Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Ernesto Galli della Loggia, L’identità italiana

Bologna, Il Mulino, 1998, 171 p.
Laura Fournier
p. 192-194
Référence(s) :

Ernesto Galli della Loggia, L’identità italiana, Bologna, Il Mulino, 1998, 171 p.

Texte intégral

1Ce livre d’Ernesto Galli della Loggia inaugure une collection du même nom aux éditions Mulino, et s’attache à énumérer, en faisant preuve d’une grande érudition, les éléments qui caractérisent la politique, la société et la culture italienne. Jouant de l’ambivalence de la notion d’identité, que l’auteur ne définit pas, la réflexion oscille entre une description de l’Italie vue par elle-même, et une tendance sous-jacente à considérer les objets dont il est question comme immuables et exclusivement italiens.

2Dans le premier chapitre, l’auteur rappelle que « l’Italie pour des raisons naturelles a été prédisposée à devenir un terrain de rencontres » (p. 8) et a subi des influences diversement distribuées, notamment dans l’axe Nord-Sud. La géographie de la Péninsule est vue comme une clé pour comprendre son histoire, et l’auteur, considérant particulièrement la barrière apennine, propose de remplacer les deux axes sus-cités par le binôme Occident-Orient. Mais la suite de ses réflexions, visant à démontrer que les diversités, « loin de contredire les interdépendances et l’intégration, en sont les prémisses nécessaires » (p. 17), est nettement moins convaincante. L’auteur s’appuie en effet sur des assertions non vérifiables, comme « l’accessibilité humaine et la perméabilité culturelle » du peuple italien (p. 19) qui auraient produit des capacités d’adaptation, une propension au syncrétisme, une mobilité d’esprit, qui seraient un trait de l’identité du pays, forgée en réaction aux invasions. Les deux caractéristiques unificatrices de la Péninsule indiquées par l’auteur sont sa pauvreté et sa beauté. La pauvreté a notamment marqué l’anthropologie de ses habitants, en leur donnant une « capacité manipulatrice et d’imagination », la « ruse » et le fameux « art de s’arranger » italiens (p. 24-25). Toutes ces remarques ne sont appuyées par aucune analyse historique de ces qualités, et bien souvent la citation d’un voyageur célèbre (Vidal de la Blache, Goethe) suffit pour toute démonstration.

3Le chapitre suivant se veut historique, et analyse l’héritage latin et catholique. L’auteur explique que Rome a légué à l’Italie la croyance en une unité, mais aussi l’image d’une Italie urbaine, divisée en « cent villes ». La conscience d’un passé illustre a donné lieu à une politique de grandeur inadaptée (p. 34). Quant à
l’Église, elle a donné la foi commune à tous les Italiens, et le langage de la « pietas chrétienne » (p. 45). La fin du chapitre voit l’auteur se dresser contre les conséquences négatives de la Contre-Réforme, qui ont conduit à occulter les rôles positifs joués par l’Église. On remarque que la vision de l’histoire de l’auteur tend à aplatir les singularités de chaque époque pour constater des dysfonctionnements permanents et immuables : il explique notamment que la langue latine et le droit romain ont marqué de leur empreinte la politique : la loi est perçue comme détachée de la réalité et donc hostile aux particuliers et surtout à la classe populaire. Mais il est évident que les critiques des Italiens des années 1990 ne sont pas comparables à celles des masses analphabètes des siècles antérieurs.

4Dans le troisième chapitre, l’auteur nous dresse un résumé des problèmes liés à la construction de l’État national italien, voulant arriver au fait que « la géographie de l’État et la géographie de la société ne se rencontrent pas » (p. 81). Il se concentre sur les modalités de réalisation de l’unité italienne, d’un point de vue géopolitique. À partir du lieu commun qui constate l’absence d’un centre décisionnel, il distingue un axe géographique tyrrhénien Turin-Florence-Naples, qui donne au pays les impulsions étatiques. Il passe ensuite à la question méridionale et à la fracture jamais comblée entre le Nord des communes libres et le Sud des barons, « la césure entre identité nationale et identité italienne » (p. 65). Au XXe siècle, il remarque un deuxième axe, le triangle Ravenne-Venise-Milan, qui propose les nouvelles offres politiques : socialisme, fascisme et catholicisme politique (p. 78). Mais ces régions n’ont pas su se donner une forme étatique. On reste surpris de l’explication que Galli della Loggia donne pour justifier l’incapacité de ces forces vives du pays à conquérir l’État : elles se seraient heurtées à « l’étaticité (statualità) piémontaise-napolitaine ( ?), gérée par une classe politique et administrative d’origine méridionale » (p. 80).

5Le quatrième chapitre s’inscrit au cœur des débats actuels sur l’identité italienne, en sondant plus particulièrement la question de l’individualisme et du familismo des Italiens. Mais l’auteur ne fait que reprendre des citations célèbres (Leopardi, Machiavel, Cattaneo). Il fait un tout monolytique de la « structure familiale-oligarchique-corporative » (p. 102), accusée d’étouffer l’État. Bien que refusant de souscrire aux théories simplifiées de Banfield et Putnam, qui condamnent sans appel le familismo amoral des Italiens comme contraire à toute culture civique (E. C. Banfield, Le basi morali di una società arretrata, Bologna, il Mulino, 1976 et R. D. Putnam, La tradizione civica delle regioni italiane, Milano, Mondadori, 1993), il retombe dans les considérations fatalistes sur l’organisation oligarchique de l’aristocratie et de la bourgeoisie italiennes, notamment en politique, et reproche à la société italienne de n’avoir pas su évoluer vers son modèle idéal de modernité, « la vocation libre et volontaire » (p. 107).

6Galli della Loggia revient sur cette question du retard politique italien dans le cinquième chapitre, où il évoque l’absence historique de l’État. Il attaque tout particulièrement les penseurs et intellectuels italiens, responsables, depuis la chute de l’Empire romain, d’avoir diffusé l’idée de déclin et d’absence ou vide du pouvoir politique : Rome est devenue par leur faute le « passé qui ne passe pas » des Italiens (p. 117). D’autre part, les intellectuels ont toujours été hostiles à l’institution ecclésiastique. Les fractures entre les intellectuels et le peuple, ainsi qu’entre l’État et l’Église seraient la raison de la non intégration des masses dans l’État. Au XIXe siècle, De Sanctis nous lègue une analyse qui « superpose l’identité politique italienne à la tradition anti-ecclésiastique et nationale » (p. 134). Galli della Loggia accuse cette ligne interprétative d’avoir occulté les deux problèmes majeurs selon lui : celui de l’absence de tradition étatique d’un côté, et celui d’une société italienne oligarchique de l’autre.

7Dans le dernier chapitre, centré sur l’Italie unitaire, il constate l’absence de modernité, mais refuse de l’expliquer par le manque de démocratie. Il ajoute ainsi une nouvelle lumière à sa théorie de « la mort de la patrie » le 8 septembre 1943 (E. Galli della Loggia, La morte della patria, Roma-Bari, Laterza, 1996) : la Résistance , en mettant au centre de son image de la patrie l’idéal démocratique, échouait encore une fois à comprendre le cœur du problème italien. Galli della Loggia s’en prend lui à l’ « hyperpolitisation » (p. 142) des décisions, qui sont à l’origine des pathologies italiennes : « beaucoup de politique et peu d’État, beaucoup d’idéologie et peu de culture de l’État » (p. 143). La modernité italienne n’est autre que corporatisme, familismo, évasion fiscale, illégalité de masse. Ceci n’a pu être que renforcé par l’absence d’une élite administrative, culturelle et sociale autonome vis-à-vis de la politique. La confiance placée par la société en l’Église et en les Carabinieri montre par contraste le vide de l’État et la « faiblesse d’identité nationale » (p. 154) . C’est encore une fois l’absence d’une composante religieuse de la dimension étatique qui est regrettée, alors que les valeurs religieuses, identifiées sans hésitations aux valeurs publiques, sont les plus répandues dans la population. En somme les conclusions du livre d’Ernesto Galli della Loggia semblent s’inscrire dans la ligne néo-guelfe, étant donnée l’importance politique et sociale attribuée au catholicisme.

8Au terme de la lecture de L’identità italiana, on ne peut pas dire d’avoir été éclairés sur la signification exacte du terme, devenu désormais fourre-tout, d’ « identité italienne ». On espérait au moins lire une introduction à la série de mini-monographies publiées dans la collection dirigée par Galli della Loggia, mais la nature et la justification des livres qui vont suivre ne sont jamais mentionnées au cours du texte. Rien ne nous explique le projet de l’auteur, qui, rien qu’à la lecture des titres de la série (Giordano Bruno, Loreto, I braccianti, La mamma, I comunisti, La pasta e la pizza...), semble privé d’un véritable fil directeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Fournier, « Ernesto Galli della Loggia, L’identità italiana », Laboratoire italien [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/416

Haut de page

Auteur

Laura Fournier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page