Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Denis Fachard. Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina (1495-1497)

Genève, Droz (Faculté des lettres de l’université de Lausanne, 181-35), 2002, xvii-555 p., 57 CHF.
Jean-Marc Rivière
p. 249-251
Bibliographical reference

Denis Fachard. Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina (1495-1497). Genève, Droz (Faculté des lettres de l’université de Lausanne, 181-35), 2002, xvii-555 p., 57 CHF.

Full text

1Après avoir publié en 1988 les textes des années 1505-1512 et, en 1993, ceux des années 1498-1505, Denis Fachard met aujourd’hui un terme à son imposant travail de publication des registres des Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina.

2Ce dernier volume – le premier dans l’ordre chronologique – retrace les troisannées qui suivent le renversement de Pierre de Médicis. Il rassemble la transcription des discussions ayant eu lieu au sein des pratiche entre le 5 janvier 1495, au lendemain de la nomination des Venti accoppiatori chargés de poser les bases du nouveau régime, et le 8 décembre 1497, date à laquelle la majeure partie des réformes institutionnelles est achevée. Désormais disponibles dans leur intégralité, ces textes apparaissent comme un ensemble cohérent et homogène, d’un intérêt majeur pour la compréhension de cette période. Ils illustrent l’influence d’un conseil qui, jusqu’en 1512, a tenu un rôle de premier plan dans la vie politique florentine, en même temps qu’ils dessinent un large panorama des enjeux et des difficultés du moment.

3L’un des principaux mérites du travail de Denis Fachard est d’avoir permis de mieux comprendre le fonctionnement d’un conseil jusqu’alors mal connu faute de documents. Née au milieu du xive siècle, mais progressivement tombée en désuétude au cours des deux dernières décennies de la domination médicéenne, la pratica est un espace de discussion politique et d’échange d’idées. Son rôle demeure consultatif. Convoquée le plus souvent à l’instigation de la Signoria, elle réunit les représentants des principales magistratures, ainsi qu’un nombre restreint de citoyens richiesti, choisis pour leur prestige et le respect qu’ils imposent. Une fois lues les questions à l’ordre du jour, chaque magistrature ou groupe de richiesti se réunit pour élaborer une position commune, qu’un porte-parole est chargé d’énoncer. Les différents orateurs s’expriment à tour de rôle, sans possibilité de reprendre la parole. Un scripteur rédige alors un compte rendu des interventions successives afin que soit conservée une trace écrite de ce qui s’est dit.

4L’intérêt majeur de ce volume est de montrer la force du lien qui unit la pratica aux institutions nouvelles. Dès la première réunion, au tout début du mois de janvier 1495, la Signoria de Filippo Corbizzi définit l’objectif du conseil en des termes parfaitement explicites : il devra œuvrer rien moins que pour « la conservatione dello Stato et libertà ». À raison de cinq convocations mensuelles en moyenne entre octobre 1495 et avril 1497, il s’impose très vite comme un élément basilaire du nouvel ordonnancement politique.

5Les thèmes abordés au cours de ces réunions sont très variés. La diplomatie et la défense du territoire apparaissent dès l’origine comme des domaines de réflexion privilégiés. De la lecture des rapports des principaux ambassadeurs au choix des stratégies d’alliance, il n’est guère d’aspect sur lequel l’avis du conseil ne soit pas requis. Les attributions des pratiche s’étendent également à des questions plus techniques, comme celle de la crise financière, qui revient de manière récurrente jusqu’en 1497 (et, au-delà, jusqu’en 1512) sans qu’aucune solution satisfaisante lui soit jamais trouvée. Très vaste, le champ d’activité des pratiche tend à s’élargir au fil du temps, jusqu’à englober tous les aspects ou presque de la gestion de la cité.

6La lecture de ces textes fait cependant émerger un curieux paradoxe : s’il accompagne la mise en place progressive des nouvelles institutions, ce conseil intervient très peu dans leur gestation. En d’autres termes, la réflexion institutionnelle est étonnamment absente des premiers registres des pratiche, tout comme la discussion sur le Gonfaloniérat à vie l’était déjà des volumes consacrés aux années 1498-1505. Dans ce domaine, le débat se concentre surtout, à la fin de 1496 et au début de 1497, autour de la réforme du Grand Conseil et de la réponse à apporter aux demandes d’ouverture politique exprimées par les catégories sociales intermédiaires.

7Nous sommes là, sans doute, devant l’aspect le plus intéressant et le plus novateur des textes publiés par Denis Fachard. L’étude systématique des principaux intervenants montre que, entre 1495 et 1497, la pratica se présente comme un conseil fermé, dominé par les représentants de l’oligarchie. Cette constatation trouve une justification aisée, dans la mesure où le recrutement des participants (en particulier des citoyens richiesti) se fonde sur des critères d’expérience et de compétence. Or qui mieux que les familles du stato vecchio peut se targuer d’avoir occupé par le passé des responsabilités au sein de l’État ou tout du moins d’avoir reçu une éducation politique, par exemple grâce aux libri di famiglia ?

8L’omniprésence de l’oligarchie au sein des pratiche peut, à l’origine, s’expliquer par la volonté de celle-ci d’utiliser une telle enceinte pour influencer les décisions des Signorie successives et dessiner à son profit les contours du nouveau régime. On assiste ainsi à l’émergence d’une véritable élite politique, représentée durant les premières années par des individus tels que Guglielmo de’ Pazzi, Domenico Bonsi ou Giuliano Mazzinghi.

9Parmi ceux-ci, rares sont cependant ceux qui occupent régulièrement des charges publiques importantes. L’oligarchie peine à contrôler le Grand Conseil et les Tre Maggiori, composés de la Signoria, des Dodici Buoniuomini et des gonfaloniers de Compagnie. Au fur et à mesure que la république s’ouvre à de nouvelles catégories sociales, elle voit sa place sur l’échiquier politique se réduire. Le conseil des pratiche devient alors un refuge, une tribune privilégiée depuis laquelle elle peut exercer son influence et exprimer ses idées.

10Se dessine alors un système bicéphale, au sein duquel la pratica s’impose comme une instance politique à part entière. Jamais remise en cause, son existence se trouve légitimée par la constante incapacité des uomini di mezzo à résoudre durablement les problèmes qui minent les bases de la république.

11À la lumière de cette analyse, il apparaît que les volumes des Consulte e pratiche publiés par Denis Fachard, désormais complets, ne manqueront pas d’ouvrir de nouvelles perspectives à l’étude de la Première République florentine. C’est probablement dans le domaine de la réflexion sur le personnel politique, jusqu’ici dominée par les travaux de Nicolai Rubinstein et Roslyn Pesman-Cooper, que leur contribution s’avérera la plus décisive. Nul doute que le corpus des Consulte e pratiche, enfin réuni dans son intégralité, constituera le socle de nombreuses études à venir.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Marc Rivière, « Denis Fachard. Consulte e pratiche della Repubblica fiorentina (1495-1497) », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/449

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page