Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Débat

Un patrimoine culturel partagé : mots, discours, interprétations entre droit et littérature

‎(à propos du Colloque international Il Diritto patrimoniale nella ‎letteratura del Rinascimento, Vérone, 8-10 mai 2003)‎
Un patrimonio condiviso : qualche considerazione su Diritto e letteratura (a proposito di Il Diritto patrimoniale nella letteratura del Rinascimento - Convegno internazionale di studi - Verona, 8-10 maggio 2003)
Andrea Marchisello
Traduction de Romain Descendre
p. 151-164

Résumés

L’article prend appui sur le Colloque international Il Diritto patrimoniale nella letteratura del Rinascimento,qui s’est tenu à Vérone au mois de mai 2003. Il présente d’une part une synthèse des communications des intervenants (spécialistes des littératures italienne, espagnole, française, anglaise et latine, historiens du droit, juristes de droit positif et représentants du Law and Literature Movement anglo-saxon), et met en évidence leurs différentes utilisations du binôme Droit et littérature dans l’histoire de la Renaissance, et les directions de recherche qui ont prévalu. D’autre part, l’article résume et examine les thèmes principaux de la pensée de l’un des fondateurs de ce mouvement, Richard H. Weisberg, tels qu’il les a exposés lors du colloque ainsi que dans ses principaux ouvrages (The Failure of the Word. The Lawyer as Protagonist in Modern Fiction et Vichy Law and the Holocaust in France). Les problématiques de Weisberg sont étudiées et discutées suivant la méthode du comparatisme historique.

Haut de page

Notes de la rédaction

Traduit de l’italien par Romain Descendre

Texte intégral

  • 1 Afin de donner une image rapide du colloque, nous reportons ci-dessous les titres des différentes c (...)

1À l’occasion d’un colloque international organisé à Vérone en mai 2003, un groupe de chercheurs a été invité à réfléchir sur le thème « droit et littérature » à la Renaissance. Leur exceptionnelle hétérogénéité fut particulièrement profitable : des spécialistes des littératures italienne, espagnole, française, anglaise et latine rencontraient des historiens du droit, des juristes et des représentants du Law and Literature Movement anglo-saxon1.

  • 2 Pour une présentation des différentes recherches menées dans le cadre de ce mouvement, voir l’intro (...)

2Pour retracer de façon préliminaire les lignes générales et les résultats de cette réflexion, et avant d’examiner plus longuement la pensée de l’un des fondateurs et chefs de cette école, Richard H. Weisberg, auteur de la « Lecture » introductive du colloque de Vérone, il convient de s’interroger sur la façon dont ont été conjugués les deux termes du binôme droit et littérature durant ces journées. On le sait, le mouvement Lawand Literature est polyphonique : dans le cadre de la bipartition désormais acquise entre Law as Literatureet Law in Literature2, de nombreuses voix contribuent à ce mouvement : certains interrogent le rapport entre droit et éthique, d’autres étudient le rôle de disciplines qui se situent au croisement des deux domaines, telle la rhétorique, ou privilégient un concept central comme celui d’interprétation. Certains cherchent à travers la littérature de quelle façon les valeurs éthiques et culturelles de la société et du droit sont reçues ou critiquées, d’autres enfin choisissent une perspective historique, anthropologique, philosophico-juridique, sociologique ou politique.

  • 3 Jusqu’à présent, d’un point de vue historique, le potentiel heuristique du binôme droit et littérat (...)
  • 4 Pour une explicitation de cette prise de conscience, voir par exemple C. Biet, « L’empire du droit, (...)

3Quelles sont les approches qui ont été privilégiées lors du colloque de Vérone ? Sans pour autant accorder trop d’importance a une distinction qui a essentiellement une valeur descriptive, il est possible de partager le large spectre des contributions en fonction de deux méthodes d’approche différentes. Une première orientation a été celle de la contextualisation historique3, destinée d’abord à évaluer les capacités heuristiques de la production littéraire et juridique, et à analyser les liens et les croisements des deux branches épistémologiques à l’époque renaissante. Les spécialistes de la littérature de la Renaissance ont repris à leur compte l’idée – de plus en plus répandue depuis quelques dizaines d’années – selon laquelle le droit a été et reste l’une des composantes essentielles de la société ; il doit donc être l’un des instruments de la critique littéraire, au même titre que les connaissances politiques, esthétiques, philosophiques, scientifiques et sociologiques4.

  • 5 En particulier les nouvelles V et VIII des Porretane et, pour Matteo Bandello, la nouvelle XXV de l (...)

4Ainsi, à travers l’examen de l’évolution de l’institution juridique du testament (et de son équivalent religieux, la confession ultime), Luisa Avellini a par exemple proposé une analyse historique et sociologique du genre de la nouvelle depuis Boccace, en s’appuyant surtout sur les Porretane de Sabadino degli Arienti ainsi que sur le volumineux recueil de Bandello5. Cela lui a permis de mettre en évidence « la fissuration du contrôle ecclésiastique des consciences face à la force du matérialisme élémentaire du peuple et d’une eschatologie du bon sens populaire ». À travers cette lecture, les très nombreuses nouvelles de Bandello font ainsi apparaître une éthique mondaine et hédoniste : le thème du testament apparaît très peu au cours de l’œuvre, étant peu adapté à son caractère réaliste et mondain.

  • 6 G. Restivo a fait explicitement référence aux études de l’historien Lawrence Stone sur les transfor (...)

5Giuseppina Restivo a pour sa part relu la comédie de Shakespeare As you like it en y cherchant les questions économico-juridiques propres à l’Angleterre de l’époque. Renouvelant toute la vulgate critique qui, sur la base des thèmes psychologiques et éthiques de la pièce, fait avant tout de la comédie de Shakespeare un « drame pastoral », cette chercheuse met l’accent sur le problème de la gestion du patrimoine familial, de la succession et de l’héritage du chef de famille, et sur ses corollaires : l’institution du droit d’aînesse par descendance patrilinéaire mâle, la condition des fils cadets, les droits matrimoniaux des filles6. À la lumière de ces éléments, Giuseppina Restivo montre comment les mariages qui concluent l’œuvre sont, d’une part, fondés sur la règle non écrite d’une exigence d’égalité sociale et patrimoniale des futurs époux, miroir fidèle des mœurs sociales de l’époque, et comment, d’autre part, ils préfigurent l’avènement et la fortune du mariage d’amour, préféré au mariage arrangé. De même, elle montre que les dernières décisions du personnage d’Oliver redéfinissent les modes de gestion du patrimoine familial ; ces décisions proposent avant l’heure une solution au problème du droit d’aînesse, annonçant déjà la nouvelle institution juridique du « strict settlement » qui apparaîtra au milieu du xviie siècle.

  • 7 Les arrêts et les reports sont de courts résumés de cas portés devant des tribunaux, dont on pense (...)

6L’historien de la culture de la Renaissance Jean-Paul Pittion a quant à lui porté son attention sur une œuvre juridique, Le Premier Report (1615) de Sir John Davies, sur la base d’un double critère. D’une part, en reprenant les méthodes de la critique littéraire, Pittion a mis en évidence la naissance et la diffusion du genre des recueils d’« arrêts » (France) ou de legal cases (Angleterre, appelés aussi reports)7 dans l’Europe de la Renaissance. Ce nouveau genre se distingue de ses précurseurs médiévaux, fondés – au moins dans les pays du ius commune – sur la référence à une autorité textuelle (le Corpus iuris civilis ; dans le droit canonique le Decretum de Gratien puis les recueils de decretales), et sur la méthode de la quaestio. Il ne s’agit pourtant pas seulement de souligner le fait, purement littéraire, que le droit commence à être écrit différemment. L’étude des textes conduit aussi à des conclusions historico-juridiques : si en Angleterre la diffusion des recueils de reports est un indice de la consolidation du caractère jurisprudentiel de la common law, dans l’Europe continentale de la Renaissance la disparition de l’attache formelle au Corpus de Justinien est la manifestation d’un éloignement beaucoup plus grand par rapport à l’autorité de la source romaine, et de l’émergence d’un droit jurisprudentiel et pratique qui marquera de son empreinte la maturité du droit commun. D’autre part, sur la base à la fois de l’étude des textes et d’une reconstruction juridique précise, Pittion montre comment le Report de Davies met en œuvre un processus de neutralisation politique de l’ancienne coutume gaélique du tanistry.

  • 8 Après que Nicolas de Cues découvrit à la bibliothèque de Cologne un manuscrit contenant seize coméd (...)

7Enfin, Ida Mastrorosa a proposé un examen comparé du Trinummus de Plaute et de plusieurs comédies qui s’en inspirèrent à la fin du xve et au xvie siècle8. Cette analyse diachronique se concentre sur le moment socialement fondamental de la gestion du patrimoine familial et sur les institutions juridiques qui lui sont liées : la condition juridique de la femme en général, la dot en particulier. L’usage conjoint de compétences juridiques et littéraires conduit à des résultats hétérogènes : Giovanni Maria Cecchi – juriste de formation et notaire de profession – transpose ses solides compétences juridiques dans sa comédie La Dote ; chez Plaute, au contraire, la trame repose sur le caractère indéterminé de la situation juridique effective. Tout cela permet à la chercheuse de mettre en évidence, au-delà des potentialités d’une étude intégrant droit et littérature, les risques que comporterait son utilisation forcée.

  • 9 Voir à ce propos F. Pergolesi, « Il diritto nella letteratura », art. cité, p. 65.
  • 10 Pour quelques exemples, voir dans ce numéro l’article de Giuliano Marchetto, concernant le juriste (...)
  • 11 À titre d’exemple, on peut ajouter que dans sa glose Accurse se montre très ouvert à l’utilisation (...)
  • 12 Il n’est pas inutile de rappeler que l’auteur du recueil de nouvelles Le Sei Giornate (1567) fut un (...)
  • 13 Paolo Cappellini a donc utilisé un genre littéraire spécifiquement juridique dans une optique compa (...)

8Les juristes, à l’opposé, forts d’une connaissance technique qui de l’extérieur peut sembler difficile d’accès, se sont tournés vers les œuvres littéraires pour y chercher en particulier les contre-épreuves du « droit vivant » d’une époque historique déterminée – c’est-à-dire du droit qui émerge et se réalise dans la vie quotidienne et dans la pratique sociale9 –, et pour reconstruire sur cette base le contexte social dont le droit est fatalement imprégné, et dont il est à la fois le produit et le producteur. Ceux qui se distinguent dans ce type de recherches sont les historiens du droit (et en particulier les historiens du droit des époques médiévale et moderne) : l’objet même qu’ils étudient les conduit à considérer la tradition littéraire comme un champ d’enquêtes fertile, contigu et par bien des aspects analogue au droit. Dans cette perspective, Paolo Cappellini montre de façon significative quels rapports systématiques lient le droit et la littérature : non seulement la science juridique doit être considérée – et elle le fut historiquement – comme une déclinaison particulière et technique du langage, mais dans l’expérience juridique du Moyen Âge elle se rapprochait même de l’art rhétorique et était liée à la dialectique. S’agissant du Droit dans la littérature, Cappellini montre le caractère bilatéral de ce rapport dans la culture médiévale. En effet, s’il est vrai que l’expérience juridique se reflète dans la littérature, et que la tradition littéraire constitue un témoignage du droit vivant, il n’en est pas moins vrai que la tendance inverse existe aussi au Moyen Âge : l’insertion de la Littérature dans le droit10. Dans le raisonnement juridique médiéval, un passage poétique ou littéraire pouvait constituer une auctoritas à laquelle on avait recours dans le but de légitimer un principe éthico-juridique11. Plus précisément, l’historien s’intéresse au genre de la nouvelle en Italie, et en particulier aux œuvres de Matteo Bandello et de Sebastiano Erizzo12. Cappellini montre notamment comment le premier a abandonné le modèle de l’organisation systématique des nouvelles du Decameron au profit d’une répartition par cas, qui rapproche la structure de son œuvre du genre littéraire juridique des recueils de cas judiciaires13. Quant au second, le chercheur souligne en particulier certaines de ses remarques concernant l’égalité des droits et des appétits sexuels de l’homme et de la femme, des remarques qui vont à l’encontre de la forte tradition misogyne que l’on retrouve (aussi) dans les textes juridiques relatifs à la condition de la femme.

9Marco Cavina s’est intéressé à la façon dont est présenté le pouvoir des maîtres sur leurs domestiques dans les textes juridiques du xve et, surtout, du xvie siècle. À partir du Tractatus de servis et famulis d’Ippolito Bonacossa (1514-1591), Cavina a d’abord rappelé les termes du débat sur les normes réglant le rapport entre maître et domestique ; il s’est ensuite intéressé à la littérature « économique » de matrice aristotélicienne, particulièrement florissante au Moyen Âge, et à sa postérité au début de l’âge moderne – de Coluccio Salutati (De tyranno) au Tasse (en particulier son dialogue Il Padre di famiglia), de l’Arétin (La Cortigiana) à l’Arioste (La Cassaria et La Lena), de Cardan (De prudentia civili) à Grazzini (Le Cene) – afin de passer au crible la conception que la société de l’époque se faisait de ce rapport.

10Enfin, la contribution de Giovanni Rossi porte sur l’évolution des rapports familiaux, du Moyen Âge à l’âge moderne, à travers une analyse de la pensée de Michel de Montaigne. Si durant tout le Moyen Âge la famille est d’abord et avant tout envisagée sous son aspect économique (l’attention des lettrés, comme celle de la science juridique, se porte en premier lieu sur le moment de rupture le plus important, c’est-à-dire sur la mort du pater familias et sur la réglementation de la succession), on trouve dans certains Essais de Montaigne une attitude opposée, déjà « moderne » : loin de réduire la famille à un ensemble de rapports patrimoniaux et juridiques, Montaigne affirme très clairement la valeur primordiale de la dimension privée et affective, déplaçant ainsi l’attention de l’objectivité du patrimoine à la subjectivité des relations familiales. Dans les pages de Montaigne, la valorisation de la dimension privée présente aussi des traits spécifiquement juridiques, à travers par exemple le refus du testament, des clauses de fidéicommis, du legs à la veuve et plus généralement de tout cet arsenal juridique bigarré, construit et ciselé par la doctrine et la pratique médiévales.

  • 14 Outre la « Lecture » de Richard H. Weisberg, nous faisons allusion aux communications d’Adam Gearey (...)

11Suivant une seconde méthode d’approche des sources et d’interprétation du binôme droit-littérature, certaines communications14 tendent à extraire de l’œuvre littéraire un ensemble de principes moraux et de thèmes humanistes qui acquièrent une signification métahistorique et universelle, au-delà du lieulittéraire et de la structure sociale dans lesquels ils apparaissent, et qui, aujourd’hui encore, servent d’exemples concrets et de guides pour l’action individuelle et sociale.

12Cette dernière perspective caractérise tout particulièrement la « Lecture » véronaise de Richard H. Weisberg et, plus généralement, l’ensemble de sa production scientifique. L’un des thèmes centraux de la pensée de Weisberg consiste en effet à proposer une nouvelle éthique humaniste dans la formation juridique et dans la pratique légale, à travers l’exemple des grandes œuvres de la littérature (en particulier celles du xixe et du xxe siècle).

13Dans la première contribution importante qu’il consacra à cette question, The Failure of the Word, l’analyse de Weisbergportait principalement sur un ensemble de textes littéraires écrits entre les années 1860 et 1950 : Crime et châtiment et Les Frères Karamazov de Dostoïevski, Madame Bovary, Salammbô et L’Éducation sentimentale de Flaubert, L’Étranger et La Chute de Camus, Billy Budd, gabier de misaine de Melville.

  • 15 R. H. Weisberg, The Failure of the Word. The Lawyer as Protagonist in Modern Fiction, New Haven-Lon (...)

14Dans la pensée de Weisberg, le droit est fortement tiré vers la sphère du langage, et la loi est clairement lue comme un phénomène avant tout linguistique ; le résultat le plus éclatant de cette conception, qui intéresse au premier chef le juriste et l’historien du droit, est sa définition de la loi : « no more than a relativistic method of ordering reality through language15 ». Cet examen de l’usage littéraire des thématiques judiciaires et légales a pour finalité de tisser (à nouveau) un lien inséparable entre la langue – c’est-à-dire, dans la réflexion de Weisberg, la littérature mais aussi la loi – et l’éthique. Un lien qui a été perdu, selon Weisberg, dans les textes des grands auteurs qu’il relit ; les personnages des romans de Dostoïevski, Flaubert, Camus et Melville ont tous un point commun : leur capacité à associer un usage avisé et conscient de l’éloquence à un état psychologique de profond ressentiment, une union qui engendre systématiquement l’injustice, et qui ne fonde et ne transmet jamais de valeurs positives.

  • 16 Richard H. Weisberg, comme le philosophe allemand, utilise le terme français « ressentiment ». Voic (...)
  • 17 M. Scheler, Il Risentimento nella edificazione delle morali, éd. et trad. d’A. Pupi, Milan, 1975 (é (...)

15C’est précisément à partir du concept central de ressentiment que Weisberg a développé sa leçon véronaise, à la fois comme postulat de ses interprétations et comme clé de lecture des grands romans du xixe et du xxe siècle qu’il a étudiés. Le ressentiment, tel que Friedrich Nietzsche16 et plus encore Max Scheler17 l’ont théorisé, s’associe,chez des personnages comme Raskolnikov ou le capitaine Vere, à une distorsion de la réalité et à une falsification des faits. C’est là l’œuvre d’une éloquence qui utilise des armes juridiques et philosophiques. Le formalisme philosophique et juridique mis au service du ressentiment, tel que ces romans le dépeignent, a été reproduit tragiquement par l’histoire et dans l’histoire du xxe siècle.

16C’est aussi à partir de la Généalogie de la morale que Weisberg pose à nouveau la question fondamentale du rapport entre texte et interprétation : il part du cas précis des textes hébraïques sacrés, pour poser le problème général du rapport entre loi et interprétation et arriver jusqu’à l’expérience concrète du système juridique de Vichy.

17La protase consiste à dire que la justice est fondée sur un texte immuable et objectif, qui transforme les passions des hommes, de tous les hommes, en des arrêts légaux, supérieurs et impersonnels. L’apodose est que toute interprétation risque de réintroduirela subjectivité humaine à l’intérieur de ce système équilibré, c’est-à-dire aussi l’individualisme et le ressentiment. Toute lecture de la loi qui ne prendrait pas en compte la mens du législateur, par définition exempte de ressentiment, risque de déformer et de manipuler la loi.

  • 18 Pour une synthèse générale sur les lois raciales en France, voir R. H. Weisberg,Vichy Law and the H (...)
  • 19 Richard H. Weisberg cite le cas le plus évident, celui de Joseph Haenning, avocat de Paris qui publ (...)

18Selon Weisberg, l’exemple le plus significatif d’une telle falsification est précisément le régime de Vichy – idée qu’il développe dans son livre Vichy Law and the Holocaust in France, publié en 1996. Le système juridique français est le premier à avoir réuni les traits distinctifs de l’expérience juridique moderne, à avoir fait de la loi un canon applicable à n’importe quel sujet sans distinction, à avoir recomposé le particularisme juridique de l’Ancien Régime par unecodification unificatrice, à avoir voulu niveler toutes les différenciations juridiques – et pas seulement les différences entre les États – au profit du seul sujet de droit ; un système juridique qui, au moment de la Seconde Guerre mondiale, reposait désormais surces fondements égalitaires depuis un siècle et demi. Selon le constitutionnaliste américain, dans un tel climat culturel,les lois raciales n’auraient pas dû être adoptées et appliquées aussi facilement18. Seule leur application a présenté quelques petites difficultés. Le milieu judiciaire français n’a pas réagi comme il aurait pu à leur introduction : les Juifs furent scientifiquement exclus de l’égalitarisme de la législation française, et les discriminations raciales prévues par les lois furent acceptées. Tout le travail linguistique de la jurisprudence française tourna et trahit les principes fondamentaux de la Constitution : la réprobation qu’exprimèrent à titre privé certains représentants de la science juridique française ne se traduisit que par les restrictions que pouvait apporter une notion juridique privée de substance sociale, la définition du « Juif de sang mixte19 ».

  • 20 « The Vichy hermeneutics ran as follows: French lawyers managed to interpret the still extant const (...)
  • 21 Dans sa communication de Vérone, Weisberg a présenté l’Évangile selon saint Jean comme le paradigme (...)
  • 22 « Catholic reading strategies assisted Vichy […] not only morally and pragmatically in affirming it (...)

19La cause efficiente d’une telle passivité réside dans ce que Weisberg appelle « Vichy hermeneutics », unmécanisme interprétatif double qui empêcha d’assouplir dans un sens libéral les discriminations provenant des lois raciales et religieuses20. Le premier aspect de l’« herméneutique de Vichy » n’est autre que le principe de flexibilité – déjà reconnu par la Constitution française. Weisberg lerapproche de la lecture que faisait le catholicisme français des textes sacrés, et même de la lecture de l’Ancien Testament par saint Jean21 : une forme de réinterprétation a posteriori du texte de référence. Le second aspect consiste en une application rigide de la logique cartésienne dans l’interprétation des lois raciales et religieuses de l’époque. En dernière analyse, selon la théorie de Weisberg, une certaine pensée catholique française a euune influence fondamentale : elle a permis à la législation antisémite de s’insérer dans une culture pourtant étrangère aux principes sur lesquels elle se fondait22.

20Comme on le comprend à partir de cette reconstitution sommaire du propos de Weisberg, l’un des nœuds centraux – si ce n’est le leitmotiv – de sa « Lecture » réside dans le rapport entre texte et interprétation ; l’auteur tend à affirmer clairement l’intangibilité de la loi écrite :

  • 23 R. H. Weisberg, The Failure of the Word, op. cit., p. 18.

From time to time, active and positively motivated individuals join together to codify their approach to existence into an enduring body of law. Whether we speak of the Mosaic generation or of the days of the constitutional conventions or of the creation of the Napoleonic codes, the communal establishment of universal values precedes any possibility of social justice. [...] The code and its attendant procedures forever unbind the achievement of justice from intersubjective influence. [...] A material text as been produced, not to be subverted by the clever interpretations of leaders acting in a moral vacuum, but rather to be honored through a clearsighted communal allegiance23.

Étant impersonnelle, seule la loi peut indiquer la justice, et elle continue à le faire si et seulement si elle est bien interprétée, c’est-à-dire si elle est lue à la lumière de la volonté des législateurs et si leur intention est bien saisie.

  • 24 Parmi les théoriciens américains qui se prononcent en faveur de l’interprétation, il faut citer Jam (...)
  • 25 Voir I. Ward, « From Literature to Ethics. The Strategies and Ambitions of Law and Literature », ar (...)

21Touchant l’un des thèmes les plus discutés du Law and Literature Movement, la thèse de Weisberg s’oppose ouvertement à une théorie herméneutique – très forte au sein du mouvement américain, mais aussi européen – centrée sur l’exaltation du rôle subjectif de l’interprète, dans une fonction anti-juspositiviste24. Contre les théories déconstructionnistes modernes, Weisberg est partisan d’une réintroduction du formalisme littéraire, d’un retour à l’attention au texte plutôt qu’au lecteur, comme autant de mécanismes permettant de saisir l’éthique dans la littérature et dans le droit25.

  • 26 Richard H. Weisberg n’attribue qu’un rôle secondaire aux lectures qui soulignent l’influence du pos (...)

22Weisberg soutient qu’une connaissance approfondie et un respect scrupuleux du texte (il s’agit en l’espècedes lois françaises précédant le gouvernement de Vichy) auraient empêché la tragédie de l’Holocauste ; sur des bases nietzchéennes, Weisberg généralise ainsi la portée de cette proposition. Cette interprétation n’est pas évidente, mais elle ouvre délibérément le débat sur des questions cruciales. Il faut en effet se demander si la « chirurgie herméneutique » de la science juridique française est erronée dans ce cas précis seulement ou, comme le soutient Weisberg, dans son essence même ; si, en d’autres termes, l’activité interprétative est toujours par définition une rupture de l’impersonnalité législative, et donc inacceptable dans l’absolu. Ou si, à l’inverse, ce n’est que dans le cas particulier de Vichy que l’interprétation a conduit à une mauvaise lecture du moment historique, de la société, des potentialités que le système juridique mettait à la disposition des interprètes, jusqu’à ne plus pouvoir se fonder sur les valeurs éthiques que l’on pouvait tirer de ce système même. Il faut en outre déterminer si les juristes français procédèrent bien à une interprétation, dans le sens le plus noble et le plus profond du terme, ou simplement à une exégèse, privée de signification historique et de capacité critique en matière éthique et « constitutionnelle26 ».

  • 27 Dans l’historiographie moderne, plusieurs lectures de poids autorisent une telle interprétation du (...)

23Il convient en outre de problématiser la thèse principale de la pensée de Weisberg, telle qu’elle est énoncée dans les premières pages de The Failure of the Word. Dire que la loi est toujours neutre et impersonnelle est une assertion qui mérite de plus amples approfondissements. À cela on peut répondre, par exemple, que la loi peut être, et qu’elle a été dans l’histoire, l’instrument des intérêts d’une classe sociale. On pourrait même dire, en appliquant les théories de Weisberg, que le Code Napoléon lui-même fut le fruit du ressentiment d’une classe, la bourgeoisie : celle-ci n’était plus disposée à s’inscrire dans un système juridique accusé de légitimer les privilèges et de se modeler sur les exigences de la noblesse et du clergé, et elle était prête à utiliser l’instrument législatif pour sauvegarder ses propres intérêts27.

  • 28 Pour une analyse de ces thèmes, voir P. Grossi,L’Ordine giuridico medievale, Rome-Bari, Laterza, 20 (...)

24Ce n’est pas tout. Le caractère absolu du principe de l’intangibilité du texte législatif, considéré comme neutre par rapport aux passions et aux intérêts des individus ou des groupes, de même que la nécessité de son corollaire, c’est-à-dire l’idée que l’interprétation d’un texte législatif constitue systématiquement une atteinte à cette impersonnalité, se révèlent particulièrement fragiles une fois soumis à la comparaison historique. Pour l’historien du droit européen, le thème du rapport entre texte écrit et interprétation renvoie inéluctablement aux caractères distinctifs de l’ordre juridique médiéval. En effet, la totalité de l’expérience juridique médiévale s’est constituée en l’absence d’un texte normatif apte à réguler effectivement la société, et c’est l’ensemble de la doctrine qui a suppléé cette lacune. Des siècles durant, le droit commun s’est fondé sur l’interpretatio que la science juridique effectuait sur un texte romain tardif (le Corpus iuris civilis de l’empereur Justinien28) ; c’est cette activité interprétative qui a rendu possible l’adaptation de normes inadéquates à une société et à une culture fatalement différentes et éloignées de la société romaine qui engendra le Corpus. Loin de s’épuiser dans une tâche purement exégétique et récognitive, l’œuvre des juristes du bas Moyen Âge fut essentiellement une œuvre de création, qui avait bien pour fondement le droit romain, mais dont l’objectif était de trouver des règles et des solutions juridiques adaptées à la dynamique sociale de leur temps. Ce fut, en d’autres termes, une œuvre de « mise à jour » perpétuelle d’un texte historiquement daté. Le spécialiste du droit est par définition appelé à agir entre un texte écrit et les nécessités qui émergent de son application quotidienne. Ce qui caractérise toute une époque de l’histoire du droit européen, c’est l’importance du rôle de médiation entre le texte et la réalité sociale, accompli d’abord par la science juridique puis, ensuite, par la jurisprudence élaborée par les juges des grands tribunaux d’Ancien Régime.

  • 29 Pour une critique de la soumission de la science juridique du xixe et du xxe siècle à l’égard de la (...)
  • 30 Pour un tableau comparatif des lois raciales de l’époque en Europe, voir le volume collectif Antise (...)

25C’est précisément à partir de la codification française que, dans la culture juridique continentale, fut promue et encouragée une attitude de soumission au texte législatif29 – et avant tout à l’égard du code –, et tel est bien l’arrière-plan culturel de l’histoire de la législation raciale de Vichy (mais aussi des lois raciales en Italie et ailleurs en Europe30). Aux yeux d’une grande partie de la communauté des juristes de l’époque de Vichy, c’est même la légitimité formelle de ces lois abominables et leur caractère législatif qui constituaient un obstacle rendant difficile leur critique substantielle. En tout état de cause, pour qu’il soit possible de les contourner, il fallait passer par l’étape de l’interprétation.

  • 31 On trouve bien d’autres exemples à la même époque : pour l’Italie, le nom qui vient immédiatement à (...)

26Formés pour la plupart d’entre eux audébut du siècle et dans une tradition libérale, les juristes de l’époque de Vichy continuaient à subir les effets du préjugé moderne selon lequel ils devaient appliquer la loi ; il s’agissait certes de l’appliquer de façon sérieuse, savante, cultivée et équilibrée, mais il s’agissait toujours d’appliquer la loi. L’héritage de l’époque de la codification française – et plus largement européenne – ne se résumait pas à la constitution et à l’affirmation du tripleprincipe « liberté, égalité, fraternité » ; il était aussi constitué – et c’est encore souvent le cas aujourd’hui – par l’idée légaliste de la soumission du juge à la volonté du législateur, une idée résumée par le brocard de Montesquieu qui voyait dans le juge « la bouche qui prononce les paroles de la loi31 ».

Haut de page

Notes

1 Afin de donner une image rapide du colloque, nous reportons ci-dessous les titres des différentes communications : R. H. Weisberg, « Lecture »(introduction) ; M. Pedrazza Gorlero, « Macbeth o l’acquisizione del dominio » ; J.-P. Pittion, « The “Case of Tanistry”. Land, Rhetoric and Ideology in Le Premier Report of Sir John Davies (1615) » ; G. Restivo, « Avere e non avere in Shakespeare : questioni patrimoniali in As you like it » ; D. Carpi, « Persona e proprietà in A chaste Maid in Cheapside di Thomas Middleton » ; L. Avellini, « Patrimonio ed eredità nella novellistica rinascimentale italiana dalle Porretane di Arienti alle Novelle del Bandello » ; G. Cazals, « From Law to Literature : Guillaume de la Perriere’s Intellectual Path » ; R. Cave, « Patrilineal Law. Subversion or Endorsement in the Plays by Jonson and Brome ? » ; I. Mastrorosa, « Diritto patrimoniale e intrecci comici in Plauto : riflessi umanistico-rinascimentali » ; A. Gearey, « Judgement, Possession and the Law : Renaissance Figures in the Cantos of Ezra Pound » ; I. Ward, « Shakespeare’s Fathers » ; P. Cappellini, « Sinopie del giuridico nel Cinquecento letterario » ; M. Cavina, « “Animale ragionevole per partecipazione”. Immagini del rapporto erile dall’Ariosto al Tasso » ; G. Rossi, « “De l’affection des pères aux enfants” : legami affettivi e vincoli giuridici in Montaigne, Essais, II, 8 ». Le colloque a été organisé par deux professeurs de l’université de Vérone : Daniela Carpi, spécialiste de littérature anglaise, a dirigé l’édition du volume Shakespeare and the Law, Ravenne, Longo, 2003, et est chargée de l’édition des actes du colloque de Vérone ; et Giovanni Rossi, historien du droit et auteur de plusieurs textes interdisciplinaires (voir par exemple son article « Rhetorical Role Models for xvith to xviiith Century Lawyers », dans Quintilian and the Law. The Art of Persuasion in Law and Politics, O. Tellegen-Couperus éd., Louvain, Leuven University Press, 2003, p. 81-94). Giovanni Rossi prépare pour les éditions Cedam un volume collectif sur le rapport entre droit et littérature au début de l’âge moderne, qui aura pour titre : Il Diritto nella letteratura rinascimentale europea. Percorsi di ricerca interdisciplinari.

2 Pour une présentation des différentes recherches menées dans le cadre de ce mouvement, voir l’introduction de ce numéro, p. 7-12. Voir aussi A. Sansone, Diritto e letteratura. Un’introduzione generale, Milan, Giuffrè, 2001, p. 73 sqq. On peut rappeler à ce propos un article de I. Ward présentant les deux branches du Law and Literature Movement lorsque, en 1994, il entendait ouvrir les portes du mouvement à la culture juridique anglaise : après avoir souligné la fonction purement descriptive de cette distinction, il observait que le droit comme littérature « essentially advocates the application of techniques more familiar in the fields of literary theory and criticism to the exercise of legal textual interpretation. In other words it makes the claim that all legal texts are pieces of literature and must be understood and used as such. Law in literature correspondingly advocates the use of literary texts and narrative fiction as a supplement to the more obviously “legal” texts, to better facilitate jurisprudencial discourse and understanding », I. Ward, « From Literature to Ethics. The Strategies and Ambitions of Law and Literature », Oxford Journal of Legal Studies, 14, 1994, p. 389-400: 389-390.

3 Jusqu’à présent, d’un point de vue historique, le potentiel heuristique du binôme droit et littérature a principalement été exploité dans deux domaines : le droit attique et, plus généralement, le droit grec d’une part ; le système de la common law, du début de l’âge moderne jusqu’au xixe siècle, d’autre part (voir A. Sansone, Diritto e letteratura, op. cit., p. 112-115). Au cours du colloque de Vérone, au contraire, le système du ius commune tardif (xve-xviie siècle) a aussi fait l’objet de cette réflexion interdisciplinaire (voir dans ce sens les communications de L. Avellini, I. Mastrorosa, P. Cappellini, M. Cavina et G. Rossi). Mais on trouve déjà quelques études dans l’historiographie juridique du xxe siècle, parmi lesquelles il faut en particulier rappeler l’article méthodologique que Ferruccio Pergolesi publia en 1927 (F. Pergolesi, « Il diritto nella letteratura », Archivio giuridico, 4e série, XIII (XCVII pour la série complète), 1927, p. 61-104). Sa méthode a rapidement été reprise par les historiens du droit civil et du droit canonique de l’époque. On peut citer à ce propos : C. A. Jemolo, « Contributi alla storia del Concilio di Trento e della Controriforma », Quaderni di « Belfagor », I, 1948, p. 45-50 (réflexion menée à partir d’une nouvelle de Matteo Bandello) ; A. Marongiu, « Il momento conclusivo del matrimonio nella nostra novellistica tre-cinquecentesca », dans Studi in onore di Vincenzo Del Giudice, Milan, Giuffrè, 1953, vol. II, p. 55-100 (dont les premières pages défendent le choix de faire de la nouvelle une source de l’analyse).

4 Pour une explicitation de cette prise de conscience, voir par exemple C. Biet, « L’empire du droit, les jeux de la littérature », Europe, 80e année, 876, avril 2002, p. 7-22 : 10-11. Tout le numéro de la revue est consacré à Droit et littérature.

5 En particulier les nouvelles V et VIII des Porretane et, pour Matteo Bandello, la nouvelle XXV de la Seconda parte de le Novelle, la nouvelle I de la Terza parte et la nouvelle V de la Quarta parte.

6 G. Restivo a fait explicitement référence aux études de l’historien Lawrence Stone sur les transformations sociales déterminantes de l’Angleterre à l’époque de Shakespeare – des études qui sont encore rarement prises en compte dans l’interprétation des œuvres de Shakespeare. Voir surtout L. Stone, Famiglia, sesso e matrimonio in Inghilterra tra Cinque e Ottocento, Turin, Einaudi, 1983etId., Broken Lives : Separation and Divorce in England 1660-1857, Oxford, Oxford University Press, 1993.

7 Les arrêts et les reports sont de courts résumés de cas portés devant des tribunaux, dont on pense qu’ils méritent d’être conservés en tant que témoignages d’une solution juridique déterminée.

8 Après que Nicolas de Cues découvrit à la bibliothèque de Cologne un manuscrit contenant seize comédies de Plaute, le dramaturge latin connut un succès durable à la Renaissance. Ida Mastrorosa analyse en particulier l’adaptation de Giovanni Maria Cecchi, datant de la moitié du xvie siècle, et trois comédies remontant à la fin du xve siècle : l’Epirota de Tommaso Mezzo, la Stephanium de Giovanni Armonio Marso, la Dolotechne de Bartolomeo Zamberti, ainsi que l’Aetheria (anonyme).

9 Voir à ce propos F. Pergolesi, « Il diritto nella letteratura », art. cité, p. 65.

10 Pour quelques exemples, voir dans ce numéro l’article de Giuliano Marchetto, concernant le juriste du xvie siècle Giovanni Nevizzano d’Asti : G. Marchetto, « Luoghi letterari e argomentazione giuridica nella Sylva nuptialis di Giovanni Nevizzano d’Asti (1518) », supra, p. 85-104.

11 À titre d’exemple, on peut ajouter que dans sa glose Accurse se montre très ouvert à l’utilisation de la littérature dans une logique juridique. Sous le titre De emptione et venditione des Institutions de Justinien (Inst. III., 24 [23]. 1 ; le passage est tiré de D. 18. 1. 1), un passage de l’Iliade (VII, in fine) sert à montrer la justesse d’une thèse juridique. Lorsqu’il glose ce passage, Accurse s’empresse de souligner l’importance d’une intégration de la littérature et de la philosophie dans la norme, en affirmant que les auctoritates authorum et philosophorum doivent elles aussi être alléguées (tout en ajoutant qu’elles sont parfois contestables et erronées, comme dans ce cas précis) : voir gl. Poeta Homero, ibidem.Mais le phénomène devient beaucoup plus marqué au xvie siècle, avec l’humanisme juridique qui intègre dans le droit l’analyse historiographique, la science philologique et les lettres en général.

12 Il n’est pas inutile de rappeler que l’auteur du recueil de nouvelles Le Sei Giornate (1567) fut un membre du Conseil des Dix de Venise.

13 Paolo Cappellini a donc utilisé un genre littéraire spécifiquement juridique dans une optique comparative, pour l’analyse textuelle d’une œuvre littéraire : c’est là un renversement de la perspective traditionnelle, qui démontre une fois de plus toute la fécondité du mariage entre droit et littérature.

14 Outre la « Lecture » de Richard H. Weisberg, nous faisons allusion aux communications d’Adam Gearey et de Maurizio Pedrazza Gorlero.

15 R. H. Weisberg, The Failure of the Word. The Lawyer as Protagonist in Modern Fiction, New Haven-Londres, Yale University Press, 1984, p. x (trad. it. d’A. Fabbri, sous le titre Il Fallimento della parola. Figure della legge nella narrativa moderna, Bologne, Il Mulino, 1990, avec une préface de G. Saviane).

16 Richard H. Weisberg, comme le philosophe allemand, utilise le terme français « ressentiment ». Voici la définition qu’il donne: « Ressentiment, unlike hatred, which can be resolved in a single decision or gesture, is a full-blown intellectual malaise, inclined to take institutional and formal, rather than personal and spontaneous, revenge. It emerges only subtly and gradually from an unresolved sense of insult », ibid., p. 19. Sur ce concept et ses implications dans les domaines juridique et moral, voir en particulier F. Nietzsche, Genealogia della morale, dans Genealogia della morale. Scelta di frammenti postumi (1886-1887), trad. it. de F. Masini et S. Giametta, G. Colli et M. Montinari éd., Milan, Mondadori, 1979, cap. ii, aphorisme 11, p. 57-59 (éd. originale : Zur Genealogie der Moral, dans Werke, Berlin, 1968, vol. VI).

17 M. Scheler, Il Risentimento nella edificazione delle morali, éd. et trad. d’A. Pupi, Milan, 1975 (éd. originale : Das Ressentiment im Aufbau der Moralen).

18 Pour une synthèse générale sur les lois raciales en France, voir R. H. Weisberg,Vichy Law and the Holocaust in France, Amsterdam, Harwood Academic Publishers (Studies in Antisemitism, 3), 1996, p. 37 sqq. ; R. Poznanski, « Dall’antisemitismo popolare all’antisemitismo di Stato : la legislazione antiebraica di Vichy », dans Antisemitismo in Europa negli anni trenta. Legislazioni a confronto, A. Capelli et R. Broggini dir.,Milan, Franco Angeli, 2001, p. 25-40.

19 Richard H. Weisberg cite le cas le plus évident, celui de Joseph Haenning, avocat de Paris qui publia un traité définissant le Juif (R. H. Weisberg, The Failure of the Word, op. cit., append. :« What Means of Proof Can the Jew of Mixed Blood Offer to Establish His Nonaffiliation with the Jewish Race »).

20 « The Vichy hermeneutics ran as follows: French lawyers managed to interpret the still extant constitutional principles of their training flexibly, i.e., in a manner permitting relatively open-ended understandings of once-ensconced concepts such as “equality”; at the same time, they brought to the new statutory texts a rigorous, low-level technical precision that inhibited them from making liberal legal arguments extending protection to thousands of additional people », R. H. Weisberg,Vichy Law and the Holocaust in France, op. cit., p. 389 (le passage est souligné dans le texte).

21 Dans sa communication de Vérone, Weisberg a présenté l’Évangile selon saint Jean comme le paradigme d’une interprétation partiale : l’intention spécifique de cet évangile fut de relire les textes de l’Ancien Testament à la lumière du christianisme, cherchant dans ces derniers la prédiction et l’annonce de l’histoire de Jésus-Christ.

22 « Catholic reading strategies assisted Vichy […] not only morally and pragmatically in affirming its program but even more integrally in providing a way to effectuate the program on every level of legalistic practice », R. H. Weisberg,Vichy Law and the Holocaust in France, op. cit., p. 429 (voir aussi p. 386-390).

23 R. H. Weisberg, The Failure of the Word, op. cit., p. 18.

24 Parmi les théoriciens américains qui se prononcent en faveur de l’interprétation, il faut citer James Boyd White, Stanley Fish et le philosophe Ronald Dworkin.

25 Voir I. Ward, « From Literature to Ethics. The Strategies and Ambitions of Law and Literature », art. cité, p. 389-394 ; sur le débat que cela a provoqué au sein du Law and Literature Movement, voir A. Sansone, Diritto e Letteratura, op. cit., p. 79-83.

26 Richard H. Weisberg n’attribue qu’un rôle secondaire aux lectures qui soulignent l’influence du positivisme français sur le milieu juridique de l’époque de Vichy. En effet, comme on a pu le voir, il attribue aux doctrines chrétiennes un rôle premier et décisif dans l’acceptation des lois raciales par la communauté juridique (R. H. Weisberg, Vichy Law and the Holocaust in France, op. cit., p. 390-399). Ce positivisme juridique est un phénomène que le milieu et la culture juridiques américaines de l’époque ne connurent presque pas, alors qu’il joua un rôle important et durable en Europe.

27 Dans l’historiographie moderne, plusieurs lectures de poids autorisent une telle interprétation du phénomène de la codification à la fin du xviiie siècle. Voir à ce propos P. Caroni, Saggi sulla storia della codificazione, Milan, Giuffrè (Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, 51), 1998, p. 22-37. Voir aussi G. Tarello, Storia della cultura giuridica moderna, I : Assolutismo e codificazione del diritto, Bologne, Il Mulino, 1976, p. 35-41 ; G. Cazzetta, « Critiche sociali al codice e crisi del modello ottocentesco di unità del diritto », dans Codici. Una riflessione di fine millennio, Actes des journées d’études de Florence (26-28 octobre 2000), P. Cappelliniet B. Sordi dir., Milan, Giuffrè (Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, 61), 2002, p. 309-348.

28 Pour une analyse de ces thèmes, voir P. Grossi,L’Ordine giuridico medievale, Rome-Bari, Laterza, 20006, en particulier la 2e partie, et A. Padoa-Schioppa, Italia ed Europa nella storia del diritto, Bologne, Il Mulino, 2003, p. 123-208 (sur le rapport entre exégèse biblique et interprétation : p. 182-188). Voir aussi E. Cortese, La Norma giuridica : spunti teorici nel diritto comune classico, Milan, Giuffrè, 1962, vol. I, p. 305 sqq. ; M. Sbriccoli, L’Interpretazione dello statuto.Contributo allo studio della funzione dei giuristi nell’età comunale, Milan, Giuffrè, 1969 ; U. Santarelli, L’Esperienza giuridica basso-medievale. Lezioni introduttive, Turin, Giappichelli, 1991, p. 121-144.

29 Pour une critique de la soumission de la science juridique du xixe et du xxe siècle à l’égard de la loi, et plus généralement pour une critique du monisme normatif qui caractérise la modernité, notamment à travers une mise en relief des juristes qui surent s’en libérer, voir les travaux récents de P. Grossi : Assolutismo giuridico e diritto privato, Milan, Giuffrè (Quaderni fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, 52), 1998 ; Id., Scienza giuridica italiana : un profilo storico (1860-1950), Milan, Giuffrè, 2000 ; Id., Mitologie giuridiche della modernità, Milan, Giuffrè, 2001 ; Id., Prima lezione di diritto, Rome-Bari, Laterza, 2003.

30 Pour un tableau comparatif des lois raciales de l’époque en Europe, voir le volume collectif Antisemitismo in Europa negli anni trenta. Legislazioni a confronto, op. cit.

31 On trouve bien d’autres exemples à la même époque : pour l’Italie, le nom qui vient immédiatement à l’esprit est celui du grand juriste Piero Calamandrei, symbole à la fois d’une grande compétence technique et d’un légalisme tout aussi profond. À cet égard, on a peut-être un témoignage encore plus significatif en la personne d’Alessandro Galante Garrone, un juriste piémontais qui vécut la résistance à la fois comme magistrat et comme résistant. Dans un article de 1986, jugeant l’action de la magistrature sous le régime fasciste et à l’époque de la république de Salò, il ressent le besoin de souligner de façon réitérée les limites du périmètre d’action des juges : « Non competeva ai giudici ([…] in quanto tali) introdurre una nuova legalità. I loro orizzonti, allora come sempre, erano segnati dalle leggi esistenti, non dalle leggi della città futura», A. Galante Garrone, « La magistratura italiana fra fascismo e resistenza », Nuova Antologia. Rivista trimestrale di lettere, scienze ed arti, année 121, vol. DLVI, fasc. 2159, juillet-septembre 1986, p. 79-93 : 91. Un peu plus tôt, en citant et en faisant siens des mots de Piero Calamandrei, Alessandro Galante Garrone affirme : « Gli orizzonti dei giudici sono segnati dalle leggi. La funzione che la nostra società assegna alla giustizia è spesso quella di conservare le ingiustizie consacrate nei codici. » À quarante ans de distance, le principe de légalité semble encore dominer l’esprit de ce juriste. Et il ne s’agit pas seulement pour lui de rappeler l’importance de ce principe pour la bonne compréhension du contexte de l’époque : il s’agit avant tout d’une affirmation à valeur absolue et éternelle, qui enferme le magistrat dans l’enceinte tracée par la loi. Ces mots sont le symptôme d’une conception qui accorde une suprématie absolue à la source législative, une conception qui a été dominante dans toute l’Europe continentale, et qui est encore latente aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Marchisello, « Un patrimoine culturel partagé : mots, discours, interprétations entre droit et littérature », Laboratoire italien [En ligne], 5 | 2005, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/433 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.433

Haut de page

Auteur

Andrea Marchisello

Andrea Marchiselloprépare une thèse de doctorat en histoire du droit médiéval et moderne consacrée à la procédure sommaire aux xive et xve siècles (université de Milan). Il est titulaire d’une allocation de recherches auprès de l’université de Vérone, pour un projet consacré au juriste du xve siècle Bartolomeo Cipolla. Il mène par ailleurs une recherche sur l’activité juridique – judiciaire et didactique – de Carlantonio Pilati (1733-1802). Il a publié plusieurs articles sur l’histoire du droit matrimonial postérieur au Concile de Trente et sur le délit d’adultère dans l’œuvre du juriste Prospero Farinacci (1544-1618).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page