Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les écrivains italiens des Lumières et la Révolution française

Présentation

Christian Del Vento and Xavier Tabet
p. 5-18

Full text

  • 1 P. Hazard, La Révolution française et les lettres italiennes : 1789-1815, Paris, Hachette, 1910.
  • 2 Il est ainsi significatif de constater que tandis que le volume consacré aux interprètes et histori (...)

1La question qui se situe au cœur de ce dossier est celle de la rencontre entre la culture italienne des Lumières et « l’événement » de la Révolution française. Cette question correspond à une problématique classique : « la Révolution française et les lettres italiennes », pour reprendre le titre de l’ouvrage fondateur de Paul Hazard1. Mais elle amène aussi à un déplacement – sinon à un renversement – de la perspective, dans le cadre d’un renouvellement du regard sur la Révolution française, considérée ici depuis l’Italie, dans une dimension européenne, selon une orientation désormais dominante dans le cadre des travaux sur la Révolution2. En réalité, cette question contient en elle-même tout un ensemble d’interrogations qu’il est nécessaire d’envisager dans leur unité. Elle amène à interroger les réactions des milieux intellectuels italiens face aux événements français à proprement parler, à partir de 1789. D’autre part, elle amène à envisager leurs différentes attitudes et réactions face à l’exportation en Italie, effectuée à la pointe des baïonnettes, des principes révolutionnaires français, à partir de 1796. Elle concerne ainsi le regard que les principaux représentants des milieux culturels de l’Italie éclairée portent sur la France révolutionnaire, mais aussi celui qu’ils portent sur la péninsule elle-même et sur sa capacité à accepter les « nouveautés » qui lui sont imposées de France. En outre, par-delà la dimension franco-italienne, ce qui est en jeu dans ce dossier est, plus généralement, le problème du lien entre les Lumières et la Révolution. Les hommes de lettres italiens devaient se confronter, à partir de 1789, à l’épineux problème que posait l’application concrète de principes et d’idéaux qui avaient nourri leurs œuvres durant la seconde moitié du xviiie siècle ; des œuvres qui étaient alors, bien souvent, réalisées dans l’optique du « réformisme » qui caractérisait leur collaboration avec les différents souverains italiens, mais aussi dans une confrontation étroite avec les grands textes de la culture française, même si l’on ne saurait considérer les Lumières italiennes sous l’angle exclusif d’une dépendance à l’égard du mouvement intellectuel français.

  • 3 D. Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française. 1715-1787, Paris, Colin, 1933.
  • 4 Sur ces questions, voir V. Ferrone, D. Roche, « Historiographie des Lumières », in Le monde des Lum (...)
  • 5 D. Cantimori, « Illuministi e giacobini », in La cultura illuminista in Italia, M. Fubini (dir.), T (...)

2À cet égard, il convient de dissiper d’emblée un malentendu auquel pourrait induire le titre de ce dossier. En effet, nous n’entendons pas suggérer ici que les Lumières italiennes ne peuvent être conçues que dans leur rapport « colonial » à la culture française, et non comme un phénomène ayant son autonomie et sa dimension propre, dans un cadre cosmopolite et européen. De même, nous ne voulons pas suggérer l’idée selon laquelle les Lumières ne pourraient être pensées que dans leur rapport à la « grande Révolution », et comme constituant d’abord, et surtout, les « origines intellectuelles de la Révolution française »3, selon une conception qui verrait dans les grands auteurs des Lumières avant tout des « pères » de la Révolution. Du reste, sur le versant à proprement parler italien de la question, à partir des travaux de Franco Venturi, les études ont mis en évidence – à rebours d’une vision téléologique établissant un rapport dialectique étroit entre Lumières et Révolution – l’autonomie des Lumières par rapport à la culture révolutionnaire4. Et l’on tend aussi, désormais, à dissocier Giacobinismo et Illuminismo, et à ne plus considérer le jacobinisme italien uniquement comme un héritier du réformisme des Lumières, comme si les Jacobins n’étaient finalement que des « philosophes qui entrent en action », selon la célèbre mais contestable formule de Delio Cantimori5.

  • 6 Pour une synthèse sur les enjeux politiques des débats historiographiques, voir G. Pécout, Naissanc (...)
  • 7 C. Zaghi, L’Italia di Napoleone dalla Cisalpina al Regno, in Storia d’Italia, G. Galasso (dir.), vo (...)
  • 8 Voir, entre autres, E. Rota, Le origini del Risorgimento. 1700-1800, Milan, Vallarni, 1938, et G. V (...)

3Il faut également rappeler que le problème du rapport entre Lumières et Révolution est lié à une question majeure de l’histoire italienne, celle des origines du Risorgimento6. L’importance du Triennio rivoluzionario (1796-1799) dans la construction d’une Italie unifiée, mais également dans la naissance d’une culture démocratique italienne, est aujourd’hui pleinement reconnue. En revanche, durant l’entre-deux-guerres, « la vieille historiographie libérale, nationaliste, dynastique », comme l’appelait Carlo Zaghi7, a eu bien souvent tendance à stigmatiser les Jacobins italiens comme les représentants d’une minorité intellectuelle utopique et abstraite. Même si cette tendance était déjà en partie caractéristique de l’historiographie italienne du xixe siècle, au cours du Ventennio fasciste nombre d’historiens refusaient de faire du Risorgimento l’héritier de la Révolution française et du Triennio8. Faisant remonter à des époques plus éloignées la genèse historique de l’idée italienne, on tendait à considérer la période révolutionnaire et napoléonienne de l’Italie comme une parenthèse ou, pire encore, comme un facteur de retard du Risorgimento. La sous-estimation de la rupture radicale et inaugurale représentée par le Triennio allait de pair avec une surestimation de l’importance de l’action des souverains réformateurs du xviiie siècle quant à la naissance d’une Italie moderne ; et ce même si l’on tendait aussi, sur le plan philosophique, à critiquer la pensée libérale et matérialiste des Lumières, au bénéfice d’une exaltation de la culture romantique et spiritualiste du pré-Risorgimento.

  • 9 L. Salvatorelli, Il pensiero politico italiano dal 1700 al 1870, Turin, Einaudi, 1935 ; G. Salvemin (...)
  • 10 D. Cantimori, Utopisti e riformatori italiani. 1797-1847, Florence, Sansoni, 1943 ; A. Galante Garr (...)
  • 11 B. Croce, La rivoluzione napoletana del 1799. Biografie-Racconti-Ricerche (1896), Rome-Bari, Laterz (...)
  • 12 A. Gramsci, Quaderni del carcere, A. Gerratana (éd.), vol. III, Turin, Einaudi, 1975, p. 2017.
  • 13 Selon la définition utilisée par E. De Rienzo, « Neogiacobinismo e movimento democratico nelle rivo (...)

4Ces paradigmes ont été remis en question dès la fin de la guerre par ceux qui, à l’image de Salvemini et Salvatorelli9, ont tenté de réinscrire l’identité politique italienne dans le socle des valeurs républicaines et démocratiques héritées de la Révolution française. Ainsi, dans l’après-guerre, le Triennio a été abordé d’une façon nouvelle, en particulier grâce aux travaux de Cantimori, Galante Garrone, et Saitta10. Le débat historique et politique italien était alors en partie influencé par les thèses d’Antonio Gramsci qui, en s’opposant à l’interprétation traditionnelle du jacobinisme italien établie par Benedetto Croce11 et l’historiographie libérale, avait montré un lien étroit entre giacobinismo et Risorgimento12, et présenté les Jacobins non plus comme de grands idéalistes et de mauvais politiciens – et comme les représentants d’une Italie qui n’avait jamais existé, et n’aurait jamais pu exister13 –, mais comme des réalistes à la Machiavel.

  • 14 Voir F. Diaz, « La questione del “giacobinismo” italiano », Critica storica, III, 1964, 5, p. 577-6 (...)
  • 15 Selon la célèbre formule utilisée par A. Saitta, « Il robespierrismo di Filippo Buonarroti e le pre (...)
  • 16 Sur toutes ces questions, voir notamment les ouvrages récents d’A. De Francesco, Mito e storiografi (...)

5Par la suite, on a reproché aux lectures marxistes d’avoir fait du jacobinisme un paradigme, une véritable catégorie politique. En opposant à la révolution « passive » italienne un modèle de Révolution française triomphante, et en établissant une équation stricte entre giacobinismo et robespierrisme14, on ne reconnaissait comme véritables giacobini que ceux qui, durant le Triennio, étaient restés fidèles au moment « héroïque » de l’an II15. On risquait donc d’oublier que l’histoire tourmentée du jacobinisme italien doit être replacée dans le cadre mouvant de la « politique de bascule » du Directoire, entre la « fructidorisation » de l’opposition monarchiste et la « floréalisation » du courant jacobin français. Ainsi, en parallèle avec le renouveau plus général de l’historiographie sur la Révolution française, il est indéniable que les travaux récents sur le jacobinisme italien semblent vouloir se libérer de certains paradigmes idéologiques trop tranchés. Ceux-ci entraînaient les historiens des années 1950-1960 à pointer essentiellement ses limites, qui permettaient d’expliquer le manque d’adhésion des masses populaires conservatrices aux gouvernements des Jacobins. Le tort de ces derniers aurait été de ne savoir concevoir le changement social que de façon graduelle, comme ce sera le cas en Italie, au xixe siècle, pour toute la tradition politique que l’on appellera le moderatismo. Or, les travaux actuels ont montré que l’on ne peut plus enfermer le democratismo dans le carcan étroit des prémices du modérantisme politique des libéraux du xixe siècle. Considéré à présent comme un phénomène à part entière, révélateur d’un moment de fracture historique radicale, le giacobinismo ne dériverait pas d’une imitation maladroite de la France révolutionnaire et devrait être replacé dans son contexte historique concret16.

  • 17 Pour une synthèse sur les études, outre M. Verga, art. cité, voir en particulier M. Mirri, « Dalla (...)
  • 18 Voir M. Verga, art. cité, p. 114 et les remarques de F. Diaz, « Il Settecento di Franco Venturi », (...)
  • 19 C. Capra, « Immagine e realtà nel “grande progetto” di Giuseppe II », Annali della fondazione Luigi (...)
  • 20 C’est le cas des travaux de V. Ferrone, I profeti dell’illuminismo. Le metamorfosi della ragione ne (...)
  • 21 L. Guerci, « Qualche osservazione su assolutismo e democrazia in margine a Settecento riformatore » (...)

6La fin du xxe siècle a connu également un renouveau des études consacrées aux Lumières17. Si l’approche de Franco Venturi, qui avait fait de la volonté de réforme la clé de lecture du Settecento, a nourri pendant trois décennies les recherches italiennes sur le xviiie siècle, elle a aussi longtemps exclu du débat historiographique la question du rapport entre réformes, Lumières et Révolution18. L’affaiblissement de la conception « venturiana » de l’Illuminismo a permis un regain d’intérêt pour cette problématique centrale de l’historiographie italienne, notamment à l’occasion du bicentenaire du Triennio. En posant de façon nouvelle la question de savoir si c’est à la Révolution ou aux réformes qu’il faut attribuer le mérite d’avoir fondé l’Italie moderne, ce renouveau a permis de sortir de l’identification systématique entre Lumières et réformes, mais aussi de sortir de l’opposition entre réformes et Révolution. L’image des Lumières qui en ressort est à présent plus nuancée. Ainsi, si Carlo Capra soulignait en 1985 que le « déclin de l’Illuminismo [était] la fin d’une certaine attitude des intellectuels face au pouvoir politique, d’une certaine confiance de l’homme dans sa propre capacité de comprendre et de transformer la société »19, dans les années suivantes ont été explorées les formes nouvelles que l’Illuminismo a prises dans le dernier quart du xviiie siècle, au « tournant des Lumières »20. Les études ont montré que la culture italienne subit alors de profondes mutations : celles-ci l’éloignent de la culture rationnelle des encyclopédistes et la préparent néanmoins à accueillir les nouvelles idées démocratiques et patriotiques introduites par la Révolution et les armées françaises. Comme l’a souligné Luciano Guerci, la mutation des Lumières qui s’opère à la fin du xviiie siècle débouche « d’une part sur le repliement sur le privé, sur l’aventure intérieure, d’autre part sur l’exaltation de la régénération de l’humanité, qui aboutit à l’enthousiasme pour la Révolution française »21. C’est dans ces perspectives nouvelles, ouvertes depuis une vingtaine d’années par les études italiennes, qu’il nous a paru utile de revenir sur la perception que les Illuministi eurent de la Révolution française.

  • 22 Selon l’expression de N. Mineo, Vincenzo Monti, la ricerca del sublime e il tempo della rivoluzione (...)

7Fruit d’une collaboration entre l’Unité mixte de recherche Triangle de l’ENS-LSH de Lyon et les équipes d’accueil du GERCI et du CRHIPA des universités de Grenoble – collaboration qui a pris la forme de deux journées d’études organisées à Grenoble en 2007 et à Lyon en 2008 –, le dossier que nous publions ici aborde nécessairement toutes ces questions historiographiques traditionnelles concernant la période à cheval entre Illuminismo et Tempo della Rivoluzione22. Il le fait par le biais d’une confrontation entre un ensemble de parcours d’hommes de lettres italiens qui furent tous, à leur manière, représentatifs de la culture italienne des Lumières. Nous présentons ainsi un ensemble de témoignages sur les vicissitudes de cette période fondamentale de l’histoire de l’Europe moderne et contemporaine. Ce à quoi l’on assiste, dans la confusion des vicende et dans les échos des batailles, c’est à des réflexions « à chaud » sur les événements ; et ces réflexions se forment nécessairement à partir d’un horizon fait d’incertitudes, de craintes face aux changements et à aux remises en question d’un ordre ancien dans lequel ces intellectuels, aristocrates ou pas, avaient le plus souvent trouvé leur place. Cependant, dans leurs textes de cette période – qu’il s’agisse d’œuvres littéraires, théâtrales ou poétiques, ou qu’il s’agisse de pamphlets, d’essais, ou encore d’écrits administratifs ou de correspondances privées – émergent tout un ensemble de lectures, de schémas interprétatifs et de catégorisations qui nourriront par la suite la vexata quaestio de l’interprétation de la Révolution, ainsi que celle du rapport entre culture des Lumières et culture révolutionnaire. Ainsi, ce que l’on tente de restituer ici c’est bien la naissance d’une historiographie. On retrouve, en effet, chez ces hommes de lettres la conscience très nette qu’une époque est en train de se clore et que pointent des « temps nouveaux » ; des temps que la nouvelle conscience politique, philosophique, littéraire, mais aussi juridique, du siècle des Lumières n’avait qu’en partie annoncés. Ces témoins appartiennent à des générations et à des régions de l’Italie différentes, et ils auront, face aux événements, des réactions variées. Ils seront aussi appelés à jouer des rôles de nature différente durant la période révolutionnaire et napoléonienne. Certes, il ne s’agit là que d’un « échantillon » d’auteurs, et non d’un panorama exhaustif ; néanmoins, leur importance respective dans la culture italienne permet de présenter l’esquisse d’un tableau relativement représentatif.

  • 23 Pour une périodisation générationnelle des écrivains italiens de la seconde moitié du xviiie siècle (...)
  • 24 Voir A. Di Benedetto, « Alfieri e le passioni », in Id., Le passioni e il limite. Un’interpretazion (...)

8Du point de vue de l’analyse historique et sociologique, il convient de préciser d’emblée que ces attitudes doivent probablement être mises en rapport avec plusieurs facteurs, en particulier le facteur générationnel23. Les écrivains nés dans les années 1740, comme Alessandro Verri ou Vittorio Alfieri – ce qu’il est convenu d’appeler la « génération d’Aix-la-Chapelle » (la generazione d’Aquisgrana) – sont certes liés à des réalités historiques et politiques parfois profondément différentes, comme dans le cas du Piémont de Charles-Emmanuel III et de la Lombardie de Marie-Thérèse ; mais ils exprimèrent souvent – dès les années 1760 – de fortes réserves à l’égard de la politique de réformes du despotisme éclairé. En même temps, force est de constater que leurs évolutions seront souvent bien divergentes. Ainsi, Alessandro Verri évoluera de plus en plus vers un véritable conservatisme social, tandis que Vittorio Alfieri se convaincra progressivement que ce n’est pas la raison mais uniquement les passions et la terreur qui peuvent révolutionner en profondeur la société européenne24.

9Le facteur générationnel n’est donc pas suffisant pour expliquer les différences ou les ressemblances. À un moment où la Révolution apparaît comme un événement représentant une véritable coupure dans l’histoire, leurs dates de décès sont tout autant significatives si l’on veut mesurer les évolutions des uns et des autres. Au sein de notre échantillon, Cesare Beccaria (mort en 1794) et Pietro Verri (1797) n’assisteront pas au tournant du siècle. Vittorio Alfieri (1803) et Melchiorre Cesarotti (1808) mourront en pleine période napoléonienne, alors qu’Alessandro Verri (1816), Vincenzo Cuoco (1823), Ugo Foscolo (1827) et Vincenzo Monti (1828) connaîtront la première Restauration. Quant au plus jeune d’entre eux, Alessandro Manzoni (1872) – le seul auteur évoqué dans ce dossier qui ne fasse pas véritablement partie de « l’ère des témoins » –, il assistera même à l’aboutissement du mouvement unificateur dans la péninsule. Ainsi, des écrivains appartenant à des générations différentes, comme Alessandro Verri, Cuoco, Foscolo ou Manzoni (né quarante ans après Alessandro Verri) peuvent ressentir le même besoin d’interroger les causes historiques de la Révolution. Pour ce qui relève des sensibilités philosophiques, on peut aussi remarquer que des auteurs comme Ugo Foscolo et Alessandro Verri – tout en appartenant à des générations si différentes – expriment le même scepticisme à l’égard de la perfectibilité de l’homme et les mêmes craintes à propos des passions inéliminables qui dominent la nature humaine, toujours capables de ramener l’homme de la civilisation à la barbarie.

10Par-delà la question des générations, on peut cependant distinguer tout un ensemble de réactions qui vont de l’enthousiasme du jeune Foscolo ou de Vincenzo Cuoco jusqu’à des attitudes beaucoup plus réservées, sinon hostiles, comme celles de Melchiorre Cesarotti ou d’Alessandro Verri. Ce qui est certain c’est que la Révolution et son exportation italienne entraînent, chez plusieurs de ces auteurs, une « reconsidération » des principes fondamentaux des Lumières. Ainsi, même lorsque l’attitude face aux événements n’est pas exprimée de façon explicite, il est difficile de ne pas constater – comme dans le cas de Beccaria évoqué par Xavier Tabet – que les événements exercèrent un effet certain sur la pensée et l’œuvre de ces écrivains. L’influence de la pensée de l’auteur des Délits et des peines (1764) fut, sans aucun doute, très importante lors de la Révolution française, en particulier au cours des débats concernant le Code pénal de 1791 et la question de la peine de mort. Pourtant, l’analyse de ses écrits de 1791-1792 permet de mesurer la façon dont la Révolution amena Beccaria à considérer avec davantage de circonspection ses idéaux de jeunesse ; des idéaux en vertu desquels les hommes devaient être égaux devant la loi, conformément à la critique de la noblesse menée par le groupe du Caffè dans les années 1760. Quant à Cesarotti, si sa pensée politique semble parfois peu cohérente, il n’en reste pas moins vrai, comme le montre Claudio Chiancone, que ce cas apparaît exemplaire d’un processus de « révision » des Lumières, sous l’effet du « choc émotif » produit par les événements français, puis italiens. Par-delà l’involution conservatrice des idées du maître de Foscolo et par-delà un indéniable « opportunisme » qui l’amène à appuyer tous les gouvernements qui se succèdent en Vénétie, pourvu qu’ils assurent le maintien de l’ordre et de la propriété, ce qui est en jeu c’est la redéfinition des concepts d’égalité et de liberté, qui peuvent s’avérer dangereux s’ils sont mal compris par la plèbe. Identifiée au « neckérisme », sa conception politique se réélabore à partir d’une foi dans le modèle politique anglais, le seul à assurer un « équilibre raisonné », selon un principe de modération qui se traduit, chez lui, par l’assimilation entre « parfait citoyen » et « parfait chrétien », et par la non remise en question de la disparité des biens et des propriétés.

11La révision des idéaux des Lumières s’exprime, du reste, souvent à travers la référence au modèle anglais, comme on le constate aussi chez Vittorio Alfieri, Alessandro Verri et Ugo Foscolo. Il s’agit d’une tendance commune chez ceux qui connurent le xixe siècle, même si le rejet de la Révolution n’implique pas nécessairement un repli vers des positions politiques que l’on pourrait définir comme réactionnaires. Les réserves envers les dérives révolutionnaires sont parfois poussées jusqu’à la gallophobie. Explicite et cinglante chez Alfieri, qui la conceptualise dans le cadre d’une théorie des haines nationales, elle est à peine plus « retenue » dans les écrits d’Alessandro Verri. Chez ces deux auteurs, le ton est tellement outrancier et la volonté de stigmatisation de la Révolution tellement systématique, que la description des événements devient caricaturale. Mais tandis que les considérations d’Alessandro Verri sombrent dans un millénarisme où les événements de 1789 semblent présager la « fin de l’Histoire », celles d’Alfieri restent plus ambiguës ; et, comme le suggère Christian Del Vento, sa gallophobie fut aussi, à certains égards, un alibi que lui permit de maintenir et de défendre, peu avant sa mort, des positions politiques certes abstraites mais toujours radicales.

  • 25 À cet égard, nous remercions Carlo Capra d’avoir publié ici, à la suite de son article, un texte in (...)

12En outre, quand bien même l’hostilité à l’égard des événements de France avait pu être affirmée de façon explicite dès 1789, comme dans le cas de Cesarotti, ceci n’empêcha pas certains de ces écrivains de collaborer avec les gouvernements filofrançais du Triennio rivoluzionario, comme le fit Cesarotti lui-même. À propos de cette collaboration, il convient de préciser qu’elle prit des formes très différentes en fonction des auteurs. Si Foscolo fut de toute évidence, à cette époque, un représentant du courant radical du jacobinisme italien, Pietro Verri semble, comme le montre Carlo Capra, plutôt représentatif du courant modéré, soucieux de ne pas laisser la voie ouverte aux « démagogues » et aux « agitateurs » de la plèbe, et de réaffirmer la « “naturelle” hégémonie de la classe des propriétaires, ou plutôt de sa partie la plus cultivée et éclairée ». Ainsi, durant le Triennio, l’adhésion de Pietro Verri ne devint réelle qu’à partir du moment où Bonaparte « arrêta de favoriser de façon souterraine le mouvement démocratique et manifesta de plus en plus clairement – comme l’écrit Carlo Capra – ses sympathies pour les éléments modérés, expression de l’aristocratie éclairée et de la bourgeoisie cultivée »25.

13L’ensemble de ces oscillations face aux événements met en lumière toute la complexité de l’attitude des milieux éclairés italiens face à la Révolution française. On peut, en effet, s’interroger sur la cohérence de nombre de ces auteurs auxquels on a imputé, à tort ou à raison, un revirement dans leur attitude à l’égard de la Révolution, représentatif d’un « transformisme » avant la lettre. Pierre Musitelli met ainsi en évidence le caractère oxymorique du parcours d’Alessandro Verri, qui l’amena des Lumières milanaises à la rédaction des Vicende memorabili, un ouvrage qui « s’inscrit pleinement dans la lignée des œuvres de propagande contre-révolutionnaire, à la manière d’un Joseph de Maistre ». Par-delà cette évolution, Pierre Musitelli montre comment la lecture attentive des contributions du jeune Alessandro au Caffé prouve qu’il avait déjà exprimé alors des positions très singulières qui, souvent, anticipaient la remise en question des Lumières. Il s’agit là d’un problème qui revient sans cesse dans les textes de ce dossier. Sans vouloir pour autant « gommer » le choc de la Révolution, il nous semble qu’émerge pourtant une certaine cohérence dans les positions fondamentales de ces écrivains, comme le souligne Enzo Neppi à propos de l’œuvre de Foscolo. En effet, tout en reconnaissant le caractère apparemment contradictoire de certaines des affirmations de Foscolo sur la Révolution française, Enzo Neppi s’attache à retracer, dans leurs multiples dimensions, les principaux « invariants » de l’évolution de la pensée politique de celui qui continuera à se définir jusqu’à la fin de sa vie comme un « élève de la Révolution ».

  • 26 Pour une synthèse sur le problème de la violence révolutionnaire, voir en particulier A. M. Rao, «  (...)
  • 27 P. Verri, Alcuni pensieri sulla rivoluzione accaduta in Francia, in C. Morandi, « Pietro Verri e la (...)

14Certes, il ne faudrait pas rechercher à tout prix chez ces hommes de lettres l’expression d’une pensée politique parfaitement structurée et stable, mais un élément semble toutefois les réunir : à savoir, le refus de la violence révolutionnaire, du moins lorsqu’il s’agit d’une violence sociale, qui met en danger l’existence de la société civile26. Même lorsque la violence populaire apparaissait inévitable et nécessaire sur le plan politique, elle était généralement considérée comme dangereuse sur le plan social. Derrière le problème de la violence se pose, pour tous ces écrivains, celui de la plèbe italienne, immature et « corrompue », capable seulement de causer « rapine e saccheggi », comme l’écrivait Pietro Verri en 179027. La républicanisation de l’Italie par les armées françaises apparut souvent comme la possibilité d’une révolution pacifique, exempte des « sacrifici terribili » nécessairement liés aux révolutions. Ainsi, les revirements de Vincenzo Monti, prototype de l’homme de lettres italien modéré, exprimaient aussi, comme le met en évidence Duccio Tongiorgi, « une certaine idée de la Révolution : [celle] établie par Thermidor [et] soustraite par un jugement sans appel à l’expérience jacobine et à la Terreur ». Cette idée se retrouve du reste déjà dans l’œuvre de Monti dès 1788 – alors qu’il était encore, à Rome, le secrétaire du neveu du pape Pie VI – dans la première version d’une tragédie, Caio Gracco, où il avait mis en scène le problème de la conquête du pouvoir au moyen de la violence populaire. Dans la version définitive, représentée en 1803, il célébrera la défense à outrance des lois et de la légalité contre toute tentation de violence sociale.

  • 28 G. Bollati, « L’Italiano », in Storia d’Italia, C. Vivanti et R. Romano (dir.), vol. I, I caratteri (...)

15Au centre de ce dossier, on retrouve donc la question de la recherche de ce que l’on pourrait appeler une « voie italienne vers la modernité », permettant de court-circuiter la Révolution. Au cours du Ventennio napoléonien, pour nombre des auteurs évoqués ici, une des priorités sera de faire en sorte que l’Italie, dans son processus de transformation politique et sociale, évite les « débordements » qu’avait connus la France durant l’épisode de la Terreur. Plusieurs de ces écrivains en viennent ainsi à identifier dans la tradition italienne, parfois la plus ancienne, les fondements d’un modèle politique alternatif à celui de la Révolution française. Dans un essai célèbre, Giulio Bollati retrouvait ainsi dans le roman philosophique de Vincenzo Cuoco, Platone in Italia (1804-1806), cette quête d’une primauté nationale qui serait l’expression du conservatisme politique italien et du retard culturel de la péninsule28. Dans sa propre relecture de l’ouvrage de Cuoco, Antonino De Francesco montre comment le parcours « à rebours » dans l’histoire italienne et la reprise du mythe d’une ancienne « sagesse » de l’Italie préromaine et étrusque représentaient en réalité plutôt une réponse au mythe celte, élaboré dans la France napoléonienne pour justifier son hégémonie politique en Europe.

16Quoi qu’il en soit, le livre de Cuoco montrait bien, au début du xixe siècle, la centralité de la question des origines de l’Italie, désormais engagée dans un processus de construction de la nation qui passait aussi par l’invention d’une histoire commune. Quant aux thèses de Giulio Bollati, elles sont également importantes, comme le souligne Diego Quaglioni, dans les débats du xxe siècle autour de l’interprétation de l’ouvrage d’Alessandro Manzoni, La Révolution française de 1789 et la Révolution italienne de 1859. Cet ouvrage inachevé que Manzoni a commencé à rédiger en 1862, et qu’il a réélaboré à plusieurs reprises jusqu’en 1871, représenterait de la façon la plus complète, selon Bollati, « l’aporie de fond » du Risorgimento, le croisement de deux lignes divergentes. Il s’agissait pour l’écrivain milanais, d’une part, de « faire converger toutes les énergies du pays vers le dépassement d’un retard politique et civil évident » et, d’autre part, de « brider et contrôler […] la poussée engendrée par la Révolution ».

17Diego Quaglioni montre cependant que Manzoni « n’est pas un réactionnaire, et encore moins un contre-révolutionnaire ». Il met en évidence le fait que l’auteur de La Révolution française de 1789 et la Révolution italienne de 1859 lit la Révolution dans une perspective qui n’est pas différente de celle de Tocqueville et qu’il tente de réévaluer le concept de légitimité, rendu impopulaire par la Restauration. Certes, il s’agit en partie d’un essai historique et comparatif, qui montre les effets négatifs de la Révolution pour la France dans la mesure où, selon Manzoni, elle produisit, à court terme, l’épisode de la Terreur, et à long terme l’instabilité constitutionnelle de la France entre 1789 et 1852 ; tandis que la Révolution américaine et le Risorgimento italien, légitimes dans leurs origines, avaient échappé à ces effets négatifs. Mais Diego Quaglioni montre que l’essai de Manzoni est avant tout une œuvre de réflexion juridico-politique dont les bases se trouvent dans la tradition italienne, de Thomas d’Aquin à Bartole, et dans la doctrine du droit naturel moderne. Si Manzoni n’éprouve aucune nostalgie pour l’Ancien Régime, peut-être a-t-il la nostalgie, comme l’écrit Diego Quaglioni, pour « la complexité perdue de la société ancienne et de la tradition politique que cette société éprouvait » ; de sorte que son but « n’est autre que la restitution au droit des temps modernes du problème de la justice du pouvoir et surtout de sa légitimité […], en particulier celle du pouvoir issu d’une révolution ».

  • 29 Nous tenons aussi à remercier tout particulièrement Alessandro Fontana pour sa participation aux jo (...)

18En dépit du caractère nécessairement incomplet de ce dossier, le lecteur retrouvera donc ici, au moment de leur surgissement, plusieurs des problématiques qui ont continué, par la suite, à nourrir la controverse historiographique sur la Révolution française et l’« époque des révolutions » en Italie. Pour ce qui concerne les débats les plus récents, la publication prochaine des actes du colloque de Vizille de septembre 2007, consacrés aux interprétations de la Révolution française dans l’Italie du xxe siècle et réunis par Gilles Bertrand et Enzo Neppi, permettra d’approfondir la compréhension des problématiques historiographiques contemporaines et de leurs différents enjeux. Il resterait à présent à revenir – pour faire en quelque sorte la jonction – sur la question des interprétations de la Révolution française au xixe siècle ; le colloque de Vizille a en effet montré, entre autres choses, à quel point les problématiques du xxe siècle étaient les héritières de celles du xixe. On ne peut que souhaiter que cette enquête soit l’objet d’un travail collectif qui permettrait, à terme, de proposer un ensemble articulé de travaux sur les lectures italiennes de la Révolution29.

Top of page

Notes

1 P. Hazard, La Révolution française et les lettres italiennes : 1789-1815, Paris, Hachette, 1910.

2 Il est ainsi significatif de constater que tandis que le volume consacré aux interprètes et historiens de la Révolution française publié par F. Furet et M. Ozouf est en grande partie franco-français, celui de B. Bongiovanni et L. Guerci accorde une part prépondérante aux historiens européens (Dictionnaire critique de la Révolution française. Interprètes et historiens, F. Furet et M. Ozouf (dir.), Paris, Flammarion, 1988 ; L’albero della Rivoluzione. Le interpretazioni della Rivoluzione francese, B. Bongiovanni et L. Guerci (éd.), Turin, Einaudi, 1989).

3 D. Mornet, Les origines intellectuelles de la Révolution française. 1715-1787, Paris, Colin, 1933.

4 Sur ces questions, voir V. Ferrone, D. Roche, « Historiographie des Lumières », in Le monde des Lumières, Paris, Fayard, 1999, p. 507 et suiv.

5 D. Cantimori, « Illuministi e giacobini », in La cultura illuminista in Italia, M. Fubini (dir.), Turin, ERI, 1957, p. 263.

6 Pour une synthèse sur les enjeux politiques des débats historiographiques, voir G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine. 1770-1792, Paris, Armand Colin, 2004, notamment le chap. II, p. 32-64, et M. Verga, « Le xviiie en Italie : le Settecento riformatore », in Revue d’Histoire moderne et contemporaine, XLV, 1998, 1, p. 89-116.

7 C. Zaghi, L’Italia di Napoleone dalla Cisalpina al Regno, in Storia d’Italia, G. Galasso (dir.), vol. XVIII, t. 1, Turin, Utet, 1986.

8 Voir, entre autres, E. Rota, Le origini del Risorgimento. 1700-1800, Milan, Vallarni, 1938, et G. Volpe, L’Italia in cammino [1927], G. Belardelli (éd.), Rome, Laterza, 1991.

9 L. Salvatorelli, Il pensiero politico italiano dal 1700 al 1870, Turin, Einaudi, 1935 ; G. Salvemini, Scritti sul Risorgimento, Milan, Feltrinelli, 1961.

10 D. Cantimori, Utopisti e riformatori italiani. 1797-1847, Florence, Sansoni, 1943 ; A. Galante Garrone, Buonarotti e Babeuf, Turin, Silva, 1948 ; A. Saitta, Filippo Buonarotti. Contributi alla storia della sua vita e del suo pensiero, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1950-1951 (puis deuxième édition augmentée, Rome, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1972).

11 B. Croce, La rivoluzione napoletana del 1799. Biografie-Racconti-Ricerche (1896), Rome-Bari, Laterza, 1984.

12 A. Gramsci, Quaderni del carcere, A. Gerratana (éd.), vol. III, Turin, Einaudi, 1975, p. 2017.

13 Selon la définition utilisée par E. De Rienzo, « Neogiacobinismo e movimento democratico nelle rivoluzioni d’Italia (1796-1815) », Studi Storici, 2000, n° 2, p. 403-404.

14 Voir F. Diaz, « La questione del “giacobinismo” italiano », Critica storica, III, 1964, 5, p. 577-602 (maintenant in F. Diaz et A. Saitta, La questione del giacobinismo italiano, Rome, Istituto storico italiano per la storia moderna e contemporanea 1988, p. 5-41).

15 Selon la célèbre formule utilisée par A. Saitta, « Il robespierrismo di Filippo Buonarroti e le premesse dell’unità italiana », Belfagor, X, 1955, 3, p. 267-270.

16 Sur toutes ces questions, voir notamment les ouvrages récents d’A. De Francesco, Mito e storiografia della « grande rivoluzione ». La Rivoluzione francese nella cultura politica italiana, Naples, Guida, 2006, et V. Criscuolo, Albori di democrazia nell’Italia in rivoluzione, 1792-1802, Milan, Franco Angeli, 2006, mais aussi, en Italie, les travaux de L. Guerci, Istruire nelle verita repubblicane : la letteratura politica per il popolo nell’Italia in rivoluzione, 1796-1799, Bologne, Il Mulino, 1999, d’A. M. Rao, Esuli. L’emigrazione politica italiana in Francia (1792-1802), Naples, Guida, 1992, d’E. Di Rienzo, Marc-Antoine Jullien de Paris (1789/1748). Una biografia politica, Naples, Guida, 1999, et les actes du colloque Napoli 1799 fra storia e storiografia. Atti del convegno internazionale (Naples, 21-24 janvier 1999), A. M. Rao (dir.), Naples, Vivarium, 2002 ; en France, voir les volumes de P. Serna, Antonelle. Aristocrate révolutionnaire, 1747-1817, Paris, Éditions du Félin, 1997, et B. Gainot, 1799. Un nouveau jacobinisme: la démocratie représentative, une alternative à brumaire, Paris, CTHS, 2001.

17 Pour une synthèse sur les études, outre M. Verga, art. cité, voir en particulier M. Mirri, « Dalla storia dei “lumi” e delle “riforme” alla storia degli “antichi Stati italiani” », in Pompeo Neri. Atti del colloquio di studi di Castelfiorentino (6-7 mai 1988), A. Fratoianni e M. Verga (dir.), Castelfiorentino, Societa storica della Valdelsa (Biblioteca della Miscellanea storica della Valdelsa 11), 1992, p. 401-540 ; et G. Ricuperati, « Le categorie di periodizzazione e il Settecento. Per una introduzione storiografica », Studi settecenteschi, XIV, 1994, p. 9-106.

18 Voir M. Verga, art. cité, p. 114 et les remarques de F. Diaz, « Il Settecento di Franco Venturi », Rivista storica italiana, CVIII, 1996, p. 675-677.

19 C. Capra, « Immagine e realtà nel “grande progetto” di Giuseppe II », Annali della fondazione Luigi Einaudi, XIX, 1985, p. 419-426, notamment p. 425.

20 C’est le cas des travaux de V. Ferrone, I profeti dell’illuminismo. Le metamorfosi della ragione nel tardo Settecento italiano, Rome-Bari, Laterza, 1989 (puis, dans une nouvelle édition augmentée, 2000), et G. Giarrizzo, Massoneria e illluminismo nell’Europa del Settecento, Venise, Marsilio, 1994.

21 L. Guerci, « Qualche osservazione su assolutismo e democrazia in margine a Settecento riformatore », Annali della fondazione Luigi Einaudi, XIX, 1985, p. 405-418.

22 Selon l’expression de N. Mineo, Vincenzo Monti, la ricerca del sublime e il tempo della rivoluzione, Pise, Giardini, 1992, p. 150.

23 Pour une périodisation générationnelle des écrivains italiens de la seconde moitié du xviiie siècle, voir M. Cerruti, « Dalla fine dell’antico regime alla Restaurazione », in Letteratura italiana, vol. I, Il letterato e le istituzioni, Turin, Einaudi, 1982, p. 391-432, notamment p. 391-395.

24 Voir A. Di Benedetto, « Alfieri e le passioni », in Id., Le passioni e il limite. Un’interpretazione di Vittorio Alfieri (1987), Naples, Liguori, 1994, p. 37-66, notamment p. 50.

25 À cet égard, nous remercions Carlo Capra d’avoir publié ici, à la suite de son article, un texte inédit de Pietro Verri, datant des dernières semaines de vie de l’auteur, en 1797 ; un texte important pour comprendre les positions politiques du dernier Verri.

26 Pour une synthèse sur le problème de la violence révolutionnaire, voir en particulier A. M. Rao, « Il problema della violenza popolare in Italia nell’età rivoluzionaria », in Rivoluzione francese. La forza delle idee e la forza delle cose, H. Burstin (dir.), Milan, Guerini e Associati, 1990, p. 247-266.

27 P. Verri, Alcuni pensieri sulla rivoluzione accaduta in Francia, in C. Morandi, « Pietro Verri e la Rivoluzione francese », Archivio storico lombardo, LV, 1928, p. 537. Pour l’évocation de l’ensemble du parcours philosophique et politique de Pietro Verri, il convient, bien entendu, de se référer à l’ouvrage de référence de C. Capra, I progressi della ragione. Vita di Pietro Verri, Bologne, Il Mulino, 2002.

28 G. Bollati, « L’Italiano », in Storia d’Italia, C. Vivanti et R. Romano (dir.), vol. I, I caratteri originali, Turin, Einaudi, 1972, p. 949-1022.

29 Nous tenons aussi à remercier tout particulièrement Alessandro Fontana pour sa participation aux journées de Grenoble et de Lyon, et pour l’aide précieuse qu’il nous a apportée lors de l’élaboration et de la réalisation de ce projet collectif.

Top of page

References

Electronic reference

Christian Del Vento and Xavier Tabet, « Présentation », Laboratoire italien [Online], 9 | 2009, Online since 03 February 2012, connection on 26 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/542 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.542

Top of page

About the authors

Christian Del Vento

Université de Caen / ERLIS

By this author

Xavier Tabet

Université Paris 8 / UMR 5206 Triangle (ENS-LSH Lyon)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page