Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Mauro Canali, Le spie del regime ; Mimmo Franzinelli I tentacoli dell’OVRA ; Mimmo Franzinelli, Delatori. Spie e confidenti anonimi : l’arma segreta del regime fascista

Paola Bertilotti
Bibliographical reference

Mimmo Franzinelli

Turin, Bollati Boringhieri, 1999, 765 pages, 38,73 €.

Delatori. Spie e confidenti anonimi : l’arma segreta del regime fascista

Mimmo Franzinelli

Milan, Mondadori, 2001, 454 pages, épuisé.

Le spie del regime

Mauro Canali

Bologne, Il Mulino, 2004, 863 pages, 40 €.

Full text

1Aussi paradoxal que cela puisse paraître, l’historiographie a longtemps laissé de côté l’analyse des structures répressives du régime fasciste. Pourtant, comme le faisait remarquer Mauro Canali dans l’introduction à son ouvrage consacré à l’affaire Matteotti (Il delitto Matteotti. Affarismo e politica nel primo governo Mussolini, Bologne, Il Mulino, 1997), le débat qui a agité la recherche italienne dès les années 1970 autour de la question du consensus suscité par le régime avait nécessairement quelque chose de vain dès lors qu’on ne disposait pas d’une étude sérieuse en la matière. Cet état de fait était en partie le résultat d’une difficulté d’accès aux sources – ce n’est notamment que très récemment que les historiens ont pu consulter la documentation rassemblée dans l’immédiat après-guerre par le haut commissariat aux sanctions contre le fascisme. Mais l’on doit également ces retards à la tendance – très répandue dans l’historiographie italienne jusqu’à la fin des années 1980 – à laisser primer les postures idéologiques sur la recherche documentaire.

2C’est à Mimmo Franzinelli que revient le mérite d’avoir mené les premiers travaux d’envergure sur l’appareil de renseignement et de répression du régime (I tentacoli dell’OVRA, Turin, Bollati Boringhieri, 1999 ; Delatori. Spie e confidenti anonimi : l’arma segreta del regime fascista, Milan, Mondadori, 2001). Dans son étude pionnière, I tentacoli dell’OVRA, fondée sur une documentation aussi vaste que novatrice (fonds du ministère de l’Intérieur, de la présidence du Conseil et du secrétariat particulier du duce des Archives centrales de l’État, fonds du Public Record Office britannique et fonds privés), l’historien retraçait la restructuration de l’appareil policier qui a accompagné l’installation du régime fasciste en Italie. Preuve de ce que Franzinelli appelle la « vocation répressive » de Mussolini, son choix d’adjoindre, pendant la quasi-totalité du Ventennio, à ses fonctions de président du Conseil celles de ministre de l’Intérieur, ainsi que l’attention jamais démentie qu’il porta plus précisément au fonctionnement et à la réorganisation de la Direction générale de la sûreté publique (DGPS), c’est-à-dire de l’appareil policier italien.

3Emilio De Bono fut, dans un premier temps (1922-1924), nommé à la tête de la DGPS. Parmi les mesures importantes de son administration figurent la dissolution du corps des « gardes royales » – leurs effectifs venant renforcer ceux des carabiniers – et la constitution, en leur lieu et place, de la Milice volontaire de sécurité nationale (MVSN), un corps de police fonctionnant sur la base du volontariat et directement issu des chemises noires. Parallèlement à cette mesure qui marquait l’insertion du squadrisme – et par conséquent du parti fasciste – dans l’État, la Direction générale de la sûreté publique procéda à une première épuration du corps préfectoral et obtint le droit de recruter des informateurs stipendiés. Mais l’enlèvement et l’assassinat de Giacomo Matteotti révélèrent également que le premier gouvernement Mussolini avait procédé à la mise en place d’une police parallèle, bientôt surnommée « Tcheka du Viminal » ou « Tcheka fasciste » par les partis et la presse d’opposition. Le scandale suscité par l’assassinat de Matteotti conduisit au remplacement, à la tête de la DGPS, d’Emilio De Bono par Francesco Crispo Moncada. Ce dernier, après avoir échoué à prévenir trois attentats manqués contre Mussolini, céda cependant sa place en 1926 à Arturo Bocchini.

4L’arrivée de Bocchini à la tête de la DGPS, sur fond de durcissement du régime et d’approbation des lois « fascistissimes », marqua un changement d’époque. Les mesures adoptées à l’automne 1926 en matière de répression (création de délits de nature politique, institution du Tribunal spécial, interdiction des partis d’opposition) préludaient, en effet, à une réorganisation totale de l’appareil policier du régime. En novembre 1926, des bureaux provinciaux de police politique, sous la dépendance directe du préfet, furent mis en place dans chaque province. Par ailleurs, un bureau d’investigation politique fut institué auprès de chaque commandement de légion MVSN. Une division de la police politique – connue également sous le nom de POLPOL – fut également créée au sein de la DGPS. Enfin, en 1927, ce fut au tour de l’OVRA de voir le jour. Cet acronyme, dont on ignore le sens précis et auquel ont été attribuées tour à tour plusieurs significations (« Œuvre de vigilance et de répression de l’antifascisme », « Œuvre volontaire de répression de l’antifascisme », etc.), fut peut-être choisi pour sa consonance avec le mot piovra (« pieuvre ») ou avec l’Ochrana (la police tsariste). Quoi qu’il en soit, l’OVRA jouait le rôle d’une agence de renseignement implantée sur l’ensemble du territoire national.

5Cette multiplication des structures répressives s’accompagna d’un gonflement des effectifs affectés à des activités de contrôle et de répression – forces de maintien de l’ordre, informateurs, etc. Comme l’a montré Franzinelli, l’appareil de police, afin de juguler toute forme d’opposition, mit également en place une forme de « stratégie de la tension » : par l’intermédiaire de ses informateurs infiltrés dans tous les courants de la mouvance antifasciste, le régime cherchait à pousser ses opposants à se lancer dans des actions violentes et risquées susceptibles de favoriser la répression. À partir du milieu des années 1930, sous l’impulsion de Bocchini, les informateurs ne furent plus seulement chargés de contrôler et de réduire au silence la dissidence, mais d’observer et de rendre compte de l’état de l’opinion publique – rôle non moins fondamental dans le cadre de l’accélération totalitaire du régime. L’appareil policier du régime servait ainsi de courroie de transmission entre le duce et la population.

6Dans I tentacoli dell’OVRA comme dans Delatori, Franzinelli a insisté sur le parcours des informateurs stipendiés et des délateurs occasionnels qui permirent le fonctionnement des structures répressives du régime. Fascistes fanatiques déterminés à servir le pouvoir, antifascistes ayant versé, par intérêt, par découragement ou sous le coup de menaces, dans la trahison, profiteurs, fonctionnaires zélés, catégories professionnelles – les concierges, par exemple – contraintes par circulaire de révéler toute forme d’opposition qu’elles pourraient constater, simples citoyens, signalant des tiers à la police politique sous des prétextes variés afin de régler des conflits privés, la typologie de l’informateur et du délateur est variée. De même que diffèrent le degré de collaboration de chacun d’entre eux avec l’appareil policier et l’importance des informations révélées.

7Comme l’affirme Franzinelli, l’étude de ces phénomènes permet de mesurer l’emprise du fascisme sur la société italienne et d’interroger la nature totalitaire du régime. Clairement, si l’Italie libérale disposait d’un appareil répressif et d’organismes de renseignements, ceux-ci connurent un développement sans précédent sous le fascisme, qui éleva la délation au rang de système de pouvoir et de gouvernement. À partir du milieu des années 1920 et dès le début des années 1930, la pratique de la délation s’enracina dans la société italienne au point de n’épargner ni les milieux de l’antifascisme clandestin, ni, inversement, les milieux fascistes proches du pouvoir. La délation devint donc progressivement un phénomène de masse pendant le Ventennio. Contrairement à une idée reçue, le tournant antisémite du régime ne contribua pas à inverser cette tendance. Comme le montre Franzinelli, la promulgation, à partir de 1938, d’une législation dite « raciale » suscita, au contraire, une avalanche de dénonciations spontanées. Plus que de révéler une adhésion idéologique au fascisme, ce type d’attitude soulève la question du degré de compromission de la société italienne avec le régime.

8Le recours à la délation s’accentua globalement avec l’entrée en guerre de l’Italie en 1940, le régime traquant « l’ennemi intérieur » et le « défaitiste » tandis que les difficultés militaires auxquelles le pays était confronté sur tous les terrains d’opération suscitaient un mécontentement croissant dans la population. Le phénomène prit toutefois une tout autre ampleur et une tout autre signification après le 8 septembre 1943. L’installation dans la péninsule des forces allemandes d’occupation et la mise en place de la République sociale italienne provoquèrent, en effet, un saut à la fois quantitatif et qualitatif en matière de répression et de persécution. Les opposants furent traqués sans merci, alors que se développaient des mouvements de résistance. L’occupation nazie marqua, par ailleurs, le début de l’application en Italie d’une politique antisémite de type génocidaire. Dans cette « chasse » aux opposants et aux juifs, aussi bien l’occupant allemand que la République sociale eurent massivement recours à la délation, dans un contexte d’éclatement de l’appareil policier fasciste et de multiplication des milices et des polices parallèles. Des réseaux d’informateurs efficaces et nombreux furent mis en place tandis que la délation spontanée était encouragée par de fortes récompenses et la perspective de tirer de juteux bénéfices d’opérations de pillage.

9Franzinelli conclut enfin ses deux ouvrages sur une analyse du destin des informateurs, des délateurs et du personnel administratif des organes de répression du régime. Ce faisant, il met en lumière des phénomènes de « continuité de l’État ». Ainsi Guido Leto, qui s’était formé dans les années 1920 et avait accédé à la direction de la police politique dès le début des années 1930, resta en place à l’été 1943 sous le gouvernement Badoglio avant d’adhérer après le 8 septembre 1943 à la République sociale italienne. Écarté de l’administration pendant une courte période dans l’immédiat après-guerre, il fut ensuite nommé au poste de directeur technique des écoles de police. Et, de fait, l’épuration épargna largement l’administration et les réseaux d’informateurs du fascisme furent parfois réactivés par l’Italie républicaine. Reste que le contexte dans lequel ils opéraient avait désormais radicalement changé.

10Au total, dès la fin des années 1990, les travaux de Mimmo Franzinelli ont ouvert la voie à la recherche sur les structures répressives du Ventennio et ont permis de mieux appréhender le fonctionnement du totalitarisme fasciste.

11Professeur d’histoire contemporaine à l’université de Camerino, Mauro Canali a consacré plusieurs ouvrages à des thèmes touchant de près la question de la délation et de l’organisation de la répression sous le fascisme (Cesare Rossi. Da rivoluzionario a eminenza grigia del fascismo, Bologne, Il Mulino, 1991 ; Il caso Silone: le prove del doppio gioco, Rome, Fondazione Liberal, 2000 ; L’informatore: Silone, i comunisti e la polizia, avec Dario Biocca, Milan-Trente, Luni, 2000). Dans Le spie del regime, Canali propose une reconstitution globale de l’histoire et du fonctionnement de l’appareil répressif du régime, qui représente à la fois un aboutissement de ses recherches personnelles et un approfondissement des travaux pionniers de Mimmo Franzinelli.

12La première nouveauté de l’ouvrage de Canali est une « trouvaille archivistique » : l’historien est parvenu à mettre la main – le lecteur regrette d’ailleurs qu’il n’explicite pas mieux dans quelles conditions – sur les archives du haut commissariat pour les crimes fascistes conservées aux Archives centrales de l’État. Les noms des informateurs à la solde de l’OVRA étaient restés en grande partie mystérieux depuis l’immédiat après-guerre : seule une liste extrêmement partielle et lacunaire était parue dans la Gazzetta ufficiale, en 1946, dans le contexte de l’épuration. À partir des archives du haut commissariat et de la DGPS, Canali est parvenu à reconstituer et à publier une liste des réseaux d’informateurs à la solde du ministère de l’Intérieur, mais également les noms des informateurs des différentes zones de l’OVRA et des bureaux politiques des commissariats. Ces différentes listes, reproduites en annexe, sur une centaine de pages, auraient, à elles seules, justifié la publication des Spie del regime.

13Si l’ouvrage de Canali est novateur, c’est cependant aussi pour son point de vue. Tandis que Franzinelli mettait davantage l’accent sur le parcours des délateurs et les itinéraires individuels, l’ouvrage de Mauro Canali relève tout d’abord de l’histoire institutionnelle. Canali a retracé, de manière plus large et plus complète que Franzinelli, l’évolution de l’ensemble de l’appareil de police italien de la période libérale au fascisme et sa progressive montée en puissance sous le régime. Il montre notamment que la Direction générale de la sûreté publique, mise en place à la fin des années 1880 sous le gouvernement de Crispi, renforça tout d’abord ses missions d’investigation et de renseignement pendant la Première Guerre mondiale. Tout comme Franzinelli, Canali souligne le saut en matière de répression provoqué par l’avènement du régime fasciste. Canali se penche également sur l’évolution des structures de contrôle, telles que le service des écoutes téléphoniques, créé dès la période libérale et dépendant de la présidence du conseil des ministres. Tandis que le recours aux écoutes était extrêmement limité avant l’avènement du fascisme et n’était possible qu’avec l’autorisation du chef de la police, il devint monnaie courante sous le régime. En 1925, le service des écoutes n’était en mesure de contrôler que cinquante lignes téléphoniques. En 1938, il pouvait intercepter simultanément mille communications locales et quatre cents communications interurbaines ou internationales. Bref, les écoutes devinrent un instrument de contrôle indispensable au fonctionnement du régime totalitaire.

14Canali, qui a consulté une documentation impressionnante et en grande partie inédite (archives du ministère de l’Intérieur, archives du ministère des Affaires étrangères, archives du haut commissariat pour les sanctions contre le fascisme, archives du secrétariat particulier du duce, archives de la cour d’assises de Rome, archives britanniques et américaines) précise également les relations des différents organes de la Direction générale de la sûreté publique entre eux. Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la DGPS était organisée en quatre divisions : la Division affaires générales et réservées (DAGR), notamment chargée des affaires politiques et du maintien de l’ordre public, la Division de la police judiciaire, la Division de la police administrative et la Division du personnel. L’avènement du fascisme puis l’adoption des lois fascistissimes conduisit à la création de nouvelles divisions au sein de la DGPS (la Division de la police politique, POLPOL, et l’OVRA, organisme dépendant administrativement directement de la DGPS) ainsi qu’à une restructuration de la Division affaires générales et réservées de la DGPS. Le contrôle de la subversion relevait des compétences de la première section de la DAGR, le maintien de l’ordre – puis, à partir de l’entrée en guerre de l’Italie, la gestion des camps d’internement et de transit situés sur le sol italien – de la deuxième section et le contrôle des étrangers de la troisième section. C’est de la première section de la DAGR que dépendaient le bureau du Casellario politico centrale (chargé du fichage des opposants politiques), le bureau confino politico (en charge de l’envoi des opposants en résidence surveillée) et l’Ufficio speciale o Materia (« Bureau spécial ou matière ») responsable de la répression de la subversion. Si le bureau confino politico et l’Ufficio Materia sont des créations du fascisme, la mise en place du Casellario politico centrale remonte à l’époque libérale. Canali montre toutefois l’expansion de l’organisme sous le régime, dont les archives abritèrent par exemple jusqu’à 250 000 photographies d’opposants politiques.

15L’historien remet par ailleurs en cause, documents à l’appui, la thèse, soutenue dans l’immédiat après-guerre, notamment par Guido Leto, ancien responsable de la DAGR section I, selon laquelle la DAGR n’aurait joué qu’un rôle secondaire sous le fascisme par rapport à d’autres organismes de répression comme la POLPOL et l’OVRA. Tandis que la POLPOL était dotée, en Italie comme à l’étranger, des fonctions d’une agence d’investigation et que l’OVRA représentait son bras opérationnel sur l’ensemble du territoire italien, la DAGR était, en réalité, chargée – tâche fondamentale s’il en est – de la coordination des activités de renseignement des commissariats et des préfectures et d’opérations de renseignement visant à vérifier les informations recueillies par la POLPOL et l’OVRA.

16L’ouvrage s’interroge également sur les pratiques de la violence au sein de ces différentes structures répressives. Il montre notamment que, tandis que la POLPOL et l’OVRA tendaient à privilégier dans leurs interrogatoires l’usage de la persuasion et l’intimidation, les membres des bureaux politiques des commissariats n’hésitaient pas à avoir recours à des méthodes plus musclées. Les militants communistes furent globalement les plus malmenés. Les fonctionnaires de police s’étant fait une réputation de violence, voire de cruauté, connurent une promotion rapide, preuve que les pratiques violentes ne faisaient pas l’objet d’une réprobation particulière sous le régime.

17Cette tendance s’accentua bien évidemment pendant la période de la guerre civile dont Canali détaille les implications en termes d’évolutions institutionnelles. La révolution de palais du 25 juillet 1943, qui avait conduit à la chute de Mussolini, ne s’accompagna pas d’une modification substantielle dans l’organisation de l’appareil policier de l’État italien. Le gouvernement Badoglio ne procéda pas à une pure et simple suppression de l’OVRA, mais changea le nom de cet organisme, devenu tristement célèbre pendant le Ventennio (l’OVRA fut remplacée par les Ispettorati speciali di polizia – des bureaux d’inspection spéciale de la police). Passé le 8 septembre 1943, cette structure resta inchangée dans le royaume du Sud. Dans l’Italie centrale et septentrionale, en revanche, l’occupation allemande et l’avènement de la république de Salò conduisirent à l’éclatement de l’appareil de police précédemment mis en place et à la multiplication des structures répressives. Le fascisme républicain conserva les bureaux d’inspection spéciale de la police dont il compléta l’action par la constitution d’un Ispettorato speciale polizia antipartigiana (Inspection spéciale de la police anti-partisane – ISPA) placé sous la dépendance directe de la SS allemande et d’un corps de « police auxiliaire », constitué de jusqu’au-boutistes engagés dans la collaboration (Koch, par exemple). Parallèlement, la Guardia nazionale repubblicana (Garde nationale républicaine) fut constituée à partir d’effectifs issus de la MVSN, des carabiniers et de la police de l’Afrique italienne (PAI). Leur action fut complétée par celle de forces de police locales ou irrégulières (comme les squadre speciali – bandes spéciales – ou le Centro informativo politico – Centre d’information politique de Milan) qui échappaient au contrôle du pouvoir central et monnayaient leur collaboration avec les autorités en place. L’ensemble de ces structures bénéficiaient des services aussi bien de confidents réguliers que d’informateurs sporadiques, de même que les unités militarisées de la RSI (Brigate nere…).

18Canali fait enfin le point sur les raisons d’une épuration manquée dans l’après-guerre (dispersion des archives, amnistie rapide, absence de volonté politique). Il rappelle la législation en vigueur, indique les stratégies de défense des accusés et révèle les itinéraires d’un certain nombre d’entre eux dans l’après-guerre.

19Au total, l’ouvrage constitue une mine d’informations et une référence incontournable sur l’histoire du fascisme italien. On regrette toutefois son caractère extrêmement peu didactique. Il s’agit, à l’évidence, d’un ouvrage de spécialiste, pour spécialistes. On déplore notamment – mais peut-être faut-il s’en prendre à l’éditeur – une table des matières étonnement succincte, l’absence non moins surprenante d’une table des abréviations et d’un organigramme de l’appareil policier du régime, le peu de références bibliographiques. Plus déconcertant encore pour un ouvrage aussi long et détaillé et touchant à des sujets incontournables de l’histoire du fascisme, l’auteur n’a pas jugé bon de rédiger un chapitre ou une préface pour situer son travail par rapport à la recherche existante, ainsi que pour en expliciter les enjeux et les partis pris. Il ne prend pas non plus la peine de proposer, dans une conclusion synthétique, ses grandes lignes d’interprétation. Critique de fond, découlant de ces premières observations : Canali tend à perdre son lecteur dans les détails et les méandres de l’histoire institutionnelle de la police fasciste. Certes, dans un ouvrage précédemment consacré à l’affaire Matteotti, l’historien se réclamait des exemples illustres de Chabod et de De Felice pour justifier son attention aux documents et aux sources. Si l’on ne peut que partager cet appel à la rigueur scientifique, on regrette toutefois qu’il implique chez Canali un renoncement à l’esprit de synthèse. D’autant que, peut-être prisonnier d’une surabondance de sources de nature institutionnelle, l’auteur tend souvent à perdre de vue la situation politique à l’origine des évolutions administratives constatées ou du moins à n’y faire référence que de manière par trop allusive. Il est évidemment surprenant de ne trouver dans un ouvrage de près de huit cents pages consacré à l’histoire de la police fasciste qu’une référence allusive à l’affaire Matteotti ou aux attentats ayant visé Mussolini. Dans un autre ordre d’idées, on aurait également souhaité disposer d’une mise au point précise concernant les soupçons de collaboration de Silone avec l’OVRA. Mais peut-être l’auteur tenait-il l’ensemble de ces éléments pour acquis.

Top of page

References

Electronic reference

Paola Bertilotti, « Mauro Canali, Le spie del regime ; Mimmo Franzinelli I tentacoli dell’OVRA ; Mimmo Franzinelli, Delatori. Spie e confidenti anonimi : l’arma segreta del regime fascista », Laboratoire italien [Online], 9 | 2009, Online since 06 February 2012, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/566

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page