Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Boccaccio Angioino. Materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento

Giancarlo Alfano, Teresa D’Urso, Alessandra Perriccioli Saggese éd.
Anna Sconza
p. 309-312
Bibliographical reference

Boccaccio Angioino. Materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento. Giancarlo Alfano, Teresa D’Urso, Alessandra Perriccioli Saggese éd.

Full text

1Dans le cadre des célébrations de 2013 pour le 7e centenaire de la naissance de Giovanni Boccaccio, le champ de la recherche sur l’auteur toscan se trouve renouvelé et gagne en richesse grâce à la publication des Actes du colloque sur Boccace angevin (Boccaccio angioino. Verso il centenario, organisé par la Seconda Università de Naples avec la collaboration des universités « l’Orientale » et Federico II de Naples, Santa Maria Capua Vetere et Naples, 6-8 octobre 2011).

2Il s’agit d’un travail interdisciplinaire qui réunit littéraires, historiens, philologues, historiens de l’art et de la musique, dont nous évoquerons quelques articles, principalement ceux qui tournent autour du milieu culturel napolitain où Boccace vécut dans les années cruciales de sa formation intellectuelle. La production du Toscan est relue à la lumière de cette formation, puisqu’elle demeure liée à l’environnement culturel parthénopéen qu’il fréquenta au cours d’un long séjour de treize ans (entre 1327 et 1341), et qui contribua à forger son imaginaire jusqu’à l’âge mûr. Boccace ne revint ensuite à Naples que pour un court séjour, entre 1370-1371, mais il aspira toute sa vie à être couronné prince des poètes dans cette ville, suivant le modèle de Pétrarque.

3Dans la contribution qui ouvre le volume (« In forma di libro : Boccaccio e la politica degli autori », p. 15-29), Giancarlo Alfano part de la constitution du public de lecteurs, proche de l’entourage du roi Robert, pour nous éclairer sur la position sociale du jeune Boccace. Ce dernier prend progressivement conscience de soi en tant qu’auteur et parvient ainsi à s’inscrire à l’intérieur d’une tradition en langue vulgaire qui manquait d’une véritable tradition narrative. Elisabetta Menetti (« Appunti di poetica boccacciana : l’autore e le sue verità », p. 47-68) suggère que des questions de poétique s’ouvrent alors pour Boccace qui s’interroge sur les limites entre artificio, fictio et vérité historique ; néanmoins, il est à notre sens risqué d’interpréter ces questions d’un point de vue trop moderne, à la lumière de la poétique d’Alessandro Manzoni.

4Afin de définir dans quelle mesure la prose latine et les vulgarisations sont réélaborées par Boccace, l’étude de Simona Valente (« Note sulla sintassi del periodo nel Filocolo di Boccaccio », p. 31-46) se focalise sur la langue du Filocolo. Il serait souhaitable que les éléments relevés avec précision par la chercheuse, telles que les structures de juxtaposition de la phrase (gérondif, relatif, apposition, etc.) soient complétés par une interprétation stylistique. Du point de vue rhétorique, il est intéressant de souligner, comme le fait Concetta Di Franza (« Dal Fuoco dipinto a quello che veramente arde : una poetica in forma di quæstio nel capitolo VIII dell’Elegia di Madonna Fiammetta », p. 89-101), l’héritage de la scolastique, notamment de la Summa theologiae de Thomas d’Aquin, dans la structure de l’Elegia de Madonna Fiammetta.

5Le point de départ commun à toutes les études contenues dans le volume est l’ouvrage fondamental de Francesco Sabatini, Napoli Angioina. Cultura e società (Naples, 1975), qui analyse le milieu culturel de la capitale méditerranéenne sous le règne de la famille d’Anjou. Bien que l’on ait toujours évoqué l’influence qu’eut sur l’auteur la fréquentation de la cour du roi Robert, la circulation de textes issus des traditions française, latine et médiévale que Boccace aurait pu réellement connaître reste à explorer et fait l’objet de certaines de ces études.

6Il demeure en effet une incertitude sur les codices de matière chevaleresque disponibles à la cour d’Anjou. L’étude remarquable de Marcello Barbato et Giovanni Palumbo (« Fonti francesi di Boccaccio napoletano ? », p. 127-148, en particulier p. 128) cherche à élucider la question, en établissant quatre distinctions utiles pour s’orienter dans ce domaine de recherche. Au sujet des sources du Filocolo, des analogies importantes sont relevées avec la tradition de la Chanson de Roland ; en revanche, l’on ne peut pas encore identifier le biais par lequel seraient arrivés à Naples les textes français, transmis principalement dans les aires vénéto-émilienne d’un côté et toscane de l’autre. Une contamination avec d’autres traditions linguistiques paraît alors probable pour ces « histoires de France ». Dans le cas du Filostrate, la transmission des sources semble plus simple à rétablir, étant donné les analogies – pourtant de caractère général – entre le texte de Boccace et le Roman de Troie. C’est probablement la traduction latine de Guido Dalle Colonne, Historia destructionis Troiæ, qui joua un rôle essentiel pour Boccace, lequel se servit également des vulgarisations afin de nourrir son invention littéraire.

7L’étude de Fabio Zinelli (« Je qui li livre escrive de letre en vulgal : scrivere il francese a Napoli in età angioina », p. 149-173) fait avancer la recherche sur la langue et la provenance de quelques manuscrits français composés à Naples à l’époque des Anjou. Un cas exemplaire est celui du recueil de textes d’historiographie dédicacés à un certain comte de Militree, probablement la ville de Milète en Calabre, où en effet Ruggiero II di Sanseverino fut nommé comte par le roi Robert. Ces circonstances nous éclairent sur les relations entre la cour et l’activité d’un atelier de copistes français actif à Naples, qui put contribuer à la diffusion de manuscrits français dans le Bassin méditerranéen. Les observations de Zinelli sont prolongées par les historiens de l’enluminure Alessandra Perriccioli Saggese (« Romanzi cavallereschi miniati a Napoli al tempo di Boccaccio », p. 347-356) et Andrea Improta (« Per la miniatura a Napoli al tempo di Boccaccio : il ms. Lat. Z 10 della Biblioteca Marciana », p. 317-328), qui analysent d’importants exemplaires où la main d’artistes français, opérant à Naples, coexiste avec celle d’artistes napolitains, suivant à la fois l’influence de la nouvelle manière introduite par Giotto en peinture et le style des enluminures « à la française ».

8L’un des apports les plus novateurs des recherches publiées dans ce volume porte sur l’expérience esthétique boccacienne fortement ressentie concernant les divers espaces urbains de la ville de Naples. Il est significatif de remarquer que l’auteur situe des événements centraux de ses récits dans les églises du Duomo et de Saint Laurent, où des artistes de pointe, venant de Rome et d’Assise, avaient créé des chefs-d’œuvre, en apportant une contribution essentielle au développement des arts à Naples (Francesco Aceto, « Boccaccio e l’arte. La novella di Andreuccio da Perugia (Decameron, II, 5) e il sepolcro di Filippo Minutolo », p. 289-302 ; Alessandra Rullo, « L’incontro di Boccaccio e Fiammetta in San Lorenzo Maggiore a Napoli : un’ipotesi di ricostruzione del coro dei frati nel xiv secolo », p. 303-316). Dans les environs de la ville, dans le quartier de Mergellina, le tombeau mythique de Virgile fascina aussi Boccace (Stefano D’Ovidio, « Boccaccio, Virgilio e la Madonna di Piedigrotta », p. 329-346). L’héritage de Virgile est central pour Boccace lorsqu’il se consacre à l’étude de la Comédie de Dante, en s’inscrivant dans la lignée des commentateurs napolitains ou toscans séjournant à Naples. Virgile était pourtant considéré à la fois comme un « guide » et un magicien en Campanie, où se trouveraient les lieux qui donnent l’accès à l’Enfer imaginé par Dante, selon la tradition (Andrea Mazzucchi, « Supplementi d’indagine sulla ricezione meridionale della Commedia in età angioina », p. 203-218 ; Gennaro Ferrante, « L’Inferno e Napoli. Spazi personaggi e miti della catabasi negli antichi commenti danteschi », p. 219-250).

9La source d’inspiration qu’est la ville de Naples se révèle aussi sur le plan sonore, où il vocìo, voire la « choralité » des quartiers populaires, est relevée par l’auteur dans ses ouvrages (Elegia di Madonna Fiammetta, Caccia di Diana, Filocolo), comme l’évoque de manière suggestive l’article de Roberta Morosini, « La bona sonoritas di Calliopo : Boccaccio a Napoli, la polifonia di Partenope e i silenzi dell’Accaiuoli », p. 69-87. Un vaste domaine de recherche qui reste à explorer est celui des sources médicales que Boccace aurait pu connaître à la cour des Anjou. Iolanda Ventura (« Cultura medica a Napoli nel xiv secolo », p. 251-288) passe en revue les rares études sur la question, propose une méthode pour élargir l’investigation et termine son analyse par le recensement de quelques manuscrits de provenance napolitaine, dans lesquels elle relève de fortes analogies avec les milieux médicaux de l’Italie du Nord et de la France. Les différentes sources étudiées dans ce volume, qui reviennent dans l’œuvre de Boccace à différents niveaux de connaissance, se croisent non seulement dans les ouvrages composés pendant sa jeunesse, mais aussi plus tard.

10Des remarques stimulantes concernent également la question de la réception de l’œuvre du Toscan. Alors qu’un seul manuscrit illustré de la Teseida est conservé à Naples, datant de la première moitié du xve siècle (selon Linda Gabriele, « Le illustrazioni del Teseida dei Goriolamini di Napoli », p. 357-367), une incursion de grand intérêt est faite chez d’autres auteurs de la fin du Quattrocento et du Cinquecento. Dès la publication tardive de Novellino de Masuccio Salernitano (Naples, 1476), l’héritage de Boccace renaît à Naples dans le genre de l’épître amoureuse ainsi que dans celui des biographies de femmes illustres. Plus précisément, la présence stylistique des modèles Filocolo, Fiammetta, Ameto, Decameron dans l’Arcadie de Sannazaro est relevée par Carlo Vecce dans « Boccaccio e Sannazaro (angioini) », p. 103-118. Étant donné les résultats préliminaires fertiles de ce volume au sujet de la réception et du réseau culturel qui s’établit autour de l’œuvre de Boccace entre Naples, la France et la Méditerranée, un approfondissement de l’investigation sur les réinterprétations de cette œuvre de la Renaissance à l’Âge classique serait fort souhaitable.

Top of page

References

Electronic reference

Anna Sconza, « Boccaccio Angioino. Materiali per la storia culturale di Napoli nel Trecento », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 06 February 2014, connection on 23 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/705

Top of page

About the author

Anna Sconza

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page