Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Le Risorgimento delle Lettere de Francesco De Sanctis relu par Benedetto Croce et Giovanni Gentile

Il «Risorgimento delle Lettere» di Francesco De Sanctis riletto da Benedetto Croce e Giovanni Gentile
Stéphanie Lanfranchi
p. 169-191

Abstracts

Après avoir analysé les occurrences de la formule Risorgimento delle Lettere et de ses synonymes dans une dizaine d’œuvres de Francesco De Sanctis, composées entre 1855 et 1874, l’auteur de l’article propose de nuancer le discours traditionnel que véhicule la vulgate scolaire sur le paradigme historiographique desanctisien, dans le sillage de plusieurs publications récentes qui lui sont consacrées. En effet, cette recherche lexicographique laisse apparaître des éléments qui, s’ils ne contredisent pas l’idée d’un dépassement de la Renaissance par le Risorgimento, montrent toutefois que les œuvres de De Sanctis – et notamment sa Storia della letteratura italiana – présentent la décadence italienne, dont le xviiie et le xixe siècles sont censés se relever définitivement, comme une question beaucoup plus problématique que ne le laisse à penser la canonisation ultérieure dont a fait l’objet le discours de De Sanctis. La dernière partie de l’article porte sur un exemple particulièrement significatif de cette canonisation, c’est-à-dire sur l’interprétation que Benedetto Croce et Giovanni Gentile ont proposée de l’opposition entre Renaissance et Risorgimento pendant les années du fascisme italien. Cela illustre la portée politique que peuvent revêtir au xxe siècle la notion de Risorgimento delle Lettere et la revendication d’un paradigme historiographique spécifique.

Top of page

Full text

1Lorsqu’il aborde les écrits de Francesco De Sanctis, le lecteur se sait confronté à des textes canoniques. La vulgate scolaire et la tradition l’ont habitué à considérer la Storia della letteratura italiana comme une forme d’aboutissement des paradigmes historiographiques du xixe siècle. En ce sens, l’œuvre de De Sanctis représente une clôture dans la réflexion sur la catégorie du Risorgimento delle Lettere déployée au cours du long xixe siècle, car elle semble en fixer durablement les termes, pour ses contemporains et pour les générations futures. Nous nous proposons d’analyser, dans ces pages, les raisons de ce paradigme et les formes qu’il prend chez De Sanctis. Et pour que le dernier article de notre dossier se termine par un aperçu de la fortune du Risorgimento delle Lettere au xxe siècle, nous consacrerons les dernières pages à certaines relectures et notamment à l’héritage contradictoire que deux philosophes, Benedetto Croce et Giovanni Gentile, revendiquent à un moment très précis de leur itinéraire individuel et de l’histoire italienne, pendant le Ventennio fasciste. Durant cette période, Croce et Gentile chargent le legs desanctisien et le débat autour de l’hypothèse historiographique du Risorgimento delle Lettere d’une signification que nous verrons lourde d’actualité.

2Nous procéderons d’abord à un examen des occurrences et des récurrences de la formule Risorgimento delle Lettere et de ses synonymes dans une dizaine de textes de De Sanctis, rédigés entre 1855 et 1874. Nous chercherons, par cette brève analyse lexicale, à dégager quelques pistes d’interprétation, qui devraient ensuite nous permettre de mieux définir le Risorgimento delle Lettere tel que l’entend Francesco De Sanctis, et de souligner non seulement l’importance mais aussi les faiblesses de cette catégorie mises en évidence par l’auteur napolitain. Nous verrons enfin que la canonisation dont l’œuvre de De Sanctis a fait ensuite l’objet n’a pas pris en compte ces réserves, mais qu’elle a contribué à établir une définition du Risorgimento delle Lettere principalement comme antithèse de la Renaissance, comme le montre bien le débat entre Croce et Gentile dans les années vingt et trente. Pourtant, l’attribution d’une telle définition à De Sanctis nous paraît problématique, au regard d’une analyse détaillée de ses textes.

Examen des récurrences

  • 1 Voici la liste complète des textes retenus : « Alla sua Donna, poesia di Giacomo Leopardi » (paru u (...)
  • 2 Nous avons notamment recherché les termes risorgere, rinascere, rinnovare, ri(e)staurare, ri(e)surr (...)

3Pour mener notre enquête lexicale sur l’œuvre de De Sanctis, nous avons retenu neuf textes, très différents par leur nature, leur longueur et leur date de rédaction. De l’article à l’essai, en passant par le discours et le cours universitaire et en incluant, bien entendu, le chef-d’œuvre de la Storia della letteratura italiana, ces textes ont été rédigés parfois à plus de vingt ans d’écart et vont de quelques pages à plusieurs centaines de pages1. Nous y avons relevé les usages du terme risorgimento, de ses dérivés et de ses synonymes les plus fréquents2, pour tenter d’établir de façon aussi complète que possible les différents emplois de ces mots, dont nous rapporterons quelques exemples parmi les plus significatifs.

  • 3 A. Quondam, Rinascimento e classicismi, dans Le parole che noi usiamo : categorie interpretative e (...)

4Un premier examen de ces occurrences se révèle peu concluant : en effet, il semblerait de prime abord que De Sanctis ne distingue que peu rigoureusement ces termes les uns des autres, et qu’il utilise notamment le couple risorgere/risorgimento pour signifier des choses fort différentes, souvent à l’intérieur d’un même texte : tantôt pour définir ce que nous appelons aujourd’hui, en français, la « Renaissance », tantôt la « Réaction », tantôt le renouvellement moral et politique du xixe siècle italien, etc. Nous avons néanmoins pu nous prévaloir des réflexions d’Amedeo Quondam sur l’usage des mots « Renaissance » et Rinascimento au xviiie et au xixe siècle, qui se sont révélées extrêmement précieuses pour dégager des pistes d’interprétation convenant également au terme risorgimento et aux textes de De Sanctis3. Nous avons notamment soumis ces derniers à deux questions précises.

  • 4 Non seulement Quondam, mais aussi l’historien Alberto Mario Banti sont récemment intervenus sur cet (...)
  • 5 F. De Sanctis, « Alla sua Donna », poesia di Giacomo Leopardi, art. cité, à présent dans Id., Scelt (...)
  • 6 « E se il destino gli avesse prolungata la vita infino al quarantotto, senti che te l’avresti trova (...)
  • 7 F. De Sanctis, Settembrini e i suoi critici (1869), à présent dans Id., Scelta di scritti critici e (...)

5La première est la question d’une éventuelle évolution chronologique dans l’emploi de ces termes, des années 1850 aux années 1870, qui serait dictée par des raisons à la fois internes et externes à la production et à la pensée de De Sanctis. Il s’agit de comprendre, d’une part, comment l’emploi des mots risorgimento et rinascimento a changé au cours du xixe siècle dans le langage commun4 et de voir si, d’autre part, cette évolution générale correspond à celle que l’on constate dans les œuvres de De Sanctis, qui répondent à des choix tout à fait spécifiques. La comparaison entre les deux premiers textes examinés − « Alla sua Donna », poesia di Giacomo Leopardi et Schopenhauer e Leopardi datant respectivement de 1855 et 1858 – et d’autres textes plus tardifs, écrits dans les années 1870, où De Sanctis s’intéresse de nouveau à Leopardi, nous offre un cas d’école. Autant dans le dernier chapitre de sa Storia della letteratura italiana que dans ses Lezioni sull’Ottocento, De Sanctis présente le poète de Recanati comme une figure centrale dans la définition d’un renouvellement de la littérature au xixe siècle, préparant l’Italie au Risorgimento. Or, si l’on trouvait déjà dans le texte de 1855 l’affirmation suivante : « Ristauratore appo noi della grande poesia è Giacomo Leopardi »5, et, dans le texte de 1858, l’image célèbre mais hypothétique d’un Leopardi qui, s’il n’était pas mort en 1837, aurait été patriote en 1848 et se serait hissé sur les barricades6, il manque précisément à ces deux premiers textes une portée historiographique, qui définisse le rôle plus général de Leopardi dans le développement de la littérature italienne. Nous sommes encore dans une perspective que l’on peut qualifier de monographique, loin de la visée synthétique qui caractérise l’élaboration de la Storia della letteratura italiana et la définition de ses paradigmes. Plusieurs études récentes montrent, en effet, que De Sanctis n’envisage sérieusement la rédaction d’une histoire de la littérature qu’à partir de 1868, mais aussi qu’il continue à douter très longtemps, jusqu’au moment même de l’écriture de son chef-d’œuvre, de la possibilité d’une histoire littéraire. En 1869 encore, dans un célèbre compte rendu de l’histoire littéraire de Settembrini, il déclare : « Il lavoro di oggi non è la storia, ma è la monografia, ciò che i Francesi chiamano uno studio. Gl’impazienti ci regalano ancora delle sintesi e dei sistemi : sono stanche ripetizioni che non hanno più eco. La vita non è più là. »7 En ce sens, les sept autres textes que nous avons retenus, composés entre 1869 et 1874, donnent bien mieux à voir, y compris dans le choix des termes, l’élaboration d’un paradigme historiographique, car ils appartiennent à une saison de l’écriture de De Sanctis où celui-ci semble avoir repris confiance en la légitimité d’une histoire littéraire italienne régie par des paradigmes internes.

6Les analyses de Quondam sur le terme Rinascimento invitent, par ailleurs, à se poser une seconde question. Quondam remarque, en effet, qu’un changement important survient entre 1830 et 1860 et se stabilise au-delà de cette date : désormais les mots Renaissance en français, Risorgimento ou Rinascimento en italien commencent à s’employer dans un sens absolu, sans complément de nom. On ne parle plus exclusivement de la renaissance « des lettres » ou « des arts », car la perspective adoptée n’est plus cantonnée à la sphère culturelle et littéraire et le mot renvoie désormais à une périodisation historique plus générale. La Renaissance devient véritablement une période, relevant désormais non seulement d’un paradigme culturel, mais d’un paradigme historique plus large. Nous nous interrogeons par conséquent sur l’usage de ces mots par De Sanctis : les utilise-t-il seuls ou accompagnés d’un complément de nom, d’un attribut ?

  • 8 Citons comme exemple ce passage de la Storia della letteratura italiana en ouverture du chapitre XI (...)
  • 9 A. Palermo, « Il “Rinascimento” e l’invenzione della “Storia della letteratura italiana” », Studi R (...)
  • 10 Ibid., p. 166.

7Les réponses doivent être nuancées en fonction des termes analysés. Dans sa Storia della letteratura italiana et dans les textes postérieurs, De Sanctis emploie le mot Rinascimento seul, parfois entre guillemets et souvent avec une majuscule, au sens absolu et actuel de « Renaissance »8. En 1870, De Sanctis a donc manifestement intégré la périodisation de la Renaissance et son invention en tant que catégorie historiographique générale. Des études récentes se sont interrogées sur l’influence qu’aurait pu avoir la fréquentation de Jacob Burckhardt – qui contribua, au même titre que Michelet et Gerard Voigt, à cette invention avec son célèbre Die Kultur der Renaissance in Italien publié en 1860 – à l’université de Zurich, où De Sanctis, exilé, enseigne de 1856 à 18609. Comme le remarque Antonio Palermo, De Sanctis n’a pas, malgré les témoignages d’un échange intense entre les deux hommes, fait sien l’usage systématique et « programmatique » du terme « Renaissance » formulé par son collègue et ami suisse. Bien que, comme nous l’avons dit, l’emploi par De Sanctis de Rinascimento dans un sens absolu soit attesté, Antonio Palermo a raison de souligner que : « è un fatto che proprio la desanctisiana Storia della letteratura italiana, l’opera che più avrebbe potuto coniugare la “cosa”, cioè la nuova lettura dell’età del Rinascimento […] “con la parola Rinascimento” come diceva Burckhardt, non lo fece »10. Rinascimento n’est, en effet, pas le mot que De Sanctis choisit le plus souvent pour désigner la « Renaissance ».

  • 11 Dans sa première leçon consacrée à La scuola liberale e la scuola democratica, De Sanctis affirme p (...)
  • 12 Dans ses Lezioni su Manzoni, De Sanctis parle de « Risorgimento dell’Italia » ; dans ses Lezioni su (...)

8Il lui préfère Risorgimento, qui est, au demeurant, le terme qu’il emploie le plus souvent parmi ceux que nous avons examinés, et surtout celui qu’il emploie dans la plus grande variété d’acceptions. On peut, cependant, remarquer quelques récurrences importantes. De Sanctis utilise ce mot seul – au sens absolu, accompagné souvent d’une majuscule et/ou de guillemets – pour qualifier la Renaissance, et non le Risorgimento11. Lorsqu’il veut parler du Risorgimento tel que nous l’entendons aujourd’hui, De Sanctis ajoute toujours un complément ou un attribut, et écrit alors : « Risorgimento nazionale » ou « Risorgimento dell’Italia »12. Cela correspond parfaitement aux indications chronologiques que l’historien Alberto Mario Banti donne quant à l’évolution du mot Risorgimento : la signification politique fait son apparition dès les années 1830 en Italie, mais le terme n’acquiert une dimension historiographique et une périodisation propres que dans les années 1880 et 1890, notamment avec les textes de Tivaroni (Storia critica del Risorgimento italiano, 1887-1897) et de Carducci (Letture sul Risorgimento italiano, 1895-1896). Ce n’est qu’alors, pourrions-nous ajouter, que le couple Rinascimento/Risorgimento se scinde, pour caractériser absolument et séparément deux périodes distinctes. L’œuvre de De Sanctis se trouve, manifestement, en amont de cette scission.

  • 13 Pour être plus exact, De Sanctis parle une fois de « vero risorgimento », en l’opposant à « restaur (...)
  • 14 F. De Sanctis, Giuseppe Parini dans Id., Scelta di scritti critici e ricordi, op. cit., p. 261-286.

9Par ailleurs, l’examen des occurrences du terme risorgimento chez De Sanctis nous montre que, malgré la grande variété sémantique recouverte par ce mot, celui-ci n’est jamais utilisé pour désigner le renouvellement des Lettres italiennes au xviiie et au xixe siècle : il n’est donc jamais utilisé pour désigner précisément ce que nous avons, dans ce numéro de Laboratoire italien, appelé le Risorgimento delle Lettere13. Cela ne signifie pas pour autant que De Sanctis ignore ce concept. Il lui attribue, au contraire, une très grande importance et en fait un pivot essentiel de sa construction historiographique, mais il a recours à des formulations différentes pour le qualifier. Cela apparaît clairement dans les textes de 1871 sur Parini et sur Foscolo : deux poètes que De Sanctis considère comme les expressions fondamentales d’un besoin de renouveau, aussi profond qu’urgent, des Lettres et de la conscience italiennes à la fin du xviiie siècle. Il est donc, dans les pages consacrées à ces auteurs, largement question d’un Risorgimento delle Lettere, mais De Sanctis lui préfère d’autres mots : rinnovamento, lorsqu’il parle de « rinnovamento letterario », de « rinnovamento del contenuto, che dovea portar seco anche il rinnovamento della forma » ; rinascere et ses dérivés, lorsqu’il affirme qu’avec Parini « rinasce l’uomo […] rinasce l’arte » et « potea nascere una nuova letteratura » ; ou encore ristaurazione (parfois écrit ristorazione) lorsqu’il déclare que « in questo rinnovamento del contenuto nella coscienza, in questa ristaurazione dell’uomo nell’arte, si afferma la nuova letteratura di rimpetto a quella vacua forma dove si esauriva l’antica »14.

  • 15 Dans la Storia della letteratura italiana, au sujet des auteurs romantiques et de leur mépris de la (...)

10Nous voudrions avancer une hypothèse assez simple pour expliquer les réserves de De Sanctis quant à l’emploi du terme risorgimento dans cette acception particulière. Les textes de De Sanctis montrent bien, en effet, qu’à ses yeux les écrivains de la fin du xviiie siècle et du xixe siècle ont pour principal défi, et même devoir, de ne pas se contenter d’un renouvellement qui ne concernerait que la littérature et les arts, la langue et les formes. Un tel renouvellement ne ferait, en somme, que proposer le modèle déjà réalisé des siècles auparavant par la Renaissance : modèle auquel De Sanctis donne précisément, à plusieurs reprises, le nom de « risorgimento delle arti », « della coltura » etc. Or, De Sanctis considère ce « risorgimento delle lettere » propre à la Renaissance comme largement insuffisant. En d’autres termes, s’ils veulent préparer et permettre un véritable risorgimento politique de leur nation, ces écrivains du xviiie et du xixe siècles doivent aspirer à un renouvellement plus profond : un renouvellement de l’homme et des consciences. Telle est l’ambition d’un Foscolo, d’un Parini et d’un Alfieri et c’est en cela que De Sanctis les considère comme les premiers représentants non seulement d’une nouvelle littérature, mais d’un changement plus radical, visant à transformer le caractère des Italiens, à restaurer leurs valeurs idéales et à les préparer aux grands bouleversements du Risorgimento politique qui surviendront au siècle suivant15.

11L’analyse lexicale de ces textes nous dit, en conclusion, que le Risorgimento delle Lettere n’est pas une formule de De Sanctis et ne pourrait pas l’être car elle recouvre une autre réalité littéraire et historiographique que De Sanctis voit, à maints égards, comme un contre-exemple. En revanche, la catégorie historiographique qui s’est profilée dans les différents articles de ce numéro de Laboratoire italien, manifestant la volonté, de la part de certains écrivains du xviiie et du xixe siècles, de participer au renouvellement de l’Italie après ce qu’ils considèrent comme une longue saison présumée de décadence, non pas tant littéraire ni culturelle que, surtout, morale et politique entamée par la Renaissance, est bel et bien présente dans l’œuvre de De Sanctis, fonctionnelle et même structurelle dans sa conception de l’histoire italienne.

  • 16 F. De Sanctis, La scienza e la vita, Naples, Morano, 1872 (aujourd’hui, version accessible sur www. (...)

12Au demeurant, si le terme n’est pas desanctisien, le Risorgimento des Lettres est bien une catégorie desanctisienne. Elle a une valeur historiographique, mais elle est également pourvue d’une dimension morale, dans l’opposition qu’elle suppose entre deux âges de la civilisation italienne, la Renaissance et le Risorgimento, ou du moins dans le jugement sévère qu’elle semble porter sur la première. Cette condamnation morale de la Renaissance, dont les hommes de Lettres du xixe siècle sont censés tirer une leçon historique et éthique majeure, comme d’un véritable contre-modèle, est confirmée dans le célèbre discours prononcé en 1872 à l’université de Naples et intitulé La scienza e la vita. De Sanctis y affirme l’insuffisance relative et l’infériorité de la « science » vis-à-vis de la « vie » : si les énergies morales de la seconde commencent à faire défaut à un peuple, comme cela est arrivé en Italie à la Renaissance, toute la science et l’art du monde ne sauraient y suppléer et ne peuvent suffire à le relever. Dans son pessimisme, De Sanctis va jusqu’à déclarer que souvent la science ne fait qu’accélérer le processus de décadence auquel les forces vitales d’une nation sont soumises : « La scienza cresce a spese della vita. Più dai al pensiero e più togli all’azione. Conosci la vita, quando la ti fugge dinanzi, e te ne viene l’intelligenza, quando te n’è mancata la potenza. » Aussi son jugement moral sur la Renaissance tombe-t-il sans ambages : « Il rinascimento intellettuale in Italia fu il principio della sua decadenza. Maggiore era la coltura, e più vergognosa era la caduta. »16

13Toutefois, s’il est vrai que chez De Sanctis, comme chez nombre d’auteurs du xixe siècle, la condamnation morale de la Renaissance tend à devenir une définition en creux de ce que devrait être un véritable renouvellement des Lettres et des consciences italiennes, la vision que De Sanctis propose de l’antithèse Renaissance/Risorgimento est beaucoup plus nuancée et problématique que ne l’ont fait apparaître les lectures et la canonisation postérieures de ce paradigme.

La catégorie Risorgimento delle Lettere dans l’historiographie desanctisienne

14Considérons d’abord le dessein général de la Storia della letteratura italiana. Celle-ci est composée de deux volumes, dans lesquels De Sanctis développe de manière très inégale – d’un point de vue quantitatif d’abord – son récit sur les différents siècles et auteurs de la littérature italienne. S’il écrit plus d’une centaine de pages sur Dante, par exemple, il ne consacre qu’un seul et dernier chapitre, intitulé « La nuova letteratura », à la période et aux auteurs du Risorgimento delle Lettere. Les études sur la correspondance de De Sanctis, notamment avec son éditeur Morano, ont montré qu’il y a à cela une explication d’abord strictement matérielle. De Sanctis n’avait respecté aucun des engagements – en termes d’échéances et de limites de pages – pris auprès de Morano. Un seul volume était prévu dans le projet initial pour toute l’histoire de la littérature, mais venu à bout du deuxième volume au terme d’un retard considérable, De Sanctis était encore loin d’avoir achevé son œuvre. C’est donc sous la pression, même financière, de son éditeur qu’il renonce à traiter convenablement la période qui nous intéresse ici. Il évoque alors à plusieurs reprises la possibilité d’un troisième volume, publié ailleurs ou à ses frais et rédige, dans cette optique, les saggi sur Foscolo et Parini qu’il publie dans Nuova Antologia en 1871 : ces derniers sont, à bien des égards, plus complets que les pages consacrées à ces auteurs dans le dernier chapitre de la Storia. Les leçons sur Manzoni et sur l’Ottocento – dans lesquelles on trouve notamment une analyse de Leopardi, de Berchet et de Mazzini – s’inscrivent aussi vraisemblablement dans l’optique d’un travail propédeutique à la rédaction du troisième volume, qui aurait dû avoir pour objet le Risorgimento delle Lettere.

15Ce volume n’ayant toutefois jamais été écrit, il ne nous reste que ces textes épars et ce seul chapitre de la Storia pour comprendre le jugement que De Sanctis portait sur le Risorgimento delle Lettere, et sur le rôle qu’il lui attribuait véritablement dans l’histoire italienne. Sans vouloir diminuer l’importance du facteur éditorial et contingent, en grande partie indépendant de la volonté de De Sanctis, il nous semble légitime de nous interroger sur les raisons plus intrinsèques de ce qu’il faut appeler, en tout état de cause, une incomplétude.

  • 17 Voir notamment l’article de M. de las Nieves Muñiz Muñiz, « Il diagramma storico-letterario di De S (...)
  • 18 S. Jossa, L’Italia letteraria, Bologne, Il Mulino, 2006, p. 49.
  • 19 F. De Sanctis, Storia della letteratura italiana, vol. II, op. cit., p. 884.

16La thèse d’un Risorgimento delle Lettere qui marquerait, d’abord au xviiie siècle avec les Lumières, puis surtout au xixe siècle avec le Romantisme, un refus de la Renaissance – doublée parfois d’un retour au modèle du Moyen Âge et du Christianisme –, est une thèse essentielle à la construction historiographique de De Sanctis. Les études sur les histoires littéraires publiées avant 1870 ont démontré qu’elle n’est ni l’apanage ni l’invention de De Sanctis et que de nombreux écrivains et historiens de la littérature italienne ont proposé ce modèle interprétatif avant lui17. La Storia della letteratura italiana n’en constitue pas moins, pour celui-ci, un moment de consécration. Elle propose une histoire particulière, faite de discontinuité et de dépassements, qui n’est pas sans rappeler d’autres récits identitaires italiens, refusant la période immédiatement précédente pour récupérer l’héritage antérieur. Récemment, Stefano Jossa a mis en lumière ce phénomène qu’il qualifie de récurrent dans la tradition italienne dès le siècle de Dante, dans son ouvrage L’Italia letteraria : un « movimento ad arco […] che salta la stagione recente ricongiungendosi a un passato illustre »18. Ainsi la Renaissance rejette-t-elle le Moyen Âge pour redécouvrir l’Antiquité tandis que le Romantisme rejette à son tour la Renaissance pour redécouvrir le Moyen Âge : « Chi ricorda l’entusiasmo letterario del Rinascimento, può avere un giusto concetto di questo entusiasmo filosofico del secolo decimottavo. I fenomeni erano i medesimi. Allora si chiamava « barbarie » il medio evo ; ora si chiama « barbarie » medio evo e Rinascimento », écrit De Sanctis dans sa Storia19. Il décrit à plusieurs reprises ce mouvement caractéristique, qui constitue l’architecture autour de laquelle il échafaude aussi bien son système général que le détail de ses analyses et qui nous permet de lire d’un bout à l’autre sa Storia, de la lire comme une histoire reliée par un fil rouge.

17Mais si ce mouvement constitue l’ossature du système historiographique de De Sanctis, l’absence d’un troisième volume qui, en décrivant le Risorgimento delle Lettere, donnerait à voir précisément le dépassement de la décadence entamée par la Renaissance, parachevant ainsi un cycle, apparaît d’autant plus surprenante. N’est-il pas légitime de se demander si cette absence est le fait d’une carence plus profonde et d’un doute qui serpente chez De Sanctis lui-même, quant à la pertinence de ce système et/ou quant au succès effectif de ce Risorgimento delle Lettere ?

18Plusieurs éléments semblent étayer cette hypothèse dans l’analyse des occurrences lexicales que nous avons relevées. Dans son texte de 1869 sur Guicciardini, De Sanctis s’interroge sur ce qu’il appelle le « problème historique » de la Renaissance et qui apparaît comme un moment essentiel dans sa réflexion sur l’histoire italienne. Il déclare alors :

Il problema storico di quell’epoca non mi pare sia stato ancora posto e discusso e svolto con grande esattezza.

  • 20 F. De Sanctis, L’uomo di Guicciardini, dans Id., Scelta di scritti critici e ricordi, op. cit., p.  (...)

Il problema è questo : l’Italia a quel tempo era salita al più alto grado di potenza, di ricchezza e di gloria, e nelle arti e nelle lettere e nelle scienze toccava già quel segno a cui poche nazioni e privilegiate sogliono giungere, e da cui erano allora lontanissime le altre nazioni, ch’ella chiamava con romana superbia « i barbari ». Eppure, al primo urto di questi barbari, l’Italia, come per improvvisa rovina, crollò, e fu cancellata dal numero delle nazioni.20

19Nous sommes en 1869, au moment même où De Sanctis s’est engagé dans la rédaction de sa Storia. Mais à cette date, ce problème n’est manifestement pas résolu à ses yeux. De Sanctis n’est pas positivement certain que l’Italie se soit relevée de la décadence de la Renaissance, comme le prouve le passage suivant, qui dénote la permanence d’un doute poignant et terrible pour De Sanctis, qui se demande encore :

  • 21 F. De Sanctis, L’uomo del Guicciardini, op. cit., p. 212.

Per quali cause l’Italia sotto le forme della più rigogliosa sanità, era pure in tale dissoluzione e corruttela, che al primo cozzo coi barbari perdè tutto, anche l’onore, e per più secoli scomparve dalla storia con sì profonda caduta, che anche oggi è dubbio se la sia risorta davvero.21

20Ce doute, en réalité, est loin d’être isolé et nous renvoie une image en clair-obscur de ce xixe siècle en général, et de ce renouvellement des Lettres italiennes en particulier, dont on n’est pas certain qu’ils aient su tenir toutes leurs promesses.

  • 22 C. Dionisotti, Geografia e storia della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 1967, p. 12-15 et p.  (...)

21S’il est indéniable, en effet, que De Sanctis voit réalisées dans l’œuvre et la personnalité d’Alessandro Manzoni nombre des aspirations spirituelles et morales qui lui paraissent nécessaires à un redressement national – tant et si bien que Dionisotti parlera d’un aboutissement idéal de la Storia dans la figure de Manzoni22 –, il n’en reste pas moins que son jugement sur les auteurs italiens précédents, qui ont rendu possible et façonné le Risorgimento delle Lettere, est beaucoup plus nuancé. Malgré son enthousiasme et malgré la sympathie réelle qu’il affiche à leur égard – De Sanctis n’hésite pas à écrire, à propos d’Ugo Foscolo par exemple : « anch’io mi sento attrarre da questa universale simpatia » –, il révèle leurs faiblesses avec une certaine acuité.

  • 23 F. De Sanctis, Alessandro Manzoni, op. cit.

22Il accuse notamment l’œuvre d’Alfieri et de Foscolo – à l’exception des Tombeaux – d’être une littérature malade d’idéal. Dans le système de pensée hégélien revendiqué par De Sanctis, l’idéal, loin de revêtir une fonction exclusivement négative, constitue un moment essentiel et nécessaire du devenir historique. Par ailleurs, cet idéal dont est atteinte la littérature du Risorgimento delle Lettere relève, à ses yeux, de la plus grande noblesse, car il est avant tout idéal d’unité et de libération pour l’Italie. Mais les termes utilisés par De Sanctis ne prêtent en l’occurrence à aucune ambiguïté : c’est bien un regret et un jugement négatif de sa part que d’affirmer que cette littérature est coupée du réel et qu’elle est, de ce fait, porteuse d’une certaine vacuité rhétorique. Aussi dénonce-t-il le caractère « ideale » de la littérature moderne « dalla seconda metà del secolo [xviii], che prepara il Risorgimento dell’Italia : ideale troppo giovane per avere una compiuta realtà e che ha un riscontro nello scarno di Alfieri, e nel rettorico della Teresa nell’Jacopo Ortis »23.

  • 24 Id., Giuseppe Parini, op. cit., p. 269.

23D’autre part, De Sanctis porte sur Giuseppe Parini, qu’il décrit pourtant comme « il primo poeta della nuova letteratura che sia uomo », un jugement de prime abord surprenant24. L’un des grands mérites de Parini serait, d’après lui, de ne pas avoir cédé à la mode de la gallomanie de son époque, et d’avoir cherché les sources du renouvellement des Lettres italiennes dans le patrimoine culturel national. De Sanctis déclare en effet : « Le nuove idee non gli parevano necessariamente roba di Francia, le trovava in casa propria, e le ripescò negli antichi padri del nostro rinnovamento, e attese a dare a quelle la forma di Ariosto e Galileo. Tal fu l’originalità del nostro Parini. Rinasce in lui l’uomo, e con lo schietto stampo italiano » (ibid., p. 269). Ces commentaires ont quelque chose de paradoxal, dans la mesure où c’est précisément chez les auteurs les plus représentatifs des siècles de la Renaissance et de la décadence présumée de l’Italie que Parini est censé puiser la source d’un renouvellement qui n’est autre que le dépassement de cette même Renaissance. Cette aporie n’échappe pas à De Sanctis qui, après s’être félicité de cette spécificité de Parini, la regrette quelques pages plus loin, car il y voit, en définitive, une carence de cette littérature dans sa tentative de se rénover. De Sanctis déclare :

La letteratura rinasce con due difetti di origine. Da una parte, come reazione alla vuota forma, vi si dà troppa importanza al contenuto, e, se guadagna di serietà, vi è debole il sentimento puro dell’arte, l’ingenuità e la spontaneità della prima ispirazione. Ci si vede una letteratura elaborata nelle alte cime dell’intelligenza, non uscita dal popolo, non scesa in mezzo al popolo. D’altra parte, come reazione al francesismo, si rappicca al passato, e per fastidio del moderno ti riproduce l’antico. Rinasce riflessa e classica. (Ibid., p. 285)

24Ce passage résume en quelques lignes les défauts non seulement de l’œuvre de Parini, mais de toute cette nouvelle littérature. De Sanctis y dénonce les tares d’origine de ce Risorgimento delle Lettere au moment même de sa naissance, qui sont au nombre de deux. La première consiste en un écart constaté et regretté entre le monde des Lettres et le « peuple italien » : De Sanctis juge, en effet, la nouvelle littérature trop idéale et trop éloignée de la réalité de l’histoire et du pays. La seconde concerne son aspect pour ainsi dire auto-référentiel qui, en reprenant le modèle des classiques et notamment des maîtres de la Renaissance, ne parvient pas à s’ouvrir totalement à la réalité moderne et à accueillir la nouveauté.

  • 25 M. de las Nieves Muñiz Muñiz, art. cité, p. 60 et p. 65.

25De Sanctis formule en cette occasion deux réserves importantes qui, sans entamer radicalement le jugement positif porté sur ces auteurs, nous obligent à reconsidérer le paradigme desanctisien comme un paradigme historiographique et littéraire moins linéaire qu’il n’y paraît. Nous arrivons ainsi à une conclusion semblable à celle qu’exprimait récemment Maria de las Nieves Muñiz Muñiz, qui identifie dans la Storia della letteratura italiana la coexistence de deux « diagrammes » superposés : « l’uno monogenetico e lineare », partant de Dante et aboutissant idéalement à Manzoni, et l’autre « più articolato e contraddittorio », partant de Pétrarque et aboutissant à Leopardi, qui pose des problèmes plus qu’il ne conduit à une résolution spirituelle et morale de l’identité italienne25. La thèse d’un Risorgimento delle Lettere se trouve, en quelque sorte, au point de confluence de ces deux paradigmes. Dans sa version canonique et rassurante, elle constitue l’un des axes fondamentaux du paradigme historiographique du xixe siècle, attribué à De Sanctis, selon lequel la nouvelle littérature aurait préparé idéalement et moralement le redressement de la nation italienne, en s’opposant au modèle de la Renaissance et de sa décadence présumée. Mais l’analyse des occurrences lexicales et le détail des jugements portés sur les écrivains majeurs de cette littérature, ainsi que le constat d’une carence structurelle dans le dessein même de la Storia della letteratura italiana, auquel manque le troisième volume qui serait consacré à ce Risorgimento delle Lettere, révèlent au contraire une vision plus contrastée, plus problématique et peut-être plus moderne de la situation italienne.

26Il est, en effet, saisissant de constater à quel point les deux faiblesses pointées du doigt par De Sanctis, lorsqu’il parle de Parini et de la nouvelle littérature – à savoir, le manque de lien avec le peuple et le caractère trop littéraire de l’identité italienne –, constituent, tout au long du xxe siècle avec la célèbre interprétation que donna Gramsci du Risorgimento, deux topoi du discours sur les carences non seulement de la littérature de cette période, mais du Risorgimento tout court. Ces réserves importantes et clairvoyantes exprimées par De Sanctis n’ont pourtant pas été prises en compte par les contemporains ni par ceux qui participèrent, par la suite, à la canonisation de la Storia della letteratura italiana. La tradition ne semble avoir retenu que la vision la plus caricaturale du paradigme desanctisien du Risorgimento delle Lettere, laissant systématiquement apparaître ce dernier, dans son opposition définitoire à la Renaissance, comme une polarité toute positive. En réalité, l’analyse détaillée des textes de De Sanctis révèle qu’il n’y a rien de manichéen dans la présentation de ces deux époques. Elle nous conduit plutôt à la conclusion que pour De Sanctis, à maints égards, le « problème historique » de la Renaissance s’est doublé d’une dimension morale et qu’il n’a pas été résolu par le Risorgimento delle Lettere. Cet héritage problématique, de la Renaissance au Risorgimento, se retrouve encore dans la discussion que les deux philosophes, Croce et Gentile, entamèrent à partir des années vingt.

L’héritage de deux idéalistes et l’antithèse Renaissance / Risorgimento delle Lettere

  • 26 Le « retour à De Sanctis » prôné par les deux philosophes fait déjà l’objet de plusieurs travaux : (...)
  • 27 L’appel à De Sanctis, sous la plume de Gentile en 1933, sonne comme un véritable cri de guerre cont (...)

27Croce et Gentile ne prônent pas leur « retour à De Sanctis » au même moment ni pour les mêmes raisons26 : Croce le fait dès 1895, alors qu’il est engagé dans sa lutte contre la culture positiviste et contre l’école dite du « metodo storico », alors que Gentile le fait durant le Ventennio fasciste, en prenant position, par le biais de De Sanctis, contre Croce lui-même, et en suscitant la réaction de ce dernier27. Nous nous intéresserons ici exclusivement à ce deuxième « retour à De Sanctis » car, d’une part, le thème du Risorgimento delle Lettere s’y avère déterminant et, d’autre part, il offre l’occasion d’un affrontement entre les deux philosophes, dévoilant deux visions opposées de l’histoire et de la littérature italiennes, mais aussi plus largement deux visions opposées du rôle joué par les lettrés au sein et au service de la nation. Dans cette perspective, nous privilégierons les textes écrits par Croce et Gentile durant la seule période fasciste, bien qu’ils ne soient représentatifs que d’un moment précis de leur réflexion pluri-décennale sur ces questions et qu’ils doivent être, en tant que tels, replacés dans le contexte d’origine et dans les enjeux du débat très particulier qui les a vus naître. S’ils ne donnent – notamment dans le cas de Croce – qu’une image très incomplète du travail mené par les deux philosophes sur l’œuvre de De Sanctis, ces textes et ce débat sont révélateurs de la dimension morale et, partant, idéologique que prend alors le paradigme historiographique du Risorgimento delle Lettere, que l’on opposait, de manière caricaturale, à la Renaissance. En effet, au cœur de ce débat entre Gentile et Croce relisant De Sanctis, on retrouve non seulement l’héritage historiographique d’un xixe siècle diversement revendiqué et interprété, mais aussi l’écho de thèmes que l’actualité italienne, avec sa politique totalitaire visant à enrégimenter le milieu culturel et académique, a rendus brûlants.

  • 28 E. Ghidetti, Il tramonto dello storicismo. Capitoli per una storia della critica novecentesca, Flor (...)

28Commençons par Croce : nombre de commentateurs ont déjà remarqué la manière dont, dès le début du xxe siècle, il inscrit sa production critique sur les auteurs du xixe siècle dans une continuité affichée avec De Sanctis. Croce n’est pas uniquement l’homme qui s’est chargé d’éditer les œuvres de De Sanctis pour les presses de Laterza, il est aussi celui qui a voulu, d’une certaine manière, prolonger leur sillage. Dans sa revue La Critica, les nombreux textes que Croce consacre pendant près d’un demi-siècle à cette période de la littérature apparaissent sous la rubrique « Nuova Letteratura », faisant ainsi explicitement référence au titre du dernier chapitre de la Storia de De Sanctis. Enrico Ghidetti parle d’un « intento di riprendere, là dove si era fermata, l’indagine sulla letteratura ottocentesca di Francesco De Sanctis »28. Tout se passe, en effet, comme si Croce voulait écrire le troisième volume manquant, ce volume du Risorgimento delle Lettere que De Sanctis n’a pas écrit.

  • 29 B. Croce, Rileggendo il discorso del De Sanctis, dans Cultura e vita morale, Bari, Laterza, 1926, p (...)

29À bien des égards, pourtant, Croce, fidèle et dévoué héritier de la leçon desanctisienne, ne semble pas être le critique le plus à même de mener à bien cette entreprise dans le respect de l’esprit de son maître. En effet, non seulement il ne partage pas le postulat qui sous-tend la catégorie historiographique et littéraire du Risorgimento delle Lettere, mais il y est même résolument hostile. C’est ce que révèle la lecture de deux textes écrits par Croce au début et à la fin du Ventennio fasciste. Le premier, qui s’intitule Rileggendo il discorso di De Sanctis sulla « Scienza e la vita » et date de 1924, est, comme son nom l’indique, une réaction au célèbre discours de De Sanctis où celui-ci portait un jugement défavorable sur la Renaissance. C’est précisément sur la légitimité d’un tel jugement que revient Croce dans son texte : il refuse de voir dans la Renaissance et dans les siècles suivants une forme quelconque de décadence morale dont se serait relevé le xixe siècle grâce à un Risorgimento delle Lettere. Croce renverse la perspective, pour affirmer que la présence de grands esprits tels que Machiavel à l’époque la plus sombre de l’histoire italienne est plutôt un signe positif de vitalité au moins potentielle de l’esprit italien : « in tempi di generale decadimento, fu essa dunque qualche cosa che non decadde ». La « science » et la « vie » ne sont donc jamais opposées, dans la vision que revendique Croce en 1924, qui conclut en invitant ses lecteurs à « non proseguire nelle querele contro il pensiero, il quale come si pretende, ucciderebbe l’azione e la bellezza, perché il pensiero non commette fratricidi : quel fratello (si stia tranquilli su questo punto) non uccide quelle sorelle, né quelle sorelle quel fratello »29.

  • 30 Croce se défend de manière plus directe et virulente contre les attaques anti-intellectualistes for (...)

30Dans son refus de séparer la « science » de la « vie » et de porter un jugement moral sur les étapes de l’histoire italienne, Croce s’engage, simultanément et de manière polémique, sur deux niveaux et deux terrains différents. D’une part, son texte est une défense contre l’anti-intellectualisme déjà diffus dans l’Italie fasciste des années vingt, qui ne fera que croître dans les années suivantes, y compris sous l’impulsion de Gentile. Cette polémique anti-intellectualiste tend à caricaturer la figure de l’érudit – dont Croce devient le parangon – comme l’homme qui se réfugie dans la « science » pour éviter de s’engager dans la « vie »30. D’autre part – et sur un plan qui n’est plus celui de l’actualité politique –, Croce révèle clairement, par ce refus, qu’il ne souscrit pas à la thèse d’un Risorgimento delle Lettere sur laquelle s’est articulée l’historiographie littéraire du xixe siècle. Il en conteste, en effet, le fondement à la fois idéal et historique. Loin de toute idée de rupture et de renouvellement radical, Croce s’efforce de montrer la continuité dans l’histoire italienne, entre la Renaissance et le Risorgimento. Tel est encore l’objectif du second texte, datant de 1939, La Crisi italiana del Cinquecento e il legame del Rinascimento col Risorgimento. Croce insiste, dans ces pages, sur l’importance de la « science » et des lettres durant les siècles dits de « décadence » italienne, qui constituent pour lui, contrairement à ce qu’affirmait De Sanctis, un instrument réel et positif de civilisation. Croce considère la fortune de la thèse d’un Risorgimento delle Lettere au xixe siècle comme le produit, historiquement déterminé, du regard passionné que les hommes du Risorgimento – De Sanctis in primis – avaient porté sur le passé italien le plus proche, dont ils avaient été, par leur engagement politique, des acteurs importants.

  • 31 B. Croce, « La crisi italiana del Cinquecento e il legame del Rinascimento col Risorgimento », La C (...)

La passione del Risorgimento […] trasferendo nel passato i suoi amori e i suoi odi, contribuì non solo a porre un hiatus tra Rinascimento e Risorgimento, ma soprattutto a rendere reciprocamente estranee le due età ; sicché, quando si ricercò un riattacco ideale lo si trovò, con maggiore consenso dell’immaginazione, nel medioevo e nell’età comunale, e il Rinascimento parve l’età del paganesimo e del materialismo italiano, di un’Italia sensuale e gaudente e letterata e retorica, contro la quale gli italiani nuovi avevano il dovere di reagire. Dimostrare che il Risorgimento fu, sostanzialmente, la ripresa del Rinascimento, ossia del suo motivo razionale e insieme religioso, e che anche il hiatus tra i due della intermedia età di decadenza non è da intendere come distacco e decadenza totale, è stato l’oggetto di queste mie considerazioni.31

  • 32 Gentile a été beaucoup moins prolifique et influent que Croce en tant que critique littéraire, mais (...)

31Si Croce explique les motifs de l’historiographie du xixe siècle par la passion patriotique, c’est qu’il souhaite ainsi comprendre – dans un mouvement de l’esprit où l’empathie joue un rôle non négligeable – ce qui l’avait conduite à porter un jugement aussi sévère sur la Renaissance. Mais c’est aussi pour en souligner le caractère contingent et surtout illégitime, d’un point de vue théorique et absolu. Or, celui qui voudrait reprendre, au xxe siècle, le même paradigme historiographique ne bénéficierait désormais plus, selon Croce, de l’« excuse » et de l’indulgence dont bénéficient encore à ses yeux les patriotes du siècle précédent : c’est notamment le cas de Giovanni Gentile32.

32À bien des égards, en effet, Gentile propose une lecture du Risorgimento delle Lettere qui semble respecter davantage les positions de De Sanctis que ne le fait l’interprétation de Croce : celui-ci marquerait, pour Gentile, le début d’une prise de conscience, avant tout morale et spirituelle, chez les hommes de lettres, permettant de sortir enfin d’une longue phase de décadence italienne identifiée avec la Renaissance, et préparant l’avènement du Risorgimento politique. Même la terminologie utilisée par Gentile à ce sujet porte les traces évidentes du texte de De Sanctis : aussi Gentile oppose-t-il les écrivains de la Renaissance à ceux du Risorgimento, en accusant les premiers, contrairement aux seconds, d’avoir été des « artistes » avant d’être des « hommes » et en leur reprochant leur manque de « foi » en un idéal religieux ou politique.

33Il existe toutefois deux points essentiels sur lesquels la lecture de Gentile s’écarte aussi de la position de De Sanctis tout en en revendiquant l’héritage. Le premier tient au fait que, comme nous l’avons dit, Gentile tout comme Croce ne semblent tenir aucun compte des réserves exprimées par De Sanctis quant aux faiblesses du Risorgimento delle Lettere. Contrairement à De Sanctis et, plus tard, à Gramsci, les deux philosophes, tous deux idéalistes, ne reprochent jamais à cette littérature son idéalisme, c’est-à-dire son manque d’adhérence à la réalité plus concrète de l’histoire et du peuple italiens : comment, du reste, le pourraient-ils, eux qui proposent une vision de l’histoire empreinte d’un idéalisme plus profond encore ?

  • 33 F. De Sanctis, La scienza e la vita, op. cit.

34Le second point de divergence, par rapport au modèle desanctisien, apparaît clairement dans l’usage que Gentile fait du même discours déjà cité par Croce, La scienza e la vita. Non seulement Gentile reprend ici, contrairement à Croce, le jugement moral sévère porté par De Sanctis sur la Renaissance, mais il va jusqu’à établir un principe de causalité qui rend les arts et la pensée responsables des aspects négatifs de la praxis politique et éthique. En d’autres termes, il accuse la dissociation entre la « science » et la « vie » d’être à l’origine de la décadence de la Renaissance. Or, De Sanctis lui-même récuse explicitement cette causalité dans son discours, lorsqu’il affirme : « Così cominciò quella dissoluzione che Machiavelli chiamava corruttela italiana. Molti fanno di quella corruttela autrice la scienza, e non veggono che la scienza apparve quando la materia era già corrotta, apparve per risanare »33. Si De Sanctis juge donc la science et l’art comme insuffisants, incapables de suppléer à l’affaiblissement des forces vitales d’une nation, il ne les tient pas pour responsables de celui-ci. Il s’agit là d’une différence tout à fait essentielle, notamment au regard des implications idéologiques qu’elle comporte, au siècle suivant, dans le système de pensée de Gentile. C’est, en effet, au nom de cette causalité même que Gentile lance sa polémique contre les intellectuels qui ne s’engagent pas dans la vie morale et politique de leur pays, et se réfugient dans l’exercice érudit de leur art et de leur science. Et c’est encore au nom de cette causalité qu’il justifie très officiellement sa propre adhésion au fascisme italien, comme le révèle son célèbre discours, prononcé le 8 mars 1925 dans la Sala dei Cinquecento du Palazzo della Signoria à Florence, qui s’intitule Che cosa è il fascismo. Pour étayer les raisons de son engagement, Gentile introduit dès le début de son oraison l’idée d’un renouvellement profond de l’Italie auquel aspire le fascisme, et qui est présenté comme l’aboutissement d’une tradition nationale, mais aussi d’une mission individuelle :

  • 34 G. Gentile, Che cosa è il fascismo, dans Politica e cultura, Opere, Florence, Le lettere, vol. XLV, (...)

Noi vediamo due Italie innanzi a noi : una vecchia e una nuova : l’Italia dei secoli, che è la nostra gloria ma anche una triste eredità, che ci grava le spalle e ci pesa sull’anima : ed è pure, diciamolo franco, la vergogna, di cui noi vogliamo lavarci, di cui dobbiamo fare ammenda.34

  • 35 Ibid., p. 12-13.

35Or, le « triste héritage » dont l’Italien du xxe siècle a honte, cette « autre » et « vieille » Italie dont il s’agit de s’amender, n’est autre que l’Italie de la Renaissance. Si elle fait l’objet de l’admiration et des éloges du concert des nations étrangères, la Renaissance n’en est pas moins le berceau de la décadence. Elle n’aurait produit, selon Gentile, que « Letteratura vuota, superficiale senz’anima » sans jamais réussir à produire « un homme » digne de ce nom35. Pour Gentile, il faut attendre la deuxième moité du xviiie siècle et l’avènement d’un Risorgimento delle Lettere pour qu’enfin les hommes de lettres renaissent dans leur intégrité morale. Voici comment Gentile définit Alfieri dans son discours :

  • 36 Ibid., p. 19.

[…] un altro precursore o profeta (come egli stesso si definisce) di un’Italia opposta a quella del Rinascimento : Vittorio Alfieri. Un altro italiano che non ride : […] e ha il culto anche lui delle « lettere » ma per risolvere questo problema, che è il suo problema e il problema dell’Italia della fine del Settecento e dell’alba del secolo seguente : il problema dell’uomo. Egli sente che non può esser letterato chi non è uomo, un carattere, una volontà. […] porsi come una persona libera e padrona di sé, nel proprio essere particolare, ma anche nella propria coscienza di cittadino, di italiano, e così di uomo che sia veramente uomo : questo il problema letterario di Alfieri, che è anche il problema morale di tutti gli uomini, e il problema degl’italiani che cominciano a riscotersi dalla torbida soggezione spirituale agli stranieri, a sentirsi italiani, e ad avvertire quel che ad essi occorre per non restare al disotto delle altre nazioni : non restarvi moralmente, per non restarvi politicamente.36

  • 37 F. De Sanctis, Storia della letteratura italiana, op. cit., p. 912 : Alfieri est présenté comme « l (...)

36La référence à De Sanctis est explicite dans ce texte par le jeu des citations. On y trouve, bien entendu, l’allusion à « l’uomo nuovo » – c’est ainsi que De Sanctis définissait Alfieri37 – mais aussi la lourde insistance sur le « problème » de l’Italie. Le « problème » de la Renaissance que dénonçait déjà De Sanctis était « historique », pour reprendre ses termes : il est devenu moral et politique, et il est surtout devenu le problème du Risorgimento delle Lettere. Mais si De Sanctis, rappelons-le, émettait de graves doutes quant à la capacité de son siècle à résoudre ce « problème », laissant ainsi apercevoir une vision de l’histoire italienne à la fois plus problématique et moins linéaire que ne le transmet généralement la tradition interprétative à ce sujet, Gentile, quant à lui, adhère, dans son discours, à une vision beaucoup plus simple et optimiste. Tout comme, au xixe siècle, le Risorgimento delle Lettere devait permettre la victoire de la Nouvelle Italie sur l’ancienne, au xxe siècle le fascisme doit le relayer dans ce même combat, inoculant une nouvelle vigueur à l’esprit du Risorgimento :

[Il fascismo] ha scosso un’altra volta con mano possente la coscienza degl’italiani affinché ricordassero d’esser figli d’Italia e si ricordassero delle condizioni, che resero possibile questa Italia, fin dal suo primo Risorgimento ; delle condizioni che diedero ai nostri padri il modo di vergognarsi dell’antico servaggio, uscire dall’inerzia, liberarsi dal vecchio abito della rettorica e della letteratura, cominciare a parlare seriamente di libertà.

  • 38 G. Gentile, Che cosa è il fascismo, op. cit., p. 26-27.

Il fascismo è ritornato allo spirito del Risorgimento […].38

37Nous avons cité plusieurs passages de ce discours, qui a eu un impact déterminant sur la destinée de son orateur, pour donner à voir les renvois explicites mais aussi l’écart entre le modèle desanctisien et la lecture qu’en propose Gentile : écart différent, mais non moins profond que celui que l’on a pu constater chez Croce. Les relectures de Croce et de Gentile, dans leurs différences et même dans leur opposition, se rejoignent toutefois en un point commun, qui est propre à la canonisation du modèle desanctisien. Toutes deux attribuent, en effet, à De Sanctis une définition du Risorgimento delle Lettere comme antithèse de la Renaissance et ignorent totalement les réserves émises par De Sanctis sur le Risorgimento delle Lettere. Par ailleurs, le discours de Gentile illustre, plus clairement encore que les textes de Croce, à quel point le Risorgimento delle Lettere, en glissant du statut de catégorie historiographique au statut de catégorie morale, est devenu un enjeu idéologique et politique au xxe siècle. L’hypothèse d’un Risorgimento delle Lettere est présente là où, pour ainsi dire, on ne l’attendrait pas : jusque dans un discours officiel, répondant à tous les critères de la rhétorique fasciste et aux exigences de la propagande, scellant un pacte définitif entre l’un des intellectuels italiens les plus importants de son époque et le régime de Mussolini.Plus d’un siècle après sa première circulation, la notion d’un Risorgimento delle Lettere n’implique pas seulement une certaine conception de l’histoire et de la littérature italiennes, mais aussi et encore l’idée d’une mission morale et civile de l’homme de lettres et de sciences, participant activement au projet d’un renouvellement national.

Top of page

Notes

1 Voici la liste complète des textes retenus : « Alla sua Donna, poesia di Giacomo Leopardi » (paru une première fois dans Cimento en décembre 1855) ; le célèbre essai « Schopenhauer e Leopardi » (publié pour la première fois dans Rivista contemporanea en décembre 1858) ; « L’uomo del Guicciardini » ; « Ugo Foscolo » ; « Giuseppe Parini » (tous trois publiés pour la première fois dans la revue Nuova Antologia, respectivement en octobre 1869, juin 1871 et septembre 1871) ; La letteratura italiana del secolo xix, publié en 1953 par Laterza, et notamment les « Lezioni sul Manzoni » (un cours universitaire que De Sanctis a donné en mai et juin 1872, ensuite publié sous forme d’articles entre février 1872 et décembre 1873 dans Nuova Antologia) et les Lezioni sull’Ottocento (une série de cours universitaire tenus lors de l’année académique 1872-1873, puis en février-mai 1874) ; le discours La scienza e la vita, prononcé en 1872 à l’université de Naples et enfin la Storia della letteratura italiana publiée en deux volumes chez Morano entre 1870 et 1871.

2 Nous avons notamment recherché les termes risorgere, rinascere, rinnovare, ri(e)staurare, ri(e)surrezione, risveglio et leurs dérivés. Cette recherche a été menée en partie grâce à une lecture traditionnelle, et en partie grâce à des outils informatiques, en utilisant notamment la version numérique du texte de la Storia della letteratura italiana, des Lezioni et du discours Scienza e vita.

3 A. Quondam, Rinascimento e classicismi, dans Le parole che noi usiamo : categorie interpretative e storiografiche dell’Europa moderna, M. Fantoni et A. Quondam éd., Rome, Bulzoni, 2008, p. 33-96.

4 Non seulement Quondam, mais aussi l’historien Alberto Mario Banti sont récemment intervenus sur cette question : nous renvoyons à la brève entrée consacrée au terme risorgimento que Banti a rédigée dans L’Atlante culturale del Risorgimento. Lessico del linguaggio politico dal Settecento all’Unità, A. M. Banti, A. Chiavistelli, L. Mannori et M. Meriggi éd., Rome-Bari, Laterza, 2011, p. 33-39.

5 F. De Sanctis, « Alla sua Donna », poesia di Giacomo Leopardi, art. cité, à présent dans Id., Scelta di scritti critici e ricordi, Turin, UTET, 1986, p. 55.

6 « E se il destino gli avesse prolungata la vita infino al quarantotto, senti che te l’avresti trovato accanto, confortatore e combattitore » (F. De Sanctis, Schopenhauer e Leopardi, à présent dans Id., Scelta di scritti critici e ricordi, op. cit., p. 159).

7 F. De Sanctis, Settembrini e i suoi critici (1869), à présent dans Id., Scelta di scritti critici e ricordi, op. cit., p. 204. Sur cette question, voir le texte de R. Mordenti, Storia della letteratura italiana di Francesco De Sanctis, dans la collection Letteratura italiana, Le opere d’Einaudi (vol. III, Turin, Einaudi, 1995, p. 573-665) et, plus récemment, l’article de R. Antonelli, « De Sanctis e la storiografia letteraria italiana », Quaderns d’Italià, 16, 2011, p. 31-51.

8 Citons comme exemple ce passage de la Storia della letteratura italiana en ouverture du chapitre XI : « Siamo al secolo decimoquinto. Il mondo greco-latino si presenta alle immaginazioni come una specie di Pompei, che tutti vogliono visitare e studiare. L’Italia ritrova i suoi antenati […] : agl’italiani pareva avere racquistato la conoscenza e il possesso di sè stessi, essere rinati alla civiltà. E la nuova èra fu chiamata il “Rinascimento” » (F. De Sanctis, Storia della letteratura italiana, vol. I, Turin, Einaudi, 1958, p. 395-396).

9 A. Palermo, « Il “Rinascimento” e l’invenzione della “Storia della letteratura italiana” », Studi Rinascimentali, 2003, p. 163-167.

10 Ibid., p. 166.

11 Dans sa première leçon consacrée à La scuola liberale e la scuola democratica, De Sanctis affirme par exemple : « Il classicismo fu, quando nacque, chiamato risorgimento : era infatti il risorgimento della civiltà, uscita dalle tenebre del Medio evo, e che si ricongiungeva con Virgilio e Cicerone, con Platone ed Omero » (F. De Sanctis, La letteratura italiana nel secolo xix, F. Catalano éd., Bari, Laterza, 1953, vol. II, aujourd’hui accessible sur www.liberliber.it).

12 Dans ses Lezioni su Manzoni, De Sanctis parle de « Risorgimento dell’Italia » ; dans ses Lezioni sull’Ottocento, à propos de Cavour et de Garibaldi, il les présente comme les « fattori necessari del risorgimento nazionale » (F. De Sanctis, Scelta di scritti critici e ricordi, op. cit., p. 441).

13 Pour être plus exact, De Sanctis parle une fois de « vero risorgimento », en l’opposant à « restaurazione », pour qualifier l’œuvre de Manzoni (F. De Sanctis, La letteratura italiana nel secolo xix, L. Blasucci éd., Bari, Laterza, 1953, vol. I, accessible sur www.liberliber.it). Mais, dans cette occurrence, De Sanctis ne propose pas tant une catégorie historiographique qu’un jugement individuel sur Manzoni.

14 F. De Sanctis, Giuseppe Parini dans Id., Scelta di scritti critici e ricordi, op. cit., p. 261-286.

15 Dans la Storia della letteratura italiana, au sujet des auteurs romantiques et de leur mépris de la « vuota forma », De Sanctis fait remarquer que les écrivains partisans du classicisme partagaient déjà le même combat : « E sotto questa bandiera avevano militato Parini, Alfieri e Foscolo, e appunto la risurrezione del contenuto, la ristorazione della coscienza era il carattere della nuova letteratura » (F. De Sanctis, Storia della letteratura italiana, vol. II, op. cit., p. 962).

16 F. De Sanctis, La scienza e la vita, Naples, Morano, 1872 (aujourd’hui, version accessible sur www.liberliber.it).

17 Voir notamment l’article de M. de las Nieves Muñiz Muñiz, « Il diagramma storico-letterario di De Sanctis e la costruzione della identità italiana », Quaderns d’Italià, 16, 2011, p. 53-66.

18 S. Jossa, L’Italia letteraria, Bologne, Il Mulino, 2006, p. 49.

19 F. De Sanctis, Storia della letteratura italiana, vol. II, op. cit., p. 884.

20 F. De Sanctis, L’uomo di Guicciardini, dans Id., Scelta di scritti critici e ricordi, op. cit., p. 207. Voir à ce sujet M. Palumbo, « L’uomo del Guicciardini nella storiografia risorgimentale », Studi rinascimentali, 8, 2010, p. 69-73.

21 F. De Sanctis, L’uomo del Guicciardini, op. cit., p. 212.

22 C. Dionisotti, Geografia e storia della letteratura italiana, Turin, Einaudi, 1967, p. 12-15 et p. 27-30.

23 F. De Sanctis, Alessandro Manzoni, op. cit.

24 Id., Giuseppe Parini, op. cit., p. 269.

25 M. de las Nieves Muñiz Muñiz, art. cité, p. 60 et p. 65.

26 Le « retour à De Sanctis » prôné par les deux philosophes fait déjà l’objet de plusieurs travaux : citons, en particulier, la synthèse proposée par Raul Mordenti dans son texte, déjà cité, sur la Storia della letteratura italiana pour la Letteratura italiana Einaudi dirigée par Asor Rosa. Mordenti parle, à cette occasion, de trois « retours à De Sanctis » : le premier est l’œuvre de Croce à la fin du xixe siècle, le deuxième celui des années trente, notamment avec Gentile, et le troisième date des années cinquante, dans le sillage de l’interprétation proposée par Gramsci. Ce qui n’a en revanche pas été précisément étudié, si ce n’est de manière indirecte en s’interrogeant sur la notion de décadence et sur la définition de la Renaissance par G. Sasso (Le due Italie di Giovanni Gentile, Bologne, Il Mulino, 1998) et G. M. Barbuto (« Giovanni Gentile e le identità italiane : Rinascimento e Risorgimento », Nord e Sud, décembre 1998, p. 40-66), c’est l’usage différent de la catégorie du Risorgimento delle Lettere que proposent ces « retours » à De Sanctis.

27 L’appel à De Sanctis, sous la plume de Gentile en 1933, sonne comme un véritable cri de guerre contre Croce, contre son école critique revendiquant la pureté de l’art et la possibilité de scinder la « poésie » de la « non-poésie », mais aussi contre la figure de l’intellectuel qu’incarne le philosophe napolitain : « Oggi che tra gl’italiani s’è diffusa la convinzione che una cultura dell’intelligenza che non sia cultura dell’animo e riforma della vita è una cultura vuota e falsa ; oggi che la stessa arte, la stessa filosofia non si sanno più concepire se non in funzione della vita, e cioè come forme della stessa vita che si svolge sotto l’impero d’una stessa legge nella politica come nella scuola, nelle armi come negli studi, nel lavoro come nella riflessione scientifica ; oggi che, almeno in Italia, si ride delle preoccupazioni ingenue e melense per la purezza degli ideali dei « chierici » ; oggi nella critica letteraria, e non soltanto in essa, bisogna tornare a De Sanctis. È tempo di spazzare i ragnateli di quella inafferrabile critica che pretende invano di dividere l’indivisibile e fissare un momento ideale della vita dello spirito : arte, pura arte, poesia in opposizione alla prosa, forma da definire prescindendo dal contenuto, ecc. L’arte che si potesse così additare, in sé e per sé, sarebbe in verità un alibi assurdo per l’uomo. Il quale sempre ha vissuto una schietta forma d’arte, ha sentito dentro di essa tutta la sua umanità, con la sua fede e con la sua passione ; da cui nessuno s’è potuto mai staccare se non per precipitare nel falso della vita e insieme dell’arte. » (G. Gentile, « Torniamo a De Sanctis ! » Quadrivio, 6 août 1933, ensuite dans Id., Memorie italiane e problemi della filosofia e della vita, Florence, Sansoni, 1936, p. 173-181)

28 E. Ghidetti, Il tramonto dello storicismo. Capitoli per una storia della critica novecentesca, Florence, Le Lettere, 1993, p. 21.

29 B. Croce, Rileggendo il discorso del De Sanctis, dans Cultura e vita morale, Bari, Laterza, 1926, p. 263-264.

30 Croce se défend de manière plus directe et virulente contre les attaques anti-intellectualistes formulées à son égard dans un texte de 1929. Citons : « Così si ode accennare con dispregio al filosofo “che contempla”, esaltando come solo e degno filosofo, solo insignito degli attributi della virilità, quello che “s’inserisce nella realtà”. Dove il bisticcio e il sofisma consiste in ciò che, ignorando o dandosi l’aria di ignorare che il così detto “contemplare” è appunto un “inserirsi nella realtà” (ben s’intende, col “pensarla”, come al filosofo si conviene), si sostituisce alla prima formola l’altra. […] Così anche si ode rammentare all’oblioso filosofo il dovere di “servire allo Stato” ; e anche qui si equivoca e si bisticcia tra il servire allo Stato come al filosofo si conviene, col cercar verità e fornirgli verità perché se ne accresca e si faccia migliore, e il “servire allo Stato” con l’offrire, a vantaggio d’un governo o d’un partito, non la verità che si sia trovata ma la parola che finga di dire la verità, coprendo con questo falso luccicore non giustificabili e, in ogni caso, particolari interessi. Il sommo vertice di siffatte teorie è stato raggiunto con l’enunciato : che il pensiero debba di volta in volta “sottomettersi a necessità superiori” ; come se il pensiero e ogni qualsiasi attività spirituale possano mai riconoscere altra necessità fuori di quella che è intrinseca e propria a ciascuna. » (B. Croce, Postille. Verità storica e ideale pratico, Bari, Laterza, 1929, p. 268-269)

31 B. Croce, « La crisi italiana del Cinquecento e il legame del Rinascimento col Risorgimento », La Critica, 1939, p. 16.

32 Gentile a été beaucoup moins prolifique et influent que Croce en tant que critique littéraire, mais il est néanmoins l’auteur d’une production considérable tout au long de sa vie, qui fait la part belle aux auteurs du Risorgimento delle Lettere, tels qu’Alfieri, Leopardi ou Manzoni, mais aussi Gioberti et Mazzini, sur lesquels il ne cessa jamais d’écrire, jusqu’à la fin de sa vie.

33 F. De Sanctis, La scienza e la vita, op. cit.

34 G. Gentile, Che cosa è il fascismo, dans Politica e cultura, Opere, Florence, Le lettere, vol. XLV, p. 12.

35 Ibid., p. 12-13.

36 Ibid., p. 19.

37 F. De Sanctis, Storia della letteratura italiana, op. cit., p. 912 : Alfieri est présenté comme « l’uomo nuovo che si pone in atto di sfida in mezzo a’ contemporanei, statua gigantesca e solitaria col dito minaccioso ».

38 G. Gentile, Che cosa è il fascismo, op. cit., p. 26-27.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Lanfranchi, « Le Risorgimento delle Lettere de Francesco De Sanctis relu par Benedetto Croce et Giovanni Gentile », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 06 February 2014, connection on 16 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/693 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.693

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page