Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La nécessité chrétienne de l’unité et de l’indépendance italiennes. Nostalgie et illustrations risorgimentales d’un ordre de Chrétienté au xixe siècle : Gioberti et Balbo

La cristiana necessità dell’unità e dell’indipendenza italiane. Nostalgia e rappresentazioni risorgimentali d’un ordine di Cristianità nell’Ottocento: Gioberti e Balbo
Sylvio Hermann De Franceschi
p. 225-256

Résumés

La montée en puissance d’un nouvel intransigeantisme romain au tournant des xviiie et xixe siècles a favorisé le retour archaïsant d’une ambition de Chrétienté parfois accommodée aux exigences de l’âge libéral. À partir des exemples de Vincenzo Gioberti (1801-1852) et de Cesare Balbo (1789-1853), le présent article entend montrer que le paradoxe n’est qu’apparent de voir des auteurs le plus sûrement acquis aux engagements risorgimentaux mettre l’idée de république chrétienne au service de la cause de l’unité et de l’indépendance italiennes. Le Risorgimento semble alors avoir résolument pris part au procès de reconstruction et de restructuration du mythe de Christianitas au mitan du xixe siècle, alliant, en une instable synthèse, érudition historiographique et nostalgie idéologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir essentiellement A. Dupront, Europe et Chrétienté dans la seconde moitié du xviie siècle. Ire p (...)
  • 2 On se permet de renvoyer ici à S. De Franceschi, « La Chrétienté au miroir de la diplomatie vénitie (...)
  • 3 Voir B. Plongeron, « Archétype et répétitions d’une chrétienté, 1770-1830 », Concilium, 7, 1971, p. (...)
  • 4 D. Menozzi, « Intorno alle origini del mito della Cristianità », Cristianesimo nella storia, vol. V (...)
  • 5 Voir B. Plongeron, « Échec à la sécularisation des Lumières ? La religion comme lien social », Sécu (...)

1D’origine millénaire, sinon immémoriale, occultée ou honnie par les philosophes des Lumières au xviiie siècle, l’idée de Chrétienté a eu une destinée qui ne laisse pas d’intriguer. Si Alphonse Dupront (1905-1990) en situait naguère le dépérissement inévitable dès la conclusion du concile de Trente – quand la moderne notion de catholicité tend à se substituer à la vénérable Christianitas – avant que la Paix de Westphalie n’en sanctionnât en 1648 la péremption définitive1, on a pu aussi montrer que l’idéal d’une république chrétienne pacifiée et unifiée restait encore largement vivace au tournant des xvie et xviie siècles2. Sans doute doit-on considérer qu’il s’agissait là d’ultimes soubresauts avant l’indéniable effacement de la deuxième moitié du xviie siècle et du xviiie siècle ; sans doute avait-on aussi de justes motifs pour souscrire impavidement, et avec l’apparence de n’être pas démenti, l’acte de décès de la Chrétienté au moment où éclate la Révolution française – l’équivalence entre civilisation, Europe et Christianitas s’était tellement imposée que la dernière notion semblait n’avoir guère plus d’utilité, voire de sens ; qu’elle fût promise à disparaître, reléguée parmi les encombrants vestiges des temps anciens, peu en doutaient, et leurs voix étaient devenues parfaitement inaudibles. Il apparaît pourtant que la Christianitas a connu une soudaine résurrection à l’âge romantique avant de reprendre de solides forces au mitan du xixe siècle3. Dans un article fondamental publié en 1984, Daniele Menozzi notait – à l’encontre des analyses les plus répandues – la persistance, à la fin du xviiie siècle, de l’idée selon laquelle les États chrétiens possédaient en la papauté un organe suprême pour juger des controverses et des conflits, et la thèse n’était pas le propre des seuls zélantistes romains4. Non moins partagé, et assez généralement, le principe selon lequel la religion, et surtout le catholicisme, était fondement de société : le sacerdoce autoritairement incarné par le souverain pontife avait permis, un millénaire durant, le maintien d’un ordre chrétien en Europe et avait victorieusement résisté aux pulsions désagrégeantes engendrées par les intérêts particuliers des individus et des nations5. Conviction qui manifestait discrètement de douteux relents de théocratie, susceptibles d’enrayer une éventuelle reviviscence de la nostalgie de Christianitas. La montée en puissance d’un nouvel intransigeantisme romain allait pourtant favoriser le retour archaïsant d’une ambition de Chrétienté, parfois accommodée aux exigences de l’âge libéral, et le paradoxe n’est qu’apparent de voir des auteurs le plus sûrement acquis aux engagements risorgimentaux mettre l’idée de république chrétienne au service de la cause de l’unité et de l’indépendance italiennes.

Église et Chrétienté : définition de deux entités distinctes

  • 6 Sur Ferrari, outre les pages désormais classiques de W. Maturi, Interpretazioni del Risorgimento. L (...)
  • 7 G. Ferrari, La federazione repubblicana, Londres, s.e., 1851, p. 34 : « Il Risorgimento era grande (...)
  • 8 Ibid., p. 16 : « Oggi si cospira, si insurge, l’Italia è la terra delle impotenti rivolte. Dall’und (...)

2Hostile à l’autorité pontificale, dénoncée pour sa servilité à l’égard de la puissance autrichienne ou pour son acharnement à défendre ses intérêts temporels contre l’inexorable réalisation du destin de la patrie, le Risorgimento reste quand même tributaire de cadres de pensée parfois étonnamment chrétiens. Explicite, le témoignage du publiciste Giuseppe Ferrari (1811-1876)6, dont les convictions risorgimentales sont par ailleurs sans ambiguïté, lorsqu’il écrit dans La federazione repubblicana (1851) : « C’était l’unique grandeur du Risorgimento que de combattre les deux chefs de la Chrétienté. »7 Le propos, dirigé contre le souverain pontife et l’empereur d’Autriche, héritier du Saint-Empire, indique clairement la persistance larvée d’un ordre de Christianitas contre lequel Ferrari s’élève – par quoi il prétend être cohérent avec une tradition invétérée de sa patrie : « Aujourd’hui, on conspire, on s’insurge, l’Italie est la terre des révoltes impuissantes. Du xie siècle jusqu’à 1530, l’histoire de la Péninsule n’est qu’une incessante succession de soulèvements assidus contre les deux chefs de la Chrétienté. »8 Emporté par son indignation et par son zèle patriotique, Ferrari décrit son pays comme la proie férocement anéantie d’un pouvoir catholique qui en énerve consciencieusement la précieuse vitalité – parfaitement vain lui paraît le célèbre Italia farà da sè prononcé par Charles-Albert en 1848 :

  • 9 Ibid., p. 23 : « L’Italia non fa da sè, perchè ne’ suoi Stati vi sono cattolici, nobili, ve­scovi e (...)

L’Italie ne peut se tirer d’affaire par elle-même, parce que dans ses États, il y a des catholiques, nobles, évêques et châtelains, prêtres et marquis ; et partout où l’on trouvera un prêtre et un marquis, l’Europe trouvera une créature des deux puissances qui consignera la terre aux deux chefs de la Chrétienté.9

3Ferrari s’exaspère des effets mortifères de la Sainte-Alliance mise en place après le Congrès de Vienne en 1815. À l’en croire, le système Metternich, récemment ébranlé par les révolutions de 1848, n’a été que la pâle et anachronique résurrection d’une Christianitas médiévale dont le spectre n’en finit plus d’être exorcisé :

  • 10 Ibid., p. 25 : « Più non esiste il sacro Imperio, ma l’unità di Cesare è passata intera nella lega (...)

Le Saint-Empire n’existe plus, mais l’unité césarienne est entièrement passée dans la ligue de tous les gouvernements. Le Saint-Siège ne domine plus l’Europe, mais l’unité chrétienne réside dans la ligue de tous les évêques catholiques, schismatiques et protestants. Toute la Chrétienté est intéressée à la restauration du Sacerdoce et de l’Empire.10

  • 11 Ibid., p. 118 : « Mazzini resta nella sfera della Cristianità con una fede equivoca, con una Chiesa (...)
  • 12 Id., L’Italia dopo il colpo di Stato del 2 dicembre 1851, Capolago, 1852, p. 1-2 : « La conquista s (...)

4À Giuseppe Mazzini (1805-1872), assurément la grande figure du Risorgimento, Ferrari reproche d’être encore trop chrétien, de rester « dans la sphère de la Chrétienté » et de méconnaître les conséquences délétères de sa catholique modération pour le succès du patriotisme italien11. Dans L’Italia dopo il colpo di Stato del 2 dicembre 1851 (1852), Ferrari confirmait sèchement ses positions : « La conquête étrangère n’est pas le fait de la seule Autriche ; elle est aussi le fait de la Chrétienté, toute ennemie de la liberté italienne et toute tendue depuis soixante ans à restaurer le joug de la papauté et de l’Empire. »12 Congé était irrémédiablement donné à une survivance de Christianitas qui était empêchement au désirable Risorgimento et caution impardonnable de la double et étouffante tyrannie pontificale et impériale.

  • 13 Sur Moroni, voir F. Meda, « Un uomo singolare. Gaetano Moroni e il suo dizionario di erudizione sto (...)
  • 14 G. Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da S. Pietro sino ai nostri giorni, vol.  (...)
  • 15 Ibid., loc. cit., p. 208 : « Però la parola Cristianità al presente ha un senso più esteso che non (...)
  • 16 Ibid., art. « Cristianesimo », p. 197 : « La dottrina di Gesù Cristo, la fede, la religione cristia (...)

5Le concept de république chrétienne mis au service de la démonstration ferrarienne restait délibérément historique : la Chrétienté désignait une vague entité spatiale, probablement identifiable à l’Europe, et soumise au gouvernement d’une alliance harmonieuse entre autorité spirituelle et pouvoir temporel, respectivement incarnés par le souverain pontife et l’empereur. Du côté des auteurs romains, on avait évidemment une autre conception de la Christianitas, plus large et aussi parfois volontairement plus imprécise. Proche collaborateur du pape Grégoire XVI, Gaetano Moroni (1802-1883)13, auteur du monumental et célèbre Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica (1840-1879), définit la Chrétienté comme « la société générale de tous les hommes qui professent la religion de Jésus-Christ, sans égard aux diverses sectes », et il précise opportunément que « la Chrétienté n’est pas contenue dans la seule Église catholique, puisque hors d’elle, il existe des hommes et des sociétés qui se reconnaissent comme chrétiens et croient en Jésus-Christ »14 – Moroni constate d’ailleurs que « le terme de Chrétienté a aujourd’hui un sens plus étendu que par le passé »15. Pour sa part, Moroni distinguait quand même entre Chrétienté et le récent concept de christianisme, entendu comme « la doctrine de Jésus-Christ, la foi, la religion chrétienne »16, alors que les deux notions semblaient désormais se rapprocher, voire se confondre, pour évacuer la référence nostalgique à un ordre théologico-politique périmé.

  • 17 É. Gilson, La philosophie au Moyen Âge (1922), Paris, Payot, 1986, p. 257.
  • 18 Id., Les métamorphoses de la cité de Dieu, Louvain-Paris, Vrin, 1952, p. vii.
  • 19 Sur Luigi Taparelli d’Azeglio, outre l’étude ancienne de R. Jacquin, Taparelli, Paris, Lethielleux, (...)
  • 20 L. Taparelli d’Azeglio, Saggio teoretico di dritto naturale appoggiato sul fatto (1843), Livourne, (...)
  • 21 Ibid., 5e partie, chap. 2, § 2, no 1437, p. 485 : « La società cristiana considerata sotto questo a (...)
  • 22 Ibid., no 1438, p. 485 : « La Cristianità ha dunque dalla Chiesa una certa unità, sì perchè forma i (...)
  • 23 Ibid., no 1441, p. 487 : « La Cristianità è una società materiale nata da società spirituale, epper (...)
  • 24 Ibid., no 1442, p. 487 : « È dunque essenziale alla Cristianità l’esser sempre governata da due pot (...)
  • 25 Ibid., no 1443, p. 487 : « Quei politici dunque che, per assoggettarla al poter secolare, ci spacci (...)
  • 26 Ibid., no 1444, p. 487 : « La Cristianità è una società materiale etnarchica, nata e conservata dal (...)

6Il paraît que l’idée de république chrétienne n’a pu faire l’objet de définition et de caractérisations qu’au moment où son efficace était en danger d’être anéantie. Les théologiens des époques médiévale et moderne avaient constamment reculé devant le besoin d’offrir à la Chrétienté un cadre canonique, et le terme était plus fréquemment employé par les publicistes, diplomates et pamphlétaires ou invoqué par les souverains pour sa vertu légitimante que requis par les discours théologique et ecclésiologique. Dans sa grande étude sur La philosophie au Moyen Âge (1922), le philosophe français Étienne Gilson (1884-1978) devait constater avec résignation : « On ne connaît pas d’écrit spécialement consacré à fonder en doctrine la notion de Chrétienté. »17 Trente ans plus tard, dans Les métamorphoses de la cité de Dieu (1952), il revenait avec insistance sur la damnable imprécision qui marquait de son sceau les tentatives de définition de la Christianitas : « Nous ne connaissons aucun traitement théologique explicite de la notion de Chrétienté. Nous désirerions savoir si cette notion doit être tenue pour strictement identique à celle d’Église, ou si elle s’en distingue, et comment. »18 Or il se trouve qu’il y a eu quelques auteurs, peu nombreux il est vrai, pour tenter de proposer, au temps du Risorgimento, une caractérisation formelle de la Respublica christiana. Ainsi du jésuite Luigi Taparelli d’Azeglio (1793-1862), frère aîné de l’insigne patriote Massimo Taparelli d’Azeglio (1798-1866) – que ses conceptions risorgimentales fédéralistes allaient opposer à Cavour –, cofondateur en 1850, avec son confrère Carlo Maria Curci (1809-1891), de la Civiltà cattolica, et auteur d’un Saggio teoretico di dritto naturale (1843) justement réputé19. Au chapitre II de la 5e partie de son ouvrage, le P. Taparelli observait que les nations et les individus unis extérieurement par le souci de réaliser les fins spirituelles de la religion chrétienne mais dotés, les uns et les autres, de droits publics qui leur étaient particuliers formaient une société regroupant des éléments qui lui préexistaient et qui conservaient évidemment chacun leur être propre20. L’ensemble ainsi constitué se subdivisait lui-même en deutarchie, soit des circonscriptions secondaires – comme les diocèses –, par opposition à la protarchia, autorité suprême, mais n’en était pas moins un tout spirituel, une société mixte de subordinations multiples produisant une puissance participée tandis que les États et nations, qui étaient antérieurs à la formation du groupe qu’ils composaient, gardaient leurs droits et prérogatives primitifs. D’où la définition du P. Taparelli : « La société chrétienne considérée sous cet aspect plus concret est habituellement désignée sous le nom de Chrétienté et forme l’organisme matériel et passif dans lequel l’Église introduit activité et tendance chrétiennes. »21 À l’intérieur de l’Église, dont elle se différencie, la Christianitas possède unité et visibilité ; elle est une etnarchia dont le premier but est la défense de la religion chrétienne – naturellement assimilée ici au catholicisme –, qui est sa cause première, la principale raison d’être sans laquelle elle ne peut persévérer ni durer22. La Chrétienté est « une société matérielle née d’une société spirituelle dont dépend sa conservation »23 ; en tant qu’ethnarchie matérielle, elle se gouverne selon les lois de n’importe quelle autre société ethnarchique, en conséquence de quoi l’autorité y est dévolue au corps social en son entier et à la volonté accordée des nations associées, qui peuvent soit l’exercer en commun, soit la déléguer à un ou plusieurs chefs. Le P. Taparelli se hâte d’ajouter que dans la mesure où la Christianitas est intimement liée à la religion chrétienne, le pape ne peut manquer d’y détenir une très forte influence en déterminant lui seul ce qui est d’intérêt ou de nuisance à l’Église – il est donc essentiel pour la Chrétienté, poursuit le jésuite, « d’être toujours gouvernée par deux pouvoirs distincts, de telle sorte que le matériel aura toujours une force suprême et matériellement irrésistible et que le spirituel aura un droit suprême, mais tel qu’il ne puisse jamais empêcher le bon usage de la puissance matérielle »24. Selon le P. Taparelli, la société chrétienne doit être considérée comme Ecclesia, mais aussi comme Christianitas. L’Église est une société d’individus qu’unissent un devoir intérieur et un libre consentement extérieur, et elle maintient l’ordre externe nécessaire pour que ses membres croient et vivent selon les enseignements du Christ ; pour subsister, elle n’a besoin que de la foi et de la vertu des fidèles, et elle n’a cure de la protection des souverains temporels25. Pour sa part, la Chrétienté est une « société matérielle ethnarchique, née sous l’influence de la société spirituelle et conservée par elle » ; en son sein, « le gouvernement de l’ordre matériel est placé dans le consentement des nations chrétiennes », mais il est aussi « nécessairement subordonné à la religion chrétienne et à l’influence de qui gouverne l’Église », subordination rendue nécessaire par la nature divine de l’institution ecclésiale26. Sans être aussi radical que l’avait été, au tournant des xvie et xviie siècles, son lointain confrère le cardinal Bellarmin, le P. Taparelli n’en manifestait pas moins d’évidentes pulsions théocratiques qui tendaient à restaurer une suréminente et inamissible autorité morale et politique du pontife romain dans le monde chrétien.

  • 27 A.-M. Bensa, Juris naturalis uniuersi summa ad errores hodiernos reuincendos accommodata, 2 vol. , (...)
  • 28 Ibid., t. II, L. XII, 2e partie, chap. 1, § 1279, p. 465 : « Ecclesia est Christiana societas quate (...)
  • 29 Ibid., § 1279, p. 465 : « Ecclesia proprie dicta in Christianæ societatis prima infantia non minus (...)
  • 30 Ibid. : « In adulta Christianæ societatis ætate, quando plures ea semper nationes suo gremio adhære (...)
  • 31 Ibid., § 1283, p. 468 : « Ecclesiæ igitur auctoritas spiritualis, quamuis temporalem ethnarchicam a (...)

7Si orienté que soit le discours du pieux jésuite, il faut lui reconnaître le mérite indéniable d’avoir opéré une rigoureuse distinction entre Église et Chrétienté, peu après littéralement reprise par l’abbé Antoine-Marie Bensa (1813-1887) – un Niçois professeur de philosophie et de théologie dogmatique, disciple du théatin traditionaliste Gioacchino Ventura di Raulica (1792-1861), lui-même proche de Lamennais –, qui, dans une Summa iuris naturalis uniuersi (1855) visiblement rédigée sous l’influence du P. Taparelli, définissait sobrement la Chrétienté, ou Christiana ethnarchia, comme « la société de nations indépendantes qui poursuivent les fins et les moyens propres à l’Église chrétienne par une commune coopération des droits et des forces civiles et politiques »27. Si l’Ecclesia Christiana se subdivisait en archidiocèses, en diocèses et en paroisses, il n’en demeurait pas moins qu’elle était la somme d’associations homogènes, consortia homogenea, dans la mesure où elles étaient toutes de la même nature que l’ensemble qui les regroupait : elles avaient chacune la même fin et les mêmes moyens. D’où une première différence entre l’Église et la Chrétienté : contrairement à l’Ecclesia Christiana, la Christianitas associe des membres sans commune mesure les uns avec les autres, des individus mais aussi des États, et qui agissent aussi bien spirituellement que temporellement28. Deuxième critère de distinction, et lui historique : si, formellement parlant, l’Église n’a pas moins existé dès la naissance de la société chrétienne qu’à la maturité du christianisme, il n’en va pas de même pour la Chrétienté ; la Respublica christiana n’a pu apparaître qu’une fois constituées plusieurs nations chrétiennes29. Troisième différence entre l’Ecclesia et la Christianitas : les deux mots désignent une même réalité, mais le premier l’envisage de manière presque abstraite pour se réduire aux composantes essentielles de son signifié, tandis que le second révèle un contenu plus concret en englobant les moyens temporels mis en œuvre pour la réalisation du projet chrétientaire30. Dans la mesure où elle était de composition mixte, conjoignant étroitement politique et religion, la Chrétienté, poursuivait l’abbé Bensa, comportait deux autorités ethnarchiques suprêmes détenues par deux personnes différentes, mais, ajoutait-il, la temporelle restait subordonnée à la spirituelle. Il était quand même précisé que la puissance spirituelle de l’Église ne s’exerçait jamais directement sur le pouvoir ethnarchique de la Christianitas ; elle n’agissait sur lui qu’indirectement en décidant ce qui importait à la foi chrétienne et au bien de la communauté ecclésiale31. Avec la sobriété d’une argumentation juridique qui renvoyait implicitement à la thèse bellarminienne d’une potestas indirecta du pontife romain in rebus temporalibus, les analyses de l’abbé Bensa relatives à la Chrétienté se révélaient à leur tour froidement théocratiques dans un contexte où la montée en puissance du catholicisme libéral avait dû l’inciter à davantage de retenue.

La moderne catholicité devant la république chrétienne

  • 32 Sur Gioberti, consulter F. Traniello, Da Gioberti a Moro. Percorsi di una cultura politica, Milan, (...)
  • 33 Sur Balbo, voir la somme de G. B. Scaglia, Cesare Balbo. Il Risorgimento nella prospettiva storica (...)

8La question du rôle qui devait être dévolu au pape dans la nation italienne en voie d’unification était naturellement cruciale, et il est logique que les principaux auteurs risorgimentaux aient éprouvé le besoin de réfléchir une ultime fois à la réalité d’une survie de l’idéal chrétientaire. Parmi eux, deux noms se détachent qui incarnent deux sensibilités modérées du Risorgimento. Le premier, Vincenzo Gioberti (1801-1852), a d’abord été acquis aux positions de Mazzini avant d’en rejeter les pratiques révolutionnaires et d’évoluer vers un engagement néoguelfe dont il devient rapidement la figure emblématique en prônant une unité confédérative de la péninsule italienne sous la présidence du pontife romain32. Sa très vive hostilité aux jésuites allait néanmoins le conduire par la suite à une éclatante rupture avec le Saint-Siège, qui condamne ses œuvres en 1852. Le second, Cesare Balbo (1789-1853), incarne un courant « libéral modéré », ou moderatismo risorgimentale, inspiré, certes, de Gioberti par son attachement au confédéralisme mais rompant avec lui sur la question romaine33 – il ne pouvait être envisagé de conférer au pape, dans la future Italie unifiée, la fonction principale que Gioberti persistait à lui vouloir confier. En dépit de leurs désaccords, les deux hommes se signalent par leur commune attention au retentissement que l’unification italienne ne peut manquer d’avoir sur l’ancienne conception de la république chrétienne.

9Tôt formulées, les thèses giobertiennes sont restées relativement stables et fidèles au propos tenu dans Del primato morale e civile degli Italiani (1843). Ouvrage fondateur où Gioberti exprime l’assurance d’une supériorité téléologique de la civilisation italienne en Europe : l’Italie a un destin dont la réalisation est inéluctable. Revenant à diverses reprises sur le processus de dissolution du cadre traditionnel de la Christianitas, Gioberti le met en relation avec la perte d’autorité et de prestige subie par le souverain pontificat :

  • 34 V. Gioberti, Del primato morale e civile degli Italiani (1843), Bruxelles, Meline, Cans et Cie, 184 (...)

Le premier pas vers l’apostasie des trônes a été la destruction de l’instance pontificale, par quoi fut affaiblie la primauté italienne, rompue l’unité de l’Europe, démembré le grand corps de la Chrétienté universelle, le droit des gens réduit à l’état de cadavre, le despotisme substitué à la seigneurie civile, et planté le germe des futures révolutions.34

10Pour Gioberti, il est évident que le pape incarne la personnalité – au sens juridique du terme – civile de l’Europe et aussi celle de l’Italie ; de droit des gens, il ne peut y en avoir d’autre que catholique :

  • 35 Ibid., p. 463 : « Il Papa è la personalità civile di Europa, come quella d’Italia, e il giure catto (...)

Le corps des nations engendré par ce principe a un nom religieux, et il s’appelle Chrétienté. Or, avec l’union, celle-ci a aujourd’hui perdu la vie, une fois rompue l’unité du principe organique qui l’animait et la constituait, et elle n’est plus, collectivement parlant, qu’un cadavre.35

  • 36 Ibid. : « Il vocabolo di Cristianità esprime l’armonia civile e mirabile del mondo ortodosso, effig (...)
  • 37 Ibid., p. 483 : « La Cristianità viene ad essere, come suona il vocabolo, non un semplice aggregato (...)
  • 38 Ibid. : « L’elemento vitale che anima la gran mole, come apparisce eziandio dal vocabolo che lo esp (...)
  • 39 Ibid. : « Il capo della Cristianità non si distingue conseguentemente da quello della fede, e Roma, (...)
  • 40 Ibid. : « E siccome Roma è indivisa da Italia, con cui è congiunta per tanti titoli, e immedesimata (...)

11Dans la pensée giobertienne, l’idée de Chrétienté renvoie à l’harmonie civile, armonia civile, du monde orthodoxe, comme le concept de paganisme renvoie à la confusion et au chaos des peuples hétérodoxes36. La Christianitas « n’est pas un simple agrégat, une agglomération indigeste et fortuite d’États et de nations, mais un corps bien conformé dont chaque membre a une fonction prédéfinie et concourt au mouvement, à la vie et à la conservation de toute la machine »37. Gioberti précise aussitôt que l’élément vital de la Chrétienté, comme le mot l’indique, est la religion chrétienne – du corps de la Christianitas, le catholicisme est le fluide vivifiant ; il est le sang qui en parcourt les veines38. Au corpus Christianorum, il faut nécessairement une tête, et il ne peut trouver son chef que dans le pape : « Rome, capitale religieuse des peuples orthodoxes, est aussi métropole civile et morale de la civilisation universelle et du genre humain. »39 De quoi Gioberti croit pouvoir déduire que l’Italie est nazione principe, nation principielle, de la Chrétienté40. La reprise de l’ancien modèle de la Christianitas médiévale venait opportunément consolider le patriotisme italien du mouvement néoguelfe.

  • 41 Id., Prolegomeni del Primato morale e civile degli Italiani scritti dall’autore, Bruxelles, 1845, p (...)
  • 42 Ibid., p. 58 : « Quindi nasce la maggioranza d’Italia sulle altre nazioni di Europa ; imperocchè, s (...)
  • 43 Ibid., p. 79 : « Ecco in che consiste la distinzione dialettica del corpo della Cristianità univers (...)
  • 44 Ibid., p. 82-83 : « Roma conserva illibato, pubblica universalmente e tramanda di paese in paese e (...)
  • 45 Ibid., p. 87 : « Collocando, com’io fo, l’ufficio essenziale di Roma nella guardia dei dogmi ideali (...)
  • 46 Ibid., p. 206 : « Se il primo membro della Cristianità è il sacerdozio, il secondo è il laicato, ch (...)
  • 47 Ibid., p. 229 : « E che vogliono, per Dio, significare i nomi di Cristianità e di cattolicità, che (...)

12Le néoguelfisme giobertien a délibérément enrégimenté l’idée de république chrétienne au service du projet risorgimental. Dans ses Prolegomeni del Primato morale e civile degli Italiani (1845), Gioberti précise encore davantage les propos tenus dans son œuvre maîtresse de 1843. Il remarque que l’Europe manque d’un accomplissement de son unité religieuse, mais qu’elle dispose d’une communauté de croyances entre les différentes sectes chrétiennes issues du catholicisme – fondement commun qui fait de l’Europe un « tout unitaire » que l’on appelle Chrétienté41. Espace religieux unitairement identifiable où l’Italie dispose assurément d’une place suréminente : « Même si, géographiquement parlant, elle n’est qu’un simple membre de la Chrétienté européenne, l’Italie bénéficie cependant, comme siège du christianisme parfait, d’une dignité singulière qui est accrue par l’influence de sa culture. »42 Pour Gioberti, la société religieuse et universelle, qui est l’Église et la catholicité, a pour but la conservation et le développement des principes idéaux de la religion chrétienne. Œuvre qui s’accomplit sur le double plan de la doctrine et de la pratique : il s’agit de préserver les dogmes d’un obscurcissement possible et aussi d’en montrer les implications sur la vie active des fidèles. D’où « la distinction dialectique du corps de la Chrétienté universelle et de Rome, son chef, et la différence des deux ministères particuliers, essentiels, immuables qui leur sont respectivement assignés » : la capitale de la Christianitas est centre immobile qui exerce l’office « d’une puissance intuitive, axiomatique, générale, conservatrice » ; elle est « le sens commun de la république chrétienne » qui, autour de son autorité centrale, en tire les prescriptions indispensables à la félicité de la vie civile43. Gioberti insiste quelques pages plus loin sur un point qui lui paraît primordial : à Rome seule, derechef, le devoir de transmettre, et intégralement, le dépôt de la foi ; à la Chrétienté, au contraire, d’en interpréter, non seule mais en communion avec son chef, les conséquences sociales44. La principale fonction de Rome et aussi son inadmissible charge sont certes d’être la gardienne des dogmes ; elle ne doit pas pour autant s’empêcher d’en développer les implications civiles, de la même manière que la Christianitas peut, pour Gioberti, participer à la définition des questions dogmatiques45 – les deux ministères, le pontifical et le chrétientaire, sont tenus à intime et réciproque collaboration. Rome et la Chrétienté, poursuit Gioberti, sont deux instances indivises et inséparables, même si distinctes : « Si le premier membre de la Chrétienté est le sacerdoce, le laïcat en est le second, et il n’en est pas moins que le premier partie essentielle et intégrante de la république chrétienne. »46 Relevant que les termes de Chrétienté et de catholicité sont désormais fréquemment employés, Gioberti estime qu’ils désignent l’un et l’autre, non pas les membres de la hiérarchie ecclésiastique catholique, mais bien plutôt le corps des laïcs, et en particulier les peuples, les États et les gouvernements qui sont sur la voie de la civilisation chrétienne, au point, d’ailleurs, que les deux concepts en viennent à se confondre avec l’idée même de civilisation47. Remarque sémantique qui témoigne de l’évolution de la notion de république chrétienne vers une signification plus générale.

13Il faut reconnaître au discours giobertien le rare mérite d’avoir en son temps essayé de discerner, et peut-être aussi de marquer, une étape dans la compréhension d’une histoire de la vie du cadre commun de Christianitas. Publiés pour la première fois en 1856, et donc à titre posthume, les fragments d’un traité Della riforma cattolica della Chiesa démontrent une fois de plus chez Gioberti le souci d’éclairer les différences entre les deux instances que sont la Chrétienté et la catholicité :

  • 48 Id., Della riforma cattolica della Chiesa. Frammenti (1856), Naples, 1860, p. 40 : « Cristianità e (...)

Le premier terme se rapporte à la matière, le second à la forme (unité) ; le premier exprime les rudiments, l’autre la perfection. Le premier regarde surtout le laïcat, et le second les clercs. Le premier concerne le christianisme comme civilisation dans ses rapports au temporel et au fini ; le second concerne le christianisme comme religion dans ses rapports à l’éternité et à l’infini. Chrétienté, enfin, renvoie au premier moment dialectique, soit le contenu et le conflit des opposés, et catholicité à leur harmonie.48

14Les deux notions doivent se voir comme en miroir – la formule est étincelante par quoi Gioberti résume leur différenciation :

  • 49 Ibid., p. 40 : « La cattolicità è il preciso, la Cristianità lo sfumare della religione. Cristianit (...)

La catholicité est le précis, la Chrétienté le flou de la religion. Chrétienté est rudiment ou relique de catholicisme, et donc son effet ou son appareil. Elle vient de la catholicité et elle y retourne […]. Elle est la catholicité humanisée, comme la catholicité est la Chrétienté divinisée.49

  • 50 Ibid., p. 47 : « Le eresie appartengono alla Cristianità, non alla cattolicità. La Cri­stianità è i (...)
  • 51 Ibid., p. 85 : « La Chiesa è contenente e vincolo. Come contenente abbraccia tutto il genere umano  (...)

15D’où le fait que les hérésies appartiennent pleinement à la Christianitas sans, évidemment, pouvoir jamais être reçues en catholicité. En des termes tout hégéliens – on sait que Gioberti, qui a enseigné la philosophie durant son exil bruxellois et qui est l’auteur d’une volumineuse Introduzione allo studio della filosofia (1844), connaissait à la perfection, sans forcément l’approuver, le système de Hegel –, Gioberti affirme que « la Chrétienté est le complexe de tout le positif et de tout le négatif » et qu’elle comprend donc « la catholicité et l’hérésie », tandis que « la catholicité est le seul positif dans toute sa perfection » puisqu’« elle exprime l’harmonie, qui est l’essence de la dialectique »50. Poursuivant son raisonnement, Gioberti en vient à distinguer plus précisément Église, catholicité et Chrétienté. L’Église est à la fois contenant et lien : comme contenant, elle regroupe l’ensemble du genre humain ; comme lien, elle contribue à l’unir. Sous le premier aspect, elle passe, en quelque sorte, par trois cercles : humanité, Chrétienté et catholicité. La catholicité « est le seul contenant actuel », l’humanité est un contenant seulement « potentiel », tandis que la Chrétienté est à mi-chemin entre la puissance et l’acte : elle est, pour reprendre le terme de Gioberti, un « acte initial »51, autrement dit l’étape première dans le processus d’actualisation de la communauté ecclésiale catholique.

  • 52 Id., Il gesuita moderno, t. V, Lausanne, Bonamici et Cie, 1847, chap. 16, p. 95 : « Anche nell’età (...)
  • 53 Ibid., t. III, chap. 14, p. 423 : « La società profana Cristianità si appella, e la sacra piglia il (...)
  • 54 Ibid., p. 423-424 : « Gioverà il dare un’occhiata alle proprietà divine che si riflettono e rimpron (...)
  • 55 Ibid., p. 424 : « E tale conformità che ha luogo a dispetto dei luoghi, dei climi, delle stirpi, de (...)

16Il y a, dans la pensée giobertienne, une visible insistance sur ce qu’il faut entendre par le vocable de Chrétienté. Le concept de Christianitas, pour Gioberti, s’ancre nécessairement dans l’histoire. Explicite, ainsi, un éclairant passage du Gesuita moderno (1847) où Gioberti fait le départ entre, d’un côté, Chrétienté et catholicité et, de l’autre, christianisme et catholicisme : « On ne peut dire que la guerre entamée au siècle dernier par les philosophes […] ait été directement dirigée contre la religion, mais plutôt contre les abus et les désordres, comme le relâchement disciplinaire des clercs, l’hypocrisie des cours, l’intolérance des princes, les entreprises profanes et les turpitudes sans mesure des jésuites, la dure et impitoyable théologie des jansénistes, en somme l’humain et non le divin, la superstition et non la religion, les sectes et non l’Église, la Chrétienté et la catholicité de cette époque et non le christianisme et le catholicisme de toujours. »52 Soumise par nature à l’érosion du temps, la Chrétienté l’est parce qu’elle est essentiellement profane – elle est donc sujette à variations, tandis que la civilisation chrétienne, civiltà cristiana, est au contraire « une, visible, sainte, continuelle, perpétuelle, universelle, indéfectible, comme l’Église qui l’a engendrée »53. En introduisant dans son discours la notion de « civilisation chrétienne », Gioberti donnait malgré lui à voir l’insuffisance et la faiblesse qui caractérisaient désormais un concept de Christianitas auquel il a été l’un des derniers à recourir avec une telle ardeur. Faute d’espérer pouvoir encore réaliser l’idéal de Chrétienté né au Moyen Âge, du moins pouvait-on essayer de rappeler aux « nations chrétiennes », nazioni cristiane – l’expression en dit long sur la perte de prestige d’un corps unitaire auquel on substitue la somme de ses membres –, le fondement commun qui les apparentait : « Il peut être utile de jeter un œil sur les propriétés divines que la foi imprime dans la culture. L’unité en est la première, et elle est non moins claire dans la civilisation des nations chrétiennes que dans les croyances des nations catholiques. »54 Les États dont les peuples sont acquis au christianisme, explique Gioberti, ont chacun produit des institutions comparables, ils ont tous un air de famille qui empêche de confondre la vie des chrétiens avec celle des païens ou des musulmans. Conformité que l’on retrouve partout en Europe et dans une partie notable de l’Amérique, au point qu’il est possible de considérer les deux espaces « comme un seul monde que l’on appelle la Chrétienté »55. La Christianitas avait ici perdu sa charge théocratique et ecclésiale pour devenir un concept presque sécularisé et finalement proche de celui de civilisation chrétienne.

  • 56 C. Balbo, Della monarchia rappresentativa in Italia saggi politici. Della politica nella presente c (...)
  • 57 Ibid., p. 443-444 : « All’incontro la parola di Cristianità esprime un’idea molto diversa da quella (...)
  • 58 Ibid., p. 444 : « Ma la parola di Cristianità non ha che fare colla verità, coll’intierezza della f (...)
  • 59 Ibid. : « È bensì anche una politica umana derivata dalle massime cristiane, che si può chiamare po (...)
  • 60 Ibid., p. 444-445 : « Discorrendo della politica della Cristianità, noi non intendiamo ragionare nè (...)

17Multiplications de synonymies qui indiquent une inquiétante perte de sens du projet de Chrétienté et qui ne sont pas échappées aux contemporains du Risorgimento. Dans un essai Della politica nella presente civiltà dont il commence la rédaction en 1852 et qui n’est publié qu’en 1857, à titre posthume, Cesare Balbo revient longuement sur les rapports sémantiques qui lient les notions de Chrétienté, de christianisme ou encore de civilisation chrétienne. Il commence par constater prudemment qu’il n’existe pas, à proprement parler, de synonymes parfaitement rigoureux. Il rappelle ensuite que le terme de civilisation vient de ciuitas ; autrement dit, il a l’étymologie latine qui correspond à celle de politique en grec. Les deux notions ont connu des destinées différentes : civiltà, le résultat du processus d’incivilimento – la langue italienne, est-il précisé, distingue entre les deux –, en est venue à désigner le complexe des conditions sociales d’un peuple ou d’une nation, ou d’un ensemble de nations ; pour sa part, politica signifie surtout l’art et la manière de gouverner. Progressivement, le terme de civiltà s’est aussi mis à désigner les nations qui appartiennent à la même civilisation, ainsi de la civiltà cristiana, qui est alors rigoureusement synonyme de Chrétienté56. Quant à Cristianità, souligne Balbo, le vocable exprime une idée bien différente du christianisme, de la religion chrétienne ou de l’Église chrétienne : Cristianesimo et religione cristiana sont sans doute très proches, même si le premier comprend apparemment la seconde ; la Chiesa cristiana s’identifie, pour sa part, à la société religieuse des chrétiens, et elle n’existe que par l’aveu commun d’une seule et inamissible vérité de croyances57, de quoi, au contraire, la Cristianità n’a que faire puisqu’elle se réduit à l’ensemble des nations et des hommes qui ont adopté la religion chrétienne sans prendre en compte le degré d’achèvement de leur adhésion58. Par ailleurs, note Balbo, le terme de politica ne peut s’apposer qu’à la Chrétienté ; il est inalliable avec l’Église chrétienne, qui ne peut mener de politique humaine puisqu’elle est surnaturelle. Il existe, certes, une politique humaine dérivée des maximes chrétiennes, que l’on peut appeler politica cristiana, mais elle n’est pas toujours celle de la Christianitas, qui a toléré esclavage et cruautés59. Dès lors, précise Balbo, il convient d’avoir à l’esprit que lorsqu’on traite de la politique de la Chrétienté, il ne s’agit pas de discourir de l’Église ou de la religion chrétienne, mais seulement d’envisager le gouvernement des conditions civiles de la Christianitas, soit la politique de la Chrétienté comme elle est menée en pratique, parfois bonne, parfois mauvaise, plus souvent bonne que mauvaise, toutefois, dans la mesure où elle l’a conduite « à la propagation, aux progrès, à la splendeur, à la sagesse, à la puissance, aux triomphes, à la civilisation dont nous sommes spectateurs »60. Efforts de clarification sémantique qui témoignent des difficultés à mettre la notion de Chrétienté au service d’un projet risorgimental qui menace, par son opposition à la romanité pontificale, d’en ébranler le socle.

De la Christianitas unitaire aux nations chrétiennes

  • 61 Id., Pensieri sulla storia d’Italia, Florence, 1858, L. I, chap. 19, « Il tempo presente », p. 98 : (...)
  • 62 Ibid., p. 99 : « Se vogliam fatti grandi ne’ venticinque anni scorsi, ei ci è forza uscire d’Italia (...)
  • 63 Ibid. : « Dal 1789 al 1815, la repubblica cristiana indebolita da quelle parti cadde sotto a una pr (...)
  • 64 Ibid., p. 99-100 : « Ambizione o destinazione, la Cristianità obbedì a questa sua invadente natura (...)
  • 65 Ibid., p. 100 : « E questi sì che son fatti grandi : così grandi, che non possono non essere nostri (...)
  • 66 Ibid. : « Gli altri fatti delle dispute interne sono un nulla rispetto a quelli esterni della Crist (...)
  • 67 Ibid. : « L’estensione della Cristianità è il solo grande affare, è intavolato, e finchè non sia co (...)

18Historien et patriote, assurément peu imbu de philosophie et encore moins de théologie, Balbo ne cesse, au fil de ses œuvres, de développer un discours sur la mission de l’Italie en Chrétienté. D’emblée, il faut relever chez lui un attachement beaucoup plus marqué que chez Gioberti à l’ancienne notion de Respublica christiana. Dans ses Pensieri sulla storia d’Italia, rédigés entre 1840 et 1842 et finalement publiés en 1858, il dénonce en termes très virulents la torpeur de sa patrie sous domination autrichienne et pontificale au temps de la Restauration61. Si l’on veut, ajoute-t-il aussitôt, contempler de grands événements récents, la péninsule italienne n’en a pas été le théâtre, et il convient de regarder autour. Jamais, explique Balbo, « la dépendance réciproque des membres de la Chrétienté n’a été aussi forte » ; jamais « l’expression de république chrétienne ou celle de cité de Dieu n’ont été aussi justes, aussi réelles que depuis vingt-cinq ans »62. À en croire Balbo, la notion de Respublica christiana, dont l’usage a été répandu – selon lui – par Grotius, n’a jamais été plus souvent invoquée qu’au xviiie siècle lorsqu’on traitait de ses affaires intérieures et de l’équilibre de puissance entre les États qui la composaient. La vie d’une république, toutefois, ne peut se manifester uniquement dans ses problèmes internes – faute d’avoir des intérêts extérieurs, elle perd son individualité et met en danger son existence même. Ainsi de la Respublica christiana des xviie et xviiie siècles qui n’en finissait plus de mourir jusqu’à sa prévisible extinction entre 1789 et 1815. Or, depuis le Congrès de Vienne, à suivre les analyses de Balbo, l’œuvre de la république chrétienne a repris, et à la suite son extension et la réalisation de ses ambitions essentielles d’invasions et de conquêtes63. Pour Balbo, le destin de la Chrétienté a toujours été de déborder ses frontières : elle a envahi l’Empire romain, puis les royaumes barbares ; elle a arrêté l’expansion musulmane ; elle s’est étendue en Amérique64. Est venu ensuite le coup d’arrêt du tournant des xviiie et xixe siècles. Le premier signe d’un réveil de Chrétienté a été, relève Balbo, la conclusion du traité de la Sainte-Alliance, signé le 26 septembre 1815 entre la Russie, l’Autriche et la Prusse, avant que les trois puissances ne rejoignent l’Angleterre au sein de la Quadruple-Alliance conclue le 20 novembre suivant. Depuis lors, les entreprises de la république chrétienne se sont multipliées, illustrées par la succession des guerres entre la Russie et les Ottomans, la glorieuse libération de la Grèce ou encore la conquête d’Alger. La civilisation chrétienne s’implante partout sur les ruines de la musulmane : selon Balbo, « voilà de grands événements, si grands qu’ils ne peuvent pas ne pas faire partie aussi de l’histoire italienne »65. De peu d’importance, en comparaison, les disputes internes à la Christianitas : elles ne valent la peine d’être mentionnées que pour avoir retardé « la grande affaire, le grand office, le grand destin de la Chrétienté »66. Bien plus que chez Gioberti, l’idée de république chrétienne se liait chez Balbo à l’entreprise croisée – là était la grandeur connaturelle de l’œuvre de Christianitas : « L’extension de la Chrétienté est la seule grande affaire, elle est en cours sous nos yeux, et jusqu’à ce qu’elle soit achevée, rien d’autre ne sera grand. »67 Il y a, dans le discours de Balbo, une évidente pulsion de croisade et une réactualisation de la mythologie croisée médiévale qui s’inscrit apparemment dans le revif d’une nostalgie caractéristique de l’âge romantique.

  • 68 Ibid., L. I, chap. 21, p. 115 : « Il papa non è una calamità, non è una vergogna d’Italia, ma è uno (...)
  • 69 Ibid., p. 116 : « Se non è vero che sia nell’Umanità finito il tempo della Cristianità, nè nella Cr (...)

19La question romaine n’était pas évacuée, et les considérations qui lui étaient consacrées avaient une saveur particulière. Balbo l’affirme hautement, en quoi il reste proche de Gioberti : « Le pape n’est pas une calamité, il n’est pas une honte pour l’Italie, mais il est l’un de ses destins, l’une de ses gloires futures. »68 Les souverains pontifes ont persévéramment travaillé à l’incivilimento cristiano des peuples, que ce soit en Italie, en France, en Allemagne ou en Angleterre, et leur rôle ne doit pas être mésestimé : « S’il n’est pas vrai qu’au sein de l’humanité soit fini le temps de la Chrétienté et au sein de la Chrétienté le temps de la catholicité et si, même, la Chrétienté n’a jamais été plus puissante ni plus envahissante au sein de l’humanité et la catholicité au sein de la Chrétienté, alors il ne peut pas être non plus vrai que soit fini le temps de celui qui est le centre de la catholicité et de la Chrétienté. »69 Alors qu’il prophétisait le destin à venir de la Christianitas à l’âge de la modernité libérale, Balbo peinait manifestement à s’extraire du cadre traditionnel d’une république chrétienne dominée par la figure du pape.

  • 70 Ibid., L. I, chap. 30, p. 193 : « Il mondo corrotto e il Cristianesimo son senza dubbio nemici eter (...)
  • 71 Ibid., L. II, chap. 1, p. 222 : « La Cristianità è il complesso degli uomini che chiaman sè stessi (...)
  • 72 Ibid., p. 222 : « La Cristianità, all’incontro, progredì sempre dal dì che nacque, or di fuori, or (...)
  • 73 Ibid., conclusion, p. 572 : « Le nazioni cristiane non invecchiano, non vengono meno se non tempora (...)

20Non qu’il y eût refus d’accommoder aux exigences de l’époque contemporaine un concept dont les origines remontaient au Moyen Âge. Balbo ne craint pas d’affirmer que le christianisme est l’allié du monde ouvrier et que c’est de leur alliance qu’est née et que s’est développée la Chrétienté. L’Antiquité ne pouvait résoudre le problème d’une croissance industrielle qui engendrait la corruption par le luxe, « mais il a été résolu déjà plusieurs fois et sera résolu un jour universellement par la Chrétienté »70. Comprendre le point de vue adopté par Balbo imposait derechef de distinguer entre christianisme, Chrétienté et civilisation chrétienne. La première notion désigne la religion surnaturellement offerte aux hommes et non moins surnaturellement inerrante et perpétuelle. La seconde n’est pas autre chose que « le complexe des hommes qui se reconnaissent comme chrétiens, qui professent bien ou mal le christianisme et qui, alors qu’ils ne le professent pas tous bien et presque jamais parfaitement, ont entraîné dans l’erreur telle ou telle partie de la Chrétienté, mais jamais son ensemble »71 ; quant à la civiltà cristiana, elle est la condition naturellement « progressive » de la Christianitas. Religion surnaturellement conférée, le christianisme doit toujours durer ; il ne progresse pas, il ne recule pas, il n’est pas davantage susceptible de perfection puisqu’il est toujours parfait. Au contraire, « la Chrétienté a toujours progressé depuis sa naissance, en elle et hors d’elle, par expansion externe ou par civilisation interne », et il semble que « selon toutes les probabilités historiques et présentes, elle doive encore progresser d’une manière ou de l’autre »72. En d’autres termes, le christianisme était achevé dès son apparition, tandis que la Chrétienté était primordialement réalité concrète dont le dynamisme assurait le progrès de l’histoire chrétienne. Discours qui restait discrètement eschatologique : pour Balbo, « les nations chrétiennes ne vieillissent pas, elles ne s’affaiblissent pas si ce n’est temporairement, jusqu’à ce qu’elles empruntent une mauvaise voie ou remplissent une mission erronée » ; « elles resurgissent, rajeunissent et peuvent retrouver leur authentique chemin » ; « elles ne tombent jamais complètement, sauf dans les rares cas où elles refusent, générations après générations, les occasions de se rétablir »73. La perpétuité de la Chrétienté était finalement assurée par la pérennité des nations chrétiennes pourvu qu’elles fussent attentives à réaliser leur destin.

  • 74 Ibid., p. 572 : « Ma la più antica, la più continua, la più grande e la più evidente delle missioni (...)
  • 75 Ibid., p. 572 : « Non consta di alcune azioni [dell’Italia] più o meno numerose […], ma di un’azion (...)
  • 76 Ibid., p. 572-573 : « La missione d’Italia non fu solamente di difendere questo o quel limite della (...)
  • 77 Ibid., p. 573 : « Niuna missione può essere senza operosità, niuno ufficio senza carico : l’Italia (...)
  • 78 Ibid., p. 573 : « E quante volte l’Italia adempì meglio quest’ufficio suo, tante volte ella fu virt (...)
  • 79 Ibid., p. 573 : « Quando l’Italia adempì bene l’ufficio suo, ella fu capo e guida in ogni parte di (...)

21La démonstration développée débouchait inévitablement sur un millénarisme politique de nature à corroborer les engagements risorgimentaux de Balbo. D’après lui, de l’ensemble des nations chrétiennes, l’Italie a reçu mission la plus grande et la plus glorieusement évidente en Christianitas74 – Balbo parle « d’une passion et d’un triomphe, presque un martyre continu, pour la Chrétienté »75. Mission d’Italie, assurément, la défense d’une précieuse frontière de la Christianitas ; mission italienne, encore, la défense de l’indépendance de l’Église ; mission italienne, aussi, la propagation de la civilisation chrétienne76 ; mission d’Italie, enfin, d’accueillir sur son sol la capitale spirituelle du monde chrétien moderne. Balbo souligne le fait qu’il n’y a pas d’office sans charge : pour sauver l’indépendance de l’Église, l’Italie a l’imprescriptible devoir de préserver sa propre indépendance, premier devoir politique pour les autres nations, mais, pour elle, premier devoir politique, chrétien et même spirituel, puisqu’il en va de « l’accomplissement de son indubitable mission en Chrétienté »77. Du reste, à chaque fois que l’Italie a scrupuleusement rempli ses devoirs particuliers de première nation chrétienne, son sort a été favorisé ; quand elle a fait défaut, elle a dû endurer le mépris de ses voisins78. Sans une Italie consciente de ses obligations chrétiennes, la Chrétienté peut progresser, mais son union est menacée, et retardé son processus de civilisation79. Plus encore que Gioberti, Balbo instrumentalisait l’idée de république chrétienne pour démontrer la nécessité religieuse de l’indépendance italienne.

  • 80 Id., Delle speranze d’Italia, Capolago, 1844, p. 310 : « La storia della Cristianità è per noi nè p (...)
  • 81 Ibid., p. 311 : « Considerata la questione, nella sua generalità, nel suo complesso, dal suo princi (...)
  • 82 Ibid., p. 362-363 : « Quell’imperio è ad uno dei limiti dell’Europa, della madre patria della Crist (...)
  • 83 Ibid., p. 363 : « Se fosse possibile che la Cristianità non passasse per quella via, ella passerebb (...)
  • 84 Id., Meditazioni storiche, Florence, 1855, méditation IV, p. 67 : « Il Cristianesimo, in somma, non (...)
  • 85 Ibid., méditation VII, p. 130 : « La religione vera ha senza dubbio portata la Cristianità a un api (...)
  • 86 Ibid., méditation XIII, p. 388-389 : « La Cristianità poi fu, è, e sarà anche umanamente grandissim (...)
  • 87 Ibid., méditation XVI, p. 504 : « Non solo non esistono più sulla terra nè genti barbare nè civiltà (...)

22En affectant à sa patrie le rôle de guide spirituel des autres nations ses coreligionnaires, Balbo insistait aussi, et très fortement, sur sa fonction civilisatrice. Le mythe romantique de la Chrétienté faisait ainsi alliance avec le mythe libéral du progrès. Le propos est explicite dans Delle speranze d’Italia, le maître ouvrage que Balbo publie en 1844 et qu’il dédie, d’ailleurs, à Gioberti : « L’histoire de la Chrétienté, pour nous, n’est ni plus, ni moins que l’histoire du progrès ; elle la comprend en entier, elle en est entièrement comprise ; les deux sont contemporaines, parallèles, identiques. »80 À en croire Balbo, personne ne devait douter que la Chrétienté n’eût progressé, et même qu’elle ne fût la seule des grandes sociétés humaines à connaître des progrès – les autres étaient qualifiées de stationnaires ou taxées de régression, comme la musulmane ou la chinoise. Balbo en concluait que la Christianitas possédait, et en propre, force progressive81. De la propagation à venir de la Chrétienté, un signe, et lui hautement significatif, la décadence ininterrompue de l’empire ottoman depuis la fin du xviie siècle. Aussitôt, Balbo de souligner le tropisme oriental de la Christianitas – là se trouve son but, la direction vers laquelle elle doit s’étendre pour franchir une limite qui lui a été trop longtemps imposée82 : la Question d’Orient prenait la place de la croisade dans un imaginaire de Chrétienté revivifié. Qu’il s’agît là d’une nécessité de Christianitas, Balbo en était convaincu : « S’il était impossible que la Chrétienté passât par ce chemin [d’Orient], elle passerait par toutes les autres voies possibles, et sa propagation serait identique, et identiques, aussi, seraient les résultats pour la Chrétienté en général et pour l’Italie en particulier. »83 Dans ses Meditazioni storiche publiées à titre posthume en 1855, Balbo ne cesse de revenir obsessionnellement sur les rapports de la Christianitas au progrès. Il répète que le christianisme, considéré en lui-même et sans qu’on le confonde – comme on le fait trop souvent – avec la Chrétienté, n’a pas à progresser, puisqu’il est la doctrine, la foi, la religion de l’Église, la Révélation d’institution divine. Au contraire, la Christianitas est sans cesse en progrès : « En somme, le christianisme, lui, ne progresse pas, mais il fait progresser la Chrétienté. Qui dit que le christianisme a progressé ou qu’il peut progresser n’est pas authentiquement chrétien […] ; mais qui nie que la Chrétienté a progressé et qu’elle peut progresser nie les faits les plus avérés du passé et du présent et les faits les plus probables de l’avenir et nie tous les effets humains du christianisme. »84 Le lien intime entre Chrétienté et civilisation était une nouvelle fois posé85 – pour Balbo, la Christianitas était vouée à la grandeur dans la mesure où, plus que n’importe quel État ou nation ou société de nations, elle était parvenue à équilibrer en elle les deux principes de la conservation et du progrès86. Aucune civilisation n’était capable de détruire la Chrétienté. Au contraire la Christianitas était-elle destinée à anéantir ses concurrentes, et elle ne pouvait faillir que par sa faute87. Sous l’ardeur d’un indéniable engagement risorgimental s’exprimait un triomphalisme chrétientaire débridé.

  • 88 Id., Della storia d’Italia dalle origini fino ai nostri giorni sommario, Florence, 1856 (1846), p.  (...)
  • 89 Ibid., p. 84 : « Fino allora, in un modo o in un altro, noi avevamo operato o primi o per lo meno i (...)
  • 90 Ibid. : « Ma le nazioni cristiane non possono restar sempre degeneri, senza ufficio, senza opera. E (...)

23Il ne faut pas croire qu’il s’agisse là de propos fortuits ou échappés au détour d’un texte qui n’était pas destiné à être publié. Dans son sommaire Della storia d’Italia dalle origini fino ai nostri giorni (1846), Balbo dresse le tableau d’une Italie en quête d’accomplissement de sa mission en Chrétienté. Destin italien, sûrement, celui d’unir la Christianitas en lui offrant nouvelle civilisation et nouvelle culture ; destin italien, également et non moins sûrement, celui de souffrir pour la réalisation de l’œuvre affectée à la patrie, œuvre de gloire propre mais aussi de bénéfice universel88. Dans la marche pluriséculaire au triomphe chrétientaire de la nation italienne, une seule pause, douloureuse certes, celle des lustres récents où, soumise à la prépondérance étrangère, l’Italie s’est trouvée incapable de remplir sa charge. Jusqu’alors, poursuit Balbo, « d’une manière ou d’une autre, nous avions agi, les premiers ou avec le plus de détermination, sur la destinée de la Chrétienté » ; depuis lors, en revanche, « nous ne faisons que perdurer, survivre, gésir, végéter, en étant non seulement décadents mais aussi dégénérés »89. Un constat d’espoir pouvait néanmoins être tiré du fait que « les nations chrétiennes ne peuvent toujours rester en dégénérescence, sans office, sans ouvrage » – pour Balbo, le destin futur de l’Italie, qui dominait le bassin méditerranéen, qui entourait le Saint-Siège, « centre et chef des intérêts spirituels de la Chrétienté », était déjà prévisible : elle devait « rechercher, faciliter, maintenir, parfaire l’union, toutes sortes d’union, des nations chrétiennes »90. À l’Italie unifiée devait forcément revenir l’arbitrage de la Christianitas, par où la nation italienne récupérait à son compte une prestigieuse fonction jadis dévolue au souverain pontife.

  • 91 G. Perrone, L’idea cristiana della Chiesa avverata nel cattolicismo, Gênes, 1862, p. 38 : « La Cris (...)
  • 92 L. A. Melegari, « Delle relazioni della Chiesa collo Stato nel xix secolo e delle differenze insort (...)
  • 93 Ibid., p. 195 : « Una religione di Stato contiene già in sè il germe, il principio di uno scisma. L (...)
  • 94 V. Fornari, Dell’arte del dire lezioni (1862), vol. IV, Naples, 1868, L. IV, p. 303 : « Ebbe, dunqu (...)

24L’âge risorgimental a été le temps paradoxal d’une curieuse reviviscence du mythe de Chrétienté alors même qu’il consacrait le recul désormais irréversible des prérogatives temporelles du saint-père. Que les propos tenus par Gioberti et Balbo au sujet de la Christianitas aient pu heurter les défenseurs de la papauté, il suffit, pour s’en convaincre, de considérer le combat d’arrière-garde mené par le jésuite Giovanni Perrone (1794-1876) – illustre représentant de l’École romaine – dans L’idea cristiana della Chiesa avverata nel cattolicismo (1862), où il est sèchement porté : « La Chrétienté n’est pas autre chose que l’Église. »91 Pour leur part, Gioberti et Balbo, chacun de leur point de vue, étaient singulièrement plus proches de la position tenue par le P. Taparelli d’Azeglio – pourtant confrère de Perrone – dans son Saggio teoretico di dritto naturale. Leurs textes donnent à voir le refus d’assimiler la Christianitas à l’Ecclesia pour développer une appréhension de la Chrétienté qui emprunte deux directions. D’un côté, indéniablement, la Christianitas historique paraît s’effacer, au temps du système Metternich, pour laisser placer au concert des nations chrétiennes – typique, l’inflation, dans le vocabulaire de Gioberti et surtout de Balbo, de l’expression nazioni cristiane, qu’on retrouve significativement sous la plume de Luigi Amedeo Melegari (1805-1881), un proche collaborateur de Mazzini. Dans un article publié en 1850 par la Rivista italiana, à peine fondée, et consacré aux relations entre l’Église et l’État, Melegari persistait à soutenir le rôle essentiel joué par la religion dans la fortune politique des nations, mais il pouvait le faire sans plus recourir au vénérable concept de Chrétienté : « À l’instar de la colonne de feu qui précédait toujours le peuple élu et le conduisait à travers les ténèbres par une voie sûre vers une destination sûre, la religion est, pour les nations chrétiennes, un guide indéfectible qui les conduit sur la voie de progrès toujours nouveaux et inespérés. »92 Attaché à la séparation de l’Église et de l’État, Melegari expliquait qu’il s’agissait là d’une imprescriptible condition pour que la religion pût sereinement guider les peuples – les chemins symétriques de la théocratie pontificale et du césaropapisme ne menaient en définitive qu’à de funestes scissions qui faisaient obstacle à la désirable unité des nations chrétiennes : « Une religion d’État contient déjà en elle le germe, le principe d’un schisme. Le démembrement de l’Église n’a eu lieu que pour cette raison ; de là, aussi, la dissolution du lien qui unissait en un seul faisceau les nations chrétiennes sous le beau nom de Chrétienté. Le moyen de reconstituer l’unité dans l’ordre religieux et ainsi l’harmonie civile entre les diverses nations chrétiennes réside dans l’affranchissement [de l’État par rapport à l’Église]. »93 Ici, l’aveu le plus explicite d’une péremption de l’archétype médiéval de la Christianitas à quoi doit succéder le pieux concert des nazioni cristiane. Il paraît pourtant que, si conscients qu’ils fussent du besoin d’accommoder la notion de Chrétienté aux cadres politiques de l’âge libéral, les auteurs risorgimentaux n’ont pu complètement renoncer à invoquer une Christianitas désormais largement mythique – mythe qu’ils mettaient au service d’un patriotisme en charge de réaliser l’unification. Dans son Arte del dire (1857-1862), Vito Fornari (1821-1900), un abbé puriste acquis à la cause des garibaldiens et adepte d’une unité italienne à réaliser aussi par une nécessaire unification linguistique, rappelait que la Chrétienté avait pris conscience d’elle-même à deux occasions : d’abord, lorsqu’à la lointaine époque de Charlemagne, elle s’était opposée à l’expansion musulmane en refondant l’empire chrétien ; ensuite, lorsqu’elle s’était lancée à corps perdu dans l’entreprise croisée. De quoi l’abbé Fornari concluait : « La Chrétienté a donc eu deux commencements, soit deux sujets d’épopée, et tous les deux ont été traités par des poètes à nous, qui sommes le peuple premier-né de la Chrétienté, l’Arioste et le Tasse. »94 Le Risorgimento semble résolument avoir pris part au procès de reconstruction et de restructuration du mythe de Christianitas au mitan du xixe siècle, alliant, en une instable synthèse, érudition historiographique et nostalgie idéologique. Il permet à son tour d’approcher une part essentielle du mystère de la Chrétienté qui consiste dans sa singulière évanescence : le propre de la Christianitas, parmi l’inventaire des formes de sociétés auquel l’Occident a confié ses destinées temporelles, est finalement de n’avoir eu de réalité qu’eschatologique et de s’être toujours présentée comme un idéal à atteindre, un avenir à parcourir et non un état à préserver.

Haut de page

Notes

1 Voir essentiellement A. Dupront, Europe et Chrétienté dans la seconde moitié du xviie siècle. Ire partie, Paris, 1957 ; Id., « De la Chrétienté à l’Europe », La Table Ronde, 113, 1957, p. 54-67 ; Id., « De la Chrétienté à l’Europe », Revue de l’Université Laval, XVIII/7, 1964, p. 627-642, et surtout Id., « De la Chrétienté à l’Europe : la passion westphalienne du nonce Fabio Chigi », Forschungen und Studien zur Geschichte des Westfälischen Friedens : Vorträge bei dem Colloquium französischer und deutscher Historiker vom 28. April-30. April 1963 in Münster, Münster, 1965, p. 49-84, repris dans Id., Genèses des Temps modernes. Rome, les Réformes et le Nouveau Monde, D. Julia et Ph. Boutry éd., Paris, 2001, p. 307-336.

2 On se permet de renvoyer ici à S. De Franceschi, « La Chrétienté au miroir de la diplomatie vénitienne, et l’alliance de l’antiromanisme vénitien et du gallicanisme contre l’ecclésiologie catholique post-tridentine (1601-1620) », Actes du Colloque du Quadricentenaire de la Paix de Lyon, O. Zegna Rata éd., Bourg-en-Bresse / Ambérieu-en-Bugey, 29-30 septembre 2000, Cahiers René de Lucinge, 37, 2003, p. 98-119 ; Id., « La diplomatie henricienne et les ambitions françaises de suprématie temporelle sur la république chrétienne. L’idée de Chrétienté dans la correspondance diplomatique de Philippe Canaye de Fresnes, ambassadeur de France à Venise pendant l’Interdit (1606-1607) », Histoire, économie et société. Époques moderne et contemporaine, XXIII/4, 2004, p. 551-585 ; Id., « Entre aspirations chrétientaires et reconnaissance de l’absolutisme : le sacre du catholicisme d’État. Les catholiques d’État en France et leur tentative de sauvegarde d’un ordre de Chrétienté à l’âge pré-absolutiste : la rupture du ministériat de Richelieu », Stratégies de la Contre-Réforme en France et en Pologne, Actes du Colloque polono-français, Versailles, 26-29 octobre 2000, Ch. Grell, M. Serwański et I. Kraszewski éd., Poznań, Instytut Historii UAM, 2006, p. 103-137, et Id., « Les irrémédiables brisures de la Chrétienté de l’histoire. Paolo Sarpi entre idée italienne et idéal chrétientaire », Le sentiment national dans l’Europe méridionale aux xvie et xviie siècles (France, Espagne, Italie), A. Tallon éd., Madrid, Casa de Velázquez, 2007, p. 273-293.

3 Voir B. Plongeron, « Archétype et répétitions d’une chrétienté, 1770-1830 », Concilium, 7, 1971, p. 77-87 ; R. Manselli, « Il medioevo come Christianitas : una scoperta romantica », Concetto, storia, miti e immagini del Medio Evo, V. Branca éd., Venise, Sansoni, 1973, p. 51-89 ; D. Menozzi, « L’Église et l’histoire. Une dimension de la Chrétienté de Léon XIII à Vatican II », La Chrétienté en débat. Histoire, formes et problèmes actuels. Colloque de Bologne, 11-15 mai 1983, Paris, Cerf, 1984, p. 45-75 ; Id., « Tra riforma e restaurazione. Dalla crisi della società cristiana al mito della Cristianità medievale (1758-1848) », Storia d’Italia, Annali IX, La Chiesa e il potere politico, G. Chittolini éd., 1986, p. 767-806, et surtout G. Miccoli, « Chiesa e società in Italia tra Ottocento e Novecento : il mito della Cristianità », Chiese nella società. Verso un superamento della Cristianità, Turin, Marietti, 1980, p. 151-245, repris dans Id., Fra mito della Cristianità e secolarizzazione, Casale Monferrato, Marietti, 1985, p. 21-92.

4 D. Menozzi, « Intorno alle origini del mito della Cristianità », Cristianesimo nella storia, vol. V (3), 1984, p. 523-564. Voir aussi Id., La Chiesa cattolica e la secolarizzazione, Turin, Einaudi, 1993, en particulier « La risposta cattolica alla secolarizzazione rivoluzionaria : l’ideologia di Cristianità », p. 14-71.

5 Voir B. Plongeron, « Échec à la sécularisation des Lumières ? La religion comme lien social », Sécularisation, M. Mat éd., Bruxelles, Université Libre de Bruxelles, 1984, p. 9-21. Consulter aussi Id., « Affirmations et transformations d’une civilisation chrétienne à la fin du xviiie siècle », Civilisation chrétienne. Approche historique d’une idéologie, xviiie-xxe siècle, J.-R. Derré, J. Gadille, X. de Montclos et B. Plongeron éd., Paris, Beauchesne, 1975, p. 9-21.

6 Sur Ferrari, outre les pages désormais classiques de W. Maturi, Interpretazioni del Risorgimento. Lezioni di storia della storiografia, préface E. Sestan, Turin, Einaudi, 1962, p. 159-178, voir S. Rota Gribaudi, Giuseppe Ferrari. L’evoluzione del suo pensiero, 1838-1860, Florence, Olschki, 1969, et M. Schiattone, Alle origini del federalismo italiano : Giuseppe Ferrari, Bari, Dedalo, 1996.

7 G. Ferrari, La federazione repubblicana, Londres, s.e., 1851, p. 34 : « Il Risorgimento era grande unicamente perchè combatteva i due capi della Cristianità. »

8 Ibid., p. 16 : « Oggi si cospira, si insurge, l’Italia è la terra delle impotenti rivolte. Dall’undecimo secolo sino al 1530, l’istoria della penisola è un racconto incessante di assidue sollevazioni contro i due capi della Cristianità. »

9 Ibid., p. 23 : « L’Italia non fa da sè, perchè ne’ suoi Stati vi sono cattolici, nobili, ve­scovi e castellani, preti e marchesi ; e, ovunque si troverà un prete ed un marchese, l’Europa troverà una creatura dei due poteri che consegnerà la terra ai due capi della Cristianità. »

10 Ibid., p. 25 : « Più non esiste il sacro Imperio, ma l’unità di Cesare è passata intera nella lega di tutti i governi. La Santa Sede più non signoreggia l’Europa, ma l’unità del Cristo sta nella lega di tutti i vescovi cattolici, scismatici e protestanti. Tutta Cristianità è interessata al ristauramento del papato e dell’imperio. »

11 Ibid., p. 118 : « Mazzini resta nella sfera della Cristianità con una fede equivoca, con una Chiesa a doppio senso, con un governo a due faccie. La sua azione politica non altro ci promette che la guerra senza legge, senza programma, senza rivoluzione ; e dopo la guerra una rivoluzione pacifica, nella quale i filosofi ed i preti, i nobili ed i borghesi, i privilegiati ed i diseredati se la intenderanno all’amichevole. »

12 Id., L’Italia dopo il colpo di Stato del 2 dicembre 1851, Capolago, 1852, p. 1-2 : « La conquista straniera non sta nell’Austria sola ; sta nella Cristianità, tutta nemica della libertà italiana, tutta intesa da sessant’anni a restaurare il giogo del papato e dell’impero. »

13 Sur Moroni, voir F. Meda, « Un uomo singolare. Gaetano Moroni e il suo dizionario di erudizione storico-ecclesiastica », Vita e Pensiero, 6, 1930, p. 357-369 ; E. Croci, « Gaetano Moroni e il suo dizionario », Gregorio XVI (1831-1846). Miscellanea commemorativa, 2 vol. , Rome, Pontificia Università Gregoriana, 1948, t. I, p. 135-152, et G. Monsagrati, « Il peccato dell’erudizione. Gaetano Moroni e la cultura romana della Restaurazione », Roma fra la Restaurazione e l’elezione di Pio IX. Amministrazione, economia, società e cultura, Rome-Vienne, Herder, 1997, p. 649-663.

14 G. Moroni, Dizionario di erudizione storico-ecclesiastica da S. Pietro sino ai nostri giorni, vol. XVIII, Venise, Tipografia Emiliana, 1843, art. « Cristianità », p. 208 : « La società generale di tutti gli uomini che professano la religione di Gesù Cristo, senza riguardare alle diverse sette. In tal guisa la Cristianità non è contenuta nella sola Chiesa cattolica, dappoiché fuori di questa vi sono uomini e società che portano nome di cristiane e professano di credere in Gesù Cristo. »

15 Ibid., loc. cit., p. 208 : « Però la parola Cristianità al presente ha un senso più esteso che non aveva per lo passato. »

16 Ibid., art. « Cristianesimo », p. 197 : « La dottrina di Gesù Cristo, la fede, la religione cristiana. »

17 É. Gilson, La philosophie au Moyen Âge (1922), Paris, Payot, 1986, p. 257.

18 Id., Les métamorphoses de la cité de Dieu, Louvain-Paris, Vrin, 1952, p. vii.

19 Sur Luigi Taparelli d’Azeglio, outre l’étude ancienne de R. Jacquin, Taparelli, Paris, Lethielleux, 1943, voir L. Di Rosa, Luigi Taparelli. L’altro d’Azeglio, Milan, Cisalpino, 1991, et G. Dianin, Luigi Taparelli d’Azeglio (1793-1862) : il significato della sua opera al tempo del rinnovamento neoscolastico per l’evoluzione della teologia morale, Rome, Glossa, 2000. Consulter également G. A. McCool, Nineteenth-Century Scholasticism. The Search for a Unitary Method, New York, Fordham University Press, 1989.

20 L. Taparelli d’Azeglio, Saggio teoretico di dritto naturale appoggiato sul fatto (1843), Livourne, Presso Vincenzo Mansi Editore, 1845, 5e partie, chap. 2, « Della società cristiana », § 2, « Il Cristianesimo considerato in una società di nazioni », no 1437, p. 485 : « Le nazioni e gli individui congiunti esternamente col fine spirituale della società cristiana, ma dotati insieme di dritti pubblici nelle loro ri­­spettive associazioni e di dritti domestici nelle mura private, costituiscono, come ognun vede, una società composta di elementi anteriormente già esistenti, i quali conservano tutto il loro essere. »

21 Ibid., 5e partie, chap. 2, § 2, no 1437, p. 485 : « La società cristiana considerata sotto questo aspetto più concreto suole appellarsi la Cristianità, la quale forma l’organismo materiale e passivo in cui la Chiesa infonde attività e tendenza cristiana. »

22 Ibid., no 1438, p. 485 : « La Cristianità ha dunque dalla Chiesa una certa unità, sì perchè forma in essa una società spirituale insieme e visibile, sì perchè questa unità ingenera necessariamente una continua ed intima relazione fra tutti i membri della Cristianità, sieno individui o società, dalla qual relazione vien prodotto quello intreccio di dottrine, di affezioni, di interessi che forma la base delle relazioni etnarchiche. La Cristianità è dunque una vera etnarchia, il cui primo interesse è la sua religione, giacchè la religione è la prima causa, il primo fatto associante, da cui ella riceve la sua esistenza, e senza cui ella non potrebbe conservarsi : epperò tutte le leggi di questa etnarchia debbono presupporre e serbare inviolato il cattolicismo ossia il vero cristianesimo, ed ogni attentato che lo offenda, offende la base stessa della società e felicità comune. »

23 Ibid., no 1441, p. 487 : « La Cristianità è una società materiale nata da società spirituale, epperò dipendente da questa nel conservarsi. »

24 Ibid., no 1442, p. 487 : « È dunque essenziale alla Cristianità l’esser sempre governata da due poteri distinti, in modo che il materiale avrà sempre una forza suprema e materialmente irresistibile, lo spirituale avrà dritto supremo, ma tale da non poterla impedir mai nel retto uso di sua possanza, perchè se vi si cimentasse, sarebbe dritto non dritto e perderebbe se stesso. »

25 Ibid., no 1443, p. 487 : « Quei politici dunque che, per assoggettarla al poter secolare, ci spacciano arditamente la Chiesa non poter sussistere senza la protezione dei governi, si dimostrano ignari ugualmente e della storia dei tre primi secoli, e della filosofica teoria delle società spirituali. »

26 Ibid., no 1444, p. 487 : « La Cristianità è una società materiale etnarchica, nata e conservata dalla influenza della spirituale, nella qual società il governo dell’ordine materiale va per sè a collocarsi nel consenso delle nazioni cristiane ; ma è necessariamente subordinato alla religione cristiana, ed alla influenza di chi governa la Chiesa. Necessariamente io dico, perché, supposto il fatto della rivelazione conosciuta e accettata, questa relazione di ordine, questa influenza del gerarca nella etnarchia cristiana nasce dalla natura stessa dell’uomo. Onde chi vuol che la Chiesa non abbia influenza non ha altro partito da prendere che negarle la sua divinità e persuadere le genti della impostura : ma dopo aver detto che divino è il cristianesimo, divina la Chiesa, soggiugner poi che ella non dee guidarsi da sè nello esterno nè influir sulla condotta delle genti cristiane, egli è un cozzare contro la natura delle cose. »

27 A.-M. Bensa, Juris naturalis uniuersi summa ad errores hodiernos reuincendos accommodata, 2 vol. , Paris, Leroux et Jouby, 1855, t. II, L. XII, « De hominis actione priuata et publica erga societatem christianam. Jus christianum », 2e partie, « De interna Ecclesiæ constitutione », chap. 1, « De sociali Ecclesiæ natura », § 1278, p. 463 : « Christiana ethnarchia, seu Christianitas, est nationum independentium societas facta in ordine ad finem et media Ecclesiæ Christianæ propria per communem iurium uiriumque ciuilium et politicorum cooperationem. »

28 Ibid., t. II, L. XII, 2e partie, chap. 1, § 1279, p. 465 : « Ecclesia est Christiana societas quatenus hæc ex indiuiduis hominibus constat, uel etiam e consortiis homogeneis, in quæ indiuidua forte fuerint distributa, et quatenus socii spiritualia potissimum media in communem Christianæ religionis finem conferunt ; Christianitas uero est Christiana societas quatenus ea non solum indiuiduis, sed pluribus etiam nationibus componitur, et in communem societatis usum non solum spiritualia et supernaturalia, sed etiam ciuilia et politica naturalis ordinis media conferuntur. »

29 Ibid., § 1279, p. 465 : « Ecclesia proprie dicta in Christianæ societatis prima infantia non minus quam in florente prouectioris ætatis uigore adfuit ; at Christianitas, ut quæ plures iam nationes Christianæ fidei subactas postulat, nonnisi in adulta Ecclesia reperiri potuit. »

30 Ibid. : « In adulta Christianæ societatis ætate, quando plures ea semper nationes suo gremio adhærentes complectitur, Ecclesiæ nomen hanc societatem significat modo quodam abstracto, ea tantum innuendo uidelicet quæ illi sunt prorsus essentialia ; Christianitatis nomine contra indicatur eadem societas modo concreto, cum omnibus nempe uiribus ac facultatibus quæ essentialibus eius constitutiuis paulatim ad eumdem finem facilium persequendum, diuina prouidentia opitulante, superuenerunt. »

31 Ibid., § 1283, p. 468 : « Ecclesiæ igitur auctoritas spiritualis, quamuis temporalem ethnarchicam auctoritatem Christianitatis haudquaquam gerat directeque gubernet, plurimum tamen in illam indirecte poterit, definiendo scilicet quid fides christiana, quid Ecclesiæ utilitates ab ethnarchia christiana in uariis casibus postulent. »

32 Sur Gioberti, consulter F. Traniello, Da Gioberti a Moro. Percorsi di una cultura politica, Milan, Franco Angeli, 1990 ; G. Cuozzo, Rivelazione ed ermeneutica. Un’interpretazione del pensiero filosofico di Vincenzo Gioberti alla luce delle opere postume, Milan, Mursia, 1999 ; L. Malusa et M. Letterio, Cristianesimo e modernità nel pensiero di Vincenzo Gioberti. Il Gesuita moderno al vaglio delle Congregazioni romane (1848-1852). Da documenti inediti, Milan, Franco Angeli, 2005. Voir aussi l’excellente synthèse de G. Rumi, Gioberti, Bologne, Il Mulino, 1999.

33 Sur Balbo, voir la somme de G. B. Scaglia, Cesare Balbo. Il Risorgimento nella prospettiva storica del progresso cristiano, Rome, Studium, 1975, et Cesare Balbo alle origini del cattolicesimo liberale, F. Traniello et G. De Rosa éd., Rome-Bari, Laterza, 1996.

34 V. Gioberti, Del primato morale e civile degli Italiani (1843), Bruxelles, Meline, Cans et Cie, 1845, p. 337 : « Il primo passo dell’apostasia de’ troni fu la distruzione dell’arbitrato pontificale ; per la quale il primato d’Italia venne meno, l’unità di Europa fu rotta, smembrato il gran corpo della Cristianità universale, ridotto il gius delle genti ad un’ombra o un cadavero, sostituito il despotismo alla signoria civile, e gittati i semi delle future rivoluzioni. »

35 Ibid., p. 463 : « Il Papa è la personalità civile di Europa, come quella d’Italia, e il giure cattolico costituisce la vera ragione delle genti ; onde il corpo delle nazioni organato da questo principio ha un nome religioso e Cristianità si appella, la quale al dì d’oggi, rotta l’unità del principio organico che l’animava e la costituiva, ha perduta coll’unione la vita, e (collettivamente parlando) non è più che un cadavere. »

36 Ibid. : « Il vocabolo di Cristianità esprime l’armonia civile e mirabile del mondo ortodosso, effigiata sul doppio tipo del Cosmo e del Logo, e animata dall’Idea creatrice, come quello di Paganìa, usato dai nostri poeti, significa la confusione e la licenza dei popoli eterodossi, i quali rappresentano il caos, cioè la negazione di esso Cosmo, e importano lo sconvolgimento della formola ideale e suprema. »

37 Ibid., p. 483 : « La Cristianità viene ad essere, come suona il vocabolo, non un semplice aggregato, un’agglomerazione indigesta e fortuita di Stati e di nazioni, ma un corpo bene organato, in cui ogni membro ha i suoi uffici predefiniti e concorre, esercitandoli acconciamente, al moto, alla vita, alla durata di tutta la macchina. »

38 Ibid. : « L’elemento vitale che anima la gran mole, come apparisce eziandio dal vocabolo che lo esprime, è la religione, la quale essendo una larva bugiarda senza il Cristianesimo, e questo una chimera fuori del cattolicismo, ne segue che la fede cattolica è il fluido vivificativo che correndo e ricorrendo pei popoli redenti, come il sangue per le vene e le arterie del corpo umano, reca loro gli spiriti che li rendono floridi e perenni. »

39 Ibid. : « Il capo della Cristianità non si distingue conseguentemente da quello della fede, e Roma, capitale religiosa dei popoli ortodossi, è altresì civile e morale metropoli della civiltà universale e del genere umano. »

40 Ibid. : « E siccome Roma è indivisa da Italia, con cui è congiunta per tanti titoli, e immedesimata, mediante l’unità nazionale ; siccome l’Italia tutta, non meno di Roma, sua reggia, curia e basilica, concorse prima e dopo di Cristo a rinnovare e spargere in tutta Europa i lumi sociali e le nobili arti ; chi non vede che la nazione principe della Cristianità non può essere altra che l’Italia ? »

41 Id., Prolegomeni del Primato morale e civile degli Italiani scritti dall’autore, Bruxelles, 1845, p. 57 : « Benché l’Europa manchi di compiuta unità religiosa, essa ne ha però il germe, mediante le credenze comuni alle varie sette cristiane ; le quali credenze, quasi residui e richiami di cattolicismo, fanno dell’Europa un tutto unitario, che Cristianità si appella. »

42 Ibid., p. 58 : « Quindi nasce la maggioranza d’Italia sulle altre nazioni di Europa ; imperocchè, sebbene, geograficamente parlando, ella sia un semplice membro della Cristianità europea, tuttavia come seggio del Cristianesimo perfetto, ha una dignità singolare, che viene ancora accresciuta dagl’influssi della sua cultura. »

43 Ibid., p. 79 : « Ecco in che consiste la distinzione dialettica del corpo della Cristianità universale da Roma suo capo, e la varietà del ministerio particolare, essenziale, immutabile, che vien loro assegnato, nella cultura generale del mondo. In Roma si riuniscono tutti i capi primari delle dualità dinamiche, dianzi chiamate a rassegna ; ond’ella ha ragione di Primo relativo, di centro immoto, di contenente universale, ed esercitando gli uffici di potenza intuitiva, assiomatica, generica, conservatrice, è quasi il comun senso della cristiana repubblica, la quale intorno a lei si raccozza e ne riceve la notizia di quei veri sovrani, che recano da per tutto in virtù del loro proprio essere il moto, gli spiriti, gli aumenti della vita civile. »

44 Ibid., p. 82-83 : « Roma conserva illibato, pubblica universalmente e tramanda di paese in paese e di secolo in secolo il gran principio fondamentale della temporale salute dei popoli, come insegna le dottrine apportatrici della salute eterna : questo è il suo ufficio essenziale, incessante, perpetuo, a cui non ha mai fallito, nè fallirà in eterno. Avvertite bene che parlo del principio, non della sua applicazione sociale ; perchè questa non appartien solo a Roma, ma alla Cristianità tutta quanta. Il trarre dal vero divino tutti i miglioramenti civili che vi sono racchiusi, e l’effettuarli, secondo le opportunità de’ luoghi e de’ tempi, non è un carico speciale di Roma, nè del sacerdozio, ma universale di tutti i Cristiani. »

45 Ibid., p. 87 : « Collocando, com’io fo, l’ufficio essenziale di Roma nella guardia dei dogmi ideali, non intendo già di affermare che ella non cooperi e non debba cooperare anche civilmente all’applicazione ed alla esplicazione di essi, nella stessa guisa che, assegnando alla Cristianità quest’ultimo carico, non le tolgo il partecipare eziandio dell’altro. »

46 Ibid., p. 206 : « Se il primo membro della Cristianità è il sacerdozio, il secondo è il laicato, che non è meno dell’altro parte essenziale e integrante della cristiana repubblica. »

47 Ibid., p. 229 : « E che vogliono, per Dio, significare i nomi di Cristianità e di cattolicità, che corrono così frequenti sulle bocche degli uomini e sulle penne degli scrittori ? I frati ed i preti forse ? O non anzi il gran corpo de’ laici, e specialmente la loro porzione più eletta, e i popoli, gli Stati, i governi, che sono più innanzi nella via dell’incivilimento ? E che cosa esprimono le dette voci, se non l’essenza recondita e gli spiriti vitali dell’incivilimento medesimo ? »

48 Id., Della riforma cattolica della Chiesa. Frammenti (1856), Naples, 1860, p. 40 : « Cristianità e Cattolicità. Il primo di questi vocaboli si riferisce alla materia, il secondo alla forma (unità) ; il primo esprime i rudimenti, l’altro la perfezione. Il primo riguarda soprattutto il laicato, e il secondo il chiericato. Il primo concerne il Cristianesimo come civiltà, in ordine al temporale, al finito ; il secondo, come religione, in ordine all’eterno e all’infinito. Il primo infine esprime il primo momento dialettico, cioè la contenenza e il conflitto degli oppositi, e il secondo la loro armonia. »

49 Ibid., p. 40 : « La cattolicità è il preciso, la Cristianità lo sfumare della religione. Cristianità è rudimento o reliquia di cattolicismo, e quindi effetto o apparecchio di esso. Viene dalla cattolicità e ci torna […]. È la cattolicità umanizzata ; come questa è la Cristianità divinizzata. »

50 Ibid., p. 47 : « Le eresie appartengono alla Cristianità, non alla cattolicità. La Cri­stianità è il complesso di tutto il positivo e di tutto il negativo, e comprende la cattolicità e l’eresia. La cattolicità è il positivo solo nella sua perfezione : esprime l’armonia, che è l’essenza della dialettica. »

51 Ibid., p. 85 : « La Chiesa è contenente e vincolo. Come contenente abbraccia tutto il genere umano ; come vincolo tende ad unirlo. Ma l’unione attuale non si estende che a una piccola parte del genere umano. Dunque la Chiesa come contenente spazia più largamente che come vincolo. Questa è la Chiesa romana, che è la sola che attui l’armonia e l’unione. La Chiesa come contenente passa per tre gradi : umanità, Cristianità, cattolicità. La cattolicità è il solo contenente attuale. Umanità è solo potenziale. Cristianità tramezza fra la potenza e l’atto, è un atto iniziale. »

52 Id., Il gesuita moderno, t. V, Lausanne, Bonamici et Cie, 1847, chap. 16, p. 95 : « Anche nell’età scorsa non si può dire che la guerra mossa dai filosofi […] mirasse dirittamente alla religione, anzi che agli abusi e ai disordini, quali erano le rilassatezze disciplinari dei chierici, l’ipocrisia delle corti, l’intolleranza dei príncipi, i profani maneggi e le turpi massime dei Gesuiti, la dura e spietata teologia dei Giansenisti, insomma l’umano non il divino, la superstizione non la religione, le sette non la Chiesa, la Cristianità e cattolicità di quei tempi, non il Cristianesimo e il cattolicismo di ogni tempo. »

53 Ibid., t. III, chap. 14, p. 423 : « La società profana Cristianità si appella, e la sacra piglia il titolo di militante. Conseguentemente la civiltà cristiana è una, visibile, santa, continua, perpetua, universale, indefettibile, come la Chiesa sua progenitrice. »

54 Ibid., p. 423-424 : « Gioverà il dare un’occhiata alle proprietà divine che si riflettono e rimprontano dalla fede nella cultura. L’unità è la prima di esse, e non è men chiara nella civiltà delle nazioni cristiane che nelle credenze delle cattoliche. »

55 Ibid., p. 424 : « E tale conformità che ha luogo a dispetto dei luoghi, dei climi, delle stirpi, delle memorie e delle altre condizioni, e fa di tutta Europa e di una parte d’America come un sol mondo che Cristianità si chiama, dee parere ragionevolissima, atteso la virtù unitiva del principio di creazione compiuto dal dogma teandrico, che è la pietra fondamentale dell’edifizio. »

56 C. Balbo, Della monarchia rappresentativa in Italia saggi politici. Della politica nella presente civiltà abbozzi, Florence, Felice Le Monnier, 1857, Della politica nella presente civiltà, L. I, chap. 8, « Sinonimi : civiltà e politica cristiana, cristianesimo, Cristianità, ec. », p. 443 : « Ancora, la parola civiltà si usa ora talvolta a significare le nazioni stesse che hanno la medesima civiltà ; e così si dice la Civiltà cinese, l’Indiana, la Maomettana, la Cristiana. La quale ultima usata in tal senso, verrebbe a dire il medesimo, sarebbe perfettamente sinonima a quella di Cristianità. »

57 Ibid., p. 443-444 : « All’incontro la parola di Cristianità esprime un’idea molto diversa da quella di Cristianesimo, Religione cristiana e Chiesa cristiana. Cristianesimo e Religione cristiana sono le due più sinonime ; se non che Cristianesimo parmi comprendere insieme coll’idea della religione anche quella della civiltà cristiana, ed essere così la più lata di tutte queste espressioni. Quella poi di Chiesa cristiana esprime la società religiosa de’ cristiani. E si usa poi in numero plurale dagli accattolici meno severi. Noi cattolici all’incontro crediamo e diciamo non essere se non come una verità, così una sola Chiesa che la possegga, e così una sola Chiesa veramente Cristiana. »

58 Ibid., p. 444 : « Ma la parola di Cristianità non ha che fare colla verità, coll’intierezza della fede cristiana ; indica il complesso di tutte le nazioni, tutti gli uomini, i quali seguendo compiutamente od incompiutamente, bene o male, la fede, la religione, il nome di cristiani, partecipano più o meno alla cristiana civiltà. »

59 Ibid. : « È bensì anche una politica umana derivata dalle massime cristiane, che si può chiamare politica cristiana. E da questa pure può essere ed è talor diversa quella che chiamammo politica della Cristianità, secondo che ella si scosta talora più o meno dalle massime cristiane. Quando la politica della Cristianità tollerava le crudeltà spagnuole in America, le perfidie britanniche in Asia, o la servitù dei Negri su tutto l’orbe, ella non era politica cristiana certamente. »

60 Ibid., p. 444-445 : « Discorrendo della politica della Cristianità, noi non intendiamo ragionare nè della religione, nè della Chiesa cristiana […], nè teoricamente della politica cristiana perfetta, ma della politica della Cristianità, com’ella è, praticamente, di fatto ; e così ora buona, ora cattiva per vero dire, ma più sovente buona che cattiva senza niun dubbio, posciachè ella ha condotta e conduce questa medesima Cristianità a quella propagazione, que’ progressi, quegli splendori, quella sapienza, quella potenza, que’ trionfi, quella civiltà che veggiamo. »

61 Id., Pensieri sulla storia d’Italia, Florence, 1858, L. I, chap. 19, « Il tempo presente », p. 98 : « Ma diciamolo a un tratto, e schiettamente : i fatti italiani dal 1814 al 1840 sono una miseria, quasi un nulla. »

62 Ibid., p. 99 : « Se vogliam fatti grandi ne’ venticinque anni scorsi, ei ci è forza uscire d’Italia, allargare la vista come da nostr’Alpi tutto intorno, più che non abbiam fatto fin qui. Nè sarà inopportuno od inconseguente. Non mai dal principio della Cristianità fu così forte la connessione, la dipendenza reciproca delle sue membra ; non mai quelle espressioni di repubblica cristiana, od anche di città di Dio, furono così vere, così reali, come da venticinque anni in qua. »

63 Ibid. : « Dal 1789 al 1815, la repubblica cristiana indebolita da quelle parti cadde sotto a una prova di tirannia. Ed uscita appena da quelle mani, la repubblica cri­stiana riprese alfine quell’operosità esterna, quella facoltà d’estensione, quella sua, se così voglia chiamarsi, ambizione, od una antica naturale destinazione d’invadere e conquistare e riunire a sè l’universo mondo. »

64 Ibid., p. 99-100 : « Ambizione o destinazione, la Cristianità obbedì a questa sua invadente natura fin dai primi suoi secoli. Invase prima l’imperio romano, poi i barbari invasori di questo, poi i barbari rimasti fuori, poi respinse e fermò la civiltà posteriore […] de’ Maomettani, poi l’America. »

65 Ibid., p. 100 : « E questi sì che son fatti grandi : così grandi, che non possono non essere nostri. »

66 Ibid. : « Gli altri fatti delle dispute interne sono un nulla rispetto a quelli esterni della Cristianità ; sono onde, piccol maroso rimanente della gran tempesta delle parti. E se i partigiani di qua e di là, egoisti di qualunque nome, perseverano a magnificarli ed esagerarne l’importanza, noi non sappiamo vedervene altra che quella d’avere disturbato, ritardato per qualche tempo il grande affare, il grande ufficio, il grande destino della Cristianità. »

67 Ibid. : « L’estensione della Cristianità è il solo grande affare, è intavolato, e finchè non sia compiuto, niun altro sarà grande. »

68 Ibid., L. I, chap. 21, p. 115 : « Il papa non è una calamità, non è una vergogna d’Italia, ma è uno de’ suoi destini, delle sue glorie future. »

69 Ibid., p. 116 : « Se non è vero che sia nell’Umanità finito il tempo della Cristianità, nè nella Cristianità il tempo della Cattolicità ; e se anzi non mai fu più potente e invadente la Cristianità nell’Umanità, la Cattolicità nella Cristianità, non è, non può essere vero nemmeno che sia finito il tempo di chi, di ciò che è centro della Cattolicità e della Cristianità. »

70 Ibid., L. I, chap. 30, p. 193 : « Il mondo corrotto e il Cristianesimo son senza dubbio nemici eterni ; ma sono amici il Cristianesimo e il mondo operoso, e di lor congiunzione nacque e cresce la Cristianità, che comprenderà in breve l’intiero mondo. Il problema dell’industria crescente senza produr lusso corrompitore non fu nè poteva essere sciolto dall’antichità ; ma fu sciolto già più volte, e sarà sciolto un dì universalmente, dalla Cristianità. »

71 Ibid., L. II, chap. 1, p. 222 : « La Cristianità è il complesso degli uomini che chiaman sè stessi cristiani, che professano bene o male il cristianesimo, che non professandolo tutti bene, quasi nessuno perfettamente, trassero in errori or questa or quella parte, non tutta mai la Cristianità. »

72 Ibid., p. 222 : « La Cristianità, all’incontro, progredì sempre dal dì che nacque, or di fuori, or addentro, or per diffusione esterna, or per interna civiltà ; secondo tutte le probabilità storiche e presenti, accenna di dovere progredire nell’una o nell’altra. »

73 Ibid., conclusion, p. 572 : « Le nazioni cristiane non invecchiano, non vengono meno se non temporariamente, finchè seguono qualche mala via, qualche falsa missione ; risorgono, rinverdiscono, e posson di nuovo ritrovare lor vera via ; e non cadono del tutto, se non ne’ casi rari che elle ricusino, generazioni dopo generazioni, di abbandonarsi a que’ ritorni. »

74 Ibid., p. 572 : « Ma la più antica, la più continua, la più grande e la più evidente delle missioni ricevute da qualunque nazione cristiana, è senza dubbio la missione d’Italia. »

75 Ibid., p. 572 : « Non consta di alcune azioni [dell’Italia] più o meno numerose […], ma di un’azione perenne lungo tutti i secoli cristiani, d’un soffrire e trionfare, quasi martirio continuo, per la Cristianità. »

76 Ibid., p. 572-573 : « La missione d’Italia non fu solamente di difendere questo o quel limite della Cristianità, di promuovere questa o quella parte di civiltà, ma di difendere l’indipendenza stessa della Chiesa, e di far nascere tutta la civiltà cristiana. »

77 Ibid., p. 573 : « Niuna missione può essere senza operosità, niuno ufficio senza carico : l’Italia ebbe adunque questo : di difendere l’indipendenza di quella Chiesa, di quel capo che è in mezzo a lei, e così l’indipendenza propria. Per le altre nazioni la difesa dell’indipendenza è primo de’ doveri politici ; ma per l’Italia è primo dovere politico, ed insieme dovere da cristiano e quasi spirituale, è adempimento dell’indubitabile missione sua nella Cristianità. »

78 Ibid., p. 573 : « E quante volte l’Italia adempì meglio quest’ufficio suo, tante volte ella fu virtuosa, felice e gloriosa nella Cristianità ; quante volte elle s’allentò o ristette nell’ufficio, tante ella fu viziosa, infelice e non compatita, ma disprezzata dalle nazioni compagne. »

79 Ibid., p. 573 : « Quando l’Italia adempì bene l’ufficio suo, ella fu capo e guida in ogni parte di civiltà all’intiera Cristianità ; quando l’Italia l’adempì male, la Cristianità progredì pure senza essa, ma patì senza dubbio nell’unione e forse nella prontezza del movimento di civiltà. »

80 Id., Delle speranze d’Italia, Capolago, 1844, p. 310 : « La storia della Cristianità è per noi nè più nè meno che storia del progresso ; lo comprende tutto, vi è compresa tutta ; le due sono contemporanee, parallele, identiche. »

81 Ibid., p. 311 : « Considerata la questione, nella sua generalità, nel suo complesso, dal suo principio a noi, nel suo risultato presente, ella non può essere, io non credo che sia, dubbiosa a nessuno. Non dubita nessuno che sia ora progredita la Cristianità, non dubita nessuno che la Cristianità sia, sola delle grandi società umane, progrediente oggidì ; non dubita nessuno che sieno o stazionarie od anzi in regresso le società Maomettane, le Bramaniche, le Buddiste, la Cinese e i resti delle altre idolatre. Gran prova sommaria per vero dire e che basterebbe a dimostrare la virtù progressiva insita esclusivamente nella Cristianità ; gran presunzione che questa abbia dovuto progredir continuamente. »

82 Ibid., p. 362-363 : « Quell’imperio è ad uno dei limiti dell’Europa, della madre patria della Cristianità, della sedia ov’ella è compressa, ristretta, confinata contro a tutti i bisogni presenti suoi, contro a tutti i suoi destini futuri ; è al limite Orientale, verso a dove si volge l’impulso presente di lei ; è sulla via, primo sulla via ond’ella ha a passare ; ed è non solamente imperio stazionario ma cadente, ma già scemato, ma già incominciato a spartirsi tra la Cristianità. »

83 Ibid., p. 363 : « Se fosse possibile che la Cristianità non passasse per quella via, ella passerebbe per qualunque altra, e la propagazione sarebbe la medesima ; e medesimi sarebbero all’incirca i risultati per la Cristianità in generale, per l’Italia in particolare. »

84 Id., Meditazioni storiche, Florence, 1855, méditation IV, p. 67 : « Il Cristianesimo, in somma, non progredisce egli, ma fa progredire la Cristianità. Chi dice progredito o progredibile il Cristianesimo, non è cristiano intiero […] ; ma chi nega progredita o progredibile la Cristianità, nega i fatti passati e presenti più certi e gli avvenire probabilissimi, nega tutti gli effetti umani del Cristianesimo. »

85 Ibid., méditation VII, p. 130 : « La religione vera ha senza dubbio portata la Cristianità a un apice di civiltà non mai arrivato. »

86 Ibid., méditation XIII, p. 388-389 : « La Cristianità poi fu, è, e sarà anche umanamente grandissima sempre, perchè meglio che qualunque Stato, o nazione, o complesso di nazioni, ella ha in sè equilibrati questi due principii del conservare e del progredire. »

87 Ibid., méditation XVI, p. 504 : « Non solo non esistono più sulla terra nè genti barbare nè civiltà capaci di distruggere la Cristianità ; ma la Cristianità è evidentemente destinata, apparecchiata, incamminata a distruggerle tutte. Se la Cristianità ha a cadere, non potrebbe dunque cadere se non da sè. »

88 Id., Della storia d’Italia dalle origini fino ai nostri giorni sommario, Florence, 1856 (1846), p. 84 : « Vedremo poi nella età ulteriore, dei Comuni, sorgere un nuovo ufficio o destino nostro non meno evidente, non meno bello ; quello di ravviare e riunire la Cristianità in una nuova civiltà e in una nuova coltura ; e soffrir noi certamente e molto in questa grand’opera, ma compierla meno a pro nostro che d’altrui ; e poter quindi rallegrarci ancora dei nostri stessi dolori, riusciti così utili nell’ordine universale. »

89 Ibid., p. 84 : « Fino allora, in un modo o in un altro, noi avevamo operato o primi o per lo meno importantissimi sui destini della Cristianità ; d’allora in poi non operammo nè primi nè importanti, facemmo poco più che durare, sopravvivere, poltrire, vegetare, non solamente decaduti ma degeneri. »

90 Ibid. : « Ma le nazioni cristiane non possono restar sempre degeneri, senza ufficio, senza opera. E già si può forse prevedere l’ufficio futuro di nostra nazione, collocata in mezzo al Mediterraneo, centro e via degli interessi materiali, collocata intorno alla sedia pontificale, centro e capo degli interessi spirituali della Cristianità : l’ufficio di procacciare, agevolare, mantenere, perfezionar l’unione, ogni sorta d’unione, delle nazioni cristiane. »

91 G. Perrone, L’idea cristiana della Chiesa avverata nel cattolicismo, Gênes, 1862, p. 38 : « La Cristianità altro non è che la Chiesa. »

92 L. A. Melegari, « Delle relazioni della Chiesa collo Stato nel xix secolo e delle differenze insorte tra la corte di Roma ed il governo sardo », Rivista italiana, vol. I, 1850, p. 181-219 (p. 192) : « Simile alla colonna di fuoco che, precorrendo sempre il popolo eletto, lo conduceva a traverso le tenebre per sicura via a sicura meta, la religione è per le nazioni cristiane una guida indefettibile che le conduce nella via di sempre nuovi ed insperati progressi. »

93 Ibid., p. 195 : « Una religione di Stato contiene già in sè il germe, il principio di uno scisma. Lo smembramento della Chiesa non ha avuto luogo che per questa cagione ; da ciò soprattutto lo scioglimento del nodo che univa tutto in un sol fascio le nazioni cristiane sotto il bel nome di Cristianità. Il mezzo di ricostituire l’unità nell’ordine religioso e quindi l’armonia civile fra le diverse nazioni cristiane sta nello affrancamento. »

94 V. Fornari, Dell’arte del dire lezioni (1862), vol. IV, Naples, 1868, L. IV, p. 303 : « Ebbe, dunque, due incominciamenti la Cristianità, cioè due soggetti di epopea ; ed entrambi furono trattati da poeti nostri, che siamo il popolo primogenito di Cristianità, da Lodovico Ariosto e da Torquato Tasso. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvio Hermann De Franceschi, « La nécessité chrétienne de l’unité et de l’indépendance italiennes. Nostalgie et illustrations risorgimentales d’un ordre de Chrétienté au xixe siècle : Gioberti et Balbo », Laboratoire italien [En ligne], 13 | 2013, mis en ligne le 06 février 2014, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/739 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.739

Haut de page

Auteur

Sylvio Hermann De Franceschi

Université de Limoges, CRIHAM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page