Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Niccolò Machiavelli. Legazioni. Commissarie. Scritti di governo

Rome, Salerno Editrice (Edizione nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli, V, 1 et V, 2), 2t. T. I  : 1498-1500, éd. de Jean-Jacques Marchand, 2002, xxvi-569 p., 42€. T. II  : 1501-1503, introd. et éd. de Denis Fachard, comment. d’Emanuele Cutinelli-Rèndina, 2003, 649 p., 48 €.
Luca Sartorello
Translated by Marie Gaille-Nikodimov
p. 252-254
Bibliographical reference

Niccolò Machiavelli. Legazioni. Commissarie. Scritti di governo. Rome, Salerno Editrice (Edizione nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli, V, 1 et V, 2), 2t. T. I  : 1498-1500, éd. de Jean-Jacques Marchand, 2002, xxvi-569 p., 42€. T. II  : 1501-1503, introd. et éd. de Denis Fachard, comment. d’Emanuele Cutinelli-Rèndina, 2003, 649 p., 48 €.

Editor's notes

Traduit de l’italien par Marie Gaille-Nikodimov

Full text

1La célébration du quatrième centenaire de la naissance de Machiavel et le concours organisé par la ville de Florence à cette occasion en vue d’une nouvelle œuvre sur la vie et les écrits du Secrétaire florentin, avait donné aux études machiavéliennes une nouvelle impulsion, notamment dans le genre biographique. Ces biographies, comme celle qu’eut à écrire Villari, utilisèrent alors abondamment la nouvelle et importante édition des œuvres de Machiavel, commencée en 1873 et interrompue en 1877 suite à la mort de Passerini. Elles firent en particulier usage des quatre volumes que cette édition consacra aux textes des legazioni et commissarie. Ils avaient l’avantage d’être augmentés de nombreux inédits. L’édition Passerini-Milanesi (1875-1877) parvenait non seulement à réunir 43 missions diplomatiques de Machiavel, grâce à un recensement quasi-complet du matériau d’archives, mais elle avait en outre le mérite d’inclure pour la première fois les lettres envoyées à Machiavel. Cela permettait la reconstitution de la correspondance diplomatique. Il faudra en réalité attendre un siècle pour disposer d’une nouvelle édition, cette fois-ci critique, de la correspondance diplomatique machiavélienne. Prévue en sept volumes et imprimée sous le titre Legazioni. Commissarie. Scritti di governo (1971-1985), elle a été réalisée par Fredi Chiappelli, en collaboration, à partir du volume III, avec Jean-Jacques Marchand. En réalité, Jean-Jacques Marchand était déjà, avec Fredi Chiappelli, l’auteur des notes du volume I, et a réalisé la section « Annotazioni e riferimenti » de tous les volumes. Cette édition est demeurée cependant incomplète, s’interrompant au volume IV qui correspond à l’année 1505, en raison de la fermeture de la collection « Scrittori d’Italia » chez Laterza.

2Il est donc on ne peut plus opportun qu’au sein du projet de l’édition nationale des œuvres de Nicolas Machiavel (Edizione nazionale delle Opere di Niccolò Machiavelli), une section (la cinquième) soit entièrement consacrée aux legazioni, aux commissarie et aux écrits de gouvernement. Coordonnée par Jean-Jacques Marchand, cette section se développera en sept tomes et proposera, enfin, une édition critique de ces textes. Ces tomes rendront compte des années au cours desquelles Machiavel a étudié l’art de l’état, années pendant lesquelles, comme le montrent déjà amplement les deux premiers tomes déjà publiés, et comme Machiavel lui-même l’écrivait à Vettori dans sa célèbre lettre du 10 décembre 1513, il n’a ni dormi ni joué (« quindici anni che io sono stato a studio all’arte dello stato, non gl’ho né dormiti né giuocati »).

3Pour comprendre l’importance et la portée de ce projet, il suffit de se rappeler que, jusqu’à aujourd’hui, les spécialistes lisaient, y compris dans l’édition la plus récente des écrits de chancellerie de Machiavel (du reste très bien préparée par Corrado Vivanti), les textes de l’édition Chiappelli-Marchand pour les années 1498-1505 et surtout, pour la période commençant en 1506, les textes de l’édition Passerini-Milanesi du xixe siècle. Il faut en particulier remarquer que si les textes des legazioni et commissarie étaient, bien qu’affectés de nombreux défauts, pour une part disponibles, comme nous l’avons déjà dit, à partir du dernier quart du xxe siècle, le corpus de textes choisis parmi les très nombreuses minutes autographes conservées aux Archives et réunis sous le titre de Scritti di governo furent édités pour la première fois (exception faite d’un bref recueil publié par Canestrini en 1857) dans l’édition Chiappelli-Marchand mentionnée ci-dessus. En outre, celle-ci s’interrompt en 1505. Ces dernières années, certains des documents de chancellerie encore inédits ont été publiés dans quelques revues, parmi lesquels un riche ensemble de trente textes, par Denis Fachard (« Gli scritti cancellereschi inediti di Machiavelli durante il primo quinquennio a Palazzo Vecchio », dans La Lingua e le lingue di Machiavelli, Actes du colloque international de Turin, 2-4 décembre 1999, A. Pontremoli éd., Florence, Olschki, 2001, p. 87-121). Cependant, l’urgence d’une édition qui poursuive de manière systématique l’entreprise lancée par Chiappelli était plus qu’évidente, peut-être aussi pour interrompre un silence incompréhensible qui a accompagné jusqu’à aujourd’hui cette initiative éditoriale, incomplète mais importante.

4Les deux tomes publiés jusqu’à aujourd’hui –le premier entièrement réalisé par Jean-Jacques Marchand, le second par Denis Fachard (introduction et édition critique des textes) et Emanuele Cutinelli-Rèndina (commentaire)– couvrent les années 1498-1503. Ils se fondent sur un nouveau recensement des documents autographes, une nouvelle sélection des textes et une nouvelle transcription des lettres et, ce qui compte le plus, grâce aussi à l’application de nouveaux critères de sélection, ils rendent disponibles plusieurs dizaines de documents inédits de la main même de Machiavel. Comme il convient à une édition critique, l’appareil de notes situées en bas de page, délivrant en général des informations relatives à l’histoire et à la langue, est essentiel et il est précédé de la référence archivistique et d’un bref ensemble de variantes. Il n’est pas nécessaire de s’arrêter sur la période historique et sur l’importance des événements politiques qui la jalonnent en relation avec l’activité et les fonctions de chancellerie de Machiavel, non seulement parce qu’ils sont connus (bien qu’ils aient encore besoin de certains approfondissements, justement à l’aide des documents de chancellerie), mais surtout parce qu’ils sont exposés dans les deux introductions qui enrichissent les volumes (le premier volume est aussi accompagné d’une préface qui est, de fait, une sorte d’introduction générale à toute la cinquième section).

5Nous souhaitons plutôt attirer l’attention sur deux thèmes machiavéliens qui sont certainement connus à travers Le Prince et les Discours et qui sont cependant repérables dans la section des Scritti di governo, et notamment dans les toutes premières années de chancellerie de Machiavel. Dans une lettre datée du 26 juillet 1498, le Secrétaire nouvellement élu écrivait en ces termes à Stefano Parenti, podestat d’Empoli : « La tua partita da Empoli, per cagione del morbo o per qual ti vuogli altra cagione, merita reprensione grande nel cospetto di tutti quegli che, come buoni cittadini, prepongono el bene della patria loro al proprio commodo, e di coloro che non si curono, per salvare la Repubbrica, sottomettersi a ogni pericolo benché gravissimo » (t. I, p. 23). À ce propos, il ajoutait moins d’une année plus tard, dans une lettre au podestat de Buggiano que « e’ buoni cittadini si hanno a spogliare sempre d’ogni privata pasione e ragguardare solo al bene e utile pubblico, altrimenti la città ne patisce » (t. I, p. 217). Nous avons là un motif fondamental, celui de l’opposition entre ce qui relève de l’intérêt commun et concerne la dimension publique dans toute sa complexité et l’avantage strictement personnel, qui devrait toujours demeurer subordonné au premier. C’est encore ce motif qui fait écrire à Machiavel, dans une autre lettre, cette fois-ci adressée à Bernardo de’ Bardi et Tommaso Tosinghi, qu’accaparer du blé à des fins privées dans un moment de grandes tensions et de danger pour le territoire florentin est « cosa vituperosissima ad ogni privato, nonché a chi rappresenta el pubblico e questa Signoria » (t. II, p. 289).

6L’autre thème est encore plus étroitement machiavélien, parce qu’il concerne les « controversie e mortali inimicizie » entre deux familles rivales, celles des Panciatichi et des Cancellieri dans la cité et le territoire de Pistoia, et l’impossibilité, dans le contexte d’un équilibre politique précaire, de « riavere la obbedienza così di quelli che abitano la città come di quelli che abitono el contado ». Machiavel, au nom des Dix (mais en mettant beaucoup du sien), entretient une correspondance nourrie au cours du mois d’octobre 1501 avec les commissaires florentins à Pistoia, auxquels il promet : « perché voi potessi qualche volta usare l’autorità vostra, vi accresciemo forze ». Mais pour les « forze », les « danari » ne sont point inutiles, et comme l’on sait, sa République, sur ce point, n’est pas très sensible ; alors, écrit Machiavel – et il semble qu’on lit les Discours –, « non ne avendo al presente la commodità e però non possendo usare questo espediente, ci piacerebbe che si ricorressi all’altro : come sarebbe di vedere se, sotto qualche colore onesto di qualche depredazione in su quello di Pisa, o sotto qualche nuovo disegno […] si verrebbe a fare divertire lo animo loro da coteste guerre civili, e a poco a poco assicuralli nell’altre fazioni, tanto che si dessi loro condotta » (t. II, p. 198-199).

7Les écrits de chancellerie de Machiavel sont certes des écrits mineurs ; ils méritent cependant une certaine attention de la part de quiconque souhaite retrouver les fils qui nouent ensemble cette « longue expérience des choses modernes » et la « continuelle lecture des antiques ». Expérience et lecture qui sont, on le sait, désunies de manière dramatique dans la vie de Machiavel, mais qui trouvent leur unité, féconde, dans sa pensée.

Top of page

References

Electronic reference

Luca Sartorello, « Niccolò Machiavelli. Legazioni. Commissarie. Scritti di governo », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/452

Top of page

About the author

Luca Sartorello

Luca Sartorelloprépare une thèse de doctorat en philosophie politique et en histoire de la pensée politique à l’université de Padoue sur les fondements juridico-politiques de la souveraineté chez Machiavel.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page