Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Introduction

Paola Cosentino, Lucie De Los Santos and Enrico Mattioda
p. 5-11

Full text

1Ce numéro constitue la deuxième étape d’un parcours commencé il y a une dizaine d’années dans Laboratoire italien. Le dossier que notre revue consacra en 2002 à la République en exil rassemblait en effet plusieurs études sur les exilés florentins entre le xve et le xvie siècle. Un de nos objectifs était d’élargir le champ de la recherche à une perspective européenne grâce à l’étude des formes de diffusion des idées qui étaient nées de l’expérience républicaine à Florence. Il s’agissait alors pour notre revue de contribuer à la relance du débat sur la question des exilés et des bannis, dans un contexte historique de construction partiellement chaotique de structures proto-étatiques, au gré des crises et des réformes institutionnelles, conditionnées notamment par le développement de la conflictualité entre États et par la guerre qui ravagea, plusieurs décennies durant, la péninsule italienne. À l’origine du questionnement proposé, il y avait l’idée de pointer la complexité, la variété et les lignes de fracture – plus que les continuités – dans les pratiques des États à l’égard d’exilés qui semblaient alors susciter une véritable « république des exilés ». Le tableau esquissé grâce aux quelques cas abordés offrait un panorama dans lequel le motif de l’exil permettait la définition d’une culture polyédrique, liée aux convictions républicaines des exilés florentins mais aussi à la foi religieuse que l’on pouvait revendiquer plus ouvertement outre-monts, loin de la Péninsule. De nombreux regroupements de cette « opposition », partout en Europe, donnèrent lieu à l’élaboration de réflexions qui eurent un rôle singulier dans le développement de la pensée politique moderne.

  • 1  P. Simoncelli, Fuoriuscitismo repubblicano fiorentino (1530-1554), Milan, Franco Angeli, 2006.
  • 2  Voir entre autres Chemins de l’exil, havres de paix. Migrations d’hommes et d’idées au xvie siècle(...)

2Durant ces dix dernières années, les études sur le fuoruscitismo, notamment sur le cas florentin, sont allées de l’avant. Une proposition de mise au point sur la question a été avancée notamment dans le volume de Paolo Simoncelli, qui concluait un long travail de recherches1. D’autres contributions furent aussi apportées par une série de colloques et d’articles qui imposèrent l’exil comme une dimension essentielle pour la compréhension des développements de l’histoire de la pensée politique, religieuse et scientifique de la modernité, notamment parce que lui était consubstantielle la liaison entre, d’un côté, l’étude des problèmes de lecture, de diffusion et de « fortune » des textes et, de l’autre, celle de l’élaboration, des usages et de l’effectivité des réflexions développées2.

3La rencontre qui s’est tenue à Lille les 23 et 24 mai 2008, consacrée aux « Exilés italiens à la Renaissance. Culture d’opposition et théorie politique », conçue et pilotée par Lucie De Los Santos, s’inscrivait dans cette logique. C’est pourquoi nous avons choisi de publier dans le présent numéro quelques-unes des contributions les plus significatives encore inédites.

  • 3  Voir V. Bramanti, « Aspetti della scrittura “fuoruscita” : le lettere al Varchi di Giovambattista (...)
  • 4  Voir B. Cavalcanti, Trattati o vero discorsi sopra gli ottimi reggimenti delle republiche antiche (...)
  • 5  Voir « Bartolomeo Cavalcanti à Sienne : un exilé florentin et la dernière réforme de la République (...)
  • 6  Une version revue et augmentée de cette étude a été publiée : voir P. Carta, « Il “nostro allievo” (...)
  • 7  Voir surtout S. Dall’Aglio, L’assassino del Duca. Esilio e morte di Lorenzino de’ Medici, Florence (...)

4Le thème de la rencontre mettait surtout l’accent sur la circulation des hommes et des idées dans leur dimension continentale et laissait également une place aux aspects relatifs à la perception de ces expériences dans une histoire de moyenne et de longue durée. Les interventions de Vanni Bramanti et Salvatore Lo Re présentaient par exemple l’articulation entre la pensée de Benedetto Varchi et la tradition républicaine au travers des lettres qui lui étaient adressées par Giovambattista Busini, jusqu’à proposer une étude nouvelle du parcours politique de Michel Ange. Ce dernier, après avoir entamé une sculpture du Brutus toscan pour le cardinal Ridolfi, abandonna ce projet après la défaite de Montemurlo et fit le choix de rester loin de Florence, malgré les efforts de Côme Ier et de son entourage pour célébrer l’artiste de son vivant3. L’interprétation de Bartolomeo Cavalcanti fut aussi renouvelée ces dernières années : à la suite de la nouvelle édition de ses Trattati, publiée par Enrica Fabbri4, Juan Carlos D’Amico5 a ainsi reparcouru la biographie politique de Cavalcanti, en montrant la constance de son engagement en faveur d’un gouvernement républicain et en étudiant son ultime tentative à Sienne, entre 1553 et 1555, pour imposer l’idée d’un Grand Conseil et d’une armée de citoyens, double héritage primordial de l’expérience républicaine contemporaine à Florence. Ce n’est qu’à la chute de Sienne, longtemps après la défaite de Marciano, après que tous les espoirs républicains se furent évanouis, que Baccio Cavalcanti abandonna la vie politique et se consacra aux humanités selon une habitude qui relevait également d’une pratique récurrente à l’époque : lorsque la politique active devenait impossible, d’aucuns se réfugiaient dans le commentaire des écrits d’Aristote, à la recherche d’une patrie mythique loin des maux de l’histoire qui leur était contemporaine. Lors de la rencontre de Lille, Paolo Carta a abordé la question des exilés pour raisons religieuses et leur importance pour la pensée politique européenne dans sa contribution sur les rapports entre Francesco Pucci et Jacopo Corbinelli, dans la perspective d’une édition de L’Apologia di Lorenzino de’ Medici (le Lorenzaccio de Musset)6. Et c’est d’ailleurs autour de la figure de Lorenzino que de nouvelles analyses ont justement vu le jour : on se reportera, dans le présent numéro, à l’article de Stefano Dall’Aglio, qui a mis au jour une partie de la correspondance de Lorenzino et permis ainsi de modifier la tradition interprétative sur le mandant de son meurtre – non plus Côme Ier mais l’empereur Charles Quint7.

  • 8  Récemment, Hélène Soldini est revenue sur Donato Giannotti et sur sa Republica de’ Viniziani publi (...)

5Le cas Lorenzino peut également être considéré comme le marqueur des études présentées dans ce dossier, dans la mesure où il montre que travailler sur l’exil implique d’inscrire toute recherche dans une perspective internationale, y compris quand le bannissement ou l’exil ont lieu à l’intérieur des limites de la péninsule italienne. C’est ce que souligne par exemple Hélène Soldini8 dans son article en pointant l’importance de la défaite de Montemurlo, qui manifeste non pas une interruption de la lutte politique mais plutôt une transformation des pratiques et des horizons des exilés. Or, si l’exil républicain a été longtemps étudié suivant une logique « internaliste », centrée sur les vicissitudes de l’histoire de la cité, l’historiographie la plus récente tend au contraire à souligner les relations étroites entre l’État contrôlé par Côme et les autres puissances italiennes ou européennes. Du coup, les sources diplomatiques mais aussi les correspondances des espions deviennent fondamentales pour reconstruire les actions et intentions des exilés : c’est bien ce que montrent tant l’article de Christine Shaw à propos des exilés siennois que l’étude, par Hélène Soldini, du parcours de Donato Giannotti au travers de la correspondance de l’espion médicéen Bernardino Duretti. Les avis et comptes rendus extérieurs aux groupes d’exilés illustrent l’évolution de la condition même des fuorusciti, qui ne coïncide pas exactement avec celle du banni comme figure courante de l’histoire de l’Italie des comuni. Le fuoruscito ne peut compter revenir chez lui à la faveur d’un rétablissement de la République qu’en cas de bouleversement de l’ordre et de l’équilibre international établi. Ce changement de la condition de l’exilé se reflète également dans la pensée juridique : Christian Zendri, dans sa contribution, montre comment, à partir de l’identification d’origine bartolienne de transfuga et de rebellis, on en vient à des distinctions très sophistiquées et à une typologie beaucoup plus subtile chez Alberico Gentili, lui-même exilé pour des raisons religieuses mais suffisamment attentif aux débats politiques pour être l’un des premiers à proposer une lecture oblique des textes machiavéliens.

6Et ce n’est pas tout : l’idéologie républicaine, qui prend souvent la forme du récit historique (pensons au cas de Jacopo Nardi), prend en compte la nouvelle patrie comme possible point de comparaison, voire comme référence puisque la pensée de l’exilé est soumise à des usages et des lectures différentes de celles qui sont ou auraient pu être dominantes dans sa ville natale et qu’elle se prête ainsi, à l’occasion, à des interprétations inédites. De fait, s’il est nécessaire d’analyser la réaction que suscitent dans leur patrie les écrits politiques des fuorusciti, il s’avère tout aussi important d’évaluer la réception de ces mêmes écrits dans leur patrie d’adoption. En outre, se croisent et se nouent, du coup, des questions politiques, religieuses et littéraires. Dans ce cadre, la condition même de l’exilé passe par la projection dans l’avenir de la réalisation d’un idéal : et ce n’est pas un hasard si cette même condition est évoquée, au xviiie siècle, par Vittorio Alfieri à travers l’image mythique du fuoruscitismo qui célèbre le tyrannicide de Lorenzino et déploie la légende noire des Médicis, de la Congiura de’ Pazzi à Don Garzia.

  • 9  Voir P. Cosentino, « Il “Filippo Strozzi” di Giovan Battista Niccolini : analisi della nascita di (...)

7C’est à ce niveau que se situe l’autre proposition du présent dossier, qui appelle d’ailleurs d’autres contributions à venir : la reprise de l’expérience des exilés en des moments historiques distincts et éloignés. Manuela Bragagnolo entreprend ainsi de démontrer l’importance culturelle de la Vita di Lodovico Castelvetro écrite par Muratori et les effets de la polémique que suscita à ce propos Fontanini. Au xixe siècle, l’expérience des exilés est relue avec une grille qui privilégie les questions de l’indépendance nationale et de la République : dans leur tentative de créer une tradition politique et une identité propres à la Péninsule, les générations qui œuvrent au Risorgimento transforment les fuorusciti en héros et martyrs de la nation à venir. Sur cette fortune spécifique de la question, les études n’ont pas manqué non plus ces dernières années9 Maints exilés florentins du xvie siècle s’étant mués en auteurs d’Istorie firent de quelques obscurs épisodes de l’affaiblissement d’une cité-État des événements mémorables, et c’est justement de cette mémoire que s’empara le Risorgimento en en faisant le socle d’un mythe historico-idéologique à succès, comme le montrent les nombreuses rééditions des Storie de Nardi, Varchi, Segni et Nerli au début du xixe siècle, ainsi que l’apparition de maints romans consacrés à la perte de la « liberté florentine » que les « histoires » avaient déjà mises en récit (pensons par exemple à Guerrazzi et à son Assedio di Firenze).

8Au-delà de cette reprise, les vicissitudes de la République de Florence seront encore à l’origine des réflexions de Hans Baron sur l’« humanisme civique ». Dans la réflexion de Baron sur Leonardo Bruni (mais aussi, dans un second temps, sur Machiavel), la réflexion sur l’ancrage territorial des lettrés humanistes a son importance (sans doute marquée par la sociologie wébérienne du début du xxe siècle et par sa notion d’intellectuel cosmopolite). Comme le montre dans ce numéro Laurent Baggioni, les textes de Bruni (d’un côté, l’Oratio in funere Iohannis Strozzae, qui célèbre l’amour de Nanni Strozzi pour Florence, bien que ce dernier ait été contraint de s’éloigner de la cité pour des raisons politiques et de se mettre au service des Este ; de l’autre, la Vita di Dante, dans laquelle Bruni défend la thèse de l’injustice du Comune à l’égard du plus illustre de ses citoyens) s’avèrent utiles pour forger quelques-unes des notions cruciales liées à la figure de l’exilé, tels l’attachement à la ville natale ou encore le choix d’une nouvelle patrie.

9Dans cette affaire, s’il a été important de relever l’importance singulière des relations entre Italie(s) et France ou de pointer la fécondité des fractures religieuses, il est tout aussi crucial de retrouver une dimension non strictement « italienne », y compris dans des études de cas qui peuvent sembler ancrées dans des épisodes plus liés à la Péninsule. La figure de l’exil, dès lors qu’on l’étudie dans une plus ample perspective et dans une assez longue durée, devient donc essentielle pour nuancer des focalisations et des logiques trop nationales qui se déploient sans prendre en compte les formes encore incertaines de tels ancrages ou la complexité entraînée par la diffusion continentale et les usages variés des réflexions politiques plus « locales ». Les expériences des exilés peuvent du coup offrir une sorte de laboratoire dans lequel s’élaborent des notions et des pratiques qui participent de la nécessaire dimension européenne de l’histoire de la pensée politique.

Top of page

Notes

1  P. Simoncelli, Fuoriuscitismo repubblicano fiorentino (1530-1554), Milan, Franco Angeli, 2006.

2  Voir entre autres Chemins de l’exil, havres de paix. Migrations d’hommes et d’idées au xvie siècle, J. Balsamo et C. Lastraioli éd., Paris, Champion, 2010, ainsi que le numéro 16-17 de la revue Arzanà. Cahiers de littérature médiévale italienne consacré à la question : (Écritures de l’exil dans l’Italie médiévale, A. Fontes Baratto et M. Gagliano, 2013.

3  Voir V. Bramanti, « Aspetti della scrittura “fuoruscita” : le lettere al Varchi di Giovambattista Busini », Critica letteraria, 1, 2011, p. 66-93 ; S. Lo Re, « Varchi e Michelangelo », Annali della Scuola normale superiore di Pisa, série 5, 4/2, 2012, p. 485-516.

4  Voir B. Cavalcanti, Trattati o vero discorsi sopra gli ottimi reggimenti delle republiche antiche e moderne, E. Fabbri éd., Milan, Franco Angeli, 2007.

5  Voir « Bartolomeo Cavalcanti à Sienne : un exilé florentin et la dernière réforme de la République » (à paraître dans Transalpina, 17, 2014).

6  Une version revue et augmentée de cette étude a été publiée : voir P. Carta, « Il “nostro allievo” Francesco Pucci. Nuove ricerche e testimonianze », Bruniana e Campanelliana, XVIII, 1, 2012, p. 233-242.

7  Voir surtout S. Dall’Aglio, L’assassino del Duca. Esilio e morte di Lorenzino de’ Medici, Florence, Olschki, 2011.

8  Récemment, Hélène Soldini est revenue sur Donato Giannotti et sur sa Republica de’ Viniziani publiée à Rome, chez Blado (le premier éditeur de Machiavel), en juillet 1540. Analysant le rôle que l’auteur attribue à la description de Venise, H. Soldini reconstruit l’histoire du dialogue qui, progressivement, se transforme en un opuscule de vulgarisation sur les institutions vénitiennes, « modèle à imiter » et « exemple à méditer » pour les Florentins (voir H. Soldini, « “Della Republica de’ Viniziani” de Donato Giannotti, un projet editorial avorté », dans Varchi e altro Rinascimento. Studi offerti a Vanni Bramanti, S. Lo Re et F. Tomasi éd., Manziana, Vecchiarelli, 2013, p. 579-594 – la citation se trouve p. 89-90). On se référera aussi, dans le même volume, aux articles de D. Brancato, « Una “costituzione” dei fuorusciti : la silloge di Benedetto Varchi per Piero Strozzi e Lorenzino de’ Medici » (p. 23-46) et de S. Dall’Aglio, « “Qui capitano tutte l’importantie delle cose”. Spie, informatori e ambasciatori medicei a Venezia nei primi anni del principato cosimiano » (p. 313-326). Voir aussi G. Rebecchini, « Un altro Lorenzo » : Ippolito de’ Medici tra Firenze e Roma (1511-1535), Venise, Marsilio, 2010.

9  Voir P. Cosentino, « Il “Filippo Strozzi” di Giovan Battista Niccolini : analisi della nascita di un mito », Levia Gravia, 11, 2009, p. 77-95. Sur la transformation de deux figures féminines, personnages secondaires de l’histoire florentine, devenues des « héroïnes » durant le Risorgimento, voir aussi Id., « Storie di donne. Luisa Strozzi e Marietta de’ Ricci, dalla storiografia fiorentina del ’500 alla drammaturgia romantica », dans Varchi e altro Rinascimento, ouvr. cité, p. 295-312.

Top of page

References

Electronic reference

Paola Cosentino, Lucie De Los Santos and Enrico Mattioda, « Introduction », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 21 November 2014, connection on 25 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/763

Top of page

About the authors

Paola Cosentino

Università dell’Aquila

By this author

Lucie De Los Santos

Université Charles-de-Gaulle Lille 3

By this author

Enrico Mattioda

Università di Torino

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page