Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Fabio Di Giannatale, Escludere per governare. L’esilio politico fra Medioevo e Risorgimento ; Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni ; Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento

Laura Fournier Finocchiaro
Référence(s) :

Fabio Di Giannatale, Escludere per governare. L’esilio politico fra Medioevo e Risorgimento. Milan, Mondadori, 2011, 218 pages, 17 €

Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni. Rome-Bari, Laterza, 2011, 382 pages, 28 €

Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento. Bologne, Il Mulino, 2011, 370 pages, 30 €

Texte intégral

1La question des déclinaisons multiples de l’exil politique italien au cours du Risorgimento a suscité plusieurs travaux lors de ces dernières années, dont trois ouvrages importants publiés en 2011, l’année du cent-cinquantenaire de l’Unité italienne. Ceci n’a rien d’étonnant dès lors que l’historiographie italienne a véhiculé l’idée que l’exil était un « élément de l’histoire particulière de la voie italienne de construction nationale et étatique » (G. Ciampi, « L’emigrazione », Bibliografia dell’età del Risorgimento : 1970-2001, vol. II, Florence, Olschki, 2003, p. 1181).

2Le premier volume, Escludere per governare. L’esilio politico fra Medioevo e Risorgimento, recueille les contributions présentées lors d’un colloque qui s’est tenu à Teramo en 2009. L’étude des formes de l’émigration politique dans la longue durée permet de montrer qu’il n’y a pas de véritables « moments » d’exil en Italie : il s’agit au contraire d’une pratique ordinaire de « gouvernement » très souvent institutionnalisée, aussi bien dans les régimes despotiques que dans les régimes républicains, notamment sous l’Ancien Régime. La transition de l’Ancien au « Nouveau » Régime marque cependant un changement : le passage de l’esiliato (l’exilé) à l’esule (le proscrit), le romantisme ayant créé un véritable « mythe du proscrit » – mito dell’esule (p. viii).

3À l’époque du Risorgimento, la caractérisation idéologique et politique de l’émigration italienne est marquée par la question de l’indépendance et de l’unification nationale. L’historiographie reconnaît aujourd’hui le rôle décisif joué par les émigrés politiques dans la « construction de la nationalité » (F. Di Giannatale, p. 10). En revanche, peu d’études ont tenté d’évaluer plus globalement l’apport des réflexions des protagonistes du Risorgimento en exil, non seulement sur la question « intérieure » de l’indépendance, mais aussi sur le débat politique continental, alimenté par les intellectuels italiens dispersés à l’extérieur des confins nationaux, qui, par le biais d’un parcours à double sens entre l’Italie et l’Europe, ont été des « vecteurs classiques » de la circulation des idées. L’exil risorgimental révolutionnaire, qui prend son essor avec les premières migrations au lendemain du Triennio repubblicano (1796-1799) et qui se présente comme « moderne et profondément différent dans ses motivations et ses modalités, par rapport aux précédents connus dans les pays européens » (ibid.), ne doit cependant pas masquer l’existence d’une internationale « blanche », contre-révolutionnaire ou légitimiste, qui est étudiée dans le volume à travers l’exemple de l’illuminista anti-rousseauiste Francesco Soave (G. Carletti, p. 139-160), exilé volontaire à Lugano. Adolfo Noto étudie quant à lui les débats intenses sur la démocratie qui suivent la publication de l’essai De la démocratie en Amérique d’Alexis de Tocqueville. Le sujet passionne les plus grands écrivains politiques, notamment à Paris et à Londres, et s’élargit au milieu des exilés italiens (en particulier Pellegrino Rossi, Vincenzo Gioberti et Cristina di Belgiojoso) présents dans la capitale française dans les années de la Monarchie de Juillet, qui développent des points de vue très différents. Les idées développées dans l’Essai sur la formation du dogme catholique (1842) de la princesse en exil influencent à leur tour les réflexions de Tocqueville sur le thème de la religion, le poussant à proposer une conciliation entre l’esprit religieux et l’esprit libéral. Fabio di Giannatale, déjà l’auteur d’une étude sur le mythe de Dante dans l’émigration politique italienne de la Restauration à l’Unité (L’Esule tra gli esuli. Dante e l’emigrazione politica italiana dalla Restaurazione all’Unità, Edizioni scientifiche abruzzesi, Pescara, 2008), étudie la diffusion de ce mythe en France. Il montre en particulier que la « mode » dantesque s’impose dans la culture française par le biais des exilés italiens réfugiés à Paris depuis les premières décennies du xixe siècle (Giosafatte Biagioli, Francesco Saverio Salfi). Au cours des années 1830, les exilés italiens, par le biais de leurs revues, alimentent les débats français qui opposent les défenseurs d’une lecture orthodoxe de la Divine Comédie et ses interprètes laïques et ésotériques. Les articles et les commentaires des poètes et écrivains italiens publiés dans la capitale française expliquent et justifient l’« apothéose » du poème dantesque. Enfin, Antonello Biagini et Andrea Carteny, qui se concentrent sur les rapports de collaboration mais aussi sur les divergences entre les deux leaders democratici exilés à Londres, Giuseppe Mazzini et Lajos Kossuth, montrent que si la condition d’exilé rapproche indéniablement les différents patriotes, la coordination d’un unique mouvement républicain se heurte à des difficultés insurmontables.

4Ces analyses thématiques et de trajectoires particulières d’exilés peuvent être utilement reliées aux éclairages d’ensemble de l’exil risorgimental offerts par les volumes de Maurizio Isabella et Agostino Bistarelli.

5Le volume de Maurizio Isabella (dont l’édition anglaise, Risorgimento in Exile: Italian Émigrés and the Liberal International in the Post-Napoleonic Era, 2009, a reçu le second prix de la Royal Historical Society comme meilleur livre d’histoire non britannique) analyse dans le détail comment les activités intellectuelles et politiques qui étayaient le mouvement nationaliste italien du xixe siècle se sont développées d’abord en dehors de l’Italie, en lien avec une plus vaste « société civile transnationale ». Son grand mérite est d’avoir déplacé l’attention des recherches en s’écartant des histoires sociales de l’émigration et des biographies des exilés pour reconstruire « les dialogues non seulement entre Italiens, mais aussi entre eux et les autres révolutionnaires et intellectuels qui se trouvaient en Europe et en Amérique », afin de « faire toute la lumière possible sur l’effet de ces dialogues sur l’identité nationale et sur la culture aussi bien des exilés italiens que de leurs interlocuteurs, et sur leur héritage en général légué au Risorgimento » (p. 11 ; cette citation et les suivantes sont traduites par mes soins). Isabella analyse en particulier les écrits et l’activité politique de trente-cinq exilés italiens, entre 1815 et la fin des années 1830, en mesurant l’effet de certains événements révolutionnaires (la Révolution espagnole) ou de certains pays (Grèce, Amérique latine, Angleterre) sur les débats politiques auxquels participèrent les exilés. Il montre ainsi que de nombreuses personnalités majeures (Foscolo, Santorre di Santarosa, Pecchio, Pepe, Salfi) et celles injustement qualifiées de « mineures » ont activement participé à la politique des pays qui les ont accueillis ainsi qu’aux grands débats politiques et culturels en cours en Europe et en Amérique sur les thèmes de la nation, de la liberté et de la démocratie.

6Le volume, extrêmement riche d’informations et d’analyses détaillées des écrits de certains exilés (notamment d’Ugo Foscolo, Giuseppe Pecchio, Giovanni Arrivabene, Giovanni Battista Marochetti…), est divisé en deux parties qui peuvent être lues séparément : la première, « La lotta mondiale per la libertà », se penche sur les aristocrates qui prirent le chemin de l’exil après 1821 et définit leur « libéralisme patriotique » (p. 22) qui, loin d’être une variante des intérêts traditionnels de leur classe pour le contrôle des pouvoirs locaux, est nourri par l’héritage institutionnel et politique de l’époque napoléonienne, ainsi que par la culture européenne et américaine qui donne une empreinte clairement cosmopolite à leurs réflexions, marquées par l’exigence de construire l’identité nationale italienne en se basant sur l’échange des idées.

7Les idées et les préoccupations politiques de la diaspora italienne qui se déplaça en Europe et dans les Amériques entre 1815 et 1835 sont insérées dans le contexte du réseau international des conspirateurs en exil, fait de contacts personnels et d’initiatives coordonnées : il s’agit pour Isabella d’une seule et même communauté, dont les membres, continuellement en mouvement, forment une « république des lettres » polyglotte au sein de laquelle sont débattues les mêmes problématiques, et dont le rôle fut en premier lieu d’attaquer l’ordre conservateur dans les pages de la presse libérale, et en second lieu de développer et diffuser les courants intellectuels du libéralisme, du patriotisme et du républicanisme, ces trois courants politiques étant intimement liés par leur ennemi idéologique commun, le « parti réactionnaire » (p. 36). L’icône de cette première internationale libérale fut le marquis de Lafayette, principal représentant de la « communauté globale » qui s’étendait des Amériques à l’Europe méridionale. C’est la révolution espagnole qui donna une contribution décisive à la création d’une « idéologie internationale », dans laquelle la défense et la promotion de la cause de la liberté demandait un effort coordonné des libéraux de tous les pays d’Europe (p. 47), qui s’exprimèrent notamment dans la presse, par exemple dans la revue El Europeo publiée à Barcelone entre 1823-1824. Cependant l’expérience espagnole fut aussi le creuset d’une représentation utopique de la réalité (notamment l’image idéalisée des paysans honnêtes et courageux capables d’organiser une guérilla nationale de partisans), qui restera un élément crucial dans les expériences faites par les exilés révolutionnaires dans d’autres pays, et notamment en Amérique latine. Les exilés italiens jouèrent en effet un rôle de premier plan dans le débat transnational sur les constitutions (centralisme versus fédéralisme) des nouvelles républiques sud-américaines, qui permet d’éclairer différemment le fédéralisme risorgimental. Le fédéralisme des exilés n’était en effet ni anti-révolutionnaire, ni anti-napoléonien, contrairement à la définition du fédéralisme modéré utilisée par l’historiographie pour décrire le courant majoritaire au cours du Risorgimento. Par ailleurs, si le modèle préféré par la majorité des patriotes risorgimentaux exilés en Amérique du Sud était celui de la dictature temporaire incarnée par des héros politiques et militaires, les Italiens étaient perplexes face au caudillisme des dictateurs américains, qui soufflaient sur le feu des ambitions des factions, et ils formulèrent une nette distinction entre héroïsme et despotisme. L’aspect le plus intéressant de l’adhésion des exilés au fédéralisme dans les années vingt est justement cette identification entre fédéralisme, libéralisme et droits individuels opposés au despotisme, alors que le fédéralisme des années quarante, qui s’oppose à la perspective de la république unitaire mazzinienne, sera fondé sur des prémisses théoriques différentes.

8Le troisième « moment » d’expression et de définition de l’internationale libérale fut la révolution grecque, véritable « mouvement paneuropéen » (p. 87) conçu par une communauté intellectuelle cosmopolite et par des réseaux transnationaux dont faisaient partie des écrivains grecs, italiens, britanniques et allemands. Maurizio Isabella analyse précisément les écrits d’Ugo Foscolo sur le problème de la liberté et de l’indépendance de la Grèce, qui interprètent dans un sens patriotique l’affaire de Parga, dont les habitants préférèrent partir plutôt que de se soumettre à l’autorité musulmane, en comparant leur destin à celui de toutes les nations opprimées d’Europe. Il met notamment en lumière les fortes tensions idéologiques entre les philhellènes italiens et anglais du London Greek Commitee, qui font apparaître un conflit entre « une perspective essentiellement nationale et une essentiellement libérale » (p.108), qui se présentait comme « un conflit en termes de représentations culturelles, dans lequel s’opposaient deux visions géopolitiques distinctes de la civilisation » (p. 109). Le philhellénisme italien se distingue en effet de toutes ses variantes européennes par l’invention de l’idée de fraternité entre Grecs et Italiens, dont l’icône par excellence est Santorre di Santarosa. Pour Isabella, cet aspect particulier du discours patriotique italien, qui fait recours à l’image des liens familiaux pour décrire la solidarité avec les autres nations, se distingue de la rhétorique de construction des autres identités nationales européennes, qui insistent davantage sur le thème de l’hostilité aux formes de domination étrangère.

9Le chapitre qui clôt la première partie consacrée aux « patriotes cosmopolites » examine les projets de réorganisation de la société européenne élaborés en exil. Même si la génération des exilés n’était pas immunisée contre les attitudes ethnocentriques, Isabella insiste sur le concept de « civilisation cosmopolite » élaboré par les exilés, civilisation qui n’est pas uniquement fondée sur le libre-échange des idées et des marchandises, mais aussi « sur la conviction que les mouvements migratoires représentaient un phénomène positif et bénéfique pour l’affirmation du progrès au niveau global » (p. 130). Il signale notamment la « Vattel Renaissance » visible dans les publications des exilés (en particulier chez Alerino Palma), qui font référence aux théories du juriste suisse pour promouvoir leur projet d’un nouvel « ordre international libéral » en accord avec les convictions des nations disposées à se porter réciproquement secours au nom de la solidarité et de la fraternité. En même temps, les premiers libéraux italiens (en particulier Ugo Foscolo) exprimaient leur volonté de défendre les « pays mineurs » dans le système international, idée qui sera reprise par Mazzini pour son projet de Sainte Alliance des peuples. Mais Isabella défend l’idée qu’avant Mazzini, les premiers écrits des exilés laissent toutefois transparaître une certaine familiarité avec la conception kantienne des relations internationales (p. 141), pour qui la paix devait être fondée sur des principes juridiques, et le fédéralisme réalisé par des moyens légaux. Cette exigence de concilier la liberté et la loi, aussi bien dans les questions intérieures que dans les questions extérieures, permet à cette génération de « libéraux cosmopolites » de concilier leur patriotisme, leur cosmopolitisme et leur libéralisme. Ce modèle de citoyenneté, contraire à toute exclusivité culturelle et linguistique, est jugé obsolète par Mazzini, qu’Isabella définit comme le représentant du « cosmopolitisme éthique » (p. 145) : son idée de nation est en effet inséparable du projet d’un État unitaire italien qui doit couvrir toute la péninsule et se doter d’institutions démocratiques et républicaines propres à la « mission du peuple italien ».

10La seconde partie du volume, qui aurait tout aussi bien pu faire l’objet d’un tome indépendant au vu de la densité des renseignements et des réflexions qu’elle contient, confronte « Italia e Inghilterra ». S’intéressant tour à tour aux débats auxquels participèrent les exilés italiens sur les institutions anglaises (notamment sur le gouvernement représentatif, sur le modèle aristocratique anglais et sur l’anticléricalisme), à la pensée économique du libre-échange et aux écrits des voyageurs anglais au cours du Risorgimento, Isabella souhaite contribuer à une meilleure compréhension des rapports entre le premier Risorgimento et le libéralisme européen, afin de donner à voir l’anglophilie des exilés et leur « libéralisme modéré qui n’était ni arriéré ni réactionnaire vis-à-vis des autres expériences européennes » (p. 157). C’est ainsi que beaucoup d’idées et d’observations formulées pour la première fois en Angleterre dans les années 1820 continuèrent pendant les décennies suivantes à caractériser l’anglophilie risorgimentale. En retour, les articles des exilés italiens sur la presse anglaise et le soutien apporté par d’importants périodiques anglais comme l’Edinburgh Review à la cause italienne, bien avant l’activité de Mazzini, sont des preuves de la sympathie suscitée par la question italienne en Angleterre et du succès de la « campagne de communication » des exilés italiens, non seulement sur le sort de la péninsule, mais peut-être aussi et surtout sur tous les aspects de la vie politique, économique et culturelle anglaise (p. 274-276). Les affinités idéologiques, favorisées par les contacts personnels entre les exilés et les hommes politiques et influents d’Outre-Manche, expliquent comment il fut possible aux exilés d’exercer une pression informelle sur la politique extérieure britannique vis-à-vis de l’Italie. Si, à partir de la moitié du siècle, Mazzini réussit à rendre plus populaire la cause italienne en Angleterre, sa campagne pour influencer l’opinion de la classe moyenne anglaise sur le Risorgimento fut favorisée par la propagande menée lors des vingt années précédentes par Panizzi, Foscolo et Pecchio. D’ailleurs, Mazzini et ses contemporains s’auto-décrivaient comme les descendants de cette génération de grands exilés, présentés comme les initiateurs du Risorgimento.

11Finalement, le volume, qui porte principalement sur les destins de la première génération postnapoléonienne (excluant quasiment de fait les deux principaux « pères » du Risorgimento, Garibaldi et Mazzini), permet de réévaluer la culture politique des Italiens lors des années de la Restauration, en montrant la diversité des idéologies qui s’expriment, mais surtout leur modernité. La culture italienne, loin d’être marquée par le repli sur les vieilles traditions patriotiques, se développe à l’échelle européenne, dans le cosmopolitisme ainsi que dans la foi en un idéal démocratique de solidarité entre les peuples et d’ouverture sur l’autre.

12Maurizio Isabella souhaite également balayer les préjugés sur la prétendue abstraction des réflexions politiques des exilés et de leurs programmes inévitablement voués à l’échec. Convaincu que les études sur la construction d’une culture nationale dans le mouvement révolutionnaire ont été pendant longtemps partiales et ont accordé une trop grande importance aux figures de jacobins comme Filippo Buonarroti, il met en avant le poids de « l’internationale libérale ». Il éclaire ainsi la victoire finale, au cours du Risorgimento, de la forme libérale, en montrant quelles étaient ses racines et les élaborations de ses penseurs tout au long du mouvement risorgimental. C’est donc un ouvrage essentiel aussi bien pour comprendre les grands courants idéologiques et politiques que la construction des identités nationales au cours du xixe siècle, même s’il aurait mérité parfois une sélection plus rigoureuse des thèmes et des exemples analysés, peut être trop nombreux pour un seul volume.

13La lecture du phénomène de l’exil par Isabella, focalisée sur ses aspects intellectuels, est complétée par l’interprétation globale de l’exil du Risorgimento que propose le volume d’Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento, qui entend « focaliser son attention sur la vie quotidienne des groupes sociaux en essayant d’unir l’histoire sociale, l’histoire politique et l’histoire culturelle » (p. 81). Bistarelli, grâce à une consultation approfondie des archives italiennes, espagnoles et françaises, a pu constituer une base de données de 850 exilés italiens de 1821 en Espagne, qu’il suit ensuite dans leurs déplacements. Pour analyser ce groupe, il a choisi une approche « prosopographique » (p. 25), qu’il considère comme le moyen le plus efficace pour rendre compte de l’expérience de l’exil qui, d’un côté, constitue une sorte de communauté, et de l’autre, est vécu subjectivement selon des modalités différentes par des individus dont les conceptions idéologiques, les conditions économiques ou encore les appartenances régionales sont extrêmement variées.

14Divisé en deux parties, l’ouvrage se concentre dans la première sur « L’exil de 1821 », en particulier dans l’Espagne du Trienio constitucional et ses ramifications secondaires (Afrique du Nord, dépôts de prisonniers français, Belgique et Hollande, Russie, Angleterre et Nouveau Monde…), puis sur les parcours du retour. Sans ignorer les différentes vagues migratoires qui marquent l’exil risorgimental, Bistarelli ne cache pas l’importance qu’il attribue à l’exil de 1821, au prisme duquel il étudie tout le phénomène de l’émigration politique du Risorgimento : ses réseaux, ses pôles d’attraction et ses ramifications. Ses pages les plus intéressantes sont certainement celles qui analysent le retour et le comportement politique des anciens exilés dans leur pays natal : Bistarelli montre notamment l’influence de « la politique ciblée [d’amnisties] de Charles Albert pour récupérer la partie la plus modérée des libéraux qui s’étaient prononcés en 1821 pour la Constitution, afin de s’opposer, non seulement par la répression, à l’influence mazzinienne et à celle des secteurs plus radicaux » (p. 153). La participation d’anciens exilés de 1821 à la première guerre d’indépendance aux côtés de la dynastie piémontaise, ainsi que dans le premier parlement du Royaume, confirme les craintes formulées par Mazzini d’une « piémontisation » des patriotes, manipulés par le « traître » Charles Albert. Bistarelli renverse cependant l’image (largement exploitée par Mazzini) d’une fracture générationnelle entre les exilés de 1821 et ceux des années 1830, tout comme il essaie de montrer que le ralliement de nombreux exilés républicains à la monarchie piémontaise « ne peut pas être classé parmi les catégories de la trahison ou du transformisme, qui semblent revenues à la mode dans le sillage du film de Martone, Noi credevamo » (p. 261).

15Dans la seconde partie, intitulée « Verso l’Unità », l’auteur analyse d’abord des exemples de colonisation nés de l’exil. Les différents parcours des exilés offrent des cas intéressants pour examiner la variété des expériences vécues : expérimentations agricoles menées en Asie mineure par la princesse Cristina di Belgiojoso, colonies fondées au Brésil par le groupe des déportés romains de 1837, Nouvelle Rome d’Argentine imaginée par Silvino Olivieri, « œuvres d’acculturation » (opere di incivilimento) en Afrique… Bistarelli montre bien comment les exilés qui s’engagent dans des entreprises de colonisation comptent fonder une nation alternative et idéale. Loin de la représentation romantique et nationaliste de l’exilé, il entend au contraire valoriser sa dimension pleinement sociale, de façon à mettre en évidence la contribution de l’exil à la formation des mythes identitaires de l’Italie unifiée.

16Le dernier chapitre dépeint quant à lui le débat lacérant qui divisa les combattants pour l’unification politique de la péninsule entre 1849 et 1859 à propos des modalités de sa réalisation et des formes institutionnelles souhaitées pour le nouvel État. Refusant de parler de « diaspora unique » des Italiens, Bistarelli insiste au contraire sur « la présence de plusieurs réseaux de communication qui se définissent au cours des différentes périodes, et qui incarnent chacun une couleur particulière de patriotisme » (p. 249). Parmi les différentes communautés qui s’opposent entre elles pour prendre la direction du mouvement national, il distingue non seulement les typologies politiques principales, mais aussi celles de Paris, Londres ou Jersey de celles qui se constituent dans la péninsule (au Piémont ou à Gênes). Il montre notamment comment « dans les années cinquante, en sus des autres polarités, et dans un rapport d’influences réciproques avec elles, se dessine un dualisme politique entre Gênes et Turin également pour le monde de l’exil », le premier milieu étant de tendance plus démocratique que le second, où la monarchie exerce un rôle fort et influence également le plan des symboles destinés à la construction de l’identité nationale (p. 281).

17En fin de compte, tous ces ouvrages qui ont donné un éclairage nouveau à l’exil politique italien au cours du Risorgimento insistent sur le cosmopolitisme des patriotes italiens exilés et les apports bénéfiques de l’étranger dans la construction de leur nationalisme très ouvert, qui se nourrit des échanges culturels, intellectuels, politiques ou économiques provoqués par le contact des sociétés d’accueil. Ils permettent également de remettre en cause le point de vue culturaliste sur la nation italienne défendu par Banti, convaincu que « ni la famille, ni les instituteurs, ni l’école, donc, ne sont les vecteurs qui permettent, pour la première génération des patriotes, leur initiation au credo national, alimenté plutôt par la lecture des textes appartenant à la production littéraire nationale-patriotique » (A. Banti, La nazione del Risorgimento, Turin, Einaudi, 2000, p. 40). Il semblerait au contraire, comme l’avait déjà perçu Cattaneo il y a 150 ans, que l’exil ait bien rempli sa fonction d’une institution ayant permis aux patriotes de « devenir une communauté » (farsi comunità, Bistarelli, p. 307), et qu’il soit donc nécessaire aujourd’hui d’étudier l’exil risorgimental comme une figure profonde apportant de nouveaux éléments au discours national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Fournier Finocchiaro, « Fabio Di Giannatale, Escludere per governare. L’esilio politico fra Medioevo e Risorgimento ; Maurizio Isabella, Risorgimento in esilio. L’internazionale liberale e l’età delle rivoluzioni ; Agostino Bistarelli, Gli esuli del Risorgimento », Laboratoire italien [En ligne], 14 | 2014, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/795

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page