Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Claudio Sensi éd., Maître et passeur. Per Marziano Guglielminetti dagli amici di Francia

Jean-Louis Fournel
Bibliographical reference

Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2008, 395 pages, 25 €

Full text

1Ce recueil d’articles est publié de façon très opportune chez ce même éditeur auprès duquel Marziano Guglielminetti avait créé une collection d’ouvrages en langue française (intitulée en référence à Gilles Ménage) destinée à accueillir les études des chercheurs italianisants français. Le livre rassemble ainsi vingt-sept contributions de chercheurs qui, pour la plupart, enseignent en France, et qui ont tous eu des relations avec Marziano Guglielminetti. À côté des hommages de ses élèves ou de ses collègues italiens, ce recueil d’articles illustre une des composantes spécifiques de la vie de recherches et d’enseignement du professeur turinois disparu il y a trois ans. Se dessine dès lors une tentative de rendre compte des étapes et des espaces qui furent ceux des relations d’un universitaire avec l’italianistica française. De fait, par son enseignement (il donna des cours dans de nombreuses universités françaises, à Lille comme à Paris, à Poitiers comme à Nancy, à Chambéry ou à Aix) et ses activités de recherche (il participait avec une grande régularité aux congrès scientifiques organisés par les centres de recherche français depuis plus de trente ans), Marziano Guglieminetti entretint avec ses collègues d’outre-monts des liens d’une solidité et d’une fécondité rares et ce au-delà des « spécialités » et des « périodes » dans lesquelles nous inscrivons de façon parfois trop exclusive nos activités d’enseignement et de recherche.

2Les textes rassemblés vont du simple témoignage à l’article abordant l’un des multiples intérêts scientifiques de Guglielminetti. À l’image de ce que fut le parcours de recherche et de publication de celui à qui il est ici rendu hommage, l’ouvrage parle de littérature et d’histoire italienne d’une façon transversale, tant pour ce qui est de la chronologie que pour ce qui concerne la nature des textes étudiés ou les problèmes posés (écrits de famille, novellistica, autobiographie, studi danteschi, Marino, Alfieri, Pavese, les relations, échanges et circulations entre l’Italie et la France…).

3L’ensemble est donc à la fois pluriel et unifié par le parcours et la tension implicite née de la référence à un chercheur que l’on peut ainsi suivre et retrouver au fil des textes rassemblés par Claudio Sensi. Après une série de souvenirs personnels égrenés par différents collègues, se succèdent ainsi une méditation de Gisèle Mathieu-Castellani sur la question lancinante de « ressembler à son nom », des études sur une canzone de Dante (Amor che movi tua vertù dal cielo, par Isabelle Battesti), sur De Nolhac (Silvia Fabrizio-Costa), sur la Mandragola (Paul Larivaille), sur les éditeurs des Ricordi de Guicciardini (Jean-Louis Fournel) et sur la religion de l’ami de Machiavel (Jean-Claude Zancarini), sur Bandello (Adelin Fiorato), Vasari (Corinne Lucas) ou Doni (Marie-Françoise Piéjus), sur un médecin en Égypte à la fin du xvie siècle (Jeanine Gérin Del Mese) ou sur la Florence de Giovanni de’ Bardi (Michel Plaisance), sur Marino (ses éditions en France par Jean Balsamo, des lectures du chant VIII et du chant X de l’Adone, par Danielle Boillet et Marie-France Tristan), sur l’édition de Kiel d’Alfieri (Christian del Vento), sur la correspondance de Monti (Angelo Colombo), sur la réception française de Goldoni au xixe siècle (Pérette-Cécile Buffaria), sur Manzoni et l’« autorità » (Luca Badini Confalonieri), sur le Savonarole de Tommaseo (Marina Marietti), sur Sull’Oceano de De Amicis (Giuditta Isotti Rosowsky), sur Pavese (Pierre Laroche) comme sur Tabucchi (Denis Ferraris), et, enfin, comme dernier salut à Guglielminetti venu non plus de France mais de la Suisse, un article sur la diaspora italienne dans le monde (Jean-Jacques Marchand).

4Il n’y a pas lieu d’entrer ici dans le détail de telle ou telle intervention, mais on remarquera simplement que la plupart d’entre elles peuvent être lues comme des éléments de ce dialogue poursuivi avec un ami et collègue disparu ainsi que comme une revendication de la nécessité de poursuivre ces échanges féconds. C’était bien là l’essentiel.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Claudio Sensi éd., Maître et passeur. Per Marziano Guglielminetti dagli amici di Francia », Laboratoire italien [Online], 10 | 2010, Online since 27 January 2012, connection on 25 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/525

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

fr01/12/2010

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page