Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Gabriele Turi. Lo Stato educatore. Politica e intellettuali nell’Italia fascista

Bari, Laterza (Storia e società), 2002, 392 p., 24€.
Stéphanie Lanfranchi
p. 266-270
Bibliographical reference

Gabriele Turi. Lo Stato educatore. Politica e intellettuali nell’Italia fascista. Bari, Laterza (Storia e società), 2002, 392 p., 24€.

Full text

1Dès la préface de cet ouvrage consacré aux relations qu’entretiennent les intellectuels italiens avec le régime fasciste, l’auteur déclare n’avoir aucune prétention d’exhaustivité face à une problématique aussi vaste et complexe. Gabriele Turi souhaite plutôt apporter une série de « réflexions et sondages », qui sont le fruit d’années de recherche et d’enseignement, et qui constituent autant d’aspects et d’angles d’approche différents pour étudier la question dans ses multiples facettes. Il réunit à cet effet une douzaine d’articles publiés dans plusieurs revues tout au long des années 1990. Ces textes ont été repris, complétés et réorganisés dans un seul ouvrage à l’architecture néanmoins solide, parce que construite sur une problématique commune, qui donne une cohérence et une unité au propos de l’auteur.

2Gabriele Turi résume lui-même les points autour desquels il a articulé les différents moments de sa réflexion et de ses travaux : tout d’abord l’importance que le régime fasciste a attribuée à la culture et aux classes moyennes intellectuelles, en vue d’une « œuvre de pédagogie politique capable de nationaliser et de fascistizzare les Italiens » ; ensuite l’instrumentalisation d’anciennes et de nouvelles institutions culturelles qui caractérise la stratégie politique fasciste dans l’élaboration d’un « marché culturel » adapté aux exigences nouvelles de la société de masse ; enfin le double rôle de sujets ou d’objets politiques que jouent successivement, simultanément ou alternativement les intellectuels face au régime fasciste. Ces trois thèmes sont évidemment intimement reliés et constituent les étapes d’une problématique plus générale qui se trouve exprimée dans le titre même du livre. L’auteur cherche en effet à démontrer la volonté du régime fasciste de mettre en place un « État éducateur », capable de véhiculer et de contrôler une véritable pédagogie politique. Les institutions scolaires, académiques et culturelles, les revues et les intellectuels deviennent alors autant de moyens, dans le but de créer ainsi l’uomo nuovo fasciste.

3En exprimant la perspective et la problématique de son travail, Gabriele Turi, nous l’avons dit, ne vise en rien une analyse exhaustive. Son ouvrage est conçu, en revanche, comme une réponse à une lacune constatée et déplorée de l’historiographie italienne. Cette dernière n’a en effet consacré – contrairement à toute une tradition française à laquelle il fait souvent allusion – aucune étude complète à la question des intellectuels. Or il serait souhaitable, selon l’auteur qui ne fait qu’ébaucher un tel travail, de s’interroger sur la définition des intellectuels en tant que catégorie sociale, d’analyser les différentes acceptions – positives ou négatives selon les périodes – du terme, et surtout de reconstruire l’histoire et de préciser le rôle des intellectuels dans la naissance puis le fonctionnement de l’État italien moderne. En traçant une histoire des intellectuels, depuis la fin du xixe siècle jusqu’à nos jours, il apparaîtrait que la période fasciste est en ce domaine tout à fait déterminante.

4Cet ouvrage s’inscrit donc dans une tradition historiographique, dont il montre les lacunes, mais aussi parfois, de façon plus polémique, les limites. L’auteur ne souscrit en effet à aucune des positions habituelles dans le débat sur le rapport entre intellectuels et régime, débat généralement réduit à la question du consenso. Dans les décennies qui ont immédiatement suivi la guerre, les historiens ont eu tendance à présenter le fascisme comme une barbarie et une manifestation de violence, face à laquelle aucune forme de consensus n’était envisageable, ni pour les intellectuels, ni pour aucune autre frange de la population. Ensuite, à partir des années 1960 et notamment sous l’influence des travaux de Renzo De Felice, le régime des années 1930 a été présenté comme reposant entièrement sur un consensus général. Dans les deux cas de figure, Turi déplore le fait que les intellectuels n’aient pas été considérés comme une catégorie sociale à part entière, dont le rapport avec le régime avait ses caractéristiques propres et méritait d’être étudié séparément. Il tente donc une étude plus spécifique et surtout plus nuancée, qui s’attache autant à une analyse générale qu’à des exemples particuliers, pour montrer l’alternance entre consensus et dissension qui caractérise de façon variée et complexe le lien entre intellectuels et fascisme.

5Dans cette optique, l’auteur articule son travail en deux temps. La première partie décrit et analyse de manière générale la politique culturelle et la stratégie éducative mises en place par le fascisme, alors que la deuxième est entièrement consacrée au cas particulier d’une dizaine d’intellectuels – Giovanni Gentile, Luigi Russo, Ernesto Sestan, pour ne citer que les plus célèbres dont les itinéraires personnels tout au long des vingt années du régime sont jalonnés de choix souvent difficiles et ont été choisis pour leur caractère exemplaire ou exceptionnel.

6Le premier chapitre – le seul entièrement inédit – a une fonction introductive : il affronte la question de la naissance et de la métamorphose de l’intellectuel dans l’histoire de l’Italie unifiée, jusqu’à la deuxième guerre mondiale. Dans le bref parcours chronologique qu’il trace, l’auteur tente de montrer en quoi le terme moderne d’intellectuel – à la connotation souvent péjorative, et ce dès son origine, liée à la polémique autour de l’affaire Dreyfus – qualifie une catégorie sociale et une figure civile radicalement nouvelles par rapport à celles du letterato. L’auteur décrit dans ses grandes lignes l’évolution de l’engagement politique des intellectuels italiens et la nature complexe de leurs rapports avec les socialistes, les nationalistes et enfin les fascistes. Ces relations se caractérisent par la méfiance, mais aussi l’instrumentalisation, de la part des partis politiques qui considèrent toujours avec une certaine suspicion cette nouvelle figure, au rôle encore à définir, dans une société italienne du début du xxe siècle en pleine transformation.

7Le deuxième chapitre répond partiellement à la question du rôle politique et civil de la classe intellectuelle, en ce qu’il analyse son apport dans la construction d’une idée de nation après le Risorgimento. Malgré de nombreuses et importantes exceptions, cette étude montre qu’un nombre non négligeable d’intellectuels restent attachés aux particularités régionales, aussi bien avant qu’après l’avènement du fascisme, et qu’ils prennent donc une distance critique face à la célébration de Rome comme Caput mundi, et comme capitale nationale dont il fallait souhaiter le monopole culturel et politique.

8À partir du troisième chapitre, l’analyse se concentre exclusivement sur la période fasciste et sur le rapport entre la classe intellectuelle et le pouvoir politique. L’auteur commence par examiner le binôme forza/consenso, aussi bien du point de vue de la stratégie et de l’idéologie fascistes que de celui des intellectuels. Il en ressort que Mussolini et les idéologues du fascisme, tels que Gentile et Bottai, ne croient guère en un régime consensuel, qui ne serait pas basé sur la force. C’est donc dans cette optique – où le consensus n’est pas la règle, ni l’objectif, mais ce qui vient éventuellement renforcer un pouvoir établi par des moyens coercitifs – qu’est envisagée également la politique culturelle. Gabriele Turi rappelle brièvement l’histoire des différentes étapes dans le giuramento imposé à la classe enseignante depuis les années 1920 et qui aboutit en 1931 à l’obligation pour les professeurs universitaires de prêter serment de fidélité au Régime. Ce coup de force n’exclut pas, certes, l’adhésion spontanée de nombre d’instituteurs et de professeurs au fascisme, mais il prouve que le régime ne se contente pas d’un éventuel consensus, et qu’il veut contrôler, institutionnaliser et rendre obligatoire cette adhésion.

9Le même discours peut s’appliquer à une autre frange de la classe intellectuelle, que l’auteur examine dans le quatrième chapitre, celle des professions libérales. La politique du régime à leur égard est tout à fait claire et cohérente : elle vise à créer de nouvelles institutions, les syndicats fascistes, qui supplantent peu à peu les Ordres et les Collèges préexistants, pour en maintenir le contrôle. De plus une loi de 1938 sanctionne un principe qui entame sérieusement l’autonomie des professions libérales vis-à-vis de l’État, en ce que leurs activités appartiennent désormais officiellement à la sphère de l’intérêt public.

10L’auteur met ainsi en évidence une constante dans la politique culturelle fasciste, oscillant entre la création d’institutions propres qui se limitent à concurrencer les anciennes et l’absorption directe de ces dernières. C’est ainsi que l’on peut résumer le sort des Académies culturelles italiennes durant la période fasciste décrit dans le chapitre suivant. La création en 1929 de l’Accademia d’Italia, qui acquiert si rapidement une position privilégiée et prépondérante qu’elle finit par absorber la prestigieuse Accademia dei Lincei à peine dix ans plus tard, est un exemple tout à fait significatif de la stratégie fasciste en matière de politique culturelle.

11Le dernier chapitre de la première partie du livre traite des moments douloureux de l’application des lois raciales de 1938 dans le milieu intellectuel, et en particulier scolaire et universitaire. Gabriele Turi en propose une interprétation intéressante, car il s’agit selon lui, dans ce cas aussi, d’une mesure pour intervenir dans le projet d’« éducation de l’Italien » : il fallait réaffirmer la présence et la mainmise du régime au sein d’une classe intellectuelle que l’on sent, à la fin des années 1930, de plus en plus récalcitrante.

12La deuxième partie de l’ouvrage, consacrée aux parcours individuels de quelques intellectuels italiens, s’ouvre sur un chapitre consacré à Giovanni Gentile et au débat actuel sur le lien problématique que les historiens ont tour à tour voulu établir ou contester entre les principes de sa philosophie, l’actualisme, et son adhésion au fascisme. Sans apporter de réponse définitive à la question, Gabriele Turi met plutôt en évidence la complexité d’un itinéraire – qu’il a déjà longuement analysé dans une biographie de Gentile publiée en 1995 – où la pensée philosophique se croise avec un engagement politique et civil revendiqué. C’est justement dans la mesure où Gentile ne peut concevoir une dissociation entre pensée et action qu’il exerce une influence majeure, avec Croce, dans le monde culturel du début du xxe siècle : un modèle aussi bien en tant que philosophe qu’en tant qu’homme de pouvoir dans les domaines de l’instruction et de la culture, face auquel les intellectuels choisissent de se démarquer ou de s’aligner.

13Les deux chapitres suivants, consacrés respectivement à Ernesto Codignola, spécialiste des questions scolaires, et au célèbre critique littéraire Luigi Russo, décrivent deux paraboles exemplaires d’intellectuels durablement et profondément influencés par Gentile, qui néanmoins finissent par s’en éloigner, et par ce biais font preuve d’un antifascisme croissant plus ou moins déclaré. Le rapport de ces intellectuels avec le régime et l’idéologie fascistes est ainsi faussé par l’admiration et l’amitié qu’ils nourrissent pour Gentile ; sentiments qui rendent d’autant plus complexe l’interprétation de ce qui pourrait paraître un consenso initial.

14Gabriele Turi veut surtout montrer qu’à bien des égards l’attitude des intellectuels n’est pas univoque : elle évolue, oscille, hésite, se déclare rarement de façon explicite et ne manifeste souvent qu’indirectement son éloignement par rapport à l’idéologie fasciste. Il arrive parfois que l’intellectuel choisisse de se démarquer en restant dans le domaine strict de ses compétences scientifiques : il en est ainsi de l’historien Ernesto Sestan, dont il est question dans le chapitre neuf. Il a en effet exprimé une forme de dissension politique dans ses études historiques, en luttant par exemple contre la tendance anachronique propre à la propagande fasciste, qui consistait à chercher des précurseurs prestigieux du fascisme tout au long de l’histoire italienne.

15Les formes de refus de la part des intellectuels peuvent néanmoins acquérir les traits d’une résistance plus directe et plus affichée : c’est le cas que Turi examine dans ses deux derniers chapitres, où il relate l’expérience d’une revue à l’esprit antifasciste de plus en plus déclaré, Solaria, les considérations de Vittorio Foa durant ses années d’exil, et enfin les réactions de nombreux intellectuels pendant la guerre. Mais le point commun que l’auteur met en avant entre toutes ces expériences, c’est la tentation présente pour tous ces intellectuels à un moment donné de faire de la culture et de la littérature un refuge, ou même un rempart face à la propagande fasciste. Bien qu’il affirme ainsi l’autonomie de la culture, l’intellectuel s’isole-t-il pour autant dans sa « tour d’ivoire », ou ne faut-il pas voir au contraire en cela un acte de revendication au poids politique non négligeable ? C’est sur cette interrogation quant à la véritable nature de ce geste qui n’équivaut pas forcément à un disimpegno, à un désengagement de l’intellectuel, que Gabriele Turi achève son ouvrage, offrant ainsi à ses lecteurs de nombreuses pistes de réflexions et de recherche.

16Cet ouvrage propose donc plusieurs axes et plusieurs angles d’approche pour étudier la question des intellectuels dans l’Italie fasciste, et en cela il suggère un vaste champ de recherche, encore relativement vierge. C’est, du reste, un champ d’autant plus fertile que l’on peut aisément l’étendre encore davantage si, au-delà d’une histoire des intellectuels stricto sensu, on envisage le problème du point de vue de l’« histoire intellectuelle » que le fascisme a voulu réinventer par sa réécriture de l’histoire culturelle et littéraire de l’Italie depuis le Moyen Âge jusqu’au xxe siècle. Une « reconstruction » de cette historiographie littéraire du fascisme n’a pas encore été réalisée de façon approfondie.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi, « Gabriele Turi. Lo Stato educatore. Politica e intellettuali nell’Italia fascista », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 20 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/461

Top of page

About the author

Stéphanie Lanfranchi

Stéphanie Lanfranchi est élève à l’École normale supérieure de Paris. Elle prépare un DEA en langue et littérature italiennes portant sur Giovanni Gentile, sa réforme scolaire et son influence sur les études littéraires italiennes dans l’Italie fasciste (université de Paris VIII).

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page