Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Introduction

Aurélie Gendrat-Claudel, Stéphanie Lanfranchi, Pierre Musitelli and Vincenza Perdichizzi
p. 7-14

Full text

  • 1 Dictionnaire des lettres françaises, publié sous la direction du Cardinal Georges Grente, vol. Le x (...)

Jusqu’au milieu du siècle, la littérature italienne fait la sieste, patulae recubans sub tegmine fagi, bercée par les chalumeaux et les bêlements des bergeries de l’Arcadia, et elle prolonge la décadence du xviie siècle, encore que cette mièvrerie soit un progrès par rapport à la préciosité du « marinisme ». La seconde moitié du siècle est une sorte de risorgimento littéraire.1

  • 2 Nous avons adopté les conventions suivantes pour les articles en français : Risorgimento pour désig (...)

1Cette image, à la fois cocasse et impitoyable, d’une littérature italienne assoupie, véritable Belle au bois dormant qui ne serait sortie de sa torpeur qu’au moment même où commençait le processus politique devant conduire à l’indépendance et à l’Unité, est tirée d’un Dictionnaire des lettres françaises. Elle n’est pourtant pas le propre d’un regard étranger : l’idée d’une longue décadence suivie d’un ressaisissement, mais aussi l’application du concept de risorgimento au champ littéraire, sont solidement ancrées dans la tradition historiographique italienne. La fortune et la longévité de la formule Risorgimento delle Lettere en témoignent. Les premières occurrences datent du xviiie siècle, mais on la retrouve encore au siècle suivant et, au début du xxe siècle, dans l’historiographie nationaliste et fasciste (par exemple chez Giovanni Gentile, comme le montre l’article de Stéphanie Lanfranchi). Elle désigne alors un tournant dans l’histoire des lettres italiennes, qui aurait eu lieu entre la fin du xviiie siècle et la première moitié du xixe et aurait accompagné, voire préparé l’avènement du Risorgimento politique. L’enjeu idéologique d’une telle hypothèse historiographique est alors évident : le Risorgimento delle Lettere permet en effet de proposer une alternative à l’interprétation plus classique selon laquelle le Risorgimento aurait eu pour principal déclencheur la Révolution française et ses conséquences dans la Péninsule2. Comme le rappelle Gilles Pécout, « le nationalisme historiographique de l’époque libérale décide d’expurger tout ce qui pouvait contribuer à donner une image des origines exogènes, cosmopolites et françaises du Risorgimento ». On comprend, dès lors, « l’exaltation et les usages d’un Risorgimento delle Lettere comme pièce maîtresse de l’offensive de promotion d’un mouvement endogène » auxquels on assiste dès la fin du xixe siècle, jusqu’au fascisme.

2Le propos de ce numéro de Laboratoire italien est avant tout de sonder l’origine de cette expression. Les auteurs des huit articles qui composent le dossier ont d’abord été invités à s’interroger sur l’usage des mots eux-mêmes, sur l’association des termes risorgimento et lettere, sur les expressions de formation et de sens proches (rigenerazione, resurrezione, restaurazione, rinascimento, rinnovamento, dell’arte, delle arti, della cultura, etc.) et sur les lemmes qui indiquent par opposition la période précédente (decadenza, degenerazione, etc.). Ce travail sur les mots conduit inévitablement à mener une enquête sur la façon dont hommes de lettres et intellectuels italiens ont pensé et raconté l’histoire de la littérature du xviiie au xxe siècle : la recherche des occurrences et l’examen lexicographique ne sont que des instruments pour aborder un large corpus de textes dont la mise en regard fait émerger des visions différentes de l’histoire littéraire, mais aussi de remarquables constantes. Cela permet d’aborder un chantier ambitieux, que Stefano Jossa résume en ces termes : « ripensare un’italianità che non sia naturale o archetipica, ma letteraria, appunto, cioè pre-unitaria, in quanto culturale, razionale, narrativa e critica ». Le courant culturaliste a été parmi les plus féconds de la production historiographique récente sur le Risorgimento. Il a permis de développer l’idée que l’Italie s’est constituée comme une nation culturelle avant de devenir une nation politique ; il a étudié la possible influence des hommes de lettres et historiens italiens sur la formation effective de la conscience nationale ou sur le processus risorgimentale lui-même ; enfin, il s’est demandé jusqu’à quel point la littérature avait été une force productive dans l’histoire italienne. Nous avons voulu nous inscrire dans le prolongement de cette approche culturaliste en partant d’une association de termes, Risorgimento delle Lettere, dont nous formulons l’hypothèse qu’elle correspond à une conceptualisation opératoire et à une interprétation forte de la littérature. C’est pour cette même raison que l’enquête sur les mots ne saurait se résumer à une traque des occurrences stricto sensu : il est parfois pertinent de s’interroger sur la pensée du Risorgimento delle Lettere, entendu comme concept et comme catégorie historiographique, chez des auteurs qui n’utilisent pas ou qui utilisent peu l’expression telle quelle, mais dont les textes mettent en œuvre un vaste champ lexical de l’émergence, du renouveau, de la renaissance (sorgere, risorgere, rinascere, etc.) qui donne indéniablement corps à cette même idée.

  • 3 A. Quondam, « Rinascimento e Classicismi », dans Le parole che noi usiamo : categorie storiografich (...)
  • 4 A. M. Banti, « Risorgimento », dans Atlante culturale del Risorgimento. Lessico del linguaggio poli (...)

3Une telle recherche ne pouvait que se placer sous les auspices des travaux fondateurs d’Amedeo Quondam et d’Alberto Mario Banti. Quondam a commencé, dans son article « Rinascimento e classicismi » (2008), à retracer la formation de la catégorie sémantique rinascimento et l’histoire de ce paradigme classiciste, tout en les comparant systématiquement à l’évolution du mot et du paradigme du risorgimento, dans leurs usages réciproques, et dans leurs valeurs d’abord synonymiques, puis antinomiques3. Il apparaît clairement, en effet, que c’est souvent dans l’hommage ou dans le rejet de la Renaissance que se figent, au cours du xixe siècle, l’idée et la formule d’un Risorgimento delle Lettere. Banti, dans l’Atlante culturale del Risorgimento (2011), a mis en perspective les emplois du terme risorgimento et son déplacement symbolique du religieux vers le politique, entre le xviiie siècle et l’époque contemporaine4. C’est dans la continuité de ces études que l’expression Risorgimento delle Lettere a été analysée dans ce dossier de Laboratoire italien, tantôt en diachronie, tantôt chez un seul et même auteur. Il convient de préciser d’emblée qu’il ne s’agit pas d’une catégorie chronologique fixe (qui correspondrait approximativement à la génération des écrivains qui ont vécu le Risorgimento), catégorie posée a posteriori, une fois que le mot risorgimento s’est répandu et a été accepté par l’historiographie politique pour désigner le processus unitaire, c’est-à-dire à la toute fin du xixe siècle. Une telle définition poserait en effet de nombreux problèmes, tant en termes méthodologiques qu’historiographiques. Comme le précise Silvia Tatti, « l’idea di un “Risorgimento letterario” che precede quello politico e che si configura come un percorso teleologico verso il quale confluiscono tutte le esperienze sette-ottocentesche mostra diverse smagliature e ci rende estremamente cauti sull’uso di tali categorie che non rispecchiano la vitalità e la pluralità di esperienze della realtà italiana preunitaria ». L’expression Risorgimento delle Lettere ne peut donc pas être le transfert d’un terme politique appliqué métaphoriquement à la littérature d’une période donnée, contemporaine du Risorgimento. Il s’agit d’une formule bien antérieure, que l’on trouve dès le xviiie siècle pour désigner, selon les auteurs, différentes périodes de l’histoire italienne comprises entre le xie siècle et l’époque moderne. Elle recoupe des enjeux littéraires, historiques et idéologiques qui, s’ils varient au fil du temps, révèlent la continuité d’une conception de la vie des lettres fondée sur l’alternance de périodes de décadence et de phases de résurgence. C’est là un véritable lieu commun de la pensée italienne : lieu commun au sens noble, c’est-à-dire un topos sans cesse réactivé et resémantisé, qui permet à une communauté nationale de s’interroger, par le biais de la pratique historiographique, sur la littérature et la relation qu’elle entretient avec la vie civile.

4Les différentes contributions réunies dans ce numéro, ainsi que les réponses apportées par des historiens et des spécialistes de littérature au questionnaire que nous leur avons soumis sur la pertinence et l’intérêt d’une telle recherche, font apparaître, à travers l’examen minutieux de l’expression Risorgimento delle Lettere aux xviiie et xixe siècles, de ses usages en contexte, de ses dérivés, de ses variantes, une définition de la littérature commune à des auteurs aussi différents qu’Alfieri et Cattaneo. La littérature est une mission, ou, pour reprendre l’expression de Mazzini citée par Gianluca Albergoni, un « ministero utile alle moltitudini », engageant autant les auteurs que les lecteurs dans une vision militante de l’écriture et de la littérature. À cet égard, il est tout à fait remarquable que le rôle des hommes de lettres dans la formation d’une conscience politique et le primat accordé à la littérature dans l’histoire de la patrie soient revendiqués à la fois par les classiques et les romantiques, indépendamment de leurs indéniables divergences. C’est l’un des intérêts de cette catégorie du Risorgimento delle Lettere que d’ébranler les schémas traditionnels. Comme l’affirme Matteo Di Gesù : « un’indagine sulla categoria critica “Risorgimento delle Lettere” a cavallo tra Sette e Ottocento, [può] restituire la complessità del dibattito e impedire certe sommarie schematizzazioni che vorrebbero opporre un romanticismo risorgimentale italiano tutto progressivo contro un classicismo solamente reazionario e retrivo ».

5Par ailleurs, cette centralité absolue du fait littéraire dans la vie de l’Italie explique l’intérêt pour la littérature manifesté par certains protagonistes du Risorgimento – à commencer par Mazzini – qui ne sont pas, ou pas exclusivement, des écrivains, mais qui éprouvent le besoin impérieux de s’interroger sur le Risorgimento delle Lettere. Or cette acception « engagée » du Risorgimento delle Lettere comporte deux versants distincts, mais qui se recoupent : une fonction historiographique, tournée vers le passé, et une visée performative, qui ressortit à ce que l’on pourrait appeler avec Amedeo Quondam « una consapevolezza identitaria, un voler essere ». Le Risorgimento delle Lettere est tout à la fois et indissociablement un instrument de lecture du passé et un programme pour les temps futurs : il est ce qui a déjà eu lieu (ou qui a déjà commencé) à un moment donné, ou à des moments donnés, de l’histoire italienne (moments au demeurant variables selon les auteurs) et il est ce qui doit encore advenir. Ainsi Pierre Musitelli, analysant un large corpus d’auteurs du xviiie siècle, parle-t-il du concept de Risorgimento delle Lettere comme d’une « quête d’innovation qui lorgne vers le passé » ; Vincenza Perdichizzi montre quant à elle que pour Alfieri, la fonction de la littérature est de « tramandare l’illustre passato e promuovere il rinnovamento civile e politico della patria ». Cette double attention au passé et au futur ou, pour reprendre l’expression que Laura Fournier-Finocchiaro applique à Carducci, cette « nostalgie constructive », a souvent pour corollaire, voire pour fondement, une critique féroce et désabusée du temps présent. C’est Alfieri affirmant : « non mi piacque il vil mio secol mai » ; c’est Carducci contempteur de la patrie (« la nostra patria è vile ») et de son temps (« il secoletto vil che cristianeggia »). Le cas de Leopardi, comme le montre Giuseppe Sangirardi, reste magnifiquement isolé : celui qui dans La Ginestra invective le « secol superbo e sciocco » et dans Dialogo di Tristano e di un amico dénonce « un secolo di ragazzi » fait de l’idée de risorgimento, et plus largement de retour de ce qui était perdu, un pur « objet poétique ».

6Sans entrer dans le détail des contributions monographiques, on ne peut manquer de remarquer de nombreuses convergences, dont on se limitera à relever les traits les plus saillants : de Tiraboschi (qui, par bien des aspects, trouve ici une confirmation de son statut de père fondateur de l’histoire littéraire italienne) à De Sanctis, les écrivains et penseurs italiens sont à la recherche de périodisations simples et efficaces, marquées par de grandes césures. Ce souci de lisibilité peut se traduire par le recours à une vision cyclique de l’histoire, voire à un mythe de l’âge d’or qui fait coïncider la naissance de la littérature italienne au Trecento avec un apogée destiné à se dégrader inexorablement, mais il peut également prendre la forme d’une conviction profonde, malgré les déceptions du présent, en un progrès sinon linéaire, du moins continu, comme chez Carducci.

7L’ambition de modéliser et de rendre intelligible l’histoire de la littérature va de pair avec la définition d’un nouveau canon littéraire, dominé par Dante comme modèle suprême et comme père de la littérature nationale, promotion qui a pour corollaires la dépréciation de Pétrarque et la célébration de tous les écrivains qui ont contribué à faire connaître l’auteur de la Divine Comédie (c’est autour de la redécouverte de Dante que Tommaseo construit son plaidoyer, non dépourvu d’ambiguïtés, en faveur de Monti, comme le montre l’article d’Aurélie Gendrat-Claudel). Il convient de souligner que cet engouement pour Dante ne s’explique pas exclusivement par un changement des paradigmes esthétiques (poétique du sublime, mélange des genres, primitivisme, etc.) : il repose aussi et surtout sur la recherche d’une filiation entre modernité et origines « autochtones », sur l’identification des patriotes du Risorgimento à la figure du proscrit de Florence et sur la valorisation de son engagement politique, ainsi que de l’époque des communes, opposée, dans les catégories sismondiennes, aux cours de la Renaissance privées de liberté. Lorsque le canon se fait plus contemporain, ce ne sont plus des pères qui sont recherchés, mais des précurseurs : pour les auteurs de la période risorgimentale et post­risorgimentale, surtout lorsqu’ils tendent à devenir les guides ou les prophètes de la nation (comme Foscolo ou Carducci), indiquer parmi leurs aînés (notamment Parini et Alfieri) les hérauts d’un Risorgimento delle Lettere toujours en cours leur permet d’inscrire leur œuvre et leur action dans une continuité qui est moins esthétique que morale.

8Ces efforts pour périodiser la littérature et établir un panthéon, à la fois passé et présent, ne vont pas sans une série de distorsions curieuses : ainsi l’Arcadie, qui naît de cette même volonté de renouvellement des lettres italiennes, va-t-elle rapidement devenir l’emblème de la décadence pour nombre d’auteurs des siècles suivants. De même, la période que l’on commence au xixe siècle à appeler Rinascimento – dans le sillage des travaux de Michelet et de Burckhardt – et que l’Arcadie avait érigée en modèle, justement, de Risorgimento delle Lettere, fait l’objet de débats intenses pour savoir s’il est pertinent de considérer comme un renouveau et un progrès une époque marquée par d’étroits liens entre pouvoir et culture, entre prince et artiste. Indépendamment de tout jugement de valeur sur la production poétique en soi, la Renaissance (tout comme le modèle arcadien) s’insère dans un système culturel fondé sur le mécénat, typique de l’Ancien régime, qui n’est plus compatible avec le rôle que le poète s’assigne pendant le Risorgimento, ni avec le public élargi qu’il vise, comme le montre l’analyse conduite par Chiara Piola Caselli autour de la figure de Foscolo.

9Plus profondément, les tentatives de périodisation, la recherche d’un canon et la dénonciation des moments sombres de la vie des lettres cachent une interrogation souvent douloureuse sur la possibilité de rendre compte, autant sur un plan moral et philosophique que du point de vue historique, d’une décadence dans l’histoire de la nation : la conciliation est parfois difficile entre la revendication orgueilleuse d’un héritage, le besoin de se reconnaître des ancêtres pour assurer la continuité d’un tissu narratif et d’une identité culturelle et la conviction qu’une évolution, voire une révolution, dans la conception de la littérature et dans le rôle de l’écrivain, est absolument nécessaire. Cette contradiction, ou du moins cette tension, aboutit progressivement à une dissociation entre l’histoire des lettres, dont on admet qu’elle puisse être cyclique et rythmée par des phases de déclin et de renouveau, et l’histoire des sciences, qui suit la ligne d’un progrès continu et ouvert ; en d’autres termes, la réflexion sur le progrès aboutit à l’« invention » de la littérature par le biais d’une délimitation et d’une spécialisation progressive des champs disciplinaires. En ce sens, de façon indirecte, le concept de Risorgimento delle Lettere paraît avoir alimenté une réflexion non seulement sur l’histoire de la littérature, mais sur la définition même de la littérature.

10Enfin, il est tout à fait évident que les écrivains qui thématisent le Risorgimento delle Lettere et l’utilisent comme une catégorie programmatique, à visée prospective et performative, développent la conviction de participer à un mouvement collectif de renouvellement littéraire et, par extension, de régénération morale et civique. Comme le dit Matteo Palumbo, « la cesura con il passato è evidente e il riferimento alla stagione rivoluzionaria è capitale. La storia ha fatto nascere aspirazioni nuove, che hanno modificato il comportamento degli scrittori ed esigono il loro attivo coinvolgimento. Il “Risorgimento delle Lettere” è la definizione di questo processo » : c’est la conscience d’une rupture historique, ainsi que l’orgueil d’y participer, qui assurent la fortune durable de ce nouveau paradigme historiographique.

Top of page

Notes

1 Dictionnaire des lettres françaises, publié sous la direction du Cardinal Georges Grente, vol. Le xviii e siècle (1960), édition revue et mise à jour par F. Moureau, Paris, Fayard, 1995, p. 610.

2 Nous avons adopté les conventions suivantes pour les articles en français : Risorgimento pour désigner la période historique ; risorgimento pour indiquer la notion générale ; Risorgimento delle Lettere pour le paradigme étudié. Pour les articles en italien, on trouvera Risorgimento pour la période, risorgimento pour la notion, « Risorgimento delle Lettere » pour le paradigme. Enfin, dans tous les articles, les citations entre guillemets respectent les choix typographiques et orthographiques des auteurs cités.

3 A. Quondam, « Rinascimento e Classicismi », dans Le parole che noi usiamo : categorie storiografiche e interpretative dell’Europa moderna, A. Quondam et M. Fantoni éd., Rome, Bulzoni, 2008, p. 33-96.

4 A. M. Banti, « Risorgimento », dans Atlante culturale del Risorgimento. Lessico del linguaggio politico dal Settecento all’Unità, A. M. Banti, A. Chiavistelli, L. Mannori et M. Meriggi éd., Bari-Rome, Laterza, 2011.

Top of page

References

Electronic reference

Aurélie Gendrat-Claudel, Stéphanie Lanfranchi, Pierre Musitelli and Vincenza Perdichizzi, « Introduction », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 05 February 2014, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/676

Top of page

About the authors

Aurélie Gendrat-Claudel

Université Paris-Sorbonne

By this author

Stéphanie Lanfranchi

École normale supérieure de Lyon

By this author

Pierre Musitelli

École normale supérieure de la rue d’Ulm

By this author

Vincenza Perdichizzi

Université de Strasbourg

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page