Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Nicola Labanca. Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana. Bologne, Il Mulino (Biblioteca storica), 2002, 569 p., 20€

Jean-Louis Fournel
p. 261-265
Bibliographical reference

Nicola Labanca. Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana. Bologne, Il Mulino (Biblioteca storica), 2002, 569 p., 20€.

Full text

1Ce fort volume de presque 600 pages comble un vide. Il est vrai que l’histoire du colonialisme italien a déjà donné lieu à un nombre non négligeable d’études que ce soit en Italie (Labanca proclame d’ailleurs sa dette à l’égard des travaux de Giorgio Rochat et de ceux d’Angelo Del Boca – notamment les sommes que représentent Gli Italiani in Africa orientale, Bari, Laterza, 1976-1984, 4 vol. – et Gli Italiani in Libia, Bari Laterza, 1986-1988, 2 vol. ) mais aussi dans d’autres pays (on pense notamment, pour la France, aux études de Jean-Louis Miège ou encore aux nombreux travaux anglo-américains dont rend compte la bibliographie de Labanca). À ces références, on ajoutera d’ailleurs, du côté des images, les deux volumes collectifs Colonialismo e fotografia. Il caso italiano (Messine, Sicania, 1989) et Un nodo. Immagini e documenti sulla repressione coloniale italiana in Libia (N. Labanca dir., Manduria, Lacaita, 2002). Toutefois, il manquait encore une synthèse qui soit tout à la fois accessible et alimentée par une vraie réflexion critique fondée sur une maîtrise solide de cette historiographie spécifique. Disons d’emblée que ce n’est plus le cas aujourd’hui après la publication du beau travail de Nicola Labanca (qui a reçu en octobre dernier le prix Cherasco Storia 2003).

2À partir d’une problématisation claire du domaine de recherches, Labanca entreprend ainsi de nous proposer une histoire du colonialisme italien qui, loin de s’en tenir, comme l’ont fait nombre de ses prédécesseurs, à une perspective essentiellement politico-diplomatique, entend aborder les questions institutionnelles, juridiques, économiques, sociales sans oublier la construction d’une série de mythes par la propagande d’État (un élément essentiel dans le cas italien, mais pas seulement dans celui-ci). Bref, le pari qui est fait est celui d’une histoire « totale » de la colonisation et du colonialisme italiens, une histoire d’autant plus complexe qu’elle s’alimente toujours d’une perspective explicitement comparatiste dans trois directions : d’une part, en prenant en compte les études sur les autres formes « nationales » de colonialisme (françaises et anglaises, surtout, mais aussi espagnoles, portugaises et allemandes) ; ensuite, en laissant toute leur place (dans la mesure où ils existent) aux travaux que les historiens d’anciens pays colonisés consacrent à ce croisement ponctuel de leur propre histoire avec celles des « métropoles » européennes ; enfin, en n’oubliant pas de convoquer les acquis de la nouvelle histoire de l’Afrique ou de l’Asie qui s’est développée à la suite (mais pas nécessairement dans la lignée) d’une « histoire coloniale » solidement installée pendant longtemps dans les universités occidentales mais dont les délimitations ou les postures pouvaient s’avérer fort réductrices, pour d’évidentes raisons idéologiques. L’objectif explicite de cet ouvrage, en fin de compte, est ainsi de « déprovincialiser » l’histoire coloniale italienne et cet objectif est largement atteint.

3Mais il ne s’agit pas seulement pour Labanca de combler un « trou » dans l’historiographie italienne ou de proposer une nouvelle perspective méthodologique. L’importance de son travail ne se limite pas non plus à une contribution certes nécessaire mais qui relèverait avant tout d’une synthèse solide des travaux existants. On peut le comprendre aisément à l’énumération des quatre grands enjeux explicites de ce livre. En premier lieu, l’auteur entend rendre compte du paradoxe qui se fait jour quand on compare l’influence symbolique de la question dans l’histoire italienne entre 1880 et 1940 avec sa réalité qualitative et quantitative, somme toute bien modeste (moins de 300 000 « colons » au plus fort de l’expansion coloniale ; fort peu d’effets économiques ; une période concernée qui n’excède guère une soixantaine d’années ; une incapacité constante de la diplomatie italienne à se faire admettre dans le petit « club » des vraies puissances coloniales). En second lieu, Labanca veut donner toute sa place (juridique, économique et sociale) à ce qu’il nomme le « razzismo coloniale ». Cela contribue entre autres – troisième point capital – à déconstruire ce qu’il nomme « la fable rassurante des italiani brava gente », et à lever le voile pudique longtemps jeté sur les crimes de guerre italiens en Libye ou en Éthiopie, voire sur les pratiques génocidaires, de l’armée (dont elle n’eut pas hélas le monopole si l’on pense aux formes que prit la conquête de l’Algérie par la France – sur ce point on lira les travaux d’André Bach – ou aux pratiques des contingents anglais en Afrique du sud ou allemands en Namibie). Enfin, Labanca choisit de montrer toutes les insuffisances des principaux facteurs d’explication du phénomène jusqu’à ce jour, qu’il s’agisse, entre autres, de l’« imperialismo straccione » de léniniste mémoire, du « colonialismo demografico » de Roberto Michels ou encore de l’« impero del lavoro » cher à la rhétorique du régime fasciste.

4L’ouvrage est parfaitement structuré, ce qui confère une clarté notable à une exposition en trois blocs. Tout d’abord, les trois premiers chapitres abordent les racines de la colonisation italienne puis son histoire politico-diplomatique (p. 15-217) : il s’agit sans doute de la partie la mieux connue de cette histoire même si, ici, elle est reconstituée avec une grande précision et une attention aux causalités multiples et à la conjoncture tout à fait éclairante. Ensuite, l’auteur consacre quatre chapitres respectivement au discours ou à la propagande, à l’économie, aux institutions et, enfin, à la société coloniales. Traitant de la propagande, Labanca nuance ainsi la force de la composante rhétorique de la politique coloniale dans l’organisation du consensus dans les années 1930. Abordant la question économique, il souligne comment il n’y a pas un modèle unique ni de vraie planification centrale de l’exploitation économique des colonies italiennes. Pour ce qui est des institutions, Labanca s’attarde sur la centralisation, sur la logique profondément autoritaire de l’administration italienne, sur le désintérêt pour la formation d’une élite locale, sur la place des militaires italiens dans un colonialisme qui partout s’est imposé par les armes et jamais par des accords ou une pénétration pacifique (contrairement à ce qui fut parfois le cas pour les autres colonisations européennes). Mais il souligne aussi qu’il reste difficile de parler d’un modèle italien spécifique et que les régimes libéraux et fascistes eurent des politiques parfois assez différentes – notamment dans le cas de la Libye où, entre 1919 et 1923, se firent jour des tentatives timides pour instaurer un modèle original de citoyenneté et de représentation dans un parlement local. Enfin, à propos de la société coloniale, l’auteur nous propose, dans des pages capitales, une typologie des trois « racismes coloniaux italiens » selon une éclairante catégorisation qui distingue racisme institutionnel, racisme politique et racisme de masse, ou racisme quotidien (p. 412 sqq.). L’ouvrage se conclut sur un dernier chapitre qui s’attarde sur « l’Italie sans colonies et la mémoire des colonies » (p. 427-471) : ces pages s’avèrent très intéressantes pour toute réflexion sur les formes de continuité entre l’histoire fasciste et l’histoire républicaine (de l’auto-absolution des gouvernants à la perversion de la notion de continuité de l’État empêchant une « décolonisation de la mémoire »). Le tout est complété par un double index des noms de lieux et de personnes ainsi que par une imposante bibliographie (p. 477-551), qui compense largement le choix éditorial d’exclure toute note en bas de page et manifeste, s’il en était besoin, que cet ouvrage est bien plus qu’un simple « manuel ».

5On remarquera aussi que, quand Labanca traite des débuts du colonialisme italien des années 1880 à la fin du premier conflit mondial (mais aussi, à l’occasion, dans la suite du volume), il n’omet pas de rappeler une série de considérations intéressantes sur la place qu’eurent dans l’histoire italienne les contacts avec l’« outre-mer » qu’ils soient commerciaux, religieux ou scientifiques, et ce avant même l’unité italienne qui coïncide avec les débuts de ce qui a été appelé l’âge de l’impérialisme. Mais, surtout, l’auteur a une notable capacité à reconstruire l’articulation complexe des causalités pour montrer comment le lancement de l’aventure coloniale italienne ne peut être reconduit à une seule explication : si le jeu des différents groupes de pression (militaires, financiers, armateurs, sociétés « géographiques », explorateurs, etc.) eut son importance, aucun d’entre eux ne fut décisif et la colonisation de l’Érythrée à partir des années 1880 peut ainsi être largement imputable à « un accident de la politique coloniale britannique », une sorte de partie de billard à trois bandes où la rivalité franco-anglaise dans la corne de l’Afrique eut plus d’importance que les décisions stratégiques du gouvernement italien. Les envolées lyriques de Sidney Sonnino sur la nécessité d’une « plus grande Italie », lors de la conférence de Londres, se traduisent, dans les faits, par des résultats très modestes (quelques comptoirs en Érythrée et en Somalie puis en Libye – sans contrôle réel de l’intérieur des terres ; une lointaine concession en Chine). En 1918, cet « empire » italien est ainsi peu peuplé et très pauvre. Du même coup, il n’est en aucun cas un véritable débouché « démographique » pour une péninsule qui pousse un nombre incommensurablement plus important de ses enfants les plus démunis à émigrer non seulement, bien entendu, vers les Amériques, mais aussi, tout simplement, vers les plus proches colonies africaines d’autres pays européens (Algérie et Égypte notamment). Qui plus est, la stratégie coloniale italienne est durablement minée par la « honte nationale » qu’a constitué la déroute d’Adoua face aux troupes éthiopiennes en 1896 (la seule grande défaite militaire sur le terrain subie par une puissance coloniale en Afrique).

6Le colonialisme italien s’avère en définitive, selon une heureuse expression de l’auteur, moins un colonialisme « différent » (selon ce que proclamèrent avec complaisance les propagandes gouvernementales italiennes de tout bord pendant plus d’un demi-siècle – et certains historiens pendant un peu plus longtemps…) qu’un colonialisme « à contretemps ». En effet, à une politique coloniale lancée plus tard que celles des autres grands pays européens, et qui reste liée à la maîtrise de quelques villes ou ports, ne succède une expansion tardive qu’après 1920 : au moment même où la France et l’Angleterre s’attachent, quant à elles, à l’exploitation économique de leurs colonies, toutes les énergies du colonisateur italien sont tendues vers une expansion en profondeur pour un contrôle du territoire (d’où la « reconquête » de la Libye en 1921 puis lors de la campagne particulièrement meurtrière de 1930, sans parler, bien entendu, de l’invasion de l’Éthiopie en 1935-1936). Autre parti pris caractéristique, le régime fasciste choisit de généraliser et systématiser une politique raciale « institutionnelle » en 1938 dans l’« Empire » (entreprise qui va de pair avec la promulgation des lois antisémites pour la péninsule) au moment même où, notamment dans les colonies anglaises, se développent les premiers mouvements nationalistes et anticolonialistes. Cette dissymétrie, ou ce décalage, n’est probablement pas pour rien dans une certaine continuité des discours et des pratiques entre le colonialisme de l’Italie libérale et son homologue fasciste (avec toutefois, ce qui n’est pas un détail, un degré supérieur dans la rhétorique, la violence et l’institutionnalisation du racisme pour le second). Et le décalage se poursuivra pour partie dans l’immédiat après-guerre, à partir de 1945. La vaine tentative de l’Italie républicaine pour « sauver » ses colonies et leur indépendance proclamée en définitive sous la pression de l’ONU et des grandes puissances, sans processus progressif de décolonisation, auront ainsi deux conséquences : tout d’abord, dans les colonies, cette indépendance octroyée « de l’extérieur » n’a pas favorisé l’émergence de nouveaux sujets politiques autochtones ; mais surtout, dans la péninsule, les gouvernements et les opinions publiques vont faire l’économie de toute interrogation sur les crimes du colonialisme italien d’où, dans le grand public, une sorte d’amnésie, entretenue par une réduction de l’épisode colonial à une vision folklorique de chansons ou de chromos, et, dans l’historiographie, une très tardive « décolonisation » des études.

7De son côté, Nicola Labanca, en réaction par rapport à une certaine tradition italienne, se refuse en revanche à faire passer un système colonial raciste, assorti d’une répression violente de tout opposant, pour d’aimables rêves exotiques et illusoires. L’Italie, qu’elle soit « libérale » ou « fasciste », ne s’est pas seulement « prise » pour une puissance coloniale à grand renfort de mythes et de proclamations rhétoriques pouvant prêter à sourire d’un air entendu : elle a aussi « été » un pays colonisateur (sinon une puissance coloniale) participant d’un système global où, même si elle était la dernière arrivée sur le terrain, même si nombre de ses projets impérialistes n’ont pas été couronnés de succès, elle n’a pas été en revanche la dernière à mettre en œuvre jusqu’à son terme la logique de ce même système de façon parfois plus radicale et plus « concentrée » que des nations rivales qui furent plus « heureuses » dans la conquête d’un empire d’outre-mer durable. Il n’est que de penser pour s’en convaincre à la législation raciste et aux réglementations raciales de 1938 (si les effets en furent peut-être moins graves que ceux d’autres politiques racistes en Afrique du Sud, dans les colonies allemandes avant 1918, ou au Congo belge, c’est moins pour des raisons intrinsèques que faute de temps…), ou aussi à l’utilisation, au mépris des conventions internationales, des gaz dans les combats, en Libye ou en Éthiopie, ou encore au recours en 1930, sous les ordres du tristement célèbre général Graziani, aux déplacements massifs de population et aux camps de concentration lors de la « reconquête » de la Cyrénaïque, ou, enfin, à la mise à sac d’Addis Abbeba et aux massacres de masse qui suivirent un attentat manqué contre ce même Graziani en février 1937 (de 3 000 à 10 000 morts selon les sources).

8Dans une Italie qui a du mal à penser un passé colonial trop vite passé aux oubliettes de l’histoire contemporaine, c’est là une raison supplémentaire, qui n’a rien de secondaire, pour recommander la lecture salutaire de l’ouvrage de Nicola Labanca, surtout en ces temps de révisionnisme historique aux plus hauts niveaux de l’État italien. Au-delà du méritoire culte des nuances, il sera toujours bon de rappeler encore une fois, comme le fait Labanca à la fin de son ouvrage, les mots de Adu A. Boahen (dans un ouvrage collectif qui est devenu un classique : le volume VII de la General History of Africa, intitulé Africa Under Colonial Domination 1880-1935, Paris-Londres, Unesco-Heinemann, 1985) : « quoi qu’ait fait le colonialisme en faveur des Africains en Afrique, étant donné ses possibilités, ses ressources, son pouvoir et son influence, il aurait pu et dû faire beaucoup plus que ce qu’il fit » car le colonialisme représenta « une période de croissance sans développement, d’exploitation effrénée des ressources de l’Afrique » dont les effets bénéfiques devraient toujours être mesurés à l’aune de « la paupérisation et de l’humiliation des peuples d’Afrique ».

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Nicola Labanca. Oltremare. Storia dell’espansione coloniale italiana. Bologne, Il Mulino (Biblioteca storica), 2002, 569 p., 20€ », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/459

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page