Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Valter Boggione. La sfortuna in favore. Saggi su Fenoglio

Venise, Marsilio, 2011, 285 pages, 25 €.
Alessandro Martini
p. 332-336
Bibliographical reference

Valter Boggione. La sfortuna in favore. Saggi su Fenoglio. Venise, Marsilio, 2011, 285 pages, 25 €.

Full text

1Le recueil de textes que Valter Boggione consacre à Beppe Fenoglio est le fruit d’une lecture précise et minutieuse de l’œuvre de l’auteur d’Alba, qui témoigne d’une familiarité remarquable avec l’un des corpus les plus complexes de la deuxième moitié du xxe siècle. Une idée forte, qui va à l’encontre de l’un des stéréotypes les plus résistants de la critique fénoglienne, se dégage des textes réunis ici. Cette idée consiste à lire l’œuvre de Fenoglio sous le signe de l’unité. En effet, depuis le début de la carrière de Fenoglio, et depuis la célèbre quatrième de couverture de La malora rédigée par Elio Vittorini lors de la publication de l’œuvre dans sa collection « I gettoni » chez Einaudi, où l’écrivain sicilien incite les jeunes auteurs comme Fenoglio à se méfier des « tranches de vie » incapables de devenir le symbole d’une condition humaine universelle, une partie de la critique fénoglienne considère les œuvres de Fenoglio consacrées au monde paysan des Langhe comme une production mineure, l’œuvre d’un auteur qui n’aurait pas su s’affranchir de la dette envers le vérisme. Le vrai Fenoglio, écrivain épique, absolu, serait celui des nouvelles et des romans de guerre – principalement Il partigiano Johnny et Una questione privata –, l’auteur de pages inoubliables où ses héros Johnny et Milton mènent une Résistance ayant perdu tout lien avec la guerre de 1943-1945, une guerre épique contre l’ennemi mais aussi (parfois avant tout) contre une nature déchaînée et majestueuse et des conditions de vie épouvantables : une Résistance qui devient le symbole de la condition existentielle de l’homme, nu et faible devant son destin.

2Face à cette dichotomie, Valter Boggione propose une lecture de l’œuvre de Fenoglio selon laquelle il n’y aurait pas deux auteurs, un grand écrivain et un auteur mineur (qui, selon une partie de la critique, cohabiteraient, puisque certaines œuvres « majeures » sont écrites en même temps que des œuvres « mineures » sur la vie paysanne). Selon Boggione, il n’y a qu’un seul Fenoglio, capable de traiter des thèmes universels dans les deux registres choisis, capable de dégager aussi bien la guerre clandestine que la vie des paysans piémontais des liens avec leur contexte immédiat : ce qui intéresse Fenoglio, c’est l’homme dans sa condition de faiblesse existentielle dans l’univers.

3Le concept qui permet à Boggione d’unifier cette œuvre hétérogène dans les arguments traités mais homogène dans son approche de la condition humaine est l’épopée : classique – surtout Homère – dans les œuvres sur la Résistance, chrétienne – depuis le point de vue d’un athée – dans les œuvres dites paysannes. Valter Boggione démontre la fécondité heuristique de ces deux substrats fondamentaux de l’œuvre. De même, les références philosophiques – indispensables pour la lecture de Fenoglio, qui était l’élève de Pietro Chiodi, philosophe et traducteur de Kierkegaard, un des premiers théoriciens de l’existentialisme – sont mobilisées judicieusement : Boggione évoque le philosophe danois, bien évidemment, mais aussi Sartre et le philosophe existentialiste russe Léon Chestov. Cette connaissance des sources classiques, bibliques et philosophiques de l’œuvre fénoglienne en permet une lecture dynamique et jamais banale.

4Valter Boggione offre une démonstration de l’unité de l’œuvre de Fenoglio à partir de La malora, mais aussi de textes quelque peu oubliés (un projet de scénario, des pièces de théâtre), en laissant de côté les sentiers les plus battus par la critique. Il se penche sur La malora dans trois chapitres successifs. La lecture qu’il propose de ce roman insiste sur le concept de renoncement (chap. 2, « L’etica della rinuncia.La malora ») : selon Boggione, Agostino, le jeune protagoniste, serait investi d’une vocation exclusive qui l’entraîne dans une expérience de sublimation et d’ascèse (p. 52). Dans l’univers de La malora l’on trouve, d’un côté, ceux qui acceptent la privation et le renoncement en tant que destin inéluctable de la condition humaine, et de l’autre, ceux qui se rebellent face à ce destin. Mais il n’y a, chez Fenoglio, aucune possibilité d’action positive de l’Homme dans le monde (p. 64). Selon le romancier, il n’est pas possible d’échapper à l’ordre naturel des choses : les vainqueurs ne sont pas ceux qui s’opposent à leur condition et à leur destin, puisque c’est précisément l’expérience de la privation et de la renonciation (dans le travail harassant de la terre, par exemple) qui ouvre les portes du salut. Par le biais de cette lecture du roman, et à travers une analyse précise de la microstructure de l’œuvre, qui s’attache à repérer les passages où Fenoglio abandonne une approche mimétique de la réalité, Boggione démontre de façon convaincante l’éloignement de La malora par rapport au réalisme.

5La malora devient ainsi un terrain privilégié dans la lecture de Boggione pour une confrontation avec Verga et Pavese, deux auteurs qui sont souvent évoqués – parfois de façon imprécise et superficielle – lorsque l’on parle de Fenoglio. Le mérite de Boggione réside ici dans l’effort fourni pour clarifier les rapports entre les trois romanciers. Selon Boggione, qui compare le protagoniste de La malora, Agostino, avec celui de La luna e i falò, Anguilla, l’œuvre de Fenoglio s’oppose à celle de son aîné venant de la même région des Langhe (chap. 3, « Ritorno a Itaca. La luna e i falò di Pavese e La malora »). La comparaison se fait à partir du thème du voyage. Le schéma n’est pas le même dans les deux romans : le protagoniste de Fenoglio résiste à la tentation de partir et décide de rester (p. 75). En revanche, chez Pavese, le protagoniste part. La dimension du voyage est cependant présente dans La malora, puisque Agostino quitte sa ferme natale pour aller travailler à quelques kilomètres de là. Toutefois, il ne s’agit pas du même voyage que celui d’Anguilla, qui est parti travailler en Amérique. Le voyage de ce dernier se limite à la découverte de l’identité et de l’indifférence des choses, alors que le voyage accompli par Agostino est un voyage homérique d’éducation, capable de changer sa perception du monde. En ce sens, le voyage représente chez Fenoglio le modèle à ne pas suivre. Les liens entre Fenoglio et Pavese sont étudiés également dans un autre chapitre (chap. 5, « La “lezione” di Pavese. Ferragosto »), dans lequel Boggione propose une datation de la nouvelle fénoglienne Ferragosto différente de celle retenue jusqu’ici (elle serait postérieure au mois de mars 1962), en se basant sur des éléments aussi bien textuels – l’onomastique – qu’extratextuels – les lettres que Fenoglio a écrites au réalisateur Gianfranco Bettetini, avec lequel il travaillait sur un projet de scénario cinématographique (p. 119-124). Boggione fait preuve d’assurance lorsqu’il s’aventure sur le terrain glissant de la querelle philologique concernant Fenoglio, qui se fonde sur des procédés d’écriture complexes et d’une certaine manière inextricables, caractérisés par d’innombrables réélaborations des mêmes passages. Du point de vue thématique, le parallèle que Boggione dresse entre Ferragosto et Paesi tuoi de Pavese vise à souligner la distance entre les deux romanciers : le modèle pavésien, avec son substrat mythique et païen, est ressenti par Fenoglio, imbu de la mémoire biblique filtrée par la tradition chrétienne, comme étant faux et incapable de transmettre la nature de la terre piémontaise.

6Le parallèle avec Verga, plus précisément avec I Malavoglia, est d’autant plus intéressant qu’il renvoie aux tentatives d’une partie de la critique fénoglienne d’inclure le romancier piémontais dans le courant néoréaliste et néovériste (chap. 3, « “A lezione” da Verga. Ancora La malora »). Selon Boggione, Fenoglio reprend le modèle verghien tout en l’absolutisant et en s’éloignant de ce dernier. La perspective fénoglienne se caractérise par la dimension épique de l’affrontement entre les personnages et leur destin – une dimension qui n’existe pas chez Verga. Le but de Fenoglio n’est pas de faire une chronique vériste de la campagne piémontaise. Tout au contraire, on remarque chez lui une volonté incessante d’élever ses personnages au niveau d’exempla figés dans leur fonction narrative, imposants dans leur grandeur tragique (p. 95). Et si, pour Verga, l’ignorance permet de supporter une condition négative qui est préférable à l’exclusion de la société et de la vie causée par le savoir, chez Fenoglio la connaissance, même partielle, comme celle d’Agostino, et même si elle n’est que la conscience de la nécessité ontologique de la souffrance et du mal, représente la voie vers le salut (p. 116-118).

7Le postulat de Boggione se révèle particulièrement intéressant dans l’analyse des œuvres peu étudiées de Fenoglio, comme par exemple le projet de scénario que ce dernier avait commencé à rédiger pour Gianfranco Bettetini, ou les pièces de théâtre. Boggione cite avec pertinence les lettres que Fenoglio et Bettetini se sont échangées, où l’on apprend la volonté du romancier d’écrire pour le cinéma une histoire exemplaire nourrie de références bibliques. Cela permet à Boggione d’élargir la perspective critique suivie dans l’étude des œuvres de Fenoglio sur la Résistance – où le romancier apparaît comme un auteur intéressé par la reproduction d’archétypes universels – au reste de la production fénoglienne (p. 153). C’est dans cette optique que doit être lu le septième chapitre du recueil (« Il narratore postumo. Sulle tecniche della narrativa breve fenogliana »), dans lequel Boggione mène un dialogue serré avec les techniques narratives dans le but de souligner la distance entre les thèmes traités (vie paysanne et guerre) et leur contexte immédiat, ainsi que leur appartenance à un monde mythique et archétypique où toute temporalité doit être interprétée selon cette clé (p. 174). Boggione rapproche les œuvres paysannes de Fenoglio de ses romans de guerre, étudiés du point de vue de la temporalité mise en place ainsi que des rapports entre l’auteur, le narrateur et les protagonistes autobiographiques qui peuplent les œuvres de Fenoglio sur la Résistance, pour démontrer la capacité fénoglienne d’élever la chronique au niveau de l’exemplarité dans l’ensemble de son corpus (p. 192).

8Les quatre derniers chapitres du recueil de Boggione sont consacrés au théâtre de Fenoglio. Dans le chapitre concernant la production théâtrale de jeunesse (chap. 8, « L’espressionismo fenogliano. La commedia universitaria e altro »), Boggione se penche sur la vexata quaestio de l’expressionisme fénoglien, en se prononçant en faveur de la présence d’une constante stylistique expressionniste chez Fenoglio. Il ne le fait pas, comme l’on s’y attendrait, en évoquant le modèle de Gadda, mais en s’appuyant sur un auteur hétérodoxe rarement mis en relation avec Fenoglio : Teofilo Folengo, auteur du Baldus cité dans Primavera di bellezza, qui faisait vraisemblablement partie du bagage culturel de Fenoglio. Les chapitres qui traitent encore du théâtre de jeunesse ainsi que de celui de la maturité de Fenoglio soulignent une fois de plus l’unité de l’œuvre du Piémontais, y compris de sa production périphérique. Il faut saluer au passage le travail méritoire de Boggione sur des aspects parfois oubliés et peu étudiés de la production de Fenoglio : dans La voce nella tempesta, adaptation pour le théâtre des Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë (chap. 9, « La “rustica tragedia” di Fenoglio. La voce nella tempesta »), ainsi que dans une autre œuvre de jeunesse, Serenate a Bretton Oaks (chap. 10, « Realismo mitico. Serenate a Bretton Oaks »), Fenoglio fait preuve de la même recherche d’une dimension absolue, exemplaire et non mimétique que Boggione décèle dans les œuvres paysannes et bien évidemment dans celle de guerre. Les personnages de théâtre fénogliens perdent en finesse psychologique ce qu’ils gagnent en grandeur tragique, dans des situations très éloignées du réalisme immédiat qui sont souvent celles élémentaires de la vie, de l’amour, du destin, de la mort. On retrouve les mêmes situations dans les dernières œuvres de Fenoglio, à savoir les pièces de théâtre Atto unico et Solitudine (chap. 11, « Il partigiano a teatro. Atto unico, Solitudine, frammenti teatrali »). Boggione analyse, en clôture de son recueil de textes, les dernières productions de Fenoglio, des textes où les protagonistes sont plus incertains et dans lesquels les héros sont des hommes déracinés dans un monde dénué de sens (p. 258). Boggione y discerne, à nouveau, une tension épique qui est le véritable point d’unité dans la production d’un romancier capable d’élaborer ce qu’il définit comme un « langage de l’absolu » (p. 228). Et c’est sous le signe de ce langage que se construit le travail de Valter Boggione, un travail qui peut être lu comme une invitation à ne pas proposer de hiérarchies, en apparence satisfaisantes mais souvent trompeuses, dans une production complexe et multiforme, comme un livre qui a le mérite de s’attaquer – tout en les clarifiant – à plusieurs stéréotypes que l’on retrouve souvent dans une partie de la critique sur Beppe Fenoglio.

Top of page

References

Electronic reference

Alessandro Martini, « Valter Boggione. La sfortuna in favore. Saggi su Fenoglio », Laboratoire italien [Online], 13 | 2013, Online since 04 February 2014, connection on 16 August 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/730

Top of page

About the author

Alessandro Martini

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page