Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Antonino De Francesco. L’Italia di Bonaparte. Politica, statualità e nazione nella penisola tra due rivoluzioni, 1796-1821

Turin, UTET, 2011, 209 pages, 18,70 €.
Xavier Tabet
p. 320-324
Référence(s) :

Antonino De Francesco. L’Italia di Bonaparte. Politica, statualità e nazione nella penisola tra due rivoluzioni, 1796-1821. Turin, UTET, 2011, 209 pages, 18,70 €.

Texte intégral

1La première particularité – sinon singularité – du livre d’Antonino De Francesco est de constituer une histoire événementielle et politique de la période prise en considération (1796-1815), mais aussi de celle des premières années de la Restauration, puisque l’on va ici jusqu’en 1821. À une époque où l’histoire culturelle apparaît comme hégémonique, De Francesco nous offre un livre qui est centré sur l’histoire essentiellement politique de l’Italie au cours des « années françaises ».

2Ainsi, le premier chapitre est consacré aux « années du directoire », de 1796 à 1799. Le second aux années 1800-1804, « sous le signe de Brumaire ». Trois chapitres sont ensuite consacrés à la situation des différents États italiens durant la période napoléonienne. Il s’agit d’abord de l’histoire du Regno d’Italia au nord et du Regno di Napoli au sud, examinés dans le chapitre 3 (« Due Stati italici, federati dall’impero, 1805-1812 »). Il s’agit également de l’histoire des « départements français », dont les vicissitudes, entre 1802 et 1812, sont retracées dans le chapitre 4 (« Un’Italia nell’Impero, 1805-1812 ») : l’Italie du Piémont, de la Ligurie, de la Toscane, de Rome et d’une partie de la Vénétie, une Italie devenue alors « départements français ». Quant au chapitre 5, « Altre Italia ancora, 1805-1812 », il évoque pour sa part la situation de la Sicile et de la Sardaigne, deux régions restées encore une fois à l’écart de l’histoire de la Péninsule, puisqu’elles échappèrent à la domination française et furent les refuges des souverains en exil, les Bourbons en Sicile et les Savoie en Sardaigne. Le livre s’achève enfin avec le chapitre 6, consacré à « La caduta del grande Cesare, 1812-1815 », et le chapitre 7, intitulé « Nella quiete della Restaurazione » ; un « calme après la tempête », pour reprendre la célèbre image léopardienne, qui est en l’occurrence un faux calme, comme on le dira.

3L’auteur réalise en réalité un véritable tour de force dans la mesure où cette période de l’histoire de l’Italie est caractérisée par une grande complexité, due aux nombreux et rapides changements de la conjoncture politique ainsi qu’à la diversité des contextes régionaux. Le lecteur dispose d’un instrument de travail précieux pour se repérer à l’intérieur de cette période complexe et cruciale de l’histoire de l’Italie ; il dispose d’une sorte de géographie historique et politique de « l’Italie française », ou plutôt des « années françaises » de l’Italie, comme l’auteur préfère les appeler.

4La seconde particularité de l’ouvrage réside dans la chronologie adoptée : 1797-1821, « entre deux révolutions ». Faire débuter cette période en 1796 n’est pas un facteur d’originalité. En revanche, prendre 1821 et non 1815 comme borne chronologique l’est davantage. De même, on ne qualifie en général pas de révolutions – mais plutôt de moti (soulèvements, mouvements) – les événements de 1821 à Naples et Turin, qui sont par ailleurs assez mal connus. Comme le montre pourtant de façon convaincante l’auteur, les effets de la période révolutionnaire et napoléonienne se font sentir par-delà 1815, et en tout cas de façon évidente en 1821. À ces événements participèrent un grand nombre d’hommes qui avaient animé la vie politique au cours du Triennio rivoluzionario (1796-1799) et de l’époque napoléonienne. De Francesco fait ainsi remarquer le « profilo napoleonico » d’une grande partie des acteurs des révolutions de 1821, et met en lumière la longue vie politique de la « generazione napolenica ». De façon plus fondamentale encore, il insiste sur le fait que la Restauration poursuivit à sa façon (tout en ne l’admettant pas officiellement) dans la voie de la modernité tracée à l’époque de Napoléon. Il montre non seulement la façon dont « inevitabilmente il tempo di Bonaparte […] aveva trasformato la società italiana » (p. 173), mais aussi la façon dont le modèle administratif napoléonien fut « comunque preservato dalla Restaurazione » (p. 180). Ce modèle fut préservé en 1821, ainsi qu’au cours du Risorgimento. Du reste, comme le suggère l’auteur dans sa « breve nota bibliografica » (p. 197-203), il reste encore à faire un travail d’ensemble sur la transmission de la culture politique de l’époque napoléonienne durant les années de la formation de l’Unité.

5La singularité du livre est donc exprimée par son titre, tout à fait significatif : L’Italia di Bonaparte, et non pas L’Italie de Napoléon, ou Napoléon et l’Italie. L’une de ses thèses essentielles est en effet que le régime napoléonien n’a jamais effacé cette culture politique nationale qui était née en Italie avec la discesa de Bonaparte en 1796. L’historien est donc très attentif aux continuités : celles entre époque napoléonienne et Restauration, comme nous l’avons dit, mais également les continuités internes à la période des « années françaises ». Là où l’on voit souvent autour des Comizi di Lione (le congrès de Lyon, en décembre 1801) une sorte de fracture, il conteste l’idée qu’il y aurait d’un côté l’époque du Triennio qui serait celle de la politique et des espérances des democratici italiens, et de l’autre la « saison napoléonienne » qui serait celle de « l’administration ». Il remet surtout en question l’idée courante selon laquelle il y aurait, pour toute une génération, une sorte de passage – sinon de renoncement – des « fureurs républicaines » au calme rassurant de l’ordre impérial. Il en vient même à contester l’idée selon laquelle il y aurait une crise des idéaux républicains après 1800. En mettant en relief la complexité de ces années-là, et en insistant sur la continuité de la classe politique italienne plutôt que sur l’élimination de ses composantes les plus radicales, il souligne le fait que « il regime napoleonico non ha mai cancellato quella cultura politica nazionale che, sin dalla seconda discesa di Bonaparte in Italia, aveva preso a dominare la scena della penisola tutta » (p. xviii), comme il l’écrit dans ses pages d’introduction sur la « generazione di Bonaparte ».

6Le souci premier de cet ouvrage est donc d’affirmer le poids fondamental des années françaises dans la naissance de l’Italie contemporaine et dans la gestation du processus risorgimentale. Le fait est pourtant que, aujourd’hui encore, cette importance n’est pas toujours assez mise en évidence par l’historiographie, même la plus récente et la plus informée. Il en est ainsi par exemple du récent volume collectif de la Storia d’Italia Einaudi consacré au Risorgimento, coordonné par Alberto Maria Banti et Paul Ginsborg (Storia d’Italia. Annali 22. Il Risorgimento, A.-M. Banti et P. Ginsborg éd., Turin, Einaudi, 2007) ; un volume important pour comprendre les orientations de l’historiographie récente, mais dans lequel De Francesco regrette, pour sa part, que la « saison française » soit exclue de l’histoire du Risorgimento.

7Une dernière chose apparaît comme essentielle tout au long de l’ouvrage : l’attention à la formation de ce que l’auteur appelle « l’identité nationale italienne ». De Francesco revient de fait assez souvent sur ce « nouveau modèle culturel national », car il estime que l’affirmation d’une identité italienne fut « il più importante lascito della generazione napoleonica » (p. 92). Dans cette opération de construction d’une identité – tout à la fois culturelle et nationale, littéraire et politique –, il insiste sur le rôle de la République cisalpine dans la constitution d’une « statualità », qui passe par l’émergence d’un sentiment national. Ainsi, il met en lumière la façon dont celle-ci fut d’abord le lieu de constitution d’une élite profondément « italienne ». Il donne toute son importance au rôle des intellectuels – surtout milanais et napolitains, mais pas seulement – dans la formation de ce qu’il nomme, à différentes reprises, l’« identité culturelle italienne ». Il s’agit bien entendu du rôle d’un écrivain comme Foscolo, vénitien, puis milanais et florentin, avant son exil anglais en 1815 ; mais aussi de celui d’un intellectuel du sud, formé à Naples, comme Vincenzo Cuoco, auquel l’auteur a par ailleurs consacré des travaux importants (voir en particulier A. De Francesco, Vincenzo Cuoco. Una vita politica, Rome, Laterza, 1997 ; V. Cuoco, Platone in Italia, A. De Francesco et A. Andreoni éd., Rome, Laterza, 2006).

8Ce qui est très significatif dans l’ouvrage de De Francesco, c’est l’insistance sur le fait que cette identité italienne ne fut pas caractérisée – comme on l’a souvent affirmé – par une sorte d’« immaturité » politique des Italiens, ni par un conservatisme de fond qui serait celui de l’Italie. En cela l’historien se distingue d’une conception selon laquelle cette identité serait marquée par ce que Giulio Bollati appelait de façon critique, dans son texte des années soixante-dix intitulé L’italiano, une réserve de fond par rapport à la civilisation moderne. Ce dernier voyait en effet dans un certain dédoublement italien – consistant à vouloir être moderne sans renoncer aux « dons mystiques » de l’archaïsme et de l’arriération – une des particularités de la voie italienne, ou plutôt du « raccourci » italien, vers la modernité. Cette façon italienne d’être moderne se traduirait par ce qu’il appelait « una ininterotta gestione conservatrice anche delle innovazioni obbietivamente avvanzate » (G. Bollati, L’italiano, dans Storia d’Italia, I, I caratteri originali, Turin, Einaudi, 1972, p. 1019).

9À rebours d’une telle conception, De Francesco estime certes que le modèle culturel national de la Péninsule est fondé sur l’affirmation de la nécessité d’un retour à une tradition culturelle véritablement « italienne », mais qu’il ne doit pas être considéré comme un modèle conservateur, comme on l’a trop souvent affirmé ; à droite pour s’en réjouir, à gauche pour s’en lamenter, en ne faisant parfois qu’inverser l’analyse, c’est-à-dire en présentant comme négatif un conservatisme que les historiens et les intellectuels nationalistes présentaient comme positif (pour la critique des thèses de Bollati, voir A. De Francesco, « Archita, Melzi D’Eril e l’italiano [senza qualità] di Giulio Bollati », dans Libri, e altro. Nel passato e nel presente per Enrico Decleva, G. G. Merlo éd., Milan, Dipartimento di Scienze della storia - Fondazione Arnoldo e Alberto Mondatori, 2006). De Francesco défend quant à lui l’idée que le modèle national italien était censé jeter les bases d’une culture italienne susceptible de se mesurer d’égale à égale avec la culture française. En outre, il montre que cette identité culturelle italienne, Napoléon ne l’a jamais niée, reniée, et qu’il s’est au contraire toujours appuyé sur elle pour associer les classes dirigeantes à son projet modernisateur. Celui-ci s’est traduit par une politique visant à la création d’une élite « régénérée », née de l’alliance entre l’ancienne classe aristocratique et celle qui s’était affirmée durant les années révolutionnaires ; une classe dirigeante qui continuera à être celle de la Restauration, lorsque le notabiliat créé par Napoléon, tout en tournant le dos à l’ordre napoléonien après 1815, n’oubliera cependant jamais qu’il devait aux années françaises son ascension sociale.

10En conclusion, il convient de bien préciser que l’auteur n’idéalise pas l’action des Français en Italie. Il revient par exemple sur la façon dont l’inégalité économique entre le nord et le sud s’est accrue du fait de leur première mise en concurrence réelle, à l’époque napoléonienne. Néanmoins, il bat en brèche avec vigueur l’idée – aujourd’hui mise en avant par les historiens « révisionnistes » du Risorgimento – selon laquelle l’identité italienne se serait manifestée d’abord par le biais d’une culture contre-révolutionnaire, avant de s’exprimer au xixe siècle à travers une culture anti-unitaire. Il bat en brèche, fût-ce de façon implicite, une conception en vertu de laquelle le principal défaut de l’Unité – qui aurait en fin de compte divisé les Italiens – résiderait dans la volonté de substituer à la religion catholique (celle des vinti, les « vaincus ») une autre religion : la religion civile de la patrie.

11C’est en revanche de façon explicite que De Francesco s’oppose à l’idée selon laquelle il y aurait dans les insorgenze anti-françaises – c’est-à-dire dans les émeutes anti-françaises, souvent sanglantes, du Triennio rivoluzionario – l’expression d’un « caractère national » italien. La protestation anti-française et anti-jacobine était en effet due plutôt à la détérioration des conditions de vie du petit peuple. Celle-ci avait déjà commencé à l’époque des Réformes, au cours du xviiie siècle, avec la diminution des biens communaux, accaparés par un nouveau notabiliato ; de sorte que ces insorgenze doivent être replacées dans le cadre d’une protestation sociale, plus encore que politique, qui n’a pas grand-chose à voir avec un quelconque « protosentimento di nazionalità ». L’historien ne nie pas que durant la période française, le rapport privilégié entre Église, monarchies d’ancien régime et plèbes représenta un « autentico macigno » sur la voie de la modernisation de la Péninsule. Cependant, il réaffirme haut et fort que les années de Bonaparte sont « il vero ambito dove diventi possibile riassumere il difficile processo di nazionalizzazione della penisola » (p. 196).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Tabet, « Antonino De Francesco. L’Italia di Bonaparte. Politica, statualità e nazione nella penisola tra due rivoluzioni, 1796-1821 », Laboratoire italien [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/722

Haut de page

Auteur

Xavier Tabet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page