Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Maurizio Martirano, Filosofia, Rivoluzione, Storia. Saggio su Giuseppe Ferrari

Naples, Liguori, 2012, 192 pages, 19,99 €
Pierre Girard
p. 187-189
Bibliographical reference

Maurizio Martirano, Filosofia, Rivoluzione, Storia. Saggio su Giuseppe Ferrari. Naples, Liguori, 2012, 192 pages, 19,99 €

Full text

1Maurizio Martirano, qui enseigne l’histoire de la philosophie à l’Università degli Studi della Basilicata, et qui est déjà l’auteur de nombreuses publications consacrées à l’histoire des idées en Italie, notamment de monographies dédiées à Vico, Cuoco, et plus généralement à l’historiographie italienne et allemande, mais aussi auteur de traductions, d’éditions de textes (Cuoco), poursuit depuis de nombreuses années ses recherches autour de la figure de Giuseppe Ferrari. Il s’agit là d’un travail de longue haleine, commencé depuis plus d’une dizaine d’années avec une étude sur Giuseppe Ferrari editore e interprete di Vico (Naples, Guida, 2001), monographie qui avait fait date dans les études vichiennes par la nouveauté de la perspective envisagée, et qui s’était poursuivie par une édition de textes de Ferrari publiée en 2006 (Scritti di filosofia e di politica, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2006). L’essai proposé par Martirano s’inscrit donc dans un travail de recherche continu et soutenu par une perspective problématique plus générale qui a pour horizon la « tradition civile de la philosophie italienne », comme le rappelle à juste titre Giuseppe Cacciatore dans sa préface. Cet essai ne doit donc pas se comprendre comme une monographie parmi d’autres, mais comme une étape dans la mise au jour d’une spécificité « civile » propre à l’histoire des idées italiennes, qui envisage l’histoire comme un processus de civilisation des nations (sur ce point, voir notamment le recueil d’articles publié en 2008 par M. Martirano et G. Cacciatore : Momenti della filosofia civile italiana, Naples, La Città del Sole).

2Cet ouvrage se présente à juste titre comme un « essai » (saggio) dans la mesure où il se propose d’offrir une lecture nouvelle, originale de l’ensemble de l’œuvre de Ferrari, et cela en s’appuyant sur un apparat critique extrêmement précis, ainsi que sur une connaissance détaillée de l’ensemble de l’œuvre, aussi bien en français qu’en italien. Il serait bien évidemment vain de vouloir détailler en quelques lignes la richesse de cet essai critique, qui met au jour une figure majeure de l’histoire des idées politiques italiennes au xixe siècle. Plusieurs lignes de force peuvent néanmoins être dégagées, qui éclairent le lecteur sur ce penseur original aussi bien de manière synchronique que diachronique.

3La perspective synchronique concerne aussi bien les questions de méthode que l’ensemble des thématiques traitées dans cet essai. La méthode suivie par Martirano consiste avant tout à se défaire de l’ambiguïté de la fortune de Ferrari, souvent déformée à travers une réception politique (Cavour) ou critique (Croce). Il s’agit dans cette étude de se départir de formulations toutes faites, réductrices, qui ont le plus souvent caractérisé la réception de Ferrari, le limitant à être le « philosophe du fédéralisme », « des antinomies », un penseur « sceptique ». Pour éviter de telles étiquettes qui apparaissent plus souvent comme des moyens pour figer la pensée de Ferrari que comme de véritables catégories historiographiques, Martirano suit dans son ouvrage une méthode rigoureuse fondée sur une connaissance sans faille des textes et de la littérature critique, mais aussi sur un travail extrêmement précis et nuancé des nombreuses influences subies par Ferrari, qu’il les accepte ou, au contraire, qu’il se confronte à elles. L’étude de Martirano propose ainsi de nombreux développements où des auteurs aussi divers que Lerminier, Cousin, Comte, Michelet, Guizot, Proudhon, Campanella, Vanini, Spaventa, Romagnosi, Giannone, Cattaneo apparaissent comme autant d’influences dans la construction d’une pensée aussi contradictoire que complexe. Mais c’est certainement la figure de Vico qui est la plus présente dans ce texte, philosophe dont Ferrari fut un des premiers éditeurs et auquel il consacre plusieurs études (dont le connu La mente di Vico, 1837). Vico constitue non seulement une influence majeure de Ferrari, mais il innerve littéralement l’ensemble de sa pensée, aussi bien d’un point de vue conceptuel que pour sa dynamique propre. Cette reconstruction minutieuse des influences de Ferrari se recoupe avec une perspective plus conceptuelle et historiographique qui permet de mettre en lumière la richesse étonnante d’une telle pensée. Sans pouvoir ici en donner une énumération complète, il faut souligner l’intérêt des passages dédiés à la question de « l’erreur », au « scepticisme », à la dialectique (notamment dans son rapport avec la dialectique hégélienne), mais aussi, dans une perspective plus historiographique, au Risorgimento ou à la représentation de l’Orient, notamment de la Chine.

4C’est du reste le rapport à l’histoire qui constitue l’intérêt majeur de cette étude, qu’il s’agisse de l’histoire italienne du xixe siècle dont Ferrari fut à la fois acteur et critique, que de l’histoire de sa propre pensée. Cet aspect constitue à coup sûr l’intérêt principal de la reconstruction opérée par Maurizio Martirano, dans la mesure où il s’agit de discerner dans la pensée de Ferrari une articulation entre l’héritage des Lumières – héritage diffusé à travers le filtre propre à l’histoire italienne – et les problèmes politiques et sociaux qui caractérisent le xixe siècle. Cette articulation donne son aspect dynamique à la reconstruction opérée par Martirano et justifie les différentes parties de l’ouvrage. L’auteur montre en particulier, en partant d’une discussion des « préliminaires philosophiques », notamment une redéfinition du concept de raison à partir de l’exigence du concret, comment Ferrari élabore progressivement une pensée dialectique originale qui permet de « rimanere nel fatto ». C’est d’ailleurs dans cette perspective que le « scepticisme » de Ferrari est réhabilité par Martirano dans la mesure où il n’est plus une position de faiblesse de la raison, mais au contraire une de ses modalités lui permettant de s’adapter à une réalité concrète, plastique, changeante et souvent insaisissable par les catégories de la rationalité classique. Ces discussions sont l’occasion pour Martirano de présenter de nombreux concepts et notions ferrariennes, toujours entendus de manière dynamique, comme par exemple la notion de « sistema dell’umanità », de « rivelazione naturale » ou de « rivoluzione », pour n’en citer que quelques-uns. C’est d’ailleurs la notion de « révolution » qui est au cœur de la pensée de Ferrari, comme le souligne à juste titre Martirano. Selon la célèbre formule de la Filosofia della Rivoluzione, « La Rivoluzione è il trionfo della filosofia chiamata a governare l’umanità », il s’agit pour Ferrari de construire un système qui puisse servir de substrat intellectuel à une nouvelle révolution qu’il appelle de ses vœux dans l’Italie du Risorgimento.

5Ce réquisit révolutionnaire permet à Martirano de consacrer la dernière partie de l’ouvrage aux derniers textes de Ferrari, de nature historiographique, principalement après 1851, en particulier la monumentale Histoire des révolutions d’Italie ou Guelfes et Gibelins (1858), dans laquelle l’histoire italienne est pensée comme une succession de périodes révolutionnaires. L’approche particulière de Ferrari lui permet, notamment à partir du rapport dialectique Guelfes/Gibelins, Papauté/Empire, de discerner un des mécanismes propres à l’histoire italienne.

6On le sait, une des critiques adressées lors du Risorgimento aux républicains fédéralistes consistait à souligner leur incapacité à proposer un modèle dans lequel l’Italie apparaisse comme un organisme vivant ayant un destin propre dans le monde. Toute la force de l’essai de Martirano consiste inversement à rendre justice à la position de Ferrari en en soulignant la force et l’aspect dynamique. Qu’il s’agisse de la notion de scepticisme, d’histoire, de révolution, à chaque fois la pensée de Ferrari est réinvestie dans cette étude par sa cohérence et son originalité initiales. Le résultat en est un livre remarquable qui ouvre un champ nouveau pour la recherche consacrée à un auteur majeur du xixe siècle italien, mais aussi français.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Girard, « Maurizio Martirano, Filosofia, Rivoluzione, Storia. Saggio su Giuseppe Ferrari », Laboratoire italien [Online], 14 | 2014, Online since 19 November 2014, connection on 25 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/800

Top of page

About the author

Pierre Girard

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page