Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Emmanuelle Hénin. « Ut pictura theatrum ». Théâtre et peinture de la Renaissance italienne au classicisme français

Genève, Droz (Travaux du Grand Siècle, 23), 2003, 708 p., 72 ill., 240 CHF.
Lucie De Los Santos
p. 258-260
Bibliographical reference

Emmanuelle Hénin. « Ut pictura theatrum ». Théâtre et peinture de la Renaissance italienne au classicisme français. Genève, Droz (Travaux du Grand Siècle, 23), 2003, 708 p., 72 ill., 240 CHF.

Full text

1Emmanuelle Hénin situe son ouvrage, « Ut pictura theatrum ». Théâtre et peinture de la Renaissance italienne au classicisme français (qui est l’édition de sa thèse de doctorat), à l’intérieur du champ de recherche de l’ut pictura poesis. Refusant de considérer le parallèle entre peinture et théâtre comme un simple cas particulier du parallèle habituel entre peinture et poésie, elle pose d’emblée un renversement de perspective en affirmant que « l’ut pictura poesis fut d’abord un ut pictura theatrum » (p. 9) et en se proposant de « rectifier une erreur de perspective, afin de rétablir l’ordre des priorités et souligner la dépendance de l’ut pictura poesis par rapport à l’ut pictura theatrum, originaire et seul pleinement valide sur le plan théorique » (p. 9). Elle explique en effet que si l’expression ut pictura theatrum n’a été utilisée ni dans l’antiquité, ni à la Renaissance et à l’âge classique, c’est essentiellement parce que le terme theatrum désignait en latin classique le lieu des représentations et non le genre dramatique. Ce dernier est cependant au centre de la réflexion de Platon et d’Aristote, étroitement associé à la peinture : art pictural et art dramatique sont également condamnés par Platon comme deux arts du simulacre, alors qu’ils constituent pour Aristote les deux piliers de la mimesis. Lorsque par la suite les auteurs de poétiques de la Renaissance et de l’âge classique discutent du parallèle entre théâtre et peinture, ils reprennent l’expression ut pictura poesis tout en accordant une place de premier plan à la poésie dramatique.

2L’auteur s’attache donc, à l’intérieur des discours comparant la peinture et la poésie, à suivre la comparaison entre peinture et théâtre. Tout en faisant constamment référence aux textes de Platon et d’Aristote, elle explore le débat qui s’instaure à ce sujet aux xvie et xviie siècles en Italie puis en France, c’est-à-dire de l’époque de la redécouverte de la Poétique d’Aristote jusqu’à la composition des traités définissant les canons du classicisme. C’est une époque marquée à la fois par le foisonnement de la production théorique et par l’expérimentation du nouvel art dramatique naissant : les auteurs italiens qui essaient, dès le début du xvie siècle, de créer des comédies et des tragédies d’imitation classique en langue vulgaire, s’appuient sur l’étude des pièces de l’antiquité et sur leur connaissance des théories d’Aristote ; eux-mêmes lancent le débat, à la lumière de leur expérience, sur l’ut pictura theatrum, dans les prologues de leurs pièces, les lettres dédicatoires ou leur correspondance. Dès la seconde moitié du xvie siècle, on voit apparaître en Italie de véritables traités d’esthétique. Par la suite, les Français reprennent et développent, en les adaptant, les expériences et les théories italiennes.

3Emmanuelle Hénin suit avec constance et clarté le fil thématique de l’ut pictura theatrum de la moitié du xvie au début du xviiie siècle, dans deux pays, deux langues, mais aussi dans des textes de natures variées qui font aussi bien référence à des polémiques contemporaines qu’aux textes fondateurs d’Aristote (le corpus comprend des traités de rhétorique, de poétique, de théâtre, de musique, de peinture, de perspective, d’architecture, de sculpture et des traités sur les passions). Tout en montrant la pertinence et la cohérence de cette thématique, elle n’oublie jamais de situer chaque œuvre et chaque auteur dans son contexte particulier : contexte historique et géographique, mais aussi nature du texte, spécificités du débat précis dans lequel il s’insère. Elle réussit à donner un panorama thématique sans égarer le lecteur. Au contraire lorsque, en avançant dans son interprétation du parallèle entre peinture et théâtre, elle réexamine les mêmes auteurs sous un angle différent, on distingue l’originalité de chacun et la logique suivant laquelle le débat évolue.

4L’auteur calque la structure de sa démonstration sur la tripartition rhétorique entre l’inventio, la dispositio et l’elocutio pour « rendre compte des trois grands terrains où se développe la comparaison entre les deux arts : le contenu de la représentation, la disposition de l’image et l’exigence d’expression » (p. 19). Elle commence donc par explorer la définition de la représentation théâtrale et picturale comme portrait, puis s’interroge sur la définition de la composition et des unités de l’œuvre, avant d’étudier les modes d’expression des passions. Cette disposition de l’ouvrage lui permet de poser les cadres théoriques et historiques du débat tout en mettant en évidence ses enjeux (dimension esthétique de la représentation, double nature du signe théâtral qui mélange texte et image, réflexion sur les limites et les dangers du spectacle) à travers les principaux débats esthétiques de la Renaissance et de l’âge classique (parallèle entre la peinture et la sculpture dans l’Italie du xvie siècle, querelle du dessin et de la couleur en Italie puis en France, limites de l’invention, opposition entre réalisme et idéalisme, distinction des genres). La dimension politique et idéologique de ces enjeux n’est pas négligée. On voit ainsi comment les analogies d’Aristote (qui vont de la peinture au théâtre) sont récupérées à la Renaissance par les traités d’art (du théâtre à la peinture), puis à nouveau transposées de la peinture au théâtre par les théoriciens français entre 1620 et 1650, pour être enfin appliquées du théâtre vers la peinture par l’Académie lorsqu’elle constitue la théorie française de l’art en se réclamant d’Aristote.

5Emmanuelle Hénin réussit donc, en retraçant l’histoire de l’ut pictura theatrum, sa continuité, ses tensions et ses contradictions, non seulement à donner une nouvelle logique à la constitution tant pratique que théorique des genres dramatiques à l’âge classique, mais aussi à étudier la réception de la Poétique pendant les deux siècles qui suivent sa redécouverte, et enfin à nous inviter à relire le texte d’Aristote à la lumière du parallèle entre peinture et théâtre. Une telle lecture « conduit à réévaluer l’importance de certains textes souvent négligés […], chaque texte prenant un sens nouveau » (p. 12).

6Le propos de cet ouvrage est essentiel pour tous ceux qui étudient les traités de poétique, mais aussi la constitution des genres dramatiques et les théories artistiques à la Renaissance et à l’âge classique, ainsi que les échanges littéraires et artistiques entre l’Italie et la France à la même époque. Il est servi par sa méthode et sa clarté, qualités essentielles pour un sujet complexe. Le lecteur est toujours guidé, tant par l’explicitation des théories que par l’utilisation des exemples. On remarque en particulier que les théories évoquées sont situées dans leur contexte historique et artistique ou littéraire, mais aussi largement citées. Elles sont en outre toujours étayées par des exemples théâtraux et picturaux. Ces derniers sont particulièrement bien exploités grâce à une importante iconographie qui, par de nombreux renvois, sert directement les explications de l’auteur et permet au lecteur de visualiser son propos. Enfin il faut mentionner la bibliographie complète et détaillée (sources et critiques), qui reflète l’ampleur de la recherche, ainsi que l’index rerum, particulièrement utile dans un tel ouvrage pour suivre plus précisément l’évolution des concepts.

Top of page

References

Electronic reference

Lucie De Los Santos, « Emmanuelle Hénin. « Ut pictura theatrum ». Théâtre et peinture de la Renaissance italienne au classicisme français », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 20 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/457

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page