Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Gigliola Di Renzo Villata éd., Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, vol. VII (18 settembre 1782 - 16 maggio 1792)

Rome, Edizioni di storia e letteratura (Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri), 2012, 510 pages, 48 €
Pierre Musitelli
p. 175-175
Bibliographical reference

Gigliola Di Renzo Villata éd., Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, vol. VII (18 settembre 1782 - 16 maggio 1792). Rome, Edizioni di storia e letteratura (Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri), 2012, 510 pages, 48 €

Full text

1« Lo stato in cui tu sei è una malattia, ma è una malattia che non può capitare se non a un’anima generosa, nobile, delicata come la tua. Lo specchio e la verga di Ubaldo dove le troverei ? », écrivait Pietro à Alessandro Verri le 29 octobre 1782 (p. 47). C’est sous les auspices de cette image littéraire, à la fois délicate et cinglante, que s’ouvre le volume des lettres pour la plupart inédites échangées au cours de la décennie 1782-1792 par les frères Verri. Alessandro vivait depuis quinze ans, à Rome, une relation tumultueuse avec la marquise Boccapaduli dont il était devenu si ce n’est l’amant, du moins le confident, puis le factotum, l’indispensable gardien de l’économie domestique. Il souffrait de l’emprise de cette femme (« Vorrei essere libero e la catena mi pesa a un segno che non posso sufficientemente esprimere », p. 41), mais il redoutait la perspective d’un retour à Milan, le lieu de ses premiers engagements au service des Lumières, où il serait retombé sous la tutelle de son frère aîné. Car Alessandro, qui avait toujours refusé une carrière d’« impiegato », vivait à Rome de la générosité de ses proches pour se consacrer à la littérature, à la traduction et aux délices de l’anticomanie. C’était, il en avait bien conscience, une illusion d’indépendance qui le condamnait à rester tributaire de deux figures protectrices, mais possessives et adverses : Pietro et Margherita – l’homme engagé, énergique, qui se définissait lui-même par sa constance et sa vertu (« Il mio difetto radicale è d’aver l’animo alieno dal placido riposo e spinto ad agire », p. 46), et la femme de palais, aristocrate mondaine et cultivée, qui avait encouragé Alessandro à s’adonner au genre romanesque. Pietro se méfiait d’elle, estimant à mots à peine voilés qu’elle avait détourné son frère de la plus noble cause des « progrès de la raison » en l’empêchant de rentrer à Milan. Il faisait d’elle une Armide, l’enchanteresse qui, dans la Jérusalem délivrée, séduit Renaud jusqu’à ce qu’Ubalde vienne tendre à ce dernier un bouclier afin qu’il y contemple sa déchéance et sa faiblesse. Mais c’est en vain que Pietro s’efforçait de rappeler son frère auprès de lui. L’heure était pourtant grave : à l’automne 1782, leur père, sénateur, venait de mourir. La présence d’Alessandro était instamment requise en raison de ses compétences juridiques et, surtout, de la nécessité où se trouvaient les quatre frères Verri de s’entendre au sujet de la répartition des biens et de la régularisation de leurs dettes respectives. Pourtant, Alessandro refusait obstinément de mettre un terme à son exil volontaire, afin de ne pas s’exposer aux « disperazioni, scandali, e smanie » de sa compagne qui vivait, disait-il, dans la hantise de se voir abandonnée.

2Les tempéraments bien dessinés d’Alessandro et de Pietro s’opposent : le placide homme de lettres, enclin à la conciliation (« pronto a cedere finchè si può, piuttosto che a contrastare », p. 23), rechigne à prendre le parti de son aîné dans la lutte qui l’oppose bientôt à ses cadets et n’hésite pas à lui reprocher son « impetuoso procedere » qui suscite bien des crispations ; Pietro, pour sa part, déterminé à faire valoir ses droits de primogéniture, notamment pour consolider le patrimoine de sa femme et de ses nombreuses filles en l’absence d’héritier mâle, préfère se résoudre au conflit plutôt que de céder aux « accusations » de ses frères qu’il juge infondées. Il bâtit dans ses lettres une image stoïque, voire héroïque de sa propre personne (« la mia vita è quella d’un uomo che ha sempre onoratamente battuta la strada della giustizia e del dovere ; il mio destino è quello di non aver mai fatto disonore o ingiuria alla mia famiglia, e d’avervi trovati i più restii fra gli uomini a farmi giustizia, e i più impegnati a nuocermi », p. 306). La nomination d’un médiateur, devenue inévitable, marquait le début d’une longue et coûteuse série de procès publics.

3C’est un spectacle assurément peu glorieux de voir l’amitié épistolaire des frères Verri s’embourber des mois durant dans un conflit judiciaire complexe qui transforme l’ancien « sacrario dell’amicizia » en un espace de défiance et de déchirements. « Vedo che omai siamo due stromenti incordati sopra due coristi che non sono unisoni ; la colpa sarà mia, sarà mio l’errore, ma certamente oggidì la verità non la rimiriamo tutti due per lo stesso verso come mentre eravamo più giovani », constate Pietro en novembre 1782 (p. 63). L’éloignement intellectuel des deux frères avait commencé bien des années plus tôt, après le retour d’Alessandro en Italie, au lendemain de son voyage à Paris et à Londres à l’hiver 1766-1767 ; mais il avait longtemps été masqué, dans leurs échanges, par l’expression d’une affection profonde et des marques d’estime réciproques. Cette relation de confiance exclusive se brisa dès lors qu’Alessandro décida d’embrasser la cause des « cadetti ». Pour Pietro, ce fut une trahison, le coup de grâce donné à l’ancien compagnonnage de l’Accademia dei Pugni : « Io considero quest’avvenimento come il più impensato della mia vita. Beccaria mi ha voltate le spalle, ma dopo cinque anni d’amicizia e per debolezza non per interesse. Lambertenghi ha pure contribuito a disingannarmi dell’amicizia, ma né col primo né col secondo ho mai conosciuta la analogia che passa tra le nostre due anime » (p. 66).

4À partir de juin 1783, les échanges s’amenuisent. Alors qu’Alessandro s’attriste du silence de son frère « dopo tanti anni di affettuosa amicizia » (p. 245), la réponse de Pietro lui parvient sous la forme d’un long réquisitoire peu amène où le tutoiement, de rigueur dans le carteggio depuis 1766, cède au vouvoiement. « Il più nobile, decente, e virtuoso partito è il silenzio », conclut l’aîné, qui ajoute sèchement : « Manca per ora argomento per un continuato carteggio che per alcuni mesi è sopravissuto accozzando a stento le novelle giornali » (p. 250). Après quelques lettres sporadiques, le dialogue s’interrompt jusqu’en 1789. En lieu et place des missives habituelles, Pietro Verri compose une série de Memorie privées, publiées dans le présent volume, dans lesquelles il revient en détail sur le déroulement et le règlement du procès, ainsi que sur le calcul des dettes de chacun, et en particulier d’Alessandro dont il avait financé le voyage puis le séjour romain entre 1766 et 1782. Il est intéressant de confronter à ces textes, où prévaut la logique comptable et l’intérêt supérieur de la famille, les lettres qu’Alessandro échangea au cours de cette même période avec le comte Greppi, dont certaines furent publiées en 1939 par Carlo Antonio Vianello (« Dal carteggio inedito di Alessandro Verri con il conte Antonio Greppi », Archivio storico lombardo, n. s., fasc. 3-4, lugl.-dic. 1939). Elles font entendre la voix d’un cadet habitué à vivre dans la dépendance de son aîné et contraint, depuis plusieurs années déjà, à faire preuve de prudence pour de ne pas « urtar l’opinione di chi non soffre la controversia » (ibid., p. 436-437). « Egli, ripieno di meriti e di virtù, non aveva quella della tolleranza alle altrui contraddizioni », écrivait-il encore à Isidoro Bianchi (ibid., p. 438-439). Mais la conclusion du procès fit une nouvelle fois l’implacable démonstration de la nécessité du compromis, si ce n’est de la résignation, pour les cadets tentés de transiger avec la loi de la primogéniture. Le carteggio reprit progressivement à partir de décembre 1789, au lendemain d’une visite d’Alessandro à Milan, bien conscient, au moment où se fixaient les termes de la distribution des biens, de la nécessité de se ménager la mansuétude de Pietro pour mieux protéger ses intérêts. Il en profita pour donner l’accolade à son frère qui l’accueillit froidement mais lui sut gré, quelques mois plus tard, d’avoir pris l’initiative de la démarche. Il était encore trop tôt pour parler de réconciliation : « Siamo impossibilitati a intenderci », écrivait Pietro (p. 308), qui attendait de son frère qu’il reconnaisse ses torts. Il faudra donc qu’Alessandro fasse acte d’allégeance, si ce n’est de repentance, pour que le dialogue entre les deux frères renoue progressivement avec plus de cordialité : « L’assenza, la male intelligenza, le mie delicate circostanze rendevano fra noi difficile il dialogo chiaro. Io mi sono finalmente risoluto ad abbandonarmi a voi », écrit-il le 28 avril 1792 (p. 449). Pas d’épilogue heureux, mais, comme le dit G. di Renzo Villata, « solo l’avvio di una fase più serena, meno punteggiata da contrasti che dureranno fino alla morte di Pietro » (p. xxvi).

5On le conçoit, les thèmes abordés dans ces lettres s’avèrent infiniment moins variés que dans les volumes précédents. Le repli de la correspondance sur des questions privées et familiales induisent un silence inédit dans le carteggio sur les événements historiques qui se déroulent en arrière-plan. La Révolution n’est qu’allusivement évoquée par Alessandro à l’occasion de lettres sur l’inquisition romaine et le procès du comte de Cagliostro, qui nourrit à Rome un sentiment anti-français et la crainte des complots maçonniques. Il faut se pencher sur les écrits privés de Pietro réunis dans le volume VI de l’Edizione nazionale pour y trouver les textes qu’il consacre à cette époque à la situation française et italienne.

6Si l’actualité littéraire continue d’agrémenter certaines missives, elle devient, là encore, un terrain de confrontation bientôt déserté. Des Nuits romaines, roman auquel travaille Alessandro de 1782 à 1792, pas un mot n’est dit dans un carteggio qui était autrefois un espace de discussion et de révision des œuvres. Le dialogue se clive en une opposition entre le romancier qui, sensible à la « maestosa placidezza » du style des Anciens, avance une vision classiciste et formaliste, et Pietro qui se prononce en faveur des livres « utiles », notamment pour rendre hommage à l’action des encyclopédistes (« i libri legislatori, quei che decidono col tempo del destino d’un Regno e di più regni », p. 230). C’est dans une même perspective qu’il tempérait « l’entusiasmo tragico » de son frère pour Alfieri. Le dramaturge piémontais rencontrait alors un succès considérable dans les salons romains où il jouait ses tragédies. Tandis qu’Alessandro, enchanté par une lecture de Saül à l’académie des Arcades, voyait en Alfieri « l’autore che fonderà la tragedia italiana » (p. 77), Pietro faisait part de ses nombreuses réserves : « le gare ripetute di morire un per l’altro, la previsione facile degli avenimenti, la mancanza quasi continua d’interesse, la elocuzione più epica che drammatica, la inverosimiglianza di caratteri atroci sino alla esagerazione a me fanno credere che l’Autore non si distinguerà molto dagli altri nostri Tragici » (p. 203). L’un avait pour lui la lucidité des jugements littéraires, l’autre la clairvoyance de l’analyse politique et sociale des événements de la fin du siècle, comme le montreront parfaitement les lettres des années 1792 à 1797 réunies dans le volume VIII (2008).

7Préfacé et annoté par Gigliola Di Renzo Villata, qui a scrupuleusement retracé dans divers articles l’histoire du conflit judiciaire entre les frères Verri à partir de leurs archives privées et de la documentation notariale conservée à l’Archivio di Stato de Milan, le présent volume VII vient combler les lacunes de l’ancienne édition de la correspondance dirigée par la Società storica lombarda, qui s’interrompait en septembre 1782. Aux quelques lettres déjà connues, publiées dans diverses anthologies et articles (Casati 1879-1881, Seregni 1943, Ricuperati 1975), s’ajoutent une majorité de lettres et mémoires inédits. Il est à noter que le dialogue épistolaire semble d’autant plus fragmentaire et irrégulier que de nombreuses lettres, notamment de l’aîné, sont perdues, tout comme les autographes originaux d’Alessandro, dont ne subsistent que des copies parfois lacunaires. À présent que sont publiés les deux volumes des lettres de 1782 à 1797 qui inaugurent la réédition critique intégrale du Carteggio dans le cadre de l’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri, nous attendons la mise en chantier des volumes I à VI, qui couvriront les seize premières années de la correspondance, les plus belles et spontanées de cette œuvre à quatre mains.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Musitelli, « Gigliola Di Renzo Villata éd., Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, vol. VII (18 settembre 1782 - 16 maggio 1792) », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 19 November 2014, connection on 25 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/793

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page