Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Rythmes et périodisations de l’historiographie littéraire italienne de l’Arcadie aux Lumières (1690-1790)

Ritmi e periodizzazioni della storiografia letteraria italiana dall’Arcadia ai Lumi (1690-1790)
Pierre Musitelli
p. 15-46

Abstracts

De l’Arcadie à la Révolution, le motif du Risorgimento delle Lettere parcourt l’historiographie littéraire italienne. Indissociable de son envers négatif – le thème de la décadence –, il relève d’une façon de penser l’histoire orientée vers l’examen critique du développement et des « révolutions » de la vie de l’esprit. En tant qu’hypothèse historiographique, le Risorgimento delle Lettere aboutit à la périodisation d’époques charnières de l’émergence d’un nouveau classicisme volgare, ponctué par le lent réveil de l’An Mil, le xiiie puis le xve siècle. Cette lecture ébauchée par Gravina, Gimma et Muratori, discutée par Parini, Alessandro Verri et Napoli Signorelli, trouve sa formulation la plus aboutie chez les grands historiographes des années 1770-1780 : Saverio Bettinelli et Girolamo Tiraboschi.
Mais la volonté de parcourir les étapes du risorgimento naît aussi du projet de réaffirmer le primat littéraire de la péninsule et d’appeler, en contrepoint du constat lucide de son déclin, au réveil des consciences et de la culture. La réflexion historique se double d’une invitation à réformer les lettres et le goût en Italie, afin de mettre un terme à une décadence poétique dont l’Académie d’Arcadie, fondée dans l’intention d’y remédier, avait fini par devenir l’emblème. Le paradigme risorgimentale revêt dans les deux dernières décennies du siècle, sous la plume d’académiciens tels que Matteo Borsa ou Antonio Cesari, une inflexion patriotique et polémique vis-à-vis du cosmopolitisme éclairé : l’heure est à restaurer le prestige culturel et littéraire de la péninsule sur des bases « italiennes ».

Top of page

Full text

1Quelle place occupe, dans la vaste production de textes sur l’histoire littéraire italienne, au xviiie siècle, la notion de risorgimento ? Quels usages sont faits de ce terme, quelles évolutions se dessinent ?

2J’ai souhaité ici approfondir l’examen des occurrences du verbe risorgere et de ses dérivés – (ri)sorgimento, (ri)surgimento, risorto, etc. – appliqué au domaine des lettere, en veillant à bien prendre en compte l’acception large de ce terme au xviiie siècle : poesia, filosofia, belle lettere, scienze, coltura, en sont autant de déclinaisons possibles, qui figurent parmi les compléments de noms les plus courants. Ils sont parfois accompagnés d’autres compléments, tels que belle arti ou umano ingegno, qui lui confèrent une portée plus large.

  • 1 La letteratura italiana, 44, Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, Critici e storici della poesia e del (...)
  • 2 Les auteurs pris en considération sont, par ordre alphabétique : Ireneo Affò (1741-1797), Saverio B (...)

3En termes de délimitation chronologique, la période prise en considération dans ce premier article de notre numéro s’étend de la fondation de l’Académie d’Arcadie, à Rome, en 1690, jusqu’à la fin des années 1780, au seuil de la Révolution, au moment où la question du Risorgimento delle Lettere prend une nouvelle inflexion. Une périodisation « à la Venturi », donc, pour les besoins de laquelle je me suis en partie appuyé sur les textes réunis par Emilio Bigi dans le volume Critici e storici della poesia delle arti nel secondo settecento de l’anthologie Dal Muratori al Cesarotti1. Un relevé d’occurrences, mené par ailleurs sur un certain nombre de textes numérisés d’historiens, d’académiciens, de linguistes ou de poètes, m’a conduit à compléter ce corpus, dense et diversifié2.

  • 3 G. Tiraboschi, Storia della letteratura italiana, t. II, partie I, « Dissertazione preliminare sull (...)

4Dans chacun de ces ouvrages, le recours à la notion de risorgimento traduit une attention aux cycles de l’histoire de la littérature, à ses vicende, comme dira Denina. De Crescimbeni à Tiraboschi, chacun en ausculte les rythmes et les bouleversements, avec l’ambition de dépasser la tradition érudite de compilation des sources pour en proposer une interprétation critique et raisonnée, qui mette au jour « le leggi di queste rivoluzioni della Letteratura »3.

  • 4 G. Getto, Storia delle storie letterarie (1942), Florence, Sansoni, 1969.

5S’il ressort de nos lectures que le terme risorgimento est d’un usage ancien et pour le moins courant, rares sont les textes où s’élabore une définition, voire une réflexion sémantique autour de cette catégorie déjà formée. Notre examen lexicographique visera donc à débrouiller l’écheveau des sens, à clarifier la portée et les modalités d’utilisation du terme. À cette fin, il m’a semblé préférable d’adopter, dans la mesure du possible, une progression chronologique : autrement dit de reparcourir « l’histoire des histoires littéraires », pour reprendre le titre de l’ouvrage de Giovanni Getto4.

6J’ai cependant distingué, d’une part, le Risorgimento delle Lettere comme hypothèse historiographique, en m’intéressant à la façon dont les historiens scrutent le passé de l’Italie pour identifier les étapes d’un développement progressif des lettres et des esprits – autrement dit, en considérant la façon dont sont schématisés, rétrospectivement, les rythmes ascendants et descendants de la vie culturelle italienne –, et, d’autre part, le Risorgimento delle Lettere comme programme de réforme, c’est-à-dire comme leitmotiv d’un travail prospectif de restauration et de perfectionnement du goût en Italie, par l’entremise, aussi, d’une rénovation des institutions culturelles. J’ai donc distingué le Risorgimento delle Lettere comme outil interprétatif et comme mot d’ordre. Mais il va de soi que les deux usages se recouvrent dans bien des cas : plus qu’une catégorie critique, risorgimento semble répondre en matière d’historiographie à une volonté démonstrative ; il fait partie d’un arsenal rhétorique qui légitime le travail des défenseurs d’un « réveil » de l’Italie dans le cadre européen du xviiie siècle.

« Risorgimenti » dans l’histoire littéraire,
de Gimma à Tiraboschi

Gimma, Muratori, Verri et Parini

  • 5 Vocabolario degli Accademici della Crusca, 6 vol. , Florence, Accademia della Crusca, 1729-1738.
  • 6 L. A. Muratori, Della regolata divozione de’ cristiani (1747), dans La letteratura italiana, 44, Da (...)

7Risorgimento possède en italien un sens premier religieux attesté jusqu’au milieu du xixe siècle. L’entrée « risurgere, resurgere, e risorgere » de la quatrième édition du Vocabolario de l’Académie florentine de la Crusca, publiée dans la première moitié du xviiie siècle5, donne pour définition : « di nuovo surgere », « risucitare » [sic] et « derivare, nascere ». Le substantif « risurgimento » est dépourvu d’entrée spécifique et n’apparaît qu’en tant que synonyme de « resurressione e resurrezione ». Très courant en poésie, de Dante jusqu’aux Rime degli Arcadi, cet emploi corrélé à la notion de salut se retrouve aussi dans certains textes en prose, par exemple chez Muratori (« Il risorgimento dei peccati è un dono gratuito di Dio », dans Della regolata divozione de’ cristiani, 1747)6. On trouve aussi dans le Vocabolario, parmi les sens dérivés, une acception pécuniaire : « rovina e ruina. […] III. In modo proverbiale. La rovina non vuol miserie. proverb. che vale, che È inutile il risparmio, quando taluno è così povero, che non può sperar di risorgere ». Quant à « surgere, e sorgere », le dictionnaire mentionne sollevarsi, iscaturire, salire, incominciare, nascere.

8C’est toujours accompagné, de façon implicite ou non, de ses synonymes et antonymes que risorgimento a intégré le lexique de l’historiographie. Point de pensée du risorgimento qui ne soit dissociable d’une pensée de la décadence, et vice-versa : ce terme fait partie d’un binôme à l’emploi relativement vaste, qui touche aussi bien la vie du corps que la vie de l’esprit, le devenir de l’individu que celui des sociétés. On trouve ainsi, dans des sens proches ou équivalents, les substantifs ristoramento, miglioramento, gloria, risveglio, progresso, ainsi que les verbes ripulire, rinascere, rinovellare, fiorire ; et pour le versant négatif : sonno, decadenza, barbarie, giacere, estinto, etc. Ce double champ sémantique alimente une réflexion sur l’alternance des phases de grandeur et de décadence, des siècles d’or et des siècles barbares dans l’histoire des lettres, des arts et de la langue, qui n’a, dans la façon dont elle se formule en Italie au début du xviiie siècle, rien de nouveau. Elle s’enracine dans le terreau de la culture humaniste. Lorenzo Valla, dans ses Elegantiarum linguae latinae libri (1435-1444), soulignait par exemple le lien entre l’épanouissement ou le dépérissement de la langue et celui de la civilisation en des termes peu différents (« chi ignora che gli studi e discipline fioriscono quando la lingua è in fiore, e decadono quand’essa decade ? »). Or, il ne s’agit plus désormais d’établir un catalogue sommaire d’écrivains et de textes selon le seul critère du bon goût, mais de reconstituer, sur le long terme, la généalogie des idées littéraires, d’expliquer leur filiation, les causes de leur naissance et de leur mort.

9Appliqué au domaine de la culture, risorgere apparaît chez Vincenzo Gravina dans le second livre de son enquête sur la nature de la poésie, Della ragione poetica (1696-1708), pour désigner le développement des arts et lettres sous le mécénat de Laurent de Médicis :

  • 7 V. Gravina, Della ragione poetica (1696-1708), chap. 32, « D’Agostino Staccoli da Urbino, e del San (...)

[…] sotto la generosità di Lorenzo dei Medici, nobile egli ancor nella lirica, e sotto la scuola del Poliziano, autor di quelle maravigliose ottave, risorgendo tutte le belle arti, poté questo genere di poesia [lirica] ripigliar colle mani del Bembo la cetra del Petrarca, imitata poi degnamente da stuolo sì numeroso.7

  • 8 M. Cesarotti, Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica, dans Dal Muratori al Ce (...)

10Cette première occurrence dans notre corpus permet de dégager quelques constantes : d’une part, risorgimento désigne une temporalité jalonnée et bornée par l’existence de grands hommes – souverains, poètes et lettrés – et de grandes œuvres, et participe bien d’une volonté de périodiser l’histoire du goût et des genres littéraires. D’autre part, un lien de causalité unit le risorgimento à l’imitation de modèles passés, selon une conception classiciste de la grandeur non comme fruit de l’invention mais comme résultat du retour à un état antérieur de perfection (le préfixe ri-, propre à de nombreux synonymes de risorgimento, ne cesse de le rappeler). Si l’époque à laquelle Gravina situe le renouveau de « tutte le belle arti » correspond à la seconde moitié du xve siècle, c’est-à-dire à la Renaissance laurentienne, et que cette interprétation est destinée à trouver un large écho tout au long du siècle, risorgimento n’est pas pour autant nécessairement appelé à désigner cette époque précise, mais plutôt le caractère de toutes celles où s’observe une phase de progrès. Elle est donc une catégorie fluctuante et, surtout, récurrente. Le risorgimento constitue une étape intermédiaire et transitoire entre le point le plus bas et le point culminant d’une parabole historique. Ce terme ne désigne donc pas l’accomplissement ou l’apogée du développement, mais ce qui précède – ce qui précède les accomplissements ou apogées successifs. Dans son Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica, publié en 1762, Melchiorre Cesarotti, qui reconduit une approche de l’histoire comme lieu de déploiement dialectique des phases de progrès et de décadence, distinguait ainsi trois étapes dans l’histoire de la poésie : « l’ecclissamento, il risorgimento e la perfezion »8.

  • 9 G. Gimma, Idea della storia dell’Italia letterata, t. I, Naples, Felice Mosca, 1723, « Introduzione (...)

11Dans Idea della storia dell’Italia letterata, dont le premier tome paraît à Naples en 1723, Giacinto Gimma, soucieux de prouver que « l’Italia letterata […] più di ogni altra nazione può mostrar cose di maggior gloria nelle lettere, e negli studj »9, fait du xive siècle le siècle du renouveau spirituel et culturel de l’Italie désormais émancipée de la barbarie :

  • 10 Ibid., chap. 32, « Del secolo Decimoquarto dall’anno 1301 », p. 389. Nous ajoutons les italiques da (...)

La misera Italia dopo la distruzione sopportata dalle barbare nazioni, si mirò pur distruggere in questo Secolo da’ suoi stessi figliuoli colle continue guerre civili, e le scienze quasi rovinate colla rovina dell’Imperio Romano quando pur doveano far naufragio, incominciarono a risorgere, svegliandosi gl’ingegni, ed in miglior gusto rimettendosi prima nella stessa Italia, e poi nelle altre Provincie dell’Europa.10

  • 11 G. Getto, op. cit., p. 47.
  • 12 Notamment, dans le cas de Gimma, contre le Traité de l’origine des romans de Pierre-Daniel Huet (16 (...)
  • 13 G. Gimma, Idea della storia dell’Italia letterata, op. cit., p. 396.

12Quoique « caotica e inesatta »11, l’Idea de Gimma présente l’intérêt de prendre en considération, dans sa quête des périodes de « résurgence », l’ensemble des formes de production écrite, et non plus la seule volgar poesia à laquelle ses prédécesseurs de l’Arcadie, Crescimbeni et Gravina, consacraient leurs ouvrages. En revanche, leurs œuvres répondent à un même projet – et il s’agit là d’une autre constante du motif risorgimentale tout au long du siècle : l’enjeu est de défendre le patrimoine littéraire italien contre une tradition historiographique étrangère, française en particulier12, qui tend à atténuer le primat des auteurs de la Péninsule dans la fondation d’un nouveau classicisme européen. C’est contre « le censure », « il biasimo e l’invidia degli Oltramontani »13, que Gimma entreprend l’éloge des trois « Padri » (ibid., p. 389) de la langue et de la poésie vernaculaire au xive siècle, faisant de Pétrarque, restaurateur de la tradition classique, l’égal d’Homère et de Virgile (p. 396).

  • 14 A. Cottignoli, Alla luce del vero : studi su Muratori storico, Bologne, CLUEB, 1994, p. 96.

13Archiviste et bibliothécaire à Modène, mais surtout grand réformateur des méthodes historiographiques dans la première moitié du siècle, Ludovico Antonio Muratori est de ceux qui contribuèrent à la redécouverte et à la valorisation de la culture médiévale et des richesses « autochtones » de l’Italie. L’année précédant la parution de l’Idea de Gimma, il avait publié le premier des vingt-quatre volumes des Rerum Italicarum Scriptores (1723-1738), œuvre monumentale qui répondait au projet de parcourir, de façon « unitaire », l’histoire civile de la Péninsule du vie au xvie siècle. Du fait de son découpage chronologique, l’ouvrage de Muratori instaurait une nouvelle relation de continuité entre Italie médiévale et Italie moderne, qui allait légitimer la quête d’un risorgimento culturel au sein même de la tradition volgare, et en rupture avec l’ancien projet de restauration humaniste et latine souhaitée, par exemple, par Lorenzo Valla. Muratori, en se penchant sur les racines « barbares » de l’Italie, s’efforçait « [di] farci sentire, più che eredi della classicità, figli dell’Italia “italiana e non latina” […], così da esaltare in noi l’orgoglio d’essere, in fine, una nuova generazione d’Italiani, più vicina al resto d’Europa »14. Des âges sombres vers la lumière des temps modernes, il mettait en évidence le mouvement progressif, quoiqu’intermittent, du développement culturel italien. Poursuivant sa réflexion dans les Antiquitates italicae medii aevi (1738), traduites et résumées en italien par ses soins, Muratori rappelait l’œuvre du pape Sylvestre II, Gerbert d’Aurillac (945-1003), en faveur du renouveau de la culture :

  • 15 L. A. Muratori, Dissertazioni sopra le antichità italiane, già composte e pubblicate in latino dal (...)

[…] principalmente da Gerberto si dee riconoscere il risorgimento delle lettere in Italia. […] Pare al certo ben verisimile ch’egli tanto coll’esempio che col comando procurasse che gli studi delle lettere massimamente ricupassero l’antico splendore, molto decaduto nel secolo decimo.15

14Cette relecture du passé médiéval de l’Italie et la césure ainsi établie aux alentours de l’an Mil marquaient une étape décisive dans la constitution du paradigme du Risorgimento delle Lettere au xviiie siècle, ouvrant la voie aux travaux de Bettinelli, Denina et Tiraboschi.

  • 16 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, B. Scalvini éd., Rome, Edizioni di storia e letteratura, 20 (...)

15Au milieu des années 1760, le paradigme avait transité, avec de légers ajustements, sous la plume d’Alessandro Verri, dans une œuvre de jeunesse restée inédite jusqu’au début des années 2000, Saggio sulla storia d’Italia (1765)16. Menant l’examen critique, et désormais topique, de la « serie di lepide e tristi vicissitudini framezzo delle quali passano tutte le nazioni per fare il sempre disastroso e lento viaggio dalla barbarie alla coltura » (ibid., chap. 17, p. 160), Verri circonscrivait à la période comprise entre le xive et le xviiie siècle les grands progrès de l’esprit en Italie. Il se montrait plus critique, en revanche, envers le xie siècle, en raison du coût humain des croisades et des difficultés liées à l’acheminement des livres, qui faisaient obstacle au développement de la société et à la diffusion des savoirs :

Parlerò io delle lettere di tal secolo ? Tutto era disordine e tumulto. […] La mancanza di manifattura di così poco costo, la somma spesa che costava la ricopiatura di un libro, ch’era un prezioso dono, furono inciampi non piccoli al risorgimento delle lettere. (Ibid., chap. 16, p. 158)

Furono un grande e lungo ostacolo al risorgimento dell’ingegno umano non che nell’Italia, nell’Europa tutta, quelle pie emigrazioni che per tre secoli spopolarono l’Europa. (Ibid., chap. 17, p. 160-161)

Il principio del secolo decimo quarto fu l’aurora della nostra coltura. Molti illustri ingegni cominciavano a farla risorgere dall’ultima abbiezione nella quale era stata fin allora sepolta. Reca maraviglia come sorgessero fra gente barbara un Dante, un Petrarca ed un Boccaccio, e che pareggiassero gli scrittori del secolo d’Augusto senza essere stati preceduti da uomini mediocri. Sembrerebbe trasgredita la legge di continuità colla quale pare che progredisca l’ingegno umano, se non si rifletta che i maestri di questi uomini non erano i loro padri ma gli antichi, alla lettura ed alla imitazione de’ quali si rivolsero. (Ibid., chap. 22, p. 219)

  • 17 Voir par exemple Voltaire, Le Siècle de Louis XIV : « Le siècle de Louis XIV a donc en tout la dest (...)

16L’originalité de Verri ne consiste pas à faire remonter l’« aurore » de la culture volgare au siècle des « Trois couronnes » – Gimma et même Muratori, dans Della perfetta poesia italiana (I, iii, 1706), en avaient fait une étape essentielle vers le xve siècle – mais à faire coïncider ce « premier » risorgimento avec l’âge d’or du siècle d’Auguste, que l’historiographie européenne du xviiie siècle compare plus volontiers au xvie siècle de Léon X17. Contrairement à ses contemporains qui s’efforçaient de prendre à la racine l’histoire des idées et des formes littéraires pour dégager la logique de leur développement, Verri privilégie en outre la piste d’une rupture historique et d’un progrès soudain, ce qui n’est pas sans poser quelques difficultés d’interprétation (« Reca maraviglia… ») et qui atténue le postulat muratorien d’une filiation entre Moyen Âge barbare et naissance de la littérature moderne.

  • 18 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, op. cit., p. 252 : « Si tornò alla sorgente. Fu questa la s (...)

17Signe, toutefois, que le paradigme du Risorgimento delle Lettere commence à s’imposer en tant que catégorie fixe de l’historiographie littéraire, on le trouve employé dans le titre du chapitre consacré à la seconde moitié du xve siècle (chapitre 26 : « […] Risorgimento della letteratura »). Il ne désigne plus alors un surgissement poétique spontané et soudain, mais l’essor général de la production scientifique et lettrée sous l’impulsion – comme chez Gravina – de Laurent de Médicis, « ospite e protettore de’ letterati ». L’invention de l’imprimerie à caractères mobiles, ainsi que l’afflux en Italie des Grecs chassés de Constantinople par les Turcs18 (nouvelle illustration du lien entre risorgimento et classicisme) sont également invoqués parmi les raisons exogènes de cette résurgence.

  • 19 Opere di Giuseppe Parini pubblicate per cura di Francesco Reina, vol. II, Milan, Classici italiani, (...)

18Représentant de l’illuminismo lombard plus illustre et plus constant qu’Alessandro Verri, Giuseppe Parini fait de l’histoire littéraire italienne une lecture similaire, dans son ouvrage De’ Principj delle belle lettere (1773-1775), dont le propos est de déterminer les principaux auteurs, poètes ou prosateurs, « dal concorso de’ quali si è formata la lingua nobile italiana »19. Dans le chapitre « De’ progressi della lingua italiana e degli eccellenti scrittori di quella nel secolo xiv » (II, chap. 4), Parini relève lui aussi le caractère soudain de la première phase de perfectionnement du volgare, au xive siècle : « Tre sublimi ingegni […] sorgevano in pochissimo tempo », auxquels l’Italie dut « lo stabilimento e la perfezione della toscana lingua » (ibid., p. 116 et 124). Là encore, un effet de raccourci ou d’accélération historique unit la phase ascendante et son apogée. L’œuvre de Dante, Pétraque et Boccace apparaît, comme précédemment, d’autant plus miraculeuse que ces trois auteurs

[…] in mezzo a’ loro tempi barbari e pieni d’ogni sorta di deplorabili calamità [hanno] fatto rinascere nell’Europa con i loro studj e le loro fatiche il genio delle buone lettere, della storia e della erudizione, dietro alla luce del quale risorsero poi di mano in mano tutte le belle arti e per ultimo la filosofia. (Ibid., p. 124)

19L’Italie, ajoute Parini, s’avère « debitrice a questo celebre triunvirato di Fiorentini del felice risuscitamento della critica e del buongusto, che prima nascosi giacevano fra le rovine della Grecia e di Roma ». Le mouvement ainsi initié et dont l’effet bénéfique s’étend aux siècles suivants est qualifié de « risorgimento delle lettere, delle arti e delle scienze » (ibid., p. 125). Mais une brève éclipse du goût sépare toutefois l’œuvre des trois génies des premiers feux de la Renaissance : « Dalla fine del trecento sino allo scadere del quattrocento pochissimi furono quelli che scrivessero opera di qualche mole di qualche valore. » Ce n’est qu’avec Poliziano et Pulci que la langue « risorse poi dal suo quasi totale abbattimento » (p. 132), grâce au mécénat laurentien une fois encore mis en évidence et qualifié de « precipua cagione di un tale risorgimento » (p. 132-133). Enfin, le xvie siècle, celui des « valorosi scrittori » (II, 5, p. 144) – parmi lesquels Machiavel fait l’objet d’une ardente défense – et de la pleine Renaissance, se trouve logiquement situé « dopo il risorgimento della nostra lingua » (p. 134).

20Si les raisons de l’apparition de chefs-d’œuvre en volgare au xive siècle ne sont pas clairement élucidées, le texte de Parini confirme, après celui de Verri, une distinction entre un premier risorgimento au xive siècle suivi d’un risorgimento plus vaste au xve siècle, et, d’autre part, entre un xve siècle ascendant et un xvie siècle qui est déjà celui de l’après.

Bettinelli

  • 20 Édition utilisée : S. Bettinelli, Del Risorgimento d’Italia dopo il Mille, Milan, Paolo Cavalletti, (...)
  • 21 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., II, p. 168.
  • 22 Les treize premiers volumes parurent entre 1733 et 1763. Sur la réforme de l’érudition historique e (...)

21Premier représentant de la grande tradition historiographique italienne des décennies 1770-1780, Saverio Bettinelli publie en 1775 son ouvrage Del Risorgimento d’Italia dopo il Mille20. Comme Gimma, l’auteur est guidé par une ambition synthétique : « Veder quella immensa letteratura italiana sotto l’occhio, e in un punto di vista insieme unita. »21 Puisant aux sources de la tradition érudite et prosopographique du début du siècle (Muratori, Maffei, Zeno et Quadrio), Bettinelli reconstitue, en deux brefs volumes, les progrès de l’esprit humain, de l’an Mil jusqu’à la fin du xve siècle, à travers une mosaïque de vies d’auteurs, de mécènes et d’académies. Les six chapitres qui composent l’ouvrage adoptent un découpage par siècles (à l’exception du premier, « Stato d’Italia prima del Mille »), sur le modèle de l’Histoire littéraire de la France des bénédictins de la congrégation de Saint-Maur22, qui influencera également Tiraboschi.

22Le Risorgimento d’Italia s’ouvre sur un Prospetto generale d’Italia, dans lequel l’auteur parcourt de façon synthétique « l’incatenamento e i progressi della primiera barbarie sino alla presente coltura e urbanità » (ibid., I, Prospetto, p. 27). À la chute de l’Empire, la « misera Italia » traverse cinq siècles funestes avant que s’annoncent, aux alentours de l’an Mil, avec la fin de la décadence barbare, les prémisses d’un rétablissement. Ce sont d’abord « alcuni studiosi », puis la naissance de la scolastique, et enfin « i tempi di Dante e di Petrarca, a’ quali si deve il ristoramento della lingua nostra e degli studi » (ibid., p. 30) : c’est sur ces fondations que le risorgimento de tous les autres arts va pouvoir prendre appui (II, 9), conforté par certaines causes extérieures dont Verri faisait mention : l’invention de l’imprimerie, la chute de l’empire d’Orient et la fuite des savants grecs de Constantinople « risvegliarono in tutta l’Italia le arti e gli studi della lor patria, onde Firenze divenne una Atene » (p. 30-31), affirme Bettinelli, réactivant la comparaison classiciste. Puis le développement des lettres et des arts, au xve siècle, conduit l’Italie vers le nouvel âge d’or du xvie siècle, un âge rapidement évoqué dans le Prospetto, mais à l’orée duquel Bettinelli interrompt son ouvrage car il marque le terminus ad quem de la phase ascendante du risorgimento :

Il secolo d’oro della Grecia […] ; il secol d’oro di Roma […] furono superati dalla gloria del secolo xvi italiano, cioè quello di Leon X, di Paolo III dei Medici, degli Estensi, dei Veneti, […] dopo i quali non potendo più altro salire, si son distese per tutto le arti liberali, e non solo tra noi, ma in tutta l’Europa per noi sonosi fatte familiari. (p. 36-37)

  • 23 Voir par exemple l’Introduzione sopra lo studio della storia : « La presente letteratura italiana p (...)
  • 24 Évoquant Dante, Pétrarque et Boccace : « Quegli uomini grandi e sì luminosi a sè traggono i guardi (...)
  • 25 Othon le Grand et Silvestre II « tentarono risuscitarla [l’Italia] dal suo letargo » (I, p. 79) ; C (...)
  • 26 Voir les expressions « sterpare le spine della barbarie e dell’ignoranza, poi piantar qualche arbus (...)
  • 27 Sur les usages de « rinascimento » et « renaissance », voir A. Quondam, « Rinascimento e Classicism (...)

23En termes de méthode, Bettinelli innove peu. Mais il reprend le paradigme et le réorganise en lui donnant une formulation synthétique (son texte reste d’ailleurs, aujourd’hui encore, plus lisible que l’œuvre monumentale de Tiraboschi). À l’instar de Parini, il emploie indifféremment risorgimento et rinascimento pour désigner le développement des études au xie siècle23, puis aux xive et xve siècles24, tout comme « ristoramento » (ibid., I, p. 105 et 194), « rinnovamento » (I, p. 135) et les verbes « risuscitare », « rialzare »25, ainsi que « fiorire » et le lexique topique de la métaphore végétale26. Parmi les antonymes, « precipitare » (p. 49), « decadere », « estinto » (p. 54) et « ruina » (p. 64, 72) sont les plus usités, associés au thème de l’obscurité et de la barbarie27. Son interprétation ne s’écarte donc pas de la lecture cyclique de l’histoire, fondée sur un schéma rhétorique d’oppositions binaires.

  • 28 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., II, p. 76.
  • 29 Le Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica de Cesarotti (1762) proposait déjà (...)

24Mais Bettinelli adjoint à cela l’hypothèse d’un progrès graduel, quoique intermittent, des connaissances. L’histoire est faite de risorgimenti ou avanzamenti, phases de développement dont chacune, à distance de plusieurs siècles, est couronnée par un âge d’or qui « dépasse » le précédent. « Il secolo d’oro della Grecia […] ; il secol d’oro di Roma […] furono superati dalla gloria del secolo xvi italiano », avait-il annoncé dans le Prospetto : « Superammo i Greci antichi al 1400 per l’introduzione della stampa, che rapidamente propagò le cognizioni, e per la comunicazione delle dottrine e dei libri venuti da Costantinopoli »28, constate-t-il encore, au terme d’une histoire comparée du développement des lettres grecques et italiennes. À l’échelle de l’histoire de la Péninsule, au sein même du vaste risorgimento de la culture annoncé dans le titre de son ouvrage, Bettinelli distingue ainsi trois « sous-­cycles » de développement, portant à des dépassements successifs29.

25La première phase est la moins accomplie : avant l’an Mil, seule l’action de Charlemagne apparaît comme un possible vecteur de progrès, propre à susciter « il risorgimento della cultura in Europa […] e soprattutto in Italia » (ibid., I, p. 59). Mais le développement de la philosophie scolastique provoque « la ruina fatale degli archivi e delle biblioteche, con le reliquie dell’antichità greca e latina » (p. 72). De manière générale, ce que l’on nommera la « renaissance carolingienne », ne fait pas ici l’objet d’une attention particulière – contrairement, nous le verrons, à l’ouvrage de Napoli Signorelli. Il faut attendre la fin du xe siècle, avec Othon le Grand et Sylvestre II – dont Bettinelli loue l’action, en accord avec Muratori – pour que s’instaure un semblant de paix et de stabilité favorable aux hommes de lettres, en ce siècle « feroce » et « indisciplinato ». Mais en vain : « Dominarono e stettero lungo tempo in Italia, e tentarono risuscitarla dal suo letargo, ma senza frutto » (p. 78-79). C’est des monastères, où étaient transcrits les classiques grecs et latins, que vint au siècle suivant « il rinascimento dell’erudizione » (p. 98), « i soccorsi che furono i principali al risorgimento d’Italia e d’Europa » (p. 100).

26La deuxième phase est marquée par l’essor de la littérature vernaculaire du Trecento (« la vera letteratura italiana », p. 192), qui se diffuse « emulando le generose carriere nell’arti belle e nell’ottime ­di­scipline de’ Romani e de’ Greci ». Commence « un nuovo ristoramento » (p. 193), ou « pieno risorgimento » (p. 195), ou encore « rinascimento d’Italia e [del] la sua letteratura » (II, p. 24), qui conduit à un dépassement du « principio del risorgimento » (I, p. 88) de l’an Mil : un nouveau modèle est fondé, qui supplante les auteurs de la culture classique.

27La troisième phase est celle du « pieno risorgimento d’Italia venuto nel secolo xv » (II, p. 167), phase de rayonnement international de la culture italienne, au cours de laquelle le bon goût italien est exporté dans l’Europe entière par l’intermédiaire de voyageurs étrangers dans la Péninsule et de voyageurs italiens à l’étranger. L’ouvrage s’achève ainsi au seuil du xvie siècle, au moment où le Risorgimento delle Lettere aboutit au siècle des lettere risorte (« Qui propriamente par che finisca il risorgimento d’[Italia], che nel 1400 pervenne a gran lusso universale d’ogni studio e sapere, e potè dirsi stabilimento e possesso di letteratura », II, p. 79). L’âge de Bembo et de ses contemporains est « fuori del nostro argomento », car il se situe « dopo il risorgimento » (II, p. 227) : on constate ainsi que la catégorie moderne de Renaissance ne coïncide pas exactement avec celle de risorgimento ou rinascimento : le Risorgimento couvre certes la première Renaissance italienne, mais plonge ses racines bien en amont ; il apparaît comme un mouvement plus étroitement italien, qui exclut à la fois le renouveau carolingien et la pleine Renaissance européenne du xvie siècle.

  • 30 Ibid., II, p. 111 : « […] prima grammatico e commentatore, poi poeta e oratore, scrittore lusinghie (...)
  • 31 Voir I, p. 162, 174 et 180 : « [Lo studio] delle leggi civili e canoniche si diffuse ampiamente col (...)
  • 32 Ibid., I, p. 88 : « […] gli studi arrivati alla perfezione sembrano da occulta forza sospinti a cad (...)

28En termes d’analyse historiographique, Bettinelli adopte une posture d’observateur plus que d’investigateur des causes du progrès ou du déclin des lettres. Certes, il esquisse une interprétation du Risorgimento delle Lettere comme généalogie des formes30 et établit comme Muratori une relation entre liberté, commerce, prospérité économique et développement culturel, notamment pour le xiie siècle31. Mais cette relation ne vaut pas, par exemple, pour le xive siècle, que surplombent les trois génies littéraires alors que règnent « le guerre, gli scismi, e le fazioni cogli altri flagelli d’ogni studio e sapienza » (II, p. 24). De même, dans certains paragraphes enthousiastes, l’enquête historiographique cède à la reconnaissance emphatique du « miracle » de la renaissance des études (« Non è credibile quanto presto, e quanto ampiamente, tutta l’Italia fu piena di letteratura », I, p. 85). Dès lors qu’il tente de dépasser le constat d’une alternance entre périodes fastes et âges de décadence, Bettinelli se heurte à la complexité des enchaînements causals, au « vario e moltiplice combinarsi di mille cause non facili a determinare » (p. 88), ainsi qu’à l’opacité des motivations humaines. La « miseria, incostanza e contraddizione perpetua » des hommes, relevées d’emblée dans le Prospetto (p. 39), « l’umana miseria e le passioni » (p. 124) et « le umane contradizioni » rappelées en conclusion (II, p. 231), introduisent dans l’Histoire un principe d’incertitude. Tout autant que de causes morales et physiologiques, le déclin et le progrès des lettres semblent dépendre d’un indéfinissable fatum (« occulta forza »)32. L’avertissement inquiet qui clôt le Prospetto traduit cette conscience de la fragilité des progrès accomplis et la précarité des phases de risorgimento :

Non sarem mai tranquilli e sarem sempre in rischio di vedere tornare il regno dell’ignoranza, del fanatismo, della ferocia inimica e discorde, tra noi sommi mali de’ tempi anteriori. (I, p. 47)

29Liée aux progrès irréguliers de la raison humaine, l’histoire des lettres apparaît finalement comme « [uno] strano concorso di cause non ben conosciute » ; et, ajoute Bettinelli en conclusion, « non è facile, nè forse utile assai, lo scoprirle più di quel che abbiam fatto in quest’opera » (II, p. 231). Il est vrai que l’objet de l’ouvrage est sans doute ailleurs : la volonté de reparcourir les étapes de ce Risorgimento naît du projet de réaffirmer le primat historique de la Péninsule et d’appeler, en contrepoint du constat lucide de son déclin, au réveil des consciences et de la culture.

Le paradigme de Bettinelli discuté par Napoli Signorelli

  • 33 Voir C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, Berlin, C. S. Spener, 1784, Livre II, (...)
  • 34 P. Napoli Signorelli, Vicende della coltura nelle due Sicilie, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. I (...)
  • 35 S. Bettinelli, Del Risorgimento d’Italia, op. cit., p. 86 et 87.
  • 36 P. Napoli Signorelli, Vicende, op. cit., p. 626.

30Au moment où Denina reprend, pour l’étendre historiquement et géographiquement33, le paradigme du risorgimento formalisé par Bettinelli, ce dernier se trouve vivement critiqué par Pietro Napoli Signorelli, dans le second volume des Vicende della coltura nelle due Sicilie (1784-1786)34. L’historien napolitain reproche en premier lieu à Bettinelli d’avoir amplifié, pour les besoins de son argumentation, l’état de délabrement de l’Italie avant l’an Mil et de s’être complu dans l’évocation d’une Péninsule réduite à « [una] scena funesta », « un vasto campo di stragi e d’ignoranza, una palude, un deserto senza industria e senz’arti, senza popolo e senza leggi, senza ragione e senza religione »35. Il s’agit là, affirme Napoli Signorelli, d’une « esagerazione poetica » destinée à rendre plus palpable « l’epoca del risorgimento delle arti »36 : Bettinelli aurait, pour frapper les esprits, cédé à la facilité d’« una figura oratoria ingigantita ed approssimata all’iperbole, e falsa senza dubbio » (loc. cit.).

31Ne nous méprenons pas : le texte de Napoli Signorelli s’inscrit dans le cadre d’une défense polémique du patrimoine et des mérites de la littérature méridionale, qu’il reproche à « quest’abile letterato » de Bettinelli de n’avoir pas assez prise en considération. Cependant, l’esprit partisan n’enlève rien à la pertinence de ses observations sur les risques de simplification interprétative que fait peser sur l’historiographie settecentesca l’application d’un schéma rhétorique dépourvu de nuances, propice aux constructions intellectuelles.

32Napoli Signorelli lui-même n’échappe pas entièrement à la tentation de la rhétorique. Refusant de faire de l’Italie des ixe et xe siècles le point bas de la parabole, il invite à « distrugge[re] l’epoca del risorgimento fissata dal lodato esgesuita », pour dater de quelques siècles en amont « il rinascere delle arti e della coltura » (loc. cit.) : la fondation des grands monastères du ixe siècle, dont Monte Cassino, le rayonnement de Ravenne et surtout l’Italie méridionale, héritière de la Grande Grèce, prouvent que le goût, la richesse et l’intelligence n’ont pas déserté l’Italie. Dans sa réflexion sur les sources de la grandeur italienne, Napoli Signorelli suit un cheminement à rebours, une quête de l’origine des origines, comme il l’affirme dans une formule étonnante :

Se l’Italia risorse dopo il Mille, ciò avvenne appunto perché prima del Mille essa non era in ogni parte caduta ugualmente. Nelle Sicilie specialmente essa lottava colla barbarie. […] Noi abbiamo fatto il possibile per dimostrare la sorgente del risorgimento dell’Italia manifestando colla fiaccola della storia e della critica i magnanimi suoi sforzi assai prima del Mille. (Ibid., p. 629)

33La catégorie même de risorgimento finit par apparaître insuffisante car trop peu graduelle. À l’inverse de Verri et de Parini qui avançaient, pour le xive siècle, l’hypothèse d’une rupture historique entre un avant et un après dont l’articulation restait floue, Napoli Signorelli privilégie une approche progressive, relève les indices d’une continuité et les phénomènes de transmission culturelle, au-delà même du seul cadre italien :

[Certi eruditi] hanno adottato un altro pregiudizio letterario, sorgente inesausta di errori, nel rintracciare il risorgimento della coltura e dell’ingegno in Italia. Suppongono che colle incursioni de’ barbari tutta essa si estinse, tutta finì a un tratto, e ritornò l’antica confusione degli elementi. Ma non riflettono che i barbari non furono una fiamma contemporanea che tutto in un punto solo divorò e ridusse in cenere. […] la coltura perseguitata e fuggiasca ancora giva qua e là lasciando di sé desiderio e qualche striscia di lume benché moribonda. (Ibid., p. 630)

34Il rappelle ainsi l’œuvre de Théodoric, Liutprand, Charlemagne et Othon pour montrer que bien des provinces, dont Salerno, conservaient, avant l’an Mil, « molti semi delle antiche cognizioni » (loc. cit.). C’est en premier lieu la périodisation bettinellienne qui est remise en cause ; quant au reste, la volonté d’atténuer les motifs cycliques de l’historiographie et de résorber les clivages trop marqués entre l’Italie « barbare » et l’Italie moderne relève d’une démarche qui, je l’ai dit, constituait le point d’orgue de l’œuvre muratorienne.

Tiraboschi

35Au moment où est repris et débattu le paradigme du Risorgimento d’Italia, le jésuite Girolamo Tiraboschi, directeur de la bibliothèque ducale de Modène, où l’avaient précédé Bacchini et Muratori, achève de publier les neuf volumes de la Storia della letteratura italiana (1772-1782). Augmentée et rééditée en seize volumes entre 1787 et 1794, elle marque l’aboutissement de l’historiographie italienne du xviiie siècle.

  • 37 Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 576.
  • 38 On peut voir à ce propos M. Spallanzani, « Raccontare l’Italia », dans Atlante della letteratura it (...)

36En se proposant, dans la « Prefazione alla prima edizione » (1772), de faire « un esatto racconto dell’origine, de’ progressi, della decadenza, del risorgimento, di tutte in somma le diverse vicende che le lettere hanno incontrato in Italia »37, Tiraboschi se réapproprie le lexique et les schémas hérités de la critique arcadica et illuministica, la narration ordonnée des progrès de la raison et du goût, initiée par Gravina et Muratori, dont il fixe en quelque sorte le modèle38.

  • 39 G. Tiraboschi, Storia della letteratura italiana, Modène, Società tipografica, t. I, 1787, « Prefaz (...)
  • 40 Voir G. Tiraboschi, Storia, Modène, Società tipografica, 1772, t. II, chap. 1, « Dissertazione prel (...)
  • 41 G. Tiraboschi, Storia, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 573 et p. 574.
  • 42 G. Tiraboschi, Storia, Modène, Società tipografica, 1793, t. VIII, « Dall’Anno MDC all’Anno MDCC », (...)

37Le « filosofico quadro »39 tracé par Tiraboschi est pour le moins étendu : il part de la culture « de’ primi abitatori d’Italia », les Étrusques, dont il suit « il fiore » puis la « decadenza e rovina » avant de s’intéresser aux progrès de la Grande Grèce et à la « Letteratura de’ Romani dalla fondazione di Roma fino alla morte di Augusto » (I, chap. 3). Le schéma interprétatif est des plus classiques : passé l’âge de la perfection avec Cicéron, puis avec Horace et Virgile sous Auguste, s’ouvre une phase de « decadimento della poesia » et de l’éloquence, au cours de laquelle les auteurs se fourvoient en un désir d’innovation et d’affectation, notamment sous l’influence d’écrivains « espagnols » tels que Sénèque, Lucain et Martial40. Ce n’est qu’à partir de l’an Mil que les lettres entrent dans une nouvelle phase ascendante et commencent à s’acheminer vers « [i] felici secoli del loro risorgimento », puis vers la « perfezione »41. Le génie sublime de Dante, dont les textes ne sont pas dépourvus de défauts, marque une première résurgence, avant que la perfection poétique ne soit atteinte par « l’immortale » Pétrarque. Une renaissance générale de la culture intervient au cours du xve siècle, qui se trouve à son tour dépassé par le xvie siècle, apogée du renouveau, notamment grâce au mécénat des princes. De cette phase de perfection naît la décadence littéraire du xviie siècle, paradoxale au regard des progrès des sciences et de la tranquillité politique du temps, et mise en parallèle avec la corruption post-augustéenne du bon goût. S’il renonce à aborder le xviiie siècle (« Quanto più ci accostiamo a’ nostri tempi, tanto men fa bisogno di stenderci in ragionare ; perciocché più note sono le cose, delle quali si tratta »42), Tiraboschi consacre néanmoins quelques pages, au début du dernier tome de sa Storia, aux mérites de Muratori, de Maffei et de Zeno.

  • 43 Voir les occurrences dans ibid., livre III, chap. 3, « Poesia italiana », § 25, p. 483 et chap. 4, (...)

38En prolongeant son examen au-delà du xvie siècle – « dopo il risorgimento delle Lettere »43, donc –, Tiraboschi affronte une question délicate : quel caractère donner au xviie siècle, qui voit fleurir simultanément le marinismo et le génie de Galilée ? Comment et où le situer sur la parabole « risorgimentale » ? La proposition de Tiraboschi est intéressante dans la mesure où elle le conduit à se détacher du jugement dépréciateur généralement porté sur l’ensemble du xviie siècle par les auteurs de la première génération (Crescimbeni, Gravina, Muratori, Zeno) et à affiner la définition du vaste, et parfois vague, domaine couvert par les termes « letteratura » et « lettere ».

39Dans son Discorso sopra le vicende della letteratura, publié à Turin en 1760 puis réédité, en 1784, dans une version remaniée et augmentée qui attestait la lecture de Bettinelli, Carlo Denina avait été l’un des premiers à établir une distinction concernant les emplois du terme de « letteratura » :

  • 44 Cité dans G. Getto, Storia delle storie, op. cit., p. 67.

Non parleremo, fuorché di passaggio, dei progressi delle scienze e delle arti, che propriamente non sono parte di letteratura ; e quando ci occorrà di accennarli, sarà piuttosto per rispetto al modo estrinseco, onde furon trattate : lo che appartiene al buon gusto, ed alla eloquenza, vale a dire alla letteratura.44

  • 45 G. Tiraboschi, Storia, 1772, t. II, op. cit., « Dissertazione preliminare sull’origine del decadime (...)
  • 46 Ibid., III, chap. 4, § 1, p. 495.
  • 47 Ibid., II, chap. 2, § 1, p. 158.
  • 48 Ibid., p. iii : « […] in ciò che appartiene alle Scienze [l’Italia] non solo può andar lieta e glor (...)

40On passe d’une acception large de « lettere » et « letteratura » au sens de « culture » à une restriction au domaine des belles-lettres. Tiraboschi, s’il s’en tient en général à l’ancien sens, n’hésite pas, pour le cas spécifique du xviie siècle, à jouer sur cet affinement du sens. Quant à savoir si et pourquoi « le Arti e le Lettere son decadute » en Italie à partir de la fin du xvie siècle, Tiraboschi précise : « Questo decadimento a che si riduce egli poi ? Non certo alle scienze più serie, poiché la Filosofia moderna e la Matematica, allora singolarmente cominciarono a fiorire in Italia. »45 Seuls les « Poeti ed altri Scrittori d’allora » se sont « lasciati sedurre da un gusto guasto e corrotto » (ibid., p. 10). Tiraboschi reprend cette idée dans le t. VIII de la seconde édition de la Storia, en établissant une scission nette, au sein de la production écrite, entre « Filosofia e matematica » d’un côté (Livre II, chap. 2) et « Poesia italiana » de l’autre (Livre III, chap. 3). À « quell’infelice e pessimo gusto, che sì miseramente infettò la Poesia Italiana del secolo xvii »46, répond « questo risorgimento della Filosofia e della Matematica [che] avvenne singolarmente per opera degli Italiani »47. À la « Languidezza e indolenza » s’opposent « i lieti progressi » qui, en matière d’histoire des sciences, conduisent le xviie siècle à « dépasser » le précédent48. La division disciplinaire de la catégorie des « lettres » offre ainsi la possibilité de distinguer des phases concomitantes de décadence et de perfectionnement :

  • 49 Tiraboschi évoque ainsi les cas de Carlo Maria Maggi et du librettiste Francesco de Lemene qui, « s (...)
  • 50 Ibid., livre I, p. 2.

In mezzo a un sì dolce riposo pareva che le Arti e le Scienze e l’amena Letteratura dovesser sorgere a gloria e a perfezione sempre maggiore e stendere più gloriosamente il lor regno. E nondimeno le Scienze sollevaronsi è vero ad assai più alto stato ; le Belle Arti se non si mantennero nel sommo grado a cui eran giunte, ebbero nondimeno in gran numero valorosi Professori49 ; ma in ciò che appartiene all’amena Letteratura questo è il secolo appunto che suol rimirarsi e non senza ragione come il secolo della lor decadenza ; talché la Letteratura Italiana che fra i più fieri tumulti era nel secolo precedente salita a sì alto nome nel seno di una tranquilla pace venne meno e sembrò quasi ecclissarsi.50

  • 51 Voir les occurrences : ibid., III, chap. 3, § 16, p. 464 et III, chap. 4, § 1, p. 496.

41Au progrès continu, cumulatif et universel des sciences répond la discontinuité cyclique du développement de la littérature. Aussi, une fois tiré le bilan de cette « double » expérience du xviie siècle, le paradigme du risorgimento se reformule-t-il légèrement chez Tiraboschi : il ne s’agit plus désormais de scander les étapes d’un développement général des esprits, mais de s’intéresser, dans un champ plus restreint, aux signes d’un possible « risorgimento del buon gusto »51 qui viendrait mettre fin à « l’universal corruzione » des belles-lettres.

42Avec la distinction des champs disciplinaires, la question du risorgimento se scinde : d’un côté, en matière de sciences, d’économie, de philosophie, il apparaît comme un horizon proche, inscrit dans le cadre d’un développement européen ; de l’autre, en matière de belles-lettres et de poésie, il apparaît comme une aspiration fragile, menacée par la corruption du goût liée, notamment, au cosmopolitisme moderne. La question du Risorgimento delle Lettere prend, dans ce second cadre, un tour linguistique et participe d’une reformulation de l’éternelle « que­stione della lingua », qui parcourt le siècle, de Crescimbeni et de la fondation de l’Arcadie à Antonio Cesari.

43Il s’agit là d’une constante dans l’ensemble des textes consultés : lorsque l’auteur aborde la question du présent, ou à mesure que son discours s’approche de l’époque contemporaine, le paradigme se ré­oriente. Des acquis du passé, le regard se tourne vers les conquêtes de l’avenir : la notion de Risorgimento delle Lettere devient un instrument d’interrogation critique du présent, doublé d’une intention réformatrice, dans le cadre d’une comparaison entre l’Italie et l’Europe moderne.

La dimension réformatrice du Risorgimento delle Lettere au xviiie siècle

  • 52 Biographe et critique d’art, bibliothécaire et historien du duché de Parme, cet érudit auteur de tr (...)
  • 53 I. Affò, « Ragionamento istorico dell’origine e progresso della volgar poesia », dans Id., Dizionar (...)

44Alors que se multiplient en Italie les discours académiques sur l’état de la langue et du goût, rares sont les historiens de la littérature qui affrontent directement la question de la position du xviiie siècle dans l’alternance des cycles. « Chi può essere profeta ? », s’interrogeait Ireneo Affò52 dans son Ragionamento istorico dell’origine e progresso della volgar poesia. Mais il ajoutait : « Certa cosa è che, avendo noi osservate le molte vicende, cui la volgar Poesia soggiacque, ed avendo veduto, che dietro un buon secolo ne venne quasi sempre un cattivo, potrebbesi dubitare a ragione di novella rovina »53. Le schéma de récurrence cyclique n’est pas sans inciter les hommes de lettres à hasarder quelque hypothèse sur l’évolution à venir des lettres et du goût. On relève ainsi, chez nos auteurs, certaines allusions ou remarques passagères, qui traduisent l’espoir du retour imminent, voire déjà amorcé, d’une phase de risorgimento. Cette notion sous-tend un discours prospectif, doté d’une forte valeur programmatique.

Réforme de l’Arcadie et question de la langue

45Avec l’essor de la pratique des voyages, à la fin du xviie siècle, et la publication de relations propice aux comparaisons entre nations, éclate au grand jour l’état peu enviable de la Péninsule : elle offre aux yeux des observateurs étrangers un spectacle de décadence civile et culturelle que les hommes de lettres italiens eux-mêmes ne peuvent réfuter. Le thème de la déchéance de l’Italie devient ainsi un lieu commun de l’historiographie littéraire italienne du Settecento, un mythe pérenne qui alimente un sentiment de honte vis-à-vis de pans entiers de la culture. En termes de langue et de poésie, on tend à honnir tout ce qui a trait à l’âge du baroque et de l’expérimentation formelle. Et l’idée s’impose que l’Italie est parvenue au point bas d’une nouvelle parabole déclinante. Bettinelli ouvrait ainsi son ouvrage sur un tableau peu glorieux de la situation de l’Italie contemporaine :

  • 54 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., t. I, p. 39-40.

L’Italia prima inventrice di quasi tutte l’arti, omai non ne vede fiorire alcuna con gloria : ella maestra, e signora un tempo di tutti i popoli, ora seguace adulatrice, e tributaria di tutti, […] tutta unita, e racchiusa dall’Alpi, e dal mare, eppur diversissima, e discorde nel linguaggio, nel genio, negli usi, nelle monete, pesi, misure, leggi, e costumi de’ popoli suoi.54

  • 55 M. S. Sapegno, « “Italia”, “Italiani” », dans Letteratura italiana, V, Le questioni, A. Asor Rosa é (...)
  • 56 L. A. Muratori, Primi disegni della Repubblica letteraria d’Italia, dans Dal Muratori al Cesarotti, (...)
  • 57 M. S. Sapegno, « “Italia”, “Italiani” », art. cité, p. 214.
  • 58 Voir aussi L. A. Muratori, Primi disegni, op. cit., p. 195 : « […] occorrendo, appoggeremo ancora q (...)
  • 59 Il regrette ainsi, dans le chapitre consacré au xiie siècle (Del Risorgimento d’Italia, op. cit., t (...)

46Cette idée avait été formulée assez tôt par la génération des auteurs de la prima Arcadia. Comme le souligne Maria Serena Sapegno, dans son article « “Italia”, “Italiani” » : « La fondazione dell’Arcadia nel 1690 segna tradizionalmente un passaggio d’epoca, l’acuta presa di coscienza di una decadenza della letteratura nazionale e il bisogno di correre ai ripari. »55 Chez Muratori, la dialectique décadence/résurgence apparaît sous la forme d’une opposition entre sommeil et réveil56 dans Primi disegni della Repubblica letteraria d’Italia, publié à Naples en 1703 sous le pseudonyme de Lamindo Pritanio. Animé par un « desiderio di rinnovamento del presente e di costituzione di una comunità di colti che unisca l’Italia nello sforzo di rinnovare la gloria antica nello studio del passato »57, l’historien y élabore le programme d’une réforme culturelle. Le « miglioramento delle lettere », pense-t-il, n’interviendra que lorsque les académies auront cessé de « trattar de’ grandi affari d’amore » : « Questi tempi non son poetici. […] dovrebbe svegliarsi una nobilissima gara fra le accademie italiane, il cui fine fosse l’accrescimento delle scienze e dell’arti e la gloria della nazione. » De Muratori à Bettinelli, on envisage donc une réponse institutionnelle au problème du decadimento/risorgimento des lettres. Muratori relevait, dans Della perfetta poesia italiana, conçu en 1702-1703 et publié en 1706, le rôle du mécénat de Christine de Suède à Rome, qui installa en 1674 sa petite cour au Palazzo Riario, où elle fonda une Accademia reale qui allait devenir l’Arcadie58. De même, Bettinelli appellera de ses vœux dans le Risorgimento d’Italia – et dans les Lettere virgiliane qu’il adressera aux membres de l’Arcadie – une vraie politique culturelle, à l’instigation du prince et des institutions59.

  • 60 Voir G. Toffanin, L’Arcadia. Saggio storico, Bologne, Zanichelli, 1958, p. 6 : « Immunizata dalla l (...)
  • 61 Muratori, dans Della perfetta poesia italiana, évoquait ainsi Marino comme « Poeta corrompitor famo (...)
  • 62 M. S. Sapegno, art. cité, p. 181.

47Devenue, à partir des années 1760, la cible privilégie, avec la Crusca, des hommes de lettres italiens des milieux réformistes et éclairés, favorables à une modernisation des pratiques littéraires60, l’Arcadie avait été à ses débuts le fer de lance d’une liquidation des excès du baroque61 et d’un « progetto di restaurazione linguistica e poetica che poggiava sull’immagine di un’Italia classica e rinascimentale »62. Fondateur de l’académie et défenseur d’une poésie simple, d’inspiration morale ou religieuse, Giovan Maria Crescimbeni dressait en 1716 un bilan de l’action de l’institution dans le premier volume des Rime degli Arcadi :

Per lo total risorgimento del buon gusto nelle belle lettere cotanto in Italia nel passato Secolo deteriorato, fu istituita, ha ventisei anni, in Roma, la Ragunanza degli Arcadi ; la quale con tal fervore, e attenzione vi si è adoperata, che ha conseguito pienissimamente il suo fine, veggendosi quelle coltivate universalmente con ogni più esquisita maniera, e per avventura con qualche novità, e leggiadria di più, che prima della caduta non godevano.

  • 63 Voir les Osservazioni sopra Metastasio d’Aurelio de’ Giorgi Bertola, qui établit un lien entre Grav (...)

48La fondation de cette académie animée d’une volonté régulatrice, didactique et rationelle, constituait donc un événement culturel majeur dans la perspective de la transition post-baroque, de la restauration d’une norme classique et du rétablissement « [del] buongusto poetico »63. Giuseppe Parini rendait d’ailleurs hommage, dans De’ Principj delle belle lettere, aux travaux des académies italiennes, de la Crusca et de l’Arcadie en particulier, pour avoir su, précisément, convertir un paradigme historiographique qui risquait de se limiter à la reconnaissance complaisante d’un primat artistique et littéraire désormais révolu, en principe actif de réforme :

[...] mentre ci stiamo da noi medesimi adulando davanti allo specchio delle nostre antiche glorie, noi non venghiamo a fare come que’ nobili che neghittosamente dormono sopra gli allori guadagnati da loro avi, e tanto più degni sembrano di biasimo e di vituperio quanto nè meno i domestici esempli vagliono ad eccitare scintille di valore nelle loro anime stupide e intormentite : oppure che mentre noi ci vantiamo d’avere i primi col risorgimento delle lettere, delle arti e delle scienze illuminate le altre nazioni, noi non venghiamo a fare come que’ mercatanti che dopo aver dato a negoziar de proprj fondi a molte famiglie sono poi per loro mal governo falliti e ridotti a mendicar presso que’ medesimi, che avendo saputo regger meglio i traffichi loro hanno di gran lunga i fondi loro prestati accresciuto.

  • 64 G. Parini, De’ Principj delle belle lettere, op. cit., p. 125 et 170-171.

Grande obbligazione si ha inoltre l’accademia della Crusca, la quale, essendo per suo instituto destinata a mantenere ed a promuovere le purità della toscana lingua, alimentò sempre col latte de’ buoni modelli qualche scrittori atti a risuscitar, quando che fosse, il suo gusto, quasi che spento nel resto dell’Italia. Di fatti il costoro esempio, congiunto colla buona filosofia, che per opera del gran Galileo massimamente era rinata a gloria dell’Italia e ad istruzione degli altri popoli dell’Europa, fecero sì che, sullo scadere dello scorso secolo, ritornarono nel loro seggio la verità, la natura e il buongusto, stati già per un secolo sbanditi. Alla quale riforma giovarono eziandio notabilmente due altre già celebri accademie dell’Italia, cioè quella del Cimento in Firenze e quella dell’Arcadia in Roma ; imperocchè la prima, invitando gli ingegni alle fisiche osservazioni, e l’altra alla elegante semplicità richiamandoli degli antichi esemplari greci, latini e italiani, fecero sì che l’Italia si riebbe dalla sua vertigine e tornò a gustare il vero e ad esprimerlo co’ suoi propri colori.64

49Cependant, c’est la décision même de l’Arcadie de se cantonner au registre de la poésie – et essentiellement à la poésie d’occasion – qui circonscrit la portée de son projet de réforme. Bettinelli en sanctionnait, dans ses Lettere virgiliane de 1757, le caractère inaccompli, voire dénaturé. Adressant ses conseils à ceux qui tentèrent de « far risorgere l’ottima poesia nell’Italia » (Lettre IX), il finit par tourner en dérision le thème du risorgimento. Son texte s’achève sur un « Codice nuovo di leggi del Parnasso Italiano » dont le dernier article est ainsi formulé :

  • 65 S. Bettinelli, Lettere virgiliane, Milan, Biblioteca universale Rizzoli, 1962, p. 96.

Uno spedale vastissimo sia eretto, la cui metà sia destinata per gl’italiani poeti non dalla natura ma dalla pazzia condotti a far versi ; l’altra a chiunque pretenda di guarirli, e di far risorgere il buon gusto, e di toglier gli abusi della italica poesia con sole parole ed esortazioni.65

50En ce siècle éclairé, il était désormais temps de préférer les « choses » aux « mots ».

  • 66 A. Cesari, Dissertazione sopra lo stato presente della lingua italiana, Vérone, Ramazini, p. 73.

51Dans les deux dernières décennies du siècle, et jusqu’à la Restauration, la question du Risorgimento delle Lettere prend une inflexion plus polémique et « patriotique ». En termes historiques, le paradigme, qui illustre la précocité d’une littérature volgare en Italie, sert à défendre et rappeler à tous le primat culturel de cette dernière en Europe. En termes linguistiques, il est reformulé comme une invitation à protéger la pureté de l’italien de l’influence des langues étrangères et tout particulièrement du français. Galeani Napione, Matteo Borsa, Alessandro Verri dans ses dernières années, ou encore Antonio Cesari sont représentatifs de ce tournant. En réponse à la question posée en 1808 par l’Accademia italiana di scienze lettere ed arti (« Determinare lo stato presente della lingua Italiana e specialmente Toscana ; indicare le cause, che portar la possono verso la sua decadenza ; ed i mezzi più acconci per impedirla »), Cesari composa en 1809 une Dissertazione sopra lo stato presente della lingua italiana, dans laquelle il prenait fermement position en faveur d’une solution puriste et archaïque, contre les néologismes forgés sur le modèle du français. Il appelait ainsi de ses vœux un « risorgimento della Toscana lingua »66 et souhaitait que soit « per legge ordinata una Scuola di lingua Toscana » (« Nessuno altro Autore a’ giovani si legga, o si proponga da leggere, che del trecento, o i più nominati del secolo xvi », loc. cit.). Le dernier paragraphe se concluait par un appel vibrant à l’Académie, afin qu’elle œuvre en faveur du « tanto desiderato risorgimento della nostra bellissima lingua » (ibid., p. 77) dans l’ensemble de l’Italie.

Settecento riformatore

52Mais d’un autre côté, je le disais, en matière de sciences, d’économie, de philosophie, la question du risorgimento se formule en des termes différents : elle s’inscrit dans le cadre d’une réflexion sur l’insertion de l’Italie dans l’Europe des Lumières, une Europe désormais libérée de la barbarie, grandie par le développement des études « utiles » et la recherche de la « vérité ». Muratori écrivait dans Dei difetti della giurisprudenza (Venise, 1742) :

  • 67 L. A. Muratori, Dei difetti della giurisprudenza, chap. 4, dans Dal Cesarotti a Muratori, t. I, par (...)

Da che son risorte le lettere in Europa, quasi tutte l’altre scienze ed arti, trattate da valorosi ingegni, han guadagnato col depurarsi da molti errori, coll’acquistare maggior luce di verità e col divenir utili più di prima o almeno non nocive, come in addietro, al pubblico.67

53Le sentiment prévaut que l’Italie, si elle a connu des progrès depuis le xviie siècle, doit encore, pour intégrer le rang des nations modernes, poursuivre une politique de réformes, notamment dans le domaine académique, érudit et religieux. La tonalité est cependant généralement confiante : le souvenir des âges obscurs est désormais lointain et l’ère des progrès de la raison et de la connaissance semble s’être ouverte. Muratori revendiquait, dans Delle forze dell’intendimento umano (1745), l’idée d’une continuité historique, d’un progrès ininterrompu au cours des « derniers siècles » d’histoire :

Evidente cosa è che, specialmente ne’ secoli barbarici (poiché da questo male niun tempo va esente), la finzione, l’impostura, la semplicità furono in voga, e si contavano in gran copia gli abusi ; ed allorché dopo il Mille si cominciò ad introdur le scuole di varie discipline, col buon grano si mischiò molto di loglio. La Dio mercé negli ultimi secoli col risorgimento delle lettere s’è guadagnato non poco. Si sono screditate o abbattute molte favole de’ tempi dell’ignoranza ; si son riformati assaissimi biasimevoli abusi ; e niun più s’inalbera o raccapriccia al vedere che Aristotele più non comanda le feste nella filosofia. (Ibid., p. 910)

  • 68 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, op. cit., p. 319.
  • 69 C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, t. II, Naples, Giuseppe Maria Porcelli, 179 (...)

54En 1765, Alessandro Verri lui faisait écho et, quoiqu’il portât un jugement autrement plus sévère sur la parenthèse baroque, il n’hésitait pas à recourir lui aussi au présent pour expliquer les raisons de son optimisme : « Quanto allo stato de’ nostri ingegni d’Italia appena risorta dalla barbarie del secolo passato, sembra progredire con velocità verso la filosofia »68. Plus précis, Denina, qui s’aventure lui aussi dans son ouvrage au-delà du seuil du xvie siècle, circonscrit l’époque de la décadence moderne « tra il principio, e la metà del secolo [xvii] ». Et il indiquait parmi les causes du « tardo risorgimento »69 de l’Italie en Europe la mainmise de la Compagnie de Jésus sur l’éducation :

I Gesuiti, soli arbitri dell’educazione nazionale, ritenevano nell’ignoranza la gioventù, ed il Clero, non so, se per politica, o per il giudizio ed il cattivo gusto, anche fra loro introdotto. (Ibid., p. 175-176)

  • 70 Loc. cit. Sur la question, voir C. Viola, Italia e Francia a confronto nella polemica Bouhours-Orsi(...)
  • 71 C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, op. cit., p. 189.

55Il s’efforce cependant de repérer, dès la seconde moitié du xviie siècle, les auteurs qui annoncent la transition : les noms de Lorenzo Magalotti (1637-1712), homme de sciences et de lettres, Francesco Redi (1626-1697), médecin et poète, apparaissent ainsi dans le chapitre 14, intitulé « Come risorgesse la letteratura in Italia ». La fondation de l’Académie d’Arcadie, « luminoso stabilimento poetico » (ibid., p. 181), qui essaime ses colonies en Italie, est le jalon suivant du « ristabilimento della letteratura Italiana » (p. 182). Cela coïncide, note-t-il, avec la bataille menée par Giovan Gioseffo Orsi contre « le impertinenze del Gesuita Bouhours, e del satirico Boileau », qui rend également un peu de lustre à la tradition poétique italienne70. Mais les considérations de Denina dépassent le seul champ de la littérature : il saisit dans l’ensemble des disciplines intellectuelles une effervescence nouvelle, « quell’entusiasmo, che si risvegliò in Italia », tant en matière d’astronomie, avec Eustachio Manfredi, héritier de Galilée et membre de l’Arcadie, qu’en matière d’études historiques, avec Muratori, Zeno et Pietro Giannone (chap. 17). Il n’hésite pas, dans ce cadre, à souligner l’influence bénéfique de la France et de sa « letteratura direttamente instruttiva », « la chiarezza, ed il metodo » des auteurs transalpins71.

  • 72 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., t. II, p. 111.

56C’est dans une perspective similaire que Bettinelli, dans le chapitre 6 du Risorgimento d’Italia consacré au xve siècle, ouvre une parenthèse pour résumer les progrès modernes de l’esprit et voir en la naissance du philosophe « robusto pensatore, indipendente e critico veramente, cioè scopritore di verità, di cagioni, di concatenazioni nelle vicende dei secoli e delle nazioni »72, l’ultime étape du développement raisonné de la culture. Il ajoutait :

Forse oggi noi siamo a quest’epoca, ed io l’accenno per più mostrar questa via chiaramente, ed illuminare l’adito aperto allora da’ nostri primi maestri d’ogni sapere, come ponno chiamarsi que’ dotti ricercatori d’antichità, e quelle accademie, che aumentando lor forze, a così dire, e le braccia, e l’ardore crescendo col ragunarli, sboscarono il campo incolto. (loc. cit.)

57On récupère, in fine, par-delà le rythme des cycles ascendants et descendants, l’idée d’une continuité et d’une cohésion historique. Le xviiie siècle apparaît comme l’aboutissement d’un lent et oscillant mouvement de renaissance, qui se déploie entre 1300 et 1700 :

In quel risorgimento, da quattro secoli nato e compiuto, vedemmo l’ingegno italiano ristretto dentro a’ confini di greca e latina erudizione, e però di grammatica, di commenti, di glosse, di concordanze, di traduzioni, di dizionari e d’imitazione, non sol nelle scienze, ma nelle lettere ancora. Oggi intendesi omai poter l’ingegno pensare da sè, e allargare i confini della letteratura da’ nostri padri lasciataci, ed essere necessario in tanta socievolezza presente, che ogni uomo sia illuminato, e sappia quello ch’ei deve alla società, e quel che può esigere a buon diritto da lei. In ciò deve consistere il sapere e l’addottrinamento più generale, in ciò propagarsi lo spirito filosofico, cioè la forza della ragione, oltre a quella dell’autorità. (Ibid., p. 229-230)

58Une confiance éclairée rayonne dans ces pages, un optimisme lucide et capable d’évaluer les réformes qui restent à mener :

Resterà sempre la maraviglia di vedere una nazione, piena d’ingegni e di studi infaticabili, restar priva per tanto tempo di buone leggi fissate e chiare, di culto pratico universale e immutabile, di ben pubblico assicurato nelle cose più importanti e più quotidiane. Sarà sempre un problema al pari, e un rimprovero, il vedere tanta ricchezza di pitture, scolture, architetture con tanta incertezza di governo, di commercio, d’agricoltura ; come se fosse più necessario […] lo studiar tanta logica, tanta etica, tanta metafisica greca, prima di ben sapere la nostra lingua, la storia patria, l’economia civile. (Ibid., p. 231)

59L’espoir prévaut que le mouvement de risorgimento puisse aboutir, en fin de compte, à une émancipation de la contingence des cycles.

Conclusion

  • 73 G. Getto, op. cit., p. 64.

60De l’Arcadie jusqu’à la Révolution, le motif du Risorgimento delle Lettere parcourt la littérature italienne. Indissociable de son pendant négatif – ce revers de la médaille qu’est le thème de la décadence –, il relève d’une façon de penser l’histoire orientée vers l’examen critique de l’esprit des nations (ce que Giovanni Getto a nommé, dans Storia delle storie letterarie, « l’illuministica passione di cogliere i motivi del vario fluttuare della civiltà »)73, dans la perspective de restituer les étapes de la bataille menée par la poésie et la philosophie, guidées par la raison, contre la barbarie, l’ignorance et le mauvais goût. Ce travail d’interprétation et de rationalisation rétrospectif fut permis par la vaste entreprise de valorisation érudite des fonds d’archives et de vérification des sources menée en Italie au tournant des xviie et xviiie siècles, qui incite les historiens à s’engager dans une recherche des « causes » historiques du progrès ou du déclin.

  • 74 Voir à ce propos l’ouvrage de F. Brevini, La letteratura degli italiani. Perché molti la celebrano (...)

61La catégorie de Risorgimento delle Lettere est fondamentale dans la mesure où elle traduit une volonté de périodiser l’histoire de la littérature, en privilégiant une approche dynamique des processus historiques : les xie, xiiie et xve siècles apparaissent ainsi, avec quelques variations, comme des époques charnières du développement des lettres en Italie, en un cheminement qui conduit au dépassement progressif de l’humanisme latin et à l’affirmation d’un nouveau classicisme volgare. La catégorie de risorgimento reste cependant toujours polyvalente et souple : cette notion, qui ne se passe jamais de complément de nom, ou de sujet lorsqu’elle est forme verbale, peut être étoffée, précisée, circonscrite ou étendue, intégrée à des ensembles plus vastes, ou divisée en sous-cycles. Polyvalente, elle l’est aussi dans la mesure où elle conduit à jeter un regard à la fois prospectif et rétrospectif sur l’histoire des lettres : tout en interrogeant le passé, elle formule un discours programmatique. Le Risorgimento delle Lettere répond ainsi à l’idée que le progrès ne peut s’accomplir qu’au prix d’un retour en arrière : c’est une quête d’innovation qui lorgne vers le passé74.

  • 75 M. Borsa, Del gusto presente della letteratura italiana : dissertazione del sig. dottor Matteo Bors (...)

62Mais le Risorgimento delle Lettere est aussi une construction rhétorique. Il a partie liée avec la pratique du « jugement » porté sur les siècles et les auteurs, selon leur adéquation avec les canons du classicisme. Le risque est bien d’aboutir à une caractérisation schématique et simplifiée des époques en blocs compacts et opposés, siècles d’or ou siècles de fer. Car le Risorgimento delle Lettere est propice aux considérations génériques : il offre un cadre permettant d’articuler les données historiques autour de schémas interprétatifs préexistants. La récurrence des mêmes formules finit parfois par se substituer à la réflexion historiographique et les hommes de lettres peinent à s’émanciper des grands principes mécanistes qui semblent régir l’alternance des époques. « Sorgono i Secoli stessi di tanto in tanto ; e giacché avanzar non si possono gli umani ingegni, girano intorno, e compion quasi corpi insensati le periodiche loro rivoluzioni »75, affirme ainsi Matteo Borsa en 1785. La décadence ouvre la voie à la possibilité du progrès et le progrès porte en soi les germes du déclin, dans la mesure où, dans l’histoire du goût ainsi esquissée, tout perfectionnement conduit à une phase de raffinement au cours de laquelle la perfection commence à décliner.

  • 76 M. S. Sapegno, art. cité, p. 213.

63Rhétorique, le paradigme l’est aussi en raison de son lien avec la question délicate du primat de la langue et de la culture italiennes en Europe. Le Risorgimento delle Lettere coïncide assez tôt au xviiie siècle avec l’apparition d’un vocabulaire patriotique, voire nationaliste, lié à la redécouverte ou à la volonté de construire une tradition italienne, qui conduit une partie des hommes de lettres à prendre la défense de leur patrimoine culturel, en faisant le tri entre le bon grain et l’ivraie. Maria Serena Sapegno voit dans l’utilisation récurrente de ce paradigme « una poderosa impresa di ricostruzione del passato che illumini il presente e faccia impallidire gli usurpatori »76. Le Risorgimento delle Lettere doit servir de rempart contre la dilution de l’identité culturelle italienne dans le cosmopolitisme européen.

  • 77 G. Bertrand, « Milan et Venise, deux capitales. Les métamorphoses du regard des voyageurs français (...)
  • 78 C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, op. cit., p. 127 : « In molti modi la sorte (...)

64Se pencher sur la notion de Risorgimento delle Lettere permet, enfin, de bousculer quelques idées reçues sur l’inanité des lettres italiennes au xviiie siècle. Les auteurs italiens, et les historiens au premier chef, entretiennent un dialogue nourri et continu avec leur passé. L’Italie apparaît, pour reprendre une expression de Gilles Bertrand, comme « une terre actuelle et pensant son propre devenir »77. En quelque sorte, la notion de Risorgimento delle Lettere marque en Italie la conjonction des préoccupations civiles et littéraires ; elle traduit la conscience, pour reprendre les termes de Denina, d’un lien entre « la sorte delle arti » et « quella delle civili società »78.

Top of page

Notes

1 La letteratura italiana, 44, Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, Critici e storici della poesia e delle arti nel secondo settecento, E. Bigi éd., Milan-Naples, Riccardo Ricciardi, 1960.

2 Les auteurs pris en considération sont, par ordre alphabétique : Ireneo Affò (1741-1797), Saverio Bettinelli (1718-1808), Matteo Borsa (1751-1798), Antonio Cesari (1760-1828), Melchiorre Cesarotti (1730-1808), Giovan Maria Crescimbeni (1663-1728), Aurelio de’ Giorgi Bertola (1753-1798), Carlo Denina (1731-1813), Vincenzo Gravina (1664-1718), Ludovico Antonio Muratori (1672-1750), Pietro Napoli Signorelli (1731-1815), Giuseppe Parini (1729-1799), Girolamo Tiraboschi (1731-1794), Alessandro Verri (1741-1816).

3 G. Tiraboschi, Storia della letteratura italiana, t. II, partie I, « Dissertazione preliminare sull’origine del decadimento delle science », Modène, Società Tipografica, 1772, p. 1.

4 G. Getto, Storia delle storie letterarie (1942), Florence, Sansoni, 1969.

5 Vocabolario degli Accademici della Crusca, 6 vol. , Florence, Accademia della Crusca, 1729-1738.

6 L. A. Muratori, Della regolata divozione de’ cristiani (1747), dans La letteratura italiana, 44, Dal Muratori al Cesarotti, t. I, partie I, Opere di Lodovico Antonio Muratori, G. Falco et F. Forti éd., Milan-Naples, Ricciardi, 1964, p. 950.

7 V. Gravina, Della ragione poetica (1696-1708), chap. 32, « D’Agostino Staccoli da Urbino, e del Sannazaro, Poliziano, Bembo e Casa », dans Scritti critici e teorici, A. Quondam éd., Bari, Laterza, 1973, p. 326.

8 M. Cesarotti, Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 77.

9 G. Gimma, Idea della storia dell’Italia letterata, t. I, Naples, Felice Mosca, 1723, « Introduzione », p. 2.

10 Ibid., chap. 32, « Del secolo Decimoquarto dall’anno 1301 », p. 389. Nous ajoutons les italiques dans les citations.

11 G. Getto, op. cit., p. 47.

12 Notamment, dans le cas de Gimma, contre le Traité de l’origine des romans de Pierre-Daniel Huet (1670).

13 G. Gimma, Idea della storia dell’Italia letterata, op. cit., p. 396.

14 A. Cottignoli, Alla luce del vero : studi su Muratori storico, Bologne, CLUEB, 1994, p. 96.

15 L. A. Muratori, Dissertazioni sopra le antichità italiane, già composte e pubblicate in latino dal proposto Lodovico Antonio Muratori, e da esso poscia compendiate e trasportate nell’italiana favella (1751), Dissertazione XLIII, « Dello stato, coltura e depressione delle lettere in Italia dopo la venuta de’ barbari sino all’anno di Cristo MC », texte cité dans Dal Muratori al Cesarotti, t. I, partie I, op. cit., p. 698.

16 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, B. Scalvini éd., Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2001.

17 Voir par exemple Voltaire, Le Siècle de Louis XIV : « Le siècle de Louis XIV a donc en tout la destinée des siècles de Léon X, d’Auguste, d’Alexandre. »

18 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, op. cit., p. 252 : « Si tornò alla sorgente. Fu questa la seconda volta che l’Italia ebbe da’ Greci la coltura. […] facendoci conoscere gli antichi lor libri portarono un nuovo e casto sussidio ai nostri ingegni già mossi verso la luce. »

19 Opere di Giuseppe Parini pubblicate per cura di Francesco Reina, vol. II, Milan, Classici italiani, 1825, p. 172.

20 Édition utilisée : S. Bettinelli, Del Risorgimento d’Italia dopo il Mille, Milan, Paolo Cavalletti, 1819. Deux volumes, intitulés Degli Studi, sont consacrés à l’histoire des lettres : vol. I (1000-1299), vol. II (1300-1499). Pour une édition récente, voir S. Rossi éd., Longo Ravenna, 1976.

21 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., II, p. 168.

22 Les treize premiers volumes parurent entre 1733 et 1763. Sur la réforme de l’érudition historique et littéraire par les mauristes, voir B. Neveu, « L’Histoire littéraire de la France et l’érudition bénédictine au siècle des Lumières », Journal des Savants, 1979, vol. II, no 2, p. 73-113.

23 Voir par exemple l’Introduzione sopra lo studio della storia : « La presente letteratura italiana propongomi a rappresentare ; e poichè tutta quanta, e non altri principj e non più lontani aver può che dall’epoca del suo rinascimento, perciò dal Mille in qua mi prefiggo carriera e confine » (I, p. 15-16) ; ou encore son éloge du « dottissimo papa Silvestro II » qui imprime « moto ed impulso al rinascimento dell’erudizione » (I, p. 98) et permet le développement des monastères où sont préservés les classiques grecs et latins, dont la connaissance fut « di quei soccorsi che furono i principali al risorgimento d’Italia e d’Europa » (I, p. 100).

24 Évoquant Dante, Pétrarque et Boccace : « Quegli uomini grandi e sì luminosi a sè traggono i guardi di chi cerca il rinascimento d’Italia e la sua letteratura » (II, p. 24).

25 Othon le Grand et Silvestre II « tentarono risuscitarla [l’Italia] dal suo letargo » (I, p. 79) ; Charlemagne avait « tentato di rialzare l’Italia dalla ruina » (I, p. 64).

26 Voir les expressions « sterpare le spine della barbarie e dell’ignoranza, poi piantar qualche arbusto e coltivar qualche campo salvatico e ingrato » (II, p. 74), « i semi sparsi » (II, p. 46), « i primi semi della letteratura divenuta oggimai sì fiorente » (II, p. 186), « sboscarono il campo incolto » (II, p. 111).

27 Sur les usages de « rinascimento » et « renaissance », voir A. Quondam, « Rinascimento e Classicismi », dans Le parole che noi usiamo : categorie storiografiche e interpretative dell’Europa moderna, A. Quondam et M. Fantoni éd., Rome, Bulzoni, 2008, p. 33-96.

28 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., II, p. 76.

29 Le Ragionamento sopra l’origine e i progressi dell’arte poetica de Cesarotti (1762) proposait déjà une interprétation des cycles comme phases internes d’un mouvement général de progrès, marqué par « lo sviluppo più o meno celere » de l’esprit philosophique (Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 77). G. Getto avait souligné à raison, de la part des historiens italiens, « un certo istintivo bisogno di scorgere, nella vicenda letteraria degli ultimi secoli, una linea progressiva determinata dal succedersi di continui “superamenti” » (Storia delle storie letterarie, op. cit., p. 97).

30 Ibid., II, p. 111 : « […] prima grammatico e commentatore, poi poeta e oratore, scrittore lusinghiero e elegante di fatti, o sia storico, che solo dopo la filosofia diven robusto pensatore, independente e critico veramente, cioè scopritore di verità, di cagioni, di concatenamento nelle vicende dei secoli e delle nazioni. »

31 Voir I, p. 162, 174 et 180 : « [Lo studio] delle leggi civili e canoniche si diffuse ampiamente col diffondersi la concordia e l’unione, il traffico, le manifatture, l’industria col bisogno loro seguace di sicurezza, di quiete, di pubblica fede ; e ben tosto si videro le università per tutto, e cattedre e professori in gran numero ed un gran pregio, come erano sino allora stati i capitani e i soldati preferiti a tutt’altro ne’ tempi feroci. »

32 Ibid., I, p. 88 : « […] gli studi arrivati alla perfezione sembrano da occulta forza sospinti a cadere, come l’epoche tutte comprovano di letteratura, così venuti al profondo par che trovino il punto onde tentare di rialzarsi. »

33 Voir C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, Berlin, C. S. Spener, 1784, Livre II, chap. 1, « Risorgimento delle lettere nel secolo xi. Cagioni che lo produssero », p. 127-128 : « Intorno all’anno mille si può dir veramente che incomincia la storia moderna, o almeno la ‘media’ da cui la moderna non può andar disgiunta. Però il Sig. Abate Saverio Bettinelli ebbe ragione di intitolare le sue non meno erudite che filosofiche ricerche intorno ai progressi che le lettere, e le arti fecero nell’Italia moderna, Del Risorgimento d’Italia dopo il Mille. Noi anderemo a mano a mano osservando non solamente in tutta l’Europa, ma talor anche fuori di essa cotesto risorgimento. » De même, Denina fixe entre la fin du xive et le xve siècle l’époque du « Risorgimento generale della letteratura » (chap. 16).

34 P. Napoli Signorelli, Vicende della coltura nelle due Sicilie, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 626 et suiv.

35 S. Bettinelli, Del Risorgimento d’Italia, op. cit., p. 86 et 87.

36 P. Napoli Signorelli, Vicende, op. cit., p. 626.

37 Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 576.

38 On peut voir à ce propos M. Spallanzani, « Raccontare l’Italia », dans Atlante della letteratura italiana, S. Luzzatto, G. Pedullà éd., vol. II, Turin, Einaudi, 2011, p. 742-748.

39 G. Tiraboschi, Storia della letteratura italiana, Modène, Società tipografica, t. I, 1787, « Prefazione a questa nuova edizione », p. vi. Sur ce point voir l’introduction d’E. Bigi dans Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 566 : « Per quanto superficiale e scarsamente originale, questa preoccupazione “filosofica” del Tiraboschi ha una importanza che non deve essere trascurata » : l’historien étend le concept arcadico de « littérature » à l’ensemble des manifestations culturelles, alors qu’il était limité, chez Crescimbeni, Gravina et Quadrio aux seules belles-lettres, voire à la seule poésie.

40 Voir G. Tiraboschi, Storia, Modène, Società tipografica, 1772, t. II, chap. 1, « Dissertazione preliminare sull’origine del decadimento delle scienze », p. 7, où il discute les Réflexions sur la poésie et sur la peinture de l’abbé Jean-Baptiste Dubos et, en accord avec lui, établit un parallèle entre ces auteurs et ceux du siècle de Marino, « co’ loro concetti, colle strane metafore, e con altre sì fatte ridicolose stranezze [che] ci muovono alle risa ».

41 G. Tiraboschi, Storia, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 573 et p. 574.

42 G. Tiraboschi, Storia, Modène, Società tipografica, 1793, t. VIII, « Dall’Anno MDC all’Anno MDCC », partie I, « Prefazione », p. iii.

43 Voir les occurrences dans ibid., livre III, chap. 3, « Poesia italiana », § 25, p. 483 et chap. 4, « Poesia latina », § 1, p. 502.

44 Cité dans G. Getto, Storia delle storie, op. cit., p. 67.

45 G. Tiraboschi, Storia, 1772, t. II, op. cit., « Dissertazione preliminare sull’origine del decadimento delle scienze », p. 9.

46 Ibid., III, chap. 4, § 1, p. 495.

47 Ibid., II, chap. 2, § 1, p. 158.

48 Ibid., p. iii : « […] in ciò che appartiene alle Scienze [l’Italia] non solo può andar lieta e gloriosa al pari del secolo xvi ma può ancora vantarsi di averlo superato di molto come il decorso della Storia farà palese ». Tiraboschi estime que « la perfezione » scientifique de son siècle est « debitrice in gran parte agli ingegni del secolo precedente » (ibid., II, chap. 2, § 1, p. 158). L’idée d’un lien de « filiation » direct entre Galilée et Newton est d’ailleurs récurrente dans les biographies du xviiie s. consacrées à la figure de l’astronome italien (voir les textes de Paolo Frisi par exemple).

49 Tiraboschi évoque ainsi les cas de Carlo Maria Maggi et du librettiste Francesco de Lemene qui, « sul fine di questo secolo », contribuèrent « [al] risorgimento del buon gusto da molti anni dimenticato » (III, chap. 3, § 16, p. 464).

50 Ibid., livre I, p. 2.

51 Voir les occurrences : ibid., III, chap. 3, § 16, p. 464 et III, chap. 4, § 1, p. 496.

52 Biographe et critique d’art, bibliothécaire et historien du duché de Parme, cet érudit auteur de très nombreux ouvrages et d’une vaste correspondance est surtout connu pour ses Memorie degli scrittori e letterati parmigiani (Parme, 1789-1797). Voir G. Natali, « Ireneo Affò », Dizionario Biografico degli Italiani, vol. I (1960).

53 I. Affò, « Ragionamento istorico dell’origine e progresso della volgar poesia », dans Id., Dizionario precettivo, critico ed istorico della Poesia volgare, Parme, 1777 : « Spesso ho sentito dire da alcuni che il buon gusto poetico da qui a qualche tempo decaderà, e che ritorneranno i secoli barbarici per far eco allo smoderato Seicento. Ma chi può essere profeta ? Certa cosa è che, avendo noi osservate le molte vicende, cui la volgar Poesia soggiacque, ed avendo veduto, che dietro un buon secolo ne venne quasi sempre un cattivo, potrebbesi dubitare a ragione di novella rovina : ma la sorte infelice di quelli che la poesia altre volte corruppero per non averne voluto osservare le buone leggi, spero che farà certi coloro, cui per avventura piacesse di calcar strade nuove ; e son di parere che l’arte di pensare ridotta in oggi a tanta finezza non lascerà cadere i moderni poeti ne’ trasporti de’ trapassati » (cité dans G. Getto, op. cit., p. 65).

54 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., t. I, p. 39-40.

55 M. S. Sapegno, « “Italia”, “Italiani” », dans Letteratura italiana, V, Le questioni, A. Asor Rosa éd., Turin, Einaudi, 1986, p. 180. Voir également l’article de M. Verga, « Decadenza », dans Atlante culturale del Risorgimento. Lessico del linguaggio politico dal Settecento all’Unità, op. cit.

56 L. A. Muratori, Primi disegni della Repubblica letteraria d’Italia, dans Dal Muratori al Cesarotti, t. I, partie I, op. cit. : « Bisogna cominciar con qualche puntura a svegliar chi dorme » (p. 178) ; « ci par necessario il ben divisar le maniere più proprie di svegliar gli oziosi, d’incitare i pigri e di condurre in sentier più glorioso i traviati » (p. 195).

57 M. S. Sapegno, « “Italia”, “Italiani” », art. cité, p. 214.

58 Voir aussi L. A. Muratori, Primi disegni, op. cit., p. 195 : « […] occorrendo, appoggeremo ancora questo affare alla sovrana autorità e alla rara prudenza del regnante pontefice, a cui anche in questo spereremo che le nostre riverenti suppliche non saranno discare. »

59 Il regrette ainsi, dans le chapitre consacré au xiie siècle (Del Risorgimento d’Italia, op. cit., t. I, chap. 3, p. 195) : « Se una efficace autorità con premi e onori avesse incitato ogni uomo di studio, sul primo formarsi bastantemente la lingua volgare, a comporre in questa, avrebbe affrettato più secoli il pieno risorgimento di lei e della italiana letteratura. Senza simile impulso, la lingua rimase nel popolo. » Idée réitérée quelques pages plus loin, à propos de l’œuvre de Frédéric II en Sicile : « Provossi il già detto da noi, che un principe avrebbe sempre dato vita e vigore alle lettere ed alla lingua. » (Ibid., p. 203) On est loin des positions qu’adoptera, par exemple, Alfieri à la fin du siècle, dans Del Principe e delle lettere (« Col protegger le lettere, risibilmente ed invano comanda il principe agli scrittori di farsi sublimi »).

60 Voir G. Toffanin, L’Arcadia. Saggio storico, Bologne, Zanichelli, 1958, p. 6 : « Immunizata dalla libidinosità, dal disordine, dal capriccio, l’Arcadia scivolò subito nella purità, nella semplicità, nel formalismo e, con i suoi minori, vi naufragò. » Mais il faut retenir l’œuvre de ses « maggiori », Gravina, Muratori et Maffei.

61 Muratori, dans Della perfetta poesia italiana, évoquait ainsi Marino comme « Poeta corrompitor famoso della Poesia Italiana » (II, chap. 1). Et, pour mieux souligner les bienfaits de l’action des Arcades, il intitulait le chapitre 3 de la première partie : « Stato della Poesia Italiana nel Secolo xvii, suoi difetti, e sua riforma. Inondazione universale del pessimo Gusto. Questa ora è cessata ».

62 M. S. Sapegno, art. cité, p. 181.

63 Voir les Osservazioni sopra Metastasio d’Aurelio de’ Giorgi Bertola, qui établit un lien entre Gravina, l’un des principaux théoriciens de l’Arcadie, et Metastasio, presque unanimement apprécié pour son talent par ses contemporains italiens : « Già è notissimo che Gravina s’invaghì dell’ingegno del giovanetto Trapassi [Metastasio], udendolo improvvisare ; che a quel tempo risorto era di fresco in Italia il buongusto poetico ; che a siffatto risorgimento avea il Gravina contribuito soprammodo ; e che in così schietta scuola […] s’imbevé delle idee più giuste del bello e del vero in materia d’arti e di lettere » (dans Dal Muratori al Cesarotti, t. IV, op. cit., p. 797-798).

64 G. Parini, De’ Principj delle belle lettere, op. cit., p. 125 et 170-171.

65 S. Bettinelli, Lettere virgiliane, Milan, Biblioteca universale Rizzoli, 1962, p. 96.

66 A. Cesari, Dissertazione sopra lo stato presente della lingua italiana, Vérone, Ramazini, p. 73.

67 L. A. Muratori, Dei difetti della giurisprudenza, chap. 4, dans Dal Cesarotti a Muratori, t. I, partie I, op. cit., p. 880.

68 A. Verri, Saggio sulla storia d’Italia, op. cit., p. 319.

69 C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, t. II, Naples, Giuseppe Maria Porcelli, 1792, p. 175.

70 Loc. cit. Sur la question, voir C. Viola, Italia e Francia a confronto nella polemica Bouhours-Orsi, Vérone, Fiorini, 2001.

71 C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, op. cit., p. 189.

72 S. Bettinelli, Del Risorgimento, op. cit., t. II, p. 111.

73 G. Getto, op. cit., p. 64.

74 Voir à ce propos l’ouvrage de F. Brevini, La letteratura degli italiani. Perché molti la celebrano e pochi la amano, Milan, Feltrinelli, 2010. Brevini développe l’idée d’une littérature qui progresse « à rebours », obsédée par l’image d’un âge d’or de la littérature en volgare arrivé trop tôt, d’abord avec le Trecento, puis avec le modèle cinquecentesco fixé par Bembo.

75 M. Borsa, Del gusto presente della letteratura italiana : dissertazione del sig. dottor Matteo Borsa, regio professore dell’Università di Mantova, Venise, Zatta e figli, 1785, p. 39.

76 M. S. Sapegno, art. cité, p. 213.

77 G. Bertrand, « Milan et Venise, deux capitales. Les métamorphoses du regard des voyageurs français entre Grand Tour et tourisme de masse », dans Francia e Italia nel xviii secolo. Immagini e pregiudizi reciproci, Alessandria, Edizioni Dell’Orso ; Paris, Champion-Slatkine, 1995, p. 197.

78 C. Denina, Discorso sopra le vicende della letteratura, op. cit., p. 127 : « In molti modi la sorte delle arti va unita a quella delle civili società, e le vicende della letteratura seguono le rivoluzioni delli stati, tanto nel crescere quanto nel declinare. »

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Musitelli, « Rythmes et périodisations de l’historiographie littéraire italienne de l’Arcadie aux Lumières (1690-1790) », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 05 February 2014, connection on 23 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/679 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.679

Top of page

About the author

Pierre Musitelli

École normale supérieure de la rue d’Ulm

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page