Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Risorgimento delle Lettere et rigenerazione dell’arte : Tommaseo ou le détour par Dante

«Risorgimento delle Lettere» e «rigenerazione dell’arte»: Tommaseo o la riscoperta di Dante
Aurélie Gendrat-Claudel
p. 99-118

Abstracts

Tommaseo a apporté une contribution quantitativement modeste mais intéressante au débat sur le Risorgimento des lettres italiennes et sur l’histoire de la littérature dans ses rapports avec la construction de la nation. Si certaines entrées du Dizionario della lingua italiana nous éclairent sur les oscillations sémantiques des mots risorgimento et rinascimento, c’est à un texte mineur, contenu dans Della bellezza educatrice (1838), qu’il faut remonter pour trouver une réflexion organique sur l’évolution de la littérature italienne, où le lexique du (re)surgissement épouse différentes métaphores. En effet, les « Cenni sulla storia dell’arte » permettent de suivre les méandres de la pensée de Tommaseo, qui peine à reconnaître la valeur et l’importance historique d’Alfieri et de Foscolo, mais célèbre Monti et, à travers lui, la redécouverte de Dante, dans une vision de la littérature qui ne comporte que deux longs cycles marqués par l’émergence d’hommes providentiels : commencée au Trecento par un sommet (Dante), la littérature italienne n’aurait fait que « dégénérer » jusqu’au xviiie siècle, avant d’amorcer un redressement dont le point culminant serait Manzoni.

Top of page

Full text

1À l’entrée « Risorgimento » du Dizionario della lingua italiana de Tommaseo, après une série d’exemples de l’acception politique du terme (« Risorgimento della nazione a vita civile migliore. Risorgimento di Grecia. L’ora del risorgimento ») et une mention très rapide du célèbre ouvrage de Bettinelli qui, en 1775, fixe durablement l’usage du terme risorgimento pour renvoyer à une spécificité de l’histoire italienne (« Libro del P. Bettinelli Risorgimento d’Italia »), on lit une intéressante précision :

  • 1 N. Tommaseo et B. Bellini, Dizionario della lingua italiana, Turin, UTET, 1861-1879, vol. IV, p. 36 (...)

Risorgimento della civiltà, Delle arti, Delle lettere. Età del risorgimento (fr. Rénaissance [sic]), non pr. ; perchè non tra il quattrocento e il cinquecento risorsero nè rinacquero le arti, ma cominciarono a scadere.1

2Ce n’est pas l’usage du mot risorgimento lui-même pour indiquer la Renaissance que Tommaseo critique, mais bien l’idée qu’il y ait eu une forme de renouveau des arts aux xve et xvie siècles, marqués au contraire, selon le lexicographe, par une véritable décadence. L’article « Rinascimento » contient des considérations assez semblables :

  • 2 N. Tommaseo et B. Bellini, op. cit., vol. IV, p. 286. Signalons qu’à l’entrée « Rinascita », on tro (...)

Rinascimento della civiltà. Taluni traducono il fr. Renaissance, che così chiamano l’arte moderna fatta imitatrice all’ant. – Architettura del rina­scimento, intendano di quando incomincia a morire il genio dell’arte ispirata ai nuovi tempi.2

  • 3 Précisons qu’il s’agit là, naturellement, d’une vision réductrice et biaisée de la Renaissance, mai (...)
  • 4 Voici le passage du texte français : « Les savans, et même les poètes, avoient imaginé, lors de la (...)

3Le retour à l’Antiquité (donc à la mythologie et à la culture païenne) comme source d’inspiration de la littérature et des arts3 explique en grande partie la sévérité du regard porté sur la Renaissance par le très catholique Tommaseo, qui croit fermement à l’origine chrétienne de toute beauté et de toute vérité. Par ailleurs, la mention d’un détour par le français pour arriver au mot et au concept de rinascimento met en évidence un embarras terminologique qui n’est pas nouveau et que le passage d’une langue à l’autre illustre parfaitement. Pensons, par exemple, au célèbre article de Madame de Staël qui déclencha en 1816 la polémique entre classiques et romantiques, De l’esprit des traductions. Il contenait l’expression « renaissance des lettres » – qui désignait ce que nous appelons bien encore aujourd’hui la Renaissance –, expression que son traducteur italien Pietro Giordani avait rendue par une curieuse transposition périphrastique mettant en jeu le verbe risorgere et non rinascere4, un choix de traduction révélateur des superpositions sémantiques complexes des dérivés de rinascere et risorgere.

  • 5 Sans doute faut-il voir dans ce silence le signe que l’expression était déjà lexicalisée et parfait (...)
  • 6 Pour retrouver l’origine de certains des textes contenus dans Della bellezza educatrice et, plus la (...)
  • 7 Sur la fonction de l’exil français dans la vie de Tommaseo et ses stratégies de légitimation littér (...)
  • 8 On se limitera ici à citer un passage de l’essai Dell’Italia, que Tommaseo présente à la fois comme (...)
  • 9 Voir N. Tommaseo, « Storie letterarie », dans Id., Della bellezza educatrice, cité, p. 241-247.
  • 10 Tommaseo ne cache pas que Tiraboschi, lu dans sa jeunesse, fait partie de ses références : « Poi de (...)

4Les notations disséminées dans le Dizionario della lingua italiana sur l’importance de ne pas nommer rinascimento, rinascita ou risorgimento les siècles d’un supposé déclin de la culture italienne invitent à s’interroger sur la conception que Tommaseo a pu développer de l’histoire de la littérature et, plus précisément, sur sa perception de la période – ou des périodes – qui lui paraissent correspondre à un véritable Risorgimento delle Lettere, l’expression ne faisant l’objet, dans le Dizionario, d’aucune précision chronologique5 : Tommaseo accepte-t-il l’idée que le xviiie siècle, et en particulier les années marquées par l’activité de Parini, Alfieri, Monti et Foscolo, constituent une rupture qui construit l’identité nationale et prépare l’avènement des écrivains engagés dans le romantisme et la lutte patriotique ? Dans l’œuvre colossale du plus remarquable polygraphe italien du xixe siècle, il est impossible de dégager une pensée parfaitement cohérente, tout comme il est délicat de rendre compte des évolutions au fil du temps, mais aussi des variations de position, qui tiennent parfois aux circonstances éditoriales : Tommaseo ne cesse de remanier ses propres textes, au point que d’une version à l’autre les contradictions ne manquent pas. Notre propos se limitera à l’analyse d’un ouvrage, Della bellezza educatrice, étrange pot-pourri publié en 1838, constitué pour l’essentiel d’une compilation d’articles publiés dans les années 1820 et 18306. Le choix de ce volume, qui rassemble des textes au statut et au contenu très variés, est motivé par la présence d’une section intitulée « Cenni sulla storia dell’arte » qui est l’une des rares tentatives organiques, de la part de Tommaseo, pour rendre compte de l’histoire des lettres italiennes. Par ailleurs, le moment auquel Tommaseo compose et publie cette ébauche d’histoire littéraire paraît particulièrement intéressant : l’essai relève de la saison la plus féconde de Tommaseo, celle qui coïncide avec l’expérience de l’exil en France, occasion unique d’une réflexion identitaire, rite de passage et de légitimation littéraire, expérience douloureuse mais riche d’échanges culturels qui contribuent à la déprovincialisation de l’écrivain « dalmate »7. Naturellement, dans une œuvre aussi ramifiée que celle de Tommaseo, les « Cenni sulla storia dell’arte » appellent des renvois à d’autres textes, contenus dans Della bellezza educatrice ou publiés ailleurs, mais il semble qu’on tient là une matrice possible de la réflexion sur la littérature développée par l’un des principaux acteurs du romantisme, convaincu du rôle moteur de la littérature et de son primat sur la politique8. Conformément au projet de ce numéro thématique de Laboratoire italien, on s’attachera à un aspect lexicologique du problème : Tommaseo utilise-t-il l’expression Risorgimento delle Lettere (qui figure, on l’a vu, dans le plus tardif Dizionario della lingua italiana) ? Quelles variantes peut-on identifier ? Quels antonymes ? Dans quel cadre argumentatif les vocables relevant du champ lexical de la renaissance apparaissent-ils ? Plus profondément, on s’interrogera sur la façon dont Tommaseo, attentif aux méthodes de l’histoire littéraire9 et prêt à en découdre avec Tiraboschi et Ginguené10, présente – avec un mélange d’admiration et de réticence lié à une forme de rivalité mal digérée – les principaux écrivains qui l’ont précédé et perçoit une césure dans l’histoire de la littérature et des idées au xviiie siècle : sur ce point, l’originalité de l’auteur de Fede e bellezza tient moins aux périodisations proposées qu’à l’association entre le lexique de la régénération, la promotion de Monti et la valorisation du renouveau des études dantesques.

  • 11 « Osservazione di uno dei Collaboratori dell’Antologia », Antologia, novembre 1832, Florence, Vieus (...)

5Commençons par rappeler brièvement la place des « Cenni sulla storia dell’arte » dans le volume Della bellezza educatrice qui est construit, malgré la diversité des sujets traités, comme une architecture complexe supposant une certaine logique et un certain enchaînement des idées. L’ouvrage compte trois parties : la première, qui ne nous intéresse pas directement ici, est consacrée aux « arti del bello visibile », la deuxième aux « arti della parola » et la troisième contient des « varietà » (c’est là que Tommaseo place, entre autres, ses très belles « gite », véritables proses poétiques nées de promenades dans la campagne, notamment en Toscane). Les « Cenni sulla storia dell’arte » s’inscrivent dans la partie consacrée aux arts de la parole, partie qui comporte vingt-quatre chapitres de longueur et d’ambition inégales (souvent des reprises d’articles parus dans des périodiques) : cette tentative d’histoire de la littérature italienne intervient après des réflexions parfois très générales sur la poésie (« Dell’essenza della poesia », « Della poesia come mestiere »…) et précède des chapitres centrés sur un genre littéraire en particulier (« Dell’epopea », « Del romanzo storico »…), sur la critique littéraire ou encore sur des questions plus précises (la traduction, la bibliographie, le droit d’auteur…). Si l’expression Risorgimento delle Lettere ne figure pas telle quelle dans les « Cenni », on trouve en revanche, dans le chapitre immédiatement précédent, « D’alcune idee nuove in fatto d’arte, che sono antiche » (qui reprend, en le remaniant, un texte paru en 1832 dans l’Antologia11, à un moment où la querelle romantique est encore d’actualité), une tournure de sens très proche, « rigenerazione della nostra letteratura », utilisée dans le cadre d’une défense des écrivains désireux, après les débats soulevés par l’article de Madame de Staël dans Biblioteca italiana, de tourner le dos à la mythologie pour réfléchir à un possible renouveau de la littérature italienne. Il s’agit pour Tommaseo de condamner l’assimilation réductrice des romantiques à de simples imitateurs de contes nordiques, là où les écrivains réunis autour du Conciliatore avaient de hautes et généreuses ambitions pour la littérature de leur patrie :

  • 12 N. Tommaseo, « D’alcune idee nuove in fatto d’arte, che sono antiche », dans Id., Della bellezza ed (...)

O si vuol declamare contro que gl’Italiani che accennarono ne’ loro versi a qualche superstizione settentrionale, e che si fecero le scimmie del Byron ; e questi Italiani non arrivano a dieci : o sotto il titolo di amatori delle streghe si vuol comprendere tutti coloro che ragionarono sulla necessità d’una rigenerazione della nostra letteratura, e a tale accusa sarebbe troppa modestia il dare risposta adeguata.12

  • 13 Marcello Verga a très bien montré comment l’alternance décadence-renaissance s’est constituée en to (...)
  • 14 L’idée d’une histoire littéraire qui coïnciderait totalement avec l’identification des hommes remar (...)

6Les « Cenni » qui suivent reprennent cette idée qu’il y eut, entre le xviiie siècle et la première moitié du xixe siècle, un mouvement de régénération de la littérature italienne. De façon plus générale, tout l’essai de Tommaseo, qui part des origines de la littérature au Trecento pour arriver jusqu’à Manzoni (point d’aboutissement en termes à la fois historiques et esthético-idéologiques), est construit selon la logique d’une alternance de moments de profonde décadence et de réveil (ou du moins de tentative de réveil) de la littérature nationale. En soi, ce mouvement de flux et de reflux, qui sous-tend une vision cyclique des lettres (vision commune à de nombreuses histoires littéraires)13, n’a rien de bien original : ce qu’il importe ici de souligner, ce sont les étapes que Tommaseo indique, ainsi que les causes qu’il recherche, mais aussi les auteurs qu’il choisit de placer parmi les fauteurs d’un avilissement de la littérature italienne ou au contraire parmi les héros d’un ressaisissement salutaire. Dans une telle démarche, il n’est pas rare que Tommaseo – qui tend à assombrir le tableau des phases de déclin – cherche un « homme providentiel »14 et on ne s’étonnera pas que le verbe le plus fréquemment utilisé pour introduire ces figures salvatrices soit précisément sorgere. Tout en retraçant la pensée de Tommaseo, on portera une attention particulière au choix d’un lexique qui contribue directement à l’élaboration d’un discours singulier sur le Risorgimento delle Lettere et à la constitution d’un panthéon moderne tout personnel.

7Tommaseo fait commencer son histoire de la littérature italienne au Trecento. Pour lui, il existe un lien entre la primauté historique, la primauté intellectuelle et la primauté esthétique :

  • 15 N. Tommaseo, « Cenni sulla storia dell’arte », dans Id., Della bellezza educatrice, op. cit., p. 14 (...)

I primi poeti italiani vanno tra’ primi pensatori del secolo. Guido Cavalcanti, Cino da Pistoia, l’Allighieri, il Petrarca, erano uomini pel tempo loro dottissimi ; dotti di scienza varia, universale, pratica insieme e teorica, religiosa e civile. […] l’Italia non ha da contrapporre poesia più originale insieme e più popolare alla poesia del trecento.15

8Ainsi se trouve affirmé un mythe de l’âge d’or de la littérature italienne, où coïncident origine et originalité, où se marient profondeur du savoir et inspiration populaire : ce schéma, qui fait commencer l’histoire de la littérature italienne par un point culminant, relève d’une logique en quelque sorte « biblique » qui suppose un Eden destiné à la chute et impossible à reconquérir. Les germes d’une dégradation inéluctable ne tardent en effet guère à se faire sentir, dès lors que l’union du savant et du poète incarnée par les écrivains du xive siècle se fissure pour laisser la place à une littérature de plus en plus liée au milieu des cours, que Tommaseo abhorre. Pour lui, cette « dégénérescence » commence avec Boccace :

Le prose e i versi del Boccaccio danno il segnale della degenerazione delle letterenostre. Non solamente il cittadino in esse è distinto dal cortigiano […], ma l’uomo dotto che vuole educare al pensiero per via del sentimento, dall’uomo che ama piacere. (Ibid.)

9Cette compromission courtisane de la littérature se confirme et s’accélère à la Renaissance : Tommaseo n’a pas de mots assez durs pour les poèmes épiques, et en particulier pour la Jérusalem délivrée. La poésie politique se fait purement « adulatori[a] », la poésie amoureuse est incapable d’exprimer « un affetto sincero » (ibid., p. 145). Les causes de cette situation désolante sont à la fois morales, socio-­politiques et intellectuelles :

Questa imitazione servile, questa fredda uguaglianza d’un sentimento che in tutti i cuori è variissimo, non è solo dovuta alla corruzione de’ costumi, alla degradazione politica, ma ben anche alla nullità del pensiero. La smania di piacere a cortigiani depravati e avviliti, non poteva tanto avvilire la poesia, se non s’aggiungeva quella deplorabile distinzione del letterato dal dotto, la qual tenendo l’arte della parola quasi in uno spazio vacuo, doveva di necessità lasciarla languida a terra senza movimento di vita. (Loc. cit.)

  • 16 De façon générale, la périodisation et les catégories historiographiques proposées par Tommaseo son (...)
  • 17 Sur la promotion de Dante au xixe siècle au détriment de Pétrarque, voir A. Quondam, Petrarca, l’it (...)
  • 18 N. Tommaseo, « Cenni sulla storia dell’arte », art. cité, p. 146.

10Tommaseo dénonce là un usage purement rhétorique du langage, une poésie réduite « a mero suono » (ibid., p. 146) où tout est non pas puéril, puisque l’art et l’artifice y sont poussés à des degrés de raffinement étonnants, mais, ce qui est pire encore, « rimbambito » (p. 145) (et le préfixe de l’adjectif file la métaphore de la régression). La littérature continue sa chute inexorable au siècle suivant : « Alle smancerie del cinquecento dovevano […] succedere le goffaggini del secento » (p. 146). Comme le fera quelques années plus tard De Sanctis dans sa Storia della letteratura italiana16, Tommaseo indique Pétrarque, en qui il avait célébré l’une des grandes figures fondatrices de la littérature italienne au début des « Cenni », comme ancêtre de la poésie creuse, complexe et ridicule du xviie siècle : « Già la poesia di Petrarca racchiudeva i germi del supremo suo abuso : e già, dove le parole eran tutto, ai giuochi di parole dovevano dar luogo i ravvicinamenti profondi, e i contrasti del pensiero. » On retrouve là, en filigrane, l’opposition entre Dante, qui sut allier poésie et philosophie (nécessairement théologique pour Tommaseo) et Pétrarque, qui dissocia la poésie du savoir17. Dans le désastre baroque, seule est épargnée la Toscane, qui se sauve, selon Tommaseo, en raison de la plus grande proximité entre langue parlée et langue écrite, ce qui contient l’art de la parole dans les limites de la convenienza, mais aussi en raison de l’effervescence intellectuelle de la région : l’exception toscane tient à la « forza del pensiero che […] allora appunto sorgeva più viva che mai, e una nuova via di civiltà segnava all’Europa »18. Tommaseo précise alors sa pensée, accordant une large place aux sciences physiques, dont l’essor lui paraît le meilleur rempart contre les excès de la poésie baroque : l’étude de la nature a eu des conséquences sur les sciences abstraites et sur tous les arts libéraux, mais aussi sur la vie politique et même sur le « movimento delle sorti de’ popoli » (loc. cit.), de sorte qu’on peut dire que la Toscane n’a pas eu de xviie siècle (« La Toscana […] non ebbe secento » (loc. cit.), Galilée, Torricelli, Redi et Viviani étant incompatibles avec un chevalier Marin ou un Fiamma).

11Vient alors, dans le raisonnement de Tommaseo, une tentative assez originale pour identifier des constellations d’écrivains qui ne soient pas purement chronologiques mais correspondent à des filiations profondes. Tommaseo distingue ainsi trois « générations », dont l’influence se ferait sentir jusqu’au xixe siècle : Chiabrera (dont l’« école » aurait perduré jusqu’à Cesarotti), Lemene (qui survivrait jusque chez Métastase pour s’éteindre avec Vittorelli et Labindo) et Bembo. Cette dernière manière est la plus intéressante : liée à la correction du style, au goût de la collocazione, à l’absence de tout ce qui peut choquer et de tout ce qui peut enthousiasmer, elle remonte au Cinquecento, a pour fondement l’imitation de Pétrarque (encore lui) et se serait perdue au xviie siècle pour renaître au xviiie : « nel secolo seguente smarritasi quasi, nel settecento risorta » (ibid., p. 150). C’est alors que risorgimento esthétique et retour à Pétrarque coïncident :

  • 19 Ibid., p. 151. Ailleurs Tommaseo parle plus largement de retour aux classiques comme remède (absolu (...)

Il dolce alito di quest’aura delicata di poesia fu sperso nel turbinoso verseggiare del secento ; ma nel risorgimento degli studii del bello, la scuola bolognese credette in quest’alito tenue ritrovare tutto quant’era lo spirito smarrito dell’arte. E tornammo al Petrarca.19

  • 20 N. Tommaseo, « Cenni sulla storia della letteratura », art. cité, p. 151. On trouve un peu plus loi (...)

12Pour Tommaseo, il s’agit là, évidemment, d’une illusion et d’un échec : tout sonne faux, tout est froid et lourd dans ce pétrarquisme anachronique, qui a perduré jusqu’au xixe siècle à travers l’école bolonaise, les membres les plus raffinés de l’Arcadie, les collèges jésuites et la culture « municipale » de certaines villes. Mais la plus grave conséquence de ce revival manqué de Pétrarque (« Non era già il gusto petrarchesco che nelle loro poesie rivivesse »20) qui culmine avec Pindemonte, c’est l’oubli dans lequel tombe l’autre père fondateur de la poésie italienne, le plus grand et le plus fécond pour Tommaseo, Dante : « per amore del Petrarca, Dante era negletto » (ibid., p. 151).

13Dans ce contexte assez désolant, aucune des trois voies indiquées – Chiabrera, Lemene, Bembo – n’étant capable de produire une poésie à la fois sincère et sensible, en prise avec la vérité et la réalité, patriotique et élevée, se dégage heureusement une quatrième manière, que Tommaseo identifie comme la source du Risorgimento des Lettres italiennes. On ne peut qu’être frappé par le choix de termes qui, par le biais des images et des préfixes, renvoient à l’idée d’une renaissance qui est, encore une fois, retour aux origines :

Ma sulla metà del secolo decimottavo, sorgeva improvvisa, e pur forte e matura, una quarta maniera più libera, più efficace […], più conforme alla natura dell’arte. Lo studio de’ Greci, la conoscenza delle letterature d’oltremonti, la coltura delle erudizioni patrie, e delle scienze naturali dovevano ringrandire la sfera degl’ingegni, addestrarsi alla contemplazione d’oggetti più varii, al contatto d’avvenimenti più importanti, all’intelligenza di verità più intuitive insieme e più pratiche. L’educazione del pensiero cresceva : doveva dunque scemare il pazzo dominio della fantasia : dal pensiero rinforzato doveva ringagliardirsi l’affetto, volgersi a fini più degni. La poesia fantastica e l’amorosa dovevano venir meno ; incominciare la poesia morale, la religiosa, la patria. Il segnale di codesto miglioramento, fu lo studio di Dante. (Loc. cit.)

14Sans doute peut-on sourire de cette vision téléologique de l’histoire, de l’abus du verbe dovere qui fait de ce changement une nécessité ou encore de la poétomachie qui établit une corrélation (presque une loi des vases communicants) entre déclin de l’imagination et du lyrisme amoureux, d’une part, et émergence d’une veine civile, d’autre part. Mais le point le plus intéressant tient naturellement au rôle central que Tommaseo attribue à la redécouverte de Dante à partir du milieu du xviiie siècle. Certes, victime d’un certain « complexe du propriétaire » qui le pousse à se croire le seul capable de comprendre Dante, Tommaseo s’empresse de préciser que parmi les thuriféraires du poète et ceux qui s’adonnent à son étude, les contresens et les méprises ne manquent pas. Mais revenir, même mal, même approximativement, à Dante, c’est retrouver une sorte d’énergie primitive qui seule peut tirer la littérature italienne de sa léthargie et lui rendre sa force et sa vérité. En effet, imiter la manière de Dante, quand bien même l’imitation serait purement formelle, c’est déjà se mettre en condition de penser et de sentir comme le père de la littérature italienne :

Per intendere Dante anche alla peggio, convien pur pensare : convien pensare per imitarlo, a qualunque modo e’ s’imiti : l’imitazione del tono e della frase, porta con sè inevitabilmente una certa conformità di sentire : e l’amore d’intertenersi con Dante, piuttosto che col Petrarca o con altri, oltre al condurre seco di molti utili effetti è esso medesimo effetto di più maturo pensare. Ella è una poesia patria codesta ; poesia religiosa, pensata, sincera. (Ibid., p. 152)

15Pour Tommaseo, ce qui démontre le plus sûrement la puissance fécondante de Dante dans le renouveau de la littérature au xixe siècle, c’est la diversité même des « manières » de cette redécouverte et de cette imitation. Un passage enflammé retrace l’émergence de nouvelles « écoles » dantesques et, là encore, la récurrence du verbe sorgere nous replace dans la logique rhétorique d’une renaissance des lettres :

E codesta medesima varietà è prova di regenerazione : non una o due scuole, ma quattro o cinque maniere diverse, sorgono dallo studio rinovellato di Dante : sorgono nel medesimo tempo ; e sorte appena, eccitano questioni nuove, che giovano all’avanzamento dell’arte. Il Gozzi, il Varano, il Parini, il Minzoni, il Mazza, il Monti, l’Alfieri, il Foscolo, son tutti allievi di Dante, e hanno tutti un carattere proprio, tutti sovrastano nel genere loro ai poeti che li precedettero. Sorgono generi nuovi : la satira virilmente morale col Gozzi : una nuova satira ironica nel Parini ; una nuova satira politica, una nuova epigrammatica nell’Alfieri ; una nuova forma di sonetto nel Minzoni ; un nuovo genere di poesia contemporanea e religiosa nel Varano ; una nuova epopea, una nuova tragedia nell’Alfieri e nel Monti ; una nuova commedia civile nel primo, una lirica nuova nel secondo ; una nuova anacreontica lirica nel Monti e nel Mazza. I poeti nominati non erano dotti, ma vivevano in secolo di nuove dottrine : le scienze fisiche vantavano cultori immortali ; le morali e le politiche uomini sommi. (Loc. cit.)

16Suit alors une comparaison de ce renouveau exceptionnel, dans la seconde moitié du xviiie siècle, avec la culture française contemporaine. Tommaseo ne nie pas la supériorité de la France, mais elle lui paraît dépendre moins de la valeur objective des savants français que de qualités formelles (« l’esterna veste ») et d’une influence internationale (« l’efficacia sul restante d’Europa ») des Lumières françaises. Toutefois, si l’on s’en tient à la substance des écrits et à la force des esprits, l’Italie a de quoi tenir tête à sa sœur rivale, comme le montre une mise en regard systématique des hommes, des périodiques et des œuvres :

[…] se si riguardi il vigore degl’ingegni, e l’intrinseco valore degli scritti, la vittoria, cred’io, dovrà parere men certa. La prima cattedra d’economia politica è stata fondata in Italia : un erudito uguale al Carli, la Francia nol può forse nella seconda metà del secolo decimottavo vantare : il Caffè valeva bene il Mercurio : e l’autore del trattato Dei delitti e delle pene era un Italiano, era l’autore di un’opera Dello stile, alla quale la Francia nulla ha da contrapporre di più filosofico. (Loc. cit.)

17Tommaseo salue ensuite cette nouvelle poésie italienne, plus « virile » et plus « morale », mais il observe qu’elle était encore fort éloignée de la « suprema verità dello scopo » et de « l’efficacia del linguaggio » (ibid., p. 153). Certes, Monti s’est illustré dans presque tous les genres littéraires, mais son inconstance politique et son inspiration versatile ont comme gâté son talent inné : la somme des différentes « manières » qu’il a pratiquées ne constituait pas le « carattere nuovo » dont l’Italie avait besoin et son absence d’originalité le disqualifie. Monti apparaît ainsi comme une sorte d’homme providentiel manqué.

18Plus largement, Tommaseo reproche à tous les grands auteurs de la fin du Settecento de n’être pas assez savants, sans toutefois nier leur contribution au progrès général de la culture italienne : « […] sebbene inesperti delle scienze solide, come attestano le prose leggere del Gozzi, i trattati politici dell’Alfieri, e il corso estetico del Parini, pure cospirarono col secolo nella franca esposizione d’alcune verità feconde, e ne seguitarono il movimento » (loc. cit.). Mais l’Italie attendait bien davantage :

[…] verità più pratiche, principii più universali, massime più pure, affetti più moderni, dovevano ispirare il poeta ; doveva sorgere chi alla pensata energia del linguaggio sapesse congiungere all’uopo la dolcezza del gusto antico, e quella agilità inspirata, che presenta un sì forte contrasto col far grave della scuola dantesca. Di tutti in somma i miglioramenti parziali, de’ traviamenti stessi dovevasi profittare alla rigenerazione dell’arte ; e questa lode era serbata ad Alessandro Manzoni. (Ibid., p. 153-154)

19Tout comme Vasari achevait ses Vite par la biographie de Michelange, seul artiste vivant cité, Tommaseo met fin à ses « Cenni » avec un éloge circonstancié de Manzoni, véritable messie des lettres italiennes, seul capable d’achever une renaissance commencée au xviiie siècle.

  • 21 Avant Della bellezza educatrice, Tommaseo a écrit la nécrologie – plutôt indulgente – de Monti pour (...)
  • 22 Della mitologia. Discorso di Niccolò Tommaseo sopra il sermone del cav. Vincenzo Monti, Milan, Rivo (...)
  • 23 « Le contese letterarie palesan anch’esse lo stato della nazione che le alimenta o le soffre. Che i (...)
  • 24 Cette triade est propre à Tommaseo, alors que la plupart des patriotes choisissent de promouvoir Pa (...)

20Il convient ici de proposer deux prolongements, qui touchent l’un à la place particulière que Tommaseo accorde à Monti au détriment de Parini, Alfieri et Foscolo, et l’autre à la question des études sur Dante (ou plutôt de l’« école dantesque »), véritable leitmotiv que l’on retrouve même lorsqu’il est question de Manzoni. L’ambivalence du jugement de Tommaseo sur Monti, illustrée par de nombreux textes21, est perceptible au sein même du volume Della bellezza educatrice : dans le chapitre « Dell’uso delle favole antiche nell’arte » (assez bizarrement placé dans la première partie, consacrée aux arts plastiques), l’écrivain réunit plusieurs articles qu’il avait écrits dans les années 1820 sur la mythologie et il republie notamment, sous une forme abrégée et corrigée, un discours virulent contre le Sermone sulla mitologia (1825) de Monti, discours paru auparavant sous le titre Della mitologia22. On y remarque que tout le lexique de la renaissance, de la résurrection, du risorgimento est déplacé du côté de la mythologie et des tenants du classicisme23. Ce glissement rhétorique peut être interprété comme l’expression implicite (et ironique) d’une alternative stricte : s’il y a risorgimento de la mythologie, il ne peut pas y avoir risorgimento des lettres (et sans risorgimento des lettres, pas de risorgimento politique). En revanche, dans le chapitre « Dell’essenza della poesia » de la partie consacrée aux arts de la parole, Monti est célébré, notamment pour l’Aristodemo : d’abord associé à Parini et Alfieri pour composer une triade – presque une trinité – d’écrivains providentiels24 significativement introduite par le verbe sorgere, Monti occupe dans ce texte une place conclusive semblable à celle de Manzoni dans les « Cenni » :

  • 25 N. Tommaseo, « Dell’essenza della poesia », dans Id., Della bellezza educatrice, op. cit., p. 97.

Sorsero alfine il Parini, l’Alfieri, ed il Monti. Primo il Parini pose nella sua lirica un che d’individuale ; ma l’età in ch’egli visse non era ancora preparata a quel forte linguaggio dello spirito, i cui pregi sono la profondità e la franchezza. L’Alfieri, tutto pieno d’una passione politica, sacrificò a quella sovente la verità dei caratteri e degli affetti : e preoccupato da un pensiero veemente, non ebbe la sofferenza di graduare, ne’ personaggi da sè rappresentati, l’intensità del sentimento secondo gl’indizii della storia e l’esperienza del cuore. Quegli che primo in Italia insegnò l’arte d’insistere nella rappresentazione della passione interna con la fermezza con cui fin allora s’insisteva nella rappresentazione delle esterne azioni, egli è il Monti.25

  • 26 N. Tommaseo, Dizionario estetico, Venise, Gondoliere, 1840, p. 247.

21Ailleurs encore, l’évocation de Monti frôle le panégyrique : dans le Dizionario estetico (dictionnaire biographico-critique qui mêle auteurs antiques et contemporains au gré d’une sélection subjective dont les critères ne sont guère explicités), Tommaseo lui consacre une notice étonnamment longue qui fait de lui le seul écrivain capable de sélectionner et d’assimiler les qualités de ses prédécesseurs et de ses contemporains afin de préparer la poésie du xixe siècle. Pour Tommaseo, Monti est plus qu’un précurseur ou un ancêtre des écrivains romantiques et du Risorgimento : il est celui qui rend possible le xixe siècle. On ne manquera pas de relever, encore une fois, le lexique du surgissement miraculeux et inexplicable d’un homme d’exception à une époque où, certes, une nouvelle voie (« una nuova via »)26 était indiquée par des auteurs comme Varano, Minzoni et Parini, mais où l’Italie n’était pas encore prête à l’emprunter :

Per conoscere quanto valeva quest’ingegno e quanto noi gli dobbiamo, giova collocarci nel tempo e nel paese che lo vide sorgere : poich’una delle più gravi ingiustizie che soglian farsi ai degni uomini, si è […] collocarli nella luce d’un’età che senz’essi non sarebbe forse mai sôrta […]. Certo sarebbe importante a sapere, donde, in un tempo alla virile coltura delle lettere sì nemico, venissero al Monti le ispirazioni che gli rivelarono il sentimento di quel bello più semplice, più universale, più forte, da lui talvolta, con tanta spontaneità posto in atto. (Loc. cit.)

  • 27 Le rappel du rôle de Monti dans la redécouverte de Dante est commun à de nombreuses interventions c (...)

22Or tout ce qu’il y a de grand et d’exceptionnel chez Monti, il faut le rattacher à la filiation dantesque : Dante est « l’ispiratore di maschia e pittrice poesia » (ibid., p. 250-251), le modèle qui a permis à Monti d’écrire ses plus belles pièces27. Mais Tommaseo regrette que cette veine, « dove il poeta sorge consigliere delle nazioni, giudice degli avvenimenti e degli uomini, re dell’opinione » (p. 251), n’ait pas été constante. Monti, qui avait montré la voie de la liberté poétique en des temps désastreux pour les lettres italiennes (« in secolo di servitù letteraria »), a eu le tort de se contredire en s’acharnant à défendre la mythologie précisément au moment de la réflexion sur le renouveau de la littérature italienne (« in secolo di rigenerazione », p. 261). En somme, avec ses qualités et ses défauts, Monti est l’écrivain par excellence de la transition : celui qui « achève », à tous les sens du terme, le xviiie siècle pour inaugurer l’Ottocento et permettre ainsi l’épanouissement d’une nouvelle littérature : « […] questa mente era nata non solo per far di sè bello il nascimento d’una letteratura novella, ma per rendere onorevole e quasi dolorosa la fine d’una letteratura che già non gli potea sopravvivere » (p. 262).

  • 28 « […] letteratura efficace sulla pubblica opinione in Italia non s’avrà mai, se la lingua degli scr (...)
  • 29 « Visse e scrisse e pensò impopolare » ; « nei Sepolcri chiama illusione l’immortalità » ; « Morì [ (...)
  • 30 Tommaseo n’a guère d’estime pour les écrits de Foscolo sur Dante, comme le révèlent certaines annot (...)

23Tommaseo poursuit la notice sur Monti avec un examen de la Proposta di correzioni e d’aggiunte al vocabolario della Crusca, dont il salue l’intention (pour Tommaseo, la réflexion sur la langue est déterminante dans tout projet de littérature nationale)28 mais dont il critique les méthodes et les moyens, avant d’achever par des considérations assez modérées et bienveillantes sur les palinodies du poète et ses contradictions, qui ne lui paraissent pas entacher son sentiment du beau. Il est tout à fait significatif que des trois poètes cités dans « Dell’essenza della poesia » (« Sorsero alfine il Parini, l’Alfieri, ed il Monti »), seul Monti fasse l’objet, dans le Dizionario estetico, d’une notice développée : Alfieri a certes droit à une entrée, mais il est « expédié » en deux petites pages, où l’admiration ne dissimule pas la condamnation sans appel du manque d’inspiration chrétienne du tragédien. Quant à Parini, il n’a pas même l’honneur d’une notice. On trouve en revanche, dans le Dizionario estetico, une entrée « Foscolo » dont la férocité cache difficilement la mauvaise foi : à sa lecture, on comprend pourquoi Foscolo est à peine cité dans les « Cenni » (Tommaseo sait bien qu’il ne peut pas ne pas le mentionner, mais il ne lui accorde pas même le privilège d’une critique). Les sentiments violents et ambigus de Tommaseo à l’égard de son écrasant aîné mériteraient un essai à part entière. On se bornera ici à rappeler que les similitudes dans leurs parcours (ils sont tous deux nés hors d’Italie, sont passés par les mêmes villes dans leur formation universitaire et littéraire, ont tous deux fait l’expérience de l’exil…) et la dissymétrie de leurs succès font de Foscolo une référence embarrassante pour Tommaseo, qui s’empresse de présenter l’auteur des Sepolcri comme un simple traducteur et imitateur, mais surtout un écrivain « impopulaire », impie et incapable de manifester un authentique amour patriotique29. Cette censure morale explique pourquoi, tout en citant rapidement Foscolo dans les « Cenni » comme l’un des « élèves » de la nouvelle école dantesque30, Tommaseo choisit de ne retenir que Monti, malgré ses manques et ses contradictions, pour illustrer le « miglioramento » et la « rigenerazione dell’arte » amorcés à la fin du xviiie siècle.

  • 31 Voir N. Tommaseo, Commento alla Commedia, V. Marucci éd., Rome, Salerno, 2004. Pour une vision d’en (...)
  • 32 Le plus important de ces textes est la notice « Dante » publiée en 1836 dans l’Encyclopédie des gen (...)
  • 33 La bibliographie sur la redécouverte de Dante au xixe siècle est extrêmement vaste. Nous nous limit (...)
  • 34 L’esule / L’exilé. Giornale di letteratura italiana antica e moderna, t. I, Paris, Pihan Delaforest (...)

24Ce « miglioramento » et cette « rigenerazione » passent, on l’a vu, par la redécouverte de Dante et, sans entrer dans le détail d’une question très complexe, il convient d’ajouter quelques précisions sur le sens que Tommaseo attribue à ce retour à Dante dans le Risorgimento des lettres. Il est évident que Tommaseo « prêche pour sa paroisse » en valorisant ainsi la figure de Dante comme instrument principal du renouveau de la littérature italienne : Tommaseo prépare, durant son exil français, un imposant commentaire de la Divine comédie31, dans lequel il soumet à l’examen critique toute la tradition exégétique, mais aussi les propositions interprétatives les plus récentes (et les plus farfelues, comme celle de Gabriele Rossetti). Par ailleurs, son activité de journaliste en France l’a amené à rédiger des textes, essentiellement biographiques, sur le poète florentin32. Il n’est pas le seul patriote exilé à utiliser Dante comme l’ambassadeur le plus sûr et le plus efficace de la littérature italienne à l’étranger : les études sur Dante publiées dans les années du Risorgimento, en Italie, mais aussi et surtout depuis les terres d’exil, relèvent d’une stratégie culturelle qui actualise l’auteur de la Divine comédie pour en faire le modèle du poète proscrit, condamné à l’errance et persévérant dans l’amour de la patrie33. Il est ainsi tout à fait significatif que les patriotes italiens qui fondent à Paris, en 1832, le périodique bilingue L’esule / L’exilé placent leur publication sous le patronage de Dante et lui consacrent plusieurs articles, notamment dans le premier tome. Dans l’une de ces contributions, Terenzio Mamiani suggère que l’idée de renaissance remonte à l’époque de Dante lui-même : il était « il più alto spirito poetico, sapiente e politico dei tempi intermessi fra il cadere della barbarie e il rinascere della civiltà »34. L’identification implicite des patriotes italiens (et plus particulièrement des patriotes italiens exilés) avec Dante comporte ainsi une autre assimilation implicite : celle d’une renaissance de l’Italie au xixe siècle, d’un risorgimento à la fois politique et culturel, avec les débuts de la civilisation italienne au Trecento.

25De cette brève enquête sur la lecture que Tommaseo propose de l’histoire des lettres italiennes, essayons de tirer quelques conclusions, à la fois sur le plan du lexique et sur le plan des idées. Les « Cenni sulla storia dell’arte » (et les autres textes pris en considération) privilégient le verbe sorgere au détriment de risorgere et, bien que Tommaseo enregistre l’expression « risorgimento delle lettere » dans son Dizionario della lingua italiana, elle ne figure pas encore dans les écrits de la fin des années 1830, où dominent en revanche l’image biologique de la rigenerazione et l’expression générique de miglioramento dell’arte. Le verbe sorgere est presque systématiquement utilisé pour introduire des écrivains dont Tommaseo fait les emblèmes d’un renouveau providentiel (mais toujours incomplet ou imparfait) dans les lettres italiennes : les ruptures épocales s’expliquent pour lui non pas par des évolutions progressives (des genres, des idées…) ou par des mouvements collectifs, mais plutôt par le surgissement imprévu d’individus exceptionnels, dont Monti est, avant Manzoni, le plus important, parce qu’il est celui qui assure une transition entre classicisme et modernité. Toutefois, seule la redécouverte de Dante au xviiie siècle, dont Monti a été l’un des acteurs, a su réunir des écrivains très différents et a permis un véritable renouveau des lettres italiennes, au gré d’un élan commun. Les « Cenni » proposent en effet une vision en U de l’histoire littéraire plus encore qu’une vision cyclique : commencée par un sommet, cette histoire suit une courbe descendante jusqu’au xviie siècle, avant d’amorcer un redressement qui doit intégrer ce commencement glorieux qu’est Dante pour aboutir à Manzoni. Lorsque Tommaseo évoque des phases (ou plutôt une unique et longue phase) de déclin, il parle de dégénérescence et de poésie rimbambita, indiquant là une régression qui n’a rien à voir avec le retour à Dante, véritable réconciliation avec les origines populaires, viriles et chrétiennes de la littérature italienne. En d’autres termes, Tommaseo admet qu’en tout temps des écrivains exceptionnels puissent « surgir », mais ce n’est qu’au xviiie siècle, lorsqu’elles renouent le lien avec le père fondateur de l’identité et de la langue italiennes, que les lettres dans leur ensemble commencent leur risorgimento (dont Tommaseo se sent l’un des acteurs les plus sincères) : il y a « génération spontanée » d’hommes remarquables, mais il n’y a de « régénération », voulue et méditée, que lorsque les Italiens se retrouvent collectivement autour de Dante, l’Italien par antonomase.

Top of page

Notes

1 N. Tommaseo et B. Bellini, Dizionario della lingua italiana, Turin, UTET, 1861-1879, vol. IV, p. 369. Les exemples donnés pour illustrer les différents sens du verbe risorgere, notamment lorsqu’il est substantivé, sont très proches : « Risorgere delle nazioni. – L’anno quarantasei preludeva al risorgere dell’Italia. – Risorgere della libertà » ; « Risorgere dell’arte, Della scienza, Delle industrie » (loc. cit.). Alberto Mario Banti a souligné que le sens proprement politique donné au mot risorgimento dans le dictionnaire de Tommaseo correspond à un déplacement sémantique et symbolique du terme, jusque-là confiné dans une acception religieuse : cette translation aurait été amorcée à la fin du xviiie siècle, notamment grâce à l’essai de Bettinelli (A. M. Banti, « Risorgimento », dans Atlante culturale del Risorgimento, A. M. Banti, A. Chiavistelli, L. Mannori et M. Meriggi éd., Bari, Laterza, 2011, p. 33-39). Sur le flottement qui caractérise l’usage des termes rinascimento et risorgimento au xixe siècle, voir également A. Quondam, « Rinascimento e classicismi », dans Le parole che noi usiamo : categorie interpretative e storiografiche dell’Europa moderna, M. Fantoni et A. Quondam éd., Rome, Bulzoni, 2008, p. 33-96. Par ailleurs, précisons que Tommaseo, dans d’autres textes, laisse transparaître son hostilité ironique à l’égard de Bettinelli : « Saverio Bettinelli, il polito gesuita, il Minosse del Minosse di Dante, quello a cui la lunga età concesse poter essere chiamato il Nestore della letteratura italiana, e certo non n’era mai stato l’Achille. » (N. Tommaseo, Memorie poetiche, M. Pecoraro éd., Bari, Laterza, 1964, p. 33) La référence à Dante, matrice de toute réflexion sur la littérature et modèle suprême pour Tommaseo, n’est pas innocente, comme on le verra plus loin.

2 N. Tommaseo et B. Bellini, op. cit., vol. IV, p. 286. Signalons qu’à l’entrée « Rinascita », on trouve les mêmes considérations : « Risorgimento delle arti del disegno ; analogo a quello dell’architettura, la quale, appena risorta, usa un miscuglio più o men felice di forme antiche e di quelle del medio evo (fr. Rénaissance [sic]). » Suit une citation de Vasari, après laquelle Tommaseo précise que le terme rinascita, sans être tombé en désuétude, doit être considéré comme inutile, puisque rinascimento recouvre les deux sens de rinascita – le sens général de « nouvelle naissance » et le sens historico-esthétique de « Risorgimento delle arti del disegno » (loc. cit.).

3 Précisons qu’il s’agit là, naturellement, d’une vision réductrice et biaisée de la Renaissance, mais d’une vision largement partagée par les hommes du xixe siècle.

4 Voici le passage du texte français : « Les savans, et même les poètes, avoient imaginé, lors de la renaissance des lettres, d’écrire tous dans une même langue, le latin, afin de n’avoir pas besoin d’être traduits pour être entendus. » (Madame de Staël, « De l’esprit des traductions », dans Œuvres inédites de Mme la baronne de Staël, publiées par son fils, t. III, Paris, Treuttel et Würtz, 1821, p. 335) Et le texte italien correspondant, dans la version de Pietro Giordani : « I dotti e anche i poeti, in quella età che gli studj risorsero, pensarono a scriver tutti in una medesima lingua, cioè latino, perché non volevano che ad essere intesi lor bisognasse di venire tradotti. » (Madame de Staël, « Sulla maniera e la utilità delle traduzioni », Biblioteca italiana, t. I, Milan, Antonio Fortunato Stella, 1816, p. 10)

5 Sans doute faut-il voir dans ce silence le signe que l’expression était déjà lexicalisée et parfaitement intelligible pour le lecteur du Dizionario, comme une catégorie historiographique renvoyant au tournant des xviiie et xixe siècles.

6 Pour retrouver l’origine de certains des textes contenus dans Della bellezza educatrice et, plus largement, pour comprendre l’activité de journaliste de Tommaseo, voir G. Bezzola, Tommaseo a Milano (1824-1827), Milan, Il Saggiatore, 1978 ; Niccolò Tommaseo e Firenze, R. Turchi et A. Volpi éd., Florence, Olschki, 2000 ; Alle origini del giornalismo moderno. Niccolò Tommaseo tra professione e missione, M. Allegri éd., Rovereto, Accademia Roveretana degli Agiati, 2010.

7 Sur la fonction de l’exil français dans la vie de Tommaseo et ses stratégies de légitimation littéraire, nous nous limitons à citer quelques travaux récents : M. Cini, « L’esperienza dell’esilio in Niccolò Tommaseo », dans Niccolò Tommaseo e Firenze, op. cit., p. 287-306 ; A. Gendrat-Claudel, « Exils et subversions. Sur les terres françaises de Niccolò Tommaseo (1802-1874) » dans N. Tommaseo, Fidélité, A. Gendrat-Claudel éd. et trad., Paris, Rue d’Ulm, 2008, p. 203-275 ; M. Tatti, « Esilio e identità nazionale nell’esperienza francese di Niccolò Tommaseo », dans Ead., Il Risorgimento dei letterati, Rome, Edizioni di Storia e Letteratura, 2011, p. 173-189.

8 On se limitera ici à citer un passage de l’essai Dell’Italia, que Tommaseo présente à la fois comme la cause et la récompense de son exil, puisqu’il y expose l’essentiel de sa pensée politique et ses propositions pour l’avenir d’une Italie libérée du joug étranger et qu’il publie ce texte en 1835, lors de son exil à Paris, en le faisant passer pour un inédit de Savonarole : « Un immortal benefizio possono gli scrittori apportare alla patria, determinando le idee politiche, in que’ che più parlano di politica incerti ancora (onde viene la noncuranza e il sospetto de’ popoli, e il vantaggio de’ despoti, i quali ciò che si vogliono purtroppo sanno) […]. Alla parola, o scrittori, sarà dato distruggere le scellerate altezze del mondo, ed infrangerne i simulacri. » (N. Tommaseo, Dell’Italia. Libri cinque, G. Balsamo-Crivelli éd., Turin, UTET, vol. I, 1920, p. 111-112). On voit bien que Tommaseo assigne à la littérature le rôle essentiel de former l’opinion publique et de mettre en lumière la vérité. Rappelons par ailleurs que dans ses écrits de jeunesse, à commencer par le Dell’Italia, Tommaseo n’utilise pas le terme risorgimento dans son acception politique, comme l’a observé Ettore Passerin d’Entreves (E. Passerin d’Entreves, « Tommaseo nel Risorgimento d’Italia », dans Niccolò Tommaseo nel centenario della morte, V. Branca et G. Petrocchi éd., Florence, Olschki, 1977, p. 41).

9 Voir N. Tommaseo, « Storie letterarie », dans Id., Della bellezza educatrice, cité, p. 241-247.

10 Tommaseo ne cache pas que Tiraboschi, lu dans sa jeunesse, fait partie de ses références : « Poi della letteratura tutta mi diede un’imagine e desiderii vivi l’opera del Tiraboschi, ch’io lessi e compendiai. » (N. Tommaseo, Memorie poetiche, op. cit., p. 17) Mais à ce premier enthousiasme suit un mouvement critique, dans lequel Tiraboschi se trouve associé à Ginguené : « Noi già vediamo nel Tiraboschi e nel Ginguené, che sia voler parlare anche di ciò che s’ignora. » (N. Tommaseo, « Storie letterarie », art. cité, p. 243) En effet, Tommaseo reproche aux historiens de la littérature de s’aventurer sur le terrain de connaissances extérieures à la littérature, qu’ils ne peuvent pas maîtriser pleinement.

11 « Osservazione di uno dei Collaboratori dell’Antologia », Antologia, novembre 1832, Florence, Vieusseux, p. 92-95.

12 N. Tommaseo, « D’alcune idee nuove in fatto d’arte, che sono antiche », dans Id., Della bellezza educatrice, op. cit., p. 142 (sauf mention contraire, c’est nous qui soulignons dans les citations). Précisons à ce propos que dans les textes de la polémique romantique, on trouve quelques occurrences de l’expression Risorgimento delle Lettere, avec des variantes : ainsi Ermes Visconti, dans un article paru en 1818 dans le Conciliatore, parle-t-il de risorgimento della coltura (E. Visconti, « Idee elementari sulla poesia romantica », dans Discussioni e polemiche sul romanticismo (1816-1826), E. Bellorini éd., Bari, Laterza, 1943, vol. I, p. 436) pour désigner un vaste mouvement amorcé bien avant le xixe siècle.

13 Marcello Verga a très bien montré comment l’alternance décadence-renaissance s’est constituée en topos critique dans les histoires des lettres italiennes, à commencer par les ouvrages de Bettinelli, Denina et Tiraboschi au xviiie siècle (M. Verga, « Decadenza », dans Atlante culturale del Risorgimento, op. cit., p. 5-18).

14 L’idée d’une histoire littéraire qui coïnciderait totalement avec l’identification des hommes remarquables est explicitement revendiquée ailleurs : lorsqu’il présente onze modèles théoriques d’histoire littéraire, Tommaseo place en septième position celle qui consisterait à « trovare in ogni secolo, in ogni paese, l’uomo che ha dato il moto primo a ciascuna parte della scienza o dell’arte » (N. Tommaseo, « Storie letterarie », art. cité, p. 242). Sur les principaux paradigmes de l’histoire littéraire, voir P.-A. Claudel, « Les grands auteurs… et les autres. Histoire littéraire et problématique du “reliquat” », dans Légitimité, légitimation, O. S. Amedegnato, S. Gbanou et N. Ngalasso-Mwatha éd., Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2011, p. 109-126.

15 N. Tommaseo, « Cenni sulla storia dell’arte », dans Id., Della bellezza educatrice, op. cit., p. 144 (Tommaseo souligne).

16 De façon générale, la périodisation et les catégories historiographiques proposées par Tommaseo sont souvent proches de la réflexion desanctisienne (qu’on songe par exemple au rôle dévolu à Manzoni). Pour déceler ces affinités, voir l’article de Stéphanie Lanfranchi, « Le Risorgimento delle Lettere de Francesco De Sanctis relu par Benedetto Croce et Giovanni Gentile », dans ce même numéro de Laboratoire italien.

17 Sur la promotion de Dante au xixe siècle au détriment de Pétrarque, voir A. Quondam, Petrarca, l’italiano dimenticato, Milan, Rizzoli, 2004.

18 N. Tommaseo, « Cenni sulla storia dell’arte », art. cité, p. 146.

19 Ibid., p. 151. Ailleurs Tommaseo parle plus largement de retour aux classiques comme remède (absolument vain) à la « dégénérescence » du xviie siècle : « I delirii del secento fecero ad alcuni ingegni del secolo seguente pensare la necessità di rimettersi affatto sulle orme de’ Classici ; quasichè l’imitazione non avesse a poco a poco condotti a tanta degenerazione gl’ingegni. » (« Delle novità da tentare nell’arte », dans Id., Della bellezza educatrice, op. cit., p. 97.)

20 N. Tommaseo, « Cenni sulla storia della letteratura », art. cité, p. 151. On trouve un peu plus loin une expression très semblable à celle qui clôt cette citation : l’étude de Dante a été « il segnale d’un grande miglioramento nell’arte » (ibid., p. 152).

21 Avant Della bellezza educatrice, Tommaseo a écrit la nécrologie – plutôt indulgente – de Monti pour l’Antologia (XCIV, octobre 1828, p. 163-200) et il lui a consacré de longs passages très sévères dans l’article « Della letteratura presente d’Italia » paru en 1836 dans le journal L’italiano, publié à Paris. Sur ces deux textes, et plus largement sur l’embarras que suscite Monti, célébré pour sa poésie, critiqué pour sa vie, chez les patriotes du Risorgimento, voir M. Tatti, « Il problema Monti nella critica dei patrioti », dans Ead., Il Risorgimento dei letterati, op. cit., p. 29-41. Les textes de Tommaseo que nous citons ici, bien qu’ils reprennent la nécrologie de l’Antologia et l’article de L’italiano, présentent l’intérêt de développer une position plus intéressante, en partie parce qu’elle promeut clairement Monti à la tête d’un canon settecentesco d’où se trouvent en revanche exclus – ou marginalisés – Parini, Alfieri et Foscolo, comme on le verra plus loin.

22 Della mitologia. Discorso di Niccolò Tommaseo sopra il sermone del cav. Vincenzo Monti, Milan, Rivolta, 1826.

23 « Le contese letterarie palesan anch’esse lo stato della nazione che le alimenta o le soffre. Che il più celebre dei poeti d’Italia, si dolga del veder dannati a morte gli Dei, ed eserciti la magia dei suoi versi per farli tra noi risorgere e ringiovanire, parrà cosa incredibile a chi non lesse que’ versi » (Della bellezza educatrice, op. cit., p. 38 – l’italique, qui signale une citation, est de Tommaseo dans la première expression) ; « la miracolosa resurrezion degli Dei » (ibid., p. 39) ; « Scrivere come il cuore ti detta, scrivere a giovamento de’ più, ecco le due sole leggi che proporre si possano allo scrittore qualsiasi, e sopra tutti al poeta. // Il risorgimento della mitologia c’imporrebbe il contrario : dunque la mitologia si bandisca. » (Ibid., p. 43)

24 Cette triade est propre à Tommaseo, alors que la plupart des patriotes choisissent de promouvoir Parini, Alfieri et Foscolo. Voir M. Tatti, « Parini e Alfieri : due icone risorgimentali », dans Ead., Il Risorgimento dei letterati, op. cit., p. 43-58, et surtout p. 43.

25 N. Tommaseo, « Dell’essenza della poesia », dans Id., Della bellezza educatrice, op. cit., p. 97.

26 N. Tommaseo, Dizionario estetico, Venise, Gondoliere, 1840, p. 247.

27 Le rappel du rôle de Monti dans la redécouverte de Dante est commun à de nombreuses interventions critiques sur Monti au xixe siècle : dans la « Biografia di Vincenzo Monti » publiée par Il nuovo conciliatore en 1847, on lit en effet que le poète « eccelle nell’imitazione di Dante, senza che non è speranza di salute all’Italia » (Il nuovo conciliatore, n. 2, luglio 1847, p. 59).

28 « […] letteratura efficace sulla pubblica opinione in Italia non s’avrà mai, se la lingua degli scriventi non si rinnovelli a forme più determinate e più schiette. Così considerata, la questione della lingua è d’alta importanza, morale e politica » (loc. cit.).

29 « Visse e scrisse e pensò impopolare » ; « nei Sepolcri chiama illusione l’immortalità » ; « Morì […] senza aver messo un grido di speranza o di compassione alla misera patria sua » (ibid., p. 170). Sur la fortune de Foscolo au xixe siècle, voir M. Tatti, « Foscolo, l’italiano », dans Ead., Il Risorgimento dei letterati, op. cit., p. 59-74.

30 Tommaseo n’a guère d’estime pour les écrits de Foscolo sur Dante, comme le révèlent certaines annotations de son journal intime, en date du 23 septembre 1833 : « Leggo il Dante del Foscolo. Ciancie » (N. Tommaseo, Diario intimo, R. Ciampini éd., Turin, Einaudi, 1946, p. 147) ou du 30 septembre 1833 : « Leggo il Foscolo : quando parlava di Dante imbecilliva. E tutti gl’increduli imbecilliscono » (ibid., p. 150).

31 Voir N. Tommaseo, Commento alla Commedia, V. Marucci éd., Rome, Salerno, 2004. Pour une vision d’ensemble des rapports de Tommaseo avec Dante entendus au sens large (intertextualité, influence stylistique, réflexion linguistique, interprétation de la figure du poète, commentaire du texte de la Divine comédie, etc.), les recherches et les réflexions de Francesco Mazzoni sont encore valables : F. Mazzoni, « Tommaseo e Dante », dans Primo centenario della morte di Niccolò Tommaseo (1874-1974), Atti delle onoranze tommaseiane, Florence, Olschki, 1977, p. 29-68.

32 Le plus important de ces textes est la notice « Dante » publiée en 1836 dans l’Encyclopédie des gens du monde (voir N. Tommaseo, « Dante », dans Encyclopédie des gens du monde. Répertoire universel des sciences, des lettres et des arts, avec des notices sur les principales familles historiques et sur les personnages célèbres, morts et vivans, par une société de savans, de littérateurs et d’artistes, français et étrangers, Paris, Treuttel et Würtz, 1833-1844, t. 7.2, p. 522-531).

33 La bibliographie sur la redécouverte de Dante au xixe siècle est extrêmement vaste. Nous nous limitons ici à citer quelques travaux récents, qui insistent sur le rôle de passeurs des exilés italiens et sur la fonction des biographies de Dante dans la construction de l’identité italienne : F. Di Giannatale, L’Esule tra gli esuli. Dante e l’emigrazione politica italiana dalla Restaurazione all’Unità, Pescara, Edizioni scientifiche abruzzesi, 2008 ; M. Tatti, « L’“epoca dei gladiatori” : la critica militante dei patrioti risorgimentali » et « La biografia patriottica », dans Ead., Il Risorgimento dei letterati, op. cit., respectivement p. 107-125 et p. 129-141 ; A. Gendrat-Claudel, « « Per istrada ripeto a mente il Paradiso ». Dante talismano e bandiera degli esuli italiani in Francia », dans Culto e fortuna di Dante nell’Ottocento, Atti del Convegno della Società dantesca italiana, à paraître.

34 L’esule / L’exilé. Giornale di letteratura italiana antica e moderna, t. I, Paris, Pihan Delaforest, 1832, p. 338.

Top of page

References

Electronic reference

Aurélie Gendrat-Claudel, « Risorgimento delle Lettere et rigenerazione dell’arte : Tommaseo ou le détour par Dante », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 06 February 2014, connection on 30 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/689 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.689

Top of page

About the author

Aurélie Gendrat-Claudel

Université Paris-Sorbonne

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page