Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Piero Caracciolo éd., Refaire l’Italie. L’expérience de la gauche libérale (1992-2001)

Laura Fournier-Finocchiaro
Bibliographical reference

Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2009, 400 pages, 22 €

Full text

1Dans ce volume, Piero Caracciolo propose une analyse originale d’une période limitée de l’histoire italienne : l’expérience du centre-gauche et les chantiers ouverts pendant les gouvernements du socialiste Giuliano Amato (1992), Carlo-Azeglio Ciampi (1993-1994), et surtout pendant la législature du centre-gauche entre 1996 et 2001 (sous la présidence du conseil de Lamberto Dini, Romano Prodi et Massimo D’Alema), en mettant entre parenthèses les sept mois de présidence du Conseil de Silvio Berlusconi (mai-décembre 1994).

2En 1992, l’Italie était en pleine crise politique et traversait une tempête sans précédent : l’opération « Main propres » déstabilisa en effet la plupart des partis politiques de l’époque, tandis que l’assassinat des juges anti-mafia Falcone et Borsellino et la crise économique poussaient le pays au bord du précipice. Refaire l’Italie défend l’idée que les gouvernements de la « gauche libérale » qui se sont succédé à la tête du pays jusqu’en 2001 ont su faire face à la situation en mettant en chantier un grand nombre de réformes, caractérisées par la volonté de combler le déficit de démocratie en substituant des règles impartiales au contrôle étatique et clientéliste des processus sociaux.

3Tandis que l’opinion commune a tendance à considérer que la victoire de Berlusconi en 2001 a sanctionné l’immobilisme des gouvernements de gauche et l’absence de changements concrets dans le pays qui attendait une « modernisation » radicale, les articles qui composent l’ouvrage démontrent au contraire qu’une série de grandes réformes (portant sur l’administration, la politique économique et financière, le soutien aux régions méridionales, l’école et l’université, l’immigration…) se poursuivent, cohérentes, jusqu’en 2001, portées par la volonté affichée de « refaire le pays ». Pour les auteurs des différents chapitres, chercheurs français et italiens – historiens, sociologues, économistes –, l’action menée pendant ces années a changé, et parfois sauvé l’Italie et doit, dans la plupart des domaines étudiés, servir aujourd’hui de base pour le futur programme de la gauche.

4Contre les lectures de l’histoire italienne exclusivement concentrées sur le « phénomène Berlusconi » et les nombreuses analyses qui visent à expliquer les raisons de son succès et les faiblesses de ses adversaires, les auteurs ont préféré étudier de près le chantier vaste et complexe des réformes proposées par les gouvernements constitués d’hommes de gauche ouverts au libéralisme. Dans un contexte politique en pleine mutation (le changement de rôle du président de la République est évoqué par Alessandro Giacone, l’évolution des partis de gauche est retracée par Adrien Candiard, et la poussée de la Ligue du Nord est illustrée par Paola Bertilotti dans la deuxième partie de l’ouvrage), Piero Caracciolo observe de très près les importantes réformes de l’administration publique, Jean-François Jamet analyse les mesures d’assainissement des finances publiques, Florent Mayneris et Jonathan Mochidlover se penchent sur les changements des politiques publiques en direction du Mezzogiorno, Laurent Baggioni et Stéphanie Lanfranchi suivent les projets de réforme du système scolaire, enfin Eduardo Barberis, Bruno Cousin et Francesco Ragazzi étudient les politiques de l’immigration. L’intention clairement exprimée par le directeur de la publication est de valoriser – non sans une certaine nostalgie – l’activisme passé de la gauche, quand encore elle « savait agir », dans l’espoir d’une nouvelle mobilisation de ses forces, afin de s’opposer à la « seconde conception de la modernité » illustrée par Silvio Berlusconi, dont les seules intentions, d’après Piero Caracciolo, sont de « libérer le plus possible les individus des nombreuses entraves que la société moderne et le Welfare State ont créées » et surtout d’« utiliser les structures publiques pour réaliser des projets économiques et politiques personnels » (p. 30).

5Or, comme ne le cachent pas les auteurs, les politiques mises en œuvre dans les années 1990 ont souvent eu des résultats mitigés : tant dans le domaine de l’éducation, de l’immigration ou de l’action pour le Mezzogiorno, les mesures n’ont pas donné pleinement satisfaction, et surtout ont connu d’importantes modifications et retours de bâton après la victoire électorale de Berlusconi en 2001. Certaines ont néanmoins marqué un tournant dans l’histoire du pays : par exemple, la réforme Berlinguer-De Mauro, qui définit le principe de l’autonomie des établissements scolaires et la réforme des cycles, a été « la plus grande réforme de l’éducation depuis la réforme Gentile » (p. 182). Dans un contexte marqué par la massification de la population scolaire mal gérée, l’analphabétisme autant chez les enfants que les adultes et la déscolarisation précoce de nombreux jeunes, les différents textes adoptés en 1997 et 2000 sont extrêmement ambitieux. Le prolongement de la scolarité obligatoire de 14 à 16 ans, l’unification de l’école secondaire, la création de l’obligation de formation et l’attribution de l’autonomie organisationnelle et didactique aux établissements scolaires devaient permettre d’« aligner l’Italie sur les autres grands pays industrialisés » (p. 183). Mais au final, le changement radical n’a pas lieu : « Les principales mesures de la réforme, abrogées en 2003 par le gouvernement suivant [dirigé par Silvio Berlusconi], n’ont jamais été pleinement appliquées » (ibid.). De même, les réformes concernant l’immigration se sont soldées par un échec, imputable cette fois-ci aux gouvernements de centre-gauche. Il s’agissait pour eux de combler un vide juridique devant un problème inédit, puisque l’Italie n’avait jamais été auparavant une terre d’accueil, mais avait dû faire face au départ de ses habitants vers d’autres pays. Or la loi Turco-Napolitano de 1998 fait le choix d’une politique dure : en validant l’expulsion et les camps temporaires comme principales réponses à l’immigration clandestine, ils ont valorisé « une logique répressive [qui] atteindra par la suite son paroxysme avec la loi Bossi-Fini de 2002, promulguée lors du retour de la droite au pouvoir » (p. 232). Les auteurs avancent l’hypothèse que c’est l’instabilité du système institutionnel lors des années 1990 qui a sans doute contribué à l’adoption de ces mesures dans l’urgence. Alors que les tragédies liées à l’immigration (débarquements de boat people, multiplication de la violence et des crimes imputables aux extracomunitari) se retrouvaient à la une de tous les médias, les gouvernements n’ont pas pris le recul nécessaire pour élaborer « une conception commune de ce qu’est le modèle d’intégration à suivre en Italie » (p. 235).

6Il est néanmoins indéniable que l’action de la « gauche libérale » en Italie a permis des réussites presque « miraculeuses » : alors qu’au début des années 1990 elle traversait la pire crise économique depuis la guerre, l’Italie est finalement admise immédiatement au sein de l’Union monétaire européenne, un événement qui a stabilisé la situation financière du pays. L’exécutif a également su renforcer l’unité nationale et refouler le projet sécessionniste du parti xénophobe de la Ligue du Nord, qui prenait de plus en plus d’ampleur et menaçait la stabilité du pays. Les structures administratives, considérées comme sclérosées, ont bien été modernisées selon une nouvelle stratégie devant mêler efficacité et équité. On peut seulement regretter que les transformations historiques qui ont profondément changé l’aspect de la péninsule avant 1992, ainsi que les décisions politiques précédentes, soient rarement évoquées, sauf pour parler de la passivité et de l’immobilisme de la classe politique en général, qu’il conviendrait de nuancer. La focalisation exclusive sur les idées de la gauche, dont une grande partie n’a même pas eu le temps d’être mise en chantier, semble parfois forcée, tandis que le lecteur aurait envie d’en savoir plus sur les ruptures et les continuités des politiques de centre-gauche avec la période postérieure.

7Malgré cette absence de mise en perspective, cet ouvrage a le grand mérite de regarder une période peu évoquée par l’historiographie européenne et de présenter le cas italien comme un exemple important, un « laboratoire », pour une réflexion plus générale, dans toute l’Europe, sur la difficile définition d’un programme de gauche dans un contexte où les politiques publiques sont soumises à l’accélération du processus d’européisation aussi bien dans leur contenu que dans les valeurs et les idées qu’elles défendent.

Top of page

References

Electronic reference

Laura Fournier-Finocchiaro, « Piero Caracciolo éd., Refaire l’Italie. L’expérience de la gauche libérale (1992-2001) », Laboratoire italien [Online], 10 | 2010, Online since 27 January 2012, connection on 20 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/523

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page