Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Alain Hugon. Naples insurgée. 1647-1648. De l’événement à la mémoire

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 408 pages, 22 €.
Pierre Girard
p. 318-320
Bibliographical reference

Alain Hugon. Naples insurgée. 1647-1648. De l’événement à la mémoire. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, 408 pages, 22 €.

Full text

1Alain Hugon, professeur d’histoire moderne à l’université de Caen Basse-Normandie, ancien membre de la Casa de Velázquez et auteur de nombreuses études sur l’histoire de l’Espagne moderne et du Siècle d’Or, publie dans la belle collection « Histoire » des Presses universitaires de Rennes une imposante étude de la Révolution de Masaniello, ainsi que des différents mécanismes mémoriels au travers desquels se construit, se diffuse et se réfracte cet événement fondateur de l’histoire politique italienne et européenne. Disons-le immédiatement, il s’agit là d’une étude remarquable à plusieurs titres, qui ne se contente pas, comme le souligne justement Giovanni Muto dans sa préface, d’offrir une « nouvelle histoire de cet extraordinaire épisode », mais se veut « une possibilité de réfléchir sur les événements et d’expérimenter les catégories et les instruments offerts par la littérature de ces dernières décennies » (p. viii). Cette réflexion nouvelle est rendue possible par la capacité de l’auteur à mêler plusieurs perspectives de recherche, créant une sorte de combinatoire heuristique à même de saisir la singularité d’un événement précis, ainsi que le jeu de « la sédimentation des mémoires » grâce auquel ce même événement survit et se reconstruit « de génération en génération » (p. 14). Il n’est bien sûr pas possible d’entrer en quelques lignes dans le détail de cette étude extrêmement riche, mais plusieurs éléments peuvent être relevés, qui en manifestent l’originalité et la rigueur scientifique.

  • 1 La Révolution de Naples. Les dix jours de Masaniello, J.-L. Nardone et J. Malherbe-Galy éd., Paris, (...)
  • 2 Visite et gouvernement dans le royaume de Naples (xvie-xviie siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 2 (...)

2Le premier aspect, qui est au fondement de tout travail historique sérieux qui ne se résume pas à un simple exposé des faits, renvoie à l’impressionnante documentation, ainsi qu’à la multiplicité des sources qui apparaissent dans cet ouvrage. A. Hugon manifeste une connaissance très précise de l’ensemble des sources premières italiennes, mais aussi espagnoles, ainsi que de l'abondante littérature critique parue ces dernières décennies sur cette période. Il s’inscrit là dans le panorama des études sur cette période en France, celles classiques de Gérard Delille, de Gérard Labrot et de Jean-Michel Sallmann, et plus récemment la traduction en langue française du texte d’Alessandro Giraffi1 ou de la monographie de Mireille Peytavin2. Une des forces de cette étude est de se fonder sur la bibliographie la plus récente et la plus informée.

3Le second élément est lié aux nombreuses remarques méthodologiques et historiographiques qui jalonnent cet ouvrage. À nouveau, A. Hugon ne se contente pas de faire le récit à nouveaux frais d’un épisode connu de l’histoire politique européenne, mais il tente, parallèlement à cette exposition fondée sur les études les plus récentes, d’opérer une exposition réflexive de son propre parcours d’historien. Il s’agit là d’un aspect qui, même s’il n’est pas directement lié à l’épisode de la Révolution de Masaniello, offre cependant les résultats les plus féconds tout au long de la démarche d’A. Hugon. L’exemple le plus significatif est peut-être l’usage que fait l’auteur du rapport diachronie/synchronie dans son étude. La perspective diachronique, qui met au jour des filiations et des liens historiques, est certes rassurante pour l’historien qui ancre la Révolution de Masaniello dans l’histoire antérieure de Naples, par exemple en opérant des comparaisons avec d’autres révoltes antérieures dans le Royaume, mais le gain a un coût qui enferme l’étude dans la particularité irréductible de l’événement. Inversement, l’approche synchronique, comparatiste, qui permet de relier plusieurs événements concomitants permet certes une vision d’ensemble de l’histoire européenne au xviie siècle, en rendant possible certaines interprétations générales, comme par exemple le rôle d’une « excessive fiscalité née de la crise générale de l’État moderne au cours du premier xviie siècle » (p. 139). Mais là encore, le gain issu d’une comparaison a un coût, à savoir l’incertitude d’une vision d’ensemble fondée sur un principe d’induction. La force de l’approche d’A. Hugon est de savoir faire le diagnostic de cette tension méthodologique, mais aussi de savoir la rendre féconde du point de vue heuristique. La tension entre le comparatisme et une lecture plus endogène, qu’A. Hugon nomme « nationalisation de l’histoire » (p. 24, 362), permet en effet d’opérer une double correction des concepts ou des catégories historiographiques utilisés, comme l’auteur l’illustre sur la notion de « vague révolutionnaire » (p. 25 et suiv.). Cette même tension permet également de montrer dans quelle mesure des événements singuliers, ceux de Naples entre 1647 et 1648, se construisent et se métamorphosent en mythe en suivant le mécanisme des « jeux de sédimentation des mémoires » (p. 14), ou, pour reprendre la belle expression d’A. Hugon, en « palimpseste révolutionnaire » (p. 21 et suiv.). La tension apparaît ici dans l’ambivalence même de ce processus de sédimentation, au cours duquel le mythe Masaniello est aussi bien un moyen de faire survivre un épisode passé, que de le masquer en le transformant selon les mécanismes de la mémoire.

  • 3 Sur le langage de cette révolution, voir l’étude de S. D’Alessio, Contagi. La rivolta napoletana de (...)

4Cette réflexion méthodologique permet à A. Hugon de ne pas se limiter à une simple description d’un événement, mais d’offrir une contextualisation dynamique qui permet d’en reconstruire l’intelligence, ou, pour reprendre une expression de l’auteur, le « temps d’une époque » (p. 23). Cette contextualisation dynamique passe à travers une analyse convaincante des discours et de leurs niveaux rhétoriques. Comme le souligne à juste titre l’auteur, « la langue et l’oralité devenaient donc des éléments centraux de la vie politique » (p. 123). L’analyse comparative et diachronique des différents mots d’ordre criés lors du soulèvement napolitain en offre un exemple particulièrement convaincant (p. 126 et suiv.). Il en va de même des nombreuses remarques sur les termes de « révolution », de « révolte », de « république »3. L’usage des images produites lors de cette révolution et dans sa transmission mémorielle est également extrêmement convaincant. La « saturation iconographique du paysage politique et mental des Napolitains » donne à A. Hugon l’occasion de nombreuses analyses fondées sur la reproduction de peintures insérées au sein même de son étude (p. 191 et suiv.). L’étude des tableaux est par ailleurs complétée par celles des armes, des emblèmes, des monnaies, des sceaux, etc. (p. 297 et suiv.), ainsi que des différents portraits de Masaniello au cours de l’histoire. Les nombreux développements anthropologiques sur la particularité napolitaine qui complètent ces analyses permettent ce même effet de combinatoire, d’association des points de vue offrant une vue fidèle de « l’époque » de Masaniello.

5La richesse de la documentation, la finesse des analyses, l’originalité des supports historiographiques permettent ainsi à l’auteur de développer une thèse forte dans cet ouvrage, selon laquelle cette Révolution ne saurait être réduite à un simple « tumulto » napolitain, mais présente, tout au contraire, « la mise en cause radicale des fondements politiques et sociaux des sociétés d’Ancien Régime » (p. 359).

Top of page

Notes

1 La Révolution de Naples. Les dix jours de Masaniello, J.-L. Nardone et J. Malherbe-Galy éd., Paris, Anacharsis, 2010.

2 Visite et gouvernement dans le royaume de Naples (xvie-xviie siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 2003.

3 Sur le langage de cette révolution, voir l’étude de S. D’Alessio, Contagi. La rivolta napoletana del 1647-48 : linguaggio e potere politico, Florence, Centro editoriale toscano, 2003.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Girard, « Alain Hugon. Naples insurgée. 1647-1648. De l’événement à la mémoire », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 03 February 2014, connection on 25 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/720

Top of page

About the author

Pierre Girard

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page