Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

La figure de l’exilé et la représentation de l’humaniste. Réflexions sur Hans Baron et Leonardo Bruni

Laurent Baggioni
p. 115-132

Abstracts

Our understanding of political exile in Renaissance Italy is still largely reliant on a construction of the problem through German historiography and sociology carried out from the end of the 19th century and the first half of the 20th century. Hans Baron’s works on Leonardo Bruni (1370-1444) reveal a humanist vision modelled on that of the rootless intellectual. Through a rereading of certain texts by Bruni, this article intends to demonstrate that exile is not only a sociological condition but also a subject of political reflection. Bruni, summoning certain natural law motives linked to caritas patriae, invites us to think about exiles’ participation in the political community, and tends to reduce exile to a simple reversible circumstance. Humanist thought is thus distinguished from mere protection of the regime in power or a caste’s interests through its wish to create a pacified political memory.

Top of page

Full text

  • 1  A. Field, « Leonardo Bruni, Florentine traitor ? Bruni, the Medici, and an Aretine conspiracy of 1 (...)

1Un étrange document, publié voici dix ans, et tiré des archives de la chancellerie milanaise, mettait en cause Leonardo Bruni dans une conjuration destinée à expulser les Florentins de la cité arétine. Malgré les problèmes, encore irrésolus, liés à la vérification des informations contenues dans cette lettre, cette dernière posait aux spécialistes une question intéressante : était-il possible que le chancelier de Florence, qui avait, depuis plus de vingt ans, lié son sort à la cité toscane, fût prêt à risquer sa vie pour la liberté de sa cité natale1 ?

  • 2  C’est l’hypothèse développée par l’important article de Raffaele Maria Zaccaria, « Il Bruni cancel (...)
  • 3  L’interprétation de ce texte est particulièrement redoutable. Le rôle de la figure de Leonardo Bru (...)

2Certes, les tenants de l’humanisme civique ne seraient pas surpris de l’attachement de l’Arétin aux valeurs républicaines, et verraient dans la confirmation d’une telle participation une preuve supplémentaire de l’opposition de Bruni au gouvernement des Médicis, accréditant ainsi l’hypothèse d’une fin de carrière essentiellement honorifique, sous l’étroite surveillance du clan médicéen2. Filelfo n’avait-il pas fait de Bruni l’accusateur principal de Côme dans son dialogue sur l’exil des optimates3?

3Toutefois, l’idée même d’un retour à Arezzo, qu’elle ait réellement donné lieu à une conjuration ou bien qu’elle soit le fruit de manipulations fantaisistes, pose en réalité bien davantage la question historique de l’attachement des humanistes à une cité et de la signification qu’ils attribuent à la notion de patrie. Il s’agit là, objectera-t-on, d’une vieille formule historiographique, plus proche des préoccupations de la Kulturgeschichte d’avant-guerre que de l’histoire culturelle contemporaine. Toutefois, précisément parce que la compréhension actuelle de l’humanisme du début du xve siècle est l’héritière directe de cette Kulturgeshichte, il importe de revenir de façon critique sur cette construction historiographique moderne, et de reproposer, dans l’étude de l’histoire de la pensée politique humaniste, l’exil comme objet d’étude.

L’idéal-type de l’étranger et la figure de l’humaniste

  • 4  J. Burckhardt, Die Cultur der Renaissance in Italien, Leipzig, E. U. Seeman, 1899, t. I, p. 141.

4Ce n’est sans doute pas Jacob Burckhardt qui inventa la figure de l’humaniste déraciné à partir de celle du clerc errant, mais il fut probablement le premier à intégrer cette représentation dans une généalogie de la modernité. L’humaniste, et plus généralement l’homme italien de la Renaissance, apparaissent comme les archétypes de l’individu moderne. Si l’homme italien est le « fils aîné de l’Europe contemporaine », c’est que l’organisation politique de la péninsule a permis l’émergence d’individualités capables de tirer profit des possibilités ouvertes par l’éclatement et l’instabilité des structures politiques de l’époque4.

5Le danger de l’exil, toujours présent pour les citoyens des cités-États, est ainsi, selon Burckhardt, à mettre au nombre des facteurs favorables à l’épanouissement des qualités individuelles :

  • 5  Ibid. p. 145 : « Vollends aber hat die Verbannung, die etwas so häufiges war, daß man förmlich zwe (...)

Même le bannissement – qui était si fréquent que l’on distinguait formellement entre deux classes d’habitants, les intriseci et les extrinseci, ceux qui demeuraient pour une durée indéterminée dans la ville et ceux qui en étaient temporairement bannis – a toutefois la particularité soit d’anéantir l’être humain, soit de le former au plus au point. […] En effet, il ne s’agissait pas seulement, loin s’en faut, de personnes formellement exilées, mais plusieurs milliers d’entre eux avaient quitté leur patrie de leur propre initiative, parce que la situation politique ou économique leur était devenue insupportable.5

  • 6  La controverse sur l’Italie de la Renaissance recoupe en partie la controverse sur le judaïsme. No (...)

6Or pour Burckhardt, Les humanistes illustraient de manière aiguë cette existence itinérante dans la mesure où leur activité professionnelle même impliquait une absence d’attaches, ou plutôt des attaches temporaires qui venaient ponctuer occasionnellement un voyage perpétuel. La valeur archétypale de l’individu italien dans la pensée historique de langue allemande allait devenir un topos de la généalogie, souvent critique, de la modernité. L’appréciation de la Renaissance italienne était ainsi liée à la valeur que les historiens attribuaient à la modernité elle-même. Un exemple de cette variabilité nous est donné par la controverse entre Max Weber et Werner Sombart (deux auteurs importants dans la formation du jeune Baron). Weber, à la recherche d’une causalité « spirituelle » de la civilisation moderne, affirme, contre Sombart, la prévalence du protestantisme comme facteur historique conduisant au développement du capitalisme. L’humanisme florentin du xve siècle (en réalité, pour Weber comme pour Sombart, la seule figure de Leon Battista Alberti) n’aurait pas eu l’influence déterminante que la religion allait exercer après la Réforme. Sombart ne se satisfait pas, tout comme Weber du reste, d’une causalité purement économique et sociale. Mais à la différence de Weber, il tente d’articuler d’autres types de facteurs « spirituels » : certaines conceptions philosophiques et morales, mais aussi une causalité biologique et raciale. Ainsi les Florentins, descendants des Étrusques, peuple de marchands d’origine orientale, seraient, pour Sombart, les premiers représentants du capitalisme moderne, qui se serait ensuite épanoui dans les pays européens sous l’effet de la propagation d’un autre peuple de marchands, les Juifs. Ce rapprochement entre Italie de la Renaissance et judaïsme est troublant et résonne comme un triste rappel ; les débats sur la modernité constituent aussi un chapitre important de la sombre histoire de l’antisémitisme6.

7Or pour Baron, l’Italie, tout en étant à l’origine du déracinement et de l’individualisme caractéristiques de la modernité, selon une conception analogue à celle de Sombart, fournit également l’antidote de ce déracinement. Après avoir soutenu sa thèse sur la pensée politique de Calvin, Baron oriente en effet ses recherches sur les sources italiennes de l’humanisme érasmien, et interprète les textes de Bruni comme les témoins d’une pensée politique fondée sur la participation. Dans cette approche de la politique, nommée « humanisme civique », l’activité publique et économique de l’individu prend le pas sur la spéculation philosophique, caractéristique de l’esprit médiéval et scolastique. La vision de l’Italie que propose Baron à travers cette lecture de Bruni apparaît comme beaucoup plus positive que celles de Weber ou de Sombart, et les apories de la modernité y trouvent une solution.

  • 7  Les travaux d’Eugenio Garin (« Le prime ricerche di Hans Baron sul Quattrocento e la loro influenz (...)

8On ne saurait sous-évaluer les implications politiques des thèses produites par Baron. On ne saurait ignorer que ses travaux prennent place dans un environnement professionnel profondément républicain, tourné vers le DDP et dominé par des personnalités brillantes et actives politiquement : Friedrich Meinecke, Ernst Troeltsch et Walter Goetz s’étaient en effet ralliés à la nouvelle République, tout en étant parfaitement conscients des dangers qui la menaçaient. Baron fut du reste l’éditeur, après la mort de Troeltsch, de ses Spektatorbriefe, textes journalistiques d’observation de la vie politique publiés dans la revue Kunstwart7.

  • 8  Ces travaux concernent notamment les religions de l’Inde et le judaïsme antique : M. Weber, « Hind (...)
  • 9  G. Simmel, Soziologie. Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung, Leipzig, Duncker et (...)

9Les études de Baron sur l’Italie s’inscrivent donc dans un mouvement plus vaste de réflexion sur la République et sur ses conditions de possibilité. C’est pourquoi la méthode de Baron n’est pas philosophique mais historique et sociologique. Sur ce terrain, il pouvait habilement tirer parti des questionnements contemporains sur la question de l’exil, pour laquelle l’apport conceptuel le plus décisif fut sans conteste celui de Max Weber et de ses travaux de sociologie des religions8. Weber envisageait l’idéal-type de l’étranger sous l’angle de trois déterminations socio-économiques : la mobilité géographique, la dépendance économique et la spécialisation professionnelle. Par ailleurs, du point de vue de la relation de l’étranger à la communauté, Georg Simmel insistait sur le surinvestissement civique de l’exilé, lié à sa position à la fois marginale et précaire, qui le désigne comme un témoin impartial mais aussi comme un bouc émissaire des luttes partisanes, l’obligeant ainsi à conjurer les dangers auxquels il est exposé par une participation active à la vie sociale et politique9.

10En définitive, ces analyses venaient conceptualiser l’idée burckhardtienne de la productivité et de la positivité de l’exil. L’élaboration de l’humanisme civique par Hans Baron porte ainsi la trace de cette complémentarité entre historiographie et sociologie :

  • 10  H. Baron (éd.), Leonardo Bruni Aretino. Humanistisch-philosophische Schriften, Leipzig, 1928, p. x (...)

Dans les chancelleries ou dans les chaires de rhétorique des facultés des Arts, leurs représentants [de l’humanisme italien du Quattrocento] cherchent à gagner leur vie, ballottés çà et là par le destin, entre le Nord et le Sud de l’Italie, tantôt à la solde d’un prince, tantôt comme chancelier d’une république libre, puis à nouveau dans la « familia » d’un ecclésiastique, ou bien en possession de bénéfices que la réception des ordres mineurs leur a permis d’obtenir.
Un jour, ils sont admirés et dorlotés par la fortune, le lendemain, ils sont expulsés, sans toit [Heimatlose], de la structure sociale de la cité ou de la principauté qui leur a accordé, pour quelques années ou seulement quelques mois, un abri entre deux périodes plus longues d’errance.10

11L’empreinte de Burckhardt apparaît ici clairement. En 1922, Goetz avait d’ailleurs republié Die Kultur der Renaissance in Italien. Cependant, Baron, à partir de la définition burckhardtienne, compose une typologie : il différencie l’humanisme lettré et l’humanisme civique, ou humanisme bourgeois. Le second se distingue du premier par son enracinement dans une cité, non pas parce qu’il est originaire de ce lieu, mais parce que son activité culturelle est en accord avec les préoccupations éthico-morales de la société qui l’accueille ou de la classe dominante de cette société :

  • 11  Ibid., p. xiii : « Das wirtschaftlich und geistig aufstrebende Großbürgertum konnte ihm nicht nur, (...)

La grande bourgeoisie en plein développement économique et intellectuel ne leur offrait pas seulement, à la différence des cours des princes ou des prélats, des applaudissements d’admiration ou un emploi au service de la chancellerie, mais leur donnait l’occasion de se souder [verwachsen] intérieurement aux devoirs et aux idéaux d’une entité politique autochtone [heimatlich].11

  • 12  Cette description de l’humaniste s’exprime en des termes analogues à la notion d’intelligentsia fl (...)

12Baron ne renonce donc pas complètement à la compréhension de l’humaniste comme étranger, comme en témoigne son vocabulaire vitaliste qui fait référence à une « greffe » ou à une « symbiose ». L’humanisme civique n’est rien d’autre qu’une greffe à l’origine d’une réflexion philosophique nouvelle, d’un « esprit » nouveau, l’« esprit du Quattrocento » que Baron définit comme une attitude nouvelle envers la vie civile et la vie économique, indissolublement liée au renouveau des arts12.

  • 13  Voir J. Hankins, « The “Baron Thesis” », art. cité, p. 309-338. Un volume collectif a également ét (...)

13L’analyse de Baron se présente donc comme une brillante tentative de lier le phénomène de l’exil humaniste, que l’historiographie et la sociologie de son époque avaient désigné comme une caractéristique constitutive de la modernité, à l’expérience politique et culturelle de la Florence du début du xve siècle, érigée en archétype de la civilisation occidentale13. Alors même que la citoyenneté allemande faisait l’objet de vifs débats et que les visions les plus radicales de la race se faisaient jour, la menace de l’étranger dans le tableau idéal et originel de l’Occident moderne était, sous la plume de Baron, définitivement conjurée.

14Toutefois, le problème historique demeure. S’il est vrai que l’humanisme du xve siècle est lié à un phénomène à la fois itinérant et attaché à une communauté politique, comment les humanistes conçoivent-ils eux-mêmes cet attachement à un lieu ? Baron ne pose pas cette question, car la réponse est donnée dans les termes d’une analyse sociologique : soit les humanistes sont dépendants économiquement d’un prince, soit ils sont liés aux aspirations d’une classe. Or cette dichotomie ignore tout un pan de la question, notamment les rapports entre construction littéraire de la patrie et enjeux politiques contemporains, que seul un examen de la terminologie peut nous aider à restituer.

« Caritas patrie »

  • 14  « […] tuum commune seu patriam », Coluccio Salutati, lettre du 8 juin 1366 à Andrea di Ser Conte, (...)
  • 15  « Bello gallico, cum Senones occupassent Romam, Romanis in Capitolio Manlio duce clausis, Camillus (...)

15En quels termes Bruni, l’Arétin devenu citoyen florentin, formulait-il l’attachement de l’individu à un lieu ? On chercherait en vain une définition juridique ou philosophique de la citoyenneté, qui apporterait les cadres d’une définition théorique de l’exil. Dans le texte le plus emblématique de la conception brunéienne de l’attachement à la patrie, l’Oratio in funere Iohannis Strozzae, cet attachement est exprimé à travers le terme caritas. Il s’agit d’un usage largement répandu chez Salutati, qui exprimait ainsi le dévouement dû à la commune, ainsi identifiée à la patrie14. Ce lien, à la fois civique et religieux, exprimé par Salutati dans le terme de caritas, n’était en rien rompu par l’exil, comme en témoignent, dans Tite-Live, la bravoure et la piété de Camille15.

  • 16  L. Bruni, Oratio in funere Iohannis Strozzae, dans Id., Opere letterarie e politiche, Turin, Class (...)
  • 17  Ibid., « Abiecisti animam pro patrie caritate », p. 742.

16Dans l’éloge de Nanni Strozzi, Bruni fait un usage analogue du terme de caritas, associé à d’autres synonymes, comme pietas ou amor16. La caritas patrie s’impose comme le sommet de la hiérarchie des devoirs humains, bien qu’à la différence de Salutati, il manque, chez Bruni, une mise en relation explicite de la caritas patrie avec l’amour divin. Toutefois, la caritas patrie couronne les liens amicaux et familiaux et se présente comme un dû à la patrie, en compensation des dons inestimables prodigués par celle-ci. Nanni Strozzi, en mourant pour elle, a placé le salut de sa patrie au-dessus du sien, en accord avec la tradition florentine qui veut que l’on doive aimer davantage la patrie que son âme17.

17Toutefois, Bruni, dans ce texte justement célèbre, ne fait pas l’éloge d’un citoyen florentin. En effet, Nanni Strozzi suivit en 1378 son père Carlo, exilé après la révolte des Ciompi. Établi à Ferrare au service de Nicolas d’Este, il accomplit, après avoir obtenu la citoyenneté ferraraise en 1399, plusieurs missions diplomatiques et militaires pour le compte de ce dernier. Lors de l’organisation de la ligue anti-milanaise formée en 1426, et à laquelle participait Florence, Nicolas d’Este fut élu capitaine général et Strozzi reçut le commandement en chef des troupes. Il mourut peu après avoir été blessé à Ottolengo le 29 mai 1427. Ainsi, Bruni ne célèbre pas la participation d’un citoyen à la vie publique, mais l’amour patriotique d’un exilé, depuis longtemps au service d’un prince étranger. Dans ce cas de figure, la caritas patrie n’est rien d’autre que l’expression du lien viscéral qui se noue, à la naissance, entre un individu et sa cité natale.

  • 18  James Hankins a publié une lettre de Matteo di Simone Strozzi adressée à Nicolas III d’Este, marqu (...)

18L’une des motivations de Bruni est très probablement personnelle et vise, en vertu des liens anciens qui l’unissaient à la famille Strozzi, à obtenir une aide pour les enfants du chef militaire ferrarais18. Toutefois, le discours de Bruni va bien au-delà d’une simple requête de faveurs, et s’il est vrai que cette oraison funèbre est un des lieux d’expression de la pensée politique de l’Arétin, celle-ci s’exprime, en creux, dans l’entreprise de florentinisation du personnage.

  • 19  Oratio, p. 734, 742.
  • 20  Ibid., p. 734.

19La structure de l’éloge participe ainsi de cette florentinisation : pour exalter le chef militaire, Bruni commence par louer la cité, la splendeur de ses origines, son hégémonie sur la Toscane, la gloire de ses capitaines et de ses poètes. Puis, avant de faire le portrait des qualités militaires de Nanni Strozzi, l’orateur célèbre la noblesse et la richesse de sa famille, les Strozzi, sans évoquer en aucune manière les motifs de l’exil de Carlo, et, avec lui, de ses enfants. L’éloge est centré sur les vertus militaires, et particulièrement sur la fortitudo19. Or l’exercice de cette fortitudo est un devoir envers la patrie : « Fortitudinem vero patrie maxime se debere putabat, eique per omnem vitam accumulatissime prestitit »20. L’intention apologétique est évidente : si la florentinité d’un exilé doit être démontrée, ce ne peut être que par la mise au jour de son dévouement militaire au service de Florence.

  • 21  L. Bruni, Epistolarum libri VIII, L. Mehus éd., Florence, ex typographia Bernardi, 1741, rééd. ana (...)
  • 22  Les espoirs que Bruni avait placés en Grégoire XII sont rapidement déçus. Sa correspondance laisse (...)
  • 23  Un des signes des efforts d’enracinement de Bruni à Florence est le mariage de son fils Donato ave (...)

20L’attachement à la cité natale n’est pas un simple thème de circonstance, qui attesterait de la vocation désespérément rhétorique des écrits bruniens. La question de la patrie est loin d’être un topos tantôt élégiaque tantôt épique, mais recouvre une réalité historique tangible. Ainsi, Bruni, après avoir passé de nombreuses années à Florence, fait part, dans une de ses lettres à son ami florentin Niccolò Niccoli, de son orgueil d’être arétin, lorsque Grégoire XII, ayant chargé plusieurs humanistes de rédiger une lettre adressée à Benoît XIII pour l’exhorter à abdiquer et proposer sa propre abdication, le proclame vainqueur du concours21. Sa brillante carrière florentine, au cours des années suivantes, imputable, sans conteste, à ses qualités littéraires autant qu’à son expérience politique, n’était en aucun cas acquise22 : elle est le fruit d’une habile pénétration des réseaux de l’oligarchie florentine. La florentinité, pour Bruni, est le résultat d’une construction23. Il n’est pas surprenant, dès lors, que l’humaniste excelle dans l’exercice rhétorique délicat consistant à concilier exil et patriotisme : pour Nanni Strozzi d’abord, en 1428, puis, dix ans plus tard, entreprise encore plus périlleuse, pour Dante lui-même.

  • 24  Sur l’importance du contexte politique et sur le choc des propagandes, voir P. Viti, dans L. Bruni(...)

21La date de composition de la Vita di Dante n’est pas anodine. Cette année-là, le duc Filippo Maria Visconti remettait à l’ordre du jour un expansionnisme régional analogue à celui de son père Giangaleazzo. Entre 1435 et 1436 fut composé le De laudibus Mediolanensium urbis panegyricus de Pier Candido Decembrio, qui renoue avec les thèmes anti-florentins de la célèbre invective de Loschi du début du siècle24.

  • 25  La Vita di Dante contient ainsi la fameuse sentence : « Ora questa la verità certa et assoluta del (...)

22L’enjeu linguistique, par ailleurs, n’est pas absent de ce texte composé en toscan. L’année précédente avait en effet vu la querelle entre Flavio Biondo et Leonardo Bruni sur l’histoire de la langue vulgaire : Bruni s’était prononcé pour une coexistence du latin et du vulgaire depuis l’Antiquité, et contre l’idée d’une corruption du latin sous l’effet des invasions barbares défendue par Biondo. La Vita di Dante vise ainsi à montrer que la théorie brunienne défend l’autonomie et la perfection du vulgaire25.

  • 26  G. Boccaccio, Trattatello in laude di Dante, P. G. Ricci éd., dans Tutte le opere di Giovanni Bocc (...)
  • 27  Pour une vision d’ensemble de la question, voir F. Bruni, « La proiezione dell’attualità politica (...)

23Ces enjeux complexes et nombreux n’éludent pas la question politique, déjà centrale chez Villani ou dans le Trattatello de Boccace26. Toute la difficulté, pour les biographes de Dante, avait été de réconcilier celui-ci et ses violentes invectives anti-florentines avec les valeurs de la parte guelfa, farouchement anti-impériale27. Villani avait attribué les invectives de Dante à la dure condition d’exilé ; Boccace, lui, avait condamné l’ingratitude de ses contemporains, et l’injustice de la cité. Le problème s’était également posé à Salutati, qui avait dû, dans le De tyranno, prendre la défense de Dante et de ses prises de position césaristes, qui avaient conduit le poète à condamner Brutus dans le dernier cercle de l’Enfer.

24En apparence, chez Bruni, le problème est posé différemment, et prend, de façon intéressante, l’allure d’une controverse avec Boccace :

  • 28  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 541.

Tornando adunque al nostro proposito, dico che Dante virtuosamente si trovò a combattere per la patria in questa battaglia [di Campaldino, 1289] ; et vorrei che’ l Boccaccio nostro di questa virtù più che dello amore di nove anni avesse fatto mentione e di simili leggerezze, che per lui si raccontano di tanto huomo. Ma che giova a dire ? La lingua pur va dove il dente duole, et a chi piace il bere, sempre ragiona di vini.28

25Ainsi, l’insistance exagérée de Boccace sur les « leggerezze » de la vie de Dante est imputée à la frivolité de son biographe, qui est par ailleurs le seul parmi les « trois couronnes » dont Bruni n’ait pas écrit la biographie. Bruni souligne ainsi avec force les qualités viriles de Dante, et sauve ainsi de l’opprobre la mémoire du poète-soldat.

  • 29  Voir F. Bruni, art. cit. ; voir G. Boccaccio, Trattatello, op. cit., p. 237 (première rédaction) ; (...)

26En réalité, le dispositif mis en œuvre par Bruni n’est pas fondamentalement différent de celui de Boccace, qui fait de Dante une victime de l’injustice de ses contemporains29. De la même manière, Bruni procède habilement à une mise à distance du passé factieux de la cité :

  • 30  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 543.

Avendo prima avuto la città di Firenze divisioni assai tra Guelfi et Ghibellini, finalmente era rimasa nelle mani de’ Guelfi ; et stata assai lungo spazio in questa forma, sopravvenne un’altra maladitione di parte intra Guelfi medesimi, i quali reggevano la repubblica ; et fu il nome delle parti Bianchi et Neri.
Nacque questa perversità ne’ Pistolesi prima, et massime nella famiglia de’ Cancellieri ; et essendo già divisa tutta Pistoia, per porvi rimedio fu ordinato da’ Fiorentini che i capi di queste sette ne venissono a Firenze, acciò che là non facessero maggiore turbatione. Questo rimedio fu tale che non tanto di bene fece a’ Pistolesi, per levarli i capi, quanto di male fece a’ Fiorentini, per tirare a sé quella pestilenza. Però che, avendo i capi in Firenze parentadi et amicitie assai, sùbito acceseno il fuoco con maggiore incendio, per li diversi favori che avevano da’ parenti et dagli amici, che non era quello che avevano lasciato a Pistoia.30

  • 31  Bruni emprunte ainsi à Villani l’idée que la division entre Blancs et Noirs trouve son origine à P (...)

27Dans ces lignes, Bruni suit de près le récit qu’il avait donné de la lutte des factions pour l’année 1300 dans le livre IV de ses Historiae. Sa principale source est Giovanni Villani, dont il présente une version condensée des chapitres 38 à 44 du livre IX. Le lexique utilisé ici : divisione, turbatione, pestilenza, incendio, est en partie emprunté à Villani. L’image de la contagion fait en effet partie des métaphores utilisées par l’ancien chroniqueur florentin pour décrire les maux de la cité31. Ce conservatisme stylistique sert ici la démarche apologétique de Bruni, laquelle, de la même manière qu’elle induit une exemplarité et une actualité de la figure d’un Dante « vertueux », accuse tout au contraire – mais de façon ambiguë et réversible – la distance historique dans sa description des luttes factieuses. De sorte que Florence elle-même n’est pas responsable des injustices commises par les citoyens qui la gouvernent, ni des lois iniques qu’ils en viennent à promulguer :

  • 32  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 545-546.

Dante in questo tempo non era in Firenze, ma era a Roma, mandato poco avanti imbasciadore al papa per offerire la concordia et pace de’ cittadini. Niente di meno, per isdegno di quelli che confinati furono nel suo priorato della Parte nera, gli fu corso a casa et rubato ogni sua cosa et dato il guasto alle sue possessioni, et a lui et a messer Palmieri Altoviti dato bando della persona, per contumacia di non comparire, non per verità d’alcun fallo commesso. La via di dar bando fu questa : che legge feceno iniqua et perversa, la quale sì guardava indietro che il podestà di Firenze potesse et dovesse cognoscere i falli commessi per l’addietro nell’oficio del priorato, con tutto che assolutione fusse seguita. Per questa legge citato Dante per messer Cante de’ Gabrielli, allora podestà di Firenze, essendo absente et non comparendo, fu condennato et sbandito et pubblicati i suoi beni, con tutto che prima rubati et guasti.32

28Le résultat de la distanciation historique, la disculpation de Dante (« non per verità d’alcun fallo commesso » ; « legge feceno iniqua et perversa »), rejoint la figure de l’exul immeritus. La précision avec laquelle le chef de la chancellerie florentine, rompu aux usages du droit et des procédures d’exil – notamment pour le compte du gouvernement médicéen –, démontre par des arguments juridiques l’injustice qui a été faite à Dante, vise en réalité à démontrer la même thèse que Boccace, à savoir que le dévouement à la cité n’est pas nécessairement payé de retour.

  • 33  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 542. Bruni cite une traduction en vulgaire d’un passage de c (...)

29La différence majeure avec Boccace réside en réalité dans l’usage qui est fait par Bruni de la bataille de Campaldino. Cette référence est rendue possible par la citation d’une mystérieuse épître de Dante, aujourd’hui disparue, dans laquelle ce dernier aurait fait mention de sa participation à la bataille33. Or cette citation s’accorde pleinement avec la pensée historique du chancelier, développée dans le prologue de ses Historiae. Pour Bruni, Campaldino représente la victoire du guelfisme florentin et signifie, dans sa vision idéologique de l’histoire, l’affirmation d’une politique nationale italienne fondée sur la préservation de la liberté des communes, par opposition à une politique d’occupation étrangère (impériale ou française) d’essence tyrannique. La participation de Dante à Campaldino rachète, dans le même esprit que l’Oratio in funere Iohannis Strozzae, l’exil à venir, en même temps qu’il lave Dante de tout soupçon de trahison à la cause guelfe. Cet élément est capital, puisqu’il permet précisément d’attribuer les vicissitudes du poète à des luttes factieuses, contingentes, et non à une différence idéologique de fond.

  • 34  Villani ignore pudiquement le contenu de cette lettre. Voir Nuova Cronica, X, cxxxvi, G. Porta éd. (...)
  • 35  Sur l’utilisation du concept dantien de liberté par Antonio Loschi, voir ma communication : « La n (...)
  • 36  Dans le livre IV des Historiae, probablement écrit au début des années 1420, Bruni reprend ainsi l (...)

30À ce titre, Bruni est moins embarrassé dans son traitement d’une autre lettre épineuse, la fameuse VIe épître, source de malaise et de perplexité pour Villani comme pour Boccace34 : Dante voit dans la descente d’Henri VII le châtiment tant espéré de Florence, dénonçant la liberté florentine comme la plus ignoble des tyrannies : celle qui consiste, sous l’emprise du mal, à se rebeller contre l’empire. Cette épître allait devenir le réservoir d’un discours anti-florentin particulièrement virulent, dans lequel Loschi, dans son Invectiva, allait habilement puiser35. Bruni peut ainsi reprendre sereinement la thèse de Boccace selon laquelle c’est une confiance excessive en une victoire prochaine qui est à l’origine de cette lettre36. Mais cette distinction entre patria et reggimento est creusée par Bruni, qui recourt une nouvelle fois à l’idée de caritas patrie :

  • 37  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 546-547 (nous soulignons).

Essendo in questa speranza Dante di ritornare per via di perdono, sopravvenne la electione di Arrigo di Luzimborgo, imperadore, per la cui electione prima, et poi per la passata sua essendo tutta Italia sollevata in speranza di grandissima novità, Dante non potette tenere il proposito suo dell’aspettare la gratia, ma, levatosi co’ l’animo altero, cominciò a dire male di quelli che reggevano la terra, appellandoli scellerati et cattivi et minacciando la debita vendetta per la potentia dello imperadore, contra la quale dicea essere manifesto loro non avere alcuno scampo. Ma tanto il tenne la reverentia della patria che, venendo lo ’mperadore contra a Firenze et ponendosi a campo presso alla porta, non vi volle essere, secondo lui scrive, con tutto che confortatore fussi stato di sua venuta.37

  • 38  Le refus de Dante d’assister au siège n’est pas mentionné dans le livre IV des Historiae.

31La justification par l’espoir du retour et par l’amertume de l’exil s’enrichit ici d’une distinction entre la haine de « quelli che reggevano la terra » et l’amour de la patrie, la caritas patrie devenant ici « reverentia della patria ». L’historicisation rend ainsi labiles les réalisations concrètes du pouvoir politique, c’est-à-dire l’état de la cité, tandis que le lien entre le poète et la patrie, lui, demeure immuable38.

  • 39  Dans sa Notizia del Boccaccio e parallelo dell’Alighieri e del Petrarca, Bruni compare la biograph (...)

32La caritas patrie, dans l’Oratio comme dans la Vita di Dante, n’est pas réductible à une conception aristotélicienne de la vie active ni à une conception républicaine, ni même à une conception de la citoyenneté tout court. La caritas patrie s’éprouve notamment dans l’éloignement, soit dans le combat, soit dans le regret. À ce titre, la patrie n’est pas seulement le lieu de l’activité politique ; il s’agit aussi, pour Bruni, d’un lieu de la mémoire. L’exil n’empêche pas, tout au contraire, la poursuite des vertus militaires ou des études littéraires dans d’autres espaces, surtout italiens, mais ces dernières ne prennent leur sens qu’en rapport avec la patrie39. En d’autres termes, l’attachement à la cité natale, le choix d’une patrie nouvelle, et le sentiment d’appartenance à une sphère nationale et italienne, coexistent et s’alimentent.

33La Vita di Dante se termine ainsi par une note élégiaque très subtile, un motif littéraire extrêmement rare chez Bruni, grand maître du récit militaire :

  • 40 Ibid., p. 552.

Ebbe Dante, tra gli altri, uno figliuolo chiamato Piero, il quale studiò in legge et divenne valente ; et per propria virtù et per lo favore della memoria del padre, si fece grande huomo et guadagnò assai, et fermò suo stato a Verona con assai buone facultà. Questo messer Piero ebbe uno figliuolo chiamato Dante, et di questo Dante nacque Lionardo, il quale oggi vive et ha più figliuoli. Né è molto tempo che Lionardo antedetto venne a Firenze con altri giovani veronesi bene in punto et onoratamente, et me venne a vicitare come amico della memoria del suo proavo Dante ; et io li mostrai le case di Dante et de’ suoi antichi et diegli notitia di molte cose a lui incognite, per essersi stranato lui et suoi dalla patria. Et così la Fortuna questo mondo gira et permuta gli abitatori con volgere di sua rota.40

34Il s’agit là des dernières lignes de la Vita di Dante, qui se clôt sur les topoi stoïciens du cosmopolitisme et de la roue de la Fortune. La sentence ponctue par une note de sereine résignation l’évocation d’un souvenir précieux pour l’histoire de l’humanisme : la descendance de Dante, décrite sans solution de continuité, rend une visite respectueuse au chancelier de Florence, lequel, en ami de la famille, fait connaître les vieilles pierres de la famille exilée, et se pose ainsi en maillon d’une tradition culturelle. Surprenante image en effet que celle d’un Arétin, florentin d’adoption, et d’un descendant d’exilé, devenu véronais, qui se retrouvent ainsi au sein d’une même mémoire.

Top of page

Notes

1  A. Field, « Leonardo Bruni, Florentine traitor ? Bruni, the Medici, and an Aretine conspiracy of 1437 », Renaissance Quarterly, vol. LI, no 4, 1998, p. 1109-1150. Field documente de façon détaillée les liens multiples entre Bruni et les grandes familles de l’oligarchie, surtout les Strozzi. Toutefois, il n’apporte aucun élément permettant de prouver ou d’infirmer la participation de Bruni à une telle conjuration. Field soulève néanmoins, en conclusion, la question historique fondamentale, qui nous intéresse ici, du rapport de l’individu à ce qu’il définit comme sa patrie : « After the battle of Anghiari in 1440 the Medici regime and Florentine state were, for a time, secure. Bruni would not get the chance to betray his adopted patria Florence to the Aretines. And so, in the 1440s, he went into a respectable old age, perhaps regretting only that he had but one country to give for his life. » (p. 1138)

2  C’est l’hypothèse développée par l’important article de Raffaele Maria Zaccaria, « Il Bruni cancelliere e le istituzioni della Repubblica », dans Leonardo Bruni cancelliere della Repubblica di Firenze, Convegno di Studi, P. Viti éd., Florence, Olschki, 1990, p. 97-116. Selon Zaccaria en effet, la division de la chancellerie en 1437 aurait été souhaitée par les Médicis pour limiter l’influence de Bruni, considéré comme un opposant. Bruni aurait reçu, en compensation, la charge de prieur puis de membre des Dieci di balìa. Cette thèse est critiquée par James Hankins (« The “Baron Thesis” after forty years and some recent studies of Leonardo Bruni », Journal of the History of Ideas, vol. LVI, no 2, 1995, p. 334), qui considère au contraire que les positions occupées par Bruni reflétaient la faveur dont il jouissait au sein du nouveau régime : la réforme de la chancellerie visait précisément à diminuer sa charge de travail afin de lui permettre d’exercer ses nouvelles charges.

3  L’interprétation de ce texte est particulièrement redoutable. Le rôle de la figure de Leonardo Bruni dans le dialogue demande notamment à être étudié. On peut consulter les articles Francesco Filelfo de l’Enciclopedia dantesca, II, p. 871, ainsi que du Dizionario biografico degli Italiani, XLVII, p. 613-626, respectivement écrits par Pier Giorgio Ricci et Paolo Viti, ainsi que les trois études suivantes : C. Errera, « Le Commentationes Florentinae de exilio », Archivio storico italiano, série V, 5, p. 193-227 ; G. Ferraù, « Le Commentationes Florentinae de exilio », dans Francesco Filelfo nel quinto centenario, Padoue, Antenore, 1986, p. 369-388 ; G. M. Cao, « Tra politica fiorentina e filosofia ellenistica : il dibattito sulla ricchezza nelle Commentationes di Francesco Filelfo », Archivio storico italiano, 155, p. 99-126. Le texte du dialogue a été récemment édité et traduit en anglais : F. Filelfo, On exile, J. De Keyser éd., trad. W. Scott Blanchard, Cambridge (Mass.), Londres, Harvard university press, 2013 (The I Tatti Renaissance library, 55).

4  J. Burckhardt, Die Cultur der Renaissance in Italien, Leipzig, E. U. Seeman, 1899, t. I, p. 141.

5  Ibid. p. 145 : « Vollends aber hat die Verbannung, die etwas so häufiges war, daß man förmlich zwei Classen der Bewohner, die intriseci und extrinseci, die augenblicklich in der Stadt Weilenden und die zeitweilig Verbannten, unterschied, die Eigenschaft, daß sie den Menschen entweder aufreibt oder auf das Höchste ausbildet. […] In der That waren es bei Weitem nicht blos förmlich Exilirte, sondern Tausende hatten die Vaterstadt ungeheißen verlassen, weil der politische oder ökonomische Zustand an sich unerträglich wurde. » (Notre traduction)

6  La controverse sur l’Italie de la Renaissance recoupe en partie la controverse sur le judaïsme. Nous renvoyons sur ce point à l’excellent ouvrage de Freddy Raphaël : Judaïsme et capitalisme. Essai sur la controverse entre Max Weber et Werner Sombart, Paris, Presses universitaires de France, 1982. Voir surtout la dernière partie, qui récapitule les enjeux de l’ouvrage : « Destin du peuple juif », p. 301-356. Freddy Raphaël s’attache à montrer que les positions de Sombart ont induit une dialectique entre unicité et universalité qui tendait à analyser l’avenir des Juifs allemands dans les termes d’une alternative aux conséquences funestes : « se faire oublier » ou émigrer.

7  Les travaux d’Eugenio Garin (« Le prime ricerche di Hans Baron sul Quattrocento e la loro influenza fra le due guerre », dans Studies in Honor of Hans Baron, A. Molho et J. A. Tedeschi éd., Northern Illinois University Press, DeKalb (Illinois), 1971, p. lxi-lxx) et de Riccardo Fubini (« Una carriera di storico del Rinascimento : Hans Baron », Rivista storica italiana, CIV, 1992, p. 501-504) avaient clairement mis en évidence l’importance des années allemandes de Baron, et notamment l’influence de ses maîtres. Une étude plus récente rappelle les différentes étapes de la biographie intellectuelle de Baron, de l’entre-deux-guerres jusqu’à son établissement aux États-Unis : K. Schiller, « Hans Baron’s Humanism », Storia della storiografia, 34, 1998, p. 51-99. Enfin, je me permets de renvoyer à mon article, consacré à l’usage de la notion d’humanisme civique dans l’œuvre de Baron : L. Baggioni, « La repubblica e la storia : la questione dell’umanesimo civile », Storica, no 35-36, 2006, p. 65-91.

8  Ces travaux concernent notamment les religions de l’Inde et le judaïsme antique : M. Weber, « Hinduismus und Buddhismus », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, vol. XLI-XLII, 1916-1917 ; « Das antike Judentum », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, vol. XLIV-XLVI, 1917-1919. Ces deux études ont été rééditées respectivement dans les vol. II et III des Gesammelte Aufsätze zur Religionssoziologie, Tübingen, Siebeck, 1920-1921.

9  G. Simmel, Soziologie. Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung, Leipzig, Duncker et Humblot, 1908.

10  H. Baron (éd.), Leonardo Bruni Aretino. Humanistisch-philosophische Schriften, Leipzig, 1928, p. xii : « In den Kanzleien und auf den rhetorischen Lehrstühlen der artistischen Fakultäten suchen ihre Vertreter das Brot, vom Schicksal unstet umhergeworfen zwischen dem Norden und Süden Italiens, bald im Solde eines Fürsten, bald als Kanzler einer freien Republik, dann wieder in der « familia » eines geistlichen Herrn oder im Besitz von Pfründen, die ihnen der Empfang der niederen Weihen erschließt. Heute sind sie bewundert und vom Glück verhätschelt, morgen als Heimatlose ausgestoßen aus dem geordneten soziale Kreise der Stadt oder des Fürstenhofs, der ihnen für eine Reihe von Jahren, oder nur Monaten, einen Unterschlupf zwischen langer Wanderschaft gewährte. » (Notre traduction)

11  Ibid., p. xiii : « Das wirtschaftlich und geistig aufstrebende Großbürgertum konnte ihm nicht nur, wie Fürsten- und Prälatenhöfe, bewundernden Beifall und Verwendung im Dienste der Kanzleien, sondern die Gelegenheit bieten, mit den Aufgaben und Idealen eines heimatlichen Staatswesens innerlich zu verwachsen. » (Notre traduction ; nous soulignons.)

12  Cette description de l’humaniste s’exprime en des termes analogues à la notion d’intelligentsia flottante, élaborée au même moment par Karl Mannheim. Il n’existe pas de preuves d’une éventuelle communication entre Baron et Mannheim ; néanmoins, leurs formations respectives renvoient aux mêmes références intellectuelles : Dilthey et Troeltsch en particulier. Voir J. Habermas, « La sociologie sous la République de Weimar », dans Id., Textes et contextes (1991), trad. de l’allemand par M. Hunyadi, Paris, Cerf, 1994, p. 140-145. Ce rapprochement met ainsi en évidence, dans la pensée allemande, marxiste ou non, la continuité d’un questionnement sur l’étranger et l’intellectuel, sur leur rapport à la société et sur la productivité intellectuelle de leur positionnement social.

13  Voir J. Hankins, « The “Baron Thesis” », art. cité, p. 309-338. Un volume collectif a également été consacré à l’examen critique de la notion d’humanisme civique : Renaissance Civic Humanism. Reappraisals and Reflections, J. Hankins éd., Cambridge, Cambridge University Press, 2000.

14  « […] tuum commune seu patriam », Coluccio Salutati, lettre du 8 juin 1366 à Andrea di Ser Conte, dans Epistolario, F. Novati éd., vol. I, livre I, vii, p. 26-28.

15  « Bello gallico, cum Senones occupassent Romam, Romanis in Capitolio Manlio duce clausis, Camillus, exul indignus, hostes a tergo percussit et ex urbe illa hostes expulit ad quam sibi non deberet esse reversio », Coluccio Salutati, lettre du 6 juin 1366 à Andrea di Ser Conte, ibid., livre I, vii, p. 20-21. En effet, selon Tite-Live (Ab urbe condita libri, V, xlix), Camille, bien qu’exilé, n’a pas hésité à prendre la direction des Ardéates pour prêter secours à la patrie après la victoire des Gaulois à la bataille de l’Allia.

16  L. Bruni, Oratio in funere Iohannis Strozzae, dans Id., Opere letterarie e politiche, Turin, Classici UTET, 1996, p. 708-748 (désormais : Oratio) : « caritas patrie » (p. 710 ; p. 740 et passim) ; « patrie caritas amorque » (p. 744) ; « Impendamus, inquit, patrie quam debemus pietatem » (p. 744-746).

17  Ibid., « Abiecisti animam pro patrie caritate », p. 742.

18  James Hankins a publié une lettre de Matteo di Simone Strozzi adressée à Nicolas III d’Este, marquis de Ferrare. Selon Hankins, la lettre, exhortant le seigneur de Ferrare à prêter assistance aux fils de Nanni Strozzi mort au combat, et accompagnant une copie de l’Oratio, fut rédigée par Bruni lui-même. La complémentarité de l’Oratio et de cette lettre d’accompagnement suggérerait, toujours selon Hankins, que l’oraison funèbre aurait été écrite en vue d’une réception extérieure au contexte strictement citadin. Voir J. Hankins, « The “Baron Thesis” », art. cité, p. 334-337.

19  Oratio, p. 734, 742.

20  Ibid., p. 734.

21  L. Bruni, Epistolarum libri VIII, L. Mehus éd., Florence, ex typographia Bernardi, 1741, rééd. anastatique, J. Hankins éd., Rome, Edizione di storia e letteratura, 2007, vol. I, p. 36. Cette lettre suit de peu l’élection de Grégoire XII, et Bruni exprime son espoir de voir le schisme enfin se résorber ainsi que sa volonté de participer à l’œuvre de paix du nouveau pape. Ce sont là les raisons, explique-t-il à son destinataire florentin, qui le dissuadent de présenter sa candidature à la chancellerie de Florence, une nouvelle fois vacante. La référence à l’« arretina civitas » est ainsi indissociable, à ce moment précis de la carrière de Bruni, d’une valorisation de l’italianité, voire de la « christianité », aux dépens d’un sentiment d’appartenance à la communauté florentine.

22  Les espoirs que Bruni avait placés en Grégoire XII sont rapidement déçus. Sa correspondance laisse en effet apparaître sa volonté lancinante de quitter la curie pour revenir à Florence. Bruni insiste auprès de ses amis afin qu’ils trouvent un moyen de le libérer de ses obligations envers le pape. En 1409, un décret de la Seigneurie le rappelle à Florence, sans doute sous l’influence de ses proches. Mais on le voit rapidement passer au service d’Alexandre V, élu la même année par le concile de Pise. Après la mort de ce dernier, Bruni est nommé à la chancellerie florentine qu’il dirigera du 29 décembre 1410 au 7 avril 1411, pour rejoindre ensuite la curie, jusqu’à Constance, dès décembre 1414, où la déposition de Jean XXIII par le concile le pousse à fuir et à rentrer à Florence. Ainsi, Florence, la cité de ses études et de ses amitiés humanistes, n’est en aucun cas le pôle unique de sa production littéraire. La cité toscane ne devient sa « patria » que graduellement, à mesure que son activité littéraire se confond avec la rédaction des Histoires, de 1415 à la fin de sa vie. Pour un aperçu de la biographie de Bruni, fondée sur une étude approfondie de sa correspondance privée, voir l’article du Dizionario biografico degli Italiani, vol. XIV, 1972, p. 618-633, écrit par Cesare Vasoli. Sur la carrière de Bruni à la curie, voir G. Gualdo, « Leonardo Bruni segretario papale (1405-1415) », dans Leonardo Bruni cancelliere della repubblica di Firenze. Convegno di studi, Firenze, 27-29 ottobre 1987, P. Viti éd., Florence, Olschki, 1990, p. 73-93.

23  Un des signes des efforts d’enracinement de Bruni à Florence est le mariage de son fils Donato avec Alessandra di Michele Castellani : voir L. Martines, The Social World of the Florentine Humanists, 1390-1460, Londres, Routledge and Kegan Paul, 1963, p. 199-210. Martines commente ainsi les enjeux de ce mariage : « On paper at least, Michele’s heirs thus found themselves in a condition of acute economic need, and this perhaps was why his widow, Bartolommea, eagerly negotiated a marriage for Alessandra in 1431 with the younger Bruni. The girl was fourteen years old, but the match established a connection with the heir of a wealthy statesman, lawyer, and renowned humanist. Noting these advantages, the Castellani had no trouble overlooking the fact that the Bruni were parvenus. Bruni also gained by the alliance : it drew around his own family, still new and unsteady, the traditions of a house identified with the most conservative current in the political life of Florence. » (p. 204) Les Castellani feront partie de la liste des exilés de 1434.

24  Sur l’importance du contexte politique et sur le choc des propagandes, voir P. Viti, dans L. Bruni, Opere letterarie e politiche, op. cit., p. 533-535. Selon Paolo Viti, la fonction des biographies de Dante et Pétrarque est essentiellement de défendre Florence contre la propagande viscontéenne. Si de telles motivations sont indéniables, elles ont toutefois tendance à réduire l’interprétation du texte à une exaltation du civisme de Dante, alors que la vision d’ensemble qui est donnée dans ce texte de la biographie du poète recouvre d’autres enjeux, qui ne relèvent pas d’une propagande politique à courte vue, mais posent le problème de l’assimilation, par la culture contemporaine, du legs politique du poète florentin.

25  La Vita di Dante contient ainsi la fameuse sentence : « Ora questa la verità certa et assoluta del nome et dell’effetto de’ poeti : lo scrivere in stilo litterato o vulgare non ha fare al fatto, né altra differenza è se non come scrivere in greco o in latino. / Ciascuna lingua ha sua perfetione et suo suono et suo parlare limato et scientifico ; pur, chi mi domandasse per qual cagione Dante piuttosto elesse scrivere in vulgare che in latino et litterato stile, risponderei quello che è la verità : cioè che Dante conosceva sé medesimo molto più atto a questo stile vulgare in rima che a quello latino o litterato. » (L. Bruni, Vita di Dante, dans Id., Opere letterarie e politiche, op. cit., p. 550). Contrairement à Baron, qui voit dans cette lettre un moment fondateur de la célébration de la langue vulgaire par « l’humanisme civique », Mirko Tavoni a clairement démontré la continuité de cette sentence avec la pensée exprimée par Bruni lors de sa controverse avec Flavio Biondo. Voir M. Tavoni, Latino, grammatica, volgare : storia di una questione umanistica, Padoue, Antenore, 1984, p. 42-49. Ainsi, selon nous, un des objectifs de Bruni, s’adressant au public florentin, si sensible à la question de la langue, consiste à montrer que sa théorie n’implique pas nécessairement une dépréciation du vulgaire.

26  G. Boccaccio, Trattatello in laude di Dante, P. G. Ricci éd., dans Tutte le opere di Giovanni Boccaccio, V. Branca éd., vol. III, Milan, Mondadori, 1974.

27  Pour une vision d’ensemble de la question, voir F. Bruni, « La proiezione dell’attualità politica sul passato. Note su cronisti, narratori, commentatori della Commedia nel xiv secolo », Modern Philology, vol. CI, no 2, novembre 2003, p. 204-234. L’auteur développe l’idée d’une « neutralisation » du message politique de Dante par les auteurs postérieurs et démontre une certaine continuité chez ces derniers – notamment entre Boccace et Bruni, mais aussi avec d’autres chroniqueurs et commentateurs de la Commedia –, continuité qu’il attribue à la défense des valeurs de la parte guelfa.

28  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 541.

29  Voir F. Bruni, art. cit. ; voir G. Boccaccio, Trattatello, op. cit., p. 237 (première rédaction) ; p. 497 (seconde rédaction, A). Sur le Trattatello, voir J. Bartuschat, Les « Vies » de Dante, Pétrarque et Boccace en Italie (xive-xve siècles) : contribution à l’histoire du genre biographique, Ravenne, Longo, 2007.

30  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 543.

31  Bruni emprunte ainsi à Villani l’idée que la division entre Blancs et Noirs trouve son origine à Pistoia. Voir G. Villani, Nuova Cronica, IX, xxxviii, G. Porta éd., Parme, Guanda, 1991, vol. II, p. 61-62 : « Ma come l’una pecora malata corrompe tutta la greggia, così questo maladetto seme uscito di Pistoia, istando in Firenze corruppono tutti i Fiorentini e partiro, che prima tutte le schiatte e’ casati de’ nobili, l’una parte tenea e favorava l’una parte, e gli altri l’altra, e appresso tutti i popolari ».

32  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 545-546.

33  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 542. Bruni cite une traduction en vulgaire d’un passage de cette lettre, traduction qui est l’unique témoignage que nous possédions de ce document.

34  Villani ignore pudiquement le contenu de cette lettre. Voir Nuova Cronica, X, cxxxvi, G. Porta éd., vol. II, p. 456 : « L’una [pistola] mandò al reggimento di Firenze dogliendosi del suo esilio sanza colpa », p. 336 ; Boccace l’attribue à l’espoir de revenir à Florence : « Il quale [Arrigo VII] sentendo Dante della Magna partirsi per soggiogarsi Italia, alla sua maestà in parte rebelle, e già con potentissimo braccio tenere Brescia assediata, avisando lui per molte ragioni dovere essere vincitore, prese speranza con la sua forza e dalla sua giustizia di potere in Fiorenze tornare, come che a lui la sentisse contraria. »

35  Sur l’utilisation du concept dantien de liberté par Antonio Loschi, voir ma communication : « La notion de liberté chez Coluccio Salutati et Leonardo Bruni », au colloque « Catégories et mots de la politique à la Renaissance », P. Moreno éd., Université de Liège, 30-31 mars 2008.

36  Dans le livre IV des Historiae, probablement écrit au début des années 1420, Bruni reprend ainsi la thèse de Boccace, qui consiste à affirmer que le ton de reproche (« increpatio ») doit être mis au compte d’un espoir de victoire : « Extat Dantis poetae epistola amarissima referta contumeliis, quam hac inani fiducia exultans, contra Florentinos, ut ipse vocat, intrinsecos scripsit, et quos ante id tempus honorificentissimis compellare solebat verbis, tunc huius spe supra modum elatus, acerbissime insectari non dubitat. Quod equidem nec levitati nec malignitati praestantis ingenio et doctrina viri tribuendum puto, sed tempori : est nim naturae proximum ut victores cum aliqua increpatione verborum ulciscantur. Ille vero in hoc deceptus, quod se iam inde putabat victorem », dans History of the Florentine People, J. Hankins éd., Cambridge (Mass.) - Londres, Harvard University Press (The I Tatti Renaissance Library), 2001, vol. I, p. 466-467.

37  L. Bruni, Vita di Dante, op. cit., p. 546-547 (nous soulignons).

38  Le refus de Dante d’assister au siège n’est pas mentionné dans le livre IV des Historiae.

39  Dans sa Notizia del Boccaccio e parallelo dell’Alighieri e del Petrarca, Bruni compare la biographie des deux poètes : « De’ quali due parlando, potiamo dire in questo modo, cioè che Dante nella vita activa et civile fu di maggiore pregio che ’l Petrarca, però che nelle armi per la patria et nel governo della repubblica laudabilmente si adoperò. Non si può dire del Petrarca questa parte, però che né in città libera stette, la quale avessi a governare civilmente, né in armi fu mai per la patria, la qual cosa sappiamo essere gran merito di virtù. » Toutefois, ce jugement est tout sauf définitif et se retrouve totalement renversé par Bruni : « Volgendo carta et dicendo le ragioni del Petrarca, si può rispondere al primo argomento della vita activa et civile ch’el Petrarca fu più saggio et più prudente in eleggere vita quieta et otiosa che travagliarsi nella repubblica et nelle contese et nelle sette civili, le quali sovente gittano tal frutto, quale a Dante addivenne essere cacciato et disperso per la malvagità degl’huomini et ingratitudine de’ popoli. » La vertu ne réside donc pas seulement dans la vie civile : « Ancora si può rispondere, in questa medesima parte della vita activa, che il Petrarca fu più constante in ritenere l’amicitia de’ principi, perché non andò mutando et variando come fe’ Dante. Et certo il vivere in reputatione ed in vita honorata da tutti i signori et popoli non fu senza grandissima virtù et sapientia et costantia. » (L. Bruni, Opere letterarie e politiche, op. cit., p. 559-560)

40 Ibid., p. 552.

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Baggioni, « La figure de l’exilé et la représentation de l’humaniste. Réflexions sur Hans Baron et Leonardo Bruni », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 18 November 2014, connection on 28 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/770 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.770

Top of page

About the author

Laurent Baggioni

Université Jean Moulin

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page