Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Cesare Beccaria, introduction, traduction et notes de Philippe Audegean, texte italien établi par Gianni Francioni Des délits et des peines / Dei delitti e delle pene

Pierre Girard
Référence(s) :

Lyon, ENS Éditions, 2009, 446 pages, 34 €.

Texte intégral

1Philippe Audegean, philosophe et italianiste, maître de conférences à l’université Paris 3, offre une nouvelle édition en tout point remarquable du chef-d’œuvre de Cesare Beccaria, Dei delitti e delle pene. Pour analyser de manière détaillée cette nouvelle édition, nous voudrions examiner successivement le travail philologique sur le texte de Beccaria, la longue introduction et l’apparat de notes, et enfin la bibliographie.

2D’un point de vue philologique, cette édition se distingue de la plupart des traductions françaises par la mise en regard du texte italien. L’établissement du texte italien est le fruit actualisé du travail de Gianni Francioni, l’un des promoteurs de l’Edizione nazionale delle opere di Cesare Beccaria, en collaboration avec Luigi Firpo, qui intègre le volume I consacré au traité de Beccaria paru en 1984. Cette traduction se fonde donc sur les recherches philologiques les plus récentes et les plus autorisées sur l’œuvre de Beccaria. Cette actualité apparaît également dans les pages très intéressantes que le traducteur consacre aux critères qui ont prévalu à sa propre traduction. Tout en exposant de manière détaillée et en retraçant historiquement l’ensemble des traductions françaises du texte de Beccaria, Philippe Audegean accomplit une réflexion problématique sur sa propre traduction. Les références aux analyses théoriques d’Antoine Berman sont reliées de manière convaincante à une réflexion sur la spécificité de la langue de Beccaria. Philippe Audegean analyse en particulier le danger qu’il nomme la « tendance à la varietas et à l’explication », qui consiste plus à expliquer le texte, à en résorber les points obscurs qu’à véritablement le traduire. Il soulève ici un des paradoxes propres à la traduction qui force en quelque sorte le traducteur à vouloir être plus clair que le texte lui-même, à ne laisser aucune obscurité dans sa traduction, ce qui a pour conséquence de faire disparaître artificiellement ces « étincelantes obscurités » que l’on peut entrevoir dans le style même de Beccaria. Il ressort de cette analyse des choix de traduction qui permettent au contraire de suivre fidèlement le texte de Beccaria, d’en respecter la logique propre, la langue, suivant en cela la conviction que toute interprétation ne saurait légitimement naître que d’un rapport organique avec la spécificité de la langue du texte. Le résultat en est une traduction à la fois précise, fidèle, qui offre de surcroît une réflexion constante sur le choix des termes ainsi que sur l’idée d’un lexique propre à Beccaria.

3La traduction proprement dite est encadrée par une longue introduction et de très nombreuses notes (plus de 200 pages) qui offrent une reconstruction historique et problématique extrêmement détaillée du texte. Il convient immédiatement de noter que cette longue introduction et ce travail d’annotation ne se limitent pas à une simple exposition érudite, mais à un choix philosophique et philologique exprimé dès la première page, selon lequel « on ne raconte pas l’histoire d’un texte sans faire émerger la rationalité de l’histoire elle-même ». En s’obligeant en quelque sorte à « faire surgir les questions d’interprétations de leur contexture historique et linguistique », Philippe Audegean offre une approche organique de l’œuvre de Beccaria, en ne séparant jamais l’attention à une langue particulière du contexte historique et de problématiques philosophiques ainsi que de conflits qui font l’unité d’une époque. L’introduction procède ainsi par cercles concentriques, décrivant le duché de Milan, la personnalité de Beccaria, l’Accademia dei Pugni et l’expérience du Caffè, pour arriver à une généalogie très précise des différentes rédactions du traité Dei delitti e delle pene. La fortune du texte, les grandes interprétations sont également détaillées, ce qui permet au lecteur d’accéder de manière dynamique et problématique au texte. Cette introduction, de même que les notes, ne prennent à aucun moment la forme d’un écran séparant le lecteur du texte. Elles en garantissent, au contraire, l’aspect dynamique, en le resituant à la fois dans un contexte historique particulier, tout en en faisant surgir les nouveautés conceptuelles et linguistiques. Notons enfin que Philippe Audegean a complété, au cours de l’année 2009, ce travail d’édition par une interprétation générale du texte de Beccaria, à paraître aux éditions Vrin.

4Cette édition est enfin complétée par une bibliographie très riche, qui fait le point sur les recherches les plus actuelles, ainsi que par un index extrêmement utile.

5Au total, cette nouvelle édition de Cesare Beccaria, par son ampleur, sa qualité scientifique, la véritable empathie dont témoigne l’auteur avec le traité Dei delitti e delle pene, dépasse largement le cadre d’une simple traduction. Nous avons là, à coup sûr, un travail qui fera date dans la recherche sur les Lumières italiennes et qui constitue d’ores et déjà un instrument de travail indispensable pour quiconque désire entrer sérieusement dans la pensée de Cesare Beccaria.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Girard, « Cesare Beccaria, introduction, traduction et notes de Philippe Audegean, texte italien établi par Gianni Francioni Des délits et des peines / Dei delitti e delle pene », Laboratoire italien [En ligne], 9 | 2009, mis en ligne le 06 février 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/565

Haut de page

Auteur

Pierre Girard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page