Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Droit et littérature

La nécessité de la loi et le charme de la transgression. Les chassés-croisés d’Alberto Pisani et Carlo Dossi du code civil à la littérature

La necessità della legge e il fascino della trasgressione. Alberto Pisani e Carlo Dossi tra codice civile e letteratura
Pérette-Cécile Buffaria
p. 105-123

Abstracts

Carlo Dossi (1849-1909) est un protagoniste exemplaire des rapports entre le monde politique et la littérature. Son influence au ministère des Affaires étrangères est remarquable. Dans le domaine politique comme en littérature, c’est un innovateur tiraillé entre son désir de codification et son anticonformisme critique caractéristique. On retrouve les mêmes modalités dans son action administrative et dans son écriture littéraire ou intime. Carlo Dossi conjugue de manière originale la nécessité de la loi le charme de la transgression.

Top of page

Full text

  • 1 Voir A. Scannapieco, « In tristitia hilaris, in hilaritate tristis ». Saggio sulle « Note azzurre » (...)

1Carlo Dossi (1849-1909) pour la fiction, alias Alberto Pisani pour la fonction publique et la diplomatie, est un exemple significatif de la conjonction mouvante du droit et de la littérature tout au long de la seconde moitié du xixe siècle en Italie. Haut fonctionnaire sous les gouvernements dirigés par Francesco Crispi (sur lequel il porte un regard tout à la fois admiratif et lucide) et très proche des scapigliati milanais, cet « intellettuale organico » sui generis ne conçoit pas de dichotomie entre la sphère politique et la sphère culturelle. Alberto Pisani réforme de fond en comble la structure et le fonctionnement du ministère des Affaires étrangères, procède au premier recensement des Italiens à l’étranger, conçoit le réseau des écoles et lycées italiens à l’étranger, invente sans doute le nom « Eritrea », etc. En tant qu’administrateur, il organise et codifie sans relâche. Cependant Carlo Dossi s’adonne dès son plus jeune âge à des fictions autobiographiques désopilantes (L’Altrieri, Vita di Alberto Pisani, etc.) et brosse le portrait de la société contemporaine en une succession de tableaux attendris et acerbes (La Desinenza in A, Goccie d’inchiostro, Ritratti umani dal calamajo di un medico, etc.). Le littérateur invente une réforme de la ponctuation, envisage des modifications de la grammaire et de l’orthographe, et l’idéaliste impénitent publie à maintes reprises ses utopies lyriques et sociales que sont la Colonia felice et le Regno dei cieli. L’une des clés de lecture d’un tel foisonnement réside probablement dans les Note azzurre1, sorte de journal intime tenu par bribes dans lequel, toute sa vie durant, Alberto Pisani et Carlo Dossi consignent leurs pensées secrètes, le matériau du grand œuvre, l’élaboration des projets et des textes.

  • 2 Voir à ce sujet P.-C. Buffaria, Carlo Dossi et ses « Note azzurre ». Raison pratique et innovation (...)

2Carlo Dossi n’adopte jamais de position dogmatique quant à la relation qu’entretiennent ou que doivent entretenir le code civil et la littérature, et plus généralement il ne se prononce jamais définitivement sur les liens qui existent entre la loi et l’expression culturelle. La problématique qu’il énonce à cet égard dans ses Note azzurre semble devoir rester pour lui toujours ouverte2 ; de ce fait elle resurgit de manière récurrente dans ses textes et dans le cadre de ses fonctions diplomatiques et politiques :

  • 3 C. Dossi, Note azzurre, D. Isella éd., Milan, Adelphi, 1964, NA 1903, p. 117. Dorénavant je mention (...)

Se la letteratura debba arrestarsi alle soglie del codice – e se il suo scopo debbe essere la correzione degli umani difetti e non dei delitti – questione–3.

  • 4 On trouvera des informations bio-bibliographiques récentes sur la vie et l’œuvre de l’auteur dans : (...)
  • 5 Sur la carrière diplomatique de l’écrivain voir le remarquable ouvrage de l’historien E. Serra, Alb (...)

Son attitude, éminemment complexe à ce sujet, peut être reconduite à une oscillation régulière qui va du constat désenchanté de la nécessité de l’appareil juridique à la fascination qu’il éprouve pour la transgression de toute forme de norme ou de règlement. C’est sans doute donc dans le vécu4 même de Carlo Dossi qu’il faut chercher la source de sa perception bien souvent sceptique et attendrie des choses et des gens qui l’entourent. C’est en fait avec un narcissisme tempéré d’humour et chargé de références littéraires qu’il revient dans son « journal intime » sur sa formation juridique initiale et sur ses premières expériences professionnelles guère gratifiantes au ministère des Affaires étrangères5, au point qu’il démissionera une première fois avant de reprendre du service quelques années plus tard pour effectuer alors une brillante carrière de haut fonctionnaire :

  • 6 C. Dossi, NA 2373, p. 185-186.

6 luglio 1869 – faccio l’esame di diritto penale a Pavia e piglio 28 punti – […] Vado a trovare Cristoforo Negri <consultore presso il M.° degli Aff. Esteri> […] 1 genn. 1872. Mi presento al S.r Peiroleri, direttore generale dei Consolati. Mi domanda se ho buona volontà, dice che non bisogna farsi illusioni ecc. […]. Gli impiegati cominciano a comparire tartarughescamente, ma nessuno si decide a far qualche cosa. M’accorgo che nei Ministeri l’ozio è eretto ad impiego. A me hanno affibiata la peggiore delle occupazioni : quella di mettere a posto delle carte nelle cartelle. Mi tocca, come Dante, scendere e salire per le scale, e non sono di marmo, ma a piuoli. È ufficio da facchini. Ed io che ho studiato la storia diplomatica, la sinuosità delle leggi, ecc. ! ! Devo poi notare sopra un registro i dispacci, mano mano che arrivano… Al diavolo il Ministero. Lascio l’ufficio in dubbio di tornarci6.

  • 7 Voir C. Dossi, NA 4632, 4770, 5082, 5182, 5183, 5191, 5194, 5195.
  • 8 C. Dossi, NA 4632, p. 574-575.

3La maîtrise du contexte ministériel que Carlo Dossi acquiert au fil des ans est étayée par une quasi-boulimie d’informations. Dès ses premières armes cet employé zélé manifeste une ardeur sans relâche à se documenter non simplement sur les petites histoires, les personnalités de la vie politique, mais bien d’abord sur les théories, les options, les idéologies des uns et des autres. L’une de ses sources d’informations réside dans la lecture d’essais, de revues auxquelles il prend part le cas échéant. Plusieurs Note azzurre se réfèrent par exemple aux protagonistes et à l’histoire de la revue Il Diritto7. Elles offrent tout à la fois des renseignements techniques d’ordre bio-bibliographique et politique, idéologique, et par ailleurs elles sont ponctuées d’anecdotes ainsi que de portraits fragmentaires. Sur un collaborateur ponctuel il écrit : « Medoro Savini è deputato, giornalista e scrittore d’Illetteratura. Fa romanzi per le appendici a un tanto il braccio8. » Le diariste constate et enregistre les liens féconds et fréquents à l’époque entre la vie civile et la littérature, et il annote de manière plus générale :

  • 9 C. Dossi, NA 4770, p. 605 et NA 5183, p. 274.

Correnti fondò il Diritto, con Robecchi, Valerio, Depretis e [lacuna] vi scrisse ne’ primi anni. […] Il « Diritto » giornale politico, organo della democrazia, passò per più mani. […] (Depretis, De Boni, Lemmi, Bargoni, Maraini, Giovanni Mussi, Civelli, Oblieght). […] Ecco la lista delle sue incarnazioni fino al 18799.

Toutes ces annotations donnent à l’écrivain l’occasion de procéder à des évocations par bribes successives ou même d’esquisser des petits tableaux de genre :

  • 10 C. Dossi, NA 5195, p. 729.

Epoca degli agostiniani – e del terzo partito – <(novembre 1876)> – una sera erano riuniti nell’ufficcio del « Diritto » Depretis, Medici, Bixio, tutti pezzi d’uomini grandi e grossi. Si annunciò una rappresentanza del terzo partito per concertarsi. Entrò. Era composta dei deputati Salvagnoli, Alippi e Pasquali, tre omettini. Il contrasto suscitò l’ilarità. Salvagnoli cominciò a parlare di certa erba che adoperavva per guarire certi dolori in un braccio : Depretis parlò di non so quali altri rimedi per le gambe : Bixio citò uno specifico per il culo e così si parlò di malanni e cerotti sino a mezzanotte, ora in cui la radunanza si sciolse. Il giorno dopo, tutti i giornali si occupavano su tutti i toni della famosa intervista e delle importanti vedute che vi si erano scambiate10.

  • 11 On trouvera la quasi-totalité des textes littéraires de l’auteur dans : C. Dossi, Opere, D. Isella (...)

La mention d’une pseudo-réunion, qui s’est tenue en novembre 1876, est ainsi caractéristique de la manière dont Carlo Dossi sait avoir le mot pour rire, tourner en dérision, désacraliser. Il n’est pas rare que pour lui, dans son scepticisme, tout finisse par s’équivaloir, et notamment les grandes avec les petites choses. Ce genre de petites scènes qui rythment le zibaldone de Carlo Dossi sont dénuées de commentaire immédiat, et elles trouvent quelquefois un écho dans les fictions telles que la Desinenza in A, ou dans les Ritratti dal calamaio d’un medico11. Carlo Dossi ne manque pas d’ailleurs d’évoquer aussi à maintes reprises la revue qui surgit en réaction à Il Diritto, à savoir La Riforma (notamment dans les Note azzurre 4597, 4682, 4877), et à laquelle il a aussi participé activement, directement ou indirectement, avec des textes théoriques, des documentaires ou de simples fictions.

4Les tenants et les aboutissants philosophiques et idéologiques qui encadrent la problématique du droit et de la littérature chez Carlo Dossi sont cependant significatifs de l’héritage culturel du xixe siècle. Ils sont régulièrement tramés par l’anticléricalisme, la naissance de la psychiatrie, l’anthropologie sociale. L’un des apports du xixe siècle est par ailleurs d’insister sur le matérialisme. Celui-ci est foncièrement antireligieux, tout en prenant dans le même temps à l’occasion les formes d’une théorie de la science, deux thèmes récurrents dans l’œuvre de Carlo Dossi. L’anticléricalisme de Carlo Dossi n’est au demeurant pas la manifestation d’un principe ou d’un a priori ; il s’agit pour le diariste de considérer l’évolution sociologique d’une classe sociale déterminée constituée par le clergé au sujet duquel il remarque :

  • 12 C. Dossi, NA 5699, p. 885-886.

1900. L’immediata conseguenza del così detto rialzamento delle nostri plebi operaje e contadinesche fu quello che diventarono, se possibile, ancor più villane di quanto erano. […] <Anche il clero che venuto altre volte da classi gentili portava una nota di carità e di poesia nelle plebi ; oggi venuto dai più bassi fondi della società e nudrito soltanto d’odio e di teologia, diffonde sentimenti di vendetta e di crudeltà.> […] Il socialismo male inteso conduce alla irreligione e alla distruzione della famiglia. Eppure non era questo il socialismo fantasiato poeticamente da William Morris nella sua « An history of Nowhere12 » !

  • 13 De nombreuses Note azzure sont consacrées à Cesare Lombroso (Vérone, 1835-Turin, 1909) ; voir entre (...)
  • 14 Voir C. Dossi, Autodiàgnosi quotidiana. Prefazione, L. Barile éd., Milan, All’insegna del pesce d’o (...)
  • 15 À ce propos voir notament C. Lombroso, Delitto, genio, follia, textes choisis par D. Frigessi, F. G (...)

5Comme on le sait, les textes anticléricaux sont nombreux surtout dans les premières œuvres de Carlo Dossi. Il dit lui-même quasiment partout son intérêt pour la science et pour le positivisme scientifique, qui ne le sauve pas de son penchant hypersensitif mais qu’il vit sous la forme de l’analyse. Ainsi les comptes rendus quotidiens à Cesare Lombroso13 de ses états psychologiques ou nerveux, réunis sous le titre de Autodiàgnosi quotidiana14, manifestent une démarche tout à la fois narcissique et intellectuelle15. Au demeurant, lorsque Carlo Dossi lit les œuvres de Cesare Lombroso, il apprécie d’y retrouver une description absolument objective de ses états psychologiques et nerveux comme leurs manifestations physiques :

  • 16 C. Dossi, NA 2009, p. 124.

A pag. 165 Lombroso uomo delinquente dove si parla degli eccentrici e a pag. 168, 5° capoverso – trovo descritto matematicamente lo stato dell’animo mio <(1876)>. – altro indizio di paresi, m’è la ineguaglianza che mi si accentua ogni dì più della pupilla –16.

  • 17 Voir à ce sujet, parmi d’autres, NA 1565, 1380, 1426, 1826, 1896, 2357, 2435, 2889, 2915, 3061, 313 (...)
  • 18 Voir NA 2106, 2081, 5391.

6Carlo Dossi considère que Cesare Lombroso pose les fondements de la psychiatrie et de la médecine somatique. La théorie de la science prend alors trois formes : en physique, il faut penser les causes et les rapports entre les choses selon l’ordre de la matière17 ; dans le domaine juridique et constitutionnel, il faut élaborer une théorie politique qui soit antimonarchique18 sans pour autant dissoudre les identités nationales ; en éthique et en religion, la nouvelle théorie morale insiste sur le fait que ne pas croire en Dieu ne revient pas nécessairement à faire n’importe quoi, même si l’on est ignorant et que l’on est dépourvu d’un solide bagage culturel et scientifique :

  • 19 C. Dossi, NA 2006, p. 124.

Chi governa davvero in un paese ignorante è la sola paura (Lombroso). Che è la religione se non la paura del diavolo ? che è l’onestà se non la paura della prigione ? ecc.19.

  • 20 Sur les incidences stylistiques (tant sur le plan lexical que syntaxique) des choix thématiques et (...)
  • 21 De nombreuses Note azzurre font référence à l’œuvre et à la pensée de Jean-Jacques Rousseau, voir, (...)

7Au cœur du nouveau dispositif scientifique et culturel, quelques noms jalonnent le parcours de cette rupture avec la métaphysique scolastique à laquelle fait allusion Carlo Dossi à partir des écrits de D’Israeli dans la Nota azzurra 3353 : Diderot, d’Alembert, La Mettrie, Kant, Rousseau. Le combat de géants entre le vice et la vertu que l’on trouve dans les œuvres20 de Carlo Dossi, des plus lubriques aux plus vertueuses, de La Desinenza in A à Amori (y compris dans l’Ercolino al bivio), la lutte entre une nature mauvaise, « le roman de la méchanceté », et un idéal régulateur, Il Romanzo della bontà, incarné pour ainsi dire a contrario dans Il Regno dei cieli, un tel combat provient de cette interrogation éthico-politique du xixe siècle. Quant à elle, la nature n’est ni bonne ni mauvaise, comme le dira aussi Carlo Dossi dans le « Màrgine » de La Desinenza in A ; elle n’est pas libre, par suite elle ne peut être ni bonne ni mauvaise, ni juste ni injuste. Par conséquent le bien et le mal découlent de la liberté et de la volonté de l’homme, de sa conscience, comme le dit par ailleurs Jean-Jacques Rousseau21.

  • 22 Mentionnons pour mémoire, parmi les « illustrations » littéraires les plus significatives et les pl (...)
  • 23 Sur la modulation originale selon laquelle Carlo Dossi reprend en des termes « littéraires » la pro (...)

8L’anthropologie, dont Dossi va donner plusieurs versions22 et expérimentations (satire sociale, description des types, études phrénologiques, sociologie des mœurs, histoire cosmopolitique, etc.), trouve ses bases philosophiques dans l’Anthropologie au point de vue pragmatique de Kant et ses fondements politiques dans le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau. Le Contrat social publié en 1762 pose en effet explicitement le problème de la communauté sociale, du rapport de l’universel au particulier. Héritier d’une problématique bien élaborée, celle du droit naturel et du contrat, Rousseau en dégage la spécificité dans des termes qui s’éloignent de son inscription originelle23.

  • 24 Il s’agit là, on le sait, du sous-titre éminemment significatif de La Colonia felice.

9À son tour la théorie du droit naturel définit un espace conceptuel polémique et revendicatif contre la théorie du droit divin. Sa question est la suivante : quelle est l’origine de la société ? qu’est-ce qui autorise la loi ? Cette question a pour réponse : l’état de nature et le contrat social, qui marquent les termes de la problématique rousseauiste que Carlo Dossi illustre tout particulièrement dans le troisième et le quatrième chapitres de la première partie de La Colonia felice : « La guerra » et « Alba di pace ». En posant, en une sorte de fable fonctionnelle, d’hypothèse logique, les hommes à l’état naissant, dénués de tout lien, dans un état de nature qui est un néant de société, cette « Utopia lirica24 » dessine, selon les cas, les raisons que les hommes ont d’en sortir (Hobbes, Spinoza), ou les ressorts de l’état social à venir. Carlo Dossi s’en souviendra dans La Colonia felice, notamment dans les premier et sixième chapitres de la première partie : « La belva è scatenata », « Stato e famiglia ». Le dessin de l’état de nature contient l’idéal régulateur d’une société à créer, comme si la fin de l’histoire était contenue dans l’origine. Le passage de l’état de nature à l’état de société est le contrat social qui se dessine au fil des pages dans la La Colonia felice. Un contrat proprement humain entre égaux se substitue aux conceptions antérieures du lien social. La théorie du droit naturel donne pouvoir aux hommes de rejeter certaines institutions qu’ils peuvent estimer infondées, ou mal fondées (par exemple sur la force ou sur la confusion du « royaume » avec la propriété personnelle du roi).

  • 25 La Desinenza in A, « Màrgine », dans Opere, op. cit., p. 675.

10La position de Jean-Jacques Rousseau apporte, selon Carlo Dossi, une idée nouvelle. Non seulement tous les hommes vivent en société, même si certaines d’entre elles sont injustes, mais il y va même de la survie de l’homme. L’homme isolé est trop faible en face des forces de la nature comme le montrent d’ailleurs les vicissitudes de Mario et de Gualdo dans La Colonia felice. Il est de son intérêt de s’inscrire dans un ordre civil protecteur. En cela, il faut admettre que la société est par essence anti-nature. Cependant, tout ordre civil n’est pas légitime. N’est légitime que l’ordre social qui instaure le droit en s’opposant à la force, au fait, à l’arbitraire. Or, à y bien regarder, dans l’ordre social existant, on découvre des maîtres et des esclaves, bref, le règne de la force. Dépourvu de légitimité, cet ordre-là n’est pas acceptable moralement. C’est cet ordre qu’il appartient aux politiques de réformer et ce que, « nel suo piccolo », le fonctionnaire Alberto Pisani va s’efforcer de faire. Instaurer un autre régime politique requiert de s’appuyer sur l’individu lié au droit parce que gestateur de l’ordre social et ordonné par lui. L’individu n’est libre que par et dans l’ordre civil. La liberté de l’homme correspond à une aliénation par laquelle, en se donnant en totalité, le particulier produit le tout de la cité, se transforme ipso facto en citoyen. Le don, la parole donnée dans le contrat, élève l’individu à une liberté actuelle qui transcende les régimes politiques particuliers. En contractant avec moi-même, je donne (je me donne) ma parole. Et ce sont là aussi des interrogations dossiennes. Dans le « Màrgine » de La Desinenza in A, le littérateur Carlo Dossi dit : « Letterariamente almeno, il Dossi non si falsificherà mai25. »

  • 26 Voir à ce sujet C. Dossi, NA 83, 3248, 4158, 4688.
  • 27 Voir G. P. Lucini, L’Ora topica di Carlo Dossi. Saggio di critica integrale, Varese, Ceschina, 1911 (...)

11Alberto Carlo Pisani Dossi homme politique illustrera cette maxime dans la tentative de participer à l’instauration d’un ordre politique qui réponde aux exigences non simplement d’une démocratie avancée, mais bien au-delà, à un transnationalisme qui reconnaisse et préserve les nations26. On peut prendre l’exemple des libelles lancés depuis les chars en Colombie, rédigés en plusieurs langues et portant les couleurs des drapeaux de chaque nation-État (Colombie, Italie, États pontificaux) dont Gian Pietro Lucini rend compte27. Il est clair que Carlo Dossi suit sur le plan des idées politiques le modèle du cosmopolitisme des stoïciens qu’il cite à maintes reprises dans ses Note azzurre, l’idéal régulateur de l’Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique, le modèle des idéaux propres du communisme et de l’anarchisme social de son époque auxquels il se réfère dans les Note azzurre qui traitent de cet aspect social de sa position politique, lors de ses missions consulaires ou de son travail de grand chambellan. Ainsi par exemple, avec l’art du paradoxe qui est le sien, le diariste remarque :

  • 28 C. Dossi, NA 5102, p. 703.

Leggendo Quételet – : la regolarità colla quale il Delitto si riproduce annualmente, se incoraggia la statistica nelle sue ricerche, fa cascar le braccia al filantropo. Nè la scuola, nè la chiesa, nè il codice, sono promessa e danno fiducia di estinguerlo. Così è della pazzia. Ma forse le nostre osservazioni hanno ancora troppo breve suffraggio di anni – Fra qualche secolo, la Statistica rivelerà se l’uomo migliori davvero. E chissà che la distinzione fra vizio e virtù non appaja affatto convenzionale e che i due termini non si manifestino come necessario complemento l’uno dell’altro. – L’epoca dell’uomo individuo e quindi delle monarchie è finita. Si sta oggi passando per mezzo dei sistemi rapprensentativi e degli spedienti internazionali ecc. a quella dell’umanità. La statistica, è la più potente preparatrice del periodo anarchico28.

12De même encore, lorsque ses idées ne sont pas en conformité avec la politique de l’État italien, vers la fin de sa vie, malgré son amertume, Carlo Dossi préfère accepter de se retirer de la vie publique et se consacrer à l’archéologie, à l’écriture privée, au classement de sa bibliothèque, à la mise en ordre de ses collections et à l’édification de sa splendide demeure du Dosso Pisani sur les bords du lac de Côme. Or la littérature, outre les plaisirs spécifiques qu’elle procure à ses lecteurs, offre, aux yeux de Carlo Dossi, une stabilité et une fiabilité à nulles autres pareille. Elle a le mérite de pouvoir procurer une échappatoire aux échecs de la réalité ou de permettre d’envisager d’autres interprétations des vicissitudes de l’existence par le biais de transpositions ou de fictions :

  • 29 Amori, dans Opere, op.cit., p. 1044.

Amài i libri ancor prima che li sapessi lèggere e mi ricordo della commozione reverenziale con cui li guardavo allineati nelle biblioteche […]. Li percorro con li occhi […]. Parmi di avere dinanzi una folla di amici – amici che non tradìscono29.

  • 30 Toute sa vie durant Carlo Dossi déploie une stratégie complexe à l’envi dans l’élaboration de son g (...)

13Qui plus est, l’auteur est parfaitement lucide quant à sa place marginale dans la tradition littéraire. Son oscillation entre les coulisses et l’arrière-plan de la scène des écrivains et des éditeurs est en partie issue de la complexité de sa personnalité tourmentée. Aussi ne manque-t-il pas de se signaler comme un cas particulier à l’occasion d’un détour métalittéraire dans l’un des textes30 qui accompagne l’une de ses fictions les plus audacieuses et originales. Ce texte, le « Margine » de la Desinenza in A, a la teneur d’un véritable manifeste poétique classique. Au demeurant la place, même minime, que l’auteur revendique, lui confère une acribie qui l’autorise, entre autres choses à ne pas dissocier le fait littéraire des autres faits culturels ou sociaux. Carlo Dossi prend garde de toujours s’efforcer de mettre en perspective chronologiquement et idéologiquement les hommes et leur production sans craindre les paradoxes qui relient les défauts aux vertus :

  • 31 La Desinenza in A, « Màrgine », dans Opere, op. cit., p. 679-680.

Confesserò tuttavia (ed ecco la mia scusa aggiuntina) come, allorquando mi accorsi che non avrei potuto per nessun verso fuggire il crescendo della complicazione stilistica, lo affrettai e mi vi abbandonai tutto, mirando solo di convertir la cattiva in una buona ventura, come fà, della macchia che gli goccia impreveduta sul foglio, l’aquarellista. E, veramente, l’originalità in arte ha più spesso radice in difetti che non in virtù. Stia certo il lettore che, se di un’oncia soltanto della limpida mente e dell’amabile filosofia di Alessandro Manzoni o del sicuro animo e dell’ampio umorismo di Giuseppe Rovani avessi potuto disporre, non mi sarei contentato di fare il geroglifico Dossi. Gli è, del resto una fatalità cronologica alla quale nè io nè i miei fratelli in letteratura sapremmo sottrarci31.

14Mais le relativisme est de rigueur pour celui qui ne veut pas se bercer d’illusions, aussi convient-il de savoir distinguer temps et chronologie afin de prendre la mesure des choses, même si l’on revendique l’héritage de Manzoni ou de Rovani et que l’on situe son œuvre dans le sillage de l’histoire, ce qui est le bien cas de Carlo Dossi :

  • 32 C. Dossi, NA 4229, p. 512.

Le particolari provvidenze dei principi e degli scrittori di storia – come sia duttile la storia dell’incudine dei sistemi32 !

L’appréhension du temps et de la chronologie, dont la cohérence et l’harmonie peuvent ne pas transparaître dans les textes de Carlo Dossi, est modulée de manière différente, voire divergente dès lors que l’on considère l’individu mû par son intérêt particulier ou les sociétés susceptibles d’être orientées selon un hypothétique progrès du genre humain. Carlo Dossi n’est d’ailleurs pas indifférent aux progrès scientifiques ni même aux théories sur l’évolution possible du genre humain :

  • 33 C. Dossi, NA 5316, p. 769-770.

A migliorare l’umanità e gli ordini sociali, noi abbiamo preso la peggiore e più lunga via, quella di voler presuadere moralmente gli uomini ad essere onesti sia per convenienza, sia per soddisfazione intima. I soli studi fisici potranno migliorare la specie umana sino a renderla capace di reggersi anarchicamente. Conosciuta esattamente la composizione chimica e la meccanica organica dell’uomo, si potrà ajutare e forzare la natura a produrre uomini che non possano essere se non onesti. Ciò ottenuto, sarà possibile di abolire tutte le coazioni legali e governative e l’umanità potrà diventare il pacifico armento senza pastore del poeta33.

  • 34 C. Dossi, NA 5771, p. 922.
  • 35 C. Dossi, NA 4264, p. 516.

15L’usage de métaphores décalées ou d’images volontairement déviées de leur contexte habituel permet en général à l’auteur de porter ainsi un regard critique sur la caducité des valeurs arborées sur la scène où évoluent les hommes politiques : « Le frutta e i legumi, una volta marci si gettano nel letamajo : gli uomini, guasti e infradiciti, si mandano al Senato del Regno34. » Carlo Dossi envisage donc sans préjugé tous les aspects du quotidien de la vie politique et culturelle, quitte à énoncer des constats paradoxaux selon des registres inhabituels : « Bastiat è il poeta dell’economia politica35. » Le recours à des images ou à des comparaisons permet souvent ainsi à l’observateur de faire l’économie d’une description ou d’une analyse. Cependant, il ne s’agit pas simplement là pour Carlo Dossi d’une modalité de lecture ou de décodage de la réalité mais bien d’abord et avant tout de la saisie du monde qui l’entoure. Les images variées que l’auteur utlise sont en somme la traduction des catégories particulières de sa forma mentis. L’écrivain affiche par là une lucidité exemplaire sur sa manière de faire son œuvre, de voir les gens et de relier l’écriture (administrative, créatrice) à la vie sociale :

  • 36 C. Dossi, NA 4204, p. 504.

Sono in me, come in tutti, due umori della bontà e della cattiveria. Se non li sfogo, mujo. E però serbando il primo per le azioni della vita reale, pei i rapporti colla famiglia, cogli amici e cogli stessi nemici, non mi resta per l’altro che il campo dell’ideale ed ecco la mia letteraria misantropia36.

16Au reste l’auteur-spectateur insiste à maintes reprises sur les avantages d’un regard détourné ou pour le moins biaisé, comme pour dire qu’il convient de ne jamais faire confiance aux apparences des choses et des gens qui sont par trop codifiées et fossilisées par les normes sociales. Le spectacle véritable ne se joue pas toujours là où on croit pouvoir l’attendre :

  • 37 C. Dossi, NA 5103, p. 703.

A teatro, lo spettacolo che mi ha, sempre, interessato di più… sono gli spettatori. La platea e specialmente i palchi mi rappresentano altrettante vetrine, dove veggo esposta – in vive stampe – la merce umana. L’attenzione, per quanto poca, che ogni spettatore presta al palcoscenico, gli conferisce una transitoria immobilità, indispensabile a me, come a fotografo, per coglierne la fisionomia. E lì osservo che tutti gli uomini politici sono brutti e aggrondati, e così gli uomini d’affari. Vestiti di fustagno e incontrati in un bosco, si potrebbero pigliare per grassatori. La fisionomia burocratica pende invece al cretino. Vedo le belle donne e quelle che si credono belle, ecc. ecc.37.

Le goût prononcé de Carlo Dossi pour la mise en scène du regard qui n’occulte jamais le point de vue relève d’une question de méthode ; l’écrivain ne s’abstrait jamais de son contexte et le romancier semble toujours se soucier de ménager plusieurs lectures, au besoin contradictoires, antagonistes ; aussi les figures mêmes de la théâtralité, envisagée sous divers angles (la dualité, la dichotomie du réel, le binôme lecteur/spectateur, l’être et l’apparence, la scène et les coulisses, etc.) sont autant de matrices à la source des différentes manières de cet écrivain polymathe :

  • 38 Vita di Alberto Pisani, « Le due morali », dans Opere, op. cit., p. 217.

In taluni casi, un male qualificato può trasformarsi in un bene e anche in uno col più. Inquantochè, sul teatro del mondo, le morali sono due (tutto è doppio del resto) Ed è una l’officiale, in guardinfante e parrucca, a tiro-a-sei, coi battistrada e i lacché, annunziata da alcuni tamburi e gli zufoli della città ; l’altra è… ma, in verità, non tiene nome… è una morale pedina, in gonnelluccia di tela, alla quale ben pochi lascian la dritta. Quella è della stessa famiglia del jus quiritarium stoltamente dogmatico ; questa, del jus pretorium, che dà orecchio e ragiona. E la prima ha per sè, tutto quel che di leggi, glosse, trattati, fu fabricato e si fàbrica, fiume a letto incostante, roba in cui la sguazzano i topi e le tarme ; l’altra, nudo e puro, il buonsenso, eternamente uno38.

  • 39 Voir parmi les analyses toujours remarquables de finesse stylistique et de précision historique de (...)

17Giovanna Rosa39 a analysé de manière pertinente la matrice duelle d’une certaine forme d’appréhension de la réalité que Carlo Dossi partage certes avec toute une génération de scapigliati mais qu’il exacerbe dans son désir de virtuosité et dans sa hantise de parvenir à produire une œuvre qui défie son époque. C’est à l’aune d’un bon sens revendiqué que Carlo Dossi jauge tout aussi bien son œuvre que l’administration au service de laquelle il emploie le plus clair de son temps. Mais ce bon sens a pour hantise la niaiserie morale et le conformisme stylistique si bien qu’il n’est pas rare que Carlo Dossi apprécie le revers des choses, l’envers du décor, dans sa volonté de vérifier de manière exhaustive, autant que faire se peut, qu’il n’y a pas de meilleure solution, d’élément plus adéquat ou d’attitude plus opportune. Les tergiversations et les questionnements côtoient donc les assertions et les jugements dans les Note azzurre. L’auteur n’est pas un provocateur invétéré, mais il est sans doute aucun anticonformiste dans l’âme. Il se plaît à considérer la réalité d’un point de vue mobile afin d’éviter les clichés et de stigmatiser les stéréotypes :

  • 40 C. Dossi, NA 5313, p. 769.

Censura politica. – La censura letteraria, ai tempi delle dominazioni straniere in Italia era certo una cosa iniqua ma aveva anche un lato non cattivissimo. Lo scrittore con quello spauracchio dinanzi non scriveva, come oggi fa, senza pensarci più che tanto ma pesava e vagliava le sue frasi : e tutti sanno che novanta volte su cento il secondo pensiero, a non parlare de’ successivi, è migliore del primo. Si aggiunga che nel lavoro di revisione in polizia s’incontravano non sempre, ma meno raramente di quanto si creda, censori che con una critica anticipata e non solo politica, utile assai, miglioravano i lavori. Il desiderio poi di dir tutto quanto si aveva in animo di patriotico e grande, nonostante gli occhiali e le forbici delle censure, faceva trovare agli scrittori finezze di frase che altrimenti non avrebbero pure cercate40.

  • 41 Sur la problématique qui relie le domaine politique au langage dans la pensée et l’expérience de Ca (...)

18Le problème du caractère arbitraire des conventions et des règles, comme par ailleurs la question des bienfaits et des méfaits des interdits, se posent donc avec la même acuité pour Carlo Dossi que pour Alberto Pisani : c’est le même type d’intellectuel qui s’interroge sur les effets d’une norme nécessairement artificielle, sur les conséquences de la censure et sur la manière de nommer. L’auteur semble vouloir dire que si l’on ne peut pas échapper à l’arbitraire du signe, autant vaut l’assumer en pleine connaissance de ses tenants et aboutissants – de même que le législateur doit être pragmatique ou le juge réaliste – pour se résoudre bien souvent à adopter des pis allers et des expédients. Toute convention étant toujours, en politique comme dans le langage41, en partie inadéquate (et périssable ou tout du moins éphémère), il convient d’en changer régulièrement, ou de l’amender. Celui qui a très probablement forgé l’appellatif « Eritrea » et qui a conçu des « réformes » de la ponctuation, de l’orthographe et de la grammaire ante litteram remarque banalement :

  • 42 C. Dossi, NA 4206, p. 504-505.

Non è ancor sciolta la questione sul modo di scrivere rettamente i nomi stranieri per non tradirli e per renderli nel tempo stesso intelligibili ai propri compatrioti. Occorrerebbe un congresso di geografi il quale stabilisse in proposito un vocabolario internazionale. Ma e che guardare ? l’ortografia primitiva ? no, perchè non tutti que’ nomi appartengono a lingue scritte. – La pronunzia ? – peggio ancora. – Bisognerà dunque accontentarsi di una convenzionale scrittura –42.

19Lointain épigone d’une culture humaniste classique, même s’il a bien souvent tendance à se « poser en s’opposant », Carlo Dossi considère que la culture forme un tout que l’on ne saurait segmenter faute d’en saisir la complexité, l’articulation intime et le dynamisme fécond. Aussi n’est-il pas envisageable de dissocier l’histoire littéraire de l’histoire politique et sociale. L’auteur ne conçoit pas véritablement de hiérarchie ni même de liens de cause à effet directs entre les productions culturelles et le contexte politique et économique dont elles surgissent. Au demeurant :

  • 43 C. Dossi, NA 2088, p. 129. Carlo Dossi a d’ailleurs lui-même précisé quelques pages auparavant : «  (...)

La storia letteraria deve essere meditata in colleganza colla politica ed in allora la adorna e rischiara, e rende ad un tempo sincere le ragioni di sue forme talvolta mentite con velame ed orpello : noi lo abbiamo, ci sembra, provato. (pag. 417. Negri. E così fece Negri studiando la politica in colleganza colla letteraria)43.

L’observateur des mœurs est aussi un lecteur insatiable ; curieux et attentif à divers domaines, il n’ignore pas que le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point et Carlo Dossi sait par expérience que la gestion de la vie politique n’est pas toujours raisonnable car elle est effectuée par des hommes soumis à des passions et à des pulsions qu’ils ne maîtrisent pas toujours (ou ne désirent que rarement maîtriser) :

  • 44 C. Dossi, NA 2075, p. 129.

Non credo che possa giovare al nostro progresso, il dire continuamente alla gioventù che l’Italia è alla coda delle altre nazioni, come fa Negri a p. 544. […] La ragione guida spesso le azioni umane ma non sempre. Molte volte passioni fuori dalla politica hanno influito sulla politica. Dove il cazzo tira va spesso la mente […]44.

20À l’occasion, lorsque le fonctionnaire prête sa plume au pédagogue, Carlo Dossi, qui forme sans cesse de nouveaux projets d’écriture, envisage par exemple d’illustrer et de décliner sous forme de court récit significatif divers termes abstraits dont la valeur morale et idéologique scande le quotidien. Dans le registre du quotidien l’écriture prend alors le relais de l’action ou de l’observation :

  • 45 C. Dossi, NA 2736, p. 269-270.

Progetto di un librettino intitolato « Piccoli racconti a imitazione di quelli del canonico Schmidt » (e allo stesso uso, cioè il cesso) – Questi racconti potrebbero anche incorporarsi nel « Libro delle Bizzarie » Es. 1° Le simpatie […] 2° La Castità […] 3° La Fama […] 4° Il Diritto. K. nuovo pesce ; che viaggia per istruzione, studia il modo di vita sugli altri. Un dì, vede uno che riacquista facilmente il suo posto in vagone, per averci sol messo provvisoriamente il cappello… Influenza – egli pensa – del proprio diritto e dell’altrui cortesia ! E, in una somigliante occasione tenta egli pure la prova, ottenendo, dal nuovo occupante… uno schiaffo… Morale. K. nuovo pesce, nell’osservazione, dimenticato il principale argomento della rivendicazione del posto45.

21Carlo Dossi n’hésite pas en effet à introduire des bozzetti au sein de ses textes de fiction, bozzetti qui sont en quelque sorte de véritables récits enchâssés conférant une perspective à l’œuvre. Il insère également dans ses Note azzurre des espèces de courts apologues ; l’hétérogénéité des styles et des genres a, dans de tels cas, une valeur illustrative, documentaire et persuasive pour le haut fonctionnaire qui est d’abord un observateur critique de l’organisation et du fonctionnement de l’administration au service de laquelle il travaille. Il traque sans répit les hiatus entre les lois et leurs décrets d’application, les discordances entre les intentions et les réalisations, etc. La connaissance « de l’intérieur » que l’administrateur possède des rouages de la fonction publique et des coulisses des machines ministèrielles lui permet d’affiner ses constats qui aboutissent fréquemment à la condamnation des politiques sociales, économiques et culturelles du jeune État italien et de la manière, souvent déplorable, dont est menée l’application des réformes. De très nombreuses Note azzurre témoignent de l’expérience très concrète du fonctionnaire qui s’efforce toujours de tirer la leçon des faits et de comprendre ce qui relève de la « nature humaine », des protocoles, des us et coutumes de la gestion politique des affaires de la nation :

  • 46 C. Dossi, NA 2652, p. 252.

Il codice da noi è in continua contraddizione collo Statuto ; come i regolamenti lo sono colle leggi. Lo statuto proclama la divisione dei tre poteri – ma col Pub. Ministero il potere esecutivo s’impone al giudiziario e lo paralizza. Il Pub. Min. è una spia posta ai fianchi del giudice. – Poi lo St[atuto] proclama l’immobilità dei giudici. Domando io a che serve l’imm. dal grado, quando il potere esecutivo può colpirli d’aspetttative, trasferimenti da un capo all’altro d’Italia ecc. ? – Per le contrad. tra le leggi e i regolamenti V. ad es. la legge Casati sull’istruzione e gli annessi regolamenti… – Del fiscalismo e della burocrazia in Italia46.

  • 47 C. Dossi, NA 2653, p. 252.
  • 48 Sur cette question et notamment sur le regard sévère que Carlo Dossi porte sur l’évolution de l’Éta (...)

22La comparaison des constats est récurrente chez Carlo Dossi ; elle relève de la démarche typologique qui est la sienne. Celui qui dresse des séries et décline des variations dans son écriture a partie liée avec le collectionneur de livres, d’objets, l’archéologue, l’analyste, l’administrateur qui effectue le premier recensement des Italiens à l’étranger et qui prend soin de toujours comparer la réalité italienne à la réalité étrangère : « Il codice austriaco è filosofico mentre il nostro è sempl[icemente] casistico47. » L’homme qui travaille pendant nombre d’années au service de l’État italien et de son ministère des Affaires étrangères, qui s’emploie à en réformer l’administration ne peut qu’être sensible à la traduction dans les faits des différentes politiques gouvernementales et, surtout, à leur évolution48. Aussi le diariste arrête-t-il son regard sur les inégalités, sur les différences, qui sont pour lui autant d’entraves à un progrès politique, moral et culturel :

  • 49 C. Dossi, NA 3688, p. 383.

Il progresso delle idee politiche e il progresso delle morali non vanno spesso del pari. La parte Meridionale, che è la più indietro d’Italia, quanto a istruzione ed educazione, è la più innanzi quanto al pensiero politico49.

23Carlo Dossi n’a, pas plus en littérature qu’en politique, de parti pris promilanais. Certes, ses références politiques et culturelles sont majoritairement milanaises ; sa sympathie pour les autres scapigliati repose sur le partage de connaissances et de rites urbains. Cependant Carlo Dossi n’est pas un ardent défenseur d’une milanesità à tous crins. Même s’il lui arrive de recourir au dialecte, dont il fait un usage plus ou moins ample selon les cas – de quelques mots ou éléments de syntaxe à une pièce entière, Ona famiglia de cilapponi –, l’auteur n’entend pas se faire le chantre d’un régionalisme dont la marque essentielle serait le dialecte. La culture milanaise, riche d’une forte tradition, représente certes une source d’inspiration réelle pour Carlo Dossi, mais ce mérite ne l’empêche pas de poser un regard lucide sur cette métropole qui risque toujours de se cantonner aux limites médiocres du provincialisme, tout en étant sur nombre de plans (économique, administratif, urbain) en avance par rapport à d’autres villes italiennes. En tant que fonctionnaire de l’État italien, c’est l’Italie entière que Carlo Dossi s’emploie à hisser, dans tous les domaines, au rang des autres puissances européennes. Cette ambition, qu’il partage, on le sait, avec Francesco Crispi, n’établit pas de frontières ou de hiérarchies entre le politique et l’économique, le social, le culturel, etc. Au reste, les partisans d’une primauté milanaise ont reproché à Carlo Dossi d’avoir « pactisé » avec le sicilien Francesco Crispi. Témoin privilégié et acteur sur la scène politique italienne de la deuxième moitié du xixe siècle, Carlo Dossi est donc attentif aux mutations qui s’opèrent dans le contexte social et culturel dans lequel il développe sa carrière ministérielle et inscrit son œuvre d’écrivain. Pour lui, lorsque la vie culturelle ne se situe pas dans le sillage de la vie sociale, elle peut représenter une forme d’échappatoire aux contraintes du quotidien et aux frustrations suscitées par les réglements. L’individu peut de surcroît se ressourcer dans la pratique d’activités qui ne sont pas immédiatement utiles :

  • 50 C. Dossi, NA 1974, p. 121.

L’Arte è il rifugio della libertà cacciata dalla vita civile. È l’altipiano sannitico, o di Castiglia, donde la libertà scende poi a combattere l’invasore50.

  • 51 C. Dossi, NA 1977, p. 122.

24Le goût pour le paradoxe se mêle de ce fait maintes fois chez Carlo Dossi au refus des évidences. La transgression ne consiste pas systématiquement dans le fait d’enfreindre la loi. Il y a une habileté dans la feinte et dans la ruse qui n’est pas simplement assimilable à un acte de désobéissance ou à une effraction. Carlo Dossi est fasciné par toute démarche qui suppose une stratégie retorse, inattendue, voire perverse, lui qui élabore pourtant des codes, des classements, invente des réformes et s’applique tout autant à mettre de l’ordre qu’à introduire du désordre. « Perchè, o stolti, far birberie fuor delle leggi ? c’è tanto posto di farne dentro51 ! » La transgression ponctuelle des réglements peut dans certaines situations se révéler nécessaire pour éviter l’ennui et la bêtise, afin tout simplement de survivre. L’auteur bannit les systèmes qui ne souffrent pas d’exception et les attitudes systématiques, inflexibles. Il sait que l’ordre public est quelquefois mortifère. Il abhorre toute attitude servilement respectueuse ou simplement obéissante. Pour lui, rien ne va de soi :

  • 52 C. Dossi, NA 3789, p. 409.

Non c’è che dire, utili sono le odierne ordinanze di polizia : ci rendon sicura la vita, ma ce la rendono anche nojosa. A protezione della nostra libertà, ce ne tolgono troppa. È notte. Hai bevuto un bicchiere di più ; il cuore ti si allarga – così pure la voce : ed ecco che tu cadi in multa per schiamazzi notturni – È giorno : insoffribile è il caldo : vedi dell’aqua, ti getti dentro. Scandalo publico ! – etc. etc.52.

  • 53 Les Note azzurre sont scandées d’affirmations telles que celle-ci : « A mostrare il convenzionalism (...)

Plus encore que du langage ou des lois, Carlo Dossi se méfie donc de l’usage que l’on peut faire des mots53 et des lois, comme des méprises involontaires ou volontaires. Carlo Dossi ne supporte aucune forme de conformisme et à ses yeux toute convention a quelque chose de suspect ou pour le moins d’insatisfaisant car elle est inadéquate :

  • 54 C. Dossi, NA 4242, p. 513.

Logomachia. Ci sono termini astratti cui nessuna certa idea è riunita – come Eguaglianza umana – sovranità e maestà del popolo – Riforme – Lealtà – Libertà – Pubblica opinione – Pubblico interesse. Sono vane parole che empiono la bocca usate da tutti di qualunque partito per generare confusione. E così è la sufficienteragione di Leibnitz, la grazia efficace dei Giansenisti – la questione della procedenza dello Spirito Santo dal Figlio e dal Padre ecc.54.

25Or, dans les détours que le diplomate-écrivain effectue toute sa carrière durant, de la politique au langage, il semble bien qu’il ne parvienne jamais à en découdre avec une problématique qui enlace le droit, la littérature et l’émergence d’une nouvelle alliance de l’ordre et du désordre, de la norme et de l’exception. Mais, alors même que l’auteur se livre à la énième édition de sa Colonia felice qu’il fait précèder d’une « diffida » dans laquelle il réprouve ce libelle qui serait « un errore », fruit d’une jeunesse exaltée et par trop philanthrope, on ne saurait ignorer la dénégation que comporte un tel (dés)aveu. N’est-ce pas l’homme mûr, aguerri par les vicissitudes politiques qui déclare a posteriori :

  • 55 C. Dossi, La Colonia felice, « Diffida », dans Opere, op. cit., p. 523.

Con la Colonia felice io m’era dunque proposto – oltrechè di tentare un romanzo giurìdico da contrapporre a quella gàllica peste del giudiziale romanzo, […] di dimostrare graficamente le seguenti anticipazioni delle cattedre, cioè :
1° che il male insegna il bene
2° che la giustizia procede dall’utilità
3° che inutile è la pena di morte quindi ingiusta
4° che, come rinnovasi la materiale compagine dell’uomo, può parimenti rifarsi quella morale […]
5° che amore ha forza assai più della Forza.
Come si scorge io era in perfetta regola con la filantropia convenzionale, non però colla scienza55.

26Ainsi, alors qu’Alberto Pisani est, à la fin de sa vie, un fonctionnaire meurtri par les échecs des gouvernements de Francesco Crispi, dans lequel il avait fondé à tort sans doute tous ses espoirs d’un renouveau possible de la société italienne, il laisse à Carlo Dossi le soin d’adoucir l’amertume par le biais d’une littérature qui concilie la lucidité cruelle du constat des faits et les ressources de la fiction. Par refus du désespoir ou par « consapevolezza » de ses propres limites, Carlo Alberto Pisani Dossi ne se résigne pas à conclure et reconnaît à demi-mot :

  • 56 C. Dossi, NA 5698, p. 885.

L’incompleto. Se descrivessi questo tipo, farei la mia autobiografia. Io non riuscii a condurre a perfetta fine, nulla. In letteratura cominciai arditamente ; scrissi scrissi, dovevo essere un innovatore, mille progetti, tutti saggi, essays, nessuna opera e, tanto meno, conclusione. L’œuvre [sic] non fu compiuta. In diplomazia, mille cose iniziate e bene, ma tutto troncato e disfatto. La riforma del Ministero, le scuole all’estero, l’espansione in Africa, Tripoli, il Marocco, la politica in Oriente ecc. – In Arte ; mosso dall’illusione d’incoraggiare i giovani promettenti, mi disgustai con tutti, colpa certamente più di loro che mia. In ricchezza, ereditato, non saputo mantenere un patrimonio. In architettura posto i fondamenti ad un palazzo, dovuto lasciare a metà, simbolo della mia vita, che persino, nascendo, pronosticava perchè settimestre56.

Top of page

Notes

1 Voir A. Scannapieco, « In tristitia hilaris, in hilaritate tristis ». Saggio sulle « Note azzurre » di Carlo Dossi, Padoue, Francisci editore, 1984.

2 Voir à ce sujet P.-C. Buffaria, Carlo Dossi et ses « Note azzurre ». Raison pratique et innovation littéraire, Alessandria, Edizioni dell’Orso (Les classiques italiens dans le miroir de la critique française, 4), à paraître.

3 C. Dossi, Note azzurre, D. Isella éd., Milan, Adelphi, 1964, NA 1903, p. 117. Dorénavant je mentionnerai les Note azzurre dans cette édition (qui est imparfaite mais qui a le mérite d’exister) en indiquant NA suivi du numéro de la note et de la page. Pour les citations de Carlo Dossi, compte tenu de la précision maniaque de l’auteur, en note comme dans le corps du texte, je respecterai également, le cas échéant,les variations de ponctuation, d’orthographe (accentuation, doubles consonnes, majuscules, minucules, etc.), de présentation des références et d’indication des titres suivies par Carlo Dossi.

4 On trouvera des informations bio-bibliographiques récentes sur la vie et l’œuvre de l’auteur dans : D. Isella et N. Reverdini, La Vita di Alberto Pisani e ilibri di Carlo Dossi, Milan, All’insegna del pesce d’oro/Scheiwiller (Bibliografia del Novecento, 5), 1995 ; Carlo Dossi, textes choisis et présentés par A. Arbasino, apparat critique de G. Pedullà, Rome, Istituto Poligrafico della Zecca dello Stato (Cento libri per Mille Anni), 1999.

5 Sur la carrière diplomatique de l’écrivain voir le remarquable ouvrage de l’historien E. Serra, Alberto Pisani Dossi diplomatico. Con documenti inediti di P. D., Milan, Franco Angeli (Storia diplomatica, 7), 1987.

6 C. Dossi, NA 2373, p. 185-186.

7 Voir C. Dossi, NA 4632, 4770, 5082, 5182, 5183, 5191, 5194, 5195.

8 C. Dossi, NA 4632, p. 574-575.

9 C. Dossi, NA 4770, p. 605 et NA 5183, p. 274.

10 C. Dossi, NA 5195, p. 729.

11 On trouvera la quasi-totalité des textes littéraires de l’auteur dans : C. Dossi, Opere, D. Isella éd.,Milan, Adelphi (La nave Argo, 1), 1995. Sauf indication contraire, les textes sont cités dans cette édition.

12 C. Dossi, NA 5699, p. 885-886.

13 De nombreuses Note azzure sont consacrées à Cesare Lombroso (Vérone, 1835-Turin, 1909) ; voir entre autres : NA 1985, 1986, 1998, 2000, 2001, 2002, 2006, 2009, 2240, 2352, 5353, 5469, 5646, 5651.

14 Voir C. Dossi, Autodiàgnosi quotidiana. Prefazione, L. Barile éd., Milan, All’insegna del pesce d’oro/Scheiwiller (Narratori, 72), 1984.

15 À ce propos voir notament C. Lombroso, Delitto, genio, follia, textes choisis par D. Frigessi, F. Giacanelli, L. Mangoni, Turin, Bollati Boringhieri (La cultura scientifica, Gli Archi), 1995, et aussi A. Rondini, Cose da pazzi. Cesare Lombroso e la letteratura, Pise-Rome, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 2001 ainsi que J. Rigoli, Lire le délire. Aliénisme, rhétorique et littérature en France au xixesiècle, préface de J. Starobinski, Paris, Fayard, 2001.

16 C. Dossi, NA 2009, p. 124.

17 Voir à ce sujet, parmi d’autres, NA 1565, 1380, 1426, 1826, 1896, 2357, 2435, 2889, 2915, 3061, 3130, 3452, 3507, 3922.

18 Voir NA 2106, 2081, 5391.

19 C. Dossi, NA 2006, p. 124.

20 Sur les incidences stylistiques (tant sur le plan lexical que syntaxique) des choix thématiques et idéologiques de Carlo Dossi, voir l’étude minutieuse et très pertinente de F. Caputo, Sintassi e dialogo nella narrativa di Carlo Dossi, Florence, Accademia della Crusca (Studi di Grammatica Italiana Pubblicati Dall’Accademia della Crusca), 2000.

21 De nombreuses Note azzurre font référence à l’œuvre et à la pensée de Jean-Jacques Rousseau, voir, entre autres : NA 158, 629, 1858, 2368, 2509, 2868, 3327, 4113, 4130.

22 Mentionnons pour mémoire, parmi les « illustrations » littéraires les plus significatives et les plus originales de Carlo Dossi à cet égard : Goccie d’inchiostro, La Desinenza in A, Campionario.

23 Sur la modulation originale selon laquelle Carlo Dossi reprend en des termes « littéraires » la problématique du contrat, voir la préface, la postface et l’apparat critique de l’excellente édition de C. Dossi, Il Regno dei cieli. La Colonia felice, T. Pomilio éd., préface de G. Davico Bonino, Naples, Guida Editori, 1983.

24 Il s’agit là, on le sait, du sous-titre éminemment significatif de La Colonia felice.

25 La Desinenza in A, « Màrgine », dans Opere, op. cit., p. 675.

26 Voir à ce sujet C. Dossi, NA 83, 3248, 4158, 4688.

27 Voir G. P. Lucini, L’Ora topica di Carlo Dossi. Saggio di critica integrale, Varese, Ceschina, 1911 ; réédité à l’identique sous la direction de T. Grandi, Milan, Ceschina, 1973. Il convient de ne pas oublier que outre l’inventeur du verso libero, Lucini, qui a bien connu Dossi, est le premier éditeur du scapigliato diplomate ; les éditeurs et critiques ultérieurs ne peuvent faire abstraction de son travail considérable.

28 C. Dossi, NA 5102, p. 703.

29 Amori, dans Opere, op.cit., p. 1044.

30 Toute sa vie durant Carlo Dossi déploie une stratégie complexe à l’envi dans l’élaboration de son grand œuvre dont l’architecture est polyvalente. L’ensemble des paratextes et des métatextes offrent de multiples clés de lectures en apparence contradictoires ; à ce sujet voir C. Dossi, Il Libro delle prefazioni, avec une bibliographie de D. Isella, Milan, Libri Scheiwiller, 1992 et surtout A. Saccone, Carlo Dossi. La scrittura del margine, Naples, Liguori (Letterature, 33), 1995.

31 La Desinenza in A, « Màrgine », dans Opere, op. cit., p. 679-680.

32 C. Dossi, NA 4229, p. 512.

33 C. Dossi, NA 5316, p. 769-770.

34 C. Dossi, NA 5771, p. 922.

35 C. Dossi, NA 4264, p. 516.

36 C. Dossi, NA 4204, p. 504.

37 C. Dossi, NA 5103, p. 703.

38 Vita di Alberto Pisani, « Le due morali », dans Opere, op. cit., p. 217.

39 Voir parmi les analyses toujours remarquables de finesse stylistique et de précision historique de cette critique, G. Rosa, La Narrativa degli scapigliati, Rome-Bari, Laterza (Biblioteca Universale Laterza, 463), 1997 ; Id., « “Le due morali” di Alberto Pisani », dans Studi vari di lingua e letteratura italiana in onore di Giuseppe Velli, G. Barbarisi éd., Milan, Cisalpino Istituto Editoriale Universitario (Quaderni di Acme, 41), 2000, t. II, p. 729-753. G. Rosa, « La cultura letteraria della modernità », dans Storia d’Italia, Le regioni dall’Unità a oggi. La Lombardia, D. Bigazzi et M. Meriggi éd., Milan, Einaudi, 2001, p. 189-327.

40 C. Dossi, NA 5313, p. 769.

41 Sur la problématique qui relie le domaine politique au langage dans la pensée et l’expérience de Carlo Dossi je me permets de renvoyer aux analyses de F. Caputo qui démontre que : « Il linguaggio è per Dossi strumento privilegiato per realizzare una radiografia della società contemporanea, che nella sua opera si configura come vero e proprio personaggio parlante […]. Attraverso la rivisitazione stilizzata dei […] discorsi, Dossi da una parte sferra il suo attacco alla superficialità e ipocrisia della conversazione borghese, dall’altro alla banalizzazione e impoverimento del linguaggio letterario » (F. Caputo, Sintassi e dialogo nella narrativa di Carlo Dossi, Florence, Accademia della Crusca, 2000, p. 5-6) ainsi qu’à P.-C. Buffaria, « La révolution des faits aux mots chez Carlo Dossi », dans B. Toppan éd., Soulèvements et ruptures. L’Italie en quête de sa révolution. Échos littéraires et artistiques, Actes du colloque de Nancy, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1999, p. 223-234.

42 C. Dossi, NA 4206, p. 504-505.

43 C. Dossi, NA 2088, p. 129. Carlo Dossi a d’ailleurs lui-même précisé quelques pages auparavant : « “La storia antica restituita alla verità e raffrontata alla moderna” (Torino, 1865), Cristoforo Negri, è uno dei migliori libri che siano stati scritti in quest’ultimo mezzo secolo – Essa figlia dal sistema comparativo di Macchiavelli e di Vico ed ha l’onore di avere generato “La giovinezza di Giulio Cesare”, di Rovani. […] », NA 2073, p. 127-126.

44 C. Dossi, NA 2075, p. 129.

45 C. Dossi, NA 2736, p. 269-270.

46 C. Dossi, NA 2652, p. 252.

47 C. Dossi, NA 2653, p. 252.

48 Sur cette question et notamment sur le regard sévère que Carlo Dossi porte sur l’évolution de l’État italien et de son administration de Cavour à Crispi, je me permets de renvoyer à P.-C. Buffaria, « Dossi et la politique : espoirs et désillusions d’un lettré marginal », Revue des études italiennes, nouvelle série, 47, 3/4, juillet-décembre 2001, p. 193-208.

49 C. Dossi, NA 3688, p. 383.

50 C. Dossi, NA 1974, p. 121.

51 C. Dossi, NA 1977, p. 122.

52 C. Dossi, NA 3789, p. 409.

53 Les Note azzurre sont scandées d’affirmations telles que celle-ci : « A mostrare il convenzionalismo dell’opinione sul vizio e la virtù – descrivere lo stato di guerra, in cui tutto ciò che in pace si reputava vizio, pare virtù. Il furto passa scusato col nome di bottino bellico, l’assassinio è glorificato dal nome di valor militare, i tradimenti, le insidie etc. si chiamano strategia etc. », NA 2845, p. 291.

54 C. Dossi, NA 4242, p. 513.

55 C. Dossi, La Colonia felice, « Diffida », dans Opere, op. cit., p. 523.

56 C. Dossi, NA 5698, p. 885.

Top of page

References

Electronic reference

Pérette-Cécile Buffaria, « La nécessité de la loi et le charme de la transgression. Les chassés-croisés d’Alberto Pisani et Carlo Dossi du code civil à la littérature », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 26 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/429 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.429

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page