Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Marialuigia Sipione. Beppe Fenoglio e la Bibbia. Il « culto rigoroso della libertà »

Florence, Franco Cesati, 2011, 178 pages, 25 €
Alessandro Martini
p. 337-340
Référence(s) :

Marialuigia Sipione. Beppe Fenoglio e la Bibbia. Il « culto rigoroso della libertà ». Florence, Franco Cesati, 2011, 178 pages, 25 €.

Texte intégral

1C’est avec une bonne plume que Marialuigia Sipione propose une monographie fénoglienne qui n’est pas sans entretenir nombre de liens avec celle de Valter Boggione, surtout dans sa lecture du roman La malora. Sipione s’intéresse à la présence des Écritures dans l’œuvre de Beppe Fenoglio, ce qui représente, selon l’auteur, un des piliers du corpus complexe que nous a laissé le romancier d’Alba – du point de vue philologique mais aussi de celui des sources qui le nourrissent. Si la lecture unitaire de l’œuvre de Fenoglio faite par Boggione reposait sur l’épopée, celle qui fonde l’étude de Sipione est la Bible, que Fenoglio fréquentait assidûment et qu’il connaissait aussi à travers la lecture faite par ses auteurs bien-aimés, de Bunyan à Milton et de Coleridge à Eliot en passant par Hopkins. L’hypothèse de départ de Sipione consiste à postuler une présence capillaire, dans l’œuvre de Fenoglio, de renvois à l’Ancien et au Nouveau Testament, motivée tout d’abord par la formation intellectuelle de l’écrivain, un homme qui, à maintes reprises, a pris ses distances par rapport au culte officiel, mais qui a néanmoins été sensible au plus haut point au texte fondateur de l’identité judéo-chrétienne, lu en tant qu’« objet artistique et réservoir d’événements merveilleux et poétiques » (p. 17). Cette approche de l’œuvre de Fenoglio offre l’avantage de (re)lire à la lumière de la Bible plusieurs passages de la biographie et de la bibliographie d’un auteur qui interroge et s’interroge sur les questions métaphysiques.

2Le travail de Marialuigia Sipione s’inscrit dans le sillon de la grande tradition critique des Frye, Bloom, Auerbach et Kermode, judicieusement cités dans l’introduction ; de même, il est redevable du travail important accompli sous la houlette de Pietro Gibellini, La Bibbia nella letteratura italiana. L’étude fénoglienne de Sipione s’articule en deux grandes parties ; la première (chapitres 1 et 2) est consacrée au rapport que Fenoglio entretenait avec la Bible, d’abord du point de vue biographique, ensuite du point de vue de sa formation intellectuelle. La deuxième partie (chapitres 3 et 4) est, quant à elle, une étude rapprochée de la présence de la Bible dans l’ensemble du magmatique corpus fénoglien, avec un œil particulier sur le roman de 1952, La malora, un texte emblématique qui souffre d’une approche critique souvent erronée.

3La passion qui anime la démarche scientifique de Marialuigia Sipione ressort avec force dès le premier chapitre de son ouvrage, où l’approche choisie lui permet de creuser de façon originale la biographie de Fenoglio. Le lecteur entre alors de plain-pied dans les cercles littéraires et culturels d’Alba qui ont eu tant d’importance dans la formation culturelle de Beppe Fenoglio : on arrive facilement à imaginer, tant la reconstruction de Sipione est détaillée et vivante, les soirées passées par le romancier à disserter sur la théologie, la Bible et l’histoire chrétienne en compagnie du philosophe Pietro Chiodi, d’Eugenio Corsini, ancien séminariste et spécialiste de littérature chrétienne ancienne et de littérature grecque, de Monseigneur Natale Bussi, un intellectuel très actif dans la vie culturelle d’Alba, de Monseigneur Piero Rossano, qui a consacré une partie de ses études à l’herméneutique de saint Paul. C’est toutefois le deuxième chapitre qui jette les bases d’une lecture stimulante de l’œuvre fénoglienne. Ici, Sipione tente avec succès une étude systématique des lectures et des choix de traduction de Beppe Fenoglio. Si un ouvrage consacré aux traductions fénogliennes existe déjà (Mark Pietralunga, Beppe Fenoglio e la letteratura inglese, 1992), tout comme un travail sur la bibliothèque anglaise de Fenoglio (Orsetta Innocenti, La biblioteca inglese di Fenoglio, 2001), Sipione recherche, chez les auteurs lus et traduits par Fenoglio, les raisons d’une passion qui dépasse celle du simple lecteur et qui devient l’hommage d’un homme à des esprits dont il partage la vision de l’existence. Ces affinités électives se construisent le plus souvent autour de la religion, et plus particulièrement de la lecture de la Bible. Sipione propose avec rigueur une série d’approfondissements des débats théologiques contemporains aux auteurs lus par Fenoglio. Le Pilgrim’s Progress de John Bunyan devient pour le romancier l’exemple d’une écriture capable d’allier l’exigence morale à la saveur fantastique et jouissive de la fiction. De la poésie métaphysique de John Donne, Fenoglio retient le mélange, souvent impossible à démêler, de tradition érotico-courtoise et de louanges divines. John Milton est considéré comme l’archétype d’une « phénoménologie du désir et de l’attente frustrés » (p. 62) et le Satan de son Paradise Lost comme celui du héros titanesque qui ne rechigne pas devant la confrontation avec l’autre. La lecture fénoglienne de Samuel Taylor Coleridge, dont le romancier nous a offert une splendide traduction de The Rime of the Ancient Mariner, est stimulante dans la mesure où les suggestions métaphysiques à la base de la poétique de Coleridge dévoilent la tension commune aux deux hommes vers une foi jamais consolatrice, capable de guider vers le salut sans toutefois offrir de raccourcis. Sipione s’intéresse ensuite à l’influence de Gerard Manley Hopkins, le poète « le plus intraduisible de tous les poètes intraduisibles » selon Fenoglio (qui nous a cependant laissé plusieurs traductions de ses poèmes). Elle note l’existence d’un rapport entre les deux auteurs, sorte de « corri­spondenza d’amorosi sensi » qui plonge ses racines aussi bien dans le style que dans la fascination pour la beauté qui imprègne les poèmes du jésuite anglais. Toutes ses consonances (et d’autres encore : avec Robert Browning et Evelyn Hope, Emily Brontë et Wuthering Heights, T. S. Eliot et Murder in the Cathedral, Edgard Lee Masters et The Anthology of Spoon River) contribuent à définir un solide portrait intellectuel de Fenoglio, un auteur fasciné par une conception de la religiosité qui n’est pas sans entretenir des liens avec le puritanisme.

4Les outils mis en place dans la première partie du travail sont déployés dans la lecture de l’œuvre fénoglienne que Sipione développe par la suite. Cette lecture prend la forme d’un glossaire (chapitre 3) : l’œuvre fénoglienne est passée au crible des Écritures, de la figure du bouc émissaire, rapproché de l’Agnus Dei qui peut être sacrifié en raison de sa bonté, aux présences christiques identifiables dans Il Partigiano Johnny, en passant par le jardin d’Éden de la Génèse, source active dans Una questione privata, l’Apocalypse, réservoir d’images pour l’évocation des Langhe, et l’Exode, dont la structure sous-tend, selon Sipione qui reprend ici la thèse de Jacomuzzi, l’histoire de Johnny, exclu à jamais, comme Moïse, de la Terre promise.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage de Sipione est consacré à La malora, roman étudié non pas sous l’angle de l’influence de Manzoni ou de Verga, mais en tant que signe incontestable de la fréquentation fénoglienne de la Bible, et tout particulièrement de l’Ancien Testament. Sipione s’inscrit dans le sillage de la lecture du roman faite par Bàrberi Squarotti, Eugenio Corsini et plus récemment par Valter Boggione. La malora en ressort comme une œuvre complexe, nourrie de références multiples : Agostino, le protagoniste, posséderait des traits en commun avec Isaac, en raison de sa nature de victime sacrificielle, mais aussi avec Adam, car, comme ce dernier, il a été éloigné de sa maison, reflet transparent du jardin d’Éden (p. 141). La morale punitive qui caractérise le roman serait en lien avec celle de l’Ancien Testament, où les infractions aux desseins divins sont punies sans pitié. Outre les références bibliques, La malora se nourrit également de suggestions luthériennes, et offre au lecteur une eschatologie proche de celle du Paradise Regained de John Milton : le travail, et non pas les prières, est le seul et unique moyen de communication avec la dimension métaphysique. Par l’épreuve éreintante de la fatigue physique expérimentée directement, Agostino, qui, conformément à l’exégèse protestante de l’Apocalypse, ne demande jamais d’intercession, peut enfin reconstruire un semblant de foyer (p. 148).

6Le travail de Marialuigia Sipione – mais tel n’était pas le but de la démarche critique – ne souligne pas l’apport de l’Histoire et de l’expérience de la guerre vécue par Fenoglio, les deux autres piliers de l’œuvre de l’auteur piémontais. En revanche, il fait ressortir la structure théologique profonde du corpus fénoglien, fruit d’une exégèse des Textes poussée et proche de celle des protestants, accomplie par un homme qui s’intéresse à la dimension métaphysique de l’existence. Fenoglio est un auteur fortement lié au sang (celui versé pendant la Résistance) et à la terre (celle des Langhe, qui ne « fait pas de cadeaux » à ceux qui la travaillent). En même temps, il est aussi – surtout ? – un romancier qui arrive à se dégager du poids des événements et de l’expérience directe pour atteindre une dimension existentielle et transcendante. En conclusion, il serait intéressant de poser cette question : comment Fenoglio arrive-t-il à concilier, sur sa page, le profond pessimisme téléologique et eschatologique omniprésent dans son œuvre que Sipione cerne avec justesse (p. 17), avec la certitude « typiquement puritaine » (p. 56) d’atteindre le but du pèlerinage entrepris qui est à la base du Pilgrim’s Progress, livre qui a tant influencé l’aventure de Il partigiano Johnny ? En d’autres termes : l’histoire de Johnny, paradigmatique et hautement symbolique de la condition humaine, serait-elle à lire en y percevant une lueur d’espoir, bien que très faible, ou, au contraire, serions-nous face à un auteur chez qui les consonances avec le puritanisme achoppent sur le but du pèlerinage pénible sur cette terre, un auteur chez qui les ténèbres l’emportent sur la lumière ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro Martini, « Marialuigia Sipione. Beppe Fenoglio e la Bibbia. Il « culto rigoroso della libertà » », Laboratoire italien [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 04 février 2014, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/733

Haut de page

Auteur

Alessandro Martini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page