Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Muratori et Castelvetro. État des études et lignes de recherche

Manuela Bragagnolo
p. 93-113

Abstracts

Lodovico Antonio Muratoni’s Vita di Lodovico Castelvetro (1727) is a very interesting text which allows us to focus on certain unpublished aspects of the Muratorian cultural reformation project, closely linked to the author’s demand for a religious reformation. For well-read Italians, the attempt to rehabilitate Castelvetro’s memory, which encouraged the biographer to discuss the common notions of heretics and heresy, went hand in hand with the proposition of a model of freedom and excellence that the Republic of Letters had to recover. Muratori attempted to resurrect the memory of his fellow citizen using the methodology of a lawyer and the analysis of a historian. Muratori’s reservations about Castelvetro being accused of heresy and on the suspicions borne by the town of Modena notably follow a 16th century source that until now has been completely ignored: Antiqua et recentia Illustrium Virorum Mutinensium Monumenta by the Modena lawyer Francesco Forciroli.

Top of page

Full text

  • 1  Parmi les études les plus récentes consacrées à Lodovico Castelvetro, voir Lodovico Castelvetro. F (...)
  • 2  G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, vol. I, in Modena, Presso la Società tipografica, 1781, p. 455 (...)

1Le destin de Lodovico Castelvetro ne fut pas différent de celui des nombreux exilés pour cause de religion qui, au xvie siècle, s’enfuirent pour sauver leur vie1. Faisant partie de l’hétérodoxe « Académie » de Modène – l’« Accademia modenese » –, Castelvetro éveilla l’attention du Saint-Office et fut condamné, par contumace, comme hérétique fugitif et impénitent2.

  • 3  Voir P. Simoncelli, La lingua di Adamo. Guillaume Postel tra accademici e fuoriusciti fiorentini, (...)

2La vie et les écrits de l’exilé, caractérisés par une forte attitude critique, suscitèrent une grande admiration auprès des contemporains, et au-delà3. Ils trouvèrent en effet un lecteur attentif en Lodovico Antonio Muratori, qui écrivit une biographie passionnée de son concitoyen alors même que, au début du xviiie siècle, on en percevait encore la dangerosité. L’entreprise muratorienne était en effet très risquée, et elle impliqua le biographe même dans l’accusation d’hérésie.

  • 4  A. Vecchi, L’opera religiosa del Muratori, Milan, Paoline, 1955, p. 128 note 24.
  • 5  On pense, par exemple, à Carlo Sigonio, dont les écrits, censurés par l’Inquisition romaine, firen (...)
  • 6  Voir L. A. Muratori, Primi disegni della repubblica letteraria d’Italia, Naples (en fait Venise), (...)
  • 7  Sur la Querelle, voir F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante (1660-1750), Rome, École f (...)
  • 8  Sur l’originale position muratorienne d’équidistance dans l’évaluation des auteurs anciens et mode (...)

3Aux yeux des interprètes, la Vita de Castelvetro fut donc, pour très longtemps, un « punto oscuro » dans l’œuvre de Muratori4. Néanmoins, Muratori avait porté plusieurs fois une attention particulière aux hommes et aux idées de la fin du xvie siècle en Italie, en écoutant aussi les voix oubliées : étouffées par le zèle de la Contre-Réforme, qui les censura comme hérétiques, ou bien prudemment autocensurées par les auteurs eux-mêmes5. Dans ses ouvrages, et en particulier dans ceux qu’il consacra à son projet de réforme de la culture italienne, Muratori invitait les lettrés italiens à recouvrer la grandeur de l’Italie de la Renaissance, à laquelle l’Europe entière avait puisé6. L’appel muratorien répondait à une exigence diffuse parmi les lettrés italiens du début du xvie siècle ; il exprimait la volonté de réagir à la crise de la culture baroque et de répondre aux assauts menés depuis la France, qui touchaient même les plus hauts sommets de la littérature italienne du xvie siècle, à l’arrière-plan de la célèbre Querelle des anciens et des modernes7. De nombreux représentants de la « Repubblica letteraria » essayèrent ainsi de recouvrer cette culture qui, non sans difficultés, devint l’objet de nombreux projets éditoriaux. L’un de ceux-ci était dédié à Castelvetro dont, en conjuguant la méthode du juriste et celle de l’historien, Muratori voulait montrer, sous une lumière nouvelle, la richesse et la « modernité »8.

  • 9  L. A. Muratori, Vita di Lodovico Castelvetro, dans Opere Varie Critiche di Lodovico Castelvetro ge (...)
  • 10  Sur les vicissitudes liées à l’édition des Opere de Castelvetro, voir L. A. Muratori, Carteggio co (...)
  • 11  P. Vismara, « Muratori “immoderato”. Le censure romane al De Ingeniorum moderatione in religionis (...)
  • 12  Dans le présent article, il est fait référence à l’édition vénitienne de 1753 (G. Fontanini, Bibli (...)

4La Vita di Lodovico Castelvetro composta dal sig. Lodovico Antonio Muratori fut publiée en 1727 par l’Imprimerie Palatine de Milan, sous de fausses indications typographiques9. Elle ouvrait les Opere Varie Critiche de l’homme de lettres modénais, éditées à l’initiative et sous le contrôle vigilant de Filippo Argelati10. Cette opération éditoriale fut accompagnée d’abondantes précautions, qui n’épargnèrent pas au biographe les attentions du Saint-Office11. L’adhésion de Muratori à l’initiative suscita également les attaques de Giusto Fontanini, son adversaire déclaré depuis la controverse de Comacchio qui, dans la dernière édition de l’Eloquenza italiana (1736), le dépeignait comme l’« apologista » d’un hérétique manifeste12.

  • 13  G. Cavazzuti, Lodovico Castelvetro, Modène, Società tipografica modenese, 1903, p. 167-176 (170-17 (...)
  • 14  G. Bertoni, « Muratori e le “Opere varie critiche” di L. Castelvetro », dans Miscellanea di studi (...)

5L’écho des accusations de Fontanini retentissait encore au début du xxe siècle : Giuseppe Cavazzuti, suivant la pensée de Tommaso Sandonnini, soupçonna Muratori d’avoir manipulé les autographes de Castelvetro pour le disculper13. Trente ans plus tard, se dressant contre ces affirmations, Giulio Bertoni mit en évidence la grande différence existant entre la graphie de l’annotateur et celle de Muratori, et affirma que ces modifications devaient être attribuées au responsable de l’édition des Opere, Filippo Argelati14.

  • 15  E. Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », dans Per formare una storia (...)
  • 16  Un manuscrit de la Vita de Castelvetro attribuée au iuniore, copié par Muratori lui-même, est cons (...)
  • 17  E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 123.

6Néanmoins, l’historiographie la plus récente a montré que Fontanini, en faisant de Muratori l’apologiste de Castelvetro, avait, en partie, fait mouche. En effet, les spécialistes ont montré une stratégie argumentative très attentive qui, sous l’apparence d’une narration anonyme et standardisée, visait à racheter, avec une prudence presque nicodémite, la mémoire compromise de l’illustre lettré15. Cela fut mis en évidence, en particulier, par la comparaison entre la biographie et sa source principale, les Memorie, longtemps attribuées au neveu homonyme de Castelvetro, connu comme le iuniore16. Adhérant à un écrit commémoratif dont il s’éloignait dans les moments les plus délicats, Muratori devenait l’auteur d’un projet apologétique très original, qui concernait aussi la ville de Modène17.

7Le projet de Muratori ne se limitait cependant pas, loin de là, à faire l’apologie d’un illustre Modénais et de sa ville ; la biographie de Castelvetro était, en effet, un élément important de son projet de réforme culturelle, lequel allait de pair avec l’exigence d’une réforme religieuse.

  • 18  Déjà, dans les Riflessioni sopra il Buon Gusto et dans le traité De Ingeniorum moderatione, Murato (...)
  • 19  À propos de la participation de Muratori au débat européen sur la recomposition des divisions conf (...)
  • 20  Sur le modèle d’intellectuel proposé par Muratori, voir F. Waquet, « De la “Repubblica Letteraria” (...)
  • 21  Sur Muratori biographe et sur l’importance du genre littéraire de la biographie dans le projet de (...)

8La tentative de réhabiliter la mémoire de Castelvetro était liée, en effet, à l’attitude plus générale de Muratori face au concept d’hérésie ‑ déjà exprimée dans le Buon Gusto (1708 ; 1715) et dans le traité De Ingeniorum moderatione (1714)18 –, attitude où l’on peut déceler une trace de la participation de Muratori au débat doctrinal européen de ces années-là19. Cela allait de pair avec sa proposition aux hommes de lettres italiens d’un paradigme à suivre : un modèle de liberté intellectuelle et d’excellence littéraire, que la République des lettres devait recouvrer et qui incarnait le « buon gusto », le bon goût, indispensable dans les sciences et dans les arts20. Cela est confirmé par le rôle pédagogique que Muratori attribue au genre littéraire de la biographie, lequel devait fournir un modèle de référence pour les jeunes21.

9Les manuscrits des Archives muratoriennes ont permis d’approfondir l’interprétation du projet de Muratori, grâce à la découverte d’un nouvel élément complétant le complexe panorama des sources interrogées par l’historien et enrichissant les études portant sur l’œuvre biographique de Muratori.

  • 22  Signalons une récente édition du texte, fondée sur la copie du bibliophile du xviiie siècle Matteo (...)

10Les recherches menées sur ces manuscrits montrent que les réserves de Muratori quant à l’accusation d’hérésie portée à l’encontre de Castelvetro et aux soupçons pesant sur la ville de Modène suivent une source du xvie siècle, complètement ignorée jusqu’à présent, à savoir les Antiqua et recentia Illustrium Virorum Mutinensium Monumenta du juriste modénais Francesco Forciroli22. Les Antiqua monumenta sont un texte très intéressant pour l’histoire de Modène au xvie siècle. Rédigés entre 1586 et 1622 et laissés inachevés, ces Monumenta d’hommes célèbres sont composés par Forciroli suivant le modèle des Elogia de Paul Jove, sous forme de portraits à grande valeur symbolique, dont le lecteur pouvait s’inspirer.

  • 23  S. Cavicchioli, « Le “vite”, fortuna di un genere letterario nella cultura del Cinquecento », dans (...)
  • 24  BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12c, 13 f., 197 x 295 mm ; filza III, fasc. 12a, 52 f., 193 x (...)

11L’ouvrage eut une circulation manuscrite, dont Muratori fut l’un des pivots23. D’un manuscrit que Pietro Bassano lui avait donné en 1703, l’historien tira de larges extraits, conservés aujourd’hui aux Archives muratoriennes et qu’il utilisa, plus de vingt ans après, dans son activité de biographe24.

  • 25  Voir la lettre qu’il adresse à Francesco Arisi, Modène, 16 septembre 1700. L. A. Muratori, Cartegg (...)
  • 26  On en trouve confirmation dans une lettre de Muratori à Angelo Maria Querini. Interrogé sur la let (...)
  • 27  BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 1r : « Avea in animo questo Forcirolo di fare una r (...)

12Ayant abandonné le projet juvénile de rédiger, plus soigneusement que Vedriani, les Vite des Modénais les plus célèbres25, Muratori puisa largement dans les Antiqua monumenta pour rédiger la biographie de Castelvetro26. Voulant ainsi parachever le portait ébauché par l’historien et juriste modénais du xvie siècle27, il utilisa donc l’originale mosaïque de sources choisies par Forciroli, lesquelles étaient parmi les plus éloignées de l’historiographie officielle de l’Église de Rome, ainsi que de nombreux extraits tirés du Diario de Lancellotti, afin de reconstruire, outre les moments décisifs de la vie de Castelvetro, les particularités du moment historique au cours duquel se déroulèrent les vicissitudes de Castelvetro et des autres « Académiciens ». C’est sur l’usage particulier de ces sources inédites que j’essayerai de m’arrêter dans les pages suivantes.

  • 28  Sur les rapports de Castelvetro avec l’Académie, voir L. Felici, « Frammenti di un dialogo. Ludovi (...)
  • 29  Vita, p. 7-8. Le récit de la naissance et de la formation de Castelvetro est particulièrement proc (...)
  • 30  Sigonio fut l’un des auteurs les plus importants dans la formation de Muratori. L. A. Muratori, Le (...)

13La biographie de Castelvetro s’ouvre sur l’évocation de l’« Accademia modenese »28. Après avoir rappelé les étapes principales de la formation de Castelvetro, Muratori consacre, en effet, une large réflexion au cercle d’hommes de lettres dont firent partie, avec Castelvetro, les esprits les plus éminents de la ville de Modène au xvie siècle29, et parmi lesquels on comptait Francesco Porto, Gabriele Falloppia et Carlo Sigonio30.

  • 31  Vita, p. 16.
  • 32  Sur l’importance du Diario de Lancellotti dans la Vita, voir A. Biondi, « Gli eretici modenesi nel (...)
  • 33  Vita, p. 17
  • 34  Ibid., p. 17-18.

14Après avoir fait l’éloge des mérites de l’« Académie » et de ses membres, Muratori introduit le sujet, plus épineux, de la dissension religieuse à Modène, en présentant les académiciens comme les censeurs des mœurs corrompues du clergé. Tout en émettant une condamnation absolue des nouveautés du monde réformé31, Muratori analyse les événements qui bouleversèrent la ville de Modène durant ces années-là, et qui furent ponctuellement enregistrés par Tommasino Lancellotti dans sa Cronaca32. Muratori présente notamment la question de la pénétration du luthéranisme dans la ville comme un soupçon lié au simple fait que les « Letterati » de Modène avaient discuté de Luther et de ses pairs au lendemain de la diffusion des idées réformées en Allemagne, en Angleterre et en France33. En réalité, selon Muratori, c’étaient les vices et les défauts des ecclésiastiques, répandus « anche nella parte più riserbata del Cristianesimo », à savoir l’Italie, qui avaient provoqué les critiques acérées des Académiciens. Ces critiques n’avaient pas été bien acceptées par le clergé de Modène, qui s’était adressé plusieurs fois au Tribunal de Rome34.

  • 35  Ibid. Voir T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VII, t. VIII, Parme, Fiaccadori, 1869, p. 56-57 (...)
  • 36  Vita, p. 19. T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VII, t. VIII, op. cit., p. 320-321 (28 luglio (...)
  • 37  Ibid., p. 21. T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VIII, t. IX, Parme, Fiaccadori, 1871, p. 37-3 (...)

15Cela était arrivé, par exemple, dans le cas de l’incrimination de Giovanni Bertari, membre illustre de l’Académie qui avait été victime d’une rumeur outrageuse et sans fondement35. L’épisode de la souscription obligatoire au formulaire de foi auquel, en 1542, furent soumis les Académiciens, fut aussi présenté comme la conséquence des « schiamazzi » à l’encontre des « studiosi secolari di Modena »36. Un troisième exemple, enfin, soulignait que l’origine des soupçons contre les Académiciens pouvait même être liée à de simples différends au sein de l’Académie. On le voit dans le cas de Pellegrino degli Erri qui, à la suite d’une « beffa » entre proches, devint l’accusateur à Rome de ses propres amis37.

  • 38  Sur les aspects politiques de la controverse, voir S. LoRe, « “Venite all’ombra de’ gran gigli d’o (...)
  • 39  L. Castelvetroiuniore, Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 67. Voir E. Garavelli, « Prime s (...)
  • 40  Voir L. Castelvetro, Ragione d’alcune cose segnate nella canzone d’Annibal Caro Venite a l’ombra d (...)
  • 41  Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 1r, 4r : « Castelvetro risponde al Caro. Carta (...)
  • 42  Vita, p. 25. Voir S. Jossa, « Tra due polemiche », art. cité.

16Selon Muratori, d’ailleurs, les tribulations de Castelvetro aussi eurent pour origine une polémique d’ordre littéraire. Les vives critiques de Castelvetro à l’encontre de la canzone d’Annibal Caro, Venite all’ombra dei gran gigli d’oro, avaient en effet provoqué une querelle qui, selon Muratori, servit de fondement à son incrimination et à sa condamnation38. D’ailleurs, sur cet aspect, les sources muratoriennes sont concordantes. La Vita attribuée au iuniore désignait Caro comme l’instigateur de la dénonciation de Castelvetro à l’Inquisition39. Cette thèse était déjà présente dans deux textes de Castelvetro40, utilisés aussi par Forciroli, qui prit position pour son concitoyen41. Suivant Forciroli, Muratori adopta ainsi la thèse de Castelvetro qui, en opposition à Caro, homme de lettres « umanista », prend, dans les pages muratoriennes, les traits du « filosofo »42.

  • 43  Vita, p. 33.
  • 44  « L’immaginazione dei mali minacciati [poté più] che il conforto della coscienza. » Vita, p. 35.

17Ainsi, Castelvetro fut cité à comparaître devant le tribunal de Rome. Il demeura caché jusqu’à la fin du pontificat de Paul IV, puis se rendit à Rome, avec son frère Giovanni Maria, pour se défendre contre ces « calunnie »43. Cependant, à l’issue des premiers interrogatoires, qui eurent lieu entre le 11 et le 17 octobre 1560, la crainte des peines encourues fut plus forte que la certitude de son innocence44. Castelvetro s’enfuit alors vers la Lombardie, s’exposant ainsi à la condamnation par contumace.

  • 45  Cette information se trouve seulement dans la deuxième édition de l’Istoria de Pallavicino : S. Pa (...)
  • 46  Dans le Primo esame, Muratori se défend contre l’accusation d’avoir volontairement omis de parler (...)

18Selon Sforza Pallavicino, dans la deuxième édition de son Histoire du Concile de Trente, la fuite de Castelvetro fut liée à l’utilisation par le tribunal d’un élément à charge dangereux, sa traduction d’un « empio libro di Melantone »45. Muratori, qui utilisa la première édition de l’Histoire, n’évoque pas ce détail46 mais s’arrête longuement sur l’épisode de la fuite – point très important de la défense muratorienne – pour formuler, en tant que juriste, quelques réflexions soutenues par l’analyse de l’historien.

  • 47  Vita, p. 35.
  • 48  Voir, par exemple, P. Farinacci, Praxis et theoricae criminalis, I, Venetiis, Apud Haeredes Iohann (...)
  • 49  Vita, p. 35. Voir L. A. Muratori,Primo esame, op. cit., p. 3-4.

19Muratori place au centre de sa pensée la sentence de condamnation contre Castelvetro. Et utilisant les connaissances du juriste, il met évidence les limites de cette sentence qui, bien que prononcée « con ragione », selon la procédure, était fondée sur une présomption de culpabilité liée à la fuite47. Aux yeux des criminalistes, la crainte et la fuite étaient, bien sûr, des « forti indizi di reità », des indices importants de culpabilité48 ; cependant, ce n’étaient pas des indices sûrs, car ils pouvaient apparaître également en cas d’innocence49.

  • 50  Vita, p. 35.
  • 51  L. A. Muratori,Dei Difetti della Giurisprudenza, Venezia, Presso Gian Battista Pasquali, 1742.
  • 52  Ibid., p. 12-15.
  • 53  Ibid., p. 52. Sur le rapport entre loi générale et cas particulier, typique de la forma mentis du (...)

20Chaque juge était, en effet, soumis à beaucoup d’« abbagli », de méprises : en tant qu’homme il ne pouvait pénétrer dans la conscience d’autrui que par des chemins qui, inventés pour la découverte du vrai, pouvaient en même temps mener à croire le faux50. La pensée de Muratori se liait ainsi au discours plus large consacré aux « difetti della giurisprudenza », traités largement dans ses ouvrages juridiques les plus connus51. Le droit avait, en effet, un défaut intrinsèque, un « difetto intrinseco », trait caractéristique et, en même temps, limite infranchissable, c’est-à-dire la faillibilité du juge qui, soumis en tant qu’homme à bien des faiblesses, n’avait aucune règle certaine, « regola alcuna sicura », pour interpréter la volonté et l’intention des autres, puisque tout dépendait de la prudence, la « prudenza », et de l’opinion52. La loi, d’ailleurs, pouvait discipliner seulement id quoad plerumque accidit, ce qui arrive la plupart des fois, et exigeait, pour être correctement appliquée au cas particulier, le discernement attentif des « circostanze » qui le caractérisaient53.

  • 54  La lettre fut rédigée à Maguzzano et envoyée à Girolamo Muzzarelli le 6 août 1553 : Vita, p. 38-39 (...)
  • 55  Vita, p. 38 (BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 7r ; voir aussi F. Forciroli, Vite dei (...)

21Les mots de Muratori montraient ainsi la nécessité de revoir entièrement le jugement sur Castelvetro. Et cela pouvait se faire en s’appuyant sur les sources historiques, qu’il tirait de Forciroli, et en particulier sur deux fragments : l’un tiré d’une lettre de Reginald Pole au maître du Sacré Palais, datée du 6 août 155354, et l’autre tiré de la Vie de Paul IV, écrite par l’historien Onofrio Panvinio55. Le témoignage de ces sources, presque contemporaines des faits et choisies parmi les plus ouvertement hostiles à Paul IV, permettait de peser attentivement les circonstances particulières qui furent à l’origine de la fuite de Castelvetro. Faisant parler des voix longtemps restées silencieuses, Muratori offrait au lecteur un regard nouveau sur le pontificat de Paul IV, et permettait de comprendre les raisons expliquant le comportement de son concitoyen.

  • 56  Le 4 juillet et le 4 septembre 1743, Querini écrivit à Muratori pour lui demander la source du pas (...)
  • 57  [A. Dudith], Vita Reginaldi Poli, dans A. M. Querini, Epistolarium Reginaldi Poli, pars I, Brixiae (...)
  • 58  E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 114-115. Sur l (...)

22L’attention donnée aux témoignages les plus critiques vis-à-vis de la conduite de Carafa, lequel était le symbole de l’intolérance du xvie siècle, était d’ailleurs très répandue parmi les hommes de lettres du xviiie siècle. La lettre de Reginald Pole suscita, quelques années plus tard, l’intérêt d’Angelo Maria Querini56, qui travaillait à l’édition de l’Epistolario du cardinal anglais ; l’Epistolario, d’ailleurs, s’ouvrait avec l’un des témoignages historiques les plus ouvertement anti-carafiens : la traduction latine, réalisée par Andreas Dudith, de la Vita de Reginald Pole écrite par Beccadelli57. Par la suite, les écrits de Panvinio, qui demeurèrent inédits à cause des obstacles opposés par l’Inquisition, firent l’objet d’un vaste projet éditorial dans lequel Muratori fut appelé à saisir, une fois encore, la plume du biographe. Mais, finalement, ce projet ne reçut pas de financement et ne fut jamais réalisé58.

  • 59  Vita, p. 36.
  • 60  Ibid. La description du pontificat de Paul IV fut l’un des passages de la Vita les plus remaniés p (...)
  • 61  Vita, p. 38-39. La lettre de Pole montrait clairement l’intransigeance dont Giovanni Pietro Carafa (...)

23À la lumière des sources, la fuite de Castelvetro ne pouvait pas être considérée comme une preuve de sa culpabilité : elle pouvait, en effet, s’expliquer par la rigueur des temps, la « costituzione rigidissima dei tempi d’allora », qui avait emporté aussi Giovanni Morone et Egidio Foscherari59. En effet, l’Église vivait alors des temps obscurs, marqués par l’intolérance d’un pape extrêmement zélé, lequel, selon Muratori, n’était pas capable de distinguer chaque cas particulier, « un pontefice di zelo straordinario ma forse non realmente discreto », et dont les deux célèbres évêques furent les victimes60. Les témoignages de Reginald Pole et d’Onofrio Panvinio soulignaient l’impiété du pape et mettaient en évidence l’extraordinaire rigueur morale et la forte dévotion à l’Église de Rome des deux illustres prélats, pourtant condamnés injustement et emprisonnés pendant de longues années car soupçonnés de déviance religieuse (« sospetti di Religione »)61.

  • 62  « Sicuramente più lo fecero [impressione] nel cuore di Castelvetro. » Vita, p. 39-40.
  • 63  L. A. Muratori, Annali d’Italia dal principio dell’era volgare sino all’anno 1749, vol. X, Milano, (...)

24Si ces événements pouvaient encore impressionner le lecteur du xviiie siècle, bien éloigné de ces temps, sans doute bouleversèrent-ils Castelvetro62. De telles passions pouvaient, en effet, « corrompere l’umano discernimento » ; il n’est donc pas surprenant que, jusqu’à la mort de Paul IV, Castelvetro ne trouvât pas le courage de se rendre à Rome et que, après les premiers interrogatoires, vaincu par la peur, il s’enfuît. Muratori ne changea jamais d’avis sur ce pape et, dans ses ouvrages plus tardifs, il mit l’accent sur son incroyable sévérité envers tous ceux qui furent soupçonnés d’hérésie : dans les Annali d’Italia, l’historien n’hésita pas à qualifier son gouvernement de tyrannique63.

  • 64  Voir L. Castelvetroiuniore,Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 69-70 ; Vita, p. 42. Voir au (...)
  • 65  Voir S. Pallavicino, Istoria del Concilio Tridentino, parte seconda, in Roma, nella stamperia d’An (...)
  • 66  La lettre, rédigée à Trente le 7 juillet 1563, est reprise dans la Vita, p. 44-45. Voir BEUMo, Arc (...)

25Une fois terminée l’analyse de l’épisode de la fuite, la narration reprend, suivant le fil des pérégrinations de Castelvetro vers Chiavenna et Genève, d’où il partit à Lyon. C’est à ce point du récit qu’apparaissent les omissions par rapport au texte du iuniore. Muratori, en effet, ne mentionne pas le séjour de Castelvetro à Genève et omet aussi les nombreuses invitations à la cour de Renée de France, très proche du monde réformé transalpin64. L’attention du biographe est entièrement focalisée sur le séjour de Castelvetro à Chiavenna qui, comme le soulignait Pallavicino, montrait bien le désir de Castelvetro de rester près de Trente, où il espérait pouvoir être appelé à se disculper publiquement65. Sa volonté de se justifier devant le Concile était démontrée par le témoignage d’une lettre de Foscherari, tirée de Forciroli66.

  • 67  Voir L. Castelvetroiuniore, Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 70-71.
  • 68  Vita, p. 46. Voir E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, (...)

26Pour ce qui concerne la fuite de Castelvetro de Lyon, l’historien s’éloigne également de la Vita attribuée au iuniore, qui liait cet épisode aux persécutions subies par les antipapistes67. Muratori dissocie la fuite de son concitoyen de cette querelle religieuse, tout en soulignant que Castelvetro en fut victime par erreur68. La narration muratorienne des événements de la vie de Castelvetro se termine alors très rapidement, par le rappel du séjour de l’exilé à Vienne, auprès de Maximilien II, et sa mort à Chiavenna en 1571.

  • 69  Vita, p. 49. La deuxième partie de la Vita débute avec un extrait du portrait de Castelvetro par F (...)
  • 70  Vita, p. 55.
  • 71  Vita, p. 59-60. Voir L. A. Muratori, De grecae linguae usu et praestantia. Dell’utilità ed eccelle (...)
  • 72  Vita, p. 68.
  • 73  Ibid. Cette polémique est mentionnée dans L. Castelvetro, Racconto delle Vite dei letterati del su (...)
  • 74  Vita, p. 69. Muratori semble faire référence au traité de A. Vallisnieri, Che ogni Italiano debba (...)
  • 75  Voir L. Pritanio,Primi Disegni, op. cit., p. 39-41. Voir aussi L. A. Muratori, Dellaperfetta poesi (...)

27S’ouvrait ainsi la deuxième partie de l’ouvrage, consacrée au rétablissement du profil moral, des mœurs et de l’œuvre de Castelvetro. Encore une fois, Muratori faisait appel aux sources littéraires et historiques, notamment à celles tirées de Forciroli69. Il louait, en particulier, l’attitude critique de Castelvetro, son « genio censorio e critico »70. Il rappelait sa connaissance raffinée des langues : l’hébreu, le provençal, le latin et le grec71, mais surtout sa « cognizione della lingua italiana »72. Cela permettait à Muratori de mettre en évidence l’actualité de la pensée de Castelvetro sur l’importance de l’emploi de la langue vulgaire « vivante » même pour les sujets les plus sérieux (« gravi »), telle qu’il l’avait exprimée dans la célèbre querelle opposant les Académiciens au cardinal Jacopo Sadoleto qui affirmait au contraire, avec son neveu Paolo et avec Fiordibello, la prééminence du latin73. Antonio Vallisnieri avait, lui aussi, largement traité de l’importance d’écrire dans la « viva » langue vulgaire74. L’enseignement de la langue italienne dans le cursus des études et son emploi dans les ouvrages littéraires répondait, d’ailleurs, à l’un des points principaux du projet muratorien de réforme de la culture75.

  • 76  Vita, p. 69-72. L’édition de Argelati témoigne de l’importance des écrits de Castelvetro sur Dante (...)
  • 77  Vita, p. 73. Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 6r ; F. Forciroli, Vite dei moden (...)
  • 78  Vita, p. 72-73. Voir L. Vedriani, Dottori modenesi di teologia, filosofia, legge canonica e civile(...)
  • 79  La Cronaca de Matteo Villani et de son fils Filippo fut publiée dans le XIVe volume des Rerum Ital (...)
  • 80  F. Petrarca, Le rime…, s’aggiungono le Considerazioni rivedute e ampliate d’Alessandro Tassoni, le (...)

28Muratori soulignait ainsi la grande admiration de Castelvetro pour Pétrarque, Boccace et Dante76 et, suivant encore une fois Forciroli, rappelait le travail de Castelvetro sur les manuscrits des Croniche de Giovanni et, surtout, de Matteo Villani, dont la première édition fut réalisée justement avec l’aide de Castelvetro qui donna à l’éditeur, Giunti, le manuscrit à partir duquel elle fut établie77. Le travail philologique de Castelvetro sur ces textes visait d’ailleurs à réaliser un projet éditorial très proche du goût muratorien. Selon Muratori, qui en cela suit Lodovico Vedriani, Castelvetro avait le projet de faire imprimer tous les livres anciens et les « Memorie della lingua italiana » rédigés jusqu’à la mort de Pétrarque78. Dans ce projet, il n’était donc pas difficile de déceler une nette proximité avec les intérêts de Muratori qui, dans son travail d’historien (notamment comme auteur d’ouvrages monumentaux tels que les Antiquitates Italicae Medii Aevi et les Rerum Italicarum Scriptores), consacra ses efforts à l’édition de livres anciens et de manuscrits en langue vulgaire et porta une attention toute particulière aux manuscrits des Villani79 ; cette communauté d’intérêts avec son illustre concitoyen apparaissait d’ailleurs déjà clairement dans son travail d’édition et dans son commentaire des Rime de Pétrarque, imprimées avec les Considerazioni de Muzio et, surtout, d’un autre héritier de Castelvetro : Alessandro Tassoni80.

  • 81  Vita, p. 70. Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 6r-6v : « Si legge ancora un’oper (...)

29L’éloge de l’excellence littéraire de Castelvetro allait, encore une fois, de pair avec une preuve de sa dévotion aux dogmes de l’Église catholique, que Muratori tirait à nouveau de Forciroli. Parmi les ouvrages de son concitoyen, Muratori rappelait notamment un « trattatello concernente la dichiarazione del Pater Noster e della maniera di ascoltar la Santa Messa », qui confirmait, encore une fois, son innocence81.

  • 82  Vita, p. 78.
  • 83  Dans le débat européen sur la notion d’hérésie, la controverse entre Leibniz et Bossuet fut très i (...)

30Muratori terminait la Vita de Castelvetro sur une exhortation à imiter tout ce qui fut digne d’éloge dans sa vie, le présentant, encore une fois, comme un modèle à suivre82. Mais la biographie muratorienne n’était pas destinée à achever la pensée de l’historien à propos de Castelvetro. Les destins du biographe et de son sujet s’imbriquèrent, ensuite, encore une fois. Comme on l’a déjà dit, le portait de Castelvetro provoqua les accusations de Fontanini, qui furent exposées dans la dernière édition de l’Eloquenza italiana. À ces « insolenze », Muratori répondit, une année après, alors que Fontanini était déjà mort, avec le Primo esame. Dans ce texte, il démontait point par point l’accusation d’hérésie formulée par Fontanini contre Castelvetro et ses ouvrages, en portant le débat sur le terrain théologique et juridique. En particulier, Muratori exprimait l’exigence de mettre en discussion la notion d’eresia proposée par Fontanini, en portant son attention sur l’un des arguments les plus débattus dans le cadre du débat doctrinal européen du début du xviiie siècle. Muratori proposait, en effet, l’ancienne définition canonistique de l’hérétique, resserrant ainsi dans les bornes étroites de la doctrine la définition donnée par Fontanini, lequel exprimait bien, en revanche, l’élargissement progressif de la notion d’hérésie, lié à la pratique inquisitoriale, qui eut lieu tout au long du xviie siècle83.

  • 84  « […] dire eresie con la persuasione di non dirle, ma bensì di proferire verità cattoliche ». G. F (...)
  • 85  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 22, 23. Il s’agit de la distinction, très connue depuis (...)

31Selon Fontanini, être hérétique consistait à « dire des hérésies tout en étant convaincu de ne pas en dire et au contraire de prononcer des vérités catholiques »84. Il s’agissait, selon Muratori, d’une définition qui devait faire trembler chacun, même à Rome : elle était dépourvue, en effet, des éléments qui, selon une longue tradition doctrinale, étaient fondamentaux pour définir l’hérésie : la « conoscenza », la connaissance de l’erreur, et la « pertinacia », l’obstination à la défendre85.

  • 86  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 24. Dans la galerie des autorités muratorienens, on retr (...)
  • 87  Decretum Magistri Gratiani, editio lipsiensis secunda, instruxit Aemilius Friedberg, Ex officina B (...)
  • 88  Sancti Thomae de Aquino, Summa Theologiae, IIa IIae, q. XI, a. 2, ad tertium, Milan, Paoline, p. 1 (...)
  • 89  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 24. Voir S. Agostino, Le lettere, vol. I (1-123), Rome, (...)

32Pour appuyer cette définition, suivant un schéma caractéristique de la tradition du droit commun, Muratori faisait appel à la doctrine des plus grands juristes et théologiens, reconnus à Rome comme les plus experts en matière d’hérésie86. L’analyse du juriste se terminait sur une citation du Decretum de Gratien87 et de la Summa Theologiae de Thomas d’Aquin88 qui, faisant référence à un passage très connu d’Augustin, confirmaient que personne ne pouvait être jugé hérétique pour avoir prononcé des affirmations fausses et perverses, s’il ne défendait pas celles-ci avec entêtement89.

  • 90  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 25.

33En s’appuyant sur ces autorités, Muratori réfutait ainsi Fontanini. Ce dernier n’avait en effet donné aucune preuve de l’hérésie de Castelvetro puisque, même si quelque proposition contraire à la foi catholique lui avait échappé, il ne s’était jamais entêté dans ses erreurs. Au contraire, comme il l’avait largement démontré, la Vita de Castelvetro donnait au lecteur des indices, voire des preuves, de son désir de vivre et mourir au sein de l’Église, « nel seno della Chiesa sua madre »90.

  • 91  Ibid., p. 29.
  • 92  Sur les difficultés éditoriales du traité, paru sous un pseudonyme à Paris en 1714, voir L. A. Mur (...)
  • 93  « In doctrina damnanda sive probanda, est ab errore immunis Ecclesia ; non autem in judiciis de pe (...)
  • 94  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 30.
  • 95  Ibid. Voir Decretales D. Gregorii Papae IX. suae integritate una cum glossis restitutae, Romae, In (...)
  • 96  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 30.

34Muratori invitait ainsi le lecteur à faire appel aux tribunaux de Rome, « ai venerati Tribunali di Roma »91, avant de tisser sa dernière argumentation défensive. Muratori revenait sur le sujet de la faillibilité des jugements humains, déjà ébauché dans la Vita mais, cette fois-ci, s’arrêtait en particulier sur les jugements de l’Église. Dans son dialogue avec Fontanini, Muratori reprenait les points cruciaux de la pensée qu’il avait exposée, plus que vingt ans auparavant, dans le traité De Ingeniorum moderatione. Ce traité avait, lui aussi, attiré l’attention de l’Inquisition92. Dans ces pages, Muratori avait largement souligné que les jugements de l’Église étaient exempts d’erreur seulement pour ce qui concernait la doctrine, mais qu’ils pouvaient en comporter à propos des personnes93. Reprenant les mêmes passages et les mêmes citations dans le Primo Esame, Muratori rappelait à Fontanini que les papes eux-mêmes avaient reconnu la faillibilité des sentences des hommes au sujet de l’hérésie94. Cela était bien exprimé, par exemple, dans la décrétale a nobis d’Innocent III (c. 28, X, V, 39), ponctuellement rappelée par Muratori, et qui semblait convenir parfaitement au cas de Castelvetro95. Le canon traitait de la question de l’excommunié qui avait manifesté, dans sa vie, de clairs indices de repentir, mais qui n’avait pas obtenu l’absolution. Selon la décrétale, on pouvait le considérer comme absous aux yeux de Dieu et du Siège apostolique, malgré la sentence de condamnation. Le jugement de Dieu, en effet, est toujours fondé sur la vérité, laquelle est infaillible ; au contraire, le jugement de l’Église peut parfois être fondé sur l’opinion, qui est faillible. Par conséquent, il pouvait arriver que celui qui était lié à Dieu, pût être dégagé de ses obligations envers l’Église et que, au contraire, celui qui était libre envers Dieu – et c’était le cas de Castelvetro -, pût être ligoté par une sentence ecclésiastique96.

  • 97  M. Rosa, « L’età muratoriana nell’Italia del’700 », dans Riformatori e ribelli nel ’700 religioso (...)
  • 98  F. A. Yates, French Academies of the Sixteenth Century, Londres-New York, Routledge, 1988, p. 199 (...)

35L’aventure de Muratori biographe de Castelvetro représente certainement l’un des moments les plus significatifs de l’histoire des idées du début du xviiie siècle. Si l’« âge murtorien »97 et le projet culturel et religieux de Muratori aboutirent à une défaite, le parcours de Muratori et de tous ceux qui participèrent avec enthousiasme à ses initiatives fut toutefois une exceptionnelle « histoire d’espoirs » qui souvent, dans l’histoire des idées, comme l’écrivait Frances Amelia Yates, « sont peut-être aussi importants que les événements »98.

Top of page

Notes

1  Parmi les études les plus récentes consacrées à Lodovico Castelvetro, voir Lodovico Castelvetro. Filologia e ascesi, R. Gigliucci éd., Rome, Bulzoni, 2007 ; Omaggio a Lodovico Castelvetro (1505-1571). Atti del seminario di Helsinki, 14 ottobre 2005, E. Garavelli éd., présentation de G. Frasso, Helsinki, Publications du Département des langues romanes, 2006, avec une bibliographie mise à jour que j’invite le lecteur à consulter ; Ludovico Castelvetro. Letterati e grammatici nella crisi religiosa del’500. Atti della XIII giornata Luigi Firpo, Torino, 21-22 settembre 2006, Florence, Olschki, 2008. Voir aussi V. Marchetti et G. Patrizi, « Castelvetro, Ludovico », dans Dizionario biografico degli Italiani, vol. XXII, Rome, Istituto dell’Enciclopedia italiana, 1979, p. 8-21.

2  G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, vol. I, in Modena, Presso la Società tipografica, 1781, p. 455 (« fuggitivo e impenitente »). Sur l’Académie et les dissensions religieuses à Modène, voir G. Fragnito, « Gli Spirituali e la fuga di Bernardino Ochino », dans Id., Cinquecento italiano. Religione, cultura e potere dal Rinascimento alla Controriforma, E. Bonora et M. Gotor éd., Bologne, Il Mulino, 2011, p. 141-188 ; S. PeyronelRambaldi, Speranze e crisi nel Cinquecento modenese. Tensioni religiose e vita cittadina ai tempi di Giovanni Morone, Milan, Angeli, 1979.

3  Voir P. Simoncelli, La lingua di Adamo. Guillaume Postel tra accademici e fuoriusciti fiorentini, Florence, Olschki, 1984, p. 108-110.

4  A. Vecchi, L’opera religiosa del Muratori, Milan, Paoline, 1955, p. 128 note 24.

5  On pense, par exemple, à Carlo Sigonio, dont les écrits, censurés par l’Inquisition romaine, firent l’objet d’une entreprise éditoriale dirigée par Filippo Argelati, qui s’ouvrait avec une biographie écrite par Muratori. Voir P. Prodi, « Vecchi appunti e nuove riflessioni su Carlo Sigonio », dans Nunc alia tempora alii mores.Storici e storia in età postridentina, Florence, Olschki, 2005, p. 292-310.

6  Voir L. A. Muratori, Primi disegni della repubblica letteraria d’Italia, Naples (en fait Venise), 1703 (dans le présent article, nous faisons référence à l’édition parue dans L. Pritanio [L. A. Muratori], Delle Riflessioni sopra il buon gusto nelle scienze e nelle arti, vol. I, Venise, Pezzana, 1736, p. 15-75 (18). Voir aussi A. Vecchi, « La nuova accademia letteraria d’Italia », dans Accademie e cultura. Aspetti storici tra Sei e Settecento. Atti del convegno internazionale di studi, Modena, 1972, Florence, Olschki, 1979, p. 38-70 ; A. BurliniCalapaj, « I rapporti tra Lamindo Pritanio e Bernardo Trevisan », ibid., p. 73-94.

7  Sur la Querelle, voir F. Waquet, Le modèle français et l’Italie savante (1660-1750), Rome, École française de Rome, 1989 ; C. Viola, Tradizioni letterarie a confronto. Italia e Francia nella polemica Orsi-Bouhours, Vérone-Forni, 2001 ; A. Cottignoli, « Introduzione », dans L. A. Muratori, Carteggio con Giovan Gioseffo Orsi, A. Cottignoli éd., Florence, Olschki, 1984, p. 5-12.

8  Sur l’originale position muratorienne d’équidistance dans l’évaluation des auteurs anciens et modernes, telle qu’exposée dans le traité du Buon Gusto, voir A. Cottignoli, « “Antichi” e “moderni” in Arcadia », dans La colonia Renia. Profilo documentario e critico dell’Arcadia bolognese, vol. II, Modène, Mucchi, 1988, p. 53-69 (53-54). Voir aussi L. Pritanio, Delle Riflessioni sopra il buon gusto nelle scienze e nelle arti, op. cit., vol. II, p. 6-8.

9  L. A. Muratori, Vita di Lodovico Castelvetro, dans Opere Varie Critiche di Lodovico Castelvetro gentiluomo modenese. Non più stampate colla vita dell’autore scritta dal Sign. Proposto Lodovico Antonio Muratori, in Berna, nella stamperia di Pietro Foppens, 1727, p. 1-78 (désormais : Vita). Pour la citation, voir Vita, p. 55.

10  Sur les vicissitudes liées à l’édition des Opere de Castelvetro, voir L. A. Muratori, Carteggio con Filippo Argelati, C. Vianello éd., Florence, Olschki, 1976.

11  P. Vismara, « Muratori “immoderato”. Le censure romane al De Ingeniorum moderatione in religionis negotio », Nuova rivista storica, LXXXIII, 1999, no 2, p. 315-344 (320), note 21.

12  Dans le présent article, il est fait référence à l’édition vénitienne de 1753 (G. Fontanini, Biblioteca dell’Eloquenza Italiana, con le annotazioni del signor Apostolo Zeno, vol. I-II, Venezia, Presso Giambattista Pasquali, 1753, p. 38). Sur la bataille entre Muratori et Fontanini pendant la Controverse de Comachio, voir S. Bertelli, Erudizione e storia in Ludovico Antonio Muratori, Naples, Istituto italiano per gli studi storici, 1960, p. 140-141. À propos de la controverse sur la Vita de Castelvetro, voir S. Jossa, « Tra due polemiche. Muratori e Fontanini interpreti della contesa tra Castelvetro e Caro », dans Ludovico Castelvetro. Letterati e grammatici nella crisi religiosa del’500, op. cit., p. 113-130.

13  G. Cavazzuti, Lodovico Castelvetro, Modène, Società tipografica modenese, 1903, p. 167-176 (170-171). Voir T. Sandonnini, Lodovico Castelvetro e la sua famiglia, Bologna, Zanichelli, 1882.

14  G. Bertoni, « Muratori e le “Opere varie critiche” di L. Castelvetro », dans Miscellanea di studi muratoriani, Modène, Società tipografica modenese, 1933, p. 15-23.

15  E. Savino, « La biografia del Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », dans Per formare una storia intera. Atti della I giornata di studi muratoriani, Vignola, 23 marzo 1991, Florence, Olschki, 1992, p. 95-145 (142). Voir A. Biondi, « Gli eretici modenesi nell’opera di L. A. Muratori », dans Il soggetto e la storia. Biografia e autobiografia in L. A. Muratori. Atti della II giornata di studi muratoriani, Vignola, 23 ottobre 1993, Florence, Olschki, 1994, p. 195-211 (211)

16  Un manuscrit de la Vita de Castelvetro attribuée au iuniore, copié par Muratori lui-même, est conservé aux Archives muratoriennes de la Biblioteca Estense de Modène : Biblioteca Universitaria Estense, Archivio muratoriano (désormais : BEUMo, Arch. Mur., Filza II, fasc. 15, 10 f., 194 x 298 mm. L’attribution de ce texte, publié par Tiraboschi, est en réalité problématique (G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, Modena, 1786, VI/1, p. 61-82, cité ici comme L. Castelvetro Iuniore, Vita di Lodovico Castelvetro). Voir E. Garavelli, « “Nelle tenzoni alcuna volta si commenda una sottigliezza falsa più che una verità conosciuta da tutti”. Lodovico Castelvetro Polemista », dans Omaggio a Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 83-127 (83, note 1) ; L. Avellini, « Il genere biografico nella storia locale. Virgilio Malvezzi fra i biografi di Castelvetro », dans Per formare una storia intera. Atti della I giornata di studi muratoriani, Vignola, 23 marzo 1991, Florence, Olschki, 1992, p. 73-93 (92).

17  E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 123.

18  Déjà, dans les Riflessioni sopra il Buon Gusto et dans le traité De Ingeniorum moderatione, Muratori avait dit que si l’Église, dans la condamnation de l’hérésie, ne pouvait pas se tromper pour ce qui concerne la doctrine (« quanto alla dottrina ») elle pouvait faillir pour ce qui concerne les personnes. G. Falco et F. Forti, « Modenesi illustri : Castelvetro, Sigonio, Tassoni », dans L. A. Muratori, Opere, G. Falco et F. Forti éd., vol. I, Vérone, Ricciardi, 1964, p. 787-791 (788). Voir L. Pritanio, Delle riflessioni sopra il buon gusto nelle scienze e nelle arti, op. cit., vol. I, p. 190-191 ; ibid., vol. II, p. 319-320 ; Id., De Ingeniorum moderatione in religionis negotio, Lutetiae Parisiorum, apud Carolum Robustel, 1714, vol. I, 19, p. 156-158.

19  À propos de la participation de Muratori au débat européen sur la recomposition des divisions confessionnelles, voir S. Bertelli, Erudizione e storia, op. cit., p. 460-463 ; C. DeFrede, « La Riforma in Italia nell’opera del Muratori », dans Id., Religiosità e cultura nel Cinquecento italiano, Bologne, Il Mulino, 1999, p. 425-448. Voir aussi la correspondance de Muratori avec Angelo Maria Querini dans L. A. Muratori, Carteggi con Quadrio… Ripa, E. Ferraglio et M. Faini éd., Florence, Olschki, 2008, p. 14-107. Sur le rapport entre Muratori et Querini, voir infra, note 56.

20  Sur le modèle d’intellectuel proposé par Muratori, voir F. Waquet, « De la “Repubblica Letteraria” au “Pio Letterato”. Organisation du savoir et modèles intellectuels dans l’Italie de Muratori », dans Naples, Rome, Florence. Une histoire comparée des milieux intellectuels italiens (xviie-xviiie siècle), J. Boutier, B. Marin et A. Romano, Rome, École française de Rome, 2005, p. 637-650.

21  Sur Muratori biographe et sur l’importance du genre littéraire de la biographie dans le projet de réforme culturelle de Muratori, voir E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 110 (117).

22  Signalons une récente édition du texte, fondée sur la copie du bibliophile du xviiie siècle Matteo Pagliaroli, laquelle fut longtemps considérée comme un autographe de Forciroli. Dans cette édition, la fortune « muratorienne » du texte n’est pas mentionnée. F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, S. Cavicchioli éd., transcription de G. Mancini, Modène, Aedes muratoriana, 2007. Le texte est précédé de notes biographiques sur Forciroli (G. Mancini, « Note biografiche su Francesco Forciroli », ibid., p. 21-24). Voir aussi G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, vol. II, in Modena, Presso la Società tipografica, 1782, p. 342-345.

23  S. Cavicchioli, « Le “vite”, fortuna di un genere letterario nella cultura del Cinquecento », dans F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 7-20 (7). Tiraboschi ne parle que brièvement de l’utilisation de l’ouvrage de Forciroli par Muratori. G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, vol. I, op. cit., p. 445.

24  BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12c, 13 f., 197 x 295 mm ; filza III, fasc. 12a, 52 f., 193 x 295 mm (la partie consacrée à Castelvetro est aux folios 1r-10r ; les extraits tirés de Forciroli aux folios 1r-8r ; les folios 8r-10r contiennent des extraits de la Cronaca modenese de Tommaso Lancellotti). Voir L. Vischi, Archivio muratoriano, Modena, Zanichelli, 1872, p. 67. Muratori indique sa source principale dès les premières lignes : « Le seguenti cose ho io in parte raccolte da uno zibaldone di Francesco Forcirolo, prestatomi dal signor Pietro Bassano l’anno 1703 e parte da altri manoscritti e memorie. » BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12c, fol. 1r. Malheureusement, en l’état actuel de la recherche, je n’ai pas pu identifier Pietro Bassano.

25  Voir la lettre qu’il adresse à Francesco Arisi, Modène, 16 septembre 1700. L. A. Muratori, Carteggio con Francesco Arisi, M. Marcocchi éd., Florence, Olschki, 1975, p. 85. Voir L. Vedriani, Dottori modenesi di teologia, filosofia, legge canonica e civile, Modena, per Andrea Cassiani, 1665.

26  On en trouve confirmation dans une lettre de Muratori à Angelo Maria Querini. Interrogé sur la lettre de Reginald Pole citée dans la Vita, Muratori répondit : « Quello che io ho citato, non so ben dirle se lo prendessi da libro stampato o pur da qualche Ms. Solamente so che quando io mi trovavo assai giovane nella Biblioteca Ambrosiana, essendomi nato il pensiero di trattare degli scrittori modenesi, feci una selva di memorie concernenti quell’argomento, di cui poscia non mi son servito, se non per le vite del Castelvetro, Sigonio e Tassoni. » Lettre à Angelo Maria Querini, Spezzano, 16 septembre 1743, no 68, dans L. A. Muratori, Carteggi con Quadrio… Ripa, op. cit., p. 57. Les mots de Muratori semblent faire référence aux extraits tirés du manuscrit de Forciroli conservé aux Archives muratoriennes. Le fasc. 12 c, fol. 7r-7v, contient le passage tiré de la lettre de Pole cité dans la Vita.

27  BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 1r : « Avea in animo questo Forcirolo di fare una raccolta copiosa de gli uomini più illustri di Modena spezialmente de’ letterati, ma ne lasciò solamente adombrato il disegno. »

28  Sur les rapports de Castelvetro avec l’Académie, voir L. Felici, « Frammenti di un dialogo. Ludovico Castelvetro e i suoi rapporti con gli Accademici modenesi », dans Ludovico Castelvetro. Letterati e grammatici nella crisi religiosa del’500, op. cit., p. 315-355.

29  Vita, p. 7-8. Le récit de la naissance et de la formation de Castelvetro est particulièrement proche du texte de la Vita attribuée au iuniore. Voir L. Castelvetroiuniore, Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 61-63. L’« Accademia modenese » est, en revanche, décrite au travers du Racconto delle vite d’alcuni letterati del suo tempo, écrit par Castelvetro lui-même : Vita, p. 8-12. Le Racconto, dont les Archives muratoriennes, conservent une copie rédigée par Muratori (BEUMo, Arch. Mur., Filza II, fasc. 14, 10 f., 193 x 296 mm), fut publié par Giuseppe Cavazzuti en 1903 (L. Castelvetro, Racconto delle vite d’alcuni letterati del suo tempo, dans G. Cavazzuti, Appendice, dans Id., Lodovico Castelvetro, Modène, Società tipografica modenese, 1903, p. 3-15, en particulier pour le passage cité par Muratori, p. 3-5). Voir L. Avellini, « Il genere biografico nella storia locale », art. cité ; G. Mongini, « Il Racconto delle vite d’alcuni letterati del suo tempo di Ludovico Castelvetro : problemi storici e ipotesi di lettura », dans Ludovico Castelvetro. Letterati e grammatici nella crisi religiosa del’500, op. cit., p. 285-313.

30  Sigonio fut l’un des auteurs les plus importants dans la formation de Muratori. L. A. Muratori, Lettera all’illustrissimo signore Giovanni Artico conte di Porcìa intorno al metodo seguito ne’ suoi studi, dans Id., Opere, op. cit., vol. I, p. 6-38 (17). Voir E. Cochrane, « L. A. Muratori e gli storici italiani del Cinquecento », dans L. A. Muratori storiografo.Atti del convegno internazionale di studi muratoriani, Modena, 1972, Florence, Olschki, 1975, p. 227- 240 ; Id., « The Settecento medievalists », Journal of the History of Ideas, XIX, janvier 1958, no 1, p. 35-61.

31  Vita, p. 16.

32  Sur l’importance du Diario de Lancellotti dans la Vita, voir A. Biondi, « Gli eretici modenesi nell’opera di L. A. Muratori », art. cité. Sur Lancellotti, voir Id., « Tommasino Lancellotti, la città e la chiesa di Modena (1537-1554) », Contributi, II (1978), no 3, p. 43-61 ; T. Ascari, « Bianchi de’ Lancellotti Tommasino », dans Dizionario biografico degli italiani, vol. X, Rome, Istituto dell’Enciclopedia italiana, 1968, 175-176.

33  Vita, p. 17

34  Ibid., p. 17-18.

35  Ibid. Voir T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VII, t. VIII, Parme, Fiaccadori, 1869, p. 56-57 (14 maggio 1541) ; p. 142-143 (1 ottobre 1541). Muratori prit note de ces passages de Lancellotti dans son manuscrit, à la suite des extraits de Forciroli. Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. c, fol. 9r.

36  Vita, p. 19. T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VII, t. VIII, op. cit., p. 320-321 (28 luglio 1542) ; voir aussi BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 9r-9v ; T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VII, t. VIII, op. cit., p. 325-326 (31 luglio 1542) ; voir aussi BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 9v ; T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VII, t. VIII, op. cit., p. 351-353 (3 settembre 1542) ; voir aussi BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 9v-10r. Sur l’épisode du formulaire de foi, voir M. Firpo, « Gli “spirituali”, l’Accademia di Modena e il formulario di fede del 1542 : controllo del dissenso religioso e nicodemismo », Rivista di storia e letteratura religiosa, XX (1984), p. 40-111.

37  Ibid., p. 21. T. Lancellotti, Cronaca modenese, vol. VIII, t. IX, Parme, Fiaccadori, 1871, p. 37-38 (9 luglio 1545) ; voir aussi BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 10r.

38  Sur les aspects politiques de la controverse, voir S. LoRe, « “Venite all’ombra de’ gran gigli d’oro”. Retroscena politici di una celebre controversia letteraria (1553-1559) », Giornale storico della letteratura italiana, CLXXXII (2005), fasc. 599, p. 362-397. Sur la controverse, voir aussi E. Garavelli, « Prime scintille tra Caro e Castelvetro (1554-1555) », dans « Parlar l’idioma soave ». Studi di filologia, letteratura e storia della lingua offerti a Gianni A. Papini, M. M. Pedroni éd., Novare, Interlinea, 2003, p. 131-145 ; Id., « Lodovico Castelvetro Polemista », art. cité, p. 111 et suiv.

39  L. Castelvetroiuniore, Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 67. Voir E. Garavelli, « Prime scintille tra Caro e Castelvetro (1554-1555) », art. cité, p. 138.

40  Voir L. Castelvetro, Ragione d’alcune cose segnate nella canzone d’Annibal Caro Venite a l’ombra de gran gigli d’oro, Parma, appresso Seth Viotti, 1573 ; Id., Corretione d’alcune cose del Dialogo delle lingue di Benedetto Varchi, et una giunta al primo libro delle Prose di M. Pietro Bembo, Basilea, Pietro Perna, 1572.

41  Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 1r, 4r : « Castelvetro risponde al Caro. Carta 95 ? », « Contra il Varco. Carta 5 ». Voir F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 124, 129 : « lo scrive l’istesso Castelvetro contro il Caro a carta 95 », et « Castelvetro contro il Varco a carta 5 ».

42  Vita, p. 25. Voir S. Jossa, « Tra due polemiche », art. cité.

43  Vita, p. 33.

44  « L’immaginazione dei mali minacciati [poté più] che il conforto della coscienza. » Vita, p. 35.

45  Cette information se trouve seulement dans la deuxième édition de l’Istoria de Pallavicino : S. Pallavicino, Dell’Istoria del Concilio di Trento scritta dal Padre Sforza Pallavicino, […], e nuovamente ritoccata dall’Autore e divisa in tre volumi, parte seconda, in Roma, per Biagio Diversin e Felice Cesaretti Librari all’insegna della Regina, 1664, p. 646. Il n’en est pas fait mention, en revanche, dans la première édition. Voir S. Pallavicino, Dell’Istoria del Concilio di Trento…, parte seconda, in Roma, nella Stamperia d’Angelo Bernabò dal Verme, 1657, p. 225.

46  Dans le Primo esame, Muratori se défend contre l’accusation d’avoir volontairement omis de parler de la traduction du livre de Melanchthon, soulignant le fait qu’il n’a utilisé que la première édition de la Storia, dépourvue de la « giunta », présente seulement dans la deuxième édition. L. A. Muratori, Primo esame del libro intitolato Dell’eloquenza italiana, dans Esami di vari autori sopra il libro intitolato L’eloquenza italiana di Monsignor Giusto Fontanini arcivescovo d’Ancira, in Roveredo, 1739, p. 3-43 (4).

47  Vita, p. 35.

48  Voir, par exemple, P. Farinacci, Praxis et theoricae criminalis, I, Venetiis, Apud Haeredes Iohannis Varisci, 1595, p. 312-313 : « haereticus fugiens ex carcere, habetur pro confesso ».

49  Vita, p. 35. Voir L. A. Muratori,Primo esame, op. cit., p. 3-4.

50  Vita, p. 35.

51  L. A. Muratori,Dei Difetti della Giurisprudenza, Venezia, Presso Gian Battista Pasquali, 1742.

52  Ibid., p. 12-15.

53  Ibid., p. 52. Sur le rapport entre loi générale et cas particulier, typique de la forma mentis du juriste de droit commun, voir P. Carta, Francesco Guicciardini tra diritto e politica, Padoue, Cedam, 2008, p. 55-70.

54  La lettre fut rédigée à Maguzzano et envoyée à Girolamo Muzzarelli le 6 août 1553 : Vita, p. 38-39. Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 7r-7v. Voir F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 138. Sur Pole, voir P. Simoncelli, Il caso Reginald Pole. Eresia e santità nelle polemiche religiose del Cinquecento, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 1977.

55  Vita, p. 38 (BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 7r ; voir aussi F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 137. Le passage de la Vita de Paul IV par Panvinio, tiré du manuscrit de Forciroli, ne correspond littéralement à aucune des versions parues dans les trois éditions des Vitae Pontificum de Platina (Cologne, 1562 ; Venise, 1562 ; Cologne, 1568). Forciroli pourrait avoir tiré ce passage d’une version manuscrite de la biographie, que Panvinio soumit à de nombreuses révisions. Sur les vicissitudes éditoriales des Vitae de Panvinio, voir A. Aubert, Paolo IV. Politica, Inquisizione e storiografia, Florence, Le Lettere, 1999, p. 163-200 ; S. Bauer, The Censorship and Fortuna of Platina’s Lives of the Popes in the Sixteenth Century, Turnhout, Brepols, 2006. Sur Panvinio, voir aussi S. Bertelli, Ribelli, libertini e ortodossi nella storiografia barocca, Florence, La Nuova Italia, 1973, p. 64-67.

56  Le 4 juillet et le 4 septembre 1743, Querini écrivit à Muratori pour lui demander la source du passage cité. Comme on l’a vu, Muratori répondit le 16 septembre, mais sans donner d’indications précises (Voir supra, note 26). Le cardinal répliqua le 12 octobre, affirmant avoir « disseppellito la lettera ». Muratori félicita son correspondant dans sa réponse du 22 octobre. Voir L. A. Muratori, Carteggi con Quadrio… Ripa, op. cit., lettre no 11, p. 26 ; no 67, p. 56-57 ; no 68, p. 57-58 ; no 69, p. 58 ; no 70, p. 59. La lettre de Pole fut publiée dans A. M. Querini, Epistolarium Reginaldi Poli, pars IV, Brixiae, Excudebat Johannes-Maria Rizzardi, 1752, p. 91-106, en particulier pour le passage cité par Muratori, p. 101-102.

57  [A. Dudith], Vita Reginaldi Poli, dans A. M. Querini, Epistolarium Reginaldi Poli, pars I, Brixiae, Excudebat Johannes-Maria Rizzardi, 1774, p. 1-65. Voir D. Caccamo, « Una società di umanisti intorno al diplomatico imperiale Andrea Dudith-Sbardellati », dans Id., Eretici italiani in Moravia, Polonia, Transilvania (1558-1611), Florence, Sansoni - Chicago, Newberry Library, 1970, p. 109-152.

58  E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 114-115. Sur le projet d’édition des écrits de Panvinio, voir la correspondance de Muratori avec Filippo Argelati, entre février 1737 et mai 1747. L. A. Muratori, Carteggio con Filippo Argelati, op. cit., p. 1-13 ; p. 492-631.

59  Vita, p. 36.

60  Ibid. La description du pontificat de Paul IV fut l’un des passages de la Vita les plus remaniés par Argelati pour l’édition. Voir la lettre de Filippo Argelati, Milan, 20 novembre 1726, no 265, dans L. A. Muratori, Carteggio con Filippo Argelati, op. cit., p. 257-258. Sur la « légende noire » de Paul IV, voir A. Aubert, Paolo IV Carafa nel giudizio dell’età della Controriforma, Città di Castello, Stamperia Tiferno Grafica, 1990 ; Id., Paolo IV. Politica, Inquisizione e storiografia, op. cit., en particulier p. 163-223 ; A. Vanni, Fare diligente inquisizione. Giampietro Carafa e la nascita dei chierici regolari teatini, Rome, Viella, 2010.

61  Vita, p. 38-39. La lettre de Pole montrait clairement l’intransigeance dont Giovanni Pietro Carafa avait fait preuve avant même de devenir pape. Voir P. Simoncelli, Il caso Reginald Pole, op. cit., p. 83 et suiv., 101 et suiv.

62  « Sicuramente più lo fecero [impressione] nel cuore di Castelvetro. » Vita, p. 39-40.

63  L. A. Muratori, Annali d’Italia dal principio dell’era volgare sino all’anno 1749, vol. X, Milano, a spese di Giovambattista Pasquali, in Venezia, 1749, p. 398, p. 402. Sur l’analyse muratorienne de la politique ecclésiastique du xvie siècle, voir S. Bertelli, Erudizione e storia, op. cit., p. 460-463 ; C. DeFrede, « La Riforma in Italia nell’opera del Muratori », op. cit.

64  Voir L. Castelvetroiuniore,Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 69-70 ; Vita, p. 42. Voir aussi E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 133-134.

65  Voir S. Pallavicino, Istoria del Concilio Tridentino, parte seconda, in Roma, nella stamperia d’Angelo Bernabò dal Verme, 1657, l. XV, chap. X, p. 225.

66  La lettre, rédigée à Trente le 7 juillet 1563, est reprise dans la Vita, p. 44-45. Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 7v-8r. Voir F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 136-137.

67  Voir L. Castelvetroiuniore, Vita di Lodovico Castelvetro, op. cit., p. 70-71.

68  Vita, p. 46. Voir E. Savino, « La biografia di Castelvetro tra Muratori e Tiraboschi », art. cité, p. 135.

69  Vita, p. 49. La deuxième partie de la Vita débute avec un extrait du portrait de Castelvetro par Forciroli, lequel utilise, en le transposant à la troisième personne, un passage tiré de la Ragione de Castelvetro : « passò la sua gioventù in compagnia di nobil, costumate et letterate persone e apparò di armeggiare con esso loro […] ». BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 1r. Voir F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 123-124. Voir L. Castelvetro, Ragione, op. cit., p. 149 : « Io non niego nondimeno che nella mia gioventudine, la quale ho trapassata in compagnia di nobili, & costumate, & letterate persone […], io non habbia apparato d’armeggiare con esso loro […] ».

70  Vita, p. 55.

71  Vita, p. 59-60. Voir L. A. Muratori, De grecae linguae usu et praestantia. Dell’utilità ed eccellenza della lingua greca, introduction et notes de V. Mazzini, traduction de L. Stanghellini, texte latin en regard, Bologne, Commissione per i testi di lingua, Bononia University Press, 2011. Voir C. Viola, « Alle origini del metodo muratoriano : appunti sul De grecae linguae usu et praestantia », Studi settecenteschi, 2001 (XLII), p. 299-356.

72  Vita, p. 68.

73  Ibid. Cette polémique est mentionnée dans L. Castelvetro, Racconto delle Vite dei letterati del suo tempo, op. cit., p. 12-13 ; L. Vedriani, Dottori modonesi di teologia, filosofia, legge canonica e civile, in Modona, per Andrea Cassiani Stampator Ducale, 1665, p. 170 ; G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, Modena, Presso la Società tipografica, vol. V, 1784, p. 319 ; Id., Biblioteca modenese, Modena, Presso la Società tipografica, vol. I, 1781, p. 483.

74  Vita, p. 69. Muratori semble faire référence au traité de A. Vallisnieri, Che ogni Italiano debba scrivere in Lingua purgata Italiana, o Toscana, per debito, per giustizia, e per decoro della nostra Italia. Lettera del Sign. N. N.*** al sign. Alessandro Pegolotti Segretario di Belle lettere del Settimo Guastalla, parution anonyme dans les Supplementi al Giornale de’ Letterati d’Italia, 1722, I, art.  , p. 252-330. Vallisnieri y mentionnait les réflexions exprimées à ce sujet par Muratori dans le traité du Buon Gusto (op. cit., p. 255-256). Le traité fut ensuite édité dans A. Vallisnieri, Opere, vol. III, in Venezia, Presso Sebastiano Coleti, 1733, p. 254-268. Voir la lettre de Antonio Vallisnieri, Padoue, 29 mars 1721, dans L. A. Muratori, Carteggi con Ubaldini… Vannoni, M. L. Nichetti Spanio éd., Florence, Olschki, 1978, no 129, p. 226. Sur la dissertation et sur l’importance de la question de la langue au début du xviiie siècle, voir M. L. NichettiSpanio, « Antonio Vallisnieri il vecchio », dans L. A. Muratori, Carteggi con Ubaldini… Vannoni, op. cit., p. 102-124 (115, 120-122).

75  Voir L. Pritanio,Primi Disegni, op. cit., p. 39-41. Voir aussi L. A. Muratori, Dellaperfetta poesia italiana, t. II, Modène, Bartolomeo Soliani, 1706, p. 124-126.

76  Vita, p. 69-72. L’édition de Argelati témoigne de l’importance des écrits de Castelvetro sur Dante, en publiant pour la première fois Alcune cosette intorno alla Commedia di Dante et le commentaire par Castelvetro de cinq chants du Purgatoire. Sur les implications religieuses de la diffusion de Dante au xvie siècle, voir D. Dalmas, Dante nella crisi religiosa del Cinquecento Italiano. Da Trifon Gabriele a Lodovico Castelvetro, Manziana (Rome), Vecchiarelli, 2005, p. 153-222 ; Id., « Itinerario di un dantista », dans Ludovico Castelvetro. Letterati e grammatici nella crisi religiosa del’500, op. cit., p. 251-260.

77  Vita, p. 73. Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 6r ; F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 133.

78  Vita, p. 72-73. Voir L. Vedriani, Dottori modenesi di teologia, filosofia, legge canonica e civile, op. cit., p. 173. En citant Muratori, Tiraboschi lui aussi confirme le projet de Castelvetro. G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, vol. I, op. cit., p. 482.

79  La Cronaca de Matteo Villani et de son fils Filippo fut publiée dans le XIVe volume des Rerum Italicarum Scriptores. Dans la préface, Muratori mentionne le manuscrit de Castelvetro à partir duquel fut réalisée la première édition chez Giunti. L. A. Muratori, In Historiam Matthaei Villanii, Eiusque Filii Philippi Praefatio, dans Id., Rerum Italicarum Scriptores, vol. XIV, Mediolani, Ex Typographia Societatis Palatinae, 1729, p. 1-3 (1). Voir aussi dans Id., Opere, G. Falco et V. Forti éd., op. cit., vol. I, p. 540-553 (540-543).

80  F. Petrarca, Le rime…, s’aggiungono le Considerazioni rivedute e ampliate d’Alessandro Tassoni, le Annotazioni di Girolamo Muzio, e le Osservazioni di Lodovico Antonio Muratori…, in Modena, per Bartolomeo Soliani, 1711. Sur Muratori commentateur de Pétrarque, voir F. Forti, « Col Petrarca in Arcadia », dans Id., L. A. Muratori fra antichi e moderni, Bologne, Zuffi, 1953, p. 117-157 ; M. Fubini, « Le osservazioni del Muratori al Petrarca e la critica letteraria nell’età dell’Arcadia », dans Id., Dal Muratori al Baretti, vol. I, Rome-Bari, Laterza, 1975, p. 49-173 ; R. Tissoni, « Muratori esegeta del Petrarca », dans Id., Il commento ai classici italiani nel Sette e nell’Ottocento (Dante e Petrarca), Padoue, Antenore, 1993, p. 11-30 ; R. Bonfatti, « Il vespaio della critica : Petrarca commentato », dans Ead., L’erario della modernità : Muratori tra etica ed estetica, Bologne, CLUEB, 2010, p. 43-94.

81  Vita, p. 70. Voir BEUMo, Arch. Mur., Filza III, fasc. 12 c, fol. 6r-6v : « Si legge ancora un’operetta contenente la Dichiarazioni del Pater noster et modo d’ascoltar la santa messa, la quale […] si tiene per certo che fosse opera dell’istesso Castelvetro scritta. » Voir F. Forciroli, Vite dei modenesi illustri, op. cit., p. 133, 140.

82  Vita, p. 78.

83  Dans le débat européen sur la notion d’hérésie, la controverse entre Leibniz et Bossuet fut très importante, et donc certainement connue par Muratori. Leibniz fut, en effet, correspondant de Muratori, collabora à ses études généalogiques et participa à l’édition du traité De Ingeniorum moderatione. Voir S. Bertelli, Erudizione e storia, op. cit., p. 461 ; A. Vecchi, L’opera religiosa del Muratori, op. cit., p. 155-156. Corrispondenza tra L. A. Muratori e G. G. Leibniz, conservata nella Biblioteca di Hannover ed in altri istituti, pubblicata da M. Campori, Modena, con i tipi di G. T. Viscenzi e nipoti, 1892. Sur la controverse Leibniz-Bossuet et sur l’élargissement de la notion d’hérésie tout au long du xviie siècle, voir J. LeBrun, « La notion d’hérésie à la fin du xviie siècle : la controverse Leibniz-Bossuet », dans La jouissance et le trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de l’âge classique, Genève, Droz, 2004, p. 137-160.

84  « […] dire eresie con la persuasione di non dirle, ma bensì di proferire verità cattoliche ». G. Fontanini, Biblioteca dell’Eloquenza italiana, vol. I, op. cit., p. 244.

85  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 22, 23. Il s’agit de la distinction, très connue depuis saint Thomas d’Aquin, entre hérésie « matérielle » et hérésie « formelle ». Voir Sancti Thomae de Aquino, Summa Theologiae, IIa IIae, q. 5 a. 3.

86  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 24. Dans la galerie des autorités muratorienens, on retrouve les auteurs des manuels les plus répandus parmi les inquisiteurs romains du xviie siècle (Francesco degli Albizzi, Tommaso del Bene et Cesare Carena) ainsi que les théologiens et juristes les plus connus des xve et xvie siècles (Juan de Torquemada, Gregorio de Valencia, Thomas Sanchez, Martin Beccano, Francisco Suarez, Melchior Cano, Gabriel Vasquez et Prospero Farinacci). Sur ces auteurs et sur la notion d’hérésie présente dans leurs écrits, voir J. Tedeschi, The Prosecution of Heresy. Collected Studies on the Inquisition in Early Modern Italy, New York, Center for Medieval and Early Renaissance Studies - State University of New York at Binghamton, 1981 ; A. Errera, Processus in causa fidei.L’evoluzione dei manuali inquisitoriali nei secoli xvi-xviii e il manuale inedito di un inquisitore perugino, Bologne, Monduzzi, 2000, p. 275-278 ; B. Neveu, L’erreur et son juge, Naples, Bibliopolis, 1993, p. 383-503 (461 et suiv.) ; p. 239-381 (266 et suiv.) ; G. CornaggioMedici, « Cesare Carena, giurista cremonese del secolo xvii », Archivio storico lombardo, LVII (1930), série VI, fasc. XXVII, p. 297.

87  Decretum Magistri Gratiani, editio lipsiensis secunda, instruxit Aemilius Friedberg, Ex officina Bernhardi Tauchnitz, Lipsiae, 1879, c. Dixit Apostolus, 29, C. XXIV, q. 3, col. 998.

88  Sancti Thomae de Aquino, Summa Theologiae, IIa IIae, q. XI, a. 2, ad tertium, Milan, Paoline, p. 1142.

89  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 24. Voir S. Agostino, Le lettere, vol. I (1-123), Rome, Città nuova editrice, 1969, Ep. 43, p. 320.

90  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 25.

91  Ibid., p. 29.

92  Sur les difficultés éditoriales du traité, paru sous un pseudonyme à Paris en 1714, voir L. A. Muratori, Carteggio con Antonio Vallisnieri, dans Id., Carteggi con Ubaldini… Vannoni, op. cit., p. 125-318 ; Id., Carteggio con Apostolo Zeno, dans Id., Carteggi con Zacagni… Zurlini, A. Burlini Calapaj éd., Florence, Olschki, 1975, p. 191-409. Sur les censures du traité, voir P. Vismara, « Muratori “immoderato” », art. cité. Voir aussi B. Neveu, L’erreur et son juge, op. cit., p. 230-231 ; E. Raimondi, « Ragione ed erudizione nell’opera de Muratori », dans Id., I lumi dell’erudizione. Saggi sul Settecento italiano, Milan, Vita e Pensiero, 1989, p. 79-97 ; A. Vecchi, L’opera religiosa del Muratori, op. cit.

93  « In doctrina damnanda sive probanda, est ab errore immunis Ecclesia ; non autem in judiciis de persona ». L. Pritanio, De Ingeniorum moderatione, op. cit., p. 156. Pour appuyer sa pensée, Muratori rappelait un extrait tiré de la décrétale A Nobis d’Innocent III (c. 28, X, V, 39), celui-là même qu’il devait ensuite citer dans le Primo esame. L. Pritanio, De Ingeniorum moderatione, op. cit., p. 323-327. Voir P. Vismara, « Muratori “immoderato” », art. cité, p. 323-325.

94  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 30.

95  Ibid. Voir Decretales D. Gregorii Papae IX. suae integritate una cum glossis restitutae, Romae, In aedibus Poluli Romani, 1582, c. A Nobis, X, De sententia excommunicationis (c. 28, X, V, 39), col. 1895.

96  L. A. Muratori, Primo esame, op. cit., p. 30.

97  M. Rosa, « L’età muratoriana nell’Italia del’700 », dans Riformatori e ribelli nel ’700 religioso italiano, Bari, Dedalo libri, 1969, p. 9-47. Sur les difficultés de Muratori dans les dernières années de sa vie, voir F. Venturi, Settecento riformatore. Da Muratori a Beccaria, Turin, Einaudi, 1969, p. 151-161.

98  F. A. Yates, French Academies of the Sixteenth Century, Londres-New York, Routledge, 1988, p. 199 (trad. française : Les académies en France au xvie siècle, trad. de l’anglais par T. Chaucheyras, Paris, PUF, 1996, p. 269).

Top of page

References

Electronic reference

Manuela Bragagnolo, « Muratori et Castelvetro. État des études et lignes de recherche », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 17 November 2014, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/769 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.769

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page