Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Colloques

Le procès de Paolo Orgiano : lectures historiques, juridiques, littéraires

Stefania Stoffella and Charlotte Winckler
p. 165-170
Bibliographical reference

Il Processo a Paolo Orgiano (1605-1607), Claudio Povolo éd., avec la collaboration de Claudia Andreato, Valentina Cesco et Michelangelo Marcarelli, Rome, Viella (Fonti per la storia della Terraferma veneta, 19), 2003, lxxviii-710 p., 6 ill., 70 €.

Editor's notes

Ouvrage présenté à l’Istituto storico italo-germanico de Trente le 6 avril 2004, lors d’une journée d’études organisée par le Centro per gli studi storici italo-germanici et le Dipartimento di scienze giuridiche de l’université de Trente, sous la direction de Giorgio Cracco et Diego Quaglioni (interventions de Claudio Povolo, Luca Mannori, Carlo Ossola, Alessandro Fontana et Mario Sbriccoli).

Full text

1« Non vi ho mai sapputo imaginare alcuna legitima causa della mia retensione in disnove mesi che vi ho pensato nelle pregioni. » L’étonnement qu’exprime Paolo Orgiano dans cet extrait de son procès pour tyrannie, publié par Claudio Povolo dans le bel ouvrage Il Processo a Paolo Orgiano (p. 273) pose avec une vigueur nouvelle la question juridique du lien existant entre le témoignage et la vérité. Le livre de Povolo a été présenté le 6avril 2004 à Trente, à l’Istituto storico italo-germanico, au cours d’une journée d’études coordonnée par Giorgio Cracco et Diego Quaglioni, avec la participation et les interventions de Claudio Povolo, Luca Mannori, Carlo Ossola, Alessandro Fontana et Mario Sbriccoli, malheureusement absent, mais dont la contribution sera prochainement publiée dans un volume regroupant les différentes interventions. La rencontre tridentine a été l’occasion de confronter diverses lectures – historiques, juridiques et littéraires – d’une même source procédurale, qui est par sa nature même apte à donner la parole à ces « humbles », rarement présents dans les autres types de documents.

2Le procès de Paolo Orgiano est d’autant plus intéressant que, suivant l’hypothèse de Claudio Povolo, en l’état actuel des recherches, il semble plausible qu’Alessandro Manzoni se soit inspiré de ce procès lorsqu’il a écrit les Promessi Sposi. Il s’agit par ailleurs d’une source unique, d’un processus qui compte parmi les rares rescapés des archives du Conseil des Dix de Venise. Le procès s’ouvre en 1605 par une supplique comportant quarante-quatre chefs d’accusation, présentée par la communauté d’Orgiano aux recteurs de Vicence. La communauté accuse Paolo Orgiano, le « seigneur local », d’avoir commis des actes tyranniques. De cette accusation naît un procès conduit suivant le rituel spécifique du Conseil des Dix, et donc avec un caractère inquisitoire très marqué. Le procès se conclut en 1607 avec la condamnation de Paolo Orgiano à la prison à vie.

3Ce sont les caractéristiques spécifiques de ce procès que Diego Quaglioni a tenu à souligner. Les actes qui le composent constituent une source précieuse pour le juriste : on y trouve des éléments particulièrement utiles à la compréhension des questions liées à l’histoire des idées. Les documents présentés dans la contribution de Povolo offrent par ailleurs l’occasion d’étudier d’importantes questions liées à l’histoire du procès, de la procédure et des institutions politiques, notamment celles proprement vénitiennes des relations entre Venise et la Terre ferme.

4Le procès de Paolo Orgiano se caractérise en premier lieu par l’importance du secret. La dimension publique est totalement occultée, comme souvent dans les procès de type inquisitoire. On remarque également que les avocats sont absents lors des interrogatoires, que la torture est utilisée tant comme un instrument inquisitoire que comme caution pour l’accusé : plus il résiste à la torture, plus son propos est considéré comme véridique. Une autre des caractéristiques des procès de l’inquisition est l’importance probatoire accordée au témoignage : de ce point de vue, l’affaire Orgiano peut être perçue comme une dérogation importante aux règles inquisitoires qui lient la valeur du témoignage à la position sociale de celui qui le formule. Les témoignages des membres des classes les plus humbles ont ainsi une valeur bien moindre. Or, dans le cadre de l’affaire Orgiano, les humbles bénéficient d’un vaste espace d’expression. De ceci résulte une première considération : cette dérogation peut se justifier en raison de l’objectif politique qui prime ici sur tous les autres. Le procès d’Orgiano, en effet, contribue à déterminer et légitimer un pouvoir politique ; pour cette raison, il est indispensable de réaliser le principe juridique ne crimina maneant impunita.

5Povolo publie intégralement ces actes et présente également les procès verbaux, documents précieux qui consignent et livrent les paroles de l’« accusé impénitent », des juges et, de façon surprenante, des témoins. De ce point de vue, Diego Quaglioni a souligné l’intensité des implications littéraires et la densité narrative de cette source procédurale, en observant en particulier l’importance donnée aux dépositions de témoins provenant des couches les plus humbles de la société et donc, en tant que tels, peu dignes de confiance selon la doctrine du jus commune. Cette dérogation à la règle du procès est attribuable au fait que le crime commis est un crime de tyrannie, et donc susceptible de voir son auteur accusé de crimen lesae maiestatis.

6Dans son intervention (« Il Processo nella storia »), Claudio Povolo a tenu, dès le début de la journée d’études, à souligner le rôle essentiel de la méthode de travail et de recherche appliquée par ses élèves et par lui-même. Prenant appui sur les considérations de Diego Quaglioni au sujet de la question historiographique, toujours ouverte, sur la possibilité de considérer les documents du procès Orgiano comme une des sources possibles de Manzoni, Claudio Povolo a illustré le parcours qui, comme il l’a observé, a conduit « par hasard » successivement à la publication du livre et à la formulation de cette hypothèse. Pour cette raison l’importance du choix méthodologique apparaît notamment dans le travail effectué afin d’établir d’éventuels liens avec le Fermo e Lucia de Manzoni. Claudio Povolo s’est efforcé de partir du texte de Manzoni pour déceler des éléments communs avec le procès de Paolo Orgiano et tenter ensuite de voir si les éléments communs étaient de simples coïncidences ou des références précises : il est ainsi apparu que plus de quatre-vingts pour cent de la structure narrative de Fermo e Lucia pouvait être retrouvée dans le Procès. Mais, de manière plus surprenante, on constate de nombreuses similarités lexicales entre les témoignages consignés dans les actes et les pages de Fermo e Lucia, comme si le langage même de Manzoni était imprégné du texte du procès. Cette supposition est encore confirmée par une donnée curieuse qui offre une hypothèse expliquant la façon dont cette documentation, soigneusement conservée, a pu sortir des archives et être consultée par Manzoni : Povolo a expliqué qu’à l’époque où Manzoni rédigeait Fermo e Lucia (à partir de 1813), il était également très lié avec un élève de Cesare Beccaria, Agostino Carli Rubbi. Or ce dernier jouissait, on le sait, d’une certaine autonomie dans la gestion des fascicules de l’Archivio di Stato de Venise.

7Dans son intervention, Claudio Povolo a soigneusement décrit la composition des documents relatifs au procès de Paolo Orgiano. Il a rappelé que le fascicule inquisitoire, particulièrement riche, est composé de deux parties : la première regroupe les témoignages sur les faits survenus entre 1602 et 1605, tandis que la seconde comprend ce qui, davantage qu’une défense, semble être, à tous égards, une sorte de « justification », présentée non seulement par l’incriminé, mais par toute la classe nobiliaire d’Orgiano qui se considère « victime » d’une sorte de révolte organisée contre elle par un moine. De ce point de vue, un autre aspect spécifique de ce procès a été souligné : l’accusé, au lieu de se faire représenter par un avocat, choisit de recourir à un système d’autodéfense.

8Reprenant les observations de Diego Quaglioni, Claudio Povolo a souligné qu’il faut également rappeler l’importance de ces actes du procès pour l’histoire des structures du système inquisitoire et de la société vénitienne de l’époque. La multitude de documents réunis dans ce fascicule, la diversité des témoignages entendus apportent de nombreuses informations sur le caractère spécifique du rituel inquisitoire vénitien. Par ailleurs, les divers témoignages précieusement consignés, parce qu’ils émanent de sources provenant de tous les niveaux de la société, mettent parfaitement en valeur les réalités sociales nouvelles qui sont à l’origine de l’ouverture du procès.

9Luca Mannori (« Il Processo come documento giudiziario ») a posé le problème historico-institutionnel des relations existant entre Venise et la Terre ferme, et donc entre le droit vénitien et le jus commune dans les villes et communautés sous domination vénitienne. Pour Mannori, il est important de comprendre le changement dont est issu un pouvoir « nouveau », distinct de la tradition, fondé non plus sur le groupe social auquel appartient Paolo Orgiano, mais sur un groupe social nouveau de meglio stanti, groupe qui s’exprime dans la supplique par laquelle s’ouvre le procès, et qui est alors en train de prendre possession des bourgs de la Terre ferme au détriment de l’ancienne noblesse locale. On est à l’origine d’une évolution de l’ordre social. La multiplication progressive de propriétés vénitiennes sur la Terre ferme doit être évaluée, suivant Luca Mannori, comme un indice clair d’une pénétration de l’oligarchie vénitienne. Cette constatation, associée à d’autres éléments émergeant du procès, prouverait l’existence d’une sorte de « déclic », de « bond en avant » sur le plan de la conception du pouvoir. Parmi les autres facteurs mis en évidence dans le document, Luca Mannori a en outre rappelé qu’on trouve l’expression de valeurs nouvelles qui se substituent aux anciens « équilibres » hiérarchiques alors devenus instables. Cela expliquerait, suivant une hypothèse formulée par Luca Mannori, la stupeur de Paolo Orgiano confronté à une réalité nouvelle, et donc incompréhensible pour lui. Il s’agit d’une situation dans laquelle une « nouvelle éthique sociale » acquiert un rôle de premier plan : elle donne lieu à une nouvelle alliance « constitutionnelle » reliant les sujets, l’augmentation de la capacité d’intimidation et la reconnaissance de droits n’existant pas auparavant, comme dans le cas de l’honneur.

10Luca Mannori, qui a développé sa réflexion autour de la comparaison historique entre le gouvernement de Venise à l’époque du procès et le gouvernement des autres États contemporains – soulignant ainsi de nombreuses différences – a par ailleurs formulé une autre observation portant sur la dimension politique du procès : si on reçoit favorablement l’hypothèse selon laquelle Manzoni a véritablement lu et utilisé cette source, il est légitime de se demander quelles sont les raisons qui l’ont poussé à exclure entièrement l’État du roman. Le choix de Manzoni d’ôter tout pouvoir à l’État est donc significatif. En lisant le procès de Paolo Orgiano, on constate que l’État a au contraire un rôle fondamental et qu’il est très présent sur tout le territoire. C’est de là que dérive l’importance des actes du procès pour l’histoire de l’État et de « l’étatisation ».

11Dans son intervention (« Il Processo nella letteratura »), Carlo Ossola s’est interrogé sur le rapport entre littérature et vérité dans l’œuvre de Manzoni. Pour comprendre la complexité de ce rapport, il convient tout d’abord de rappeler qu’à l’époque de Manzoni, les relations entre droit et littérature sont très différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui, puisqu’elles se développent, du moins dans les milieux intellectuels, sous l’égide de la vision de Vico qui voit une origine commune au poète et au législateur. Il s’agit en effet pour Manzoni dans sa poétique telle qu’il la définit à partir de l’Adelchi, de parvenir à l’expression de ce qu’il considère être la « vérité littéraire » : le rôle de la littérature est de créer un espace d’expression pour les voix des umili, protagonistes de l’Histoire trop souvent passés sous silence. La seule objectivité possible en littérature est celle qui naît de l’expression, presque directe, de ces groupes sociaux opprimés au long de l’Histoire et qui pourtant constituent la vraie nature de la nation italienne.

12Dans cette perspective, comme l’a rappelé Carlo Ossola, les actes recueillis dans le procès –puisqu’ils sont en grande partie composés des témoignages des « humbles » membres de la communauté d’Orgiano– sont précisément porteurs de cette conscience du vécu, véritable voix de l’Histoire. Il semble alors que ce procès, qui donne la parole à ceux qui sont rarement entendus et qui sont pourtant les vrais protagonistes de l’Histoire, puisse constituer le lieu même de l’inspiration manzonienne et la synthèse de ses interrogations sur les relations existant entre le texte et la réalité historique.

13Alessandro Fontana a souligné l’étroit lien existant entre droit et littérature en indiquant de nouveaux « parcours de recherche » et en rappelant la nécessité de rendre la littérature à sa fonction principale : l’« universalisation », prise dans le sens d’une abstraction faite des cas particuliers. De ce point de vue, Alessandro Fontana a souhaité que la littérature puisse « universaliser » le cas précis, qui n’est plus pris en considération. Il a par ailleurs indiqué le problème de la « distorsion » qui concerne le rapport entre vérité et fiction, entre le droit, auquel est attribué une nature « passive », et la littérature qui a un caractère « actif ». En affirmant que l’hypothèse formulée par Claudio Povolo sur l’emploi par Manzoni des sources du procès Orgiano dans Fermo e Lucia est recevable, Alessandro Fontana a expliqué que la « distorsion » tient au fait que Manzoni lit les documents sans les « contextualiser ».

14Tout en soulignant les caractères principaux de la pensée de Manzoni, pour lequel la responsabilité morale individuelle fait écho au caractère « rédempteur » de l’Église, Alessandro Fontana a poursuivi son analyse en indiquant que l’on peut retrouver dans le procès Orgiano un « désordre de la structure sociale », élément qui caractérise la pensée de Manzoni. Il a par ailleurs mi en évidence le fait qu’il s’agit d’une source qui témoigne d’un point de rencontre entre le droit et la littérature, et à ce propos il a rappelé les difficultés et les complexités de cette question.

15Les réflexions d’Alessandro Fontana ont aussi porté sur d’autres points importants tels que les problèmes de l’exercice du pouvoir et des relations liant gouvernants et gouvernés. En réfléchissant sur les fonctions de la littérature et du droit, déjà présents dans l’Antiquité dans le théâtre grec, en passant par le souvenir de la Glose, de la production littéraire des xviie et xviiie siècles pour arriver aux études sur la personnalité du coupable et à la question de la « déresponsabilisation » du criminel, Alessandro Fontana a indiqué des « clefs de lecture » pour évaluer le lien – aujourd’hui rompu – entre le droit et la littérature, qui a caractérisé une longue tradition culturelle européenne.

16La lecture du procès de Paolo Orgiano conduit inévitablement à interroger le rapport entre droit et littérature. Les interventions présentées à Trente et le vif débat qui a suivi invitent à réfléchir sur de nombreux problèmes de nature diverse, parmi lesquels on trouve celui de la vérité et du témoignage, crucial pour le juge qui dans la formation du jugement ne peut se passer des témoignages pour reconstruire une vérité judiciaire. Il reste donc à souhaiter que l’on puisse à nouveau s’interroger sur des sujets délicats et complexes qui reconduisent à la question essentielle des relations existant entre droit et littérature.

Top of page

References

Electronic reference

Stefania Stoffella and Charlotte Winckler, « Le procès de Paolo Orgiano : lectures historiques, juridiques, littéraires », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/435 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.435

Top of page

About the authors

Stefania Stoffella

Stefania Stoffellaest docteur en histoire de la pensée politique européenne moderne et contemporaine (université de Pérouse). Boursière à l’École normale supérieure lettres et sciences humaines de Lyon, elle collabore actuellement avec la faculté de droit de l’université de Trente. Elle prépare la publication de sa thèse de doctorat intitulée Una teoria della libertà : il pensiero politico di Clemente Baroni (1726-1796), qui est consacrée en particulier à la circulation des idées de droit naturel moderne au xviiie siècle dans la pensée juridique et politique européenne. Elle collabore à la revue Il Pensiero politico et elle a publié : « Assolutismo e diritto naturale in Italia nel Settecento » (Annali dell’Istituto storico italo-germanico in Trento, XXVI, 2000), « Il diritto di resistenza nel Settecento italiano. Documenti per la storia della traduzione del De iure naturae et gentium di Pufendorf » (Laboratoire italien. Politique et société, 2, 2001).

By this author

Charlotte Winckler

Charlotte Wincklerest élève à l’École normale supérieure lettres et sciences humaines de Lyon. Elle prépare un DEA en langue et littérature italiennes portant sur l’utilisation de Dante par Bartolo da Sassoferrato (université de Paris VIII).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page