Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Helmut Goetz, Il giuramento rifiutato. I docenti universitari e il regime fascista

Firenze, La Nuova Italia, 2000, XXIII-314 p.
Paolo Carta
p. 195-197
Référence(s) :

Helmut Goetz, Il giuramento rifiutato. I docenti universitari e il regime fascista, Firenze, La Nuova Italia, 2000, XXIII-314 p.

Texte intégral

1Publié en Allemagne en 1993, le livre d’Helmut Goetz sur les douze qui, en 1931, refusèrent de prêter serment de fidélité, comme cela était imposé à tous les professeurs universitaires par le régime fasciste, sort maintenant en traduction italienne. Il s’agit de l’œuvre d’une vie entière que l’auteur, spécialiste des nonciatures en Allemagne au XVIe siècle, commença dès 1956. Dans un premier temps, il était poussé par une urgence privée dictée par des rencontres personnelles, et par la nécessité de comprendre l’histoire d’un geste politique qui, en raison de la gravité particulière du contexte, fut quelque chose de plus qu’un acte de désobéissance civile. Goetz poursuivit son travail dans le cadre de ses activités auprès de l’Istituto storico germanico de Rome, non sans quelques difficultés, dues à l’impossibilité d’accéder à d’importants fonds d’archives.

2La brève histoire de l’Istituto placée en tête de l’ouvrage met en relief les particularités de la formule rédigée par le régime fasciste, et la différence entre serment affirmatif (assertorio) et de promesse (promissorio). La campagne pour la transformation fasciste des Universités commença dès 1927 ; plusieurs voix réclamant une épuration trouvèrent une large place dans la presse quotidienne. Néanmoins, personne encore ne pensa à la possibilité de contraindre les professeurs universitaires à prêter serment au régime. D’après le témoignage de Gaetano De Sanctis, l’historien de l’antiquité, qui fut l’un des douze à refuser de prêter serment, cette idée vint à Giovanni Gentile plus comme une revanche personnelle que pour réaliser le projet de transformation fasciste des Universités italiennes : selon lui, en effet, Gentile espérait, en proposant le serment de fidélité, affaiblir le « manifeste » rédigé par Benedetto Croce. En réalité, l’idée du serment faisait déjà partie de la précédente réforme Gentile de l’instruction publique, mais le texte publié en 1924, où il était demandé à la foi fidélité au roi et aux lois, ainsi qu’un engagement pour la formation de citoyens probes et dévoués à la patrie, n’était qu’un calque de la formule imaginée après l’unification de l’Italie, entre 1860 et 1871. Certes, le discours de Gentile prononcé devant le Consiglio superiore en 1923 ne manqua pas de susciter plus d’une réaction : des intellectuels, comme Ugo Guido Mondolfo, considéraient incompatible toute demande de fidélité politique avec la liberté de la science et de la recherche (il parla d’une « cynique philosophie de la tyrannie qui se donne le nom d’idéalisme néo-hégélien »). Ce problème, affronté par Gentile en ouverture de son discours, était alors résolu par une idée qu’Helmut Goetz juge « inacceptable » : « Le professeur n’est pas enrôlé de force dans l’enseignement, si bien que chaque fois que sa conscience l’interdit de conserver sa place, il peut donner sa démission. Pour mériter l’enseignement, il doit toujours avoir une conviction personnelle. Cette conviction peut être en accord avec les finalités qui ont animé l’État dans l’institution et la protection des écoles, ou bien se trouver en désaccord avec elles. Quand cette seconde hypothèse se vérifie, l’enseignement n’est plus un moyen pour mettre en œuvre des objectifs de l’État, mais devient un obstacle. Si l’État acceptait que cela se produise, il négligerait son premier devoir, celui de se défendre, c’est-à-dire de se réaliser, en provoquant ainsi l’anarchie qui a comme conséquence la suppression de toute liberté, y compris celle de la pensée » (p. 3). L’État avait donc pour tâche d’éviter toute forme de pensée critique à l’intérieur de ses institutions. Goetz suit ainsi toutes les étapes qui amenèrent à la formulation du texte contenu dans l’article 18 du décret de loi publié sur la Gazzetta Ufficiale du 8 octobre 1931, où le serment d’entrée en fonction se trouvait définitivement lié à un serment idéologique, selon ce que Mussolini avait demandé. Au serment de fidélité au roi et à ses successeurs s’ajoutait celui au Régime fasciste, auquel faisait suite l’engagement des professeurs à former des citoyens dévoués non seulement à la Patrie, mais aussi au Régime. Gentile s’exprima également sur cette formule, en déclarant qu’il était désormais le moment de « ranger au placard » l’ « antimanifeste », et que du respect du serment de fidélité devait découler la tranquillité nécessaire pour un enseignement universitaire normal et profitable.

3L’ouvrage, riche en documents d’archives et en lettres personnelles adressées à l’auteur, sonde en profondeur les effets qu’eut une telle obligation sur la culture italienne et européenne : de la réaction de Pie XI, dont sont rapportées les discussions avec Agostino Gemelli, recteur de l’Université catholique du Sacré Cœur de Milan (lesquelles trouvèrent une place dans les pages de l’Osservatore romano) ; à la prudence conseillée par Benedetto Croce à ceux qui, en refusant le serment, auraient mis en jeu leur propre vie ; au premier refus de Gaetano De Sanctis, auquel s’adressaient des personnages comme Adolfo Omodeo et Guido Ruggiero, pour lui demander conseil et réconfort ; à l’invitation lancée par Palmiro Togliatti aux adhérents du parti communiste clandestin de prêter serment, « action extrêmement utile pour le Parti et pour la cause de l’antifascisme » (p. 16). Les réactions européennes, à la demande de certains professeurs italiens, et en premier lieu du spécialiste de droit ecclésiastique Francesco Ruffini, furent nombreuses. Goetz signale entre autre l’épisode grotesque de la correspondance entre Einstein et le ministre de la justice Alfredo Rocco, auquel s’était déjà adressé, sans recevoir de réponse, Gilbert Murray.

4La partie centrale de l’ouvrage est dédiée aux biographies intellectuelles des douze professeurs qui refusèrent de prêter serment, d’après ce qui figure dans le rapport du ministre de l’éducation Balbino Giuliano (19 décembre 1931) : Giorgio Levi Della Vita (Université de Rome) ; Gaetano De Sanctis (Université de Rome) ; Ernesto Buonaiuti (Université de Rome) ; Vito Volterra (Université de Rome) ; Edoardo Ruffini Avondo (Université de Pérouse) ; Bartolo Nigrisoli (Université de Bologne) ; Mario Carrara (Université de Turin) ; Francesco Ruffini (Université de Turin) ; Lionello Venturi (Université de Turin) ; Giorgio Errera (Université de Pavie) ; Fabio Luzzato (Regia Scuola di Agricultura de Milan) ; Piero Martinetti (Université de Milan). Goetz souligne que, pour certains d’entre eux, le refus ne fut pas uniquement lié à des sentiments antifascistes, mais à la conviction que l’enseignement de la science impliquait nécessairement la profession de la liberté. Dans le cas de De Sanctis, la désobéissance à la loi qui obligeait au serment fut liée au respect de certains principes juridiques supérieurs, qui avaient été irrémédiablement enfreints par l’obligation de fidélité au régime. Telle fut la réponse que l’historien de l’antiquité réserva à Giovanni Gentile lorsque ce dernier lui demanda s’il considérait licite la désobéissance à une quelconque loi de l’Etat.

5Le refus des douze eut un large écho dans la presse internationale, que l’auteur fait apparaître dans la dernière section de son livre. On peut donc être d’accord avec Goetz lorsqu’il affirme que l’obligation de prêter serment ne fut pas seulement un épisode de l’histoire italienne du XXe siècle, « mais un phénomène qui appartient à l’histoire universelle ».

6Il s’agit donc d’un livre pour ne pas oublier, qui par le sérieux de la recherche historique place le lecteur face à un problème récurrent : toute demande d’intériorisation dogmatique d’objectifs extérieurs à la science et à la recherche est nécessairement associée à l’essence même du totalitarisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paolo Carta, « Helmut Goetz, Il giuramento rifiutato. I docenti universitari e il regime fascista », Laboratoire italien [En ligne], 1 | 2001, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/418

Haut de page

Auteur

Paolo Carta

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page