Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Le Risorgimento. Un enjeu de mémoire sous le fascisme

Antonio Bechelloni
p. 175-191

Résumés

Depuis la formation du premier gouvernement Mussolini au lendemain de la marche sur Rome en octobre 1922 jusqu’à la libération de l’Italie du Nord et l’exécution du dictateur italien en avril 1945, le processus historique connu sous le nom de Risorgimento, qui s’est achevé par la création de l’État-Nation italien, fut l’objet d’interprétations et lectures opposées. Tributaires des servitudes et des aléas conjoncturels tout comme des autoreprésentations des uns et des autres, elles opposèrent les antifascistes aux thuriféraires du nouveau régime tout en révélant des divisions internes à chacun des deux camps antagonistes. La question est redevenue d’actualité en cette veille du cent-cinquantième anniversaire de l’unité italienne. L’article tente, sans prétention à l’exhaustivité, d’en faire le tour en dressant un premier inventaire des thèmes récurrents de la querelle et de leur évolution au fil du temps en fonction de paramètres multiples : les cultures politiques en présence, les grands tournants de l’histoire nationale et internationale, les étapes successives de l’embrigadement totalitaire de la population italienne, la place de l’Italie fasciste dans la guerre mondiale, les déchirements, enfin, de la guerre civile des années 1943-1945.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Préface à C. Rosselli, Oggi in Spagna domani in Italia, Paris, Edizioni di Giustizia e Libertà, 193 (...)

1En guise d’introduction, deux mots d’explication sur le titre de ma contribution. Il n’est pas dans mes intentions de procéder à une revue systématique de la riche historiographie consacrée au Risorgimento et produite par des spécialistes liés aux courants antifascistes. Je voudrais, en revanche, attirer l’attention sur le jeu complexe d’interactions entre le fascisme et l’antifascisme dans la manipulation / mobilisation du passé censé avoir fondé la nation italienne. « Les vainqueurs ne se contentent pas d’occuper le présent. Ils projettent leur victoire dans le passé pour la prolonger dans l’avenir », écrivait Gaetano Salvemini1 – un auteur sur lequel j’aurai l’occasion de revenir – pour expliquer comment Nello Rosselli, par exemple, avait été amené à s’investir dans la recherche historique sur le Risorgimento dans le but précis de contredire ce qu’il estimait être les falsifications éhontées du régime.

  • 2 A. Omodeo, Figure e passioni del Risorgimento, Palerme, Ciuni, 1932.
  • 3 Je n’ai pris connaissance de l’important ouvrage de M. Baioni, Risorgimento conteso. Memorie e usi (...)

2Je compte bien entendu m’appuyer tout d’abord sur des textes d’historiens, mais aussi sur des interventions d’intellectuels de tous ordres, sur des documents officiels provenant des partis politiques, sur des articles de revues, sur des tracts et autres textes révélateurs d’une prise de position délibérée par rapport aux Figures et aux passions du Risorgimento, pour reprendre le titre d’un célèbre classique de l’historiographie libérale du Risorgimento paru justement en 19322. En ce domaine, un travail rigoureux et de longue haleine reste encore à faire. Quelques jalons ont été posés néanmoins par un certain nombre de travaux historiques récents3 parmi lesquels j’ai parfois puisé, de même que j’ai essayé de relire (à la lumière des préoccupations que je viens d’exposer) un certain nombre de textes connus, mais aussi d’autres moins connus à partir du dépouillement d’une partie de la presse antifasciste.

3Mes intentions sont de trois ordres.

  • 4 Voir M. Baioni, Risorgimento in camicia nera : studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Turi (...)

4J’essaierai tout d’abord d’établir une sorte d’inventaire, certes non exhaustif, des positionnements des différents courants antifascistes par rapport au processus d’unification nationale, en fonction à la fois de son prétendu aboutissement dans le fascisme et du discours que ce dernier avait élaboré à son sujet4. Il s’agit, la plupart du temps, de positionnements qui connaissent une certaine durée dans le temps, bien que soumis à des infléchissements qu’une chronologie interne aux mouvements commande.

5Je voudrais, en même temps, déceler un certain nombre de tournants et identifier des conjonctures, plus ou moins longues, à l’occasion desquelles l’ensemble des protagonistes sont amenés à revoir leurs attitudes respectives et à infléchir, voire à remettre en cause leurs visions respectives du passé.

6Je voudrais, enfin, suggérer un certain nombre de réflexions quant au rôle qu’a eu l’expérience du fascisme dans le remaniement des différentes images du Risorgimento inscrites dans la mémoire italienne.

  • 5 Il en parle en ces termes : « […] le prophète de la nouvelle Italie […] À présent l’évangile mazzin (...)

7Dans les années de la montée du fascisme, c’est-à-dire depuis le déferlement de la violence squadrista au cours de l’automne 1920 jusque, grosso modo, au délit Matteotti et surtout au célèbre discours du 3 janvier 1925 par lequel Mussolini assuma la responsabilité morale de l’assassinat, le régime, fort de la complicité de la monarchie et d’une partie de la classe dirigeante libérale, développa un discours qui tendait à accréditer l’idée de son avènement comme couronnement du processus d’unification nationale. Cette stratégie prolongeait le mythe de la vittoria mutilata, et la prétention à représenter l’Italia di Vittorio Veneto et de la Grande Guerre comme s’il s’était agi de la quatrième guerre d’indépendance. Dans certains de ses discours Mussolini prétend établir une continuité entre les chemises rouges de Garibaldi et les chemises noires ; parallèlement, Giovanni Gentile, dans le Manifeste des intellectuels fascistes (mars 1925), alla jusqu’à annexer au fascisme la figure de Giuseppe Mazzini5.

  • 6 Il est à remarquer que cet ouvrage paraît à peu près au même moment que l’œuvre consacrée par G. Vo (...)

8À partir de ce moment, les interprétations du Risorgimento et de son aboutissement, l’Italie libérale, interfèrent étroitement avec les interprétations du fascisme. Dans un premier temps ce furent surtout les libéraux, lorsque cessa leur complaisance envers le nouveau mouvement en passe de se transformer en régime liberticide, qui contestèrent la thèse de la continuité entre le fascisme et l’histoire qui l’avait précédé en Italie. Le fascisme était conçu par ce groupe comme une sorte de catastrophe naturelle imprévisible et inattendue, ou encore comme une maladie morale rendue possible par le bouleversement des esprits produit par la Grande Guerre. C’est notamment la position du philosophe Benedetto Croce qui entend présenter son Histoire d’Italie de 1870 à 1915 6 comme une mise en cause, bien documentée, de la prétention du fascisme à se présenter comme l’héritier de l’Italie libérale et, de ce fait, comme l’achèvement du Risorgimento.

9Des ouvrages consacrés cette fois-ci non pas à l’Italie libérale mais au processus « risorgimental » lui-même (en amont) pourraient être mentionnés. Ceux, par exemple, d’un autre représentant éminent de l’historiographie libérale, A. Omodeo, déjà cité, qui publia en 1931 et 1932 L’età del Risorgimento italiano et Figure e passioni del Risorgimento italiano. L’œuvre des historiens libéraux permettait de souligner le rattachement de l’Italie du xixe siècle aux grands courants idéologiques et intellectuels européens ; cette interprétation tranchait ouvertement avec la version officielle du Risorgimento que le régime entendait imposer et qui, au fil du temps, accentuait son côté autarcique et provincial. Une expression de cette vision, certes simplifiée à outrance, fut proposée par la circulaire émanant du ministre de l’Éducation De Vecchi di Val Cismon en 1936 :

  • 7 Cité par C. Pavone, art. cit., p. 46.

[…] dans toutes les écoles il faut insister d’une manière appuyée sur le processus de formation de l’État unitaire italien débouchant sur le fascisme, sur le rôle joué par la dynastie de Savoie depuis sa première orientation en direction de l’Italie jusqu’à l’action décisive exercée par elle pendant le Risorgimento et dans la vie italienne récente. Quant au Risorgimento, il ne doit pas être présenté comme la conséquence passive de grands événements étrangers, pour importants qu’ils aient été, mais comme un phénomène exclusivement italien dont les origines remontent aux débuts du xviiie siècle […].7

10Si l’on se tourne maintenant vers les autres courants de l’antifascisme, le tableau est beaucoup plus complexe. Initialement, la prétention du régime à se présenter en héritier du Risorgimento et de l’Italie libérale ne rencontre que peu d’objections. Les voix dénonçant la supercherie – comme celles de Luigi Salvatorelli, auteur d’une analyse lucide et pertinente du mouvement fasciste, ou de Gaetano Salvemini, pourtant peu suspect d’indulgence à l’égard de l’Italie libérale – rencontrent relativement peu d’échos. Non pas à cause d’une quelconque complaisance à l’égard du nouveau régime, mais en raison d’un ensemble complexe de raisons.

11Il y avait tout d’abord un rejet assez largement partagé (au-delà des divergences d’appréciation et d’accent) de la classe libérale dont on avait constaté les lâchetés – quand ce n’était les complicités ouvertes – à l’égard des nouveaux maîtres du pays.

12Il y avait, en second lieu, une imprégnation de certains milieux intellectuels par un ensemble de stéréotypes négatifs concernant la nature du processus « risorgimental » et ses résultats, qu’avaient accrédité des écrits à mi-chemin entre la littérature et une philosophie de l’histoire « au rabais », dont les vastes tableaux historiques et les romans d’un auteur comme Alfredo Oriani étaient des spécimens assez représentatifs.

13Il y avait, enfin, une sorte de néo-millénarisme, répandu largement au-delà des adeptes de la IIIe Internationale nouvellement créée – un néo-millénarisme alimenté en négatif par l’expérience atroce de la Grande Guerre et, en positif, par ce que l’on croyait savoir sur la Révolution d’octobre –, qui projetait les esprits vers l’attente d’un futur radicalement autre, et par rapport auquel le Risorgimento et ses héros rendus peu crédibles par l’hagiographie officielle paraissaient une bien pauvre et misérable chose.

14Le libéral d’extrême gauche Piero Gobetti a été injustement accusé par A. Omodeo de s’inscrire dans la cohorte des dénigreurs du Risorgimento. Il a effectivement écrit que le fascisme était « l’autobiographie de la nation » et que « l’on ne peut rendre compte ni pratiquement ni philosophiquement de notre crise révolutionnaire si l’on ne détruit pas le mythe qui a été construit autour du Risorgimento ». Toutefois, il a également parlé d’un autre Risorgimento « senza eroi », justement, qu’il fallait proposer aux nouvelles générations tout en précisant bien que ce Risorgimento-là, s’il pouvait trouver des précurseurs et des prophètes non écoutés dans quelques hérétiques de son Piémont de l’âge des Lumières, ne serait pleinement réalisé que par le prolétariat de la grande industrie moderne, dont l’epos, à l’époque de l’occupation des usines, l’avait tant enthousiasmé :

  • 8 P. Gobetti, Risorgimento senza eroi, Turin, Baretti, 1926, maintenant in Id., Scritti storici, lett (...)

Il ne sera plus plèbe : ce sera un prolétariat fidèle à la dignité du travail et à l’humilité du sacrifice [...]. De cette expérience naîtra la révolution spirituelle de ce peuple résigné et condamné jusqu’ici à la médiocrité. Ce sera l’affirmation d’un prolétariat humble et simple qui veut devenir démocratie moderne, l’origine d’une culture et d’une civilisation qui trouveront ici leur terreau naturel. C’est tout le Piémont qui travaille aujourd’hui en faisant recours aux vertus pratiques traditionnelles pour cette révolution unitaire, pour ce Risorgimento […].8

  • 9 Nous sommes en 1926, et c’est dans la ville française que se tint le IIIe Congrès du PCI. Voir P. S (...)
  • 10 Cette thèse a été reprise récemment par M. Graziano dans L’Italie, un État sans nation ? Géopolitiq (...)

15Si telle était l’attitude à l’égard du Risorgimento de la part d’un auteur qui continuait pourtant de se définir libéral, on ne s’étonnera pas de trouver des accents tout aussi critiques sous la plume des dirigeants du jeune parti communiste. Dans les « Thèses » de Lyon9, par exemple, à la rédaction desquelles Gramsci lui-même participa, on parle en termes méprisants du « soi-disant Risorgimento » qui n’est même pas crédité des caractères d’une révolution bourgeoise. Ces « Thèses » expliquaient, en reprenant un des topoi du révisionnisme « risorgimental » auquel je faisais allusion, que la classe dirigeante du Risorgimento n’avait été en mesure de mener à bien l’unification nationale que grâce au concours de facteurs de politique internationale favorables10. Par la suite, l’interprétation du Risorgimento que Gramsci développa dans les Cahiers de prison fut beaucoup plus complexe, et elle se mesura avec la production historiographique de l’époque. Mais je ne m’y attarderai pas, d’une part parce qu’elle nous est largement familière, d’autre part parce qu’elle n’a été connue (y compris par les cadres du parti) qu’après la guerre ; elle est donc étrangère à mon propos. Les dirigeants communistes en liberté continuèrent encore, pendant des années, à soutenir la thèse du fascisme à interpréter comme un développement « logique et conséquent » du régime instauré grâce au Risorgimento. Il fallut attendre le tournant de la IIIe Internationale, après l’arrivée de Hitler au pouvoir, pour que cette analyse change radicalement et qu’un nouveau discours se développe.

16Ainsi, quand un nouveau venu sur la scène de l’antifascisme actif, Giustizia e Libertà (par l’intermédiaire de son leader incontesté, Carlo Rosselli), commença à parler, de plus en plus systématiquement, de la nécessité d’un « second » Risorgimento, Palmiro Togliatti, dans un article de Stato operaio de mai 1931, le critiqua vertement en ces termes :

  • 11 Ercoli (pseudonyme de Togliatti), « Sul movimento Giustizia e Libertà », Stato operaio, mai 1931, p (...)

[…] la dissolution du mythe du Risorgimento national est un des acquis de l’historiographie la plus aguerrie. Dans la propagande de GL le mythe est restauré dans sa plénitude, et cela dans sa forme la plus rudimentaire, la même, du reste, que l’on peut trouver, avec l’estampille officielle, dans les manuels scolaires de l’école primaire. Le Risorgimento exerce, sur le petit-bourgeois italien, la même fascination que la fanfare sur les gens désœuvrés. Qu’il soit fasciste ou démocrate, il éprouve le besoin de l’entendre claironner à ses oreilles, pour se croire un héros. Le Risorgimento italien a été – nous sommes tous d’accord – un mouvement étriqué, limité, malingre. Les masses populaires n’y participent pas. Ses héros sont des figures médiocres d’hommes politiques provinciaux, d’intrigants de cours, d’intellectuels en retard sur leur époque, de militaires d’images d’Épinal.11

17C’est pourquoi, poursuivait Togliatti,

[…] il est absurde de penser qu’il y a un Risorgimento à reprendre, à achever, à refaire et que c’est là la tâche de l’antifascisme démocratique […]. La tradition du Risorgimento vit […] dans le fascisme, et elle a été développée jusqu’à l’extrême. Mazzini, s’il vivait encore, souscrirait aux doctrines corporatives et ne désavouerait pas les discours de Mussolini sur « la place de l’Italie dans le monde ». La révolution antifasciste ne pourra être qu’une révolution contre le Risorgimento, contre son idéologie, contre sa politique, contre la solution qu’il a donnée au problème de l’unité de l’État et à tous les problèmes de la vie nationale [...]. Les fantaisies sur le « deuxième Risorgimento » ne peuvent avoir d’autre fonction que de cacher cette réalité [...]. (Ibid., p. 35-36)

18Et pourtant, le tournant pris par la frange la plus active de l’antifascisme non-communiste au début des années 1930, s’il n’allait pas sans susciter des remous et des débats à l’intérieur même du mouvement, se révélera irréversible et même le Parti communiste – quoique par des cheminements propres liés à la stratégie internationale de l’URSS – finira par y adhérer. Dès lors, la référence au Risorgimento occupa une place plus ou moins grande, mais en tout cas incontournable dans l’arsenal idéologique et discursif du mouvement de Giustizia e Libertà et, par la suite, du Partito d’Azione, qui en était en grande partie issu pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre. Cette référence prenait plusieurs formes. Elle consistait en une réappropriation, avec bénéfice d’inventaire, des valeurs, des mots d’ordre, des exemples moraux, des idées d’un certain nombre de protagonistes du Risorgimento, en général ceux qui avaient connu des défaites. Santorre di Santarosa, les exilés de la première moitié du xixe siècle, les frères Bandiera, Pisacane, ceux qui avaient été marginalisés après avoir été utilisés par la monarchie comme Garibaldi ou Mazzini, ceux dont les idées n’avaient pas été réalisées en leur temps comme Ferrari, Cattaneo, Montanelli. En fait, globalement, les vaincus du Risorgimento.

19Il ne s’agit pas ici de décider jusqu’à quel point cette réappropriation relevait d’une démarche mythologique en grande partie induite par la nécessité d’opposer des mythes mobilisateurs aux mythes démobilisateurs – ou mobilisateurs dans un sens agressif et impérialiste – produits sur une vaste échelle par le régime. Bornons-nous à constater que ce large recours à la mémoire du Risorgimento devenait d’autant plus intensif que l’étau de l’embrigadement totalitaire du régime se resserrait.

  • 12 Voir par exemple, de C. Rosselli, « G. L. e le masse », Giustizia e Libertà, II, 25, 20 juillet 193 (...)
  • 13 Voir P. Togliatti, Lezioni sul fascismo, Rome, Editori Riuniti, 1970 [1935, Moscou].

20Paradoxalement même, plus l’adhésion – pour passive qu’elle ait pu être ou paraître – des masses au régime se confirmait (adhésion sur l’importance de laquelle la plupart des militants de Giustizia e Libertà12 à partir de 1934, et aussi certains communistes13 peu de temps après, portaient un jugement très lucide), plus l’aspect ultra-minoritaire des héros du Risorgimento, tant brocardé par le révisionnisme « antirisorgimental », apparaissait comme une vertu dont il était bon de se réclamer.

21On pourrait, par ailleurs, penser qu’indirectement, ce retour sur la mythologie fondatrice de la nation de la part de ces militants antifascistes équivalait à une admission – en quelque sorte à leur corps défendant – de l’efficacité de la nationalisation autoritaire des masses mise en œuvre par le régime dans un processus de monopolisation du sentiment national.

  • 14 Voir M. Bresciani, La rivoluzione perduta. Andrea Caffi nell’Europa del Novecento, Bologne, Il Muli (...)
  • 15 Voir N. Chiaramonte, Scritti politici e civili, Milan, Bompiani, 1976.
  • 16 Article signé Curzio, republié in A. Castelli éd., L’Unità d’Italia pro e contro il Risorgimento (C (...)

22C’est d’ailleurs ce qui ressort, partiellement, du débat autour de cette question publié dans l’hebdomadaire du mouvement en 1935. Il serait intéressant d’en examiner les argumentaires. Par faire court, je me bornerai à rapporter un propos de Carlo Rosselli reflétant une position conciliatrice entre deux groupes. Il y avait d’un côté les « antirisorgimentistes » – Andrea Caffi14 et Nicola Chiaromonte, l’inspirateur du personnage de Scali dans l’Espoir d’André Malraux15 – insistant sur les liens de filiation entre Risorgimento, Italie libérale et Italie fasciste et donc sur le danger – pour la santé idéologique du mouvement – de s’inspirer du Risorgimento, fût-il révolutionnaire ; de l’autre, ceux qui, comme Franco Venturi, le futur historien du populisme russe et de l’illuminismo italien, étaient convaincus, en grande partie sous l’influence d’Omodeo et de Salvatorelli, de la nécessité de bien marquer la différence entre la conception qu’avaient de la nation Mazzini et les autres protagonistes du Risorgimento (une nation encore source possible d’inspiration et de proposition), et la conception agressive, impérialiste et raciste claironnée par le fascisme. À l’adresse des uns et des autres, Rosselli martelait : « Le sentiment national existe et nous ne pouvons pas l’effacer d’un trait d’éponge. Devons-nous en faire abstraction pour nous retrouver prisonniers de l’hypocrisie de l’internationalisme abstrait et impuissant des socialistes vieux jeu, quitte à adhérer, le moment venu, à toutes les “défenses nationales” ? »16

  • 17 Voir la préface de F. Venturi à la 8e édition de l’ouvrage en 1962 : G. Salvemini, La rivoluzione f (...)

23En amont de cette prise en charge de la mémoire du Risorgimento, sélective et nourrie d’une bonne connaissance de la littérature historiographique existante, un rôle décisif avait été joué par l’œuvre d’historien engagé produite par Gaetano Salvemini dont l’influence sur la culture historique du mouvement Giustizia e Libertà pourrait difficilement être surestimée. Il faut en effet reconnaître à l’historien méridional un rôle de pionnier, dès la fin du xixe siècle, dans la mise en cause de la vulgate hagiographique de l’histoire « risorgimentale » sous l’impact des événements de 1898. L’étude publiée à l’époque dans Critica sociale, et intitulée de façon significative « Le origini della reazione », avait été justement republiée par Rosselli dans un des Quaderni di Giustizia e Libertà en 1932, et était connue de l’ensemble des protagonistes du débat de 1935. Salvemini inaugurait ainsi une approche de l’histoire récente de l’Italie qui tranchait avec la littérature pseudo-historique évoquée plus haut : contre tout repli autarcique et nationaliste, il avait toujours situé les tournants décisifs de l’histoire italienne du xixe siècle par rapport aux arrière-plans de la grande histoire européenne, avec laquelle il s’était mesuré lors d’un travail de synthèse sur la Révolution de 1789 salué par les meilleurs historiens français de l’époque17. Sachant allier la rigueur proprement historienne aux passions du citoyen engagé, il évita, tout au long d’une production très riche s’étendant sur plus d’un demi-siècle, le double écueil d’une idéalisation a-critique et nostalgique du passé, nourrie par le refus d’un présent devenu inexplicable, et la diabolisation de ce même passé au nom d’une sorte de téléologie noire voyant le présent déjà tout entier inscrit dans toutes les figures, tous les moments et processus du passé.

24Mais la réappropriation du Risorgimento n’était pas commandée seulement par la culture historique des uns et des autres ou par l’exigence de contrer les manipulations du passé national mises en œuvre par le fascisme. La pesanteur propre aux stratégies politiques, parfois choisies, le plus souvent imposées par les circonstances et par les initiatives de l’adversaire, y jouait aussi un rôle éminent. Ceci fut de plus en plus évident à partir de l’arrivée au pouvoir de Hitler et dans la période qui conduisit rapidement à l’alliance avec l’Allemagne nazie et, pour finir, à l’agression fatale du 10 juin 1940. Au fur et à mesure que la politique réelle du fascisme s’engageait dans l’exaspération de ses traits totalitaires sur le plan intérieur, et dans la mise en cause belliciste et impérialiste de l’ordre international concertée avec son allié nazi, la référence au Risorgimento devint plus fréquente dans le camp antifasciste et elle s’embarrassa moins de nuances, même si périodiquement les doutes resurgissaient et les clivages se redessinaient quant aux limites à ne pas franchir dans la réappropriation du passé, puisque cette réappropriation risquait de faire peser une hypothèque sur le nouvel ordre que l’on espérait édifier un jour sur les ruines du fascisme. En d’autres termes, si jusqu’à la fin de la guerre la référence au Risorgimento devint de plus en plus crédible et fut censée permettre – et parfois permit effectivement – d’élargir le camp des opposants au régime, elle comporta également le risque (c’était du moins ainsi qu’elle était perçue par nombre de militants) de donner lieu, après la chute du régime, à une restauration de cette Italie libérale dont l’immense majorité des antifascistes actifs s’accordait pourtant à penser qu’elle avait accouché du fascisme.

25Voyons, dans l’ordre, ces deux aspects : élargissement des prétendants à l’héritage « risorgimental », tension entre réappropriation indiscriminée et réappropriation sélective.

  • 18 Cité par C. Pavone, art. cit., p. 41.
  • 19 In « Il Partito Comunista d’Italia ai combattenti della Brigata Garibaldi (in occasione del 1° anni (...)

26Les retombées du tournant que la IIIe Internationale opéra, dès 1934, en mettant au premier plan de sa stratégie la lutte contre le fascisme international, furent à l’origine d’un changement de cap radical de la part des communistes italiens dans leur manière de se situer par rapport au legs du Risorgimento. Une des premières traces de cette nouvelle posture se trouve dans le long appel lancé, en 1935, par le comité central du parti contre la guerre d’Éthiopie : Salviamo il nostro paese dalla catastrofe ! Contre les forces qui avaient étouffé la révolution populaire du Risorgimento, on revendiquait l’héritage de cette révolution en réintégrant par ce biais le Risorgimento dans le patrimoine idéal – si je puis dire – du mouvement communiste : « Le drapeau qui passa des mains de Pisacane et de Garibaldi à celles d’Andrea Costa et des pionniers du mouvement socialiste est aujourd’hui dans les mains du PCI […] »18. Le tournant était pris ; il ne fut pas abandonné avant longtemps (sauf durant la brève parenthèse que représenta la période 1939-1941) ; pas avant, en fait, la diffusion des écrits de prison d’Antonio Gramsci, lequel tenait un discours autrement plus critique et complexe sur le Risorgimento, y compris dans sa composante démocratico-républicaine. On n’ignore pas la nouvelle fortune que connurent – sous l’impulsion, paraît-il, du dirigeant kominternien bulgare Dimitrov – le nom et l’effigie de Giuseppe Garibaldi comme modèle proposé à l’imitation des combattants, comme oriflamme à exposer devant l’ennemi à l’occasion de la guerre d’Espagne. « Partout où on évoque la liberté, le nom de Garibaldi se présente spontanément à l’esprit, comme son écho » : telle était la phrase tirée de Francesco Domenico Guerrazzi apparaissant en exergue d’un article consacré au Niçois dans la revue théorique du parti en 1936 ; en octobre 1937, lors de l’anniversaire de la première constitution de la brigade Garibaldi, la même revue gratifia ce dernier d’un triple sobriquet glorifiant : « Héros des deux Mondes, Vainqueur de toutes les batailles, Chevalier de l’idéal »19. Au fil du temps, et sur la lancée, la réappropriation du passé se fit de moins en moins sélective. Sous prétexte de s’opposer aux menées destructrices du fascisme, on intégra non seulement le Risorgimento populaire et républicain mais même tout le Risorgimento dont on soulignait le caractère « objectivement révolutionnaire en tant que créateur de l’État moderne, bourgeois certes, mais unitaire, indépendant, laïque, constitutionnel, etc. », dont tous les Italiens dignes de ce nom et « qui ne renient pas les luttes de leurs pères ni ne rougissent de ce qu’elles ont été » étaient tenus de revendiquer le rétablissement.

  • 20 Giustizia e Libertà, 18 juin 1937.
  • 21 « Vous pouvez me tuer, mais vous ne tuerez pas mon Idée. Les idées sont immortelles. Conçues dans l (...)
  • 22 S. Stringari, « Perché Mazzini morì in casa Rosselli », ibid., 30 juillet 1937.
  • 23 Gianfranchi (alias F. Venturi), « F. Buonarroti, primo egualitario italiano 1837-1937 », ibid., 13  (...)
  • 24 F. Schiavetti, « Il Risorgimento italiano e la Spagna », ibid., 3 décembre 1937.
  • 25 S. Trentin, « Il fascismo ha venduto spudoratamente l’Italia ma l’Italia sopravvive indistruttibile (...)
  • 26 F. Schiavetti, « Battisti nella storia d’Italia », ibid., 15 juillet 1938.

27Certes, la conjoncture de guerre – d’abord la guerre d’Éthiopie, ensuite la guerre d’Espagne – favorisait ce genre de réappropriations simplificatrices du passé. À la même époque, l’hebdomadaire Giustizia e Libertà inscrivait à son tour de plus en plus souvent son combat dans le prolongement des gestes du Risorgimento, même si les références restaient plus sélectives. C’est surtout le volontariat à vocation universaliste des combattants du Risorgimento qui était évoqué, tout spécialement dans les articles à destination des futurs volontaires, mais aussi dans le célèbre discours que Carlo Rosselli prononça à Radio Barcelone, en novembre 1936. Après l’assassinat de ce dernier et de son frère Nello à Bagnoles-de-l’Orne, en juin 1937, les références aux vaincus du Risorgimento s’intensifièrent, comme en témoignent les éléments suivants : une citation de Pisacane par Nello Rosselli en exergue à la notice nécrologique sur ce dernier, paru sur l’organe du mouvement entièrement consacré à l’assassinat des deux antifascistes20 ; une phrase de Mazzini célébrant le sacrifice des frères Bandiera21 ; un article rappelant les circonstances qui amenèrent Giuseppe Mazzini à mourir sous le faux nom de « Joseph Brown » dans la maison des oncles des frères Rosselli à Pise22 ; un long article sur Filippo Buonarroti, pour le centenaire de sa mort, dans lequel le jeune Franco Venturi présentait une analyse détaillée de l’exil du révolutionnaire toscan (en Corse, d’abord, ensuite à Paris), en insistant bien sur l’intérêt, pour les exilés italiens de son temps, des enseignements que l’on pouvait tirer d’un premier modèle de liens entre les luttes révolutionnaires de France et d’Italie. Le rôle moteur des influences françaises dans le réveil de la pensée et de la pratique révolutionnaire en Italie y était souligné mais, en même temps, était revendiquée l’antériorité des projets de Buonarroti sur les agissements de l’Armée d’Italie à l’époque du Directoire23. Un long article de Fernando Schiavetti, un républicain dissident, était tout aussi explicite, dès son titre24 : « Il faut, disait-il, se souvenir de la contribution des exilés italiens aux luttes des libéraux espagnols au siècle dernier », et d’enchaîner : « Ce rappel peut avoir une valeur politique et sentimentale puisqu’il contribuera à rendre visible aux yeux de tous la continuité idéale des antifascistes d’aujourd’hui – communistes, socialistes, anarchistes et républicains – avec les exilés mazziniens et libéraux d’hier ». Le rapprochement entre les luttes du passé et les luttes du présent devenait particulièrement pertinent lorsque l’auteur rappelait qu’en 1823, les rescapés des révolutions italiennes avortées de 1820-1821 se battaient aux côtés des libéraux espagnols contre l’armée française envoyée par la Sainte Alliance dans le camp de laquelle se trouvait le prince Charles Albert, de même que les antifascistes de son temps se battaient dans les rangs républicains espagnols contre d’autres Italiens envoyés par Mussolini au secours du général Franco. Le parallèle était mené très loin, puisque l’on se mettait à rêver d’un retour offensif des volontaires républicains d’alors en Italie, analogue à celui qui amena les exilés des années 1820 à revenir en Italie en 1848. Les accents « risorgimentali » devinrent de plus en plus explicites, à tel point qu’ils l’emportèrent sur les accents relevant d’une analyse en termes de classes sociales, à partir de l’Anschluss. Ainsi lisait-on dans un article de Silvio Trentin du mois de mars 1938 : « Mussolini avec, à ses côtés, dans ses attributions de chambellan, le roi Vittorioso […] résume aujourd’hui dans sa personne toutes les fonctions qui dans le passé furent réservées, de la part de l’empire austro-hongrois, aux Bourbons de Naples et aux Ducs de Toscane, de Modène et de Parme. »25 On trouvait des accents semblables dans un article consacré à Cesare Battisti : « L’Italie d’aujourd’hui – pouvait-on y lire – est devenue l’Autriche d’hier à laquelle elle a volé même le titre de “royale et impériale”. »26

  • 27 Gianfranchi, « La razza italiana o l’italiano allo specchio », ibid.

28Après la promulgation des lois raciales en août 1938, un article lumineux de Franco Venturi expliqua que, contrairement aux autres nations européennes, l’État-nation italien ne plongeait pas ses racines dans un obscur et lointain passé : « Ses origines n’ont rien de mythique. Nous savons, nous sentons quotidiennement en nous-mêmes ceux qui, par leur effort, par leur sacrifice, ont permis que l’Italie devienne une nation. Elle est née de la volonté de quelques-uns, des rêves d’une minorité, de l’effort d’hommes modernes, ouverts aux exigences de l’Europe moderne. » Et l’auteur de conclure : « Le racisme est signe d’impuissance, signe de reniement des véritables racines de l’histoire d’Italie. »27

  • 28 Subalpino (alias U. Calosso), « Momentosa risposta di Mazzini al non intervento democratico », ibid(...)

29Un article très subtil, enfin, de Umberto Calosso – en décembre 1938, après Munich, donc, et quand la défaite des républicains espagnols n’était plus qu’une affaire de semaines – s’arrêta longuement sur le moment où Giuseppe Mazzini avait fondé la Giovine Italia, après la défaite des moti de 1831 en Italie centrale. Je ne m’y réfère pas, dit-il en substance, pour sa pensée et ses théories – effectivement dépassées –, mais pour le modèle d’énergie révolutionnaire, parabole de l’homme qui a, quand tout semble perdu, l’audace de tout reprendre à zéro, de tout réinventer28.

  • 29 E. Galli Della Loggia, La morte della patria, Bari, Laterza, 1998.

30Dans les années obscures des agressions infligées à la France et à la Grèce et des défaites successives d’une armée italienne de plus en plus dépendante de l’aide de l’envahissant allié allemand, les antifascistes à l’étranger étaient dispersés, et ceux restés en Italie étaient comme tétanisés. La référence au Risorgimento ne réapparut de manière éclatante qu’au lendemain du 8 septembre 1943, dans un contexte qu’un pamphlet d’Ernesto Galli Della Loggia a qualifié de « morte della patria »29. Parler de « mort » et de « résurrection » me paraîtrait plus approprié mais je n’entends pas aborder ici le fond de la discussion. Je me limiterai à quelques remarques dans le prolongement de celles développées jusqu’ici.

  • 30 U. La Malfa, Per la rinascita dell’Italia, a cura del Partito d’Azione, 1943, p. 4, cité in C. Pavo (...)
  • 31 Ibid., p. 170.

31Il est vrai qu’après le 8 septembre 1943, l’Italie apparut à un certain nombre de résistants comme détruite. Elle était redevenue un champ de bataille et beaucoup pensaient qu’il fallait combattre pour qu’elle cesse de n’être qu’une expression géographique, comme du temps de Metternich. Ugo La Malfa écrivit à l’époque : « Entre le 28 octobre 1922 et le 8 septembre 1943 l’Italie, en tant que grand État national hérité du Risorgimento, a été détruite. »30 Certains, d’inspiration mazzinienne, affirmaient qu’il n’y avait plus de patrie pour le peuple italien et que celui-ci devait donc reconquérir sa patrie. Dans cet effort de reconquête, la mémoire vivante du Risorgimento était mise largement à contribution. Elle servait, pourrait-on dire, de matériau incontournable. Mais de quel Risorgimento s’agissait-il justement ? Était-il le même pour tous ? On voyait réapparaître l’ancien dualisme : un Risorgimento venant d’en bas, populaire, volontariste, s’opposait à un autre qui, tout en s’appuyantsur l’héroïsme des combattants partisans, était coiffé par la monarchie et son gouvernement dont faisaient partie aussi, depuis le printemps 1944, les représentants de partis qui avaient été à la pointe de la réexploration du Risorgimento par les antifascistes. Mais que d’ambiguïtés et d’ambivalences ! Claudio Pavone, dans son beau livre sur la moralité dans la Résistance, a cité comme révélateur de cette ambivalence un journal clandestin publié à Rome fin septembre 1943, qui ironisait sur le fait qu’aussi bien Radio Londres que Radio Munich faisaient entendre sur les ondes l’hymne de Garibaldi Va’ fuori d’Italia, va’ fuori stranier !31

32Il n’est pas dépourvu de signification, par ailleurs, que parmi les officiers italiens capturés par les Allemands après le 8 septembre, se soient élevés spontanément, à l’approche de la frontière du Brennero, le long du chemin aboutissant aux lagers du Troisième Reich, les chœurs verdiens Va’ pensier et Oh Signor che dal tetto natìo. D’où la double fonction qu’assuma la référence au Risorgimento : d’un côté, de la part des membres du Partito d’Azione, des communistes, et, dans une moindre mesure, des socialistes, l’évocation des épisodes et des figures qui avaient été durant le Risorgimento associés à des défaites, dans l’espoir souvent clairement explicité que ce secondo Risorgimento pourrait enfin réaliser les objectifs que le premier n’avait pas atteints. De l’autre, le Risorgimento comme ciment d’un combat unitaire entre des forces par ailleurs différentes et divisées quant à leur vision de l’avenir.

  • 32 Ibid., p. 182.

33Au terme du processus se dessinait déjà, en filigrane, le couple Risorgimento / Restaurazione par opposition au couple secondo Risorgimento / achèvement des promesses non tenues par le premier. En d’autres termes, apparut la crainte que la Résistance ne fût à son tour suivie par la déception qu’avaient connue les démocrates du Risorgimento. Claudio Pavone parle à juste titre d’une confusion des lingue risorgimentali qui pouvait par moments choquer ; et ce d’autant plus que la référence au Risorgimento fut aussi un enjeu au sein d’une guerre civile. En effet, les fascistes de la Repubblica Sociale Italiana (RSI) n’hésitèrent pas à leur tour, quoique dans une moindre mesure (par rapport aux résistants), à placer leur combat sous les auspices du Risorgimento : la RSI fut parfois présentée comme l’héritière de la République romaine de 1849, et l’effigie de Mazzini parut sur des timbres postaux. Dans une lettre à sa femme, un volontaire néofasciste (avant d’être fusillé par les résistants en juin 1944) formula à l’encontre de celle-ci le reproche de n’avoir pas voulu lire les Confessioni d’un italiano d’Ippolito Nievo – ce qui lui aurait permis de comprendre les raisons de son propre choix32.

34Ceci dit, la référence au Risorgimento – en tant que « réservoir » de motivations au combat des résistants – doit être relativisée. Pavone lui-même fait remarquer qu’au terme d’une recherche systématique menée sur les journaux clandestins imprimés par les résistants, il apparaît que les titres renvoyant au Risorgimento sont moins fréquents que les titres renvoyant à la Révolution française dans les publications correspondantes de la presse résistante française – quoique dans ce cas également, les occurrences soient moins nombreuses qu’on ne pourrait le croire.

35Des références à la révolution française se retrouvent, par ailleurs, dans la presse résistante italienne. Il arriva par exemple à Nenni de présenter les partisans comme de nouveaux sans-culottes et à L’Unità, l’organe du Parti communiste, de demander la formation d’un gouvernement de salut public.

36Le choix des noms des formations partisanes est à son tour révélateur : ceux d’origine « risorgimentale » sont un peu plus fréquents (par rapport aux titres des journaux clandestins) mais toujours minoritaires. Quoi qu’il en soit, ils sont révélateurs et ne semblent pas contredire les considérations auxquelles je me suis livré jusqu’ici : Mazzini (au moins cinq fois), Pisacane, Bixio, les frères Bandiera (trois fois chacun), Cattaneo, Nievo, Mameli (deux fois) ; puis Anita Garibaldi, Mazzini et Garibaldi, Manin, Cairoli, Pellico, Menotti, et aussi une « Chemise rouge » à mi-chemin entre Risorgimento et mouvement ouvrier. Moins nombreuses encore sont les références au Risorgimento dans le choix des noms de bataille. Ceci pourrait suggérer un décalage, qui ne saurait surprendre, entre différents types de mémoires : une mémoire savante, pour laquelle la référence au Risorgimento restait en Italie, à la fin de la guerre, très importante ; une mémoire partisane et militante où des oppositions se dessinaient entre des cadres pour lesquels la référence pouvait varier en fonction de paramètres idéologiques et conjoncturels divers et une base pour laquelle elle était relativement secondaire ; enfin, une mémoire populaire plus large, pour laquelle, au stade actuel, nous ne disposons d’aucun instrument d’évaluation.

Haut de page

Notes

1 Préface à C. Rosselli, Oggi in Spagna domani in Italia, Paris, Edizioni di Giustizia e Libertà, 1938, p. vii, cité par C. Pavone in « Le idee della Resistenza : antifascisti e fascisti davanti alla tradizione del Risorgimento », Passato e Presente, 7, janvier-février 1959, p. 850-918, republié in C. Pavone, Alle origini della repubblica. Scritti su fascismo, antifascismo e continuità dello Stato, Turin, Bollati-Boringhieri, 1995, p. 3-69. C’est à cette édition que se réfèrent les numéros des pages. La phrase de Salvemini citée ici se trouve p. 5. Ce texte, comme tous les textes à suivre tirés d’ouvrages italiens, sont traduits en français par mes soins.

2 A. Omodeo, Figure e passioni del Risorgimento, Palerme, Ciuni, 1932.

3 Je n’ai pris connaissance de l’important ouvrage de M. Baioni, Risorgimento conteso. Memorie e usi pubblici nell’Italia contemporanea, Reggio Emilia, Diabasis, 2009, qu’après avoir procédé à la révision de mon texte. Je n’ai pas pu voir non plus la thèse de doctorat d’Agata Pernicone, « La memoria risorgimentale di Giustizia e Libertà (1929-1940) », soutenue à l’université de Bologne en 2009.

4 Voir M. Baioni, Risorgimento in camicia nera : studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Turin, Carocci, 2006.

5 Il en parle en ces termes : « […] le prophète de la nouvelle Italie […] À présent l’évangile mazzinien survit à la merveille du Risorgimento, puisqu’il est la foi de l’Italie qui en est issue, de cette jeune Italie que Mazzini avait évoquée, la foi de la jeunesse de 1919, de 1922, d’aujourd’hui […] ».

6 Il est à remarquer que cet ouvrage paraît à peu près au même moment que l’œuvre consacrée par G. Volpe, un historien nationaliste rallié au fascisme, à la même époque : L’Italia in cammino (Milan, Paolo Treves, 1927, livre publié au mois de mai alors que celui de Croce paraîtra en janvier 1928). Une étude comparée de ces deux ouvrages fait apparaître un paradoxe. Bien que la visée soit opposée, le portrait qui se dessine de l’Italie libérale est foncièrement le même : un portrait relativement édulcoré et optimiste. Croce a beau accabler de reproches l’Italie de Volpe – « elle ne pense pas, ne rêve pas, ne médite pas, ne se critique pas, elle ne souffre ni ne jouit : elle se limite à marcher » –, voulant ainsi stigmatiser le caractère inéluctable et unilinéaire d’un cheminement progressif vers des temps meilleurs, le portrait que Croce dresse de l’Italie libérale, quoique plus nuancé et faisant une plus large part à la pluralité des courants intellectuels et politiques, est tout aussi optimiste ; au terme de la lecture, on ne comprend pas d’où a pu surgir la maladie qu’est pourtant le fascisme aux yeux du philosophe napolitain.

7 Cité par C. Pavone, art. cit., p. 46.

8 P. Gobetti, Risorgimento senza eroi, Turin, Baretti, 1926, maintenant in Id., Scritti storici, letterari e filosofici, P. Spriano éd. avec deux notes de F. Venturi et V. Strada, Turin, Einaudi, 1969, p. 23-84.

9 Nous sommes en 1926, et c’est dans la ville française que se tint le IIIe Congrès du PCI. Voir P. Spriano, Storia del Partito comunista italiano, vol. I, Turin, Einaudi, 1967, p. 477-497.

10 Cette thèse a été reprise récemment par M. Graziano dans L’Italie, un État sans nation ? Géopolitique d’une identité nationale incertaine, Toulouse, Érès, 2007.

11 Ercoli (pseudonyme de Togliatti), « Sul movimento Giustizia e Libertà », Stato operaio, mai 1931, p. 463-473, cité par C. Pavone, Alle origini della Repubblica, op. cit., p. 35.

12 Voir par exemple, de C. Rosselli, « G. L. e le masse », Giustizia e Libertà, II, 25, 20 juillet 1934, in Id., Scritti dall’esilio, vol. II, 2, Dallo scioglimento della concentrazione antifascista alla guerra di Spagna (1934-1937), Turin, Einaudi, 1992, p. 26.

13 Voir P. Togliatti, Lezioni sul fascismo, Rome, Editori Riuniti, 1970 [1935, Moscou].

14 Voir M. Bresciani, La rivoluzione perduta. Andrea Caffi nell’Europa del Novecento, Bologne, Il Mulino, 2009.

15 Voir N. Chiaramonte, Scritti politici e civili, Milan, Bompiani, 1976.

16 Article signé Curzio, republié in A. Castelli éd., L’Unità d’Italia pro e contro il Risorgimento (Caffi, Calosso, Chiaromonte, Gobetti, Gramsci, Rosselli, Salvemini, Venturi), Rome, Edizioni e/o, 1997, p. 45-46 ; sur ce débat, voir également L. Casalino, Influire in un mondo ostile. Biografia politica di Franco Venturi (1931-1956), Aoste, Stylos, 2006, p. 70-83.

17 Voir la préface de F. Venturi à la 8e édition de l’ouvrage en 1962 : G. Salvemini, La rivoluzione francese (1788-1792), Milan, Feltrinelli, 1962. Je me permets de renvoyer aussi à A. Bechelloni, « En amont et en aval de La Rivoluzione francese de G. Salvemini (1905) », à paraître in G. Bertrand et E. Neppi éd., Les lumières et la Révolution française dans le débat italien du xx e siècle, Florence, Olschki.

18 Cité par C. Pavone, art. cit., p. 41.

19 In « Il Partito Comunista d’Italia ai combattenti della Brigata Garibaldi (in occasione del 1° anniversario della costituzione della Brigata Garibaldi) », Stato operaio, 15 octobre 1937.

20 Giustizia e Libertà, 18 juin 1937.

21 « Vous pouvez me tuer, mais vous ne tuerez pas mon Idée. Les idées sont immortelles. Conçues dans le cœur de l’humanité, souvent elles voient le jour dans la tempête et brillent d’un éclat toujours nouveau [...] ». Ibid., 25 juin 1937.

22 S. Stringari, « Perché Mazzini morì in casa Rosselli », ibid., 30 juillet 1937.

23 Gianfranchi (alias F. Venturi), « F. Buonarroti, primo egualitario italiano 1837-1937 », ibid., 13 août 1937.

24 F. Schiavetti, « Il Risorgimento italiano e la Spagna », ibid., 3 décembre 1937.

25 S. Trentin, « Il fascismo ha venduto spudoratamente l’Italia ma l’Italia sopravvive indistruttibile nell’Antifascism », ibid., 18 mars 1838.

26 F. Schiavetti, « Battisti nella storia d’Italia », ibid., 15 juillet 1938.

27 Gianfranchi, « La razza italiana o l’italiano allo specchio », ibid.

28 Subalpino (alias U. Calosso), « Momentosa risposta di Mazzini al non intervento democratico », ibid., 2 décembre 1938.

29 E. Galli Della Loggia, La morte della patria, Bari, Laterza, 1998.

30 U. La Malfa, Per la rinascita dell’Italia, a cura del Partito d’Azione, 1943, p. 4, cité in C. Pavone, Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, Turin, Bollati Boringhieri, 1991, p. 170.

31 Ibid., p. 170.

32 Ibid., p. 182.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Bechelloni, « Le Risorgimento. Un enjeu de mémoire sous le fascisme », Laboratoire italien [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/533 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.533

Haut de page

Auteur

Antonio Bechelloni

Université Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page