Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Gabriele Pedullà, Machiavelli in tumulto. Conquista, cittadinanza e conflitto nei Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio

Rome, Bulzoni, 2011, Europa delle corti / Biblioteca del Cinquecento, 635 pages, 44 €
Jean-Louis Fournel
p. 169-173
Bibliographical reference

Gabriele Pedullà, Machiavelli in tumulto. Conquista, cittadinanza e conflitto nei Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio. Rome, Bulzoni, 2011, Europa delle corti / Biblioteca del Cinquecento, 635 pages, 44 €

Full text

1Le fort volume publié par Gabriele Pedullà propose une enquête polymorphe sur un vieux problème de l’histoire des idées politiques : la question du conflit chez Machiavel. Mais, s’il est vrai que ce qui constitue l’une des provocations machiavéliennes majeures (le caractère positif des « tumultes ») a fait l’objet de maintes études, aucune n’a abordé la question comme le fait l’ouvrage discuté ici. L’auteur déplace en effet le questionnement en échappant à une logique purement thématique et interne, chère à la vieille histoire des idées. Il reconstitue ainsi la généalogie de la question à travers deux lectures complémentaires : la lecture que les humanistes du Quattrocento font des sources antiques, et la lecture de ces sources antiques mais aussi de leur truchement humaniste par Machiavel lui-même. Du coup, est repensée une question de méthode classique des études sur l’humanisme, ainsi que le problème crucial du rapport spécifique de Machiavel avec cette tradition humaniste. Est interrogée également la forme de continuité et de discontinuité entre tradition classique et modernité politique – avec comme conséquence un examen sans concession des positions de l’école dite « de Cambridge ». Enfin, ce sont une série de nœuds de la critique machiavélienne qui sont par là même présentés différemment : outre la nature, les effets et la diversité des « tumultes », on peut citer à ce titre, entre autres, la place du peuple dans la vie politique, la forme (voire les formes) possible(s) du gouvernement « mixte », la stabilité des institutions, l’inscription de la république dans un espace qui ne soit pas restreint (d’où l’importance de l’horizon de la conquête).

2Dans une introduction importante (p. 11-80), Pedullà parcourt l’histoire de la notion de concorde et de la réflexion sur les tumultes en déployant une maîtrise impressionnante de la bibliographie critique comme des sources primaires, mettant l’érudition au service de véritables thèses et d’une capacité à prendre des positions claires, sans craindre la polémique. Le thème du conflit n’est pas abordé ici de façon abstraite comme un topos de la philosophie politique, mais il engage l’approche d’un éventail de notions qui ont en commun de revenir à la racine de la logique même des Discours, soit le fait de savoir comment faire pour que l’histoire de la Rome républicaine reste source d’exemples malgré les critiques qui lui ont été adressées à travers les époques depuis Cicéron. L’importance du conflit (ou plutôt de certains conflits) pour la sauvegarde la liberté n’est pas conçue dans cette perspective comme un instrument de rhétorique paradoxale, mais comme une condition nécessaire pour désamorcer une mine qui pourrait saper les bases de la tradition humaniste et sauver l’exemple romain, quitte à l’historiciser radicalement.

3Dans l’analyse des sources de l’œuvre machiavélienne datant du xve siècle, l’auteur ne s’en tient pas à l’identification de ces sources mais entreprend une véritable relecture des textes (à la lumière du questionnement initial). Cela permet de rouvrir aussi le chapitre (conséquent) de la lecture machiavélienne des auteurs antiques mais en l’abordant au travers des modalités de leur réception au Quattrocento, grâce à une tentative pour cartographier les manques, les choix, les hiérarchies de lectures qui, pour Machiavel, ne vont jamais de soi et en font le porte-drapeau de ce que l’on est en droit de qualifier d’humanisme critique. La reconstitution initiale de la vie du topos sallustien « concordia parvae res crescunt, discordia maximae dilabuntur » représente un exemple de méthode éclairant pour l’humanisme politique ; au-delà de l’histoire de ce lieu commun, des figures particulières sont dépoussiérées au passage (comme par exemple le Siennois Francesco Patrizi) et des permanences parfois négligées sont rappelées (comme celle d’un aristotélisme toscan ou de l’héritage de certains antiquari tel Flavio Biondo).

4L’ouvrage de Pedullà suit particulièrement deux directions : la confrontation de la notion de conflit avec celle de conquête et de citoyenneté (ce qui rend d’ailleurs possibles des échos non forcés avec des situations récentes) et la focalisation sur le texte des Discours. Ce dernier parti pris permet à l’ouvrage de ne pas se perdre dans des réflexions trop théoriques et de préserver la lettre du texte machiavélien, un texte qui fonde à la fois la position originale sur les tumultes et, dès son prologue, la requête d’une nouvelle forme d’humanisme – ou d’un nouveau classicisme – politique. La vexata quaestio des tumultes devient dès lors beaucoup plus qu’un passage obligé de l’archéologie de la conflictualité dans la pensée politique moderne (où l’on risque de se servir de Machiavel plus de l’étudier) : il est le cœur battant du système-Discours : « racchiude in piccolo l’intero progetto dei Discorsi [in quanto] paradigma di tutti gli errori dei moderni quando si accostano alla vicenda di Roma » (p. 102). La lignée dans laquelle il s’inscrit est celle d’« un progetto politico classicista (classicista perché non più classico, ma incentrato sul tentativo di riattingere da moderno, a una classicità perduta », p. 93-94). L’« attacco senza precedenti alla teoria umanistica della concordia » lancé dans les Discours (I, 4) se fait ici proposition de récupération d’un savoir perdu (cette mémoire de la division, qui permet de définir les conflits comme des « inconvenienti necessari »). Cette troisième voie, ni classique (à la Leo Strauss) ni moderne (hobbesienne), ne devient pas dominante dans l’histoire de la pensée politique européenne mais elle y acquiert une influence indéniable. L’enjeu de l’ouvrage devient donc d’accepter la fécondité de « fraintendimenti creativi di grande valore » (p. 72), et de refuser de « ricostruire soltanto genealogie del presente » dans lesquelles « rischia di andar perduto […] precisamente il Machiavelli storico » (p. 77), surtout pour ce qui est de ces plus « inquietanti » mais aussi plus « vitali » considérations.

5Les chapitres du livre abordent successivement l’« inconveniente necessario » des tumultes, le rôle de la peur dans les dynamiques politiques (qui induit une crise de la pédagogie de la vertu humaniste), la « guardia della libertà », la « citoyenneté » au sein d’une république impériale, le choix de la constitution mixte (avec la redécouverte de l’héritage de Denys d’Halicarnasse). Chapitres auxquels s’ajoutent deux annexes tout aussi significatives consacrées respectivement à l’étude des traditions « anti-romaines » et à l’institution de la dictature dans la Rome antique.

6La relecture des sources antiques permet la seule imitation qui vaille : celle qui établit un va-et-vient entre la quaestio et les exigences de l’histoire contemporaine, y compris en tenant compte de la temporalité et de l’espace particuliers de celle-ci : Pedullà écrit très bien à ce propos que « Machiavelli concepisce dunque i Discorsi innanzitutto come una sorta di pedagogia della lettura, un’ermeneutica del testo scritto, vale a dire un sussidio esplicitamente concepito per insegnare ai propri contemporanei a valersi con profitto delle storie antiche » (p. 93). Le cas des tribuns de la plèbe sert ainsi à analyser le contrôle du conflit (afin d’éviter qu’il ne se fasse division négative) mais aussi à critiquer toute « quiete » excessive, car elle laisse « la repubblica senza strumenti per resistere ai cittadini ambiziosi » (p. 216). Les tumulti sont perçus comme une question d’abord romaine (et d’une Rome qui n’est pas livresque, l’attention de l’auteur se portant sur la reconstitution des luttes politiques internes et non sur les seuls discours) et florentine (dans la mesure où elle est susceptible de servir la république – voir p. 173 et suiv.). Les bons tumultes, du coup, débouchent donc toujours sur des processus de pacification inachevés, ce qui conduit chacune des parties en présence (le peuple et les Grands avant tout, mais aussi les soldats) à ne pas renoncer à leurs désirs spécifiques, comme s’il était nécessaire à la fois d’accepter le caractère inéluctable du conflit et de mettre au point son contrôle par des procédures collectives – fragiles mais fécondes. Peut-être y a-t-il d’ailleurs là un point qui mérite discussion, car il peut tendre à mettre sur un pied d’égalité le peuple et les Grands en oubliant l’animosité de Machiavel envers les seconds (une animosité plus productive dans la réflexion que l’expression épisodique d’une certaine méfiance à l’égard du peuple). On ne doit jamais oublier ce que Pedullà rappelle d’ailleurs très bien lui-même (p. 250-251), à savoir que les Discours – selon une belle définition de Corrado Vivanti – sont une institutio populi.

7L’étude de la peur comme ressort actif de la vie politique constitue aussi un exemple parlant de la productivité d’une réflexion sur les « tumultes ». Au fil d’une taxinomie qui distingue entre la peur-suspicion et la peur-frein (p. 243), l’auteur repense la question de la menace de la loi – puisque « la legge (come disciplina esterna) costituisce un rimedio più sicuro dell’educazione (come disciplina interna) », p. 256 –, mais il introduit aussi un thème qui sera développé plus tard : la force de la logique de conquête, « imperialista ». L’articulation entre les « bons tumultes » et la guerre extérieure construit, à l’intérieur de la république, une forme de concorde provisoire mais efficace. De même, la notion de peuple est revisitée alors qu’elle s’avère si difficile à cerner et si capitale pour comprendre la proposition d’un « gouvernement mixte ». C’est là le but commun des chapitres 3 (sur « la guardia della libertà »), 4 (sur le « diritto di cittadinanza ») et 5 (sur la remise en cause de l’importance de la source polybienne au profit de Denys d’Halicarnasse).

8Parfois la finesse de l’analyse du texte source de l’antiquité pourrait produire une torsion interprétative du texte d’arrivée, ou du moins sa subordination, mais un tel risque est dépassé dans le chapitre qui est peut-être le plus symbolique du travail de Pedullà : celui qu’il consacre à la place des textes de Denys d’Halicarnasse dans les sources machiavéliennes, et qui constitue une véritable découverte critique, dans la mesure où il ne s’agit pas seulement d’ajouter une source classique à la liste de celles que nous connaissons, puisque cette source change l’analyse des tumultes et la compréhension de la relation de Machiavel avec Tite Live.

9L’ouvrage se clôt sur deux appendices qui ne sont pas le fruit du hasard, puisqu’ils traitent de l’histoire des critiques adressées au modèle romain avant Machiavel (ces critiques qu’il convient de réfuter pour que l’opération herméneutique propre au système-Discorsi fonctionne) et à la figure juridique romaine de la dictature comme magistrature spécifique de l’état d’urgence (question qui porte en elle le choix fréquent de la critique de privilégier le Prince par rapport aux Discours). Plus que par la proposition, à la fin du dernier chapitre, d’une nouvelle périodisation ambitieuse de l’histoire de la pensée politique, le livre de Pedullà vaut parce qu’il montre l’importance du « radicale sovvertimento delle pratiche di lettura correnti » (celle des humanistes) afin de mettre en évidence, au-delà des « contenuti », un « stile di pensiero, che ha reso possibile la nascita di questo o di quel concetto » (p. 514).

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Gabriele Pedullà, Machiavelli in tumulto. Conquista, cittadinanza e conflitto nei Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 19 November 2014, connection on 25 May 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/788

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page