Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Angela De Benedictis, Tumulti. Moltitudini ribelli in età moderna

Bologne, Il Mulino (Studi e Ricerche), 2013, 300 pages, 27 €
Jean-Claude Zancarini
p. 157-160
Bibliographical reference

Angela De Benedictis, Tumulti. Moltitudini ribelli in età moderna. Bologne, Il Mulino (Studi e Ricerche), 2013, 300 pages, 27 €

Full text

1Angela De Benedictis, professeur d’histoire moderne à l’université de Bologne, apporte, avec ce livre passionnant, une nouvelle contribution d’importance à la réflexion sur la résistance et le droit de résistance à l’Âge moderne, réflexion qu’elle mène depuis de nombreuses années. L’ouvrage analyse des tumultes qui se déroulent en Italie, de la fin du xvie siècle à la fin du xviie siècle : les plus importants (mais d’autres sont convoqués au fil du texte) se déroulent à Urbino, cité sujette du duc Guidobaldo II della Rovere, en 1572-1573 ; à Messine, cité sujette de Charles II, le dernier Habsbourg d’Espagne, en 1674-1678 ; à Mondovì, cité sujette du duc de Savoie Vittorio Amedeo II, en 1680-1682 ; à Castiglione delle Stiviere, cité sujette de Ferdinand II des Gonzague de Solferino, vassal de l’empereur Léopold Ier, en 1691-1694.

2Tumulti n’a pas pour objet la reconstruction de l’histoire sociale et politique de ces tumultes et soulèvements (même si les apports de la plus récente littérature historique sont donnés aux lecteurs) mais se concentre sur un problème central : dans chacun des cas étudiés, les multitudes qui se soulèvent contre des décisions jugées injustes du pouvoir sont accusées de rébellion et donc du pire des crimes, le crime de lèse-majesté (sur lequel De Benedictis rappelle les acquis pionniers du livre de Mario Sbriccoli, Crimen laesae maiestatis. Il problema del reato politico alle soglie della scienza penalistica moderna, Milan, Giuffrè, 1974) par les supérieurs dont les villes étaient sujettes. Mais les insurgés refusaient cette accusation et affirmaient leur droit à la résistance contre l’injustice. L’accusation de désobéissance et de rébellion était donc l’occasion, pour les communautés insurgées, de justifier leur action par les arguments de l’autodéfense et de la résistance licite.

3De Benedictis s’intéresse donc d’abord au débat juridique qui se déroule à propos du sens à donner à l’action collective de résistance contre une décision supérieure qui remet en question ce que la communauté considère comme un droit. Face à l’accusation qui voit dans le soulèvement de la multitude contre son prince un acte de rébellion, un crime de lèse-majesté, il existe une autre ligne d’interprétation juridique, qui date au moins du xiiie siècle, comme le montre l’affirmation selon laquelle les sujets ont le droit de résister aux officiers du fisc lorsqu’ils commettent des abus, présente dans le commentaire sur les trois derniers livres du code de Justinien par le juge Roland de Lucques (récemment publié par E. Conte et S. Menziger, La Summa trium librorum diRolando da Lucca (1195-1234), Rome, Viella, 2012). Cette conception de la justice (mise en évidence par Diego Quaglioni dans son livre À une déesse inconnue, Paris, Publications de la Sorbonne, 2003) se poursuit jusqu’à l’âge baroque. Selon cette tradition, les sujets pouvaient légitimement résister au prince, parfois même en prenant les armes contre lui ; dès lors que le prince ne voulait plus reconnaître les conventions établies avec ses sujets, ceux-ci avaient le droit de défendre leur bien public et de refuser de vivre sous ce qui devenait un pouvoir tyrannique.

4Il y a au fil des chapitres et des analyses de la littérature juridique à propos des tumultes une mise en évidence de cette ligne interprétative et de la permanence des arguments en faveur de la résistance licite de la multitude, au point que même les juristes qui défendaient les raisons des princes devaient en tenir compte dans leurs propres argumentations. Le livre commence par l’analyse des interrogatoires des accusés lors du procès consécutif au tumulte d’Urbin, interrogatoires dans lesquels les accusés, qui sont pour certains des juristes, réfutent l’accusation de crimen laesae maiestatis et revendiquent la légitimité de la résistance de la communauté (« Eravamo tutti i cittadini, et i plebei, d’un volere », déclare un des accusés, Severo Paltroni, membre du conseil perpétuel d’Urbin, un des ambassadeurs envoyés par la ville au duc) face au juge Negrelli qui connaît lui-même fort bien ces arguments et tend à ramener le soulèvement populaire à l’action consciente et manipulatrice d’un petit groupe de rebelles qu’il s’agit pour lui de définir et de punir en tant que tels : onze accusés furent condamnés à mort et parmi eux, il y avait six juristes, membres du collège des docteurs d’Urbin.

5Le deuxième chapitre, « Né disobbedienti, né ribelli », montre comment ces arguments naissent parallèlement au système du crimen laesae maiestatis et à la définition du rebelle, au début du xive siècle, et continuent à être présents jusqu’au xviie siècle. De Benedictis examine le débat juridique lié au conflit entre l’empereur Henri VII et les cités italiennes, avec la promulgation des constitutions impériales de 1313 qui fondaient l’équivalence resistere = rebellare et, en retour, les réponses juridiques des cités, la constitution Pastoralis cura du pape Clément V qui donnait raison à ces dernières puis le commentaire de Bartolo da Sassoferrato à la constitution impériale Qui sint rebelles où il précisait qu’en certains cas, la résistance demeurait licite ; puis la défense par le canoniste Zabarella des habitants de Trente qui, en 1407, avaient séquestré leur prince-évêque « propter multas extorsiones » ; l’analyse du cas d’Agen en 1514, de Goncelin en 1539. L’auteur montre comment ces idées sur l’existence de formes licites de résistance de la multitude sont communément répandues dans l’ensemble de la littérature jurisprudentielle de droit commun.

6Dans le troisième chapitre, c’est la diffusion culturelle de cette conception qui est mise en évidence, avec la pièce de Lope de Vega Fuente Ovejuna (1619) ou les Emblemas morales de Sebastiàn Orozco de Covarubbias, à propos de la révolte de 1476 ; avec la Noticia Universal de Cataluña de Viladamor qui, en 1640, présente en termes de droit (« a los terminos de derecho ») l’insurrection des Catalans contre le duc d’Olivares ; enfin avec les textes qui commentent la révolution napolitaine de 1647. Après la mise en évidence de ces fondements doctrinaux et culturels, De Benedictis retourne aux études de cas proprement dites, avec les quatrième et cinquième chapitres.

7Dans le quatrième chapitre, elle présente la rébellion de Messine (1647-1648) vue par un de ses accusateurs, Ignazio Gastone, dans un texte qui avait pour fonction de justifier les mesures prises par le prince à l’encontre de la communauté et prenait ouvertement le contre-pied de la thèse selon laquelle une universitas, parce qu’elle n’était pas un vrai corps mais un corpus fictum, ne pouvait commettre un crime de lèse-majesté ; puis la guerre du sel de Mondovì, analysée à la fois en partant d’un texte favorable aux raisons de la cité (la Relazione de’ successi seguiti nella Città e Mandamento di Mondovìgli anni 1680-81-82, de Giovanni Andrea Battista Cordero) et du texte accusateur du directeur de la Province, Tommaso Pallavicini, le Stato della Città di Mondovì…, pour lequel toute excuse était illégitime.

8Dans le cinquième chapitre, « Non obbedire mai per paura », qui traite de la longue résistance (1689-1694) de Castiglione delle Stiviere face à son prince, Ferdinand II, de la dynastie des Gonzague de Solferino, c’est le texte d’un juriste, Antonio Gobbi (1633-1699), qui est au centre de l’analyse : il affirme le droit du sujet à « resistere qualunque volta venga attentato d’aggravarlo ed a tale effetto prendere l’Armi per difesa del ben pubblico, e delle proprie persone, e beni senza incorso di Criminalità ».

9On a donc un ouvrage qui montre comment pendant plusieurs siècles (et bien plus tard que ce que l’on pense généralement) coexistent, dans la communis opinio doctorum, deux lignes juridiques d’interprétation des actes de soulèvement des multitudes : l’une qui se fonde sur le système du crimen laesae maiestatis et met immédiatement en équivalence tout acte de résistance avec une rébellion, l’autre qui naît en parallèle et admet la possibilité d’une résistance légitime, qui peut aller jusqu’à la prise d’armes, lorsque les droits d’une communauté sont remis en cause ou bafoués. Cette dernière peut servir de guide dans l’action politique menée par une universitas, en influencer les mots d’ordre et les formes d’action, permettre le lien entre cittadini e plebei. C’est, évidemment, un livre important pour tous ceux qui réfléchissent aux formes de résistance à l’âge moderne et plus largement aux formes d’action politique et d’élaboration de la pensée politique : il oblige à avoir en tête que la langue du droit ne devrait jamais être absente d’une telle réflexion. Au-delà de cet intérêt historiographique et théorique, ce livre pourrait contribuer à la réflexion proprement contemporaine sur le rôle des conflits et des actes de résistance, souvent menée à partir de Machiavel et de Spinoza. C’est une constatation que « la résistance continue », que des peuples et des communautés sont engagés dans des soulèvements, mènent des actes de résistance et remettent en question des pouvoirs illégitimes. Après avoir lu ce livre, on se dit qu’il faudrait que les rebelles contemporains aient à leur disposition un système de valeurs partagées (c’est là une formulation approximative pour indiquer quelque chose qui jouerait le rôle de la doctrine de droit commun et de la conception de la justice qui y était liée pour les tumultes de l’âge moderne). Angela De Benedictis rappelle sobrement dans sa conclusion que le comparatisme passé/présent n’est pas chose facile et termine par une phrase lapidaire : « Sono problemi aperti. » On ne peut que la remercier vivement d’avoir contribué, de façon érudite et rigoureuse, à les poser.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Claude Zancarini, « Angela De Benedictis, Tumulti. Moltitudini ribelli in età moderna », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 19 November 2014, connection on 24 June 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/775

Top of page

About the author

Jean-Claude Zancarini

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page