Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Howell A. Lloyd, Glenn Burgess et Simon Hodson éd., European Political Thought 1450-1700. Religion, Law and Philosophy

Hélène Soldini
Bibliographical reference

New Haven, Londres, Yale University Press, 2007, 672 pages, 85 $ (59,79 €)

Full text

1Quinze ans après la publication du volume The Cambridge History of Political Thought 1450-1700 dans le cadre du vaste projet éditorial de la Cambridge University Press, le monde anglo-américain offre à nouveau un ouvrage abordant la naissance et la diffusion de la pensée politique : European Political Thought 1450-1700 : Religion, Law and Philosophy, publié en 2007 auprès de Yale University Press. Cette dernière publication, ainsi que son titre l’indique, se distingue de la précédente en privilégiant une approche eurocentrée et en abandonnant la méthode chronologique au profit d’une perspective synchronique et comparatiste.

2Il s’agit d’un volume collectif, résultat d’un groupe de travail réunissant des chercheurs de traditions intellectuelles et historiographiques diverses, qui depuis trois ans se rencontrent autour de la question de l’existence d’une pensée politique commune dans un espace géographique donné durant la première modernité. Ces rencontres, coordonnées par les trois éditeurs de ce volume, Howell A. Lloyd, Glenn Burgess et Simon Hodson, ont permis aux chercheurs d’adopter une approche commune sans intégrer toutefois les réponses apportées aux questionnements en une structure uniforme. Les intervenants, à la fois historiens, philosophes, juristes et littéraires, ont contribué à la rédaction de ce volume en proposant une histoire de la pensée politique de leurs pays d’origine respectifs depuis la Renaissance jusqu’à l’aube du siècle des Lumières. L’ouvrage se compose de quatorze chapitres dont onze sont consacrés à l’histoire politique d’une entité géographique ou politique particulière : l’Italie, le Saint Empire romain germanique, la Hongrie, la Pologne-Lituanie, l’Empire ottoman et le Maroc, Moscou, la Scandinavie, l’Angleterre et l’Écosse, les Pays-Bas, l’Espagne et le Portugal, la France. Ils sont encadrés par deux chapitres d’introduction dans lesquels les éditeurs définissent les enjeux communs des différentes contributions et une conclusion. À la fois manuel de consultation et ouvrage de synthèse, ce volume propose dans chaque chapitre la reconstitution d’une histoire de la pensée politique locale. La concision, mais aussi la richesse et l’actualité de chaque contribution offrent un instrument de travail utile à tous ceux qui voudraient se familiariser avec le développement de la pensée politique comme double réalité, tout à la fois locale et continentale. Un index notionnel et biographique (p. 629-658) permet de faciliter la consultation de l’ouvrage et de circuler d’un chapitre à l’autre. Enfin, une riche bibliographie (p. 553-628) est à la disposition du lecteur désireux d’approfondir certaines questions traitées. Le choix d’un ordonnancement alphabétique est cependant regrettable puisqu’il interdit une distinction entre textes-sources et références historiographiques, et mélange les références utiles pour l’histoire politique de chacune des entités locales étudiées.

3L’originalité de ce volume réside dans l’orientation et la structure générales autour desquelles s’articulent les différentes contributions. Deux enjeux sont posés dès le titre et permettent de distinguer cet ouvrage au sein d’une bibliographie déjà riche concernant l’histoire de la pensée politique moderne : le choix d’une perspective européenne et l’étude des fondements de la pensée politique à partir de l’articulation de trois domaines relevant respectivement de la religion, du droit et de la philosophie. Le fil rouge de ce volume est la question de l’existence d’une « pensée politique européenne » entendue comme « dialectique entre unité et diversité » (p. 1), ainsi que le soulignent les éditeurs, reprenant la thèse développée par Jacques Le Goff dans L’Europe est-elle née au Moyen Âge ? (Paris, 2003). L’objectif des auteurs est de s’interroger sur la pertinence de cette catégorie et d’évaluer le degré de pertinence de celle-ci à la lumière des différences existant dans chacune des parties du continent européen. La structure du volume se fonde donc sur un découpage territorial avant d’être chronologique, ce qui permet de saisir la diversité des pratiques et théories politiques au sein des différentes entités géographiques et de tresser les deux lignes de force de cette enquête, homogénéité et hétérogénéité. La particularité de ce découpage réside dans la définition que les éditeurs donnent au terme « Europe », cette construction à géométrie variable. L’Europe ici ne désigne pas un bloc géographique, étant donné le caractère fluctuant de ses frontières à l’Est, et ne peut être réduit à la diffusion de la latinité chrétienne. À un moment où l’on ne cesse de s’interroger sur l’identité politique et culturelle de l’Europe moderne, les éditeurs ont choisi d’adopter ici la définition politique qui affleure au xviiie siècle et englobe à la fois le royaume de l’orthodoxie orientale (à travers l’étude de cas de Moscou) et l’Empire ottoman, ainsi que le Maroc. L’intégration de réflexions sur le développement d’une pensée politique commune au sein d’espaces aujourd’hui considérés comme périphériques permet d’enrichir le débat sur l’identité politique européenne et d’échapper à une approche eurocentrée. Il s’agit par exemple, dans le cas de la pensée politique de l’Islam, de déterminer dans quelle mesure celle-ci influence la prise de conscience d’une identité européenne en construction et comment la menace ottomane (mais aussi les relations – commerciales et culturelles – suivies avec la Sublime Porte) participe à cette élaboration. La chose n’est pas sans intérêt, ni sans importance, quand on voit comment, ces derniers temps, des tentatives douteuses se font jour pour faire l’économie des relations avec le monde arabo-musulman dans les reconstitutions des principales généalogies culturelles de l’Europe médiévale et moderne.

4Le point commun, selon les éditeurs, qui émerge de la diversité des cas étudiés, est l’interaction des trois termes religion, droit et philosophie, comme fondements de la pensée politique. Le socle de cette hypothèse de travail est l’affirmation d’un héritage commun et de préoccupations politiques semblables à travers l’Europe de 1450 à 1700. Le chapitre introductif rappelle ainsi l’existence de problématiques communes malgré la diversité des réponses apportées localement : la question, par exemple, du rapport de l’autorité religieuse au corps politique qui se pose au sein des trois religions monothéistes, ou l’énergique œuvre de législation qui anime les autorités et résulte d’un même souci de rationalisation de l’ordre juridique, malgré la variété des systèmes proposés. Par conséquent, les trois termes religion, droit et philosophie sont moins considérés dans leur stabilité « disciplinaire » que dans leur capacité d’adaptation et de transformation. C’est donc l’apparente uniformité terminologique que les auteurs ont décidé d’interroger, le but étant de déceler si la diffusion de ces concepts qui transcendent les espaces divisés autorise un processus d’homogénéisation de la pensée politique européenne, certes non uniforme et non cohérente mais néanmoins reconnaissable grâce à la récurrence de ces éléments clefs. Le projet de ce volume part ainsi du double constat d’un héritage religieux, institutionnel et intellectuel commun, et d’une multiplicité de traditions et de modalités discursives capables de générer « a plethora of doctrines and ideas with feverish implications for the thinkers of the time » (p. 54). Les éditeurs sont forcés de reconnaître que, à la fin de la période étudiée, « the dialectic persisted, in the continent’s political and cultural affairs alike, between, on the one hand, common trends and, on the other, dispositions towards diversity » (p. 500).

5La réalisation de ce volume repose donc sur un programme ambitieux. Le danger ici réside en une prise de position méthodologique forte consistant à soutenir l’idée d’une uniformité conceptuelle derrière les récurrences terminologiques et lexicales. De fait, les éditeurs eux-mêmes reconnaissent que « appearances of terminological uniformity furnished no guarantee of conceptual consistency and still less of mutual understanding and agreement » (p. 501). Est-il donc possible d’admettre l’existence d’une pensée politique européenne à partir de l’observation de termes apparemment itératifs, mais dont l’acception varie en fonction des contextes ? C’est sans doute, de façon générale, la question de la pertinence (et au passage celle du traitement des sources à privilégier pour semblable entreprise) d’une histoire de la pensée politique à grande échelle – spatiale et temporelle – qui est ici interrogée. Toutefois, si les éditeurs y font allusion, ils refusent d’entrer dans ce débat : « These issues have given rise to much debate on the purposes of studying the history of political thought and how it should be done. Indeed, new comers to this historiographical arena might be forgiven for wondering wether it can be done at all, so daunting seem the hazards to which critica of methodology have called attention » (p. 6). La thèse d’une continuité des significations conceptuelles se heurte à l’irréductible diversité de l’espace étudié dans une période historique particulièrement riche en bouleversements politiques et militaires, où le contexte de controverses, de violences et de guerres permanentes est source de transformations rapides dans le paysage européen. De ce fait, si le lecteur attend de la consultation de cet ouvrage une réponse concernant la question de l’existence d’une pensée politique européenne depuis la Renaissance jusqu’aux Lumières, cette attente risque d’être déçue.

6Du même coup, la structure du volume peut sembler en contradiction avec le programme proposé dans la mesure où elle privilégie une approche des particularismes locaux, en insistant ainsi sur la diversité des pensées politiques européennes. La perspective comparatiste semble ici manquer puisque l’absence de renvoi entre les chapitres et la synthèse finale ne permettent pas d’exploiter les avantages de l’approche collective choisie. Une étude des conditions de circulation des savoirs et de diffusion des idées entre les différentes entités géopolitiques étudiées aurait pu apporter une réponse partielle à ce questionnement. Il semble que les éditeurs confient à la disposition des chapitres le soin de rendre compte partiellement de cet aspect, exclu par ailleurs du raisonnement des auteurs. En effet, l’organisation des différentes contributions introduit un parcours géographique circulaire, une boucle allant de l’Italie à la France en passant par les pays de l’Est et du Nord de l’Europe, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Cette structure suggérerait ainsi des analogies et des contrastes entre les zones limitrophes tout en assurant une libre circulation à l’intérieur de cet espace clos. Quoi qu’il en soit, une réponse partielle au programme d’étude proposé par ce volume peut être trouvée en revanche au sein de chacune des contributions singulières, lorsque celles-ci focalisent leur attention sur la dimension européenne des doctrines politiques locales – soulignant comment celles-ci influencent et sont influencées par les contributions étrangères – ainsi que sur l’articulation des trois termes examinés. C’est le cas par exemple du chapitre consacré à l’Italie, rédigé à quatre mains par Diego Quaglioni et Vittor Ivo Comparato.

7Ce chapitre se distingue tout d’abord par sa structure, car si les autres contributions se construisent généralement sur la juxtaposition de paragraphes décrivant les contextes historiques dans lesquels s’inscrivent les acteurs locaux et de sections consacrées aux idéologies, concepts et traditions discursives, ici l’organisation des paragraphes permet de questionner cette polarité. Après une partie introductive qui offre un état des lieux de la recherche, déplorant à la fois l’absence de contributions récentes à une histoire des doctrines politiques italiennes et les tendances nationalistes de l’historiographie, le chapitre suit une progression chronologique destinée à mettre en lumière les principes de continuité et de discontinuité à l’œuvre dans l’histoire de la pensée politique italienne. La seconde partie, rédigée par Diego Quaglioni, s’intéresse à l’évolution de la tradition médiévale jusqu’à la rupture du début du xvie siècle. La dernière partie, rédigée par Vittor Ivo Comparato, concerne les transformations des doctrines politiques depuis le développement du machiavélisme jusqu’à la fin du xviie siècle. Cette disposition répond à un souci de contextualisation et rappelle combien l’évolution des systèmes de pensée est liée à la diversité des pratiques politiques et des nécessités historiques. Cependant, le découpage chronologique échappe à la simple juxtaposition d’unités historiques, dans la mesure où l’articulation entre chaque paragraphe permet d’envisager l’histoire de la pensée politique italienne dans sa continuité, entendue en termes d’héritages et de ruptures. Ainsi il apparaît que chaque doctrine ne peut être perçue dans sa singularité, mais doit être envisagée dans son prolongement par rapport à ce qui précède et ce qui suit : l’histoire de la pensée politique se situe donc du côté de l’hypolepse. Cette prise de position justifie l’ampleur de l’arc chronologique choisi, qui englobe la tradition politique médiévale et dépasse donc les bornes temporelles définies par le titre du volume. Selon les auteurs, l’articulation des trois termes, droit, philosophie et religion comme fondement de la pensée politique est à chercher dès le xive siècle, au moment du déclin des pouvoirs universels, de la crise des institutions républicaines médiévales et de l’apparition des gouvernements seigneuriaux qui posent au centre des débats la question de la nature du pouvoir : « The problem of the relationship between law, morality, religion and politics was reintroduced in new forms » (p. 60). La rupture épistémologique représentée par le paradigme machiavélien au début du xvie siècle ne peut être entendue sans un renvoi aux sources de légitimation du pouvoir qui s’élaborent aux xive et xve siècles auprès de juristes tels que Bartolo da Sassoferrato. Ainsi, si le « moment machiavélien » (pour reprendre le titre de l’étude de John Pocock) est généralement perçu en termes de rupture face à la tradition médiévale et humaniste, l’originalité de cette contribution consiste à souligner la filiation existant entre un Savonarole ou un Machiavel et la tradition juridique romaine et médiévale « prémoderne », sans pour autant revenir ce faisant aux vieilles querelles dépassées sur les limites chronologiques de la Renaissance.

8Le choix de quitter un horizon spécifiquement italien et d’inscrire le discours dans une dimension européenne permet également de répondre au projet de ce volume. D’une part, les auteurs soulignent combien le développement des doctrines italiennes trouve un écho au sein de différentes traditions politiques, comme par exemple l’histoire de l’anti-machiavélisme qui se diffuse en France à la cour de Catherine de Médicis, dans les milieux protestants, ou auprès de l’école jusnaturaliste et thomiste de Salamanque. Ils rappellent d’autre part que le déploiement de la pensée politique italienne, en particulier au xviie siècle, se nourrit de contributions étrangères, grâce à la constitution de réseaux d’échanges à l’échelle européenne : « Intellectual relationships grew and tended to create “networks” around personalities, with letter-writing as a principal medium » (p. 95). Cette nouvelle pensée politique qui puise à l’étranger ses références et cherche à transformer les pratiques non à travers la rédaction de traités politiques mais grâce à l’intervention de juristes, moralistes, historiens et économistes, montre combien le développement des systèmes de pensée repose, à la fin de la période étudiée, sur la circulation des idées et des savoirs, et permet aux auteurs de conclure : « It is not easy to separate political thought from other forms of intellectual activity in the Italy of that time » (p. 98). Enfin, l’insertion des débats strictement italiens dans des problématiques communes à l’ensemble des autorités politiques permet de faire affleurer l’idée de positions, d’une façon de voir, ou au moins d’un sentiment communs en Europe. Les interventions de Paolo Sarpi, par exemple, ne sont pas simplement analysées dans le cadre de l’Interdit pesant contre Venise en 1606 : reprenant les conclusions de Corrado Vivanti (Paolo Sarpi, Rome, 2000), la question de l’étendue du pouvoir coercitif de l’Église dans la sphère du pouvoir civil est ici également rattachée de façon générale à « a tangle of discussions and problems which were at the time shaking the political and religious life of Europe » (p. 94).

9Le choix de cette recension de s’attarder sur le chapitre consacré à l’Italie naît, outre notre domaine de travail personnel, de l’intérêt de cette contribution pour la construction d’une histoire de la pensée politique italienne. En effet, un lecteur désireux d’approfondir l’évolution des doctrines politiques italiennes dans une perspective européenne trouvera ici matière à réflexion grâce à la variété des sources utilisées et à l’actualité des thèses accueillies ou discutées par les auteurs. Cependant, que retient-on, à la lecture de ce volume, de la notion de « pensée politique européenne » durant la première modernité ? Dès la première page, les éditeurs avaient justifié l’absence d’une thèse cohérente et présentaient ce travail en cours comme une investigation : « An exploration of the extent to which European political thought may be characterized as “a dialectic between unity and diversity” » (p. 1). Néanmoins, c’est bien la définition de cette réconciliation entre les deux lignes de force de cette enquête qui semble ici faire défaut, à savoir un examen plus approfondi de cette dialectique permettant de résoudre l’unité et la diversité, la concorde et la divergence, l’un et le multiple. Nous pouvons alors nous interroger sur les risques de la perspective téléologique choisie : peut-on espérer trouver une légitimité au présent en puisant dans le passé et justifier ainsi la recherche d’origines communes en Europe avant le xviiie siècle ? En 1943 déjà, Federico Chabod s’interrogeait sur l’apparition du concept d’Europe en tant qu’individualité morale et historique, et affirmait l’existence d’une prise de conscience européenne dès le xvie siècle (Storia dell’idea d’Europa, Rome, 1961). L’époque moderne coïncidait pour lui avec la reconnaissance d’une tradition, d’une façon commune de penser et de sentir. D’autres travaux, par exemple ceux de John Rigby Hale (The civilization of Europe in the Renaissance, Londres, 1993), ont continué à soutenir l’idée qu’une définition spécifique de l’Europe prenait effectivement corps à la Renaissance. Dans cette perspective, le xvie siècle se présentait comme un moment privilégié de l’européanisation de la pensée, en opposition aux formes précédentes d’universalisation (par exemple la chrétienté du Moyen-Âge) qui ne permettaient pas de penser la singularité européenne. Selon ces différentes approches, la notion d’Europe serait un concept opérant de la Renaissance aux Lumières et, ce faisant, induirait des réseaux discursifs mettant en scène le sentiment d’appartenance à une telle communauté. Pourtant, dans ce volume, rien ne laisse envisager la construction d’une telle vision collective au sein de l’histoire de la pensée politique. La construction d’une pensée politique européenne durant cette période semble, en définitive, aller de pair avec une exaspération des particularismes et se confronte au caractère fuyant de son objet.

Top of page

References

Electronic reference

Hélène Soldini, « Howell A. Lloyd, Glenn Burgess et Simon Hodson éd., European Political Thought 1450-1700. Religion, Law and Philosophy », Laboratoire italien [Online], 10 | 2010, Online since 27 January 2012, connection on 17 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/505

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page