Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Alberto M. Banti. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascimo

Bari, Laterza, 2011, 214 pages, 18 €.
Elsa Chaarani Lesourd
p. 325-329
Référence(s) :

Alberto M. Banti. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascimo. Bari, Laterza, 2011, 214 pages, 18 €.

Texte intégral

1Dans La nazione del Risorgimento. Parentela, santità e onore alle origini dell’Italia unita (Turin, Einaudi, 2000), Alberto Banti examinait les constantes du discours de la nation en Italie pendant le Risorgimento. Le postulat de départ était que l’idée d’une « nation » italienne commune n’allait absolument pas de soi : peu d’échanges économiques des États entre eux, peu de moyens de communication, pas véritablement de langue commune et des différences culturelles certaines. Dans La nazione del Risorgimento, Banti démontrait donc que la « nation » n’était qu’une construction rhétorique, non point perçue comme telle, mais douée d’un pouvoir de communication si opérant qu’il parvint à convaincre une grande partie de la population de l’existence d’une communauté d’intérêts qui, de fait, n’existait guère.

2Dans son dernier ouvrage, Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascismo (Bari, Laterza, 2011), Alberto Banti revient sur ce sujet en étendant ses précédentes conclusions à la période qui va de l’unification au fascisme. Ce nouveau volume est divisé en quatre chapitres chronologiques : « La nazione del Risorgimento » et « Amor di patria », sur l’Italie post-unitaire ; « La consacrazione degli eroi », de l’interventionnisme à la fin de la guerre ; « Sangue e suolo », du lendemain de la Grande guerre aux années du fascisme.

3Le premier chapitre revient sur l’argumentation du volume La nazione del Risorgimento. En Italie, l’État unitaire constitué au xixe siècle est fondé sur une nouvelle idée – la nation – apparue dans le sillage de la Révolution française, qui a mis fin au principe de droit divin en lui substituant le « principe national », si bien que la nation est « souveraine » (voir la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen d’août 1789). En Europe et en Italie, le mot connaît vite une grande fortune politique, aussi bien parmi les partisans de la révolution française que parmi les détracteurs des occupations napoléoniennes, et l’apparition du mot « nation » dans le vocabulaire politique s’accompagne de celle d’un autre mot-clé : « patrie ».

4L’apparition de ce mot de « nation » est problématique : combien y a-t-il de « nations » ? Qui en fait partie ? Pour quelles raisons ? La réponse, qui ne va pas de soi, est cependant que l’identité de la nation est à rechercher dans la culture italienne, bien que fort peu d’habitants de la Péninsule soient à cette époque italophones. Malgré la fragilité de cette hypothèse qui ne correspond guère à une réalité, la création de cette nation se réalise entre 1815 et 1861 avec une efficacité impressionnante, au moyen de l’activisme et des insurrections qui agitent la Péninsule jusqu’en 1860.

5Selon Banti, la cause de ce succès est que les leaders intellectuels présentent le discours « national-patriotique » selon des modalités qui font appel à l’émotion plus qu’à la raison, et c’est ainsi que s’explique son extraordinaire pouvoir de persuasion même sur des personnes analphabètes ou illettrées (environ 80 % de la population de la Péninsule). Le développement de ce discours coïncide avec le mouvement culturel du Romantisme, désireux de s’adresser à un public plus vaste, comme on peut le remarquer dans de nombreux textes comme la Lettera semiseria di Grisostomo al suo figliuolo de Berchet (1816). Dans cette perspective, les melodrammi à contenu patriotique peuvent être compris, par la magie de la musique et du chant, même par des personnes qui ne savent pas lire.

6Le premier élément de ce discours national est la nation vue comme une « communauté de parenté » : l’Italie est une « mère » et les Italiens sont des « frères » (voir l’hymne national Fratelli d’Italia) liés par le « sang ». Les œuvres politiques, littéraires ou musicales sont des variations sur ces thèmes, de Marzo 1821 de Manzoni à Mazzini et Gioberti, à La battaglia di Legnano de Verdi et Cammarano. Ainsi, grâce à une extraordinaire inventivité symbolique, les œuvres promotrices du « discours national-patriotique » manipulent leur public en s’adressant à leurs émotions primaires. L’idée de nation, récente et artificielle, est transformée en une donnée « naturelle » grâce à l’image de la parenté qui unit entre eux les membres de la nation, au moyen de termes tels que sangue, stirpe, razza.

7Un autre élément de ce discours est la souffrance qui, en pays catholique, possède une très forte résonance : les termes clés de « martyre » et de « sacrifice » sont récurrents. Par un glissement significatif, le « martyr », héros du Risorgimento, devient celui qui a témoigné de sa « foi » politique en offrant sa vie en « sacrifice » pour le bien de la communauté nationale. « Martyrs » et « saints » patriotiques servent de modèles aux générations suivantes, grâce à leur présence parmi les vivants sous forme de statues et de commémorations.

8Banti aborde aussi la question du genre, car le discours national postule une indéniable supériorité des hommes sur les femmes et distribue les rôles imposés aux deux genres. Selon lui, dans Ultime lettere di Jacopo Ortis, la revendication romantique de l’amour-passion n’est autre que la possibilité d’un rapport amoureux heureux vu comme la base matrimoniale de la reproduction de la communauté « nationale ». Afin de protéger la « lignée », les mâles doivent la défendre sur le champ de bataille, tandis que les femmes doivent les soutenir en se résignant à sacrifier les hommes de leur famille, maris et fils, et l’agression sexuelle de l’héroïne des narrations promotrices du discours national-patriotique (Lucia dans I promessi sposi, ainsi que Lisa et Laudomia dans Niccolò de’ Lapi de Massimo d’Azeglio, en sont deux exemples) est le signe d’une conception à la fois biologique et politique de la nation.

9Dans le second chapitre, « Amor di patria », l’auteur montre d’abord que les droits civiques adoptés en 1865 font prévaloir le droit du sang (ius sanguinis) sur le droit du sol (ius soli) de façon strictement patrilinéaire : est citoyen celui qui est né d’un père italien. À cause de la rigidité particulière de ce « droit du sang » italien, très peu de naturalisations ont pu être accordées entre 1861 et la fin du xixe siècle. Puis Banti aborde les textes de la pédagogie « national-patriotique », où sont bien présents les thèmes fondamentaux abordés pendant le Risorgimento : patrie comme communauté de parenté, lien entre communauté et territoire, mystique du martyre, se rencontrent dans des textes éducatifs, en particulier Cuore d’Edmondo De Amicis. Les statues des héros font perdurer leur « martyre » dans le monde des vivants, et parfois cette ritualisation prend un aspect macabre, comme lorsque l’on embaume le cadavre de Mazzini ou que l’on exhume les dépouilles mortelles des héros de la nation. La répartition genrée des rôles que proposent les textes pédagogiques tels que Cuore (modèle féminin de la figure maternelle acceptant le sacrifice et héroïsme des jeunes garçons) se retrouve aussi au cinéma dans de nombreux films.

10Dans « La consacrazione degli eroi », Banti mesure l’écho de l’interventionnisme et de l’entrée en guerre de l’Italie de 1915 dans les lettres privées des familles et les journaux intimes des soldats. On y remarque d’abord la superposition de l’image de la mère allégorique à celle de la mère biologique : sous la plume des jeunes soldats, la patrie est une autre mère, et le sacrifice de leur vie est magnifié, parfois par les parents, comme dans cette commémoration écrite pour son fils par la mère d’un jeune homme mort au combat, d’où est tiré le titre du volume : « Patria ! Sublime madre nostra, il tuo volere sia fatto ! » Parfois, les lettres du front montrent les doutes des jeunes soldats face à l’horreur quotidienne de la guerre, si éloignée des beaux discours du « maggio radioso ». En outre, les viols de femmes italiennes par l’ennemi sont envisagés sous l’angle de la souillure de la race italienne par la race ennemie et le devoir des femmes pendant la guerre (mères, infirmières et marraines des soldats sont leurs modèles) est le soutien des hommes partis au front. La mort pour la patrie est déclinée selon les motifs du « martyre » et de la dimension christique, du « devoir du sacrifice » et de la noblesse de cette « belle mort ».

11Ainsi le national-patriotisme est vu comme une sorte de religion laïque, parallèle à la religion réelle et célébrée en deux occasions, la cérémonie du soldat inconnu et les commémorations des jeunes tombés au front. Toutes les mères sont invitées à se recueillir sur la tombe du soldat inconnu, si bien que les liens de la « race » qui unissent les Italiens sont encore une fois martelés. Dans les commémorations, le héros est un très jeune homme, sa mort est belle, aucune horreur n’est racontée et l’on insiste sur l’idée du sacrifice « christique ».

12« Sangue e suolo », quatrième chapitre, se concentre sur l’entre-deux-guerres. Les survivants de la Grande guerre ressentent une profonde déception et trouvent parfois une consolation dans le nationalisme du parti de Mussolini, qui reprend bien des éléments du discours national-patriotique et, en premier lieu, la nation vue comme « communauté de parenté » en possession d’un territoire, distincte d’autres groupes ethniques et se définissant comme une communauté « spirituelle », dont font partie les gloires italiennes (Dante, Galilée). Ainsi, les mots « race » et « lignée » (razza, stirpe) sont utilisés bien avant le tournant des lois raciales de 1938, car ils servent à définir la nation italienne en tant que communauté généalogique et ethnique.

13En 1938, le racisme biologique devient une des doctrines du régime fasciste et surtout, il se traduit concrètement par la discrimination dans les droits civiques et politiques des habitants de la Péninsule. Le Manifesto della razza affirme que les races humaines ont une réalité scientifique et que les différences entre les peuples sont fondées sur ces différences « raciales ». La population italienne est donc, selon ce raisonnement, « aryenne » et a « une civilisation aryenne », puisqu’elle possède la même composition raciale que mille ans plus tôt. Quant aux Juifs, ils n’appartiennent pas à la « race italienne ».

14Quelle que soit la validité des autres interprétations historiques de cette attaque antisémite, qui mettait en cause des citoyens jusqu’alors considérés comme des Italiens, elle est due, selon Banti, au lien symbolique qui unissait « sang » et « sol », population et territoire, puisqu’on retrouve le ius sanguinis et le ius soli dès la loi de 1912 et que le critère généalogique est dominant par rapport au critère territorial.

15Mais le tournant est net après 1938, où le contrôle est accru sur les relations sexuelles (base de la reproduction de la communauté ethnique) entre personnes de « races » différentes. Ainsi les Italiens et Italiennes se voient interdire le mariage avec des personnes d’une autre « race », « sémitique » ou « non aryenne ». Le thème fait même l’objet d’une propagande dans le périodique La difesa della razza, où les jeunes Italiennes sont invitées à se méfier des hommes de race différente, présentés comme dangereux.

16Enfin, le rite des commémorations des morts pour la patrie prend des proportions obsédantes, en particulier lorsque l’on procède à un appel du nom des morts, où la foule est tenue de répondre à l’unisson : « Présent ! », et devant les foules assemblées on procède au rite plutôt macabre de l’exhumation des morts pour la patrie.

17Dans toutes ces occasions, les femmes sont magnifiées dans leur rôle de reproductrices de la communauté nationale et d’éducatrices des futurs citoyens, et sollicitées par l’acceptation du sacrifice que suppose la mort éventuelle de leurs maris ou fils.

18Dans l’épilogue, Banti conclut que, si les mots « nation » et « patrie » semblent avoir disparu du vocabulaire politique après le traumatisme de la seconde guerre mondiale, les vieux réflexes de la conception « raciale » et biologique de la nation semblent aujourd’hui toujours dangereusement à l’affût, même chez ceux qui voudraient, de bonne foi, les combattre.

19Le volume est intéressant pour la masse de documents qu’il donne à lire et l’analyse anthropologique des textes est passionnante, comme elle l’était déjà dans La nazione del Risorgimento. Enfin, le rappel de l’historique des droits civiques des Italiens (en particulier les conditions d’octroi de la citoyenneté italienne) se révèle très significatif et instructif. On peut cependant regretter que les mêmes motifs (race et sang, défense d’un territoire, répartition des rôles entre les genres, sacrifice et martyre) soient repris dans chacun des quatre chapitres, si bien que la structure du livre produit un effet de répétition, plus net encore pour les lecteurs des précédents ouvrages d’Alberto Banti. La démonstration certes brillante du premier chapitre sur le Risorgimento ne va pas sans une certaine sécheresse. En effet, un lecteur ingénu ou ignorant pourrait penser que, dans une péninsule italienne qui semble dépourvue d’événements historiques, le discours national se développe presque sans aucune raison d’être, comme si l’oppression subie par les habitants de la Péninsule sous le joug des Français, des Autrichiens ou des Bourbons n’avait aucune existence réelle, et le Risorgimento semble singulièrement décharné, alors que ce discours national-patriotique trouve un terrain fertile justement dans le cadre de cette oppression. Ces critiques de détail ne remettent pas en cause les très grandes qualités de cet ouvrage, que l’on referme avec la nette impression d’avoir beaucoup appris sur la notion de « nation » et sur ses dangers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Chaarani Lesourd, « Alberto M. Banti. Sublime madre nostra. La nazione italiana dal Risorgimento al fascimo », Laboratoire italien [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 03 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/724

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page