lo scoppio del peggior bubbone democratico. Il fascismo italiano è tanto democratico, tanto suffragio universale, che ha senza dubbio — di pieno diritto —la maggioranza elettorale del popolo, oggi ; solo che le elezioni sono un espediente troppo complicato, troppo infido... L’adunata è più semplice... il fascismo oggi vincerebbe le elezioni ma non la rivoluzione. E nemmeno la guerra...23

  • 24 Cf. F. Sbarberi, L’utopia della libertà eguale, cit. p. 67.

30Un an après, sur l’hebdomadaire du même mouvement, si Carlo Rosselli, qui, dans le passé, s’était insurgé à plusieurs reprises contre le caractère élitiste de beaucoup de ses camarades antifascistes24, semble à son tour gagné par le pessimisme quant à la possibilité de s’appuyer sur les masses dans le combat antifasciste, il s’efforce en même temps d’ôter toute portée systématique à son constat :

  • 25 C. Rosselli, « G. L. e le masse », in GL, 20 luglio 1934, in C. Rosselli, Scritti dall’esilio, vol. (...)

... è facile vedere come non sia possibile parlare di masse attive, nel senso politico della parola, e di lavoro di massa nei paesi a dittatura fascista... Questa è la realtà delle cose in Italia e in Germania, la realtà da cui noi... prendiamo le mosse ; non già beninteso per accettarla, ma per modificarla. Perchè, infatti, lottiamo ? Appunto perchè vogliamo che le masse si muovano liberamente, si emancipino dalle tutele... possano vivere politicamente, cioè si compongano di uomini liberi, autonomi, fieri, raccolti in libere associazioni...25

31Et il prend bien soin dans la suite du texte de souligner la portée exclusivement conjoncturelle de sa préférence pour l’action de groupes restreints de militants :

  • 26 Ibid., p. 26-27.

... Allo stato attuale delle cose in Italia, noi sosteniamo che la sola azione fondamentale che ci riesca di condurre è un’azione di nuclei ristretti, di minoranze attive e battagliere che si danno come compito essenziale quello di educare i quadri per la lotta rivoluzionaria, di attaccare nei punti più deboli il nemico, e soprattutto di tenersi pronti per utilizzare con la massima rapidità e decisione le circostanze favorevoli che prima o poi necessariamente si presenteranno... noi ci prepariamo per la crisi inevitabile, per la crisi che cerchiamo di precipitare e di ingigantire. Le grandi masse quando è che si metteranno in movimento ? Quando la crisi scoppierà. Vale a dire quando si riuscirà a spezzare o a disgregare il formidabile meccanismo oppressivo che imprigiona le masse...26

32Et pourtant, quelques mois plus tard, même Carlo Rosselli semble gagné par un pessimisme moins circonstanciel et dans lequel on retrouve l’écho à la fois du texte de Sincero et de celui de Piero Gobetti cité plus haut :

  • 27 C. Rosselli, « La lezione della Sarre. Fronte tedesco : 447 000 voti. Fronte della libertà : 46 000 (...)

... Quanto alle masse — écrit-il en janvier 1935 au vu des résultats du plébiscite qui avec 90 % des voix avait sanctionné l’annexion de la Sarre à l’Allemagne hitlérienne — è ora di dire che la massa, in quanto massa, è brutale, ignorante, impotente, femminile, preda di chi fa più chiasso, di chi ha più quattrini, di chi ha la forza e il successo. I fascismi sono i più perfetti regimi di massa della storia, quelli in cui l’uomo scompare per diventare la frazione di un corteo, di un osanna, di un plebiscito, di un esercito. Combattere i regimi di massa fascisti a forza di massa, è tempo perso... Non siamo democratici, nel senso troppo meccanico che ha assunto la parola ; non attribuiamo troppo importanza alle maggioranze e minoranze, se le maggioranze si conducono come greggi.
Siamo liberali, libertari, rivoluzionari.27

33Je pourrais continuer, si cela ne nous emmenait pas trop loin, en discutant une importante étude qu’un autre ancien compagnon de Piero Gobetti, Guido Dorso, méridionaliste éminent, consacre, alors qu’il est un militant actif du Partito d’Azione plus spécialement chargé des problèmes méridionaux au lendemain de la libération, aux notions de classe politique et de classe dirigeante. Le texte est du plus grand intérêt puisqu’il représente une sorte de revisitation des principales catégories employées tant par Mosca que par Pareto dans l’étude et le classement des différents régimes, et surtout dans l’énonciation des lois présidant au passage d’un régime à un autre. Il le fait à la lumière de l’histoire récente dont il a été à la fois un témoin et un acteur. Il essaye d’y intégrer aussi bien l’expérience de la révolution d’octobre que celle de la dictature fasciste et surtout il arrive à montrer comment les thèses principales de la théorie des élites peuvent aussi ne pas être incompatibles avec des convictions démocratiques solides comme l’étaient indiscutablement les siennes.

34Faut-il pour autant souscrire entièrement — et ce sera là le mot de la fin — au bilan que Norberto Bobbio traçait, il y a une trentaine d’années, de la fortune respective de la théorie des élites, dans ses multiples formulations, auprès du fascisme et de l’antifascisme ? Pour Bobbio, aussi paradoxal que cela pouvait paraître, même si la théorie des élites semblait fournir des arguments aux contempteurs de la démocratie et du socialisme, même si elle avait été mise au point par des auteurs qui ne portaient certainement pas la démocratie dans leurs cœurs — c’était notamment le cas de Pareto — une fois le fascisme installé au pouvoir, elle avait séduit d’autant plus systématiquement, ou en tout cas plus fréquemment, les antifascistes qu’elle n’avait pas été utilisée par le régime pour asseoir sa légitimité. Or il est vrai que, en dehors du cas que nous avons évoqué au sujet de Michels, les auto-représentations et auto-justifications du régime, dont l’article Fascisme sur l’Encyclopédie Treccani pourrait être pris comme emblème, insistent plus sur la dimension étatique-autoritaire que sur la dimension élitiste du régime. Le discours anti-démocratique est très sommaire et Mussolini lui-même, dont pourtant nous avons vu à quel point il tenait à se prévaloir du parrainage moral de Pareto, quand il conteste la loi du nombre, comme il dit, ne s’appuie pas sur les théoriciens des élites mais sur une longue citation — et c’est la seule du texte — d’Ernest Renan crédité d’illuminations et pressentiments fascistes. Si cela a été le cas, c’est peut-être parce qu’au-delà même des intentions des savants en question, les phénomènes réels sur lesquels ils avaient attiré l’attention — le culte du chef, les techniques de manipulation de l’opinion, les mille et une astuces par lesquelles les oligarchies dominantes habillent leur domination, le recours déguisé à la force, la corruption et ses multiples appuis institutionnels, etc. — risquaient plus d’être utilisés par les gouvernés pour dévoiler les ruses des gouvernants que par ces derniers pour les perpétuer. On en revient là à une des interprétations que Gramsci donne de la portée objective de l’œuvre de Machiavel. Ce dernier

pensa « a chi non sa », a chi non è nato nella tradizione degli uomini di governo, in cui tutto il complesso dell’educazione di fatto, unita con l’interesse di famiglia (dinastico a patrimoniale) porta a dare il carattere del politico realistico. E chi non sa ? La classe rivoluzionaria del tempo, il « popolo » e la « nazione » italiana, la democrazia che esprime dal suo seno dei « Pier Soderini » e non dei « Valentini »...

35C’est justement les conclusions auxquelles parvenait le texte de Burnham dont nous sommes partis, à cette différence près, et elle est de taille, que les armes que les machiavéliens modernes mettraient à la disposition des peuples ne viseraient pas « la révolution », mais la défense des individus et de leurs liberté devant les appétits et les ruses des totalitarismes modernes, de droite ou de gauche. Bien entendu le Raymond Aron de 1943 pourrait répondre, avec son interlocuteur Jacques Maritain :

  • 28 « La querelle du machiavélisme » (1943), in R. Aron, Machiavel et les tyrannies modernes, cit. p. 3 (...)

Il y a toujours eu et il y aura toujours des chefs avides de richesses et de puissance, des conquérants prêts à agir tour à tour en renards ou en lions, à écarter leurs rivaux par l’assassinat, à asseoir leur domination sur la violence. Mais, aussi longtemps que le christianisme inspirait la doctrine, théoriquement acceptée, la distinction subsistait entre le bien et le mal. Condottieri et Césars appliquaient déjà les leçons du Prince, mais du moins n’avaient-ils pas la conviction de bien se conduire. Machiavel est peut-être le premier des clercs qui ont, effectivement, contribué à donner bonne conscience aux méchants.28

36L’argument de Gramsci est ici retourné comme un gant : la question reste ouverte.

Top of page

Notes

1 Auxquels J. Burnham associe un autre auteur sulfureux aux multiples accointances italiennes : Georges Sorel.

2 C’est d’ailleurs ce titre, I difensori della libertà, Milano, Mondadori, délesté de la référence à Machiavel, qui sera adopté par la traduction italienne de 1947, tandis que l’on retrouve le titre intégral américain dans la traduction française de ces mêmes années.

3 « La querelle du machiavélisme » (1943) in R. Aron, Machiavel et les tyrannies modernes, Paris, Editions de Fallois, 1993, p. 384-396.

4 Cf. N. Bobbio, Saggi sulla scienza politica in Italia, Bari, Laterza, 1996 (1ère éd. 1969), p. 265-278.

5 « L’aristocrazia dei briganti », Il Regno, 13-12-1903.

6 Extraits des lettres cités in N. Bobbio, Saggi sulla scienza politica in Italia, cit. p. 271-72.

7 V. Pareto, « Perchè », Il Regno, 21-02-1904, cit. in E. Gentile, Il mito dello stato nuovo dall’antigiolittismo al fascismo, Bari, Laterza, 1982.

8 R. De Felice, Mussolini il rivoluzionario, Torino, Einaudi Tascabili, 1995 [Biblioteca di cultura storica, 1965], p. 186.

9 « Dite a Mussolini o ora o mai più » aurait-il demandé à Michele Bianchi de dire à M. Cf. R. De Felice, Mussolini il fascista - La conquista del potere (1921-1925), Torino, Einaudi, 1966, p. 306.

10 Sociologia, par. 2240.

11 Vilfredo Pareto, « Il fenomeno del bolscevismo », Écrits sociologiques mineurs, Genève-Paris, Librairie Droz, 1980, article paru dans Il Tempo, 14 avril 1919.

12 Cf. R. De Felice, Mussolini il fascista – La conquista del potere (1921-1925), cit.

13 Cit. in N. Bobbio, Saggi sulla scienza politica in Italia,cit., p. 272.

14 Avec Gobetti (mais aussi avec Rosselli) il entretenait des rapports d’amitié et de collaboration. Tant et si bien qu’il avait publié dans Rivoluzione liberale (11-01-1923) un article sur « Il materialismo storico ». Cf. N. Tranfaglia, Carlo Rosselli dall’interventismo a ‘Giustizia e Libertà’, Bari, Laterza, 1968.

15 Cf. F. Sbarberi, L’utopia della libertà eguale, Il liberalismo sociale da Rosselli a Bobbio, Torino, Bollati-Boringhieri, 1999, p. 44.

16 Roberto Michels, « Les partis politiques et la contrainte sociale », Mercure de France, mai 1928, p. 513-535.

17 A. Gramsci, « Roberto Michels e i partiti politici », in Quaderni del carcere, éd. Gerratana, Torino, Einaudi, 1977, p. 236.

18 Cf. notamment, « Introduzione alla filosofia. Riduzione della filosofia della praxis a una sociologia » in Quaderni del carcere, cit., p. 1428 et s.

19 R. Michels, « Les partis politiques et la contrainte sociale », cit. p. 525.

20 C. Curcio, « L’ opera politica di Roberto Michels », in Studi in memoria di Roberto Michels, Padova, Cedam, 1937. Je remercie Olivier Bosc de m’avoir signalé cet ouvrage.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Sincero (sans doute un pseudonyme, mais nous n’avons pas pu le décrypter), « Per un movimento internazionale libertario (dall’Italia) », Quaderni di Giustizia e Libertà, n° 8, Agosto 1933.

24 Cf. F. Sbarberi, L’utopia della libertà eguale, cit. p. 67.

25 C. Rosselli, « G. L. e le masse », in GL, 20 luglio 1934, in C. Rosselli, Scritti dall’esilio, vol. 2, II, Dallo scioglimento della concentrazione antifascista alla guerra di Spagna (1934-1937), Torino, Einaudi, 1992, p. 26.

26 Ibid., p. 26-27.

27 C. Rosselli, « La lezione della Sarre. Fronte tedesco : 447 000 voti. Fronte della libertà : 46 000 voti », in GL, 18 gennaio 1935, in C. Rosselli, Scritti dall’esilio, cit. p. 96-97.

28 « La querelle du machiavélisme » (1943), in R. Aron, Machiavel et les tyrannies modernes, cit. p. 385.

Top of page

References

Electronic reference

Antonio Bechelloni, « Élites et masses chez les machiavéliens modernes », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 22 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/397 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.397

Top of page

About the author

Antonio Bechelloni

Antonio Bechelloni est maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3. Ses recherches portent sur l’immigration et l’exil italiens en France (sujet de sa thèse de doctorat), ainsi que sur la France contemporaine (sujet de plusieurs essais, et de son ouvrage Metamorfosi di un modello repubblicano : Francia 1944-1993, Milano, Unicopli, 1995). Secrétaire général du CEDEI (Centre d’Études et de Documentation sur l’Immigration Italienne), il dirige la revue La Trace, publiée par le Centre. Il a dirigé, avec Bruno Groppo, un numéro spécial de la revue B.D.I.C. Matériaux (janvier-mars 2000) portant sur Carlo et Nello Rosselli, antifascisme et démocratie. Sur ce même sujet, il a coordonné un ouvrage collectif actuellement sous presse chez l’éditeur Franco Angeli : Carlo e Nello Rosselli e l’antifascismo europeo.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page