Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Diritti in memoria, carità di patria. Tribuni della plebe e governo popolare a Bologna (XIV-XVIII secolo)

éd. par Angela De Benedictis, Bologne, CLUEB - Cooperativa Libraria Universitaria Editrice Bologna, 1999, 194 p.
Christian Zendri
p. 185-188
Bibliographical reference

Diritti in memoria, carità di patria. Tribuni della plebe e governo popolare a Bologna (XIV-XVIII secolo), éd. par Angela De Benedictis, Bologne, CLUEB - Cooperativa Libraria Universitaria Editrice Bologna, 1999, 194 p.

Full text

1Le rapport entre magistratures « populaires » et gouvernement de la cité, ainsi que la fonction de la mémoire culturelle, reposant sur des textes au caractère essentiellement normatif, sont au centre du livre édité par Angela De Benedictis, récemment publié par CLUEB. Celui-ci réunit des essais de Matthew Thomas Sneider, Cecilia Ciuccarelli et Paola Foschi, outre celui de De Benedictis elle-même. L’objet de l’enquête est la magistrature bolonaise des Tribuni della Plebe, instituée en même temps que les Massari delle Arti en 1377, en tant que charge « populaire » par excellence, garante de « l’état de liberté, bon et pacifique » de la civitas. L’essai de Angela De Benedictis, intitulé « Identità politica di un governo popolare : la memoria (culturale) dei Tribuni della Plebe », qui ouvre le volume, se concentre, après avoir brièvement parcouru l’histoire de la magistrature et passé en revue ses fonctions, sur l’effort accompli par les Tribuns pour conserver la mémoire de leurs droits. Et cela, surtout au XVIe siècle, à partir du moment où le gouvernement bolonais, suite à la soumission de Bologne à la domination de l’Église, devint, de manière toujours plus affirmée, aristocratique. Dans ce contexte, l’effort accompli par les Tribuni et les Massari, réunis sous l’unique dénomination de Collegi, se présente comme une tentative intéressante : se proposer comme « gouvernement populaire », à la fois complémentaire et alternatif au gouvernement aristocratique représenté par le Senato. Une tentative qui alla jusqu’à se concrétiser dans une épigraphe placée dans la cathédrale S. Petronio, aussi considérée comme un temple civique. Cette épigraphe reproduisait le contenu d’une bulle de Jules II, publiée le 22 novembre 1510 et adressée, non à la magistrature des Quaranta, ou Senato, mais aux Tribuni della Plebe et aux Massari delle Arti. La bulle de Jules II confirmait quelques privilèges bolonais et en accordait d’autres. L’épigraphe, rédigée dans un latin cultivé et archaïsant, et naturellement, plus encore, la bulle qu’elle rappelait, devaient, au cours du temps, jouer un rôle central pour la « mémoire culturelle » et l’action politique des Tribuni della Plebe, contre les prétentions du Sénat. La mémoire, d’autre part, ne représentait pas seulement l’instrument de « résistance » d’une magistrature « populaire » dans ses confrontations avec le régime aristocratique. Au contraire, elle contribua souvent à unir le Sénat et les Tribuns dans un front unique contre les tentatives de centralisation du gouvernement romain et des Légats pontificaux. À cette fin, de nouvelles éditions des statuts municipaux furent promues, des consilia furent rédigés par des juristes plus ou moins influents, des ouvrages historiographiques érudits, destinés à illustrer le prestige de la cité et de son gouvernement, ainsi que la gloire de l’Antiquité, furent publiés. Cette situation complexe est confirmée par l’étude de Sneider (« Ai Collegi la causa del popolo et deli poveri pestilenti. Il governo dell’abbazia dei SS. Naborre et Felice 1510-1525 »), consacrée au rôle que l’ancien monastère bolonais de S. Naborre et S. Felice joua au cours du XVIe siècle, comme lieu d’accueil et de soin aux victimes de la peste. Encore une fois, à l’origine de l’événement, nous retrouvons deux bulles du pape Jules II, selon lesquelles l’ancienne abbaye devait remplacer le vieil hôpital du Morbo, utilisant à cette fin les rentes des possessions monastiques. Mais, dans le même temps, Francesco Soderini, cardinal de Volterra, prétendait à ces rentes. Par conséquent, il était inévitable qu’une controverse éclatât entre la cité de Bologne et le cardinal, à laquelle une transaction mit fin huit ans plus tard, en 1518. Pendant toutes ces vicissitudes, les Collèges, qui intervinrent aussi dans le gouvernement de l’abbaye, jouèrent un rôle fondamental aux côtés du Sénat. L’abbaye, d’autre part, finit par perdre sa spécificité de lieu de soin pour les seuls pestiférés, et devint une sorte de caisse où puiser pour financer toutes sortes d’œuvres pieuses et d’assistance.

2L’essai suivant, de Cecilia Ciuccarelli, « Giustizia o sedizione ? I Tribuni della Plebe tra Bologna e Roma 1522-1559 », qui se fonde surtout sur la correspondance entre le Sénat et l’ambassadeur bolonais à Rome, met en lumière les multiples conflits surgis entre les Tribuns et le Sénat sur les limites de leurs pouvoirs respectifs. Pendant quarante ans environ, les initiatives « populaires » se multiplièrent pour étendre les frontières de leurs fonctions, au détriment de celles de l’aristocratie sénatoriale, dans un entrelacs complexe d’actes et de correspondance avec le gouvernement romain. Les Collèges, se considérant évidemment peu représentés par l’ambassadeur bolonais à Rome, cherchèrent à plusieurs reprises à établir un rapport direct avec le pontife et ses ministres, rencontrant l’opposition sénatoriale. Dans le même temps, les occasions de collaboration avec le Sénat ne manquèrent pas, quand des problèmes communs incitèrent à laisser momentanément de côté les dissentiments réciproques. La bulle de 1510 du pape Jules II, déjà évoquée, apparaît comme le point de référence des revendications « populaires », ce qui confirme, une fois de plus, le rôle de la mémoire dans la vie politique et juridique des gouvernements des cités au début de l’époque moderne. La dernière étude, « La sede dei Tribuni della Plebe e il Palazzo delle Biade. Studi e nuove acquisizioni sul Palazzo Comunale », de Paola Foschi, complète le volume, en offrant une reconstruction des vicissitudes historico-architecturales du palais communal. Les événements politiques ne manquèrent pas, en effet, de laisser une marque sur l’édifice qui était le siège des magistratures, à travers des agrandissements, des modifications et même de temporaires abandons, comme ce fut le cas en 1506 quand Jules II, après avoir conquis Bologne, éloigna les charges de leur siège habituel, craignant une infidélité des magistratures locales compromises avec le vieux régime. Malheureusement, dans le passé, quelques imprévoyantes restaurations « gothisantes » déformèrent pour toujours l’apparence du palais, en imposant une uniformité et une régularité qui n’avaient jamais existé, en particulier pour la façade. Ce n’est que récemment qu’un travail de mise en valeur de l’édifice a été entrepris : une fois restauré et transformé en musée, il deviendra un lieu de mémoire de la cité.

3Dans l’ensemble, le livre constitue une tentative, essentiellement réussie, pour reconstruire de manière exhaustive, quoique assez synthétique, le portrait d’une des magistratures les plus intéressantes de la cité de Bologne. L’intérêt, comme le souligne justement Angela De Benedictis, réside surtout dans le caractère « populaire » du gouvernement incarné par les Collèges, par opposition au gouvernement aristocratique, représenté par le Sénat — caractère « populaire » qui, naturellement, n’a rien à voir avec un régime démocratique, mais est plutôt lié au maintien de la paix et de « l’état de liberté ». Le serment des Tribuns nouvellement élus, dont la formulation met nettement l’accent sur le respect des statuts, du ius proprium bolonais, le montre également. L’importance de la charge, à laquelle était associé l’exercice de la iurisdictio (dans une acception large du terme, typique du langage juridique d’Ancien Régime), ne peut être mise en évidence que si l’on considère d’une part les larges pouvoirs d’intervention des Collèges, partout dans la cité et contre n’importe quelle menace pesant sur l’organisation de la res publica, et d’autre part, la présence capillaire d’agents subordonnés à ces magistrats dans les différents quartiers de la cité. L’influence de la magistrature devait ensuite augmenter, après 1469, quand le gouverneur-légat Giovan Battista Savelli attribua aux Collèges de larges pouvoirs en matière de jeux de hasard, marchés, poids et mesures, ornementation publique et propreté urbaine, abus de charges publiques, fausse monnaie, sorcellerie, blasphème, vol, mise au ban, soins donnés aux pestiférés. C’est précisément l’importance des fonctions et de l’action « juridictionnelle » des Collèges, au sens éclairé ci-dessus, qui les met en position d’antagonistes directs du Sénat, rétabli par Léon X en 1513. L’aristocratie sénatoriale fut même, de temps en temps, alarmée par le comportement des magistrats « populaires », en particulier des Tribuns, au point de les accuser de sédition, de crimen lesae maiestatis, c’est-à-dire de vouloir créer deux « têtes » dans la cité. Mais cela ne doit pas induire à croire, avertit Angela De Benedictis, que le Sénat ait voulu effacer les Collèges de la scène politique bolonaise. Ceux-ci faisaient certainement partie du gouvernement de la cité, et cela ne faisait pas l’objet de discussions, au point que le Sénat lui-même alla jusqu’à s’occuper de la construction et de la décoration du siège de ses « adversaires », comme le montre l’étude de Paola Foschi. Si, comme on l’a déjà dit, il y a un motif de désaccord, il réside dans les frontières entre les fonctions respectives et les « sphères d’influence » politiques. En ce sens, le caractère « populaire » de la magistrature des Collèges semblerait être lié en particulier à l’infatigable défense des statuts et des droits qu’ils sanctionnent, face au gouvernement romain. Défense qui, également sur la base des études de Sneider et de Ciuccarelli, était ou prétendait être plus vive que celle conduite par le Sénat. La notion même de « peuple » se lie par conséquent, une fois de plus, à un droit précis, un ius proprium dans la tradition la plus classique du droit commun, ou bien, ce qui revient au même, le « peuple » trouve sa plus haute expression dans le droit qu’il crée lui-même.

4Il s’agit d’une conception que la doctrine juridique du droit commun avait fermement fondée dans la célèbre lex omnes populi du Digeste de Justinien (D., 1, 1, 9), selon lequel omnes populi, qui legibus et moribus reguntur, partim suo proprio partim communi omnium hominum iure utuntur. Un concept de peuple qui se confond, par conséquent, avec celui de citoyenneté, de civitas, en tant qu’appartenance à une communauté qui vit selon son propre ius, civil précisément, concept dans lequel il n’est pas difficile de voir les traces de la tradition cicéronienne et augustinienne, en plus de celles de la doctrine juridique. Si les Collèges veulent se créditer d’être les principaux gardiens de ce droit, il ne faut pas oublier néanmoins la présence de sénateurs au sein de cette magistrature « populaire », présence qui a fait, du reste, l’objet de contestations récurrentes, fondées sur la prétention à exclure l’aristocratie sénatoriale des charges des Tribuni et des Massari. Cela rend naturellement le tableau beaucoup plus complexe, et se trouve à l’origine de nombreux conflits, à cause du mélange, dans une seule et même charge, du « peuple » et de l’aristocratie, deux « corps » juridiquement distincts et dans un rapport antagoniste constant. Cependant, c’est précisément cette complexité, évidente dans tous les essais, qui constitue le caractère peut-être le plus stimulant du livre, qui échappe ainsi à un schématisme facilement évocateur, mais privé d’un véritable appui sur les sources. La variété des points de vue, qui se succèdent et se mêlent, restitue de cette manière un tableau vif et une image plutôt riche des événements étudiés, même là où, souvent en raison du manque d’études déjà existantes, certains problèmes ont seulement pu être signalés.

Top of page

References

Electronic reference

Christian Zendri, « Diritti in memoria, carità di patria. Tribuni della plebe e governo popolare a Bologna (XIV-XVIII secolo) », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 28 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/414

Top of page

About the author

Christian Zendri

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page