Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Sites internet

Christian Zendri
Translated by Laura Fournier-Finocchiaro
p. 271-273
Bibliographical reference

The Latin Library (http://www.thelatinlibrary.com)

The Roman Law Library (http://www.upmf-grenoble.fr/Haiti/Cours/Ak/index.htm)

Editor's notes

Traduit de l’italien par Laura Fournier-Finocchiaro

Full text

1Parmi les instruments les plus utiles aujourd’hui mis à la disposition des chercheurs on trouve certainement les instruments informatiques. Et parmi ceux-ci, ceux qui sont disponibles sur internet ont déjà un rôle significatif et sont en croissance constante. En particulier, les sites les plus précieux sont ceux qui offrent un accès gratuit à des textes, et surtout à des sources. Ils sont encore plus précieux si les textes qui sont consultables ainsi sont tirés de la littérature latine. Parmi ces sites, le site The Latin Library mérite une mention spéciale. La page d’accueil est simplement présentée, pour ne pas dire dépouillée, sans artifices graphiques ni caractéristiques spéciales, mais elle est en revanche absolument fonctionnelle : elle présente un large tableau où sont indiqués les auteurs ou les catégories de textes disponibles, surmonté par une fenêtre avec un menu qui se déplie, permettant de rechercher tout auteur dont les textes sont publiés.

2Le choix des sources est très vaste : on y retrouve aussi bien des auteurs classiques et de la basse Antiquité, de Caton à Cicéron, de César à Tite-Live et Salluste, de Gellius aux Scriptores Historiae Augustae, que les sources de la tradition juridique romaniste (Ius Romanum). Ces dernières, en particulier, sont distribuées en quatre catégories, consacrées respectivement aux lois républicaines (sont disponibles les Leges Duodecim Tabularum, le Senatusconsultum de Baccanalibus et l’Edictum adversus latinos rhetores), à Gaius, dont sont publiées les Institutiones, au Codex Theodosianus avec ses seize livres, jusqu’au Code justinien, intégralement disponible.

3Le choix des sources chrétiennes est non moins intéressant. On remarque en particulier saint Augustin, présent avec ses Confessiones, le De civitate Dei, le De Trinitate, et d’autres encore. La disponibilité de la Summa Theologiae de saint Thomas d’Aquin, malheureusement limitée au seul prologue et à la première partie, est de première importance. La publication intégrale de la Bible, dans le texte de la Vulgate, est fondamentale. L’édition électronique des œuvres d’Isidore de Séville, en particulier des Etymologiae et des Sententiae, se révèle très précieuse, ainsi que celle des Liber Extra de Grégoire IX, malheureusement encore réduite aux livres I, II et IV.

4La section consacrée au Moyen Âge se signale par la présence des Annales Regni Francorum, du Constitutum Constantini, de la Monarchia et du De vulgari eloquentia de Dante, des Disticha Catonis ainsi que de la Vita Karoli Magni d’Éginhard. La publication de l’Historia Langobardorum de Paolo Diacono est d’égale importance. Il manque peut-être quelques sources du bas Moyen Âge, mais de toute façon la masse de textes rendue consultable reste appréciable.

5Enfin, la section moderne inclut, entre autres, le Novum Organum de Bacon, les Meditationes de Descartes, le Moriae Encomium d’Érasme, le Sidereus Nuncius de Galilée, les Thèses de Luther, puis les écrits de Melanchthon et de Pic de la Mirandole, et l’Utopie de Thomas More. En outre, on y trouve des textes de Pétrarque (les vies de Romulus et Numa et l’Epistula M. Tullio Ciceroni), d’Enea Silvio Piccolomini, de Maffeo Vegio et de Vico, ainsi que l’Éthique de Spinoza.

6Les textes sont mis à la disposition des internautes à titre gratuit (la liste des rédacteurs et, selon les possibilités, des éditions utilisées, sont disponibles dans la section « Credits »). Il ne s’agit pas, bien entendu, d’un site qui a l’ambition de remplacer l’utilisation des éditions critiques, mais il offre néanmoins une importante sélection de sources, avec l’avantage de permettre d’effectuer des recherches informatisées, par exemple par mot clé. Bien qu’il manque un moteur de recherche interne (sauf pour le nom des auteurs, qui sont également indiqués dans la section « Index »), toutefois, l’utilisation du potentiel ordinaire pour la navigation en ligne permet d’obtenir de bons résultats, même si elle requiert un peu d’ingéniosité.

7Les nouveautés sont signalées dans la section « Quid Novi ? », mais il ne faut pas négliger le renvoi à « The classical pages », où il est possible de trouver une série d’autres liens vers des sites qui mettent à la disposition du public des textes classiques, ou de toute façon jugés intéressants.

8Dans l’ensemble, le site est bien structuré, fonctionnel et d’une grande
utilité.

9Le site The Roman Law Library, sous la direction d’Alexandr Koptev, est d’une certaine façon semblable au premier, mais plus spécialisé. Il s’agit d’un vaste recueil de sources juridiques de la tradition romaniste, accessible gratuitement.

10Dans ce cas également, la page d’accueil est simple et fonctionnelle : un sommaire situé à gauche de l’écran permet d’avoir toujours sous les yeux la structure du site dans son ensemble, tandis qu’à droite, sous les illustrations, se trouve une fenêtre par le biais de laquelle il est possible de faire une recherche immédiate, même si elle est limitée à un seul mot clé à la fois, à l’intérieur des textes disponibles en ligne.

11Les sources recueillies sont variées. Nous trouvons de nombreuses leges, depuis les leges regiae jusqu’au Bas-Empire. Y figurent en outre Senatus consulta, Constitutiones du prince, Responsa des jurisconsultes et Edicta des magistrats. La digitalisation d’une sélection d’actes juridiques variés, testaments et autres, réunis sous la rubrique « Negotia », est particulièrement intéressante. Sans parler de l’utilité de la section Leges Romanae barbarorum, où l’on trouve le texte de l’Edictum Theodorici regis et la Lex romana Burgundionum. L’édition du Corpus Iuris Civilis est également très utile, et la rubrique « Varia » qui réunit, par exemple, la Notitia Dignitatum, est particulièrement appréciable.

12Dans la section « Auctores veteres Latini », il est possible de lire le De legibus et le De officiis de Cicéron. Une sélection de textes traduits en français est consultable sous la rubrique « Lingua Gallica ».

13Parmi les aspects les plus intéressants du site on peut signaler plusieurs fiches, semblables à des glossaires, disponibles à l’intérieur des différentes rubriques et tirées du Dictionary of Greek and Roman Antiquities de William Smith qui, même si elles sont datées (l’ouvrage est paru en 1875), peuvent toutefois apporter quelques éclaircissements. Mais surtout, le site présente une bibliographie internationale, pas très abondante en vérité mais quand même intéressante, et un recueil utile de liens vers différents sites, avec la possibilité de parcourir en ligne les index de revues telles que la English Historical Review, Ius Comune, Law Quarterly Review, Revue historique de droit français et étranger (au moins pour les années 1999-2001), Zeitschrift der Savigny Stiftung für Rechtsgeschichte Romanistiche Abteilung, Bullettino dell’Istituto di diritto romano Vittorio Scialoja, Studia et Documenta Historiae et Iuris et d’autres encore. En somme, il s’agit encore une fois d’un instrument remarquablement fonctionnel.

Top of page

References

Electronic reference

Christian Zendri, « Sites internet », Laboratoire italien [Online], 5 | 2005, Online since 07 July 2011, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/463

Top of page

About the author

Christian Zendri

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page