Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Pietro Costa, Civitas, Storia della cittadinanza in Europa, 1. Dalla civiltà comunale al settecento

Laterza, 1999, 693 p., index nominum et rerum
Marie Gaille-Nikodimov
p. 189-191
Bibliographical reference

Pietro Costa, Civitas, Storia della cittadinanza in Europa, 1. Dalla civiltà comunale al settecento, Laterza, 1999, 693 p., index nominum et rerum.

Full text

1La grande vertu du voyage « historico-herméneutique » de Pietro Costa est d’être un travail pensé. Son cadre est défini, ses limites posées et il acquiert ainsi d’autant plus de force de conviction. Certes, comme il le souligne lui-même, certains de ses choix sont arbitraires, mais la plupart d’entre eux sont justifiés, et leur caractère très opératoire dans le corps de l’ouvrage est à lui seul un excellent argument. Après avoir souligné l’omniprésence du terme de citoyenneté [cittadinanza] à tous les niveaux du débat politique, depuis le plus scientifique jusqu’au plus urgent et quotidien, P. Costa énonce les trois principes de sa recherche : d’une part, l’enquête porte sur les discours de la citoyenneté et se conçoit donc comme un parcours d’un texte à l’autre, appartenant à un corpus transdiscipliniaire (philosophie, sociologie, histoire, droit). Il se donne la liberté de passer des auteurs canoniques, tels que Montesquieu, à d’autres moins connus, comme l’Anglais Edward Coke. D’autre part, ce parcours permet d’identifier des termes clés autour desquels ces discours s’organisent — l’individu ou plutôt le sujet, les droits et les devoirs, l’appartenance, la communauté politique ; mais il met aussi en lumière l’impossibilité de réduire ces discours à une théorie systématique et déterminée de la citoyenneté. Corrélativement, la nécessité d’un cheminement historique est affirmée — tel est le troisième principe —, à la fois pour ne négliger aucune des variations dans la conception de la citoyenneté et pour leur donner un sens à la lumière des différents contextes étudiés. Cet enseignant à la faculté de droit de Florence nous situe donc constamment entre le particulier — des discours et des contextes dissemblables — et l’universel — lié à la récurrence des mêmes notions directrices dans tous ces discours — et tente constamment, sans s’accorder aucune facilité, de tenir les deux bouts ensemble : la difficulté consiste à comprendre comment un seul et même terme, « la citoyenneté », a pu servir de support à des pensées irréductibles les unes aux autres.

2Le résultat de l’enquête est de nous montrer une notion élastique et évolutive, non par hasard, mais essentiellement. Malgré cela, elle garde toute sa cohérence. Un tel résultat est atteint à travers une méthodique reconstruction historique. Pour comprendre celle-ci, peut-être est-il nécessaire de mettre l’accent sur le choix de périodisation opéré par P. Costa. De manière significative, c’est le terminus ad quem qui fait l’objet de l’explication la plus nourrie. Le premier volume s’achève sur l’analyse des textes du XVIIIe siècle, mais ne s’engage pas sur la révolution française et ses conséquences à l’échelle européenne. Celle-ci constitue un véritable événement, marque un avant et un après, de telle sorte qu’étudier les discours de la citoyenneté de l’époque révolutionnaire en même temps que les discours qui la précèdent et dans une certaine mesure la préparent — on pense notamment à l’œuvre de J.-J. Rousseau — reviendrait à manquer ce qui fait sa spécificité et ses implications ultérieures. Aussi P. Costa préfère-t-il, contrairement à la plupart des histoires des idées politiques, procéder en deux temps. Le second volume de Civitas, L’età delle rivoluzioni, également publié par Laterza en 2000 (présenté dans le second numéro de Laboratoire italien) s’ouvre donc sur une étude approfondie des discours de la citoyenneté au moment même de la révolution française. Mais les hommes de la révolution parlent du sujet et de ses droits. Or, ce sont ces termes, leurs sens et leur genèse qui intéressent P. Costa. Si c’est seulement dans les discours pré-révolutionnaires du XVIIIe siècle qu’émerge pleinement la conception du sujet et de ses droits dont ont hérité les démocraties contemporaines, il s’agit aussi de remonter dans le temps pour les « surprendre in statu nascenti ». D’où le retour à la tradition jus naturaliste et contractualiste des XVIe et XVIIe siècles, mais, au-delà, à un moyen-âge largement défini où la question de l’appartenance à la communauté est centrale. Le fil directeur de l’enquête tient ainsi à cette figure du sujet doté de droits. Mais, pour autant, on ne peut soupçonner P. Costa d’une lecture a posteriori des textes médiévaux, renaissants et modernes : il ne cherche pas à faire apparaître ce sujet là où il n’est pas ; chaque moment est étudié pour lui-même et les évolutions d’une époque à l’autre sont clairement mises en évidence.

3L’ouvrage se divise en quatre chapitres, couvrant chacun un moment spécifique, découpé en fonction de l’air de famille des discours de la citoyenneté, qui ne sont pas pour autant identiques les uns aux autres : la citoyenneté médiévale fait l’objet de la première section. Elle montre l’importance de la métaphore organique (à connotations hiérarchiques) à cette époque et le primat de la pensée des relations entre le tout, le corps politique, et ses parties — des groupes et non des individus — (la cittadinanza medievale). Lui succède un second temps de l’étude, lié à la dissolution de l’espace de la cité, essentiel à la citoyenneté médiévale, et de la liberté républicaine. C’est alors que naît une pensée du pouvoir souverain, dans un contexte notamment marqué par les guerres de religion (l’ordine antico e la nuova sovranità). Il s’agit d’un temps politique à l’identité incertaine, au sens où le paradigme de la souveraineté ne s’est pas immédiatement imposé dans les discours de la citoyenneté. Le troisième chapitre est consacré au premier véritable moment d’émergence du sujet et à l’affirmation des théories du pouvoir souverain, au demeurant très différentes entre elles, puisqu’il réunit Grotius, Hobbes, Spinoza, Pufendorf et Locke (I diritti del soggetto e i poteri del sovrano). Enfin, les discours de la citoyenneté du XVIIIe siècle font l’objet de la plus longue et dernière section ; pré-révolutionnaires ou non, ils ont en commun d’être ouverts aux possibles, réformateurs ou encore critiques (Dall’uomo al cittadino). Dans cet ensemble, quelques découpages assez inhabituels permettent d’envisager certaines théories de la citoyenneté d’un œil nouveau. Outre celui, déjà mentionné, entre la période pré-révolutionnaire et la révolution française, on remarque celui du chapitre 3 entre le « laboratoire anglais », qui comprend notamment Th. Hobbes, Robert Filmer et James Harrington et, d’autre part, la conception lockienne des droits du sujet et des limites de la souveraineté. Ainsi, deux philosophes que l’on étudie toujours ensemble dans la plupart des programmes académiques, Hobbes et Locke, sont heureusement séparés et la distance de leurs problématiques est d’autant plus visible. Par ailleurs, puisque voyage il y a, P. Costa se déplace, dans chaque chapitre, au sein de l’Europe, conçue comme « espace commun de discussion », grâce à la circulation pluriséculaire des idées, des hommes et des projets. Il ne vise pas l’exhaustivité, mais séjourne longuement dans des lieux où le hasard de l’histoire a fait naître un ou des discours de la citoyenneté qui constituent, à ses yeux, des « itinéraires » textuels « exemplaires ». S’il y a toujours une part d’arbitraire dans la reconnaissance de tels itinéraires, au moins peut-on savoir gré à P. Costa de nous faire voyager de manière beaucoup plus approfondie que nous ne l’aurions fait seuls. En particulier, il défriche une période médiévale et renaissante qui est souvent le parent pauvre des histoires de la pensée politique (chapitre 1 et début du 2). Le quatrième chapitre offre quant à lui un bel équilibre entre les auteurs français, des physiocrates à Rousseau en passant par Montesquieu, et les auteurs anglo-écossais, et présente d’intéressantes quoique brèves considérations sur la réflexion en matière pénale et criminelle. Le troisième volume, annoncé dans l’introduction, qui conduira P. Costa jusqu’à la période contemporaine, ne saurait donc être trop attendu et l’on espère seulement qu’il y adjoindra une bibliographie récapitulative, absente dans les deux premiers volumes, dans lesquels les références sont simplement indiquées au fil des notes.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Gaille-Nikodimov, « Pietro Costa, Civitas, Storia della cittadinanza in Europa, 1. Dalla civiltà comunale al settecento », Laboratoire italien [Online], 1 | 2001, Online since 07 July 2011, connection on 26 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/415

Top of page

About the author

Marie Gaille-Nikodimov

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page