Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Guido Alfani, Il Gran Tour dei cavalieri dell’Apocalisse. L’Italia del « lungo cinquecento » (1494-1629)

Padoue, Marsilio, 2010, 303 pages, 28 €
Jean-Louis Fournel
Bibliographical reference

Guido Alfani, Il Gran Tour dei cavalieri dell’Apocalisse. L’Italia del « lungo cinquecento » (1494-1629). Padoue, Marsilio, 2010, 303 pages, 28 €

Full text

1Dans ce bel et original essai de Guido Alfani, les trois premiers cavaliers de l’Apocalypse sont ceux qu’avait vus Jean dans l’île de Patmos : Guerre, Famine et Peste. Le quatrième, c’est celui qui s’impose à l’horizon du long xvie siècle italien : la Mort. Le tableau ainsi ébauché semble celui attendu, voire convenu, d’un siècle de fer ouvert par l’invasion française de la Péninsule à l’automne 1494 et refermé avant le début de la grande peste du xviie siècle (1629) et au moment des ravages causés par les épisodes italiens de la guerre de Trente ans, à commencer par le tragique sac de Mantoue (1630), qui advient un peu plus d’un siècle après cet autre traumatisme que fut le sac de Rome en 1527 (et rappelé comme un écho de celui-ci par les contemporains). Un siècle qui aurait donc été marqué, selon une doxa historiographique, par le passage d’une économie italienne florissante et dynamique, avec de petits États septentrionaux qui font office de banquiers de l’Europe des grandes monarchies nationales, à une très (trop ?) classique reféodalisation conservatrice, dans une Péninsule soumise à un choc démographique dû aux incessantes guerres, famines et épidémies.

2Mais, très vite, l’auteur montre que l’esquisse schématique et hâtive que laissait supposer le titre un peu accrocheur de l’essai n’a pas grand-chose à voir avec la substance de son hypothèse de départ et, en définitive, avec la force et la finesse de la thèse défendue. En effet, Alfani part de sa formation en démographie historique pour tenter de donner un peu de corps à l’une ou l’autre des deux grandes synthèses qui s’affrontent dans l’analyse des grandes lignes de l’histoire de la Péninsule au xvie siècle : d’un côté, celle de Fernand Braudel qui nuance fortement, à l’échelle de la longue durée qu’il affectionne, l’entité des dommages de la guerre et le traumatisme causé par les calamités qui se sont abattues sur l’Italie au xvie siècle ; de l’autre, celle de nombreux historiens italiens de l’économie, dont Carlo Cipolla, qui mettent l’accent sur le coup d’arrêt au développement économique de la Péninsule et le différentiel de croissance creusé à cette occasion par rapport aux grandes puissances européennes. Le point de départ est donc la constitution d’une banque de données démographiques sérielles sur le xvie siècle italien – la première qui soit mise à la disposition des chercheurs – à partir notamment de cette ressource documentaire inépuisable que représentent les registres paroissiaux des baptêmes – mais sans pour autant négliger d’autres sources plus qualitatives. Dès lors est rendue possible la première histoire démographique sérieuse de cette période au fil de cinq parties : « Guerra », « Carestia », « Peste », « Vincitori e vinti » et, enfin, « Popolazione ed economia ».

3Dans la première partie, Alfani présente l’analyse de ces éléments qui scandent les dramatiques mises en récit des guerres (sacs, massacres, morts des batailles) mais aussi celle des nuances à apporter dans un sens ou dans un autre (distinctions entre les cas singuliers et les tendances macroscopiques ; catégorisations introduites aussi au sein de l’armée ou de la population civile – grâce notamment au recours à la notion d’utilité – pour apprécier plus finement les dommages de la guerre à moyen terme, les formes de « redistribution » induites par le conflit… et les prix différents accordés à la vie humaine ; place accordée dans l’Empire espagnol à Naples ou à Milan). À chaque fois, il ne s’agit pas de tordre le bâton dans l’autre sens et de prétendre que les guerres d’Italie n’eurent pas d’effets sur la Péninsule, mais plutôt de souligner simplement que les choses furent complexes et qu’il convient de considérer la pluralité des cas (d’où par exemple le traitement monographique de certains lieux comme Ivrea dans l’ouvrage). Ainsi, conclut Alfani, « non solo l’idea di un’Italia ridotta a campo di battaglia o vittima semipassiva dello scontro tra le superpotenze dell’epoca è certamente fuorviante, ma, in definitiva, il punto essenziale mi pare sia sottolineare il fondamentale ruolo redistributivo delle guerre » (p. 72).

4La deuxième et la troisième parties s’emploient à démonter le lieu commun qui établit des chaînes causales entre guerre, famine et peste. Selon Alfani, même s’il est vrai que, hormis les années 1590, c’est surtout la première partie du xvie siècle qui est concernée, la famine a une forme d’« autonomie » : elle n’est pas un produit de la guerre mais de la situation économique et, surtout, de la répétition pendant un laps de temps limité de crises répétées des approvisionnements et/ou des récoltes. En outre, selon une logique reprise dans les deux chapitres sur les famines et les épidémies, il convient à chaque fois de distinguer les différentes situations en tenant compte notamment des différences entre les campagnes et les villes ou entre les différents États. Ni l’évidence des tensions alimentaires ni la présence manifeste des épidémies nouvelles, comme la syphilis, ou des pandémies classiques, comme la peste, ne se traduisent donc mécaniquement en paupérisation de masse et en crise économique généralisée. Du coup, il est possible de considérer (p. 173) que « se guardiamo alle pestilenze cinquecentesche dal punto di vista della domanda aggregata di beni, del capitale umano o anche del costo del lavoro, dobbiamo concludere che le loro conseguenze negative per l’economia furono ridotte, rispetto a quelle del Quattrocento e soprattutto al Trecento ».

5Alfani tresse ainsi des considérations de méthode de type malthusien (sur la capacité de récupération et de reprise des zones les plus sinistrées à la suite d’un conflit ou de calamités de tous ordres) et les avancées les plus récentes de l’historiographie sur les petits États italiens et sur la nature polysynodale de l’Empire espagnol pour dénoncer une fois encore « il pregiudizio teleologico che la penisola dovesse unificarsi, che il non esservi riuscita per tempo sia stato causa del suo declino economico e della dominazione straniera, ma che tuttavia il suo destino fosse chiaro, e l’unificazione solo rimandata, seppure di tre secoli » (p. 180). Là encore, il n’y a pas d’a priori ni d’amour de la pensée paradoxale, simplement l’étude, à partir de l’évolution des naissances et de ce que la démographie dévoile d’une histoire économique fine du nord de la Péninsule, des formes de redistribution induites par la « qualité des temps ».

6C’est là une des conditions pour parvenir à esquisser un tableau des « vainqueurs » et des « vaincus », aux trois niveaux qu’il est loisible de considérer – individus, communautés, États – en mettant bien en évidence la radicale inégalité (sociale mais aussi territoriale) devant la mort, la guerre, la famine et les maladies. Le dernier chapitre, consacré à l’articulation de la démographie et de l’économie, entend déployer la thèse de l’ouvrage et avancer une analyse précise par blocs temporels des principales tendances économiques de l’histoire de la Péninsule au fil du long xvie siècle. Le résultat est la double remise en cause (pour avoir voulu interpréter uniquement à la lumière du passé le déclin vécu par l’Italie au xviie siècle) de deux des plus importantes interprétations de l’histoire de longue durée de la péninsule italienne : d’un côté, Alfani critique la définition par Cipolla d’une « estate di San Martino » pour l’économie italienne de la deuxième moitié du xvie siècle ; de l’autre, il nuance fortement le catastrophisme de la vision de Ruggero Romano et de sa perception du début du xviie siècle comme le moment d’une crise généralisée du système économique de la Péninsule. Le xvie siècle selon Alfani n’est pas une période de prospérité mais une alternance de stase (du fait des guerres jusque vers 1560), de croissance forte jusqu’aux années 1585, et de nouvelle stase jusqu’à la véritable catastrophe épocale que furent les années 1629-1631 où tous les cavaliers de l’Apocalypse se déchaînèrent de concert.

7La rigueur de la méthode et la liberté de ton des démonstrations de ce livre en font un acquis notable à toute recherche sur le xvie siècle italien mais aussi une source de débat et de réflexions méthodologiques importantes pour le croisement, à partir d’un socle démographique, de l’histoire militaire, de l’histoire économique, de l’histoire institutionnelle (on remarquera l’analyse très fine de la fonction-capitale ou de la fonction-cour dans l’économie des cités de la Péninsule) et de l’histoire sociale. Une question demeure toutefois : même si l’histoire sérielle peut nous conduire à nuancer certains lieux communs sur le long xvie siècle, les traces écrites de la dramatisation que nous propose l’historiographie ou la littérature de ce temps n’en demeurent pas moins l’illustration d’une perception par les contemporains d’un état d’urgence et parfois d’un état de crise radicale qui, même si la dite perception s’avère pour partie erronée, n’en est pas moins productive d’effets.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Guido Alfani, Il Gran Tour dei cavalieri dell’Apocalisse. L’Italia del « lungo cinquecento » (1494-1629) », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 04 July 2013, connection on 30 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/718

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page