Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Paola Cosentino. Cercando Melpomene. Esperimenti tragici nella Firenze del primo Cinquecento. Rome, Vecchiarelli (Studi, 7), 2003, 309 p., 25€

Lucie De Los Santos
p. 255-257
Bibliographical reference

Paola Cosentino. Cercando Melpomene. Esperimenti tragici nella Firenze del primo Cinquecento. Rome, Vecchiarelli (Studi, 7), 2003, 309 p., 25€.

Full text

1Dans cet ouvrage qui est la publication de sa thèse de doctorat, Paola Cosentino trace les étapes de la naissance de la tragédie régulière en langue vulgaire dans l’Italie de la Renaissance. Alors que la comédie régulière en langue vulgaire se constitue comme un genre dans la péninsule entre 1508 et 1525, les expérimentations tragiques commencent entre 1514 et 1530 (en l’absence de représentations, il est difficile d’établir une datation précise) et connaissent un succès bien moindre puisque, contrairement aux comédies, elles s’intègrent mal aux fêtes et aux spectacles de cour. La constitution du genre tragique pose donc, comme celle du genre comique, le problème de l’imitation classique, tout en s’inscrivant dans une perspective culturelle différente. Les pièces étudiées dans cet ouvrage (Sofonisba de Giangiorgio Trissino, Rosmunda et Oreste de Giovanni Rucellai, Dido in Cartagine d’Alessandro Pazzi de’ Medici, Tullia de Ludovico Martelli, la traduction de l’Antigone de Sophocle par Luigi Alamanni et celle de l’Iphigénie en Tauride d’Euripide par Alessandro Pazzi de’ Medici) sont pour la plupart des œuvres mineures, mais leur caractère expérimental permet de comprendre suivant quels principes et quelle logique le genre tragique se constitue. Seule Sofonisba aura une réelle postérité comme modèle tragique, mais les expérimentations des Florentins Rucellai, Pazzi de’ Medici, Martelli et Alamanni explorent les voies ouvertes par le Vicentin Trissino.

2Dans cette optique, l’auteur commence par reconstruire le milieu culturel dans lequel les premières tragédies italiennes sont créées. Alors que les auteurs de comédies se fondent essentiellement sur le modèle latin, les auteurs tragiques se tournent vers le répertoire grec. Paola Cosentino montre comment les milieux humanistes de Venise, Padoue, Vicence et surtout Florence cultivent, depuis le xive siècle, la connaissance de la langue et des textes grecs. Elle retrace les différentes étapes de ce parcours, depuis la recherche des manuscrits aux éditions en langue originale jusqu’aux traductions en latin et en langue vulgaire. Elle met ainsi en évidence la connaissance intime que les humanistes italiens ont de la langue et des tragédies grecques, et surtout les mécanismes d’acquisition de ces connaissances. Les traductions jouent ici un rôle particulier, puisqu’elles incitent déjà les humanistes à poser les questions que les premiers auteurs de tragédies italiennes devront résoudre, et que les traducteurs s’interrogent explicitement sur la manière de rendre le plus fidèlement possible le fond et la forme de l’œuvre originale dans une langue et dans des formes littéraires éloignées de celle-ci. On voit même apparaître des formes littéraires spécifiques qui se situent entre la traduction, la transposition et la réécriture.

3Les principales questions qui se posent aux traducteurs puis aux auteurs de tragédies tiennent au choix de fonder un genre littéraire italien sur le modèle classique. Il faut, d’une part, définir un ensemble de règles régissant le genre et, d’autre part, déterminer dans quelles mesures et suivant quelles modalités on peut effectivement transposer les formes de la tragédie grecque dans un texte italien. Les principales questions qui se posent sont le choix des thèmes et des personnages, de la structure de la pièce, de la métrique, du style et du lexique. Les solutions proposées mettent en jeu le rapport que les humanistes ont avec les modèles classiques mais aussi leur volonté d’enrichir la littérature italienne. Cet enjeu est d’autant plus important dans le cas de la tragédie qu’il s’agit du genre littéraire considéré comme le plus noble. Les premiers auteurs de tragédies participent d’ailleurs activement au débat sur la question de la langue.

4La tragédie classique italienne se crée de la même manière que la comédie : la réflexion théorique s’élabore en même temps que les premiers essais d’écriture et de mise en scène, et elle est élaborée de façon systématique dans la seconde moitié du xvie siècle. La reconstruction du processus de création des toutes premières tragédies régulières italiennes proposée par Paola Cosentino est ici particulièrement intéressante, puisque celle-ci procède par une étude croisée des modèles grecs tels qu’ils étaient connus par les humanistes, de la connaissance qu’avaient ces derniers d’Aristote et d’Horace (éditions, traductions, mais aussi commentaires comme dans le cas de Politien), de leur réflexion théorique telle qu’elle apparaît dans leur correspondance ou dans leurs lettres dédicatoires (plusieurs sont réunies en annexe), et des solutions mises en œuvre dans leurs traductions et dans les tragédies qu’ils ont créées.

5Ces solutions sont le fruit d’une confrontation tant avec les modèles grecs classiques qu’avec la tradition littéraire italienne en langue vulgaire. Elles sont essentiellement le fait d’humanistes florentins liés aux cercles médicéens (en particulier les Orti Oricellari), entre 1514 et 1530, au moment même où les Médicis inaugurent des formes de pouvoir mettant à l’écart les grandes familles (auxquelles les auteurs tragiques appartiennent), ainsi qu’une nouvelle politique culturelle censée faire revivre l’âge d’or connu sous Laurent le Magnifique. On remarque que c’est au même moment, dans les mêmes cercles, que d’autres auteurs mineurs (Iacopo Nardi, Eufrosino Bonini, Lorenzo Strozzi, Donato Giannotti) composent des comédies d’inspiration morale : celles-ci n’ont pas une grande postérité, mais on y retrouve les mêmes interrogations et parfois les mêmes solutions formelles.

6Il apparaît que les premiers auteurs tragiques italiens allient une connaissance intime de la langue et de la littérature grecques à un goût marqué pour l’expérimentalisme formel qui les incite à utiliser toutes les ressources offertes par la langue et la littérature vulgaires pour créer de nouvelles formes. Dans tous les cas, qu’il s’agisse de construire la trame de la pièce, de choisir une structure ou le mètre utilisé, les auteurs font appel à la fois aux préceptes d’Aristote, aux exemples puisés dans les tragédies grecques et aux possibilités données par la langue et la tradition littéraire italiennes. Ils arrivent toujours à des solutions originales, ce qui apparaît particulièrement clairement dans leurs choix métriques (largement inspirés du vicentin Giangiorgio Trissino) : ils alternent différents mètres pour marquer la différence entre le chœur et les dialogues et développent l’usage du dodécasyllabe et surtout de l’hendécasyllabe non rimé, tant pour trouver un équivalent rythmique des mètres grecs que pour adapter la versification au rythme des dialogues (bien que pour la comédie ce soit la prose qui prévaut, on retrouve des recherches sur la polymétrie et le vers blanc dans les comédies morales florentines et on sait que l’Arioste adopte lui aussi l’hendécasyllabe non rimé). On trouve d’ailleurs en annexe un outil précieux, les schémas métriques de Rosmunda, d’Oreste, de Tullia et de Dido in Cartagine.

7Cet ouvrage est essentiel, évidemment, pour étudier la genèse de la tragédie régulière italienne. Par sa méthode et par les interrogations qu’il soulève, il constitue aussi un outil précieux pour tous ceux qui étudient la constitution des genres en Italie au xvie siècle, en particulier la comédie, puisque Paola Cosentino nous montre les processus suivant lesquels les auteurs associent connaissances et réflexion théorique, pratique expérimentale, modèles linguistiques et littéraires anciens et modernes, à un moment où la théorisation des genres est encore en cours d’élaboration. Cette reconstitution cherche à montrer les différentes modalités de l’imitation – qui n’exclut pas l’invention – et à les replacer dans leur contexte politique et culturel, travail d’autant plus intéressant qu’il contribue à la connaissance de mouvements littéraires et culturels que l’on ne peut appréhender que de façon fragmentaire.

Top of page

References

Electronic reference

Lucie De Los Santos, « Paola Cosentino. Cercando Melpomene. Esperimenti tragici nella Firenze del primo Cinquecento. Rome, Vecchiarelli (Studi, 7), 2003, 309 p., 25€ », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/454

Top of page

About the author

Lucie De Los Santos

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page