Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Débat

La nouvelle historiographie sur la Révolution et le Saggio Storico de Vincenzo Cuoco*

Christian Del Vento
p. 169-179

Full text

  • * Cet article nous a été suggéré par le Colloque International Paris/Naples et retour. Aux origines d (...)
  • 1 I Giacobini Italiani, vol. I, éd. D. Cantimori, Bari, 1956.
  • 2 Ibid., p. 412.
  • 3 Dans son compte rendu du recueil de Cantimori, paru dans Cultura Moderna, 1956, n. 1, p. 6, et dans (...)

11. Le premier volume des Giacobini Italiani parut en 1956 dans la célèbre collection des Scrittori d’Italia, fondée un demi-siècle plus tôt par Benedetto Croce chez l’éditeur Laterza1. Delio Cantimori y proposait une définition des giacobini qui incluait tous les patrioti qui, dans leurs écrits et leur manière d’agir, avaient toujours eu pour modèle, y compris sous le Directoire et le Consulat, le moment « héroïque » de la Révolution Française, les idées et la pratique politique des jacobins français2. En reprenant cette définition peu après, Armando Saitta ramenait ce moment « héroïque » au seul modèle politique de Robespierre et de la Terreur3.

  • 4 A. Gramsci, Quaderni del carcere, éd. A. Gerratana, vol. III, Torino, 1975, p. 2017.

2Cantimori et Saitta se plaçaient dans la lignée des Quaderni del carcere, où Antonio Gramsci avait reconnu le rôle fondamental du problème du jacobinisme dans l’interprétation du Risorgimento4. En renversant l’interprétation traditionnelle du jacobinisme italien, jusque-là défini par l’abstraction de sa pratique politique, Gramsci désigna les jacobins comme des « réalistes à la Machiavel ». Ses cibles polémiques étaient les historiographies nationaliste et libérale qui avaient toujours stigmatisé le Triennio rivoluzionario (1796-1799) et le mouvement démocratique radical.

  • 5 Voir, entre autres, E. Rota, Il problema italiano dal 1700 al 1815 (L’idea unitaria), Milano, 1941, (...)

3Dès la fin du XIXe siècle les historiens nationalistes avaient fait remonter la renaissance de la nation aux réformes que les princes éclairés avaient mises en œuvre au XVIIIe siècle avec la collaboration d’une nouvelle bourgeoisie contre les abus de l’aristocratie féodale et l’ingérence de l’ordre ecclésiastique. Ainsi avaient-ils refusé de faire du Risorgimento l’héritier de la Révolution française et de l’expérience du Triennio. Tantôt on rejetait ces deux moments comme une simple parenthèse « pathologique » ouverte dans l’histoire de l’Italie moderne5, tantôt on leur reconnaissait le mérite d’avoir suscité dans cette nouvelle bourgeoisie éclairée le sentiment vif et fécond de la conscience nationale. La Révolution et le Triennio n’avaient représenté en somme que la suite et l’accélération des réformes.

  • 6 B. Croce, La Rivoluzione napoletana del 1799. Biografie-Racconti-Ricerche, Bari, 19845.

4Soucieux d’intégrer plus généralement le Risorgimento dans le mouvement libéral européen du XIXe siècle, Croce et les historiens libéraux firent au contraire, de la période révolutionnaire et des impulsions de renouvellement qu’elle suscita dans la péninsule, l’origine même de l’Italie moderne. Ils refusèrent cependant le moment jacobin et démocratique comme dérapage historique, revendiquant pour le mouvement national qui avait rendu possible l’unité italienne une origine modérée6. Le Triennio avait été fondamentalement une révolution libérale qui, grâce à l’engagement des élites et à leur méfiance à l’égard de l’intervention populaire, avait assuré la solution du problème national italien en excluant le passage à la violence et à l’anarchie.

  • 7 A. De Francesco, « Aux origines du mouvement démocratique italien : quelques perspectives de recher (...)

5De leur côté, Giovanni Gentile et les historiens proches du régime fasciste, en reprenant la thèse nationaliste, nièrent toute originalité à l’expérience jacobine et attribuèrent au fascisme le mérite d’avoir, pour la première fois dans l’histoire italienne, assuré l’adhésion des masses populaires à l’État. Aussi Gramsci, suivi par les historiens marxistes de l’après-guerre, revint-il sur les origines de l’Italie moderne, proposant une nouvelle lecture du Risorgimento qui reprenait le problème du jacobinisme et la nature de la révolution en Italie7.

  • 8 En l’absence d’une bibliographie française, ou en français, sur la question du jacobinisme, nous re (...)

6Les enjeux d’un tel débat historiographique ne tardèrent pas à se manifester8. Au XXXIIe Congrès d’Histoire du Risorgimento, Franco Venturi accusa Gramsci et l’historiographie marxiste d’avoir fait du jacobinisme une catégorie politique en oubliant que les giacobini italiani n’avaient commencé à agir qu’après Thermidor et qu’ils n’avaient par conséquent pu que reprendre et poursuivre la voie politique interrompue des « réformes ». Ainsi Venturi affirmait-il l’absolue continuité qui, selon lui, rapprochait le réformisme du XVIIIe siècle — même soustrait à l’interprétation nationaliste et intégré au contexte européen des lumières — et les giacobini italiani.

  • 9 Sur la figure de Buonarroti et son influence dans les événements de l’Italie révolutionnaire et nap (...)
  • 10 A. Saitta, « Il robespierrismo di Filippo Buonarroti e le premesse dell’unità italiana », Belfagor, (...)

7Saitta fit, au contraire, de Filippo Buonarroti — le révolutionnaire toscan émigré en France sous la Terreur qui, en tant que commissaire du Comité de Salut Public à Oneglia, avait offert un abri aux premiers patrioti impliqués dans les conjurations échouées de 1793-949 — le trait d’union entre la phase robespierriste de la Révolution française, le babouvisme, les giacobini italiani (ou, mieux, patrioti) et les conspirations pour l’unité italienne de la première moitié du XIXe siècle. Il retraçait ainsi l’origine du mouvement national italien dans les options politiques les plus radicales de la Révolution française et niait toute continuité entre les « réformes » et le Risorgimento10.

  • 11 F. Diaz, « La questione del giacobinismo italiano », Critica storica, 1964 (maintenant dans F. Diaz (...)

8Même ceux qui, comme Furio Diaz et Roberto De Felice, s’opposèrent à l’équation entre giacobinismo et « robespierrisme »11, et ce indépendamment du jugement porté sur l’action politique des patrioti, acceptèrent le jacobinisme de l’an II comme terme de comparaison utile pour établir les différentes appartenances idéologiques des patrioti.

9À la fin des années soixante s’était ainsi établie une tradition interprétative selon laquelle le jacobinisme italien avait représenté un moment de rupture avec la politique des réformes et avait produit une culture politique bien à lui, occultée par la réaction thermidorienne et, surtout, par le Directoire.

10Sur la base de cette opposition entre réformes et révolution, conséquence directe de l’équivalence établie entre Révolution et Terreur, Vincenzo Cuoco fut bientôt lu comme un penseur libéral voire comme un auteur contre-révolutionnaire, aussi bien par les modérantistes que par les démocrates. Pareille communauté de vues entre ces deux traditions historiographiques ne fut possible que parce que le critère distinctif établi par Croce et la tradition historiographique libérale fut pris par les historiens marxistes dans son sens positif d’adhésion au moment héroïque de la révolution.

  • 12 Voir l’avant-propos de son édition de 1896 de La Rivoluzione napoletana del 1799, cit. La thèse his (...)
  • 13 Selon l’heureuse définition récemment donnée par Eugenio De Rienzo dans son essai historiographique (...)

11De fait Cantimori et Saitta avaient accepté la reconstruction historique proposée au XIXe siècle par le groupe des moderati, que Croce avait intégré à son interprétation de l’histoire de l’Italie moderne. Ce dernier avait célébré le « martyre » des patrioti napolitains de 1799 en isolant la période révolutionnaire de l’ensemble de l’histoire nationale italienne et du Risorgimento12 : les giacobini italiani, grands idéalistes et mauvais politiciens, avaient été les acteurs d’une Italie qui n’avait jamais existé et n’existerait jamais13. Bien évidemment, les deux historiens renversaient le sens de cette reconstruction historique. Cependant, en conservant le schéma proposé par l’historiographie libérale et conservatrice, ils avaient définitivement exclu, voire effacé la culture révolutionnaire et démocratique de l’histoire de l’Italie moderne.

  • 14 À côté de l’étude de I. Woloch, Jacobin legacy. The democratic movement under the Directory, Prince (...)

122. Depuis une dizaine d’années néanmoins, l’historiographie consacrée au Directoire et au néo-jacobinisme a connu un important renouvellement. Nombre d’études ont démontré la vitalité des groupes jacobins qui, au lendemain du 9Thermidor, formulèrent un projet de démocratie représentative fondée sur le suffrage élargi et la Constitution. Le jacobinisme est ainsi apparu comme le résultat d’un processus qui allait de 1789 à 1799, et le Directoire comme une période importante de réflexion sur la démocratie de la part des groupes politiques qui avaient été les protagonistes de la Terreur14.

13Ce renouvellement des études a eu des échos et des répercussions importantes dans le débat sur le jacobinisme italien, finalement libéré des oppositions idéologiques dont il avait fait l’objet pendant tout l’après-guerre. Le bicentenaire de la Révolution française et ses nombreuses célébrations ont ainsi relancé en Italie l’intérêt et les études sur la période révolutionnaire et napoléonienne dans une nouvelle perspective. Peu à peu, le mouvement des patrioti est apparu sous une lumière différente : on a montré en particulier que leur culture politique s’était largement élaborée pendant la période directoriale, bien qu’enracinée dans l’expérience de l’an II et dans certains cas à travers la médiation du babouvisme.

  • 15 Voir H. Burstin, « Ancora sulla rivoluzione passiva : riflessioni comparative sull’esperienza giaco (...)

14Si les patrioti eurent toujours pour modèles les idéaux de démocratie politique et sociale de l’an II et de la constitution de 1793, le message de Buonarroti conjuguant projet unitaire et démocratie radicale fut surtout hégémonique dans les années 1794-95, après les premières conjurations jacobines15. À partir de 1796 en revanche, les patrioti s’intéressèrent de plus en plus à la notion de démocratie représentative, à la liberté de la presse, à la liberté d’association et au renforcement du pouvoir législatif, seuls moyens de garantir le respect de la souveraineté populaire contre toute dérive autoritaire du pouvoir exécutif. La constitution de l’an III apparut alors comme une défense suffisante de l’ordre républicain et des conquêtes issues de la Révolution.

  • 16 Sur ce point on consultera les nombreuses études publiées ces dernières années par P. Villani, à pa (...)
  • 17 Outre les vieilles études de A. Ottolini, La Carboneria dalle origini ai primi tentativi insurrezio (...)
  • 18 Sur Jullien on dispose maintenant de la biographie de E. Di Rienzo, op. cit.

15De manière générale, cette évolution politique se produisit sous l’influence déterminante du projet constitutionnel mûri dans les milieux démocratiques et néo-jacobins français. Sans renoncer au choix de la conspiration — qui leur fut largement suggéré par les diplomates et les agents français opérant dans la péninsule16, et qui devait connaître un important développement dans les années suivantes17 — les patrioti se tournèrent plutôt vers la bataille parlementaire sous l’impulsion de plusieurs néo-jacobins français, proches de la cause italienne, parmi lesquels on rappellera Marc-Antoine Jullien de Paris18.

  • 19 Comme c’est le cas de L. Guerci, Istruire nelle verità repubblicane. La Letteratura politica per il (...)
  • 20 A. De Francesco, « Aux origines », cit., p. 347.
  • 21 L. Guerci, op. cit., p. 200 et suiv.

16Bien qu’elle eût globalement renoncé à l’ancienne dichotomie qui opposait jusque-là « unitarisme » et démocratie radicale d’un côté, fédéralisme et modérantisme de l’autre19, l’historiographie italienne s’est à nouveau partagée sur ce point. D’un côté, Antonio De Francesco parle d’une adhésion convaincue et unanime des patrioti à la constitution française de l’an III20, même dans ses aspects les plus censitaires. Il refuse de donner un rôle central, au sein des patrioti, au parti unitaire qui s’inspirait de Buonarroti et critique l’identité de perspectives entre patrioti et jacobins de l’an II. De l’autre, Luciano Guerci, se fondant sur une documentation indiscutable, soutient que les patrioti eurent toujours comme modèle la constitution de 1793, qui avait jeté les bases d’une progressive égalité économique21.

  • 22 Voir E. Di Rienzo, art. cit., p. 414-415.
  • 23 G. Lefebvre, La France sous le Directoire, 1795-1799, Paris, 1997, p. 661 et suiv., et R. Mac Dugal (...)

17Un mouvement égalitaire refusant, dans la lignée des néo-jacobins français, le choix communiste de Babeuf, continua certes à influer sur l’Italie révolutionnaire. Il est néanmoins de plus en plus difficile de considérer l’adhésion à la constitution de 1793 comme la seule preuve d’appartenance au jacobinisme ou de non-appartenance aux groupes politiques modérantistes22. Les études consacrées à la France des années 1795-1799 ont en effet montré l’importance, voire la prééminence dans le mouvement néo-jacobin, aux côtés des anciens montagnards et des babouvistes, d’individus qui n’avaient pas participé à l’expérience de la Terreur ou qui s’en étaient éloignés (comme ce fut le cas pour Antonelle ou Jullien). Du reste, même à l’occasion du 30 prairial de l’an VII où elle prit le pouvoir dans le plus absolu respect de la légalité constitutionnelle23, la gauche néo-jacobine resta fidèle à cette nouvelle orientation politique.

  • 24 E. Di Rienzo, art. cit., p. 415-416. Sur la position « constitutionnelle » de Foscolo en 1797 nous (...)
  • 25 Une première contribution à l’étude de ces personnages à été donnée par B. Gainot, « I rapporti fra (...)
  • 26 Voir A. De Francesco, « Aux origines », cit., p. 343.

18Comme l’a souligné Di Rienzo, on peut facilement reconnaître chez beaucoup de patrioti un même parcours politique et intellectuel, de Granelli à Galdi, de Fantoni à Foscolo24. Les rapports entre les néo-jacobins français et les patrioti italiens ne manquèrent pas. De 1796 à 1800, de nombreuses figures de la gauche française opérèrent entre la France et l’Italie, en relation avec les patrioti italiens et les plus hautes hiérarchies militaires : de Marc-Antoine Jullien, cité plus haut, à Joseph Villetard, de Joseph Briot à Jean Bassal, tous visaient à transformer en une confédération substantiellement paritaire la subordination des républiques italiennes au centre parisien25. Le mouvement démocratique italien ne reproduisit alors que les positions politiques présentes à l’intérieur du mouvement démocratique français sous le Directoire, et c’est donc en tenant compte de toutes ces options qu’il faut lire l’histoire du Triennio26.

19La défaite politique et militaire de 1799 ne marqua pas la fin du parti des patrioti. Celui-ci fut au contraire relancé, car les patrioti, persécutés par le Directoire, se présentèrent à Bonaparte comme de nouveaux alliés dans sa future campagne d’Italie. Même la bataille de Marengo ne parvint pas à marquer le début d’une phase politique régressive. Les patrioti se maintinrent au pouvoir en raison de la menace d’une guerre dans la péninsule, envisagée par le Premier Consul jusqu’à la paix de Florence (mars 1801). À la différence des néo-jacobins français, contraints pendant quinze ans au silence et à la conspiration par l’épuration de décembre 1800, les patrioti italiens profitèrent largement des espaces ouverts par l’hypothèse d’une poursuite de la guerre, puis par le débat engagé autour de la réforme constitutionnelle.

  • 27 Ibid., p. 344-345.

20Après la défaite militaire et politique de 1799, les groupes des patrioti s’interrogèrent sur l’expérience du Triennio. Ils la jugèrent négativement, aussi bien du point de vue de la participation populaire à la Révolution que de la solution constitutionnelle imposée aux républiques italiennes sur le modèle de la constitution de l’an III. S’ils proposèrent à nouveau une politique menée dans le cadre de l’ordre constitutionnel, qui visait aussi à étouffer la propagande des modérantistes qui les dépeignaient comme des « anarchistes », ils pointèrent du doigt dans le modèle constitutionnel français, peu adapté aux caractéristiques politiques de l’Italie, la cause de la défiance des populations à l’égard de la Révolution27.

  • 28 V. Cuoco, Saggio storico sulla rivoluzione di Napoli, édition critique de A. De Francesco, Lacaita, (...)
  • 29 V. Cuoco, Saggio storico sulla rivoluzione napoletana del 1799 seguito dal Rapporto al cittadino Ca (...)
  • 30 SAGGIO STORICO | SULLA | RIVOLUZIONE | DI | NAPOLI | SECONDA EDIZIONE | CON AGGIUNTE DELL’AUTORE. | (...)
  • 31 SAGGIO STORICO | SULLA | RIVOLUZIONE | DI | NAPOLI | Caedo cur vostram rempublicam tantam perdidist (...)
  • 32 C’est le cas aussi des Frammenti di lettere a Vincenzio Russo, qui n’ont pas été reproduits dans l’ (...)
  • 33 SAGGIO STORICO | SULLA | RIVOLUZIONE | DI | NAPOLI | SECONDA EDIZIONE | CON AGGIUNTE DELL’AUTORE. | (...)

213. C’est autour de ces deux axes de réflexion qu’Antonio De Francesco a tout récemment proposé une nouvelle lecture du Saggio storico della rivoluzione di Napoli de Vincenzo Cuoco28 dont il offre aussi l’édition critique, presque quatre-vingt-dix ans après le texte donné par Fausto Nicolini29. Dès son choix éditorial, De Francesco confirme cette relecture du Saggio. D’une manière tout à fait significative, tous les éditeurs avaient jusqu’ici préféré se fonder sur l’édition de 180630, apparemment plus proche de l’ordre napoléonien et de la culture conservatrice à laquelle on rattachait Cuoco. Au mieux, reproduisait-on en bas de page les principales variantes de l’édition originale de 180131 ; dans certains cas, on avait été jusqu’à supprimer une partie du texte32. De Francesco nous propose au contraire le texte de 1801, réimprimé pour la première fois depuis l’édition originale de Milan. Ce texte est accompagné d’un apparat critique de type évolutif, qui reproduit les variantes de l’édition de 1806 et les annotations laissées par Cuoco sur un exemplaire de l’édition apocryphe de 182033. Ce choix de De Francesco se justifie pour des raisons strictement philologiques, l’édition de 1806 ne représentant pas la dernière volonté de l’auteur qui ne put suivre l’impression et la publication du texte, largement corrompu par les interventions du compositeur. Mais il nous permet aussi d’apprécier davantage le sens propre de cette première édition et du développement politique et idéologique de Cuoco.

  • 34 A. De Francesco, « Il Saggio storico e la cultura politica italiana fra Otto e Novecento », paru da (...)
  • 35 A. De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Roma-Bari, 1997.

22Le texte n’est pas commenté, mais De Francesco le fait précéder d’une vaste introduction consacrée à la réception du Saggio dans la culture politique italienne des deux derniers siècles34. Ce très long essai introductif — presque un livre à lui seul — s’ajoute à l’importante biographie de Cuoco publiée il y a trois ans par les éditions Laterza35. Dans sa reconstruction méticuleuse et documentée, De Francesco libère la figure de Cuoco d’une lourde hypothèque historique, celle d’avoir été la « souche » de la pensée italienne libérale, voire conservatrice, du XIXe siècle. Bien loin d’être le manifeste du conservatisme social et du modérantisme politique ou, pire, l’expression de la culture italienne qui refusait la Révolution, le Saggio storico apparaît comme le programme politique des patrioti et de leurs aspirations démocratiques après Marengo.

23Écrit et publié au début de l’an IX, grâce à l’appui financier du parti unitaire, le Saggio naît en effet à l’intérieur de cette culture politique du néo-jacobinisme italien qui visait à établir le primat du pouvoir législatif sur l’exécutif afin d’éviter toute possibilité de dérive autoritaire, et à fonder l’ordre constitutionnel sur une démocratie représentative capable d’empêcher les dérives plébiscitaires sur lesquelles Bonaparte avait fondé sa montée irrésistible. Il s’agit en fait pour Cuoco de doter les démocrates italiens d’un programme afin non seulement de leur permettre de survivre, mais surtout de leur offrir des perspectives politiques de longue durée.

24C’est pour cette raison que Cuoco, avec les Frammenti di lettere a Vincenzio Russo, intervint dans le débat sur la réforme constitutionnelle qui se déroula en vue des Comices de Lyon et de la proclamation par Bonaparte de la République Italienne (janvier 1802). C’est aussi dans cette optique que Cuoco parla de « révolution passive », idée critiquée et déjà largement présente dans la culture politique du Triennio. Avec ce concept, il n’entendait pas critiquer la révolution : au contraire, afin de la rendre « active » et de ne pas éveiller la méfiance des populations italiennes à l’égard des patrioti, comme cela avait été le cas en 1799, il soulignait l’absolue nécessité d’adapter aux caractéristiques et aux structures sociales de la péninsule toute constitution politique visant à rendre définitives les conquêtes de la révolution. Pour Cuoco, le problème était de « fixer » la révolution face à l’instabilité des gouvernements et face à tout risque de dissolution qui aurait favorisé le retour de l’Ancien Régime.

  • 36 Voir aussi sur ce point le long article de U. Carpi, « Appunti su ideologia postrivoluzionaria e ri (...)

25C’est ainsi que, le projet politique de s’opposer à la transformation censitaire de la République Italienne ayant échoué après les Comices de Lyon, et tout espoir étant désormais perdu de sauvegarder des espaces d’action politique après l’affaire Ceroni, Cuoco et beaucoup de patrioti adhérèrent au nouvel ordre napoléonien. Le régime de Bonaparte apparaissait alors en effet comme l’ultime solution susceptible de sauvegarder les conquêtes de la révolution et, en dépit des libertés politiques réduites, un certain ordre constitutionnel36. Du reste, pour nombre de patrioti, comme pour les démocrates français, cette adhésion alla de pair avec une vaste activité conspiratrice qui visait, quoique confinée dans une dimension secrète, à sauvegarder un espace d’opposition politique.

  • 37 A. De Francesco, Vincenzo Cuoco, cit., p. 92 et suiv.
  • 38 Ibid., p. 130 et suiv.
  • 39 Ibid., p. 127-128.

26C’est dans ce cadre, et dans l’attente de revenir à Naples en tant que grand commis de Joseph Bonaparte, que Cuoco préparera en 1806 la nouvelle édition du Saggio storico. La révision de ce texte apparemment favorable à l’ordre impérial de Napoléon envisageait en réalité une monarchie constitutionnelle. Comme le souligne De Francesco dans sa biographie, l’œuvre de Cuoco dans la modernisation du Royaume de Naples fut menée en opposition à la simple gestion du quotidien mise en œuvre par la monarchie administrative de Joseph Bonaparte puis de Murat37. En 1813 du reste, Cuoco convaincra Murat de s’éloigner de Bonaparte et de poursuivre de manière autonome un projet d’unification nationale38. En 1815 enfin, Cuoco le poussera à octroyer une Constitution, en accord avec l’ancien groupe des patrioti napolitains et avec Briot qui la rédigera. Le modèle sera alors la charte de Cadix de 1812, une constitution monarchiste bien évidemment, mais qui sauvegardait les conquêtes fondamentales de la révolution et devait servir de modèle, dans les années suivantes et jusqu’en 1848, au mouvement démocratique européen39.

  • 40 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Bari, 1980, p. 221.
  • 41 A. De Francesco, « Aux origines », cit., p. 348.

27Les anciens protagonistes de la gauche jacobine ne furent pas donc ces patrioti « épuisés et sur le point de disparaître de l’histoire40» que Croce avait voulu faire d’eux, soucieux d’isoler le moment révolutionnaire dans l’histoire italienne et européenne et de l’expulser de la culture du Risorgimento. Au contraire, ils garantirent une forte continuité entre l’expérience révolutionnaire et le mouvement démocratique du XIXe siècle. Cette continuité fut certes fondée, comme l’avait voulu l’historiographie marxiste de l’après-guerre, autour de la figure de Buonarotti et de ses réseaux conspirateurs. Elle naquit également d’un mouvement démocratique longtemps oublié, voire occulté, héritier du jacobinisme italien par son ampleur de vues et ses nuances. Ce mouvement, dont personne n’a jamais étudié « l’impact […] sur la naissance de la culture politique du Risorgimento41 », attend encore qu’on écrive son histoire.

Top of page

Notes

* Cet article nous a été suggéré par le Colloque International Paris/Naples et retour. Aux origines du XIXe siècle : de Cuoco à la San Felice (Paris, 19-20 janvier 2001) et par l’annonce de la publication imminente, sous la direction de M.-T. Bouyssy (Université de la Sorbonne-Panthéon - Paris I) et A. M. Rao (Université Federico II - Naples), de la traduction française du Saggio storico rédigée en 1807 par Bertrand Barrère (Histoire de la Révolution de Naples, par l’auteur du Voyage de Platon en Italie, Traduite de l’italien sur la seconde édition, Paris, Chez Léopold Collin, Libraire, rue Git-le-cœur, n. 4, Imprimerie de Valade, 1807), jamais rééditée jusqu’à présent.

1 I Giacobini Italiani, vol. I, éd. D. Cantimori, Bari, 1956.

2 Ibid., p. 412.

3 Dans son compte rendu du recueil de Cantimori, paru dans Cultura Moderna, 1956, n. 1, p. 6, et dans « Il robespierrismo di Filippo Buonarroti e le premesse dell’unità italiana », Belfagor, 1955, n.3, p. 258 et suiv., en particulier p. 268.

4 A. Gramsci, Quaderni del carcere, éd. A. Gerratana, vol. III, Torino, 1975, p. 2017.

5 Voir, entre autres, E. Rota, Il problema italiano dal 1700 al 1815 (L’idea unitaria), Milano, 1941, p. 19.

6 B. Croce, La Rivoluzione napoletana del 1799. Biografie-Racconti-Ricerche, Bari, 19845.

7 A. De Francesco, « Aux origines du mouvement démocratique italien : quelques perspectives de recherche d’après l’exemple de la période révolutionnaire, 1796-1801 », Annales historiques de la Révolution Française (dorénavant AHRF), 1997, n. 2, p. 334-335, auquel notre mise au point préliminaire renvoie.

8 En l’absence d’une bibliographie française, ou en français, sur la question du jacobinisme, nous renvoyons aux contributions de F. Perfetti, « Il giacobinismo italiano nella storiografia », dans R. De Felice, Il triennio giacobino in Italia (1796-1799), Roma, 1990 ; de A. M. Rao, « El jacobinismo italiano (1796-1799) », dans Revolucion y democracia. El jacobinismo europeo, sous la dir. de L. Roura Aulinas et I. Castels, Madrid, 1995, p. 139 et suiv. ; de C. Zaghi, « Il giacobinismo e il regime napoleonico in Italia », La Storia. I grandi problemi dal Medioevo all’Età Contemporanea, sous la dir. de N. Tranfaglia et L. Firpo, vol. V, t. 3, L’Età Moderna. Stati e Società, Torino, 1986, p. 735 et suiv. ; et de I. Tognarini, Giacobinismo, rivoluzione, Risorgimento. Una messa a punto storiografica, Firenze, 1977.

9 Sur la figure de Buonarroti et son influence dans les événements de l’Italie révolutionnaire et napoléonienne, on consultera, outre les études de A. Saitta, Filippo Buonarroti. Contributo alla storia della sua vita e del suo pensiero, Roma, 1950-51, 2 vol. (2e éd. 1971-72), et, dans la même lignée de recherche, de G. Vaccarino, I patrioti « anarchistes « e l’idea dell’unità italiana (1797-1799), Torino, 1955 (rééd. dans I giacobini piemontesi (1794-1814), Roma, 1989, vol. I, p. 115 et suiv., le volume de P. Onnis Rosa, Filippo Buonarroti e altri studi, Roma, 1971.

10 A. Saitta, « Il robespierrismo di Filippo Buonarroti e le premesse dell’unità italiana », Belfagor, 1955, n. 3, p. 267-270.

11 F. Diaz, « La questione del giacobinismo italiano », Critica storica, 1964 (maintenant dans F. Diaz et A. Saitta, La questione del giacobinismo italiano, Roma, 1988, p. 5-41).

12 Voir l’avant-propos de son édition de 1896 de La Rivoluzione napoletana del 1799, cit. La thèse historique de Croce trouvait sa forme définitive dans sa Storia della storiografia italiana del secolo decimonono, Bari, 1930, 2 vol. 

13 Selon l’heureuse définition récemment donnée par Eugenio De Rienzo dans son essai historiographique et critique sur les nouvelles études consacrées à la révolution et à la période napoléonienne en Italie, « Neogiacobinismo e movimento democratico nelle rivoluzioni d’Italia (1796-1815) », Studi Storici, 2000, n. 2, p. 403-404, dont nous sommes ici largement débiteur.

14 À côté de l’étude de I. Woloch, Jacobin legacy. The democratic movement under the Directory, Princeton, 1970, on doit placer désormais les travaux de L. Constant, Félix Lepeletier de Saint-Fargeau. Un itinéraire, de la Révolution à la monarchie de Juillet, Paris, 1995 ; de A. De Francesco, « Dalla Montagna a Bonaparte : la carriera politica di Pierre-Jean Audouin nella Francia post-robespierrista », Società e Storia (dorénavant SS), 1997, n. 2, p. 377 et suiv. ; id., « Aux origines », cit. ; de E. Di Rienzo, Marc-Antoine Jullien de Paris (1789/1748). Una biografia politica, Napoli 1999 ; de B. Gainot, à partir de sa thèse d’État, Le Mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire. Structure et pratiques politiques, dirigée par M. Vovelle, Université de Paris I Sorbonne-Panthéon 1993, sous presse ; id., « La notion de démocratie représentative : les legs néo-jacobins de 1799 », L’image de la Révolution française, Londres-Paris, 1989, vol. I, p. 523 et suiv. ; id., « Du néo-jacobinisme de 1799 au libéralisme de 1815 : les impasses d’une opposition démocratique », The European Legacy, 1996, n. 1, p. 78 et suiv. ; id., « Être républicain et démocrate entre Thermidor et Brumaire », AHRF, 1997, n. 2, p. 195 et suiv. ; id., « La notion de démocratie représentative et son occultation », The European Legacy, 1999, n. 4, p. 84 et suiv. ; de P. Serna, Antonelle. Aristocrate révolutionnaire, 1747-1817, Paris, 1997 ; id., « Un programma per l’opposizione di sinistra sotto il Direttorio : la democrazia rappresentativa », SS, 1997, n. 2, p. 319 et suiv. ; id., « Doit-on obéissance à la Constitution de l’an III ? Antonelle et la démocratie représentative (an III-an IV) », Constitution & Révolution aux États-Unis d’Amérique et en Europe, 1776-1814, sous la dir. de R. Martucci, Macerata, 1995, p 415 et suiv. ; id., « Comment être démocrate et constitutionnel en 1797 », AHRF, 1997, n. 1, p. 199 et suiv.

15 Voir H. Burstin, « Ancora sulla rivoluzione passiva : riflessioni comparative sull’esperienza giacobina in Italia », SS, 1998, n. 1, p. 75 et suiv., et A. M. Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Napoli, 1992, en particulier les p. 187 et suiv.

16 Sur ce point on consultera les nombreuses études publiées ces dernières années par P. Villani, à partir de « Agenti e diplomatici francesi in Italia durante la Rivoluzione. Prime note », dans L’Europa del XVIII secolo. Studi in onore di Paolo Alatri, sous la dir. de V. I. Comparato, E. Di Rienzo, S. Grassi, Napoli, 1991, p. 183 et suiv. ; Gli agenti civili della Francia rivoluzionaria in Italia (1795-1799), vol. I, Novembre 1795 - 26 marzo 1796, sous la dir. de M. F. Leonardi, Roma, 1996.

17 Outre les vieilles études de A. Ottolini, La Carboneria dalle origini ai primi tentativi insurrezionali (1797-1817), Modena, 1936, de R. Soriga, Le Società segrete, l’emigrazione politica e i primi moti per l’indipendenza, éd. S. Manfredi, Modena, 1942, et de C. Francovich, Albori socialisti nel Risorgimento. Contributo allo studio delle società segrete, 1776-1853, Firenze, 1962, on consultera les récentes contributions de A. De Francesco, Rivoluzione e costituzioni. Saggi sul democratismo politico nell’Italia napoleonica 1796-1821, Napoli, 1996, p. 11 et suiv. et 97 et suiv. ; de A. M. Rao, « Conspiration et Constitution : Andrea Vitaliani et la République napolitaine de 1799 », dans le numéro spécial L’Italie du triennio révolutionnaire, 1796-1799, sous la dir. de A. M. Rao et M. Vovelle, AHRF, 1998, n. 3, p. 545 et suiv., de G. Giarrizzo, Massoneria e Illuminismo nell’Europa del Settecento, Venezia, 1994, en particulier les p. 368 et suiv.

18 Sur Jullien on dispose maintenant de la biographie de E. Di Rienzo, op. cit.

19 Comme c’est le cas de L. Guerci, Istruire nelle verità repubblicane. La Letteratura politica per il popolo nell’Italia in rivoluzione (1796-1799), Bologna, 1999, qui sur ce point s’est aligné sur les positions de A. M. Rao, « Unité et fédéralisme chez les jacobins italiens de 1794 à 1800 », Les Fédéralismes. Réalités et représentations, 1789-1874, Aix-en-Provence, 1995, p. 381 et suiv., et de A. De Francesco, Il governo senza testa. Movimento democratico e federalismo nella Francia rivoluzionaria, 1789-1795, Napoli, 1992, et id., Rivoluzione e costituzioni, cit., p. 11 et suiv.

20 A. De Francesco, « Aux origines », cit., p. 347.

21 L. Guerci, op. cit., p. 200 et suiv.

22 Voir E. Di Rienzo, art. cit., p. 414-415.

23 G. Lefebvre, La France sous le Directoire, 1795-1799, Paris, 1997, p. 661 et suiv., et R. Mac Dugall, « La consomption de la première République et le coup d’état du 30 prairal (18 juin 1799) », AHRF, 1989, n. 1, p. 52 et suiv.

24 E. Di Rienzo, art. cit., p. 415-416. Sur la position « constitutionnelle » de Foscolo en 1797 nous renvoyons à notre article, « Foscolo e Marc-Antoine Jullien. Note in margine ai Discorsi su Lucrezio », Lettere Italiane, 1997, n. 3, p. 392 et suiv.

25 Une première contribution à l’étude de ces personnages à été donnée par B. Gainot, « I rapporti franco-italiani nel 1799 : tra confederazione democratica e congiura politico-militare », SS, 1997, n.2, p. 345 et suiv. À la dernière période de l’activité politique de Joseph Briot, intermédiaire important entre les patrioti italiens et les néo-jacobins français, est consacrée l’étude de F. Mastroberti, Pierre Joseph Briot. Un giacobino tra amministrazione e politica (1771-1827), Napoli, 1998.

26 Voir A. De Francesco, « Aux origines », cit., p. 343.

27 Ibid., p. 344-345.

28 V. Cuoco, Saggio storico sulla rivoluzione di Napoli, édition critique de A. De Francesco, Lacaita, Manduria-Bari-Roma, 1998 (Collezione di Studi Meridionali).

29 V. Cuoco, Saggio storico sulla rivoluzione napoletana del 1799 seguito dal Rapporto al cittadino Carnot di Francesco Lomonaco, éd. F. Nicolini, Bari, 1913.

30 SAGGIO STORICO | SULLA | RIVOLUZIONE | DI | NAPOLI | SECONDA EDIZIONE | CON AGGIUNTE DELL’AUTORE. | Caedo cur vostram rempublicam | tantam perdidistis tam cito ? | P. A. p. Cic. de Sen. | [accolade] | MILANO | [accolade] | Dalla Tipografia di Francesco Sonzogno di Gio. Batt. | Stampatore - Librajo, Corsia de’ Servi N. 596. | 1806.

31 SAGGIO STORICO | SULLA | RIVOLUZIONE | DI | NAPOLI | Caedo cur vostram rempublicam tantam perdidistis tam cito ? | P. A. p. Cicer. de Senect. | TOMO PRIMO | [accolade] | MILANO | Dalla Tipografia Milanese in Strada Nuova | ANNO NONO REPUBBLICANO.

32 C’est le cas aussi des Frammenti di lettere a Vincenzio Russo, qui n’ont pas été reproduits dans l’édition du Saggio publiée par A. Bravo (V. Cuoco, Saggio storico sulla rivoluzione napoletana, Torino, 1975).

33 SAGGIO STORICO | SULLA | RIVOLUZIONE | DI | NAPOLI | SECONDA EDIZIONE | CON AGGIUNTE DELL’AUTORE. | Caedo cur vestram rempublicam | tantam perdidistis tam cito ? | P. A. p. Cic. de Sen. | [accolade] | MILANO | Dalla Tipografia di Francesco Sonzogno di Gio. Batt. | Stampatore-Librajo, Corsia de’ Servi N. 596. | 1820.

34 A. De Francesco, « Il Saggio storico e la cultura politica italiana fra Otto e Novecento », paru dans V. Cuoco, Saggio storico, op. cit. p. 9 et suiv. Au livre de De Francesco il faudra ajouter au moins les deux importantes contributions de D. Conte (« Politica e cultura negli scritti giornalistici di Vincenzo Cuoco (1801-1806) ») et M. Martirano (« Un felice ingegno d’Italia. Vincenzo Cuoco giornalista a Napoli ») parus dans V. Cuoco, Scritti giornalistici. 1801-1815, Napoli, 1999, vol. I, p. XXIII et suiv., et vol. II, p. XVII et suiv.

35 A. De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Roma-Bari, 1997.

36 Voir aussi sur ce point le long article de U. Carpi, « Appunti su ideologia postrivoluzionaria e riflessione storiografica dopo il triennio giacobino », in I riflessi della Rivoluzione dell’89 e del triennio giacobino sulla cultura letteraria italiana, sous la dir. de G. Varanini, Rivista Italiana di Studi Napoleonici, 1992, n. 1-2, p. 41 et suiv. ; et les contributions de A. M. Rao, « I giacobini italiani dopo il triennio », in L’età rivoluzionaria e napoleonica in Lombardia, nel Veneto e nel Mezzogiorno : un’analisi comparata, Atti del Convegno di Maratea, 15-17 ottobre 1996, sous la dir. de A. Cestaro, Osanna, Venosa, 1999, p. 131 et suiv. ; et de M. Cerruti, « Dalla fine dell’antico regime alla Restaurazione », in Letteratura Italiana, sous la dir. de A. Asor Rosa, vol. I, Il letterato e le istituzioni, Torino, 1982, p. 391 et suiv.

37 A. De Francesco, Vincenzo Cuoco, cit., p. 92 et suiv.

38 Ibid., p. 130 et suiv.

39 Ibid., p. 127-128.

40 B. Croce, Storia del Regno di Napoli, Bari, 1980, p. 221.

41 A. De Francesco, « Aux origines », cit., p. 348.

Top of page

References

Electronic reference

Christian Del Vento, « La nouvelle historiographie sur la Révolution et le Saggio Storico de Vincenzo Cuoco », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 25 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/409 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.409

Top of page

About the author

Christian Del Vento

Christian Del Vento est A.T.E.R à l’Université de Paris IV-Sorbonne et docteur ès lettres de la Scuola Normale Superiore de Pise. (thèse consacrée à Ugo Foscolo). Il a publié de nombreux articles consacrés à Dante, Foscolo et, plus récemment, à Alfieri.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page