Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Jean Balsamo, Vito Castiglione Minischetti, Giovanni Dotoli, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, Les traductions de l’italien en français au xvie siècle

Jean-Louis Fournel
Bibliographical reference

Fasano, Schena / Paris, Hermann, 2009, 478 pages, 38 €

Full text

1Ce précieux instrument de travail a été préparé dans le cadre d’une série d’ouvrages publiés en coédition de part et d’autre des Alpes. Cette initiative a déjà donné lieu à des répertoires équivalents pour les xviie (2001), xviiie (2003) et xixe siècles (2005) au sein de la « Bibliothèque des traductions de l’italien en français du xvie au xxe siècle ». L’ouvrage a été préparé notamment par deux fins connaisseurs des questions d’édition au xvie siècle : d’un côté, Vito Castiglione-Minischetti qui s’occupe à la BNF des fonds italiens ; de l’autre, Jean Balsamo, auteur de la longue introduction du volume et qui est spécialiste de l’histoire de l’imprimerie et des relations entre la France et l’Italie à la Renaissance (on rappellera son ouvrage paru en 1992, Les rencontres des muses : italianisme et anti-italianisme dans les lettres françaises de la fin du xvie siècle, mais aussi son répertoire des ouvrages traduits de l’italien entre 1570 et 1600, réalisé dès 1988 dans le cadre sa thèse d’État, lointaine origine de ce répertoire). Le travail a été réalisé avec des critères et une rigueur qui en font un instrument de consultation irremplaçable, même si l’avant-propos fait remarquer modestement qu’il ne s’agissait pas « d’établir une bibliographie selon les critères scientifiques en décrivant les éditions après consultation du maximum d’exemplaires localisés », et même s’il n’était pas question d’établir un recensement exhaustif. Pour chaque livre du répertoire sont énumérés, dans la mesure du possible, les différentes éditions connues, ce que l’on sait des paratextes et pièces liminaires, une édition originale italienne de référence, la localisation actuelle de certains exemplaires disponibles quand c’est possible, bref tout ce qui est utile pour avoir une première idée des caractéristiques d’une traduction comme initiative éditoriale. On remarquera que le répertoire ne renonce pas à introduire un nombre non négligeable de textes anonymes qui sont alors classés par intitulés thématiques (Jésuites, Turcica, etc.). Quand un grand texte a fait l’objet de plusieurs traductions, un classement par traducteur est proposé. Le répertoire est pourvu en outre d’une forte bibliographie (p. 429-445) et de trois index indispensables : traducteurs ; lieux d’impression, éditeurs, imprimeurs et libraires ; auteurs, titres anonymes et noms cités (p. 445-478).

2Ce livre sera d’une grande utilité pour les recherches de tous ceux qui sont convaincus que les ouvrages répertoriés ici délimitent un lieu privilégié de déploiement des transferts d’idées, de concepts, de mots entre les différents espaces de l’Europe de la Renaissance en un moment historique où la conjonction de la réflexion humaniste sur l’imitation, du renforcement des langues vulgaires et du développement de l’imprimerie confère aux traductions de livres italiens un rôle culturel de premier ordre, en France mais aussi dans d’autres pays (et Jean Balsamo le rappelle à juste titre au début de son introduction en évoquant les travaux équivalents réalisés sur les traductions de l’italien en Angleterre, notamment par John L. Lievsay, The Englishman’s Italian Book. 1500-1700, Philadelphie, 1969). La péninsule italienne proposait aux Français de la Renaissance un modèle de la façon dont, en quelques décennies, la langue vulgaire avait pu acquérir des lettres de noblesse dans presque tous les domaines du savoir, et pas seulement dans celui de la littérature illustrée par les « trois couronnes », et elle leur donnait aussi les instruments pour réfléchir sur le rôle de la traduction dans la construction d’une littérature moderne au travers des débats sur la questione della lingua. Jean Balsamo retrace ainsi, dans son introduction, le parcours des traductions et des traducteurs de « l’imitation » à « l’appropriation », au cœur d’une relation complexe où se tressent la modestie de celui qui se veut un simple passeur et la tension créatrice de qui part du texte d’origine pour le mettre au service de la langue d’arrivée. Il propose aussi les grandes lignes d’une typologie évolutive des traductions qui conduit à mettre en évidence non pas le repli du phénomène mais l’évolution de sa signification. On traduit autant à la fin du siècle, mais les traductions « cessent de jouer un rôle dynamique dans l’illustration de la langue française et leur rôle littéraire et savant apparaît moins utile dans un apprentissage lettré » (p. 64). L’évolution de la traduction de l’italien serait dans cette perspective l’indice d’un changement d’âge et d’un basculement en un autre moment historique où l’Italie serait moins une source d’inspiration pour les lettres profanes que pour les Beaux-Arts et la spiritualité. La thèse vaut d’être discutée et le répertoire présenté brièvement ici nous offre un instrument pour travailler la question.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Jean Balsamo, Vito Castiglione Minischetti, Giovanni Dotoli, en collaboration avec la Bibliothèque nationale de France, Les traductions de l’italien en français au xvie siècle », Laboratoire italien [Online], 10 | 2010, Online since 27 January 2012, connection on 17 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/514

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page