Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle)

sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat, Préface de Michel Zink, Paris, Ouvrage publié avec le concours de l’Université de Paris-X-Nanterre, Les Editions du Cerf (Initiations au Moyen Âge), 2000, 394 p.
Frank La Brasca
p. 181-184
Bibliographical reference

Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle), sous la direction d’Isabelle Heullant-Donat, Préface de Michel Zink, Paris, Ouvrage publié avec le concours de l’Université de Paris-X-Nanterre, Les Editions du Cerf (Initiations au Moyen Âge), 2000, 394 p.

Full text

1Comme le souligne l’illustre préfacier, l’originalité de cet ouvrage consiste dans le fait qu’il a été dès son origine pensé comme destiné à un public français. Trois des douze contributions ont été en effet directement écrites dans notre langue par leurs auteurs, tandis que les neuf autres, émanant de médiévistes italiens reconnus, ont été traduites afin d’être accessibles à un public plus ou moins italianisant sans être forcément parfaitement italianiste.

2La maîtresse d’œuvre de l’entreprise, Isabelle Heullant-Donat, historienne de l’Italie médiévale et ancienne pensionnaire de la prestigieuse École française de Rome, a donc fort opportunément souhaité offrir aux médiévistes français un aperçu assez large de cette culture italienne ancienne dont le monde savant s’accorde à reconnaître la centralité, tout en ne possédant pas toujours les instruments théoriques et conceptuels nécessaires pour l’appréhender avec suffisamment de justesse et de clarté.

3Par leur concision et par l’actualité et la mise à jour de l’information qu’ils fournissent, ces douze articles seront également d’une grande utilité pour tous les italianistes (chercheurs, étudiants, enseignants) qui, sans être des historiens accomplis, éprouvent le salutaire besoin d’inscrire leurs recherches et leurs travaux dans les grandes lignes d’une riche et complexe évolution.

4Dans son avant-propos, I. Heullant-Donat précise la visée de l’ouvrage : faire connaître au plus large public possible les avancées de l’historiographie italienne dans les différents domaines de l’histoire culturelle italienne de la fin du Moyen Âge. Cette période est étudiée dans son extrême diversité, et notamment la prégnance particulière du phénomène urbain. L’ouvrage montre le développement particulier de toute une série de pratiques culturelles et professionnelles destinées à exprimer et à diffuser dans le reste de l’Europe des « schémas mentaux qui s’imposent à l’extérieur comme à l’intérieur du pays », selon une formule de Jacques Le Goff. Les textes que la directrice a choisi de faire figurer dans ce panorama sont tous accompagnés de fort utiles appendices documentaires et bibliographiques.

5La première contribution, « Les langages de la culture urbaine (XIIe-XVe siècle) », p. 17-51, de Anna Imelde Galletti de l’Université de Pérouse, écrite directement en français, montre avec pertinence la spécificité des langages culturels qui s’élaborent dans les cités-états de l’Italie, qui n’ont évidemment pas comme référent un État centralisé, mais leur propre auto-promotion, vue dans une filiation fantasmatique avec les grands mythes fondateurs de l’Antiquité : Troie et Rome.

6La contribution de Carla Frova, elle aussi de l’Université de Pérouse, a été également rédigée en français. Elle porte sur les « Écoles et universités en Italie (XIe-XIVe siècle) », p. 53-85, et s’ouvre sur la remarque d’une extension du champ de la culture à la fin du XIe siècle.

7Lucia Gualdo Rosa, de l’Université de Naples, spécialiste émérite de l’humanisme civil italien, et en particulier de Leonardo Bruni, signe une contribution intitulée « Préhumanisme et humanisme en Italie : Aspects et problèmes », p. 87-120. La figure de Pétrarque, découvreur de manuscrits, philologue, paléographe, historien et poète est évidemment centrale ici, mais L. Gualdo Rosa choisit de commenter une belle page de l’historien Biondo Flavio (qu’elle nous donne en latin et en traduction en appendice), exaltant de manière solennelle l’essor du mouvement humaniste au XVe siècle. Elle nous permet ainsi, grâce à ses remarques éclairantes, de nous représenter la force et l’impact de cette révolution intellectuelle menée sous l’enseigne de la redécouverte de l’Antique.

8Massimo Miglio, de l’Université de Viterbe, nous fait pénétrer dans le climat culturel de la curie (« Culture à la cour des papes, XIIe-XVe siècle », p. 121-143). Il montre la montée en puissance de l’écriture sous toutes ses formes (documents administratifs, financiers, décisions, privilèges, sentences, dispenses, correspondance diplomatique etc.) à la cour des papes à partir du XIIe siècle.

9Alessandro Barbero, de l’Université de Verceil (Piémont-Oriental), nous livre directement en français une contribution qui porte sur « Éducation et culture à la cour angevine (1266-1343) », p. 145-168.

10Renato Bordone et Barbara Garofani, de l’Université de Turin, consacrent leur exposé aux « Chroniqueurs italiens (XIe-XVe siècle) », p. 169-191. À part les chroniques monastiques émanant du milieu bénédictin et les chroniques de cour du sud de l’Italie, la production italienne est essentiellement liée au milieu urbain. À l’origine on trouve des œuvres versifiées, mais entre le XIe et le XIIe siècle apparaît le corpus milanais attribué aux deux Landolfo (senior et junior) et à Arnolfo, rédigé en prose. Aux XIIe et XIIIe siècles se développent d’un côté des œuvres émanant de notaires et de juristes, notamment ceux liés au pré-humanisme padouan (Lovato Lovati, Ferreto de Ferreti, Albertino Mussato), de l’autre les chroniques rédigées par des membres des ordres mendiants (le franciscain Salimbene de Adam et le dominicain archevêque de Gênes Jacques de Voragine). C’est surtout en Toscane que se développera la chronique en langue vernaculaire (Dino Compagni, les Villani, Marchionne de Coppo Stefani), mais il convient de faire une place toute particulière à la magnifique chronique romaine de l’Anonyme romain qui relate la vie du tribun Cola di Rienzo.

11Laura Garuffi, de l’université de Turin, examine « La prédication en Italie (XIIe-XIVe siècle) », p. 193-237. Elle montre avec clarté comment la richesse du sermon en fit le véhicule principal de la divulgation des savoirs avant l’apparition de l’imprimerie, et met parfaitement en évidence la spécificité de la nouvelle prédication qui semble procéder à rebours de la démarche pastorale cléricale en allant de la morale au modèle, au discours sur Dieu.

12La contribution de Paolo Golinelli, de l’Université de Vérone, s’intitule « Hagiographie et cultes civiques dans l’Italie du Nord (XIIe-XVe siècle) », p. 239-267. Les saints sont souvent associés au lieu où repose leur corps et non au lieu de leur naissance. P. Golinelli s’efforce tout d’abord de retracer l’évolution de l’historiographie hagiographique qui, après s’être intéressée au rapport sanctus-locus, s’est attachée à analyser la notion de saint-patron que constituent les laudes civitatum. L’intérêt pour l’hagiographie italienne s’est également développé en France dans les études d’André Vauchez, introducteur du concept de « religion civique », et de Jean-Charles Picard. À ce concept, P. Golinelli propose d’adjoindre celui de « saint urbain », et il esquisse une typologie du passage du culte du saint patron à une véritable religion civique dans les villes italiennes. À l’époque du bas Empire, les villes changent ainsi de nom pour adopter celui de leur saint patron.

13Enrico Artifoni, de l’Université de Turin, nous donne le texte revu et corrigé d’un de ses articles parus en 1993 dans la revue Quaderni Medievali. Le titre en est « L’éloquence politique dans les cités communales (XIIIe siècle) », p. 269-296. L’auteur nous incite à lire de manière analytique certains textes rhétoriques pour procéder à l’identification d’un vocabulaire technique propre à la concio, pratique dont on peut déduire de différents écrits (chroniques, textes lexicographiques, artes praedicandi) qu’elle avait un caractère parénétique de masse, et conclut en fournissant quelques remarques tirées de différents textes (Oculus pastoralis, Sermones et Liber de doctrina dicendi et tacendi d’Albertano da Brescia) qui permettent de vérifier l’importance du modèle du dictamen et du sermo modernus dans la construction des conciones.

14« La formation et culture des notaires (XIe-XIVe siècle) » sont l’objet de l’étude de Marino Zabbia, de l’Université de Padoue (p. 297-324). Il étudie l’itinéraire de Rolandino, particulièrement intéressant puisqu’il suivit aussi l’enseignement universitaire rhétorique de Boncompagno da Signa et, revenu à Padoue, finit par devenir chancelier. Il s’agit d’un parcours exemplaire qui préfigure celui des principaux poètes, écrivains et humanistes, de Giacomo da Lentini à Coluccio Salutati, en passant par les pré-humanistes padouans comme Lovato Lovati ou Albertino Mussato.

15Gian Mario Anselmi et Marta Guerra traitent de la « Culture et éducation des marchands (XIIe-XVe siècle) », aux pages 325-344. Les auteurs montrent que, contrairement à ce qu’affirmait W. Sombart, la culture des marchands était loin d’être superficielle. Ils rejoignent ainsi les conclusions auxquelles aboutissent les deux grands historiens de la culture marchande que sont Christian Bec et Vittore Branca.

16La dernière contribution du volume est signée par Gabriele Zanella, de l’Université de Pavie. Elle est consacrée à « La culture des hérétiques italiens (XIIe-XIVe siècle) », p. 345-373, et clôt pour ainsi dire ce tour d’horizon complet des divers aspects de la culture médiévale italienne. G. Zanella réfute avec beaucoup de force l’idée d’une corrélation possible entre l’hérésie et la protestation sociale. En revanche, on peut constater qu’il n’y a pas de personnes cultivées parmi les hérétiques. Pour lui, l’hérésie est la traduction d’un malaise existentiel, concernant des individus par ailleurs parfaitement insérés dans la réalité urbaine, ce qui expliquerait la réticence avec laquelle les autorités communales appliquèrent les injonctions anti-hérétiques émanant de l’autorité ecclésiastique. Les persécutions antisémites à Ferrare sont invoquées pour démontrer que le mécanisme d’exclusion des individus « différents », à un titre ou à un autre, est un processus inhérent au corps social sans valence politique particulière. Pourtant, cette analyse semble contredite par l’affirmation exprimée peu après selon laquelle l’hérésie s’identifie à « un mal-être dans lequel les motivations politiques et sociales s’entrecroisent sans cesse ». Cette contradiction traduit selon nous la difficulté dans laquelle se place l’auteur lorsqu’il semble considérer qu’il pourrait y avoir une conscience claire et nette des individus et groupes sociaux qui participent à un processus de crise sociale et politique, aiguisé par le développement de la lutte de classes. Il nous semble qu’une prise de conscience de cette nature ne peut exister que dans des analyses abstraites effectuées en des lieux clos et séparés du réel, et que toujours, y compris dans les crises de cette sorte qui ont marqué les sociétés contemporaines, c’est « l’impureté », le malaise diffus et vague qui constituent la règle générale. L’article se conclut par une comparaison stimulante entre le chaos doctrinal des hérésies médiévales et la prolifération contemporaine d’un volontariat laïque dans un monde qui a perdu l’espoir dans la capacité structurante des idéologies : « Les hérétiques sont parmi nous ».

17Un index des noms cités complète utilement cette belle publication qui deviendra désormais un ouvrage de référence, indispensable non seulement aux italianistes qui travaillent sur la période ancienne, mais plus généralement à tous les historiens médiévistes.

Top of page

References

Electronic reference

Frank La Brasca, « Cultures italiennes (XIIe-XVe siècle) », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 22 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/412

Top of page

About the author

Frank La Brasca

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page