Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Andrea Guidi, Un Segretario militante. Politica, diplomazia e armi nel Cancelliere Machiavelli

Romain Descendre
Bibliographical reference

Bologne, Il Mulino, 2009, 458 pages, 36,40 €

Full text

1Voici un livre précieux, aux antipodes des volumes qui ne font trop souvent qu’alourdir une bibliographie machiavélienne pléthorique. Il s’agit, au sens strict, de la première monographie complète consacrée au travail et à l’œuvre du « Secrétaire florentin », c’est-à-dire au Machiavel qui fut « a studio all’arte dello stato » de 1498 à 1512. Elle est écrite par l’un des meilleurs connaisseurs des lettres de chancellerie que le secrétaire rédigea quotidiennement durant ces quinze années : Andrea Guidi a notamment préparé, dans le cadre de l’Édition nationale des œuvres de Machiavel, en collaboration avec Jean-Jacques Marchand et Matteo Melera Morettini, le tome V des Legazioni. Commissarie. Scritti di governo (Salerno, 2008), couvrant les années 1505-1507, et il a récemment mis la dernière main au tome VI, actuellement sous presse. Mais c’est bien l’ensemble des dépêches de Machiavel conservées à l’Archivio di Stato de Florence, dont une large partie reste inédite, qui constitue le corpus de ce livre. Il contient d’ailleurs en appendice une centaine de documents inédits, pour l’essentiel des lettres rédigées par ou envoyées à Machiavel de 1498 à 1505.

2L’auteur confirme, développe et précise les hypothèses qui, ces dernières années, ont irrigué les études machiavéliennes les mieux informées – tout particulièrement depuis qu’a été entrepris le nouveau chantier d’édition des lettres, à l’initiative de Jean-Jacques Marchand –, et dont certaines ont pu être présentées à l’occasion du colloque de Lausanne de 2004 (Machiavelli senza i Medici. Scrittura del potere / potere della scrittura, actes réunis par Jean-Jacques Marchand, Rome, Salerno, 2006). Il ne s’agit pas, comme le précise Guidi, de rabattre la totalité de la doctrine du Florentin sur les usages en vigueur à la chancellerie, mais de mettre en évidence les liens de certains aspects de sa pensée avec une pratique d’écriture, des coutumes et des traditions administratives spécifiques (p. 20). Ce travail ne se présente donc pas comme une généalogie qui privilégierait, dans la correspondance officielle du chancelier, les thèmes et les concepts majeurs des grandes œuvres politiques, selon un réflexe téléologique consistant à analyser les antécédents à la seule lumière des aboutissements. De fait, le Prince, les Discours ou l’Art de la guerre ne sont presque jamais mentionnés, et il appartient au lecteur de les relier aux résultats que nous livre l’auteur. Après une préface signée par Jean-Jacques Marchand, une introduction et une présentation des documents étudiés, ces résultats sont présentés en trois chapitres : le premier est consacré à la formation de Machiavel et à son entrée à la chancellerie (« L’ingresso in Cancelleria », p. 37-137) ; le deuxième reconstruit ses positionnements à l’intérieur du champ politique florentin pendant toute la période sodérinienne (« Neutralità o impegno del Cancelliere ? », p. 139-158) ; le troisième, qui occupe plus de la moitié du livre et est particulièrement riche en apports nouveaux, présente la conception, le développement et la gestion de la milice voulue par le second chancelier (« La milizia. Componenti culturali, amministrative, militari e politiche nell’Ordinanza di Machiavelli », p. 159-386).

3L’entrée de Machiavel à la chancellerie est replacée dans le contexte plus général de l’arrivée d’hommes « nouveaux », c’est-à-dire n’appartenant pas à la classe dirigeante traditionnelle, aux postes du pouvoir exécutif à la fin du xve siècle. Lorsqu’une large part de ce pouvoir échoit au secrétaire, et non plus au premier chancelier dont le prestige est supérieur mais la marge de manœuvre désormais bien moindre, l’on cherche surtout des professionnels, des hommes d’expérience susceptibles d’adapter leurs pratiques aux nécessités du temps, et non plus des héritiers de la grande tradition humaniste (au rang desquels pouvait encore être compté le premier chancelier Marcello Virgilio Adriani). Si une telle évolution est clairement perceptible dès la fin de la période médicéenne, les bouleversements politiques provoqués par le début des guerres d’Italie n’ont fait que l’accentuer. Comme beaucoup de jeunes Florentins qui ne fréquentèrent pas le Studio, Machiavel reçut, à travers l’enseignement de Paolo da Ronciglione, une formation latine solide, fondée sur un apprentissage de la grammaire héritant encore des dictatores médiévaux, mais il n’accéda qu’aux rudiments de l’éducation humaniste. Une approche croisant l’histoire sociale et l’histoire de l’éducation avec les études machiavéliennes permet ainsi de poser avec précision la question du rapport du jeune Machiavel à l’humanisme et d’y répondre de façon nuancée et convaincante. Sur ce point comme sur bien d’autres, on notera la richesse et l’intérêt des notes qui – parfois sur plusieurs pages ! – mènent un dialogue serré avec l’ensemble de la critique, jusqu’à la plus récente, conduisant ainsi à des examens qui sont autant de mises au point utiles et bienvenues, constituant le cadre à l’intérieur duquel prend place efficacement la contribution propre de l’auteur.

4Le deuxième chapitre, particulièrement court (une vingtaine de pages), permet d’établir jusqu’à quel point Machiavel était effectivement un homme de parti, rompant ainsi avec la tradition des chanceliers républicains. L’auteur repart ici encore de l’historiographie récente (et la discussion avec Robert Black et son article de 1993, « Machiavelli, servant of the Florentine Republic », joue ici un rôle important), dont les apports sont précisés et modifiés à la lumière d’une connaissance plus vaste et plus profonde des sources manuscrites. Ainsi, en 1498, ce sont bien les positions anti-savonaroliennes de Machiavel qui ont permis que le choix soit porté sur lui. Toutefois, son autonomie intellectuelle et sa complète indépendance vis-à-vis de la classe dirigeante traditionnelle sont les éléments qui assurent et renforcent par la suite sa position auprès de Piero Soderini et de son entourage. C’est plus particulièrement dans le cadre de ses missions diplomatiques que le secrétaire fait preuve tout à la fois d’une autonomie critique certaine et d’un appui indéfectible aux positions du gonfalonier.

5Si Machiavel ne fut certainement pas le seul à développer une critique virulente du mercenariat, puisqu’il s’agissait d’un héritage de la tradition humaniste, commun à toute une génération d’historiens toscans, il fut sans doute le seul à conduire à terme, sur une telle base, un programme concret de renouvellement militaire (p. 163). Guidi développe à ce sujet de nombreux points : le sens très pratique du lien « justice et armes » tel qu’il est articulé par Machiavel, à travers une complémentarité étroite entre réforme judiciaire et réforme militaire ; l’emploi particulièrement efficace de la tradition morale des humanistes, là encore à des fins essentiellement pratiques, la langue de l’humanisme fonctionnant avant tout comme un instrument politico-rhétorique servant à convaincre la classe dirigeante (p. 170-172) ; la reprise d’éléments propres aux coutumes de la Florence communale, notamment en matière de conscription (p. 203-210). Après avoir montré que le secrétaire n’eut pas seulement un rôle exécutif et administratif, mais qu’il fut bel et bien, de bout en bout, le véritable auteur de la réforme, Guidi suit pas à pas la première mise en place de la milizia d’ordinanza, à partir de 1505, puis il analyse les conditions de son institution officielle par le Grand Conseil en décembre 1506, au terme d’un vote exprimant un soutien nettement plus large que celui généralement apporté par la seule majorité pro-sodérinienne (p. 227-237). Au sujet du recrutement de « don Micheletto » (Miguel de Corella) comme chef de la milice, dont l’interprétation donna lieu à une polémique célèbre (du moins parmi les spécialistes) entre Carlo Dionisotti et Gennaro Sasso, Guidi donne clairement raison au second : l’homme de guerre certes cruel et violent que Machiavel avait lui-même engagé n’eut que des fonctions de police militaire et de contrôle de l’ordre public ; contrairement à ce que pouvaient craindre certains optimates, le rôle de Miguel de Corella (et donc, par son intermédiaire, celui de Machiavel) n’était pas de servir, au moyen d’une police politique privée, les intérêts de Soderini dans la lutte qui l’opposait à eux. À nouveau, Guidi le montre bien, Machiavel eut en fait recours à une tradition administrative propre à la chancellerie florentine (l’engagement des bargelli, ces officiers destinés à contrôler l’ordre public et à réprimer les tumultes à l’intérieur du territoire de Florence), qu’il adapta à une situation et des exigences nouvelles (p. 294-320). Plus généralement, l’auteur montre de quelle façon le projet de l’Ordinanza consista, tout à la fois, à soustraire le contrôle politique et judiciaire du contado au pouvoir de l’oligarchie fortement représentée dans les magistratures plus anciennes (en particulier au moyen d’une limitation de la juridiction des Dieci di balìa et de celle des Otto di guardia grâce à l’institution des Nove di ordinanza), et à mieux impliquer les sujets du territoire florentin dans la défense de la République, grâce à une justice plus équitable et à la concession d’exemptions et de récompenses visant à solidariser les paysans-soldats avec les intérêts de la cité. Un projet qui articulait donc de façon cohérente les perspectives politique, militaire et judiciaire, et qui donnait une substance et une actualité singulières au binôme justinien « justice et armes », repris par Machiavel dès 1506 dans La cagione dell’Ordinanza : « Chi dice imperio, regno, principato, repubblica, chi dice uomini che comandono […] dice iustitia et armi » (p. 328-380). Il est significatif que Guidi, poursuivant ici les réflexions de Diego Quaglioni, Corrado Vivanti, Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini, ait décidé de clore son ouvrage sur cette question – dont le titre du présent numéro de Laboratoire italien se fait l’écho – et qu’il ait voulu souligner sa valeur tout emblématique :

De ce thème justinien antique, Machiavel recueillit tout le potentiel politique et militaire, en interprétant son contenu conceptuel (qui postulait une connexion étroite entre lois et armes) de manière à l’adapter à la réalité contemporaine. Transposée sur le plan pratique et concret de la gestion d’une milice de paysans dans la Florence de l’époque, la doctrine justinienne enseignait que l’objectif consistant à transformer ces hommes en une armée réellement valeureuse, fidèle et soudée ne pouvait être atteint qu’au moyen des lois : c’est-à-dire en garantissant à ces hommes une meilleure justice et une plus grande équité sociale, de manière à stimuler leur sentiment de fidélité aux institutions. (p. 383)

6Ce livre permet ainsi de mieux comprendre comment, bien avant l’écriture des œuvres qui assurèrent sa postérité, Machiavel mûrit au cœur même de son activité de chancellerie cette capacité singulière à faire fructifier la doctrine et l’expérience des Anciens (ici, l’héritage du droit romain) au service des nécessités politiques concrètes du présent, dans le souci constant d’une juste articulation des exigences civiles et militaires rendant possible la survie de la République.

Top of page

References

Electronic reference

Romain Descendre, « Andrea Guidi, Un Segretario militante. Politica, diplomazia e armi nel Cancelliere Machiavelli », Laboratoire italien [Online], 10 | 2010, Online since 27 January 2012, connection on 26 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/510

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page